Vegetables Bio

Légumes « bio » et métaux lourds : le GRAND malentendu

Plus de 250 !

J’ai reçu plus de 250 réponses à ma dernière lettre sur les jus de légumes !

Je vous alertais sur le risque de thallium et d’aluminium dans les légumes verts à feuille.

En réaction, des dizaines et des dizaines de lecteurs m’ont posé la même question :

« Bonjour. Les métaux lourds dans les crucifères, épinards et autres laitues concernent-ils aussi les légumes bio ? » (Sonya)« Votre article est très instructif ; pourquoi ne conseillez-vous pas les légumes (salades, choux etc) issus de l’agriculture biologique ? » (Docteur Segall)

« Cher monsieur, l’agriculture bio produit-elle une laitue sans aluminium ? » (Emma)

« Présence de thallium et d’aluminium dans les légumes verts : Question : est-ce valable également pour les produits certifiés biologiques ? » (Maria-Pina)

Etc. Etc…

Christian, un fidèle lecteur, est encore plus direct :

« Ce que je retiens et qui m’a frappé, c’est qu’il n’est jamais questions de faire une différence entre les légumes bio et non bio. Je suppose que vous répondrez à cette question simple, importante et indispensable !!! »

Et oui, vous avez raison, cher Christian, j’aurais dû préciser.

Mais vos réactions m’ont ouvert les yeux sur un point : il y a un énorme malentendu sur le bio :

Oui ! Je recommande chaudement de manger bio, autant que votre porte-monnaie vous le permet.

Oui ! Le bio est bien meilleur pour la santé que l’agriculture conventionnelle.

Mais NON ! Le bio n’est pas « magique » et n’échappe pas à certains polluants dangereux.

Et en plus, tous les « bio » ne se valent pas, loin de là !

Voilà pourquoi j’ai préparé cette lettre pour mettre les points sur les i à propos du « bio » :

Une évidence : moins de pesticides dans les produits BIO

Tout le monde le sait : l’agriculture biologique contient moins de pesticides chimiques que l’agriculture conventionnelle.

Je dis bien « moins de pesticides », et non pas « zéro pesticide », car il arrive qu’elle en contienne un peu.

C’est le cas, par exemple, lorsqu’un champ bio est à côté d’un champ non bio… et que les pesticides aspergés par le voisin s’envolent par-dessus la clôture.

Mais toutes les études sont formelles : vous avalez infiniment moins de pesticides avec du « bio » que du « non bio »1.

C’est là le principal intérêt du BIO pour la santé !

Car les pesticides chimiques employés dans l’agriculture intensive sont de dangereux perturbateurs endocriniens, soupçonnés de favoriser des maladies graves comme le cancer ou Parkinson.

Pour rappel, les fruits et légumes les plus gorgés de pesticides… ceux que vous avez vraiment intérêt à manger bio… sont les suivants :

  • La fraise (championne toute catégorie de l’éponge à pesticide)
  • Les pommes
  • Les pêches et nectarines
  • Le céleri
  • Les raisins
  • Les cerises
  • Les épinards
  • Les tomates
  • Et les concombres

L’autre grand intérêt du « bio », pour les viandes, c’est qu’elles contiennent moins d’antibiotiques.

C’est un cercle vertueux : les animaux sont mieux traités, ont moins besoin d’antibiotiques et la viande est donc meilleure pour votre santé.

(Méfiez-vous en revanche du « saumon bio » : les poissons sont un sujet assez compliqué, que j’ai étudié en détail dans cette précédente lettre.)

Et puis, dernier grand avantage du bio : les fruits et légumes bio sont plus riches en « bons nutriments » !

D’après une grande revue d’études de l’Université de Newcastle2, les produits bio ont une activité antioxydante de 17 % plus élevée, avec notamment :

  • 17 % de plus de caroténoïdes ;
  • 12 % de plus de xanthophylles ;
  • 6 % de plus de lutéine.

Bref, voilà des raisons amplement suffisantes pour privilégier le bio !

Mais cela ne veut pas dire que le BIO échappe à toutes les calamités de notre époque !

NON, le bio n’est pas une garantie « magique » d’échapper aux métaux lourds

Il faut bien comprendre ceci :

Le label « bio » vous garantit uniquement que l’agriculteur n’a pas employé de pesticides chimiques.

Mais il ne vous dit absolument rien de la qualité des sols !

Si le sol agricole est bourré de polluants dangereux… eh bien les fruits et légumes qui poussent sur ce sol seront contaminés, qu’ils soient bio ou non !

Et savez-vous quels légumes sont les plus sensibles aux métaux dangereux contenus dans les sols ?

Les légumes verts à feuille, dont je vous parlais dans la lettre sur les jus !

La raison est très simple à comprendre.

Prenez le « chou kale » (ou chou frisé). Cet aliment fait fureur aux Etats-Unis, car c’est un « super-aliment » gorgé de vitamines et minéraux.

Il contient notamment beaucoup de potassium, de magnésium, de calcium et de fer.

Ces minéraux, il les tire… du sol sur lequel il pousse !

Mais cette capacité extraordinaire à extraire les minéraux du sol est à double tranchant : elle explique pourquoi le choux kale est également riche en cuivre, en aluminium et en thallium !

Au total, cela reste un aliment excellent pour la santé, mais à consommer avec modération… et non pas 7 jours sur 7 dans un jus de légumes !

Et ce conseil est valable même si votre choux kale est biologique !

La seule chose qui compte, c’est la qualité du sol sur lequel il pousse !

Les sols « bio » sont-ils supérieurs aux sols « non bio » ?

Alors bien sûr, je sais ce que vous allez me dire…

Mais Xavier, les sols « bio » ne sont-ils pas meilleurs que les sols non bio ?

La réponse est… oui, un peu… mais pas beaucoup… et pas toujours.

Un peu, parce que les sols bio contiennent moins de cadmium, un métal lourd dangereux.

La raison est simple : un sol est d’autant plus riche en cadmium qu’il a été nourri d’engrais phosphatés (chimiques) au fil du temps.

Voilà pourquoi on retrouve nettement moins de cadmium dans les produits bio… et voilà encore un avantage à manger bio !

Mais l’avantage du bio s’arrête là.

La plus grande étude sur le sujet a trouvé autant de plomb et d’arsenic dans les fruits et légumes bio que dans les « non bio »3 !

Pourquoi ? Parce qu’il y a de multiples causes de la présence de métaux lourds dans les sols !

On sait que la pollution de l’air peut contaminer les sols… et bien sûr, cela touche autant les champs « bio » que les champs conventionnels !

Pendant des décennies, on a utilisé de la peinture au plomb qui s’est répandue dans les sols… on a incinéré des cadavres dont la mâchoire pouvait être pleine d’amalgames au mercure… on a extrait l’aluminium de la croûte terrestre pour l’utiliser dans tous nos équipements…

Autant vous dire qu’il n’y a pas forcément une différence magistrale entre les sols bio et les autres !

Parfois, il n’y a même aucune différence.

C’est le cas pour les champs fraîchement reconvertis au bio… il y en a de plus en plus… c’est une excellente nouvelle… mais cela veut dire que les sols seront pendant quelques temps aussi dégradés par les engrais et pesticides chimiques que les sols conventionnels !

Guide de survie contre les métaux lourds : le cas du riz et du thé

Comprenez bien que je ne veux pas vous décourager : mon but est uniquement de vous informer.

Vous savez maintenant pourquoi vous devez éviter de manger des légumes verts à feuille tous les jours, notamment dans un jus de légumes.

Vous savez aussi pourquoi il faut absolument varier vos fruits et légumes, notamment en fonction des saisons.

Je voudrai aussi ajouter un mot sur le riz et le thé, très touchés par les métaux.

Le riz concentre une quantité impressionnante d’arsenic.

Alors évitez d’en manger tous les jours, et privilégiez les riz basmati blanc ou semi-complet, qui contiennent moins d’arsenic que les riz complets.

Lavez aussi votre riz énergiquement avant cuisson. Et si vous le pouvez, prenez le temps de le tremper dans de bons volumes d’eau pendant 12 ou 24h, cela réduit l’arsenic qu’il contient !

Quant au thé, lui aussi a tendance à être contaminé car l’arbre à thé aspire fortement les minéraux et métaux du sol.

C’est ce qui fait qu’il contient plein de bonnes choses… mais c’est ce qui fait aussi que beaucoup de thés du commerce sont chargés en fluor, en plomb, arsenic ou aluminium.

Voilà pourquoi je recommande de privilégier les thés bio « haut de gamme », plutôt que les premiers prix. Privilégiez aussi les thés du Japon, plutôt que ceux de Chine où la terre est généralement plus polluée.

Le plus important : restez ZEN !

Vous le voyez : manger sain aujourd’hui est beaucoup plus compliqué qu’à l’époque de nos grands-parents ou arrière grands-parents.

C’est malheureux, mais il ne sert à rien de se lamenter !

Alors ne vous découragez pas, et informez-vous bien, sans vous « prendre la tête » !

Tous mes conseils visent à vous aider à obtenir une santé optimale à tous points de vue.

Mais il n’y a pas forcément besoin de les suivre à 100 % pour être en bonne santé…. Et vous pouvez vous permettez des écarts si vous respectez les fondamentaux !

Alors oui, ajustez tranquillement votre alimentation, faites quelques efforts, mais essayez de ne pas faire de la nourriture saine une obsession de tous les instants…

…et surtout, n’oubliez pas le plaisir de l’assiette !

Sources

84 commentaires

pacteau 20 mai 2018 - 7 h 36 min

j apprécie tout à fait votre mise au point
En temps que gynécologue obstétricienne ,j explique tous les jours aux futures mères les précautions à prendre et …. aussi que manger doit rester un plaisir
J ajouterais que manger bio a aussi l avantage de retrouver la saveur des produits

Répondre
FANTAZIAN 20 mai 2018 - 7 h 08 min

La constatation est évidente , tout est pollue ! rien n’échappe au progrès… ! soit disant bon pour la santé.
La seule échappatoire est de manger le moins possible tout en mangent sans transformation des produits au plus proche du naturels .
Manger a heures régulières !
Eviter tout abus de produits dopants , alcools, excitants , stimulants…
Eviter de manger de nuit !
Dormir suffisamment , a chacun ses besoins !
Avoir une libido saine.
Eviter les médicaments pris régulièrement.
Boire de l’eau régulièrement , quand on a soif !
EVITER
Ajouts ( sel , sucre , épices stimulantes et dérivées industriels …)
Cuisson moderne ( micro ondes , taques a inductions…)
Ecoutez votre corps, il feras le reste !

Répondre
Desliens 20 mai 2018 - 7 h 00 min

J’ai souri quand j’ai lu que les sols chinois étaient généralement moins pollués que les sols japonais.
Mais le Japon a reçu 2 bombes nucléaires il y a 73 ans, et une explosion de centrale en 2003, non?

Répondre
iris mansard 20 mai 2018 - 0 h 26 min

en mangeant des fraises je me cree un reflux gastrique qui cree une inflammation qui monte aux bronches, alors bronchite totale pendant une semaine
alors ces fraises??????????????????

Répondre
Sylvie B 19 mai 2018 - 23 h 51 min

Une belle lettre. Mais la géo ingénierie (pseudo science qui lutte contre le réchauffement climatique) pulvérise presque chaque jour dans notre ciel ces fameux métaux lourds (pour créer des nuages et un ciel chimique) qui finissent forcément par retomber sur nous, la flore et la faune. On comprend que tout finit par être empoisonné même le bio. Triste monde!

Répondre
Denis Rousseaux 19 mai 2018 - 19 h 45 min

Bonjour, à propos du riz, pour éliminer l’arsenic qu’il contient, il semblerait (mais je n’ai plus la source) que la meilleure façon de le cuire serait la percolation (comme le café-filtre) : de l’eau chaude qui coule sur le riz et qui n’est pas réutilisée.

Répondre
De LIETO 19 mai 2018 - 19 h 06 min

Bravo vos informations sont justes et lucides. Merci de votre engagement pour nous tous. J’ai vu un commentaire  » Mais comment faire? » peut-être manger moins, les quantités ne sont pas indispensables et vous récupérerez plus d’énergie.
Un petit jeûne 2 ou 3 jours par semaine et vous resterez toujours en santé…!!! Bonne route

Répondre
laroche 19 mai 2018 - 15 h 32 min

BONJOUR, il y a quelque semaine vous avez publier un article sur les impatience ou jambe sans repos,celui-ci contenais des conseils homéopatique ,qui m’interessai mais je ne retrouve plus ce mail vous serai t’il possible de me le renvoyer,et puis surtout merci pour toute vos informations qui sont tres pertinentent et sans but commercial

Répondre
GURY Michel 19 mai 2018 - 14 h 56 min

merci de cette excellente lettre pleine de sagesse et de précisions sur lesquelles on pense moins: le sol et l’atmosphère où se développe l’agriculture dont leur impact est loin d’être négligeable.

Répondre
Delphine Cucy 19 mai 2018 - 9 h 53 min

Je suis entièrement d’accord avec vous, le bio n’est pas parfait. Depuis le début du bio, je dis  » c’est un effort de faire du bio  » , mais la pluie se gorge des particules de l’air avant d’arriver par terre !
Ce qui préoccupe actuellement, c’est comment allons nous nous protéger des ondes électromagnétiques a haute dose envoyées dans tout le circuit électrique avec les nouveaux compteurs communiquants linky, avec le CPL et l’ERL, mise à part peut être une tourmaline noire de 2 tonnes dans le lieu de vie !
Comment faire ???

Répondre
1 2 3 4 9

Laissez un commentaire