Vegetables Bio

Légumes « bio » et métaux lourds : le GRAND malentendu

Plus de 250 !

J’ai reçu plus de 250 réponses à ma dernière lettre sur les jus de légumes !

Je vous alertais sur le risque de thallium et d’aluminium dans les légumes verts à feuille.

En réaction, des dizaines et des dizaines de lecteurs m’ont posé la même question :

« Bonjour. Les métaux lourds dans les crucifères, épinards et autres laitues concernent-ils aussi les légumes bio ? » (Sonya)« Votre article est très instructif ; pourquoi ne conseillez-vous pas les légumes (salades, choux etc) issus de l’agriculture biologique ? » (Docteur Segall)

« Cher monsieur, l’agriculture bio produit-elle une laitue sans aluminium ? » (Emma)

« Présence de thallium et d’aluminium dans les légumes verts : Question : est-ce valable également pour les produits certifiés biologiques ? » (Maria-Pina)

Etc. Etc…

Christian, un fidèle lecteur, est encore plus direct :

« Ce que je retiens et qui m’a frappé, c’est qu’il n’est jamais questions de faire une différence entre les légumes bio et non bio. Je suppose que vous répondrez à cette question simple, importante et indispensable !!! »

Et oui, vous avez raison, cher Christian, j’aurais dû préciser.

Mais vos réactions m’ont ouvert les yeux sur un point : il y a un énorme malentendu sur le bio :

Oui ! Je recommande chaudement de manger bio, autant que votre porte-monnaie vous le permet.

Oui ! Le bio est bien meilleur pour la santé que l’agriculture conventionnelle.

Mais NON ! Le bio n’est pas « magique » et n’échappe pas à certains polluants dangereux.

Et en plus, tous les « bio » ne se valent pas, loin de là !

Voilà pourquoi j’ai préparé cette lettre pour mettre les points sur les i à propos du « bio » :

Une évidence : moins de pesticides dans les produits BIO

Tout le monde le sait : l’agriculture biologique contient moins de pesticides chimiques que l’agriculture conventionnelle.

Je dis bien « moins de pesticides », et non pas « zéro pesticide », car il arrive qu’elle en contienne un peu.

C’est le cas, par exemple, lorsqu’un champ bio est à côté d’un champ non bio… et que les pesticides aspergés par le voisin s’envolent par-dessus la clôture.

Mais toutes les études sont formelles : vous avalez infiniment moins de pesticides avec du « bio » que du « non bio »1.

C’est là le principal intérêt du BIO pour la santé !

Car les pesticides chimiques employés dans l’agriculture intensive sont de dangereux perturbateurs endocriniens, soupçonnés de favoriser des maladies graves comme le cancer ou Parkinson.

Pour rappel, les fruits et légumes les plus gorgés de pesticides… ceux que vous avez vraiment intérêt à manger bio… sont les suivants :

  • La fraise (championne toute catégorie de l’éponge à pesticide)
  • Les pommes
  • Les pêches et nectarines
  • Le céleri
  • Les raisins
  • Les cerises
  • Les épinards
  • Les tomates
  • Et les concombres

L’autre grand intérêt du « bio », pour les viandes, c’est qu’elles contiennent moins d’antibiotiques.

C’est un cercle vertueux : les animaux sont mieux traités, ont moins besoin d’antibiotiques et la viande est donc meilleure pour votre santé.

(Méfiez-vous en revanche du « saumon bio » : les poissons sont un sujet assez compliqué, que j’ai étudié en détail dans cette précédente lettre.)

Et puis, dernier grand avantage du bio : les fruits et légumes bio sont plus riches en « bons nutriments » !

D’après une grande revue d’études de l’Université de Newcastle2, les produits bio ont une activité antioxydante de 17 % plus élevée, avec notamment :

  • 17 % de plus de caroténoïdes ;
  • 12 % de plus de xanthophylles ;
  • 6 % de plus de lutéine.

Bref, voilà des raisons amplement suffisantes pour privilégier le bio !

Mais cela ne veut pas dire que le BIO échappe à toutes les calamités de notre époque !

NON, le bio n’est pas une garantie « magique » d’échapper aux métaux lourds

Il faut bien comprendre ceci :

Le label « bio » vous garantit uniquement que l’agriculteur n’a pas employé de pesticides chimiques.

Mais il ne vous dit absolument rien de la qualité des sols !

Si le sol agricole est bourré de polluants dangereux… eh bien les fruits et légumes qui poussent sur ce sol seront contaminés, qu’ils soient bio ou non !

Et savez-vous quels légumes sont les plus sensibles aux métaux dangereux contenus dans les sols ?

Les légumes verts à feuille, dont je vous parlais dans la lettre sur les jus !

La raison est très simple à comprendre.

Prenez le « chou kale » (ou chou frisé). Cet aliment fait fureur aux Etats-Unis, car c’est un « super-aliment » gorgé de vitamines et minéraux.

Il contient notamment beaucoup de potassium, de magnésium, de calcium et de fer.

Ces minéraux, il les tire… du sol sur lequel il pousse !

Mais cette capacité extraordinaire à extraire les minéraux du sol est à double tranchant : elle explique pourquoi le choux kale est également riche en cuivre, en aluminium et en thallium !

Au total, cela reste un aliment excellent pour la santé, mais à consommer avec modération… et non pas 7 jours sur 7 dans un jus de légumes !

Et ce conseil est valable même si votre choux kale est biologique !

La seule chose qui compte, c’est la qualité du sol sur lequel il pousse !

Les sols « bio » sont-ils supérieurs aux sols « non bio » ?

Alors bien sûr, je sais ce que vous allez me dire…

Mais Xavier, les sols « bio » ne sont-ils pas meilleurs que les sols non bio ?

La réponse est… oui, un peu… mais pas beaucoup… et pas toujours.

Un peu, parce que les sols bio contiennent moins de cadmium, un métal lourd dangereux.

La raison est simple : un sol est d’autant plus riche en cadmium qu’il a été nourri d’engrais phosphatés (chimiques) au fil du temps.

Voilà pourquoi on retrouve nettement moins de cadmium dans les produits bio… et voilà encore un avantage à manger bio !

Mais l’avantage du bio s’arrête là.

La plus grande étude sur le sujet a trouvé autant de plomb et d’arsenic dans les fruits et légumes bio que dans les « non bio »3 !

Pourquoi ? Parce qu’il y a de multiples causes de la présence de métaux lourds dans les sols !

On sait que la pollution de l’air peut contaminer les sols… et bien sûr, cela touche autant les champs « bio » que les champs conventionnels !

Pendant des décennies, on a utilisé de la peinture au plomb qui s’est répandue dans les sols… on a incinéré des cadavres dont la mâchoire pouvait être pleine d’amalgames au mercure… on a extrait l’aluminium de la croûte terrestre pour l’utiliser dans tous nos équipements…

Autant vous dire qu’il n’y a pas forcément une différence magistrale entre les sols bio et les autres !

Parfois, il n’y a même aucune différence.

C’est le cas pour les champs fraîchement reconvertis au bio… il y en a de plus en plus… c’est une excellente nouvelle… mais cela veut dire que les sols seront pendant quelques temps aussi dégradés par les engrais et pesticides chimiques que les sols conventionnels !

Guide de survie contre les métaux lourds : le cas du riz et du thé

Comprenez bien que je ne veux pas vous décourager : mon but est uniquement de vous informer.

Vous savez maintenant pourquoi vous devez éviter de manger des légumes verts à feuille tous les jours, notamment dans un jus de légumes.

Vous savez aussi pourquoi il faut absolument varier vos fruits et légumes, notamment en fonction des saisons.

Je voudrai aussi ajouter un mot sur le riz et le thé, très touchés par les métaux.

Le riz concentre une quantité impressionnante d’arsenic.

Alors évitez d’en manger tous les jours, et privilégiez les riz basmati blanc ou semi-complet, qui contiennent moins d’arsenic que les riz complets.

Lavez aussi votre riz énergiquement avant cuisson. Et si vous le pouvez, prenez le temps de le tremper dans de bons volumes d’eau pendant 12 ou 24h, cela réduit l’arsenic qu’il contient !

Quant au thé, lui aussi a tendance à être contaminé car l’arbre à thé aspire fortement les minéraux et métaux du sol.

C’est ce qui fait qu’il contient plein de bonnes choses… mais c’est ce qui fait aussi que beaucoup de thés du commerce sont chargés en fluor, en plomb, arsenic ou aluminium.

Voilà pourquoi je recommande de privilégier les thés bio « haut de gamme », plutôt que les premiers prix. Privilégiez aussi les thés du Japon, plutôt que ceux de Chine où la terre est généralement plus polluée.

Le plus important : restez ZEN !

Vous le voyez : manger sain aujourd’hui est beaucoup plus compliqué qu’à l’époque de nos grands-parents ou arrière grands-parents.

C’est malheureux, mais il ne sert à rien de se lamenter !

Alors ne vous découragez pas, et informez-vous bien, sans vous « prendre la tête » !

Tous mes conseils visent à vous aider à obtenir une santé optimale à tous points de vue.

Mais il n’y a pas forcément besoin de les suivre à 100 % pour être en bonne santé…. Et vous pouvez vous permettez des écarts si vous respectez les fondamentaux !

Alors oui, ajustez tranquillement votre alimentation, faites quelques efforts, mais essayez de ne pas faire de la nourriture saine une obsession de tous les instants…

…et surtout, n’oubliez pas le plaisir de l’assiette !

Bonne santé,

Xavier Bazin

Sources

71 commentaires

Guido Ineichen 19 août 2020 - 16 h 56 min

pour manger sainement il reste une seule solution:
cultiver son propre jardin dans un sol que vous savez propre, sans engrais et sans pesticides

Répondre
Naturelle 10 août 2020 - 9 h 45 min

Comment peut-on faire du BIO alors que la terre et l’air sont contaminé, la pollution et tous les produits chimiques pesticides et compagnie ont un impact direct sur l’agroalimentaire et dans nos assiettes ???? C’est la grosse ARNAQUE DU SIÈCLE LE BIO et de plus coûte chère… Les intérêts du bio industriel des grosses multinationales agro-alimentaires distribués par les super et hypermarchés , font de grands profits en exploitant le filon du soit-disant bio… Et de plus : Les sols ne sont pas contrôlés sur ces polluants avant l’installation d’un élevage ou d’une culture biologique. Et l’agriculteur peut convertir son champ en bio, même si ce dernier est situé à proximité d’une installation polluante. La seule alternative à cela! C’est un filtre à charbon actif pour l’eau du robinet ( qui est contaminé) et nettoyer tout ( légumes, fruits, etc…) auparavant laisser tromper tout dans un seau ou grande bassine d’eau mélangé à du vinaigre blanc pendant 20 minutes puis bien rincer à l’eau… Il faut pas se voiler la face ( Mais protégez-vous😷)
Pesticides, cultures, élevages intensives, nous sommes surpeuplés… Donc! la massification de la production agricole mène une surproduction massive, pour pouvoir produire en masse en utilisant des produits chimiques .

Répondre
ngoum Isaac 30 juillet 2020 - 10 h 16 min

Vous avez fait preuve de beaucoup d’humilité dans cette mise au point sur les produits bio et non bio et la nécessite intelligente de ne pas en faire une obsession

Répondre
Hadassah BORREMAN 25 juin 2020 - 9 h 11 min

Bonjour Xavier,

Alors dites-nous plutôt ce qu’on peut encore manger, car après avoir éliminé ce qu’on ne devrait plus manger, il reste pas grand chose ! On ne va quand même pas survivre à coup de gélules « bio » ?

Répondre
Stoeckel 20 juin 2020 - 6 h 52 min

C’est surtout l’air qui est pollué ! Ancien conseiller régional d’Alsace (1992-2004, les Verts), j’ai appris lors d’une commission agriculture (≈ 2001 ?) que d’après une étude de l’Institut de Recherche Franco-Allemand sur l’Environnement (IFARE), chaque Alsacien inhale bon an mal an 2 fois plus plus de pesticides par l’air qu’il respire que par ingestion d’une eau supposée à la limite de potabilité en la matière !
Explication : ce sont les buses des rampes d’épandage qui font de trop petites gouttelettes, lesquelles s’évaporent avant de toucher le sol, et le produit se retrouve dans l’air…
« Solution » trouvée : on a décidé de subventionner les agriculteurs pour remplacer les buses afin de les agrandir !!! Tout est dit !

Répondre
Stéphane BERTEN 27 janvier 2020 - 8 h 19 min

Bonjour….
Je suis thérapeute dans le nord de la France et j’utilise un appareil qui permet de faire pour quelques euros une évaluation assez précise des oligo-éléments et des métaux lourds contenus au niveau cellulaire…. et comme je pratique depuis de nombreuses années, je peux vous assurer que nous sommes tous concernés par la déminéralisation et les excès de métaux lourds et pour moi, l’un des plus terrible est l’Antimoine ( Bouteilles en plastiques et acide citrique et barquettes au micro onde ) il est directement impliqué dans les cancers des tissus mous qui ont tendance à se généraliser…
Heureusement pour les métaux en global et en fonction de chaque cas particulier nous avons développé des stratégies de chélation…
Moi même, atteint il y a quelques années par le diabète j’étais bourré de mercure du aux amalgames dentaires et celui-ci est un antagoniste du chrome nécessaire à la qualité de l’insuline….
Je peux aussi vous confirmer que les végans qui font attention depuis des années à la nourriture ne sont pas moins touchés…
Mais sachant aussi que le premier tueur au monde est le stress…il faut apprendre à relativiser et réinventer une façon de se nourrir et de se nettoyer régulièrement de tout les toxiques en reminéralisant au maximum… Amicalement, S.B

Répondre
Véronique Cluzaud 7 janvier 2020 - 8 h 35 min

Bonjour,Je suis maraichere bio depuis Presque 30 ans,dans le 24,j’écrivais au début de ma  »carriere » sur le tract de ma ferme:  »le bio n’est pas quelque chose de parfait dans un monde pollué »,et les clients qui veulent s’acheter une tranquilité ou une « assurance 0 cancer » en consommant bio »juste pour leur pomme »étaient déçus avec moi car je ne leur vendais pas ça!….Bien sûr comme vous le soulignez si justement ,c’est tout de même dans les produits bio qu’il y en a le moins(beaucoup moins… une étude sur le vin de » 60 millions … »est criante a ce sujet car on ne retrouve pratiquement pas de pesticides dans le vin bio),mais au delà de cela ,ce qui est important dans l’acte de consommer du bio,c’est que par votre acte vous participez à développer une alternative et un changement absolument nécessaire(tous les voyants environnementaux sont au rouge,eau,air,biodiversité,climat…);Vous mettez votre pierre à l’édifice ,et si en plus vous essayez d’être vigilants sur les provenances,les emballages,la saison,bref privilégier l’agriculture paysanne et fuir la grande distribution qui ne respecte pas les paysans,Vous allez dans le bon sens pour la transition écologique,et cela ,c’est aussi très bon pour la santé!!!
Alors ,Vive le BIO,c’est le BON SENS!

Répondre
aupy 24 novembre 2019 - 0 h 35 min

Arroser à l’eau de pluie participe-t-il à une augmentation des polluants ? Et le thallium, d’où vient-il ?

Répondre
NOELE LECLERCQ 21 novembre 2019 - 11 h 34 min

Combien d’années faudra t il pour qu’une terre polluée retrouve une qualité Bio ? Et comment est on informés de cet état ? Est il véridique que les Bio de supermarché ont une tolérance plus élevée de pesticides que les magasins dédiés au Bio ?

Répondre
victoria 17 novembre 2019 - 22 h 24 min

je confirme:tout ce que vous dites est vrais,je le sais depuis longtemps.avec vous j’apprends beaucoup,merci pour vos lettres.

Répondre
Christian PRIEUX 25 octobre 2019 - 19 h 15 min

Plein de bon sens

Répondre
Martel brigitte 16 octobre 2019 - 7 h 45 min

Je vous remercie infiniment pour cet article très clair..Enfin la vérité, encore merci.
Cordialement

Répondre
Janine 21 septembre 2019 - 18 h 42 min

Bonjour,
J’aimerai dire également, que… tout ce qui tombe du ciel n’est pas béni… !!! Qu’est-ce que cela veut dire???
Très simple… les chem-trails…
Vous connaissez??? ces traînées, parfois très persistantes et qui s’élargissent beaucoup dans le ciel, laissées par les avions… Cherchez et lisez les articles qui en parlent… C’est un scandale…! mais… je dis ça, je dis rien… voyez par vous-même!!! c’est du poison pur et simple…! Il n’empêche que de toute manière, il vaut mieux manger bio…! Bien à vous

Répondre
Renault 18 septembre 2019 - 21 h 00 min

Après lecture de votre unique source, résumé d’un long article non disponible, je me demande où vous allez chercher tout ça.
En fait il apparaît clairement que l’article montre clairement l’avantage de se nourrir bio par rapport au non-bio.
Votre conclusion ne semble pas aussi claire.
J’en suis étonnée.

Répondre
ALLOTE 14 septembre 2019 - 11 h 49 min

Pourquoi ne dites-vous pas que le bio étranger N’EST PAS TENU DE RESPECTER NOS NORMES ?
Cette information est capitale. Les produits espagnols, soi-disant « bio », ne le sont pas (et ils utilisent souvent des produits interdits chez nous) mais tous les commerces en vendent !

Répondre
bertrand 3 septembre 2019 - 8 h 07 min

Super!!
Un jour viendra , ou nous n’oserons plus rien manger ,,à vous entendre ,ainsi que de multiples médecin ,diététicien ,ou autre,les avis sont constamment controversés.
c’est alarmant ,vous stresser les gens vous nous rendez hypocondriaque .

Répondre
PAILHARES Eric 27 août 2019 - 8 h 16 min

Bonjour,
Merci pour vos parutions qui nous lèvent vraiment le doute sur des problèmes de santé majeurs du quotidien.
Bravo encore

Répondre
Jamain-Racher Marie-Hélène 18 août 2019 - 7 h 18 min

Bonjour monsieur !
J’ai bien apprécié votre lettre de ce matin. La pollution apporte aussi un grand nombre de métaux lourds, ma question est de savoir ce que vous pensez sur les chemtrails car J’ai lu pas mal de documents sur cela, Claire Séverac aurait peut-être payé le prix de ses recherches là-dessus.
Ayant des amis pilotes de ligne, ils ne m’ont pas donné d’informations à ce sujet. Cela concerne aussi notre atmosphère qui malheureusement est commune à tous !
Merci pour votre éventuelle réponse.
Marie-Hélène

Répondre
Claire 8 août 2019 - 6 h 18 min

Pouvez-vous mettre vos sources, afin que nous puissions faire nous-même nos recherches ? Merci

Répondre
Beuscar 15 juillet 2019 - 10 h 05 min

Très intéressant, et tout à fait d’accord avec vous.! Encore une fois très bonne lettre. Merci.

Répondre
Gautret 6 janvier 2019 - 8 h 36 min

Merci pour toutes ces informations. En conclusion je comprends qu’il faut consommer très varié et moins. La santé est au bout de choix judicieux. Merci

Répondre
citronnelle 1 juin 2018 - 16 h 31 min

Xavier Bazin n’est pas un docteur, c’est un journaliste scientifique, éditeur et écrivain, passionné de médecine naturelle.
N’attendez pas de réponse, il n’y en a jamais, les lettres sont juste là, à titre d’ informations .

Répondre
grillet michel 29 mai 2018 - 19 h 18 min

personnellement je cultive,etant retraite,quelques legumes naturellement,c’est vrai j’ai beaucoup de perte mais c’est le prix a payer.je cultive aussi des plantes telles le thym,persil romarin basilic,coriante,menthe,sauge,celleri.je me leve parfois la nuit les jours de pluie pour lutter contre les escargots mais je ne les detruit pas car ils mangent aussi les feuilles mortes et leurs excrements fertilisent le sol.je les deplace simplement ou ils ne me nuisent pas.

Répondre
POISSON DANIELE 27 mai 2018 - 11 h 12 min

Merci pour vos conseils toujours très utiles.
Je souhaiterais connaître les marques haut de gamme des thés bio japonais (thés verts je suppose).
Avec mes remerciements
Cordialement
P.S. ces thés présentent-ils vraiment moins de risques à propos des métaux lourds malgré Fukushima et autres ??

Répondre
lafleur 7 août 2019 - 18 h 47 min

très pertinente votre question ! c’est connu que la Chine et le bio écolo …
mais j’ai aussi lu que la France avait cessé tout contrôle de radioactivité sur les importations du Japon … cela fait « rêver » … surtout quand on a aucune confirmation officielle que tout est bien fini quant aux fuites à Fuckushima… pour conclure je choisis du thé vert d’Inde , c’est plus sûr Même si …
restons zen !

Répondre
ZITAN 23 mai 2018 - 19 h 30 min

Bonjour et merci pour ces infos, parfois un peu décourageantes mais aussi bienveillantes.
Je suis étonnée que vous ne parliez pas de la cuisson à la vapeur douce, prônée par plusieurs diététiciens et cancérologues. Moi-même je cuisine ainsi depuis 3 ans pour réduire, voire éliminer les éventuels métaux lourds dans les légumes, viandes ou poissons. Je n’ai pas besoin d’ajouter des sauces ni même du sel, car j’ai retrouvé la vraie saveur de ces aliments. Des épices ou un peu d’huile d’olive de bonne qualité suffisent pour varier les goûts. Cuisine rapide, simple, économique et délicieuse ! Bon appétit et bonne santé à tous.
Sylvie

Répondre
Gires - millet 23 mai 2018 - 14 h 51 min

Bonjour Xavier. Je vous lis depuis qq années et suis abonnée à SNI et plus. Sur cette article si j’ai bien compris, il serait utile d’avoir un label de garantie sur les sols. Alors comment fait-on ? Sur mon marché, j’ai 2 producteurs BIO et privilégie celui de proximité. J’achète aussi à des producteurs locaux en ayant pris soins de d’avoir posé la question sur l’usage des pesticides. Finalement on est sûr de rien.

Répondre
Aline 22 mai 2018 - 15 h 33 min

Comment écrire l’essentiel en quelques lignes ? Vous êtes une source incroyable de bonnes et fiables informations, et je ne vous en remercierai jamais assez !

Répondre
Pelé 21 mai 2018 - 21 h 05 min

Que de choses fausses sur les sols:
un paysan ne mets pas des engrais chimiques sur ses champs: il mets un complément alimentaires comme disait le journalisme conseillé en potager et fleur
une plante sans phosphore, potasse, magnésie, cuivre,
soufre,zinc nitrate, bon pour les plantes comme pour les humains,2000mgr jour(jus de carotte betteraves
rouge et de courge riche en nitrate bon pour le coeur des sportifs
il adapte ses apports en fonction de la culture le mais aime le zinc, le colza le soufre aucune plante ne pousse sans cuivre elle crève tous, et les plantes sont très souvent carençé en minéraux et après on achète
multivitamines et minéraux!!! et parlons des pollutions des sols:leplomb des gaz d’échappements
le long des routes, les boues des stations d’épurations qui ont pollué les horticulteurs de la région parisienne, les lessives 80tonnes dephosphate
dans la seine passes à Rouen tous les jours.les usines
qui polluent,les médicaments une catastrophe etc sanitaire et tous ses gens qui veulent du bon bio
et qui tous les jours dès le lever du jour pollue à tour de bras sans se soucier qui le retrouveront dans leur assiette. J’arrête , mais j’aimerai débattre pour
remettre les pendules à l’heure et ne pas voir toutes les inepties qui sont sans cesse remis sur le tapis.
il y a 77 que je mets les mains dans la terre et je la connais!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Répondre
VASSEL Jacqueline 21 mai 2018 - 18 h 18 min

J’ai suivi avec beaucoup d’attention la lettre concernant les bios, légumes, fruits, viande et le reste, je me suis toujours posé la question sur ces aliments bios que l’on nous vante tout le temps, merci pour tous vos conseils, c’est génial, je suis maintenant fixée sur la crédibilité de ce que nous achetons dans nos magasins, tout est clair maintenant dans ma tête. Bonnes études Docteur, merci pour tout.

Répondre
Bruneliere 21 mai 2018 - 12 h 25 min

Suggestion : Pour pallier aux métaux lourds dans les légumes verts même Bio et particulièrement sous forme de jus frais ajouter le contenu d une ou 2 gélules de Chlorela ( excellent chelateur naturel de métaux lourds) et ou suivant ressources du moment quelques brins de coriandre
De même, en attendant que nos terres même Bio soient saines !!!vous faire un pesto de coriandre*
Laurence

Répondre
Nicolet 21 mai 2018 - 12 h 22 min

Je prends toujours beaucoup de plaisir à vous lire et cet article sur le bio est très intéressant. Je voulais juste vous signaler que je l’a reçu comme un spam . , mais peut-être vous l’a-t-on déjà signaler.
Ginette Nicolet

Répondre
PRADAUD Evelyne 21 mai 2018 - 10 h 34 min

Bonjour et encore un grand merci pour votre lourd travail, votre patience dans de nombreux domaines. Evelyne

Répondre
Auguste 21 mai 2018 - 9 h 37 min

L’aluminium, un métal lourd ?

Répondre
Sally Brown 21 mai 2018 - 7 h 21 min

Bonjour et merci pour ces précisions sur le bio. Une question sur le thé. Vous dites qu’il faut privilégier les thés venant du Japon, plutôt que ceux de la Chine « où la terre est généralement plus polluée. »
Mais est-ce vrai depuis Fukushima ? J’avoue que, depuis 2011, j’évite le thé (et d’autres produits) venant du Japon… Ai-je raison ?

Répondre
Perret 20 mai 2018 - 17 h 21 min

Si on a le courage de lire jusqu’au bout vos messages fleuve et si on croit ce que vous racontez, on ne mange plus, on n’avale plus aucun médicament, on se méfie de tout le corps médical et des agriculteurs et on est sûr… de dépérir !!!

Répondre
delatorre 20 mai 2018 - 16 h 22 min

bonjour mr Xavier je lis votre courrier au sujet de terrain bio j’ai toujours entendu avant d’avoir le label bio il faut attendre 3 annees donc au bout de 3 ans il me semblerait que la terre serait plus propre donc beaucoup moins ou presque plus de pesticides dans les sols; nous meme praticons depuis 40 ans l’agrisulture biologique et l’on se porte bien et tous mes achats sont fait en magasin bio. Merci pour tous ces bons conseils

Répondre
CAPOSELE 20 mai 2018 - 14 h 38 min

Merci pour cette lettre fort intéressante, il est bon de remettre les connaissances à niveau, je vais la transmettre à mes enfants et à mes amis que me sont chers.
Très Cordialement
Michèle

Répondre
FOURNIER Christiane 20 mai 2018 - 11 h 50 min

La terre du Japon contient-elle de l’uranium ? Si oui, comme je le pense, le riz ne risque t-il pas d’en contenir ?
Mon pays natal est Madagascar où j’ai vécu durant 20 ans et où les rizières pullulent. Durant toute cette période nous avons mangé, ma famille et moi, des kg de riz, matin, midi et soir…

Répondre
Steiner 20 mai 2018 - 11 h 46 min

Merci de cet article sur les métaux lourds dans les légumes même bio. Peut-on réduire les pesticides et les métaux lourds en rinçant les aliments dans de l’eau avec du bicarbonate de soude ou du vinaigre et si tel est le cas quelles sont les doses d’usage recommandées?
Merci d’avance de votre réponse.

Répondre
Reghai maria 20 mai 2018 - 11 h 23 min

Bonjour je vous remercie pour tous vos conseils. J’utilise de la farine de riz complet pour faire mon pain dans gluten. Jt ajouté Du sarasin du chat des amendes pillés de lhiule d’olive….Est ce le cette farine de riz quotidienne Est nocive? Dansce cas là avec quoi puis je le remplacer. Merci

Répondre
Alain BEAUSIRE 20 mai 2018 - 11 h 03 min

Chère « pacteau »
Je ne suis pas du tout d’accord sur la saveur des produits bio qui serait meilleure. Cela n’est valable QUE si la terre est totalement vierge et pleine de vers de terre par exemple… et encore faut-il que le cultivateur utilise des variétés épargnées (semences anciennes épargnées) de bonne qualité gustative et utilise des méthodes manuelles longues et patientes. Si vous trouvez aujourd’hui une tomate bio d’excellent goût, vous aurez une chance exceptionnelle! À moins que vous ayez perdu la mémoire d’une bonne tomate ou n’en avez jamais connu!
Car souvent, trop d’arrosage, trop de culture sous serre, trop de substituts (même naturels), font perdre au produit ses qualités nutritionnelles et gustatives.
Allez voir ce que fait Pascal Poot dans l’Hérault et vous comprendrez mieux!

Répondre
Alain BEAUSIRE 20 mai 2018 - 10 h 39 min

Merci pour cette mise au point utile et surtout pour votre conclusion, pleine de bon sens: ne devenons pas « intégristes », allons dans le sens le « moins pire » (incorrection, certes, mais dans le pire il y a des niveaux, comme parmi les mauvais élèves)…
Une note sur sur le bio des pays lointains: ceux-ci ne subissent que rarement des contrôles, sinon aucun! Un simple aller-retour de documents suffit souvent à renouveler un label « AB » (ex: pommes de terre bio d’Égypte souvent « pesticidées »). Je préfère acheter des crevettes non bio, donc sauvages et non élevées, pour éviter les éventuels nutriments non contrôlés et suspects ajoutés à la nourriture des crevettes; même celles de Madagascar.

Répondre
Claire Girardeau 20 mai 2018 - 10 h 00 min

Remarques sur les métaux

L’aluminium n’existe pas à l’état “natif” c.àd. seul et libre , il existe seulement dans de TRES nombreux composés (dont les pierres précieuses …) dont il est très difficile à extraire. Comment pourrait-il se retrouver dans l’état pur dans des choux et des salades ?
La chimie est une science ! qui affirme que le composé AB n’est ni A ni B ! Pensez au sel de table NaCl : qui d’entre vous utiliserait le coeur léger du sodium (très inflammable) et du chlore (très toxique) ?
Donc la moitié de ce que j’ai lu (avec angoisse et à cause de quoi je ne mange plus que du chocolat…) est un peu biaisé – et j’ajoute que les “bons” composants du chou frisé “potassium, magnésium, calcium et fer” sont des minéraux, OK, mais classés parmi les métaux ! Et que les “métaux lourds” nocifs sont référencés (par ex. Wiktionnaire) :
argent cadmium chrome cuivre fer mercure nickel or
plomb titane uranium vanadium zinc
pas d’aluminium ; quant au thallium, “hautement toxique” pour l’homme (et les rats) son dosage est hyper-surveillé.

Alors au lieu d’avaler du non-bio, du bio ou n’importe quoi, avalez “La Chimie pour les Nuls” vous ne confondrez plus “minéraux”, métaux, corps purs et autres petits atomes.

Et contentez-vous de haïr les pesticides …

Répondre
Mora Véronique 20 mai 2018 - 9 h 27 min

Très surprise par votre méconnaissance du Label Bio, qui autorise plus de 400 pesticides!! Au lieu de 800 et des brouettes !! Non il n’y a pas que le sol, l’air et l’eau, il y a aussi les pesticides autorisés dans le Bio. Le Bio industriel et le Bio du petit producteur passionné j’y crois !! Le reste n’est que marketing !!

Répondre
courel 20 mai 2018 - 9 h 21 min

merci de cette mise au point surtout concernant les sols !

Répondre
GUENIN Dominique 20 mai 2018 - 9 h 07 min

Bonjour,
je lis toujours avec attention vos lettres, et vous remercie pour ces publications.
votre commentaire sur le riz m’interpelle, d’ailleurs grâce à vous si je me suis mis au Basmati complet. En effet, le laver, ok, mais si, en le faisant tremper, on ajoutait un peu de bicarbonate ?
Merci pour votre réponse.
Recevez mes plus cordiales salutations.
Dominique Guenin

Répondre
lhuisset 20 mai 2018 - 8 h 37 min

Attention, la « bouillie bordelaise » donc le sulfate de cuivre de qualité industrielle contient du cadmium, de l’arsenic, probablement du thallium etc… Ce produit est, à ma connaissance, autorisé en bio, et finalement ces métaux lourds après plus de 50 ans de traitement ininterrompu sature le sol de métaux lourds indésirables… Métaux lourds que vous retrouver dans le vin, le champagne… bio ou pas

Répondre
HUGRET 20 mai 2018 - 8 h 28 min

Bonjour,
merci pour toutes ces explications très claires. Pour le thé vous parlez de la Chine et du japon. Qu’en est il des thés indiens, darjeeling en particulier?
merci. cordialement

Répondre
Pierrick 20 mai 2018 - 8 h 27 min

Merci Xavier pour ces précisions. Vos lettres sont d’une grande richesse.

Répondre
Rodet Denise 20 mai 2018 - 7 h 37 min

Vous ne parlez pas de la notion du VIVANT qui est préservée dans un légume Bio par exemple, alors qu’elle n’existe plus dans tout ce qui est « trafiqué », hybride mais surtout OGM ! Faites l’essai de planter une patate Bio et une patate OGM !!!!

Répondre
pacteau 20 mai 2018 - 7 h 36 min

j apprécie tout à fait votre mise au point
En temps que gynécologue obstétricienne ,j explique tous les jours aux futures mères les précautions à prendre et …. aussi que manger doit rester un plaisir
J ajouterais que manger bio a aussi l avantage de retrouver la saveur des produits

Répondre
FANTAZIAN 20 mai 2018 - 7 h 08 min

La constatation est évidente , tout est pollue ! rien n’échappe au progrès… ! soit disant bon pour la santé.
La seule échappatoire est de manger le moins possible tout en mangent sans transformation des produits au plus proche du naturels .
Manger a heures régulières !
Eviter tout abus de produits dopants , alcools, excitants , stimulants…
Eviter de manger de nuit !
Dormir suffisamment , a chacun ses besoins !
Avoir une libido saine.
Eviter les médicaments pris régulièrement.
Boire de l’eau régulièrement , quand on a soif !
EVITER
Ajouts ( sel , sucre , épices stimulantes et dérivées industriels …)
Cuisson moderne ( micro ondes , taques a inductions…)
Ecoutez votre corps, il feras le reste !

Répondre
Desliens 20 mai 2018 - 7 h 00 min

J’ai souri quand j’ai lu que les sols chinois étaient généralement moins pollués que les sols japonais.
Mais le Japon a reçu 2 bombes nucléaires il y a 73 ans, et une explosion de centrale en 2003, non?

Répondre
iris mansard 20 mai 2018 - 0 h 26 min

en mangeant des fraises je me cree un reflux gastrique qui cree une inflammation qui monte aux bronches, alors bronchite totale pendant une semaine
alors ces fraises??????????????????

Répondre
Sylvie B 19 mai 2018 - 23 h 51 min

Une belle lettre. Mais la géo ingénierie (pseudo science qui lutte contre le réchauffement climatique) pulvérise presque chaque jour dans notre ciel ces fameux métaux lourds (pour créer des nuages et un ciel chimique) qui finissent forcément par retomber sur nous, la flore et la faune. On comprend que tout finit par être empoisonné même le bio. Triste monde!

Répondre
Denis Rousseaux 19 mai 2018 - 19 h 45 min

Bonjour, à propos du riz, pour éliminer l’arsenic qu’il contient, il semblerait (mais je n’ai plus la source) que la meilleure façon de le cuire serait la percolation (comme le café-filtre) : de l’eau chaude qui coule sur le riz et qui n’est pas réutilisée.

Répondre
De LIETO 19 mai 2018 - 19 h 06 min

Bravo vos informations sont justes et lucides. Merci de votre engagement pour nous tous. J’ai vu un commentaire  » Mais comment faire? » peut-être manger moins, les quantités ne sont pas indispensables et vous récupérerez plus d’énergie.
Un petit jeûne 2 ou 3 jours par semaine et vous resterez toujours en santé…!!! Bonne route

Répondre
laroche 19 mai 2018 - 15 h 32 min

BONJOUR, il y a quelque semaine vous avez publier un article sur les impatience ou jambe sans repos,celui-ci contenais des conseils homéopatique ,qui m’interessai mais je ne retrouve plus ce mail vous serai t’il possible de me le renvoyer,et puis surtout merci pour toute vos informations qui sont tres pertinentent et sans but commercial

Répondre
GURY Michel 19 mai 2018 - 14 h 56 min

merci de cette excellente lettre pleine de sagesse et de précisions sur lesquelles on pense moins: le sol et l’atmosphère où se développe l’agriculture dont leur impact est loin d’être négligeable.

Répondre
Delphine Cucy 19 mai 2018 - 9 h 53 min

Je suis entièrement d’accord avec vous, le bio n’est pas parfait. Depuis le début du bio, je dis  » c’est un effort de faire du bio  » , mais la pluie se gorge des particules de l’air avant d’arriver par terre !
Ce qui préoccupe actuellement, c’est comment allons nous nous protéger des ondes électromagnétiques a haute dose envoyées dans tout le circuit électrique avec les nouveaux compteurs communiquants linky, avec le CPL et l’ERL, mise à part peut être une tourmaline noire de 2 tonnes dans le lieu de vie !
Comment faire ???

Répondre
Francis 19 mai 2018 - 9 h 51 min

La première cause de la pollution des sols par les métaux lourds est l’utilisation depuis des millénaires des cendres de bois puis de charbon comme engrais.
Les éléments toxiques qui ne sont pas forcément des métaux (l’arsenic) sont présents dans les sols de façon naturelle mais il y a eu un phénomène de concentration qui s’est produit avec le recyclage systématique des cendres et des boues de stations d’épuration (le plomb des canalisations d’eau) comme fertilisant.
Concernant le cadmium, les phosphates naturels autorisés en bio dans le passé étaient polluants alors que les phosphates dits chimiques parce que raffinés et purifiés ne l’étaient pas. En réalité, l’expression « engrais chimique » ne veut rien dire. Le véritable problème est l’influence nuisible des engrais solubles sur la vie des sols, c’est la grande ignorance de l’agronomie officielle, celle de l’INRA.

Répondre
PENARROYA 19 mai 2018 - 9 h 07 min

Merci pour vos messages!!
J ajouterai que les thés Gaia achetés en magasin bio viennent de perdre le label AB
Que pensez alors de ces thés qui viennent de CHINE d INDE…
Merci pour votre reponse
M’PENARROYA

Répondre
G.Pommerencke 19 mai 2018 - 9 h 03 min

suggestion:
transformer SANTE CORPS en organisme de contrôle et stimulation (comme le Guide du Routard) avec des inspecteurs qui donnent des
étoiles aux producteurs et le tout serait publié dans un guide annuel en vente dans les librairies..
les inspecteurs donneraient des échantillons du sol
à un labo indépendant
nous, les consommateurs,nous donnerons aussi notre avis, cas par cas
donc un contrôle du peuple pour le peuple

Répondre
Jean-Charles 19 mai 2018 - 8 h 25 min

A ce sujet, j’avais lu que les champignons en cueillette sauvage étaient aussi de vrais aspirateurs de polluants. Vu sur un magazine sérieux que l’on trouvait dans certains réseaux de magasins bio et dont les informations se sont très souvent révélées être exactes. A voir si l’on peut trouver des informations. En attendant je pense qu’il vaut mieux éviter d’en ramasser dans les zones proches des routes à trafic important et sur les sols suspectés d’être pollués, anciennes friches industrielle etc.

Répondre
Frederic Ananian 19 mai 2018 - 8 h 20 min

Vous nous faites douter ,de tout ce que l’on mange
Ce que vous dites est vrai
Mais la solution? Que faire ?

Répondre
Devillet 19 mai 2018 - 8 h 11 min

Bonjour à tous je pense que le vrai bio dois être dans les serres avec une terre qui a été traitée contre la pollution voilà car dans l’air la pollution de plomb et autres qui tombe avec la pluie fait que les cultures à ciel ouvert ne sont pas à 100% bio

Répondre
MOUR 19 mai 2018 - 7 h 48 min

J’ai bien aimé sur le bio .Vu tout ce qui est envoyé sur les terres agricole ,il faut la quantité, du beau produit .quand au prix !!!De toute façon ce que nous mangeons nous ignorons de quel pays arrive aussi bien certains légumes que la viande. Ce matin j’ai entendu que les poulets qui nous sont vendus ne sont pas Français, J’ai 90 ans et Suis dans une ville ou faire son marché pose problème vue le prix. Bio, pas bio je fais à ma guise. Quand au riz c’est mon petit fils qui m’a conseillé de bien le laver,maintenant je vais faire comme vous conseillez .Il y a toujours à apprendre des uns et des autres (je veux dire personnes comme vous)qui étudiez et connaissez . Merci

Répondre
J.Y.Le Doré 19 mai 2018 - 7 h 37 min

Les commentateurs de l’agriculture biologique ne parlent en général que de la suppression des pesticides (tout le début de votre article) la suppression des engrais chimiques doit être automatiquement associée ce n’est presque jamais fait et c’est aussi important pour la pollution des sols en métaux lourds. Il y a quand même une période de trois ans pour un agriculteur en conversion avant de pouvoir être labellisé biologique. Il y a d’autre part une agriculture qui « soigne » les sols avec des préparations à base de plantes ce qui permet de retrouver des sols sains libérés des résidus d’engrais chimiques. Des expériences ont été faites sur des sols près de Tchernobyl la dose de radioactivité a sensiblement diminuée après pulvérisations répétées de préparations biodynamiques. Le FIBEL organisme suisse de contrôle a rassemblé un grand nombre d’études sur l’action des préparations biodynamiques. Les produits issus de l’agriculture biodynamique certifiée portent le label Demeter.

Répondre
LACÔME Roger 19 mai 2018 - 7 h 12 min

Bonjour
Concernant le riz, c’est le riz Thaï qui contient le moins d’arsenic.
Cordialement

Répondre
latreche 19 mai 2018 - 7 h 08 min

MERCI BEAUCOUP POUR TOUTES CES PRÉCISIONS !!Enfin on nous dit la vérité et c’est super!!mais c’est rageant d’apprendre que nos sols sont dans cette état!!! petit à petit nos enfants et petits enfants seront protégés si nous faisons des efforts pour la qualité de nos sols 😉 Un grand MERCI

Répondre

Laissez un commentaire