Le vrai secret de santé des centenaires

Saviez-vous qu’une certaine habitude de vie, en apparence inoffensive, est aussi nuisible pour votre santé que de fumer 15 cigarettes par jour ?

Son importance est souvent sous-estimée, notamment par rapport à ces quatre piliers fondamentaux de la santé :

1. Une bonne alimentation, riche en légumes et pauvre en sucres rapides ;

2. Une activité physique régulière, qui stimule votre cœur et maintient votre masse musculaire ;

3. Une gestion efficace de votre stress, avec un sommeil réparateur ;

4. Une protection contre les poisons de la vie moderne (pesticides, perturbateurs endocriniens, médicaments toxiques etc.)

Bien sûr, si vous suivez ces 4 règles, vous diminuez drastiquement le risque d’être touché par la maladie et la dégénérescence liée à l’âge.

Mais ces efforts peuvent être réduits à néant si vous négligez le 5ème pilier de la santé et de la longévité.

Pour vous le faire découvrir, je vous invite à un petit voyage dans les « zones bleues », ces fascinantes régions du monde où l’on compte le plus de centenaires.

L’île mystérieuse où les hommes vivent aussi longtemps que les femmes

Notre parcours commence par la Sardaigne centrale. Ici, dans les villages de montagne, la longévité des habitants est impressionnante, comparable à celles des habitants d’Icarie en Grèce, l’autre île des centenaires de la Méditerranée.

Mais le plus frappant, c’est que cette région de Sardaigne est l’un des seuls endroits au monde où les hommes vivent quasiment aussi vieux que les femmes ! On compte 10 fois plus d’hommes de plus de 100 ans qu’ailleurs.

Pourquoi ? L’explication la plus vraisemblable risque de vous étonner : parce que ces hommes ont des relations particulièrement riches et étroites avec autrui.

Partout ailleurs dans le monde, on observe que les femmes, comparé aux hommes, ont des contacts beaucoup plus fréquents avec les membres de leurs familles, leurs amies ou leur voisinage. Et c’est sans doute ce qui explique en partie pourquoi elles vivent plus longtemps.

Car dans les villages sardes, où les hommes vivent si vieux, ils ont des relations humaines tout aussi intenses que les femmes.

Quand la chercheuse Susan Pinker s’est rendue sur place pour connaître le secret de leur longévité, elle s’est heurtée à un petit problème logistique : les centenaires qu’elle voulait interroger n’étaient jamais seuls !

Déjà, ils vivaient souvent sous le même toit que leurs enfants.

Là-bas, les maisons de retraite n’existent pas. Et pour cause : voici ce qu’a répondu une femme de 60 ans à Susan Pinker, lorsqu’elle lui a demandé si cela ne lui pesait pas trop d’héberger son oncle de 102 ans, presque sourd et un peu bourru :

« Non, non ! Vous, les Américains ne comprenez pas cela. C’est un plaisir que de m’occuper de lui. Il représente mes racines. Les seniors de ce village sont notre trésor » [1]

Et même lorsqu’ils vivent seuls, ils ne sont jamais isolés.

Prenez l’exemple d’un de ces anciens, Salvatore Pina (94 ans). Lui et ses 3 amis, âgés de 88 à 90 ans, passent presque toute la journée ensemble. Ils se voient le matin pour prendre le café. Puis l’après-midi pour jouer aux dominos. Et enfin, ils se retrouvent à nouveau le soir, pour boire le vin local, le Cannonau. [2]

On retrouve cette intense proximité sociale dans toutes les « zones bleues », à commencer par la fameuse « île des centenaires » à Okinawa (Japon).

D’Okinawa à Abkazhan, une même solidarité humaine

A Okinawa aussi, les liens familiaux sont primordiaux, et les personnes âgées sont respectées et honorées.

Mais là-bas, la vie sociale est aussi enrichie par une institution typique, le « moai ». C’est une sorte de « club » dans lequel on est inscrit pour toute la vie, dès le plus jeune âge.

Les membres se rencontrent chaque semaine pour être ensemble, rigoler, chanter ou partager le thé. L’objectif, à l’origine, était de régler des problèmes pratiques de la vie en communauté. Mais rapidement, les « moai » sont devenus des familles étendues, dans lesquelles chaque membre sait qu’il pourra s’appuyer sur les autres en cas de difficulté.

Le chercheur Dan Buettner mentionne le cas de deux femmes qui faisaient partie du même « moai » depuis 98 ans. A 102 ans, elles continuent à se voir, à boire du saké. Il leur arrive de se disputer, comme un vieux couple, mais elles savent qu’à la moindre difficulté, elles pourront compter l’une sur l’autre.

Le « yuimaru », la solidarité, est une valeur clé à Okinawa. Lorsque vous construisez une maison, tout le village est là pour vous apporter de l’aide. Chacun sait qu’il peut compter sur son voisin s’il a besoin d’un coup de main ou s’il tombe malade.

Un bel exemple est cette femme âgée qui tenait une petite boutique familiale. Lorsque son mari est mort et qu’elle n’avait plus grand chose à vendre, les habitants du quartier continuaient à passer la voir, pour faire quelques achats et surtout lui tenir compagnie.

On retrouve la même convivialité et solidarité dans toutes les « zones bleues » où vivent le plus de centenaires. Dans la république d’Abkazhie, dans le Caucase, on trouve souvent 3 ou 4 générations sous le même toit. La vieillesse est perçue comme source de respect et de sagesse, et non comme un fardeau. Même chose à Vilcabamba, au Pérou.

Et quand on regarde ce qui se passe dans nos pays occidentaux, on s’aperçoit que la richesse des relations sociales y est aussi un facteur clé de santé et de longévité.

Les relations humaines, le vrai secret de la longévité

C’est notamment la conclusion de l’extraordinaire « étude d’Harvard », commencée en 1938 et encore poursuivie aujourd’hui.

Depuis près de 80 ans, des chercheurs ont observé minutieusement le parcours de vie de centaines d’Américains. Sur les 724 du départ, 60 sont encore en vie.

Chaque année, ces hommes sont interrogés en détail sur leurs habitudes de vie. Les chercheurs ont aussi accès à leurs dossiers médicaux, leurs analyses sanguines. Ils savent à peu près tout de leur vie, depuis leur adolescence avant la seconde guerre mondiale !

Ils ont pu analyser les habitudes de vie protectrices : celles qui permettent de vieillir en bonne santé… et celles qui menaient à la maladie ou la mort prématurée.

Sans surprise, les chercheurs ont observé que l’alcoolisme, le tabac et l’absence d’activité physique étaient délétères pour la santé.

Mais lorsque le directeur actuel, le Dr Waldinger, a cherché à synthétiser les innombrables enseignements de cette étude, il a eu cette phrase :

« La conclusion la plus nette que nous pouvons tirer de cette étude de 75 ans est celle-ci : de bonnes relations nous maintiennent heureux et en bonne santé. C’est tout. » [3]

La qualité compte au moins autant que la quantité

S’il est aussi affirmatif, c’est que les données qu’il a recueillies vont toutes dans le même sens.

Les hommes qui étaient davantage liés socialement à leur famille, à leurs amis et à leur voisinage étaient plus heureux et vivaient plus longtemps que les autres. Avoir un cercle élargi de relations sociales est bénéfique, alors que l’isolement tue.

Mais la quantité ne fait pas tout. Les chercheurs ont aussi constaté qu’il était aussi primordial d’avoir dans sa vie une ou plusieurs personnes très proches, sur qui vous savez que vous pouvez compter.

De fait, on peut se sentir seul et isolé affectivement au milieu d’une foule… voire au sein de son propre couple. Dans l’étude d’Harvard, par exemple, les mariages très conflictuels avaient des conséquences désastreuses pour la santé mentale et la longévité des conjoints.

En revanche, il apparaît clairement que les mariages stables sont l’un des meilleurs gardiens de la santé qui existe. Plus la relation qui unissait les conjoints était étroite, moins ils subissaient de maladies chroniques, de maladies mentales ou de déclin cognitif.

Cela ne veut pas dire qu’une bonne relation de couple doit être un long fleuve tranquille. Selon le Dr Waldinger, les disputes n’avaient pas d’impact majeur sur la santé, du moment que les époux sentaient qu’ils pouvaient compter l’un sur l’autre en cas de difficulté.

Sceptique ? Une rafale d’études qui le confirment

Depuis l’étude d’Harvard, l’impact des relations sociales sur la santé suscite la passion des scientifiques.

En 2010, les chercheurs de l’Université de Birmingham ont étudié statistiquement le mode de vie de 309 000 britanniques. Ils ont découvert que ceux qui avaient de fortes attaches familiales et amicales avaient presque deux fois moins de chance de mourir prématurément que les personnes isolées.[4]

Avoir de bonnes relations humaines était nettement plus protecteur que de faire de l’activité physique ou de ne pas être en hypertension.

Plus étonnant encore : d’après cette étude, être isolé était plus délétère pour la santé que de fumer 15 cigarettes par jour !

Bien sûr, il n’est pas toujours facile de démêler les causes et les effets. Être heureux et en bonne santé facilite les relations avec les autres, alors que la maladie peut conduire mécaniquement à se couper d’autrui.

Mais les recherches récentes sont unanimes à conclure qu’il y a bien un lien direct de cause à effet entre l’isolement et la santé :

– En 2014, des psychologues de l’Université de Michigan ont découvert que les personnes ayant peu de relations humaines avaient plus de risques de faire une crise cardiaque que celles qui sont bien entourées ; [5]

– En 2015, une revue d’étude a montré que l’isolement social augmentait le risque de mortalité de 30 %, un chiffre comparable aux autres grands facteurs connus de mortalité ; [6]

– En 2016, des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord ont montré que les personnes bien entourées avaient une meilleure tension artérielle que les autres, ainsi qu’un niveau moins élevé d’inflammation.

Une dernière étude américaine a montré que les personnes âgées isolées souffrent deux fois plus de déclin cognitif que celles qui ont des liens étroits avec leur famille, leurs amis et leur voisinage. [7]

La puissance thérapeutique des relations humaines ne fait plus de doute. Ce qui reste à comprendre, c’est la façon dont cette magie opère.

Mais d’où vient ce prodige ?

Une des raisons de cet effet thérapeutique n’a rien de mystérieux : lorsque vous êtes entouré, vous avez tout simplement plus tendance à faire attention à vous, à votre alimentation et à votre activité physique.

Ma tante de 88 ans vit seule et a perdu la vue il y a quelques années. Les jours où personne ne vient la voir, elle se nourrit à peine… alors qu’elle mange de bon cœur lorsqu’elle est entourée.

Mais l’isolement impacte aussi directement le fonctionnement même de nos cellules.

Subir un déficit affectif a les mêmes effets sur l’organisme qu’un stress chronique : notre tension est plus élevée, nos hormones sont aux aguets, notre cœur est sur le qui-vive… toutes choses qui épuisent nos cellules et nous rendent plus vulnérables aux maladies chroniques.

A l’inverse, lorsque nous sommes aimés et entourés, nos fonctions physiologiques sont harmonisées… et notre santé est protégée.

Le seul fait de prendre quelqu’un dans ses bras déclenche les hormones d’ocytocine et de vasopressine qui réduisent le stress, la douleur et favorisent la guérison des cellules.

Des chercheurs de l’Université de Californie vont plus loin encore. Ils pensent que les contacts sociaux ont un effet direct sur nos gènes, et en particulier ceux qui régulent notre système immunitaire… et combattent le cancer. [8]

Et le fait est que, parmi des femmes touchées par un cancer du sein, celles qui ont un réseau social actif et de nombreuses interactions avec autrui ont quatre fois plus de chances de survivre que les femmes les moins entourées. [9]

Alors quelle que soit la raison exacte de ce petit prodige, ce qui compte, c’est de s’y mettre !

Et si l’on faisait des efforts ?

Le problème est qu’il est plus facile de mettre des brocolis dans son assiette que d’entretenir des relations riches et agréables avec sa famille, ses amis et son voisinage.

C’est un travail de toute une vie, qui ne s’arrête jamais. Et il est vrai que ce qui est facile et inné pour certaines personnes est beaucoup plus compliqué pour ceux qui sont moins à l’aise socialement.

Mais la vérité, dans ce domaine comme dans d’autres, c’est qu’avoir de bonnes relations demande d’abord des efforts, tout simplement.

Et il serait temps d’attacher au moins autant d’importance à ces efforts-là qu’à ceux visant à arrêter de fumer ou se mettre au jogging.

Voici quelques pistes pour élargir votre cercle social. Vous les connaissez aussi bien de moi, mais une piqûre de rappel ne fait pas de mal :

– Rejoignez ou créez un groupe autour d’une même passion. Que ce soit pour faire de la randonnée, jouer aux cartes ou faire de la photo, essayez d’imiter les anciens d’Okinawa en vous créant votre « moai » bien soudé.

– Essayez des activités qui vous feront rencontrer de nouvelles personnes. Si vous vous mettez à des activités bénéfiques comme le yoga, la danse ou le tai chi, vous ferez même d’une pierre deux coups pour votre santé !

– Résistez à l’envie de dire « non » aux invitations : on a toujours une bonne raison de rester tranquillement chez soi, mais cela vaut la peine de faire l’effort de sortir de son petit confort !

– N’hésitez pas à participer à une activité associative d’aide aux autres. Non seulement vous y rencontrerez d’autres personnes, mais le simple fait de « donner » de son temps pour d’autres a des effets bénéfiques pour la santé.

– Essayez d’enrichir votre relation avec les personnes que vous croisez régulièrement (voisins, commerçants, etc.). Apprenez à mieux les connaître.

– Passez du temps avec les membres de votre famille. Organisez des repas ou des sorties pour les rassembler. Contactez ceux avec qui vous n’avez pas parlé depuis des années. Faites la paix, oubliez les vieilles rancunes.

– Ne laissez pas vos amis s’éloigner. Montrez-leur qu’ils peuvent compter sur vous. Et n’hésitez pas à montrer vos points de vulnérabilité ou à partager vos secrets : c’est une des clés pour cimenter une relation de confiance réciproque.

Et bien sûr, si vous êtes en couple, prenez le plus grand soin de votre relation. Efforcez-vous de faire davantage de choses ensemble au quotidien (marcher, manger, parler, etc.). Essayez de nouvelles activités à deux. Et ne passez pas une seule journée sans contact physique affectueux.

Le (regretté) Dr David Servan-Schreiber le résumait à sa façon :

« Ce qui importe, c’est le sentiment de pouvoir être soi, complètement, avec quelqu’un d’autre. De pouvoir se montrer faible et vulnérable autant que fort et radieux. De pouvoir rire mais aussi pleurer. De se sentir compris dans ses émotions. De se savoir utile et important pour quelqu’un. Et d’avoir un minimum de contact physique chaleureux. D’être aimé, tout simplement. » [10]

Le paradis, c’est les autres.

Sources

[1] Susan Pinker, The Village Effect, Atlantic Book, 2015

[2] Want great longevity and health ? It takes a village by Dan Buettner, The Wall Street Journal

[3] Qu’est ce qui fait une vie réussie ? Leçons de la plus longue étude sur le bonheur, par Robert Waldinger. Conférence TED à visionner sur ce lien.

[4] Social relationships and mortality risk : a meta analytic review by Julianne Holt-Lunstad et al. PLOS Medicine

[5] Perceived neighbourhood social cohesion and myocardial infarction, Eric S Kim, Armani M Hawes, Jacqui Smith, J Epidemiol Community Health, 2014

[6] Loneliness and Social Isolation as Risk Factors for Mortality, Julianne Holt-Lunstad et al., Sage Journals

[7] Effects of Social Integration on Preserving Memory Function in a Nationally Representative US Elderly Population, Karen A. Ertel et al. Am J Public Health. 2008 July;

[8] Social regulation of gene expression in human leukocytes, Steve W Cole et it, Genone Biology 2007

[9] Social networks, social support, and survival after breast cancer diagnosis, Kroenke CH et al. J Clin Oncol. 2006 Mar

[10] L’amour médecin, David Servan-Schreiber – Psychologies Magazine – Mai 2002

907 commentaires

Rouleau stephanie 27 octobre 2021 - 4 h 41 min

J ai vraiment adoré votre chronique. Je suis d accord , j ai moi même expérimenté plusieurs choses décrites .
Merci beaucoup 💐

Répondre
Chantal 24 octobre 2021 - 11 h 34 min

Bonjour!
Moi je vis une relation amoureuse à distance et je trouve ça difficile même si notre amour est très fort.
On dit que l’on s’aime chaque jour, mais je me sens loin parfois et je pense à arrêter cette relation, mais à chaque fois il me revient encore plus fort en disant que je suis la femme de sa vie et que je suis sa vie!
Et sans moi il perdra ses repères, et depuis il a peur de me perdre et essaie de tenir le coup.
En pensant qu’un jour on vivra cet amour ensemble dans la même maison.
Car on espère finir notre vie ensemble!

Répondre
Ben 21 octobre 2021 - 10 h 37 min

A ces régions qui avaient été étudiés, je peux rajouter la Kabylie où en effet, on ne vit que par l’autre du matin au soir. Les villageois sont toujours unis dans la joie comme dans le malheur, à en déborder de bonheur quand il s’agit d’un mariage ou d’une fête, et à en apaiser les souffrances quand il s’agit d’un décès ou d’une perte. Nos aïeux n’ont jamais connu la vie solitaire, on se sent entouré même en fermant sa porte quand on sent l’odeur de la marmite du voisin qui peut nous envoyer une part du déjeuner à tout moment.
Je vous lis ce matin en validant ligne par ligne tout ce que vous avez rédigé, avec les souvenirs de mes chaleureux parents et grands parents qui viennent m’adoucir ce matin.
Merci ☺️

Répondre
Dorilda Gionet 19 octobre 2021 - 18 h 02 min

J’ai beaucoup aimé ce que vous avez écrit. J’ai 74 ans et je vit seul mais j’ai beaucoup de peine car mon fils qui est avocat et trois enfants que je voit plus depuis 2 ans. J’ai pas d’amies et je me sens seul. Mon fils est pas correct avec moi. Je me suis séparé depuis 1990 et je pense qu’il a jamais accepté ma séparation. J’ai eu une opération et il veut rien savoir. J’ai été de m’occuper seul. Ça me dérange beaucoup qu’il veut pas me parler. J’ai seulement un fils et mon époux est mort 4 ans après ma séparation. Mon époux était un philosophe professeur et ensuite directeur d’un collège. J’ai vécut 20 ans avec lui et le meilleur ami de mon époux m’a déranger pendant des années il disait qu’il m’aimait . J’ai résister toutes ces années et je suis tomber en amour très fort et ça finit par une séparation. J’ai resté avec lui 3 ans et il a été violent avec moi il buvait beaucoup et je suis partit. Je vit seul depuis 30 ans et je suis plus capable de faire confiance à quelqu’un. Avez vous un conseil pour m’aider.

Dorilda

Répondre
Gene 18 octobre 2021 - 11 h 00 min

Merci c’est en effet un bon piquet de rappel. Et je vois que j’ai du boulot!

Re- merci !

Répondre
Samira 16 octobre 2021 - 15 h 33 min

Étude intéressante ! Merci!

Répondre
Besancon 14 octobre 2021 - 11 h 29 min

Bonjour Mr vous savez en région parisienne les gens sont froids égoïstes et calculateurs depuis quelques temps j’ai toujours aidée mes voisins aujourd’hui que j’ai besoin d’aide je ne vois plus personne étant handicapée a la marche greffée hépatique et en attente de dialyse je vis cela toute seule l amour je ne sais pas ce que c’est depuis longtemps cordialement Abesancon

Répondre
Francine Chagnon 10 octobre 2021 - 13 h 21 min

Vous avez tellement raison sur la relation chaleureuse et affective avec nos proches. (Enfants, arrière petits-enfants et amis) J’en ai beaucoup souffert pendant cette pandémie !!!

Répondre
pin 9 octobre 2021 - 11 h 10 min

Vous tapez dans le mille. Quand l’amour physique réussi, je précise : réussi c’est-à-dire quand les deux partenaires prennent un plaisir très fort allié à un profond sentiment amoureux pour sa ou son partenaire, le corps exulte et le bien-être est total et n’a rien d’équivalent

Répondre
MORAND THERESE 30 septembre 2021 - 20 h 30 min

bien d accord avec vous Nous sommes âgés de 86 ET 93 ans; nous faisons tout pour faire plaisir a l autre;. c est vrai l amour c est primordial;;

Répondre
1 87 88 89 90 91

Laissez un commentaire