Vegetables Bio

Légumes « bio » et métaux lourds : le GRAND malentendu

Plus de 250 !

J’ai reçu plus de 250 réponses à ma dernière lettre sur les jus de légumes !

Je vous alertais sur le risque de thallium et d’aluminium dans les légumes verts à feuille.

En réaction, des dizaines et des dizaines de lecteurs m’ont posé la même question :

« Bonjour. Les métaux lourds dans les crucifères, épinards et autres laitues concernent-ils aussi les légumes bio ? » (Sonya)« Votre article est très instructif ; pourquoi ne conseillez-vous pas les légumes (salades, choux etc) issus de l’agriculture biologique ? » (Docteur Segall)

« Cher monsieur, l’agriculture bio produit-elle une laitue sans aluminium ? » (Emma)

« Présence de thallium et d’aluminium dans les légumes verts : Question : est-ce valable également pour les produits certifiés biologiques ? » (Maria-Pina)

Etc. Etc…

Christian, un fidèle lecteur, est encore plus direct :

« Ce que je retiens et qui m’a frappé, c’est qu’il n’est jamais questions de faire une différence entre les légumes bio et non bio. Je suppose que vous répondrez à cette question simple, importante et indispensable !!! »

Et oui, vous avez raison, cher Christian, j’aurais dû préciser.

Mais vos réactions m’ont ouvert les yeux sur un point : il y a un énorme malentendu sur le bio :

Oui ! Je recommande chaudement de manger bio, autant que votre porte-monnaie vous le permet.

Oui ! Le bio est bien meilleur pour la santé que l’agriculture conventionnelle.

Mais NON ! Le bio n’est pas « magique » et n’échappe pas à certains polluants dangereux.

Et en plus, tous les « bio » ne se valent pas, loin de là !

Voilà pourquoi j’ai préparé cette lettre pour mettre les points sur les i à propos du « bio » :

Une évidence : moins de pesticides dans les produits BIO

Tout le monde le sait : l’agriculture biologique contient moins de pesticides chimiques que l’agriculture conventionnelle.

Je dis bien « moins de pesticides », et non pas « zéro pesticide », car il arrive qu’elle en contienne un peu.

C’est le cas, par exemple, lorsqu’un champ bio est à côté d’un champ non bio… et que les pesticides aspergés par le voisin s’envolent par-dessus la clôture.

Mais toutes les études sont formelles : vous avalez infiniment moins de pesticides avec du « bio » que du « non bio »1.

C’est là le principal intérêt du BIO pour la santé !

Car les pesticides chimiques employés dans l’agriculture intensive sont de dangereux perturbateurs endocriniens, soupçonnés de favoriser des maladies graves comme le cancer ou Parkinson.

Pour rappel, les fruits et légumes les plus gorgés de pesticides… ceux que vous avez vraiment intérêt à manger bio… sont les suivants :

  • La fraise (championne toute catégorie de l’éponge à pesticide)
  • Les pommes
  • Les pêches et nectarines
  • Le céleri
  • Les raisins
  • Les cerises
  • Les épinards
  • Les tomates
  • Et les concombres

L’autre grand intérêt du « bio », pour les viandes, c’est qu’elles contiennent moins d’antibiotiques.

C’est un cercle vertueux : les animaux sont mieux traités, ont moins besoin d’antibiotiques et la viande est donc meilleure pour votre santé.

(Méfiez-vous en revanche du « saumon bio » : les poissons sont un sujet assez compliqué, que j’ai étudié en détail dans cette précédente lettre.)

Et puis, dernier grand avantage du bio : les fruits et légumes bio sont plus riches en « bons nutriments » !

D’après une grande revue d’études de l’Université de Newcastle2, les produits bio ont une activité antioxydante de 17 % plus élevée, avec notamment :

  • 17 % de plus de caroténoïdes ;
  • 12 % de plus de xanthophylles ;
  • 6 % de plus de lutéine.

Bref, voilà des raisons amplement suffisantes pour privilégier le bio !

Mais cela ne veut pas dire que le BIO échappe à toutes les calamités de notre époque !

NON, le bio n’est pas une garantie « magique » d’échapper aux métaux lourds

Il faut bien comprendre ceci :

Le label « bio » vous garantit uniquement que l’agriculteur n’a pas employé de pesticides chimiques.

Mais il ne vous dit absolument rien de la qualité des sols !

Si le sol agricole est bourré de polluants dangereux… eh bien les fruits et légumes qui poussent sur ce sol seront contaminés, qu’ils soient bio ou non !

Et savez-vous quels légumes sont les plus sensibles aux métaux dangereux contenus dans les sols ?

Les légumes verts à feuille, dont je vous parlais dans la lettre sur les jus !

La raison est très simple à comprendre.

Prenez le « chou kale » (ou chou frisé). Cet aliment fait fureur aux Etats-Unis, car c’est un « super-aliment » gorgé de vitamines et minéraux.

Il contient notamment beaucoup de potassium, de magnésium, de calcium et de fer.

Ces minéraux, il les tire… du sol sur lequel il pousse !

Mais cette capacité extraordinaire à extraire les minéraux du sol est à double tranchant : elle explique pourquoi le choux kale est également riche en cuivre, en aluminium et en thallium !

Au total, cela reste un aliment excellent pour la santé, mais à consommer avec modération… et non pas 7 jours sur 7 dans un jus de légumes !

Et ce conseil est valable même si votre choux kale est biologique !

La seule chose qui compte, c’est la qualité du sol sur lequel il pousse !

Les sols « bio » sont-ils supérieurs aux sols « non bio » ?

Alors bien sûr, je sais ce que vous allez me dire…

Mais Xavier, les sols « bio » ne sont-ils pas meilleurs que les sols non bio ?

La réponse est… oui, un peu… mais pas beaucoup… et pas toujours.

Un peu, parce que les sols bio contiennent moins de cadmium, un métal lourd dangereux.

La raison est simple : un sol est d’autant plus riche en cadmium qu’il a été nourri d’engrais phosphatés (chimiques) au fil du temps.

Voilà pourquoi on retrouve nettement moins de cadmium dans les produits bio… et voilà encore un avantage à manger bio !

Mais l’avantage du bio s’arrête là.

La plus grande étude sur le sujet a trouvé autant de plomb et d’arsenic dans les fruits et légumes bio que dans les « non bio »3 !

Pourquoi ? Parce qu’il y a de multiples causes de la présence de métaux lourds dans les sols !

On sait que la pollution de l’air peut contaminer les sols… et bien sûr, cela touche autant les champs « bio » que les champs conventionnels !

Pendant des décennies, on a utilisé de la peinture au plomb qui s’est répandue dans les sols… on a incinéré des cadavres dont la mâchoire pouvait être pleine d’amalgames au mercure… on a extrait l’aluminium de la croûte terrestre pour l’utiliser dans tous nos équipements…

Autant vous dire qu’il n’y a pas forcément une différence magistrale entre les sols bio et les autres !

Parfois, il n’y a même aucune différence.

C’est le cas pour les champs fraîchement reconvertis au bio… il y en a de plus en plus… c’est une excellente nouvelle… mais cela veut dire que les sols seront pendant quelques temps aussi dégradés par les engrais et pesticides chimiques que les sols conventionnels !

Guide de survie contre les métaux lourds : le cas du riz et du thé

Comprenez bien que je ne veux pas vous décourager : mon but est uniquement de vous informer.

Vous savez maintenant pourquoi vous devez éviter de manger des légumes verts à feuille tous les jours, notamment dans un jus de légumes.

Vous savez aussi pourquoi il faut absolument varier vos fruits et légumes, notamment en fonction des saisons.

Je voudrai aussi ajouter un mot sur le riz et le thé, très touchés par les métaux.

Le riz concentre une quantité impressionnante d’arsenic.

Alors évitez d’en manger tous les jours, et privilégiez les riz basmati blanc ou semi-complet, qui contiennent moins d’arsenic que les riz complets.

Lavez aussi votre riz énergiquement avant cuisson. Et si vous le pouvez, prenez le temps de le tremper dans de bons volumes d’eau pendant 12 ou 24h, cela réduit l’arsenic qu’il contient !

Quant au thé, lui aussi a tendance à être contaminé car l’arbre à thé aspire fortement les minéraux et métaux du sol.

C’est ce qui fait qu’il contient plein de bonnes choses… mais c’est ce qui fait aussi que beaucoup de thés du commerce sont chargés en fluor, en plomb, arsenic ou aluminium.

Voilà pourquoi je recommande de privilégier les thés bio « haut de gamme », plutôt que les premiers prix. Privilégiez aussi les thés du Japon, plutôt que ceux de Chine où la terre est généralement plus polluée.

Le plus important : restez ZEN !

Vous le voyez : manger sain aujourd’hui est beaucoup plus compliqué qu’à l’époque de nos grands-parents ou arrière grands-parents.

C’est malheureux, mais il ne sert à rien de se lamenter !

Alors ne vous découragez pas, et informez-vous bien, sans vous « prendre la tête » !

Tous mes conseils visent à vous aider à obtenir une santé optimale à tous points de vue.

Mais il n’y a pas forcément besoin de les suivre à 100 % pour être en bonne santé…. Et vous pouvez vous permettez des écarts si vous respectez les fondamentaux !

Alors oui, ajustez tranquillement votre alimentation, faites quelques efforts, mais essayez de ne pas faire de la nourriture saine une obsession de tous les instants…

…et surtout, n’oubliez pas le plaisir de l’assiette !

Sources

Laissez un commentaire

80 commentaires

Francis 19 mai 2018 - 9 h 51 min

La première cause de la pollution des sols par les métaux lourds est l’utilisation depuis des millénaires des cendres de bois puis de charbon comme engrais.
Les éléments toxiques qui ne sont pas forcément des métaux (l’arsenic) sont présents dans les sols de façon naturelle mais il y a eu un phénomène de concentration qui s’est produit avec le recyclage systématique des cendres et des boues de stations d’épuration (le plomb des canalisations d’eau) comme fertilisant.
Concernant le cadmium, les phosphates naturels autorisés en bio dans le passé étaient polluants alors que les phosphates dits chimiques parce que raffinés et purifiés ne l’étaient pas. En réalité, l’expression « engrais chimique » ne veut rien dire. Le véritable problème est l’influence nuisible des engrais solubles sur la vie des sols, c’est la grande ignorance de l’agronomie officielle, celle de l’INRA.

Répondre
PENARROYA 19 mai 2018 - 9 h 07 min

Merci pour vos messages!!
J ajouterai que les thés Gaia achetés en magasin bio viennent de perdre le label AB
Que pensez alors de ces thés qui viennent de CHINE d INDE…
Merci pour votre reponse
M’PENARROYA

Répondre
G.Pommerencke 19 mai 2018 - 9 h 03 min

suggestion:
transformer SANTE CORPS en organisme de contrôle et stimulation (comme le Guide du Routard) avec des inspecteurs qui donnent des
étoiles aux producteurs et le tout serait publié dans un guide annuel en vente dans les librairies..
les inspecteurs donneraient des échantillons du sol
à un labo indépendant
nous, les consommateurs,nous donnerons aussi notre avis, cas par cas
donc un contrôle du peuple pour le peuple

Répondre
Jean-Charles 19 mai 2018 - 8 h 25 min

A ce sujet, j’avais lu que les champignons en cueillette sauvage étaient aussi de vrais aspirateurs de polluants. Vu sur un magazine sérieux que l’on trouvait dans certains réseaux de magasins bio et dont les informations se sont très souvent révélées être exactes. A voir si l’on peut trouver des informations. En attendant je pense qu’il vaut mieux éviter d’en ramasser dans les zones proches des routes à trafic important et sur les sols suspectés d’être pollués, anciennes friches industrielle etc.

Répondre
Frederic Ananian 19 mai 2018 - 8 h 20 min

Vous nous faites douter ,de tout ce que l’on mange
Ce que vous dites est vrai
Mais la solution? Que faire ?

Répondre
Devillet 19 mai 2018 - 8 h 11 min

Bonjour à tous je pense que le vrai bio dois être dans les serres avec une terre qui a été traitée contre la pollution voilà car dans l’air la pollution de plomb et autres qui tombe avec la pluie fait que les cultures à ciel ouvert ne sont pas à 100% bio

Répondre
MOUR 19 mai 2018 - 7 h 48 min

J’ai bien aimé sur le bio .Vu tout ce qui est envoyé sur les terres agricole ,il faut la quantité, du beau produit .quand au prix !!!De toute façon ce que nous mangeons nous ignorons de quel pays arrive aussi bien certains légumes que la viande. Ce matin j’ai entendu que les poulets qui nous sont vendus ne sont pas Français, J’ai 90 ans et Suis dans une ville ou faire son marché pose problème vue le prix. Bio, pas bio je fais à ma guise. Quand au riz c’est mon petit fils qui m’a conseillé de bien le laver,maintenant je vais faire comme vous conseillez .Il y a toujours à apprendre des uns et des autres (je veux dire personnes comme vous)qui étudiez et connaissez . Merci

Répondre
J.Y.Le Doré 19 mai 2018 - 7 h 37 min

Les commentateurs de l’agriculture biologique ne parlent en général que de la suppression des pesticides (tout le début de votre article) la suppression des engrais chimiques doit être automatiquement associée ce n’est presque jamais fait et c’est aussi important pour la pollution des sols en métaux lourds. Il y a quand même une période de trois ans pour un agriculteur en conversion avant de pouvoir être labellisé biologique. Il y a d’autre part une agriculture qui « soigne » les sols avec des préparations à base de plantes ce qui permet de retrouver des sols sains libérés des résidus d’engrais chimiques. Des expériences ont été faites sur des sols près de Tchernobyl la dose de radioactivité a sensiblement diminuée après pulvérisations répétées de préparations biodynamiques. Le FIBEL organisme suisse de contrôle a rassemblé un grand nombre d’études sur l’action des préparations biodynamiques. Les produits issus de l’agriculture biodynamique certifiée portent le label Demeter.

Répondre
LACÔME Roger 19 mai 2018 - 7 h 12 min

Bonjour
Concernant le riz, c’est le riz Thaï qui contient le moins d’arsenic.
Cordialement

Répondre
latreche 19 mai 2018 - 7 h 08 min

MERCI BEAUCOUP POUR TOUTES CES PRÉCISIONS !!Enfin on nous dit la vérité et c’est super!!mais c’est rageant d’apprendre que nos sols sont dans cette état!!! petit à petit nos enfants et petits enfants seront protégés si nous faisons des efforts pour la qualité de nos sols 😉 Un grand MERCI

Répondre
1 2 3 8