la douleur du joueur au football

Fièvre : les hommes sont-ils des chochottes ?

C’est la plaisanterie préférée de ma femme :

« Lors d’un accouchement, la douleur est telle que les femmes pourraient parvenir à toucher du doigt la souffrance d’un homme qui a 38 degrés de fièvre ».

On dirait que c’est un sujet sur lequel les femmes sont (presque) toutes d’accord : les hommes seraient des « chochottes » quand ils sont malades.

L’humoriste Florence Foresti a réalisé un sketch très drôle là-dessus – cela dure 45 secondes si vous voulez vous détendre un peu : https://www.youtube.com/watch?v=7VmM3-J7H7g#t=3m33s

Ecoutez-bien les rires de la salle : les femmes exultent de rire quand Foresti se moque de la réaction des hommes un peu grippés : « laisse-moi mourir, va-t-en… va dire aux enfants que je les aime ».

Nos amis Anglais ont même une expression pour cela – le « man flu » !

Voici la définition qu’en donne le prestigieux dictionnaire d’Oxford :

« Rhume ou problème mineur similaire affectant un homme dont on considère qu’il exagère la sévérité de ses symptômes ».

Tout ceci est rigolo, mais est-ce que cela existe vraiment ?

J’ai creusé un peu le sujet pour vous, mesdames et messieurs…

…et ce que j’ai découvert va sûrement faire bondir certaines d’entre vous :

Mesdames, un fait scientifique avéré pour commencer

En fait, ce sont les hommes, et pas les femmes, qui ont le seuil de tolérance à la douleur le plus élevé.

Cela veut dire que les hommes, en moyenne, sont davantage « durs au mal » que les femmes.

Je suis désolé si cela défrise le politiquement correct, mais c’est un fait établi par des dizaines d’études en laboratoire.[1]

Par exemple, si vous demandez à des hommes et des femmes de plonger leur main dans de l’eau glacée et tenir le plus longtemps possible… eh bien les hommes « gagnent » haut la main.

Même chose si vous placez un objet sur la peau, qui se réchauffe jusqu’à devenir brûlant : les hommes le tolèrent plus longtemps.

Quand la douleur est aigüe, il n’y a donc pas de doute que les hommes la supportent mieux.

Mais alors, d’où vient ce mythe des hommes « chochottes » quand ils sont malades ?

Eh bien, la réponse est que ce n’est pas vraiment un mythe.

Oui, les hommes se plaignent plus quand ils sont grippés…

…mais ce n’est pas parce qu’ils sont douillets… c’est parce qu’ils souffrent plus que les femmes !

Les hommes souffrent vraiment plus de la grippe !

La raison vient d’une différence biologique entre les hommes et les femmes.

On sait depuis longtemps que les femmes ont un meilleur système immunitaire que les hommes.

C’est la raison pour laquelle les femmes ont beaucoup plus de maladies auto-immunes que les hommes – comme les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, la sclérose en plaques ou la polyarthrite rhumatoïde.

Une maladie auto-immune se déclenche quand votre système immunitaire est trop efficace, trop zélé. Il veut tellement bien faire qu’il se retourne contre vous.

Si les hommes semblent souffrir davantage en cas de rhume ou de grippe… c’est que leur système immunitaire est moins performant pour combattre la maladie !

La preuve en a été apportée par une étude récente [2], qui a montré que le vaccin contre la grippe déclenche une meilleure réaction immunitaire chez la femme, avec plus d’anticorps.

Et ce n’est pas tout : les statistiques montrent aussi que :

  • Les hommes sont hospitalisés pour la grippe plus souvent que les femmes – et au cas où vous vous diriez que cela confirme qu’ils sont douillets, sachez qu’ils en meurent plus souvent également ! [3]
  • Et les hommes mettent en moyenne deux fois plus de temps à se remettre de rhumes/grippes que les femmes !

Tout ceci montre que les hommes ne sont probablement pas particulièrement « douillets ».

Ils n’exagèrent sans doute pas leur souffrance quand ils ont de la fièvre… C’est simplement qu’ils souffrent plus que les femmes !

Messieurs, il n’y a pas de raison de pavoiser

Cela dit, il n’y a vraiment aucune raison pour les hommes de faire les malins.

Certes, les hommes résistent mieux aux douleurs aigües. Mais les femmes supportent aussi bien que les hommes les douleurs chroniques. [4]

Par exemple, les femmes et les hommes réagissent avec le même courage à l’un des cancers les plus douloureux – le cancer des os. [5]

Et surtout, les hommes n’auront jamais à endurer les souffrances de l’accouchement !

Mon épouse Jade a accouché de façon « naturelle », dans une maison de naissance non médicalisée… et donc sans péridurale.

J’ai été à ses côtés chaque seconde de son accouchement, et je peux vous dire que je m’en souviendrai toute ma vie.

Toute ma vie, je ressentirai une admiration profonde pour son courage magnifique.

Aurais-je été capable de « tenir » comme elle l’a fait ?

Je n’en sais rien… mais dans le doute, je tire mon chapeau au courage féminin !

Sources

14 commentaires

Bastaits 4 avril 2018 - 20 h 03 min

Dans une de vos publications, concernant le reflux gastrique, vous proposez de prendre 1/2 c. à café de bicarbonate de soude officinal dilué dans un verre d’eau. Quand? Une seule fois par jour? Avant ou après un repas? Et pour le curcuma, le gingembre et l’aloè vera, en quelle quantité et quand?
Bien merci pour votre réponse!
NB. Je suis abonnée à Santé, Corps et Esprit. Je préférerais que mon nom ne soit pas mentionné si vous envoyez votre réponse à tous vos abonnés.

Répondre
ELIANE 3 avril 2018 - 13 h 10 min

Enfin, un homme qui se penche vraiment sur ses collatéraux que le monde et la « bien pensence du moment » méprise et accuse de tous les maux : les hommes. J’ai 70 ans, un amoureux, deux garçons, quatre petits fils et des amis, j’ai eu des collègues, et je les ai aimés et surtout , toujours respectés car il est vrai que leur sensibilité est différente. Mesdames, vous verrez, ils en seront admiratifs et reconnaissants. Je n’ai jamais basculé dans la victimisation mais, je n’en ai jamais eu peur, non plus.

Répondre
Alain LEBEL 3 avril 2018 - 12 h 24 min

Je ne pense pas forcément que les hommes sont plus sensibles aux douleurs mais par contre il aime bien se faire chouchouter ça c’est certain

Répondre
Marie 3 avril 2018 - 1 h 47 min

il est différent d’avoir une douleur acceptée et voulue comme plonger sa main dans l’eau chaude ou glacée que d’avoir un rhume pourquoi un homme enrhumé se plaint jusqu’au moment ou il a envie de sa femme là il oublie son rhume mais à l’acte fini il va mourir cela revient de suite pour moi du grand pipo bien sur que pour votre analyse ils ont été assez con pour se faire mal volontairement pour passer pour des courageux mais je plains leurs femmes quand ils sont rentrés de vos teste elles ont sans doute du les soigner pour les horreurs que vous leurs avez infligées!!!! Avez vous vérifié auprès de ces dames par après j’en doute, les hommes sont des mauviettes sauf quand il s’agit de leur fierté !!!!

Répondre
1 2

Laissez un commentaire