5 secrets pour bien choisir son médecin

Mon ami le Dr Franck S. m’a raconté une anecdote étonnante. Voici, mot pour mot, ce que l’un de ses confrères médecin lui a confié récemment :

« Il n’y a rien de pire qu’un patient qui éclate en sanglot dans mon cabinet. Cela désorganise toute ma journée de consultations. Je ne peux pas obliger le patient à sortir et se calmer dans la salle d’attente… du coup, je suis obligé d’attendre que ça passe, d’écouter son déballage. C’est tout mon planning qui en prend un coup !

Résultat, pour éviter de perdre trop de temps, je m’empresse de lui prescrire des antidépresseurs ».

Et Franck de me dire, avec son regard bienveillant de médecin de famille :

« Dans mon cabinet, il y a toujours un paquet de mouchoirs disponible pour mes patients. Pour moi, un patient qui pleure, c’est un moment clé : celui où il va pouvoir s’ouvrir et me confier ce qui, profondément, ne va pas dans sa vie. Et c’est comme cela que je pourrai vraiment l’aider. »

Évidemment, tout le monde préférerait être suivi par un médecin comme Franck plutôt que par son confrère…

Mais peut-être vous imaginez-vous que la bienveillance du médecin est un simple « plus », qui permet juste de passer un moment plus agréable en consultation.

Le plus important, c’est sa compétence technique, n’est-ce pas ?

Eh bien non, pas du tout.

En réalité, l’attitude de votre thérapeute fait partie intégrante de sa capacité à vous soigner et à vous guérir.

C’est même une erreur monumentale de choisir un médecin « hautain et distant », simplement parce qu’il a les meilleurs diplômes et références universitaires.

Y compris si vous avez une maladie grave, comme le cancer :

Être écouté : la nouvelle arme anti-cancer

C’est ce qu’a révélée une étude révolutionnaire, réalisée à l’hôpital du Massachusetts, aux Etats-Unis. [1]

150 patients en phase terminale d’un cancer du poumon, à qui il ne restait plus qu’un an à vivre, ont accepté de participer à l’expérience.

Tous ont reçu les traitements médicaux conventionnels. Mais seule la moitié du groupe a bénéficié également d’une séance mensuelle de « soins palliatifs ».

Au cours de cette séance, les patients étaient écoutés, et invités à parler de sujets que les médecins abordent rarement : préfèrent-ils soulager leur douleur en priorité, ou prolonger leur vie au maximum ? Souhaitent-ils vraiment savoir le nombre de mois qui leur reste à vivre ?

L’un des participants, par exemple, dénommé Peter, avait appris de la bouche de son cancérologue que son cas était « désespéré ». Et qu’il ne pourrait pas, sauf miracle, assister au mariage de son fils, six mois plus tard. [2]

Eh bien grâce à sa séance de « soins palliatifs », Peter a pu parler de choses vitales pour lui : comment souhaitait-il vivre ses derniers mois ? Et comment allait-il annoncer la nouvelle à son fils, et à ses autres enfants qui vivaient aux quatre coins des États-Unis ?

Peut-être vous dites-vous que tout cela est « très bien », mais que ce n’est pas le « job » du médecin. Qu’il doit plutôt se concentrer sur « ce qui compte vraiment » pour guérir, c’est à dire les scanners, les protocoles et les médicaments.

Sauf que… ces quelques séances d’humanité ont eu de réels effets thérapeutiques.

Non seulement les patients qui en ont bénéficiées ont déclaré avoir eu une meilleure qualité de vie… Non seulement ils se sont sentis moins déprimés… Mais ils ont même vécu plus longtemps que les autres !

Ils ont survécu 11,6 mois en moyenne, contre 8,9 mois chez ceux qui ont uniquement reçu les traitements « standard »… simplement parce qu’on leur avait demandé ce qu’ils voulaient vraiment, une fois par mois, avec bienveillance et humanité.

En fait, les chercheurs sont en train de redécouvrir une vérité ancestrale : l’empathie et l’écoute sont les plus puissants des médicaments !

Ce devrait donc être le premier critère pour le choix de votre médecin.

L’empathie, première compétence du médecin (secret n°1)

Si vous ne me croyez pas, regardez plutôt les résultats étonnants de cette nouvelle étude, réalisée avec des patients atteints du syndrome du côlon irritable[3], une pathologie moins tragique que le cancer, mais qui peut vraiment vous gâcher la vie.

Les scientifiques ont proposé à des volontaires de traiter leur côlon irritable par des séances d’acupuncture pendant plusieurs semaines. Ce que ces patients ne savaient pas, c’est que les soins qu’ils recevaient étaient volontairement dénués d’efficacité : les thérapeutes faisaient exprès de planter leurs aiguilles de façon à ne pas déclencher d’effet physiologique.

La moitié des patients ont bénéficié de cette « fausse thérapie » par un acuponcteur « silencieux ». L’autre moitié était prise en charge par un thérapeute rempli d’empathie, à l’écoute des patients et leur prodiguant des paroles de réconfort.

Et cette simple différence d’attitude a produit des résultats spectaculaires : les patients du groupe suivi par le thérapeute bienveillant ont été 50 % plus nombreux à déclarer avoir été « adéquatement soulagés » de leurs symptômes douloureux !

Ce n’est pas simplement un effet « psychologique ». Ce n’est pas « dans leur tête ». En réalité, l’empathie du thérapeute a d’authentiques effets physiologiques.

Lorsque nous avons le sentiment d’être pris en charge avec humanité, que nous nous sentons en sécurité et en confiance avec notre thérapeute, cela active des hormones qui atténuent biologiquementnos symptômes et nous aident à guérir.

Un résultat similaire a été trouvé chez des patients atteints de « reflux gastro-œsophagien » (brûlures d’estomac) [4] :

Deux groupes de patients ont reçu un faux médicament (placebo). Mais l’un des deux groupes a eu droit à une longue séance avec un médecin, qui a pris le temps d’aborder des sujets plus personnels, tandis que l’autre groupe a eu une consultation « standard ».

Et bien les patients du premier groupe ont vu leurs symptômes s’améliorer nettement plus que ceux du second.  Une preuve supplémentaire de la puissance thérapeutique de l’empathie !

Voilà une bonne raison de fuir les médecins « maltraitants », même s’ils sont « techniquement » très compétents.

Mais ce n’est pas le seul critère à prendre en compte. Évitez également de tomber sur un médecin qui ne croit pas à ses propres traitements !

S’il n’y croit pas, méfiez-vous ! (secret n°2)

Voyez plutôt cette histoire étonnante, que le Dr Patrick Lemoine a raconté il y a quelques mois aux lecteurs de la Revue Santé Corps Esprit :

« L’histoire se passe dans les années 1960. Le Dr Stuart Wolf est un grand médecin interniste américain, très connu pour sa compétence et son honnêteté scientifique. Le bon docteur se désespérait car l’un de ses patients enchaînait les crises d’asthme depuis 18 ans et qu’il ne pouvait rien faire pour l’aider.

Un beau jour, en lisant une revue scientifique, le Dr Wolf est tombé sur un article qui chantait les louanges d’une nouvelle molécule capable de soulager les asthmatiques grâce à des mécanismes totalement différents et novateurs pour l’époque.

Aussitôt, le Dr Wolf écrit au laboratoire pour lui demander des échantillons à titre compassionnel, vu la gravité de la maladie de son patient. Il reçoit par retour quelques boîtes du fameux médicament et les remet « normalement » à celui-ci. La guérison intervient immédiatement et dure pendant tout le temps du traitement.

Se demandant si la mariée n’était pas trop belle, il écrit à nouveau au laboratoire pour demander cette fois des comprimés de placebo et en précisant qu’ils devaient avoir une présentation identique. Il voulait vérifier que cette guérison miraculeuse n’était pas due à un simple effet placebo. Il les remet à son patient qui rechute très rapidement. Il redonne à nouveau le médicament efficace et le patient est à nouveau soulagé. Convaincu pour de bon, il écrit une nouvelle fois au laboratoire pour l’informer qu’il pense « raisonnablement » que ce traitement est efficace chez son patient.

C’est alors qu’il reçoit par retour un courrier : « Cher Dr Stuart Wolf, depuis le début, vous n’avez à votre disposition que des comprimés de placebo car nous avons reçu tellement de demandes de ce genre que nous n’avons pas pu suivre ! ». »

La morale de cette histoire est simple : vous avez peu de chances de guérir si votre médecin ne « croit » pas réellement à l’efficacité de son traitement !

Dans une étude classique datant de 1985, les chercheurs ont ainsi observé que la douleur des patients était nettement moins forte lorsque le médecin pensait donner un vrai médicament antidouleur que lorsqu’il pensait donner un faux médicament (placebo)… alors qu’il donnait en réalité la même molécule dans les deux cas, sans le savoir ! [5]

Attention toutefois aux médecins qui sont persuadés de l’efficacité… de médicaments toxiques :

Votre médecin est-il un gros prescripteur ? (secret n°3)

La plupart des médicaments pris sur une longue durée ont des effets catastrophiques. C’est le cas notamment des anti-inflammatoires, des antidouleurs, des anti-cholestérol, des antiacides, des antidépresseurs, mais aussi des somnifères et anxiolytiques, des médicaments contre l’asthme et les allergies (lorsqu’ils sont anticholinergiques), et bien d’autres encore. [6]

Même les antibiotiques, qui sauvent chaque année des milliers de vies humaines, ravagent votre flore intestinale et ne doivent surtout pas être pris à la légère.

À chaque fois que cela est possible, il faut donc choisir un remède naturel plutôt qu’un médicament. Et si vous me lisez régulièrement, vous savez que c’est possible dans 99 % des cas !

Malheureusement, sous la pression des labos pharmaceutiques, beaucoup de médecins sont devenus des machines à distribuer des médicaments.

C’est d’autant plus irresponsable que personne au monde ne connaît la totalité des interactions possibles entre les médicaments. Du coup, sauf question de vie ou de mort, un médecin sérieux ne doit jamais donner plus de 3 médicaments à la fois.

Hélas, quand vous regardez les piluliers géants distribués dans les maisons de retraite, vous vous rendez bien compte que cette règle simple et de bon sens n’est pas respectée.

On n’en serait pas là si on s’intéressait au patient dans sa globalité.

Et si on s’intéressait à vous, et à votre « terrain » ? (secret n°4)

Imaginez : vous arrivez en consultation avec un petit virus, une grippe, un coup de fatigue. Ou même de l’hypertension ou du diabète.

Dans 95 % des cas, votre médecin ne va s’intéresser qu’à votre symptôme et chercher à le soulager par des médicaments. Pourtant, ce qui compte vraiment pour votre santé, ce n’est pas votre symptôme, c’est la cause de ce symptôme.

Pourquoi votre système immunitaire n’a-t-il pas su repousser le virus ? Qu’est-ce qui, dans votre mode de vie (alimentation, stress, etc.) fait monter votre tension artérielle ? Pourquoi avez-vous psychologiquement besoin de ces aliments « réconforts », qui ont causé votre diabète ?

Les médecins devraient prendre exemple sur les naturopathes, qui s’intéressent profondément à tous ces aspects. Ils appellent cela « l’anamnèse » : c’est le moment où ils vous interrogent sur tous les aspects de votre vie familiale, sociale, professionnelle et environnementale.

Là encore, ce n’est pas un « petit plus », un « supplément d’âme » : c’est le meilleur moyen d’améliorer votre santé en profondeur et d’éviter que vous ne tombiez malade à l’avenir.

Mais n’en voulez pas trop à votre médecin : il n’a pas appris à le faire !

Ne jetez pas la pierre à votre médecin

Toute la formation des médecins est aujourd’hui fondée sur un dogme : le corps serait une simple « machine » qu’il faut « réparer » quand elle est « cassée ».

Ne vous étonnez donc pas que les médecins négligent vos pensées, croyances ou émotions. Est-ce que vous, vous vous mettez à écouter votre ordinateur quand il dysfonctionne (moi il m’arrive de lui crier dessus, mais ça s’arrête là) ?

Pour beaucoup de médecins, vous êtes comme cet ordinateur. Leur travail se résume donc à rechercher l’origine du problème (par des tests, scans, etc.) puis à réparer la partie défectueuse (par des médicaments, des opérations chirurgicales, etc.).

Le problème est qu’une personne humaine ne se réduit pas à une juxtaposition d’organes à traiter. Une personne est un « corps » ET un « esprit » dont l’interaction harmonieuse est cruciale dans le processus de guérison.

Mais s’intéresser au patient dans sa globalité prend du temps. Et malheureusement, dans le système français, tout est fait pour empêcher le médecin de prendre ce temps pourtant si nécessaire.

C’est mathématique : avec des consultations à 23 euros, votre médecin ne peut pas prendre une heure entière avec chacun de ses patients, sans quoi il gagnerait moins bien sa vie qu’une femme de ménage, à temps de travail égal (en comptant toutes les charges de son cabinet).

Vous imaginez bien que même le médecin le plus altruiste au monde ne pourrait pas accepter cela, après 10 ans d’études de très haut niveau.

Si les naturopathes prennent le temps nécessaire, c’est aussi parce qu’ils en ont la possibilité matérielle, grâce à un prix moyen de consultation qui se situe autour de 60 euros.

Ne demandez donc pas l’impossible à votre médecin !

Choisissez votre médecin comme votre conjoint (secret n°5)

Et ne perdez pas trop de temps à chercher le médecin parfait, l’homme ou la femme ultra-bienveillant(e), parfaitement formé(e) aux traitements naturels, et qui vous recevrait pendant des heures…

Car le médecin parfait, c’est comme la femme parfaite (ou le mari parfait), cela n’existe pas. Comme dans un couple, cherchez celui qui est bien pour vous, qui correspond autant que possible à ce que vous attendez.

Mon conseil est de privilégier le lien de confiance. Si vous vous sentez bien dans le cabinet de votre médecin, si vous vous sentez libre de communiquer avec lui, s’il vous écoute d’une oreille attentive et bienveillante, c’est déjà beaucoup.

Le reste est de votre responsabilité : il vous faut prendre votre santé en main en vous informant par vous-même, auprès des meilleures sources. C’est le seul moyen d’enrichir le dialogue avec votre médecin et de ne plus jamais accepter d’être passif.

Sources

[1] Early Palliative Care for Patients with Metastatic Non–Small-Cell Lung Cancer. Jennifer S. Temel et all. N Engl J Med 2010

[2] The Cure: A Journey into the Science of Mind Over Body, de Jo Marchant.

[3] Components of placebo effect: randomised controlled trial in patients with irritable bowel syndrome. Kaptchuk TJ et all. BMJ. 2008 May

[4]Patient-Provider Interactions Affect Symptoms in Gastroesophageal Reflux Disease: A Pilot Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial. Michelle L. Dossett et all. Plos One September 2015

[5] Clinician’s expctations influence placebo analgesia. RichardH. Gracely, Ronald Dubner, WilliamR. Deeter, PatriciaJ. Wolskee. The Lancet January 1985

[6] Je vous renvoie à toutes mes lettres sur ces sujets, disponibles sur ce site www.sante-corps-esprit.com

276 commentaires

Poissonnier 12 octobre 2016 - 8 h 44 min

Bonjour,
je vous remercie d’aborder ce sujet essentiel, en effet je pense qu’il est important de ne pas se reposer sur son médecin mais au contraire de communiquer et être aussi actif dans la recherche des solutions pour notre guérison. Pour cela il est donc primordiale de se sentir écouté et à l’aise pour poser des questions à son médecin. Dernièrement je cherchait une nouvelle gynécologue (suite à un déménagement), dès la première consultation je ne me suis pas senti à l’aise, l’accueil était froid et l’auscultation douloureuse (du faite que je n’était pas détendue) j’ai donc décidé de chercher un autre praticien, un premier contact est très important. j’ai aussi une demande à vous faire, vous serait-il possible d’aborder le sujet des fibromes dans une prochaine lettre, en effet j’aimerai savoir comment me débarrasser d’un fibrome utérin de façon naturelle.
Virginie

Répondre
Levron 12 octobre 2016 - 8 h 44 min

Merci de ce courriel , je suis en totale harmonie avec cette conception du « soin » . Nous sommes corps âme et esprit , notre corps n’est qu’une manifestation du cri de l’âme , la « mal a dit » exprime ce que l’âme a voulu faire comprendre et que le mental a bloqué ou que la conscience ne pouvait supporter . La guérison se fait plus dans l’écoute et la compassion , elle vient du coeur en premier . Personnellement je ne prends aucun médicament allopathique , j’ai fait de l’hypertension, je me suis soignée par la méditation et les plantes , la sérénité vient de l’alignement corps-âme-esprit , nous sommes Humain/Divin , pas seulement un corps-machine comme vous dites .
Je souhaite que beaucoup de médecins lisent votre revue .

Répondre
mamina 12 octobre 2016 - 8 h 40 min

Formidable cette lettre mais quand vs tomber e n tre les mains de ces docteurs la ils vs metten t le moral a zero et vs etes prets a faire tt e qu ils vs disent . A quand un annuaire de bons professeurs ou docteurs .oui je suis prete a faire des kilometres pour les rencontrer .j adore tous ces articles sur internet ces grands professeurs qui font des conferences mais ils sont comme le bon dieu injoignables

Répondre
Betty Rybacki 12 octobre 2016 - 8 h 35 min

Lettre confirmant notre ressenti….Merci pour votre soutien et vos bons conseils …

Répondre
Carole Z 12 octobre 2016 - 8 h 35 min

Bonjour,

Je réagis à ce paragraphe de votre article:
« Car la plupart des médicaments pris sur une longue durée ont des effets catastrophiques. C’est le cas notamment des anti-inflammatoires, des antidouleurs, des anti-cholestérol, des antiacides, des antidépresseurs, mais aussi des somnifères et anxiolytiques, des médicaments contre l’asthme et les allergies (lorsqu’ils sont anticholinergiques), et bien d’autres encore. [6] »

Merci de me donner plus de visibilité sur la biblio [6] concernant en particulier les anti-dépresseurs que l’on me conseille de prendre à vie. Ma psychiatre m’affirme l’inverse… je cherche de l’argumentation.
D’avance merci

Répondre
SOTTIAUX 12 octobre 2016 - 8 h 34 min

Plein de bons conseils… à suivre. Merci.

Répondre
VERDIER 12 octobre 2016 - 8 h 33 min

fait…ci-dessus…
MAIS JE VEUX AJOUTER QUE JE LIS ATTENTIVEMENT TOUT CE QUE VOUS M4ENVOYEZ…qui m’interesse au plus haut point…( ma grand mère maternelle était herboriste à Paris)Mon frère et moi, avons été protégés petits par des infusions , tisanes…tilleul, camomille…
Je transmets parfois vos articles…
BRAVO. Merci d’exister…

Répondre
Bernard (Troyes) 12 octobre 2016 - 8 h 32 min

Oui, tout ce que vous en dites, c’est ce que j’attends de mon médecin » de famille. Atteint de diabète de type 2, je le vois une vois par mois pendant 10 minutes, dans son cabinet. Jamais, il n’est venu chez moi pour comprendre quelle est ma vie quotidienne, d’où vient ma difficulté à me « réformer ». Et comment changer de médecin ? J’en connais un qui écoute ses patients, prend le temps qu’il faut. Mais il ne prend plus de nouveau patients. Voilà où nous en sommes !

Répondre
Françoise Guillot 12 octobre 2016 - 8 h 31 min

Actuellement dans notre pays, il ne s’agit pas de choisir son médecin traitant ; nous avons bien de la chance quand nous en trouvons un qui veut bien nous accepter comme patient ! Le manque de médecins est crucial et même catastrophique !

Répondre
Delphine 12 octobre 2016 - 8 h 28 min

A lire cet excellent article, j en déduis que je suis une bonne… Dentiste! Car nous aussi sommes aux premières loges de bien des pathologies. Et les gens l « ouvrent » dans nos cabinets, dans le mien notamment, et pas qu au sens propre car beaucoup ne se sentent plus écoutés par leur(s) medecin(s). Je pratique pour ma part mon métier de la manière la plus humaine et la plus éclairée possible, grâce a toutes les formations que j ai pu faire (biokinergie, aromathérapie avec les huiles essentielles et hypnose médicale) mais aussi grâce à d excellentes revues comme la vôtre, qui trône d ailleurs dans le coin lecture de mon officine. Je donne à mes patients des conseils de nutrition en m appuyant sur vos articles et les conseils d une naturopathe.car beaucoup de problèmes en bouche notamment les processus inflammatoires, les problèmes de cicatrisation, les caries sont favorisés par une mauvaise alimentation et un défaut de complementation. J avoue que tout ce que vous apportez dans votre revue me donne du pep’s et surtout l envie et l ardeur de poursuivre dans cette voie!Continuez ainsi. Bien naturellement vôtre!

Répondre
1 2 3 4 5 28

Laissez un commentaire