Faut-il croire votre médecin aveuglément ?

Vous avez été nombreux à réagir à notre dernière lettre (Pourquoi les informations de santé sont biaisées).

Globalement, vous êtes d’accord : on ne peut pas croire sur parole les médias et autorités de santé.

Mais vous êtes plusieurs à poser la question : pourquoi notre médecin ne fait-il pas « contrepoids » à toute cette désinformation ?

Il y a de nombreuses raisons à cela, qu’il est important de bien comprendre.

D’abord, votre médecin est souvent le premier « désinformé » : il n’a pas le temps de vérifier par lui-même ce que disent les autorités de santé, et il se contente donc la plupart du temps de suivre docilement leurs recommandations.

Dans la plupart des cas, sa seule autre source d’information principale vient… des « visiteurs médicaux », ces représentants de l’industrie pharmaceutique qui viennent vanter auprès des médecins leurs dernières molécules chimiques.

Au total, avec ses 10 heures de consultation par jour, les tracas administratifs et les coups de téléphone, il est humainement impossible à votre médecin de lire les milliers d’études scientifiques qui sortent chaque mois.

Et le pire, c’est que même lorsque votre médecin est parfaitement bien informé, il lui est parfois difficile de tenir un discours de vérité absolue.

Votre médecin ne veut pas d’ennui avec les autorités

Chaque fois qu’il s’écarte de la vérité « officielle », édictée par les autorités, votre médecin prend un risque sérieux.

On l’a vu de façon spectaculaire avec le Professeur Joyeux, condamné par l’Ordre des Médecins pour avoir critiqué l’excès de vaccination (et non la vaccination elle-même).

Notez bien le « deux poids, deux mesures » :

Aucun médecin ne sera jamais poursuivi pour avoir recommandé à un patient de se vacciner contre l’hépatite B, même si cela lui déclenche une sclérose en plaque.

En revanche, si votre médecin a le malheur de refuser de vous vacciner, par exemple parce qu’il estime que votre système immunitaire est trop fragile, il s’expose aux pires des poursuites !

C’est le même problème avec les médicaments contre le cholestérol (les statines).

Même si votre médecin est convaincu que ces médicaments sont inutiles et dangereux… il réfléchira à deux fois avant de vous les faire arrêter, si votre cholestérol est élevé.

Car imaginez que vous soyez foudroyé par un infarctus, quelques semaines après avoir arrêté vos statines. Votre médecin pourrait être poursuivi pour ne pas avoir donné ces médicaments, recommandés par les autorités de santé !

À l’inverse, votre médecin ne risque absolument rien si vous attrapez le diabète ou Alzheimer à cause de ces médicaments, puisque leur prescription est recommandée par les autorités !

Le risque de poursuite est une forme de censure. Mais les médecins pratiquent également l’autocensure :

Votre médecin ne peut pas toujours tout vous dire

Imaginez un patient en surpoids, pré-diabétique et dont la tension est mesurée à 18/10.

Un médecin bien formé aux méthodes naturelles sait qu’il y a trois possibilités :

  • L’idéal : si le patient change radicalement son mode de vie (alimentation, activité physique), sa tension baissera et sa santé s’améliorera sur tous les plans ;
  • Le regrettable : le patient ne change rien à ses habitudes mais accepte de prendre ses médicaments contre la tension, ce qui a le mérite de limiter les dégâts ;
  • Le catastrophique : le patient ne change rien ET refuse de prendre ses médicaments qui abaissent la tension, car il ne se « sent » pas malade.

Dans un cas comme celui-là, le médecin est confronté à un terrible dilemme.

S’il dit la vérité sur les effets indésirables graves des médicaments antihypertenseurs… cela peut susciter chez son patient deux réactions très différents :

  • Soit cela l’encourage à changer son mode de vie, pour éviter d’être obligé de prendre ces médicaments risqués – c’est le scénario idéal ;
  • Soit cela peut le convaincre de refuser de prendre ces médicaments, sans pour autant changer quoi que ce soit à ses habitudes – c’est le scénario catastrophique.

Résultat, pour votre bien, votre médecin pourrait être tenté de vous cacher, ou minimiser la longue liste des effets catastrophiques des médicaments qu’il vous prescrit !

Votre médecin veut garder la conscience tranquille

Il existe un dernier « biais » inévitable quand vous êtes médecin.

Il est psychologiquement difficile d’admettre que l’on a donné pendant des années des substances dangereuses à ses patients, alors qu’on souhaitait uniquement les aider à aller mieux !

C’est pourquoi les médecins ont souvent du mal à reconnaître que les médicaments qu’ils ont prescrits pendant des années puissent être « dangereux », même lorsque de nouvelles études scientifiques le démontrent.

Et cela peut arriver même aux médecins les plus « compétents » et formés aux méthodes naturelles ! Par exemple, plusieurs médecins pour lesquels j’ai une immense estime sont moins sévères que moi sur la dangerosité des médicaments antiacides IPP, contre les brûlures d’estomac.

À mon avis, cela s’explique par une raison simple : ce sont des études très récentes (datant de 2014 et 2015) qui ont démontré que ces médicaments provoquaient Alzheimer, maladies rénales graves et infarctus. Jusqu’alors, ces médicaments étaient considérés comme « bien tolérés ».

Un autre exemple, encore plus criant, est celui des amalgames dentaires au mercure.

Pourquoi les dentistes ont-ils toujours farouchement nié leur dangerosité ? Pourquoi ne sont-ils toujours pas interdits en France, alors qu’ils ont été abandonnés depuis longtemps chez plusieurs de nos voisins européens ?

Parce qu’il est insupportable psychologiquement à nos dentistes d’admettre qu’ils ont implanté des poisons dans la bouche de leurs patients pendant des décennies !

C’est tout simplement humain !

Voilà pourquoi je ne peux que renouveler le conseil de notre dernière lettre :

INFORMEZ-VOUS, PAR VOUS-MÊME !

C’est la condition pour être libre, maître de sa santé… et créer un dialogue riche et constructif avec votre médecin !

Sources

315 commentaires

Boussard jacqueline 23 décembre 2021 - 14 h 58 min

Voici un cas désespéré.. Je me. Permets de vs dire = que j ai mal aux vertèbres puis les joues impression grosses prenant le dessous des yeux. Et rien depuis 7ans arrivant sournoisement !. Et d une grande instabilité. J en souffre beaucoup sans pouvoir sortir. Merci d avance si toutefois j avais une petite réponse. Bien à vous sincèrement. Jb

Répondre
Vasseur 18 décembre 2021 - 14 h 14 min

Bonjour,
Je suis chirurgien dentiste et j’ai 2/3 observations sur les amalgames.
A une époque on pouvait légitimement penser que les cas problèmatiques pour des matériaux utilisés depuis des dizaines d’années et ayant globalement d’excellents résultats étaient très à la marge et de plus que les résines vantées avaient sans doute des inconvénients, seulement encore méconnus.
Par ailleurs ces résines étaient d’un emploi difficile sur dents postérieures avec une étanchéité douteuse et une résistance insuffisante même en y passant du temps et donc un mauvais résultat par rapport à la pérennité de l’obturation.
La situation à évolué avec l’amélioration des matériaux qui permettent l’étanchéité mais qui restent moins évidents pour reconstituer les points de contact essentiels qui visent à éviter les tassements alimentaires avec 3 effets 1 – la préservation du parodonte 2 – éviter la récidive carieuse 3 – le confort à la mastication.
Ce n’est pas vraiment une question de coût comme j’ai pu le lire même si un changement de méthode est toujours un peu chronophage au départ.

Répondre
Castagnet 12 octobre 2021 - 9 h 01 min

Excellent commentaire., très objectif et honnête vis à vis de ceux qui nous soignent.
Il permet d’éclairer l’esprit de beaucoup de nos compatriotes, s’ils le lisent, qui sont actuellement et avant aussi comme des  » veaux » conditionnés par la peur instillée par des gouvernants peu honnêtes et financièrement intéressés.
Pauvre France gangrnée par le FRIC

Répondre
Camus Genevieve 6 août 2021 - 12 h 00 min

Bonjour , de part ma profession,infirmière pendant 40 ans ,je ne fais pas une confiance absolue à un médecin ?J’ai été une guerrière dès le début de ma carrière et suis allée souvent à l’encontre de leurs diagnostics ou traitement ?J’ai sauvé la vie d’une de mes filles 2 fois :une fois à 3ans ils voulaient lui faire une greffe sur la cage thoracique recouverte de pus,j’ai enlevé ma fille de l’hôpital et elle a été soignée par mon généraliste et une autre fois des mains d’un chirurgien criminel qui l’a opérée de l’appendicite sous coellio alors qu’il s-ne savait pas les faire ,il a fait tomber du pus dans la paroi abdominale et n’a pas mis de drain ,elle a été opérée 3 fois en 3 semaines à cause de ce cretin et la 3ieme opération s’est passé à Marseille ,elle avait 1litre500 de pus et a failli mourir;Après j’ai enlevé mon autre fille des mains d’un cretin qui l’a soignée pour du paludisme, alors qu’elle avait une gastro et Perso j’ai gardé mon dos intact parce qu’on autre abruti vouait m’opérer du dos (tassement vertébral-) alors que j’avais une ostéoporose d’une vielle de 95 ans à 60 ans.Je lui ai dit « mon corps m’appartient et vous n’y toucherez pas ?Je suis allez à Lyon ,voir un grd Monsieur qui m’a dit « je vous opere et demain vous êtes en fauteuil roulant à vie » .15 après je ne suis pas en fauteuil roulant et je n’ai plus d’ostéoporose ,guéri par psychothérapie et reconnue par le médecin lyonnais.J’en ai d’autres mais, je pense que cela suffit .Cordialement.

Répondre
Grossenbacher Paul 28 mars 2021 - 10 h 30 min

73 ans. Actuellement en hôpital pour deuxième prothèse à hanche droite. La gauche suivra. Coxarthrose précoce bilatérale origine auto-immune et génétique liées. Ennuis dès âge 20 ans. Et ensuite un stent coronarien ( déjà 5). Coronaires problématiques ont décimé ma famille paternelle.
Donc spécialiste… malgré moi … de beaucoup de choses assez graves. Aurais eu besoin d’une FORMATION PERSONNELLE EN MÉDECINE “OUVERTE” !! Quand aura-t-on un outil compétent et PAS JARGONNANT pour l’honnête homme cultivé mais non-médecin ( ayant eu des charges différentes dans sa vie prof mais comparables à bien des égards!) Un groupe de médecins joyeux (!) pour écrire cette encyclopédie et la “mettre à jour” constamment ! Et un brillant PÉDAGOGUE pour éviter d’être obscur, ou surabondant, ou faussé par des querelles partisanes qui font choir lamentablement la crédibilité.
Merci depuis Sylvana un hôpital de réadaptation de 100 lits parmi les chants d’oiseaux et vue incomparable depuis les montagnes à vaches au premier 4000 !

Répondre
1 30 31 32

Laissez un commentaire