Ce que votre médecin ne vous dit pas (pour votre bien)

Les médecins ont un métier horriblement compliqué… et mieux vaut en être conscient !

Il faut se mettre à leur place, au moins l’espace d’un instant.

Car je suis persuadé que vous serez mieux soigné si vous réalisez ce à quoi ils sont confrontés tous les jours.

Votre santé sera mieux préservée si vous apprenez à reconnaître les dilemmes cornéliens qui tourmentent votre médecin au quotidien.

Je n’exagère pas. Je sais bien que j’ai été très critique vis-à-vis de certains médecins « maltraitants » dans un article précédent.

Mais vous avez aussi le devoir d’être lucide sur ce que votre médecin peut vraiment faire pour vous. Vous devez l’aider à vous aider, sans demander l’impossible.

Votre médecin est un être humain, avec ses failles inévitables : ce n’est pas un super héros.

Et la médecine est un art tout sauf infaillible : il n’a donc pas de superpouvoirs.

Voyez plutôt les dilemmes difficiles auxquels il est confronté :

Dilemme n° 1 : doit-il vous cacher les effets secondaires des médicaments ?

Cela vous paraît peut-être évident… Votre médecin vous doit la vérité, toute la vérité.

Lorsqu’il vous prescrit un médicament, votre médecin devrait donc vous faire un exposé détaillé des risques auxquels vous vous exposez.

Mais ce n’est pas si simple, malheureusement.

Ce qui complique tout, c’est l’effet « nocebo ».

Vous connaissez son « frère jumeau », l’effet placebo : si l’on vous donne une pilule contenant de l’eau en vous disant que c’est un médicament antidouleur, vous allez réellement ressentir une diminution de votre douleur.

C’est une sorte de petit miracle créé par votre cerveau : lorsqu’il anticipe que votre corps va aller mieux (grâce à la pilule qu’on vous donne), il active des substances qui vous aident naturellement à aller mieux.

C’est la raison pour laquelle les scientifiques réalisent toujours des tests « contre placebo ».

Ils comparent toujours l’efficacité d’un remède à celle d’une pilule vide, pour être sûr que le remède a bien une efficacité par lui-même, en plus de son effet placebo.

Problème : ce qui est vrai pour les remèdes l’est aussi pour les… poisons !

Si on vous dit par avance qu’une substance va vous faire du mal… eh bien vous avez plus de chance d’avoir mal que si l’on ne vous dit rien : c’est l’effet nocebo.

Prenez cette étude spectaculaire, réalisée auprès de 13 enfants hautement allergiques au sumac vénéneux (une plante sauvage). [1]

Les chercheurs ont frotté l’avant-bras de chaque enfant avec une feuille de sumac vénéneux… en leur disant que c’était une feuille inoffensive.

Aussitôt après, ils ont frotté l’autre avant-bras avec une feuille inoffensive… en leur disant qu’il s’agissait de sumac vénéneux.

Savez-vous sur quel avant-bras les enfants ont subi une éruption cutanée ? Croyez-le ou non, mais une éruption a été constatée chez tous les enfants… sur l’avant-bras frotté par la feuille inoffensive !

Encore plus étonnant : le vrai sumac vénéneux, lui, n’a créé de réaction allergique que chez 2 enfants sur 13 !

On retrouve cet effet nocebo dans toutes les études évaluant l’efficacité des médicaments : des patients sous « placebo » se plaignent régulièrement des effets secondaires du médicament… alors qu’ils ne prennent qu’une gélule vide !

Vous voyez peut-être où je veux en venir…

Si votre médecin fait un exposé détaillé de tous les effets indésirables du médicament qu’il vous demande de prendre… il augmente le risque que vous en souffriez !

Vous comprenez pourquoi votre médecin se montre parfois un peu trop « optimiste » sur le traitement qu’il vous prescrit ?

Consciemment ou non, il a tendance à exagérer son efficacité… et à minimiser ses effets secondaires… pour votre bien !

En faisant cela, il augmente réellement vos chances de guérir, et limite les risques d’effet indésirable !

Attention : je reste persuadé que les médecins doivent dire toute la vérité à leurs patients, pour qu’ils puissent choisir leur traitement en connaissance de cause.

Mais vous devez savoir que les médecins ne sont pas dans la meilleure position pour le faire… et c’est pourquoi vous devez toujours vous renseigner par vous-même sur les risques des traitements que vous prenez !

Et c’est la même chose pour les examens médicaux.

Dilemme n° 2 : doit-il prescrire des examens complémentaires ?

Il est toujours tentant pour le patient de réaliser des examens : prise de sang, radio, scanner.

Avoir mal peut être très inquiétant : et si c’était quelque chose de grave ?

Mais c’est très tentant également pour le médecin.

Car en médecine, on ne peut jamais être sûr de rien.

Il y a moins d’une chance sur un million pour qu’un mal de tête « banal » soit le premier signe d’un cancer au cerveau. Et c’est pourquoi on ne vous enverra jamais faire un scanner pour cela.

Mais parfois, ce n’est pas aussi « évident ».

Même si la probabilité qu’on « trouve » quelque chose est minime, votre médecin aura souvent tendance à vous envoyer faire des examens complémentaires… ne serait-ce que pour s’éviter un mauvais procès !

Mais où est le dilemme, me direz-vous ? Quel mal y a-t-il à faire des examens complémentaires ?

La réponse est qu’ils ne sont jamais sans risque.

Voyez plutôt cette histoire racontée par le Dr Christian Lehman dans son livre Patients, si vous saviez

Il reçoit en consultation Joséphine, 73 ans, qui se plaint d’une douleur à la gauche du thorax, qui irradie dans le bras.

Après examen, le Dr Lehman est convaincu à 99,9 % qu’il ne s’agit pas d’un début d’infarctus. Mais le 0,01 % qui reste l’ennuie beaucoup : il ne veut prendre aucun risque… et on le comprend !

Alors il conseille légitimement à Joséphine de se faire hospitaliser.

À son arrivée à l’hôpital, on injecte à Joséphine des anticoagulants, par « précaution »… et suite à une mauvaise réaction, la pauvre se retrouve bientôt en réanimation, sur le billard pendant toute une matinée, après avoir perdu plus d’un litre de sang dans la nuit, via une hémorragie abdominale !

C’est la même chose avec beaucoup de tests ou d’opérations « préventives ».

Prenez les colonoscopies : elles peuvent sauver des vies en détectant un cancer du côlon… mais comme toute opération, elles peuvent aussi se terminer en catastrophe – c’est rare, mais cela arrive.

Faire toujours plus d’examens peut être inutile et dangereux. Mais… vous pouvez aussi passer à côté de quelque chose de grave si vous ne faites pas d’examen.

Vous voyez à quel point la décision du médecin est difficile ?

Et surtout, vous voyez pourquoi il peut être tenté de vous prescrire l’examen de trop ?

Mon épouse Jade a eu récemment une douleur au sein. Son gynécologue l’a envoyé faire une échographie pour s’assurer qu’il n’y avait rien de grave.

Cela peut paraître raisonnable, car l’échographie n’a rien d’invasif. Le problème est qu’après l’échographie, le radiologue n’était pas sûr à 100 % qu’il n’y ait rien… et lui a demandé de faire une mammographie dans la foulée !

Or il est bien établi que les radiations sont potentiellement cancérigènes… c’est donc un test à manier avec précaution, et qu’il ne faut faire qu’en cas de facteur de risque avéré.

Or mon épouse n’avait aucun risque statistique particulier de cancer du sein !

Mais face à un « spécialiste », et sous le coup de l’émotion, il lui était très difficile de dire non !

Voilà pourquoi il faut toujours être préparé.

Un homme ou une femme averti(e) en vaut deux… donc renseignez-vous bien… et n’hésitez pas à vous affirmer !

Dilemme n° 3 : doit-il avoir de la compassion pour ses patients ?

Je voudrais terminer cette lettre par un dilemme un peu particulier… et un poil provocateur.

N’est-il pas évident que le médecin doit toujours être d’une grande humanité avec ses patients ?

Oui, bien sûr. Mais mettez-vous une seconde à la place de votre médecin, surtout s’il est cancérologue, ou neurologue, et qu’il voit chaque jour des cas dramatiques.

Le mot « compassion » vient du latin cum patior, « souffrir avec ». La sympathie (empathie) vient du grec syn pathos – souffrir avec, aussi.

Si un médecin est authentiquement empathique vis-à-vis de tous ses patients… il est condamné à passer ses journées entières à souffrir !

Imaginez les douleurs auxquelles les médecins sont confrontés au quotidien. Imaginez le nombre de patients qu’ils « perdent »… surtout en cancérologie.

S’ils avaient le malheur de développer de profonds sentiments d’empathie pour chacun d’entre eux, leur vie serait un enfer !

Il est logique qu’ils érigent des barrières de protection ! Ou que leur empathie s’émousse avec le temps.

Un peu comme l’inspecteur de police chevronné qui ne s’étonne plus des crimes atroces sur lesquels il doit enquêter.

Attention : je ne suis pas en train d’excuser les attitudes hautaines et inhumaines de certains cancérologues.

Votre médecin vous doit de la bienveillance, toujours.

Mais il ne vous doit pas forcément de la compassion, car tout le monde n’a pas la force d’âme d’une mère Teresa face à la souffrance humaine.

Soyez bienveillant !

Alors je vous invite à être bienveillant vous aussi avec votre médecin.

Gardez toujours en tête qu’il n’est pas un surhomme :

  • L’erreur est humaine : il peut se tromper de diagnostic et de traitement – n’hésitez jamais à demander une « seconde opinion » d’un autre médecin, surtout si une opération chirurgicale est dans la balance ;
  • Il est rare que votre médecin puisse vous accorder le temps dont vous avez vraiment besoin – ce n’est pas de sa faute, à 25 euros la consultation, il ne peut tout simplement pas faire mieux (rappelez-vous qu’un naturopathe demande 60 euros en moyenne !) ;
  • Il n’est pas toujours au courant des dernières études scientifiques – mais avec 10 heures de consultation par jour, il lui est difficile de trouver le temps de « se mettre à jour » ;
  • Il prescrit souvent trop de médicaments… mais n’oubliez pas que beaucoup de malades se plaignent si leur médecin ne leur en donne pas !

Et bien sûr, beaucoup de médecins sont gravement ignorants des méthodes naturelles, corps & esprit, pour guérir en profondeur – mais que voulez-vous, on ne leur en a jamais parlé à la Faculté de Médecine !

Alors n’en voulez pas à votre médecin de ne pas être parfait.

Rappelez-vous que votre santé dépend d’abord de vous-même, de votre mode de vie, mais aussi de vos connaissances.

C’est à vous de compenser les limites inévitables du système médical.

Et pour cela, il n’y a pas 36 solutions : il faut vous informer par vous-même… auprès de sources fiables et sérieuses !

Bonne santé,

Xavier Bazin

[1] A psychosomatic study of contagious dermatitis, Y. Ikemi et all, Kyushu Journal of Medical Science, 1962

Articles similaires

Sources



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

98 réponses à « Ce que votre médecin ne vous dit pas (pour votre bien) »

  1. PIEL says:

    Sur le fond je suis d’accord sur certains points, il est vrai qu’on peut comprendre qu’ils ne soient pas au fait de toutes les études, mais pas qu’ils rejettent en blocs toutes autres façons de soigner alors qu’ils n’en connaissent pas les principes ! Et pour certains avec violences et mépris ! Si leurs volontés de guérir leurs patients prenaient le pas sur les intérêts des labos ils feraient comme en Allemagne ou les médecins travaillent mains dans la mains avec les autres médecines naturelles et y envoie sans problème leurs patients ! Mais en France souvent l’égo passe avant l’intérêt du patient ! J’ai un long parcours médical et vue beaucoup de choses à vous dégoûter du corps médical et de belles choses de temps en temps… quand à l’empathie on peut jouer sur l’etimologie des mots, on ne demande pas aux médecins de souffrir avec leurs patients, et de faire preuves de gentillesse et d’ecoute ne les perdra pas au contraire ! Beaucoup de diagnostics sont mal posés car les médecins n’écoutent plus leurs patients !

  2. Marie-Anne TOULOUSE-NOUJAIM says:

    Commentaire très pertinent et équilibré, tant en ce qui concerne le rôle et les potentialités du Médecin, que la réflexion que le Patient doit faire sur lui-même. Merci.

  3. laclaverie says:

    Vos lettres contenant tant d’informations sont très interessantes! et nous apportent une aide précieuse,déja en les lisant!
    merci!

  4. Charles-de says:

    Quand un médecin annonce à sa patiente la veille de Noël qu’elle a un cancer, a-t-il la moindre compassion ou même la moindre bienveillance ?

  5. tarroux says:

    depuis que je suis adulte et cela fait 50 ans, les mauvais médecins je connais. A 23 ans, on me pronostique une appendicite alors qu’un 2éme me dit non. Cela fait 50 ans que je ne me suis pas fait opérer et je vais bien. Mon mari est mort suite à un cancer des intestins à 56 ans, un ami malade va dans la même clinique et inquiet dit qu’il ne veux pas finir comme lui, on lui répond que « c’était une bavure ». J’en ai encore 2 autres du même style et ce n’est pas le même toubib. Il y a de quoi paniquer ?

  6. E Baland says:

    Article très intéressant et qui permet de comprendre l’atti Du médecin
    Bien cordialement

  7. Bahchachi says:

    Merci Monsieur Bazin pour cette lettre qui répond à beaucoup de question concernant la relation :patient , médecin, maladie ou santé.

  8. Gabriel-Claude Nahmani says:

    Xavier Bazin, J.M.Dupuis, Gabriel Combris, et les autres journalistes ou encore médecins, donnez à foison maintes informations souvent utiles mais, hélas, souvent excessives par le style agressif, contre Ce que vous appelez, avec insistance, « Big Pharma », les MG qui cachent tout aux patients, qui ne s’informent pas suffisamment…et, à la fin de votre derner message, cette information indécente: » IL N’Y A PAS 36 SOLUTIONS: S’INFORMER AUPRÈS DE SOURCES FIABLES ET SÉRIEUSES » ! Les seules vôtres, bien sûr ?? C’est un vieux MG de 84 ans qui vous répond, assez révolté par vos efforts de discréditer ce qui fut son exercice pendant plus de 38 ans !

  9. Aga says:

    Comparer une consultation à 25 € le quart d’heure avec une consultation de naturopathie à 60 € l’heure voire l’heure et demie n’est pas tout à fait une bonne comparaison.

  10. Bertré says:

    Tout ça c’est très bien mais que c’est long, quelqun qui travaille et à charge de famille n’a pas le temps de tout lire !

  11. Chevrier says:

    Je peux penser que pour des personnes qui sont prêtes â faire face au mieux: c’est mettre les chances du bon côté. .., dans mon cas d’hernies discales (8).en positions en charge debout ou assise, les disques concernés sont calcifiés..,mais.il m’avait été dit que seule la radiculographie était admise, mais après m’avoir fait dans un hôpital les injections de produit de contraste; il m’a été dit au dernier moment qu’on ne pouvait me faire cet examen debout . Car il risquait de devoîr m’opérer mmediatement suite à surpression dans le canal rachidien…….Et on ne m’a pas donné de solution. Je dois redresser mon dos . ou aller voir de bons ostéopathes ….suite à mauvaises chutes de sport dont à l’école à l’âge de 7 ans et 17 ans, où je n’avais pas de fractures, mais entorses multiples ……Le 1er m’avait laissé le bassin en vrille et le dos hyperredressété. …Et le second mauvaise réception en saut périlleux avant en saute-fenêtre entorses du dos en sens inverse et rotations axiales avec blocage du bras droit qu’on m’a fait tourner de force « pour ne pas rester paralysé » , de même pour le dos il fallait que je force pour pouvoir remarcher ., les douleurs ne cessant pas malgré les antidouleurs; et en pension…. je n’ai pu
    voir des ostéopathes qu’au bout de 2 ans et il m’a été dit que je n’aurai jamais du forcer………

  12. Agnès Daver says:

    Vos articles m’ont convaincue et j’aimerais changer complètement ma façon de manger et de me soigner auriez vous quelques adresses de médecin naturopathe à me communiquer ?je n’en connais aucun merci

  13. gaudumet says:

    Compassion et empathie on est d’accord mais RESPECT SURTOUT….
    JE N’apprécie pas les insultes…
    Donc suivie pour un genou « fichu » je m’inquiétais que le second avait les mêmes symptomes!!! on me prescrit une radio schuss D & G .A ma prise de RDV on me dit on ne fera surement pas les deux côtés !!! Pour une autre raison je consulte .Mon médecin en congé je vois son associée à qui je parle de mon problème en précisant que je désire connaître l’évolution du GD et voir la cata du GG . je ne me vois pas faire un choix ; elle ne me conseille pas ; comme j’insiste pour avoir une réponse et UN CONSEIL elle « me balance » mais qu’attendiez vous du Dr M…..R ? rien de MOINS ni de PLUS que cette con sœur qu’un conseil MAIS certainement pas qu’il influence mon chirurgien pour qu’il ordonne LES DEUX…comme elle essaye de me le faire dire ; un ponte ne se laisse certainement pas influencer par ce genre de chose …On peut me targuer de tout ce qu’on veut MAIS CERTAINEMENT PAS de malhonnêteté ! de plus c’est la secrétaire à qui j’avais parlé de ce problème qui m’avait dit de lui poser la question à l’occasion de ce rdv ; bête et disciplinée j’obéis et ME VOILA INSULTÉE. Évidemment j’en ai parlé à mon chirurgien en lui disant tout le mal que je pensais de cette con..sœur; il n’a pas apprécié MAIS cela a eu le mérite de me soulager…et d’ arrêter de broyer du noir comme je l’ai fait jusqu’à ma consultation avec lui ; soit QUATRE jours…

  14. JOLY says:

    Bonjour
    J’ai eu un médecin super qui malheureusement n’exerce plus. Totale confiance en lui, mais depuis sa retraite, je ne suis plus du tout d’accord avec la médecine.

    Quand nous avons dans notre famille un soignant, il est vrai que l’on peut croire sur parole son médecin,
    la preuve en est avec votre femme qui a eu le privilège de faire d’abord une échographie pour sa douleur au sein, mais si vous ne pouvez vous renseigner auprès de proche , les examens invasifs sont de rigueur même s’ils pouvaient être évités. Si vous n’êtes pas d’accord pour effectuer ces examens, on vous envoie balader !!!!!!!! Voilà ce qui ne va pas dans la médecine

  15. canal jocelyne says:

    BRAVO BRAVO BRAVO!!!!!!
    Voila une conversation que j’ai eu avec mon médecin

  16. Constant Geneviève says:

    Il y a bien longtemps que j’ai compris ce que vous dîtes sur les médecins dans votre lettre -je me suis beaucoup promenée de l’un à l’autre autrefois étant (sans le savoir) spasmophile…Et je leur ai beaucoup pardonné car j’ai aussi rencontré de très bons praticiens.Maintenant, j’ai choisi la médecine naturelle fermement mais sans aucune condamnation pour l’autre médecine..Je vous lis toujours avec plaisir..Cordialement

  17. COURNOU Michèle says:

    Bonjour,
    Je ne suis pas médecin, plutôt patiente potentielle, et je trouve très bien de votre part de faire le point sur la profession médicale. Ils ne sont pas des surhommes, et c’est aussi à chacun des patient(e)s à
    s’informer au maximum sur les moyens de se soigner avec des moyens naturels. Notamment en lisant vos rubriques dans Santé, Corps, Esprit.

  18. Igé says:

    Ah vraiment j’apprécie toujours chacune de vos lettres, pour leur contenu bien sûr, mais tellement aussi pour le ton pédagogique mais non « professoral » de ces écrits.
    Former les populations à prendre leur santé en mains est ce que l’on peut faire de mieux…tellement mieux que tous ces grands discours,promesses, et autres boniments….Merci, Merci,Merci. Jackie

  19. H.Rouxin says:

    Il est effectivement important d’attirer l’attention et de faire réfléchir sur ce sujet. Merci d’avoir donner l’occasion de le faire.
    Si la sympathie (ou la compassion) est de « souffrir avec », l’empathie est plutôt entendre la souffrance (sans la ressentir soi-même), montrer qu’on l’a bien entendue et permettre à la personne en souffrance de l’exprimer pleinement .Cela peut avoir un effet thérapeutique étonnant et parfois suffisant dans un nombre non négligeable de consultations. Mais c’est une compétence parfois difficile à acquérir et à laquelle les études de médecine ne forment pas. Elle prend aussi du temps.

    Mais le médecin (ou tout thérapeute d’ailleurs) n’est pas le grand sorcier qui va, de l’extérieur, guérir par une pilule ou opération miracle. Il n’est qu’une aide, un conseiller et c’est à chacun de prendre les décisions le concernant lui même.
    A chacun de prendre ses responsabilités ! …

  20. Darrieux Jacques says:

    Bonjour M. Bazin,
    Excellente lettre et très bonne analyse du Médecin et du Patient.
    L’Être humain est une « machine » prodigieuse mais ce dernier s’est éloigné de son Concepteur qui lui avait dit « il n’appartient pas à l’homme qui marche de diriger son pas » (Jéremie 10:23). L’humanité se dirige inexorablement vers la fin de ce système à bout de souffle et de tous les côtés: morale, économique politique, social etc… (à cause de son orgueil et de sa cupidité) et fort heureusement le Concepteur de toutes Choses va rétablir son dessin comme précisé dans l’Apocalypse 21: 3 à 8.
    Très Cordialement.
    Jacques

  21. orlik valerie says:

    merci bonne soirée

  22. germanangue says:

    Analyse très pertinente

  23. BUSNEL Christine says:

    Tout à fait d’accord avec votre article, si la critique est facile, l’art est difficile… j’avoue avoir été confrontée à quelques erreurs de diagnostic dont une qui m’a peut-être bien coûté une NOIA, mais ce que vous dites me semble frappé au coin du bon sens… certains médecins sont plus réactifs que d’autres, avec le risque de trop prescrire ; d’autres, a contrario, sont plus posés, plus sereins, avec le risque d’inertie face à certains symptômes qui auraient dû alerter… nous avons tous les défauts de nos qualités et nous devrions toujours avoir cela présent à l’esprit… Je trouve néanmoins que la qualité de certains médecins et spécialistes est en baisse dans cette course perpétuelle contre le temps… ils n’ont plus le temps (ou ne le prennent pas ?) d’écouter vraiment, de se documenter sur ce qui se fait ailleurs, d’une autre manière, certains semblent avoir la science infuse et ne se remettent pas en question… d’autres heureusement se montrent plus ouverts. Là encore question de personnalité. La formation ne fait pas tout… Merci pour vos articles toujours intéressants. Bien cordialement. Christine B

  24. Hubert says:

    Une consultation de nathuropathe
    Dure environ 1h .donc le généraliste a 25h le 1/4h gagné 100€ de l’heure.

  25. Jean-Marc LAMADIEU says:

    Très bonne analyse de l’etat d’esprit des patients

  26. Maureen O'Bready says:

    Intéressant ,j’ai appris un nouveau mot et son sens. Merci pour la leçon d’éthique.

  27. JC Decuyper says:

    Compassion et empathie ne sont pas la même chose.
    La compassion c’est souhaiter la libération de la souffrance et des causes de la souffrance. A utiliser sans modération…

  28. Tiertant Jean says:

    Bonjour
    je suis vos envois régulièrement car intéressé par les médecines douces et ce depuis près de 20ans.
    Médecin d’abord ,généraliste , puis ayant touché à l’homéopathie sans y trouver toutes les solutions, je me suis tourné vers la gériatrie,puis la rééducation .Je garde l’esprit ouvert et curieux .Personne ne peut prétendre détenir toutes les clés.
    je reste cependant très gêné,déstabilisé par la teneur de certains propos que je trouve très tendancieux,pouvant jeter le doute sur l ‘honnêteté ou la qualité des professionnels de la santé dont je fais partie,et qui a ,le plus souvent ,ont à coeur d’apporter les meilleurs soins à leurs patients .Toute critique devrait être constructive,sinon c’est du dénigrement .
    Certes les accidents sous anticoagulants existent mais combien d’embolies pulmonaires évitées,combien d’accidents vasculaires évités chez ces patients arythmiques??Combien de blessés et traumatisés sauvés dans les salles de réa? avez vous toutes les solutions??Je pense que l’on doit rester humble et apporter ,chacun de son coté ,ce que l’on sait faire de mieux :soigner et soulager quand on le peut?!
    .Merci

  29. pinon says:

    Un grand merci pour cette très belle lettre, je suis complètement d’accord avec vous

  30. Gina St Laurent says:

    Merci infiniement de ces précieux renseignements que vous partagez si généreusement avec tous les abonnés de santé corps-esprit. Longue vie à votre équipe.

  31. Roger says:

    merci pour cette lettre. c’est important de remettre les pendules à l’heure. les medecins font ce qu’ils peuvent, parfois j’indique au mien les bienfaits de l’huile de noix de coco dans le cas de la maladie d’Alzheimer

  32. Marion B. says:

    Un grand merci à vous de rappeler la base du bon sens en matière de santé : n’attendez pas des autres qu’ils s’occupent bien de vous si vous ne le faites pas vous-même!!

    Très bonne continuation à vous dans la rédaction de vos formidables concentrés d’informations!

  33. causel says:

    Merci beaucoup !! En étant bienveillant avec notre médecin , on l’ aide à nous soigner et ça peut lui faire du bien !! On en a tous besoin .
    Cordialement .
    Luc.

  34. Michelle R says:

    Mon médecin m’a prescrit il y a des années un corticoIde pour l’asthme en me disant aucun effet secondaire puisque c’est inhalé. Résultat, plusieurs années après, je dois me faire opérer d’une cataracte importante due à la cortisone.

  35. Cerf van Sprolant says:

    Bonjour et merci pour votre analyse sur la compassion des médecins que je comprends tout à fait, toutefois j’ai une autre analyse sur le fait de dire qu’un médecin ne demande que 25 euros par consultation alors qu’un naturo ou ostéo ou autre exemple mon médecin phyto en prend en moyenne 60, mais tous ces derniers pratique des consultations de 45 mn à 60 mn au lieu de maxi 15 mn pour un médecin! Je pense que le médecin ne s’en sort pas moins bien. Merci à vous

  36. castanie magali says:

    en 2015 mon ami tombe dns le coma dans un resto, il tombe sur des marches. 4 mois après il ressort de son coma et on commence a le faire remarcher (on essaie) nous signalons que ce monsieur a 2 prothèses de hanches et est tombé sur des marches. pas de réaction. 6 mois pluis tard il tombe dans les pommes a la maison.=aussitot pompiers et radio de la hanche coupable. On me le ramène a 2 heures du matin (il n’a rien) biensur que le lendemain matin il ne peut se lever. J’appelle mon medecin qui l’envoie aussitot dans la clinique ou il a eu ses opèrations de la hanche. fémur éclaté. Il lui répare, mais depuis après lui avoir fait comprendre qu’il est parresseux une douleur très vive s’installe dans la cuisse, aujourd’hui il souffre le martyr. pour le coup j’ai iomposé ma présence auprès du chirurgien qui m’a trimballée chez un neurochirurgien . Biensur radio et scanner ont été faits.pour le coup après 3 intrusions chez le chirurgien. scintigraphie demain , le 29 irm, (cardiologue entretemps. j’en psse car la liste s’allonge tous les jours, le chirurgien (a qui on laisse le dernier recours) a vu le canal bouché s1s2 mais comme (genetiquement) il fait des anèvrismes dont un au bord de la colonne très important. Tout ce petit monde laisse souffrir mon ami car rien ne le calme (mal sur la cuisse qui a subie les prothèse. Il a envie tous les jours d’en finir. voilà qu’en pensez-vous nous sommes a bout tous les deux merci

  37. Bouvier Catherine says:

    Super étude pertinente et réaliste des dilemnes auxquels un médecin généraliste est confronté.
    Peut-être faut-il les regarder avec plus de bienveillance voire de compassion.

  38. Marie says:

    Article juste (dans la majorité des cas) et bien fait. Bien sûr les médecins ne sont pas infaillibles, mais certains veulent nous prescrire beaucoup trop de médicaments et sont toujours prêts à nous soigner avant que nous soyons réellement malades…

  39. Bougherriou says:

    Bonjour ! Sujet très interressant . Il faut saluer le mérite de beaucoup de médecins ; honnêtes , sérieux plein d’abnégation , qui pensent à l’auto-guerrison du corps, donc ne prescrivent pas n’importe quoi. Mais il sont confrontés des fois à des situations délicates : comme vous l’avez si bien dit ; est-t-il nécessaire ? Pas nécessaire de demander des analyses complémentaires ? C’est un dileme.

  40. GA Mj says:

    Ne faisons l’amalgame; il y a aussi des médecins très sérieux; si l’on estime qu’il y a risque de grave maladie il vaut mieux souscrire à d’autres examens,sinon on s’abstient. Mais comment savoir? Ou trouver un autre thérapeuthe de médecines alternatives super compétent?
    Tout à fait d’accord avec Mme PERRET, il serait bon que l’on puisse, par le biais de ces abonnements , avoir une indication pour nous diriger vers un thérapeuthe d’ assez bonne proximité. D’avance merci.

  41. Guillard says:

    Bonjour et merci pour vos remarques.On ne peut tout attendre de son médecin et il est bon que chacun fasse l’effort de se prendre en charge.Je suis confrontée à un problème,j’ai un problème au sein gauche depuis 2012 classé en ACR3 puis3 mois après ACR2 j’ai passé une échographie qui montre une grosseur infiltrée,ce qui fait que la radiologue va me faire une biopsie le 30 juin certains disent que cet examen peut déclencher un cancer,est-ce vrai ?Puis-je demander qu’un radiologue du même cabinet fasse une seconde lecture et donne son point de vue ou est-ce indélicat?Merci de me donner une réponse assez rapidement

  42. martin says:

    je me soigne depuis des années par acupuncture, et homéopathie et naturopathie pour des problèmes d’Arthrose.
    Pendant 3 ans j’ai pris des médicaments allopathiques pour la tension changé 3 fois suite à violents maux de tête arrêté. L’An dernier suite à une douleur dans une jambe,j’ai eu une phlébite,s’en ai suivi piqures de Xarelto 10 jours, cachets,3 jours. arrêt net. Il s’avère que ce traitement m’a provoqué une hépatite médicamenteuse crise de foie à répétition, démangeaisons,mon Docteur traitant conscient que mes problèmes étaient dus aux médicaments allopathiques m’a conseillé de voir mon acupuncteur homéopathe avec lequel je suis toujours en traitement.Inutile de vous dire que je lis avec attention vos courriels, je vous en remercie.

  43. MARTIN says:

    J’ai trouvé votre lettre très intelligente ; en effet, je comprends mieux le manque d’explication de mon docteur généraliste. A l’avenir, je serai plus indulgente, et plus optimiste pour prendre les médicaments que mon médecin me prescrit (cortisone par exemple, qui me fait peur), mais aussi plus avisée et j’essaierai de me renseigner par moi-même. Cordialement Mme Martin

  44. NICOLE BREYNE says:

    Je suis abonnée à votre revue que j’apprécie.
    Mon propos ne concerne pas ce message mais un article dans le dernier numéro concernant les amalgames remplaçant les anciens « plombages » page 30.
    En voyant ma revue, mon dentiste, abonné lui aussi ,m’a fait part de son mécontentement car il n’achète que des « inlays » ne contenant pas de bisphénol. Comme il n’a pas le temps de vous écrire je lui ai promis de le faire.
    Merci pour votre revue.
    Nicole Breyne

  45. BLANC Annie says:

    Merci pour vos conseils dont je ne pourrais plus me passer !!!!!!!!!

  46. Philippe GUENIN says:

    Bravo !
    Militons pour une médecine Responsable, au bénéfice de patients Responsables !

  47. PHil Quil says:

    Je vis depuis plusieurs années avec des problémes importants et fréquente les hopitaux réguliérement et je dois dire que l’accueil des patients et leur prise en charge n’est souvent pas trés « humaine ». Que dire d’un hémato-oncologue qui donne un traitement de chimiothérapie à un patient en lui disant on se revoit dans trois mois ?
    Et celui que l’on consulte par email (eh oui ça se fait ) et qui répond 15 jours plus tard en disant qu’il était parti en vacances?
    L’organisation hospitaliére me semble complétement deshumanisée et les médecins considérent souvent les patients comme un morceau de viande sur l’étal d’un boucher. L’auscultation n’existe plus le médecin hospitalier est toujours derriére son écran à lire les résultats des analyses ou les comptes rendus des examens et consulter ses protocoles de soins . Quels changements d’attitude en 40 ans…

  48. PORTAIL says:

    une approche objective et …bienveillante vis a vis du médecin comme du patient. Mais tout comme pour la médecin la bienveillance trouve une limite dans la volonté du patient à se prendre en mains. Fort des connaissances que vous nous apportez nous voyons les risque de certains traitements- notamment à vie- dont les effets secondaires font de l’amélioration immédiate un leurre dangereux. Jusque là je n’ai pas trouvé la faille qui me permettrait de parler à mon cardiologue ou rhumatologue de solutions alternatives que je pratique déjà ( à mes risques et périls, diraient-ils). et par exemple pour l’hypertension je poursuis les prise quotidiennes d’hyrbésartan menacée du pire si je l’interromps.
    Comment résoudre ce dilemme n’étant pas médecin moi-même? comment faire la transition sans accompagnement? Ne pas commettre de faute…fatale? Merci de votre attention, et pour la richesse de vos informations.

  49. Yvon Champagne says:

    Bonjour,
    Pleinement d’accord avec vous, et tellement bien expliqué. C’est sur que tout passe par la prévention, et que l’on se doit de poser des questions au médecin. Celui-ci ou celle-ci fait de son mieux.
    Pour mon cas, j’ai eu un diagnostic de cancer au mois d’avril, et je fais de la chimio. Mon oncologue (une femme médecin) est motivante et en plus, elle ne se gêne pas pour donner l’heure juste. Je suis vraiment enchanté de l’avoir. Tout semble plus facile, et elle est ouverte d’esprit.
    Je suis confiant de m’en sortir, en étant accompagné par de bonnes personnes positives.
    Je reste positif.
    Prenez bien soin de vous.
    Au plaisir

  50. DIOP Malvina says:

    Très bon sujet . Merci

  51. Louise Laplante says:

    Merci pour cette lettre. Personnellement je suis entièrement d’accord avec tout ce dont vous dites. Effectivement le médecin a une réalité que nous devons comprendre

  52. Konaté Razniewski says:

    Merci pour cette lettre.

  53. Lebourg Philippe says:

    Merci de cette lettre, toute en finesse, invitant chacun à prendre sa propre santé en main. J’ai assez souvent l’occasion de dire (ou penser) du mal des lettres qui sont trop dans l’aspect « problème manifesté->solution/remède » et pas assez dans la perspective « problème->identification de la source profonde->recherche d’approches combinées corps/âme/esprit pour aller soigner à la racine et traiter les manifestations de surface » pour ne pas dire tout le bien que je pense de celle-ci.
    Au plaisir…

  54. pascal27 says:

    Bonjour
    bravo vous êtes réactifs à nos messages ! je vous reçois 100% sur cette approche dont la balance est compliquée !! Nous soigner passe par la prévention et la connaissance du corps, comme pour nos actes vis à vis de l’environnement nous sommes les premiers déclencheurs des amélioration et compréhensions de nos actes responsables !! Mais ça demande des efforts et là aussi il y aurait beaucoup à dire …
    Continuez à faire germer le bon sens dans nos têtes !
    Prenez soins de vous

  55. Rosalie says:

    Eh bien, oui, cet article m’a plu.
    Merci d’avoir abordé le côté humain du médecin, nous sommes, nous les malades, souvent trop exigeants… et probablement aussi un peu égoïstes.

  56. Pierre says:

    Merci pour cette remise en perspective intéressante, ainsi que pour le petit topo sur les effets placebo et nocebo. Néanmoins, j’ai une petite remarque : un naturopathe demande 60 €, de même que nombre de thérapeutes alternatifs, mais la consultation n’est pas expédiée en un quart d’heure. Une autre différence est que le remboursement rend la médecine officielle « gratuite », et que beaucoup y vont pour tout n’importe quoi, y compris les arrêts maladie, ce qui effectivement remplit les cabinets.

  57. SANTANGELO says:

    J’apprécie votre message, mais quand on sait qu’ un médecin généraliste gagne entre 25000 et 30000 euros par moi, les 25 € au quart d’heure qu’il accorde à ses patients cela fait 100 euros de l’heure, donc un naturopathe qui prend 60€ pour une heure cela me parait plus que légitime, Tout en sachant que la sécurité sociale ne rembourse pas leurs prestations contrairement au médecin … A méditer !!! Cordialement,

  58. Liliane PERRET says:

    Oui, notre santé dépend -comme vous dites- de nous-même, de notre mode de vie
    Pour ce qui est de nos connaissances, c’est bien sûr plus difficile! En plus de s’informer, il nous manque la possibilité de trouver un médecin de médecine naturelle fiable, compétent.!

    Depuis que je suis malade, j’erre ça et là pour essayer de compenser, comme vous dites : « les limites inévitables du système médical ». Difficile de mener ce travail à bien quand on est seul, loin de tout !

    La solutions serait aussi de pouvoir trouver à quel thérapeute ds’adresser dans le domaine de la santé naturelle, un praticien compétent, par exemple en cas de tumeur cérébrale, de fibromyalgie. A part un neuro-chirurgien, je n’ai aucun autre médecin depuis le décès du Dr Seignalet !
    Lire, explorer vos lettres est intéressant mais c’est loin d’être suffisant ! Pourquoi est-il si difficile de trouver un thérapeute sur tous ces sites de santé ! Dans mon cas, ce serait urgent !

  59. Gilles Lacasse says:

    Merveilleux ! Excellent article. Tout y est.
    Je suis un psychologue au Québec et à la retraite après 34 ans de pratique.

  60. rahma salhi says:

    Bonjour j’aime ce que vous écrivez c’est très enrichissant j’espère que vous continuerai car nous avons besoin de ces informations qui nous sont très utiles et nous ouvre l’esprit à la lumière dont vous nous faite profiter vive le vrai partage qui reste dans l’aide

  61. Pradine mari-claire says:

    d’accord et pas d’accord! avec le nombre d’études qu’ils font j’estime qu’ils se doivent dêtre à l’écoute de leurs patients ,donc qu’ils nous parlent sincèrement nous ne sommes pas des débiles mentaux ! et qu’ils exercent leurs métiers humainement :il n’y a plus de mèdecins dans nos campagne car c’est contraignant ( signifié par un medecin ) ils veulent garder un certain train de vie donc exces de consuls… pourfidéliser ,sans compter les medecins désinvoltes avec qui rien n’est grave! voyez-vous je me tourne de plus en plus vers les medecines alternatives car on t’explique vraiment et comme je ne suis pas trop neuneu je me soigne conclusion c’est une catastrophe la façon dont nous sommes soigné merçi

  62. Martin says:

    Bonjour. Suis à moitié ok avec vous. J ai une maladie rare Kyste de Tarlov. Mon Dr traitant ne connaît pas ses douleurs et ttes ses conséquences. J ai eu 1 intervention « ratee » faite par à Pr en neurochirurgie. Au vu de tt ça, il est très réticent à me prescrire d autres examens. ..il est fermé devant ce qu il ne connaît pas. J aurais eu besoin de sa compréhension et de son aide. Alors je peux comprendre bcp de choses. .mais suis très déçue de ses réactions au point que je compte changer de Dr. Merci dd m avoir lue. Bien cordialement. E.Martin

  63. Anne-Marie says:

    Voilà qui est bien dit ! Un médecin reste un homme, faillible donc ! Mais lorsque l’on a un bon médecin, sachons l’apprécier et lui rendre grâce !

  64. feder says:

    vos commentaires sont plus que OK

  65. Sylvie Ackermann says:

    Bonjour
    Je réponds suite à votre lettre, juste pour vous dire que moi j’ai un médecin franchement pas top .avec beaucoup beaucoup de mal j’arrive à avoir une prise de sang( au bout de 2 ans) .même avec de la température et des migraine affreuse je vais bosser on me choutant avec des médicaments .une superbe angine, une gastro idem ,une douleur a l epaule pareille ,il n’a pas vraiment sur se que c’était. J’avais du mal à rouler ,mais il m’a pas mis en arrêt ,il ma donner des medicaments pour tenir.faire des examens j’arrive pas à en avoir. A moins de monter au urgence et quand t il me vois arriver avec une lettre que je dois me faire opérer d’urgence, il me dit mais pourquoi vous êtes pas revenu (alors qu’il m’a vu 3fois dans la semaine et 3 fois il m’a changer de médicaments.) De toute façon mon médecin je ne vais le voir plus que pour mon traitement de migraine ses tout même très malade je cours plutôt à la pharmacie prendre se qu’il faut. Je garde mon medecin parce que y a jamais beaucoup de monde quand j’y passe. Je n’aime pas attendre des heures cher le docteur. Alors je passe le voir il me fait l’ordonnance son me consulter ni même me prendre la tension. Et je repars .les autres médecin sont déjà trop rempli. Voilà pour moi mon médecin n’est pas au top des médecins et j’espère pouvoir tenir encore longtemps à me soigner seul avec la pharmacie. J’aurais d’autre anecdotes, mais j’en passe .pourtant je suis une travailleuse. La seule chose qui me déranger le plus c’était mes migraine ou ma tête allé exploser .sa marrive encore souvent mais je fait avec depuis l’âge de 15 ans . Mon médecin n’a jamais chercher à les comprendre. Et moi j’ai plus envie. Je vie avec. Merci de m’écouter. Mais je peux rien dire de bon de mon médecin (moins j’y vais mieux je me porte. Et le jour où sa va plus les urgences sont là.

  66. Bernard Lemaire says:

    Merci pour avoir mis en évidence les difficultés rencontrées par nos médecins. Mais je pense que vous en oubliez quelques unes importantes en lien avec les contraintes de la juridiction, du conseil de l’ordre, les pressions des firmes pharmaceutiques.

  67. Agnès says:

    Je suis naturopathe et effectivement je demande 50 euros à mes clients, mais la différence avec un médecin c’est que je garde la personne minimum 1heure et pas 15 minutes comme le généraliste.
    Et puis faites le calcul, 25 euros le quart d’heure. ..100 euros l’heure. .. on ne va pas les plaindre quand même !!!

  68. Martinod Gaston says:

    Mais il y a encore le prb du médecin référent !!!
    Un cas vécu. Un collègue de travail me dit qu’il a pris
    rdv a l’hôpital pour se faire enlever un rein « il est tout sec ,il ne fonctionne pas ». Sur mon conseil il consulte un autre médecin « C’est normal que votre rein ne fonctionne pas, il n’est pas alimenté ».
    Petite intervention pour supprimer le coude bloquant l’alimentation et tout est devenu normal.

  69. Labeque Genevieve says:

    Votre lettre est tout à fait juste et confirme que pour la plupart des médecins ils sont éduqués par les laboratoires dont la devise est le fric avant tout. Merci de nous faire partager vos lettres. Genevieve.

  70. ruiz says:

    Tout à fait d accord avec le contenu de votre courrier. Pour moi le mieux est de prendre,quand ce n est pas trop grave, des plantes conseil de nos gds meres. Surtout bouger et ne pas trop s ecouter. Je parle de douleurs legeres..

  71. Balaguer says:

    Merci d’avoir écrit ce message .
    Je le trouve très juste .
    Danièle

  72. Marie-Blanche PY says:

    Je suis entièrement d’accord avec le Dr. Bazin.
    J’ai, pour ma part, subi une opération pour un « tout petit » cancer du sein m’a dit une oncologue et, avec le recul, je subodore (mais ne suis pas certaine) que l’opération -et surtout la radiothérapie qui a suivi- auraient pu être évitées. MAIS …
    Par contre, les effets secondaires de la radio je les ai toujours !!!!
    Je ne regrette pas, je reste positive, mais … j’y pense souvent et je me pose quand même des questions.
    Merci pour toutes vos interventions que je suis avec bcp d’intérêt.

  73. fabris says:

    voici un très bel article, trop souvent, on pense que le « docteur a tous les pouvoirs » eh bien non, certes il a fait de longues études, mais on a oublié l’essentiel ; on doit soigner la personne dans son entier et non sa maladie.
    Notre médecin travaille de 7h30 à plus de 22h, elle est la seule à faire les visites à domicile. Alors oui, il lui arrive de commettre des erreurs,mais elle est toujours bienveillante. Alors nous l’apprécions et reconnaissons sa valeur humaine.
    Merci donc d’avoir remis un peu les pendules à l’heure.

  74. baude says:

    Par principe je fais confiance à mon médecin,mon médecin même si je lui demande de bien réfléchir avant de me donner un médicament. Mais ensuite je n’ai pas les compétences pour « juger » sauf pour un mal de gorge , nez qui coule,mal au ventre,douleurs articulaires….etc ou je ne vais pas le consulter.Tout ça pour dire que chacun son métier et aussi que je n’ai pas plus de compétence pour « juger » mon médecin que Mr Bazin.

  75. KRON says:

    Vos recommandations sont très justes et pleines de bon sens.
    Elles sont aussi utiles à rappeler, surtout à ceux qui abusent de la médecine !
    Merci pour votre travail.
    Cordialement

  76. jean-louis says:

    Tout à fait exact . A diffuser .
    Merci , c’est même l’évidence .

  77. DUHAUT Mireille says:

    Vous prêchez une convaincue, moi qui ne me laisse soigner que quand je me sens en totale confiance ! Étant TRÈS intuitive, je ne prends pas 1 TRT que je ne « sens » pas même en homéo et contrôle via internet ts les exipients contenus ds les médicaments conventionnels compléments alimentaires compris ! (j’exclus
    systématiquement qd il y a le redoutable E171 ainsi que l’aspartame !
    Quand à l’hôpital je discute et contrôle tout quitte à invoquer SYSTÉMATIQUEMENT la loi du 4 mars 2002 quand le tout puissant corp médical « insiste » !
    Bref je suivais déjà tous vos conseils avant même fé vous avoir lu !
    Continuez à nous informe, merci bravo !

    contiennent le redoutable E171 ainsi que l’partage

  78. Arradon Michèle says:

    Merci pour cette lettre qui remet bien les pendules à l’heure ! Elle nous rappelle qu’il faut avoir confiance en son médecin, mais qu’il nous faut aussi prendre nos respnsabilités et toujours essayer d’accroître ses connaissances.

  79. Odile Svoboda says:

    Vos commentaires sont toujours très intéressants et font réfléchir. Merci de partager avec nous votre expérience.

  80. Landolt M. says:

    Votre commentaire est clair et bien dit .
    Trop de personne croient comme fer qu’un médicament peut enlever tout..
    Le nourriture joue un grand rôle,et, même la façon de manger.
    merci pour vos bons conseillent.

  81. Christine says:

    Effectivement, je pense que cet éclairage est très utile pour aider les patients mieux appréhender les rapports avec leur médecin et leur santé.
    Le problème est que les patients attendent tout du médecin, l’ont , depuis toujours placé sur un piédestal : Il doit être le médecin, le confident, l’ami, le guérisseur sauveur tout puissant, le professeur, disponible comme un pompier, prêtre et devin etc…
    Qu’il ne corresponde pas à ce mythe… et la violence apparaît

  82. Leblan says:

    Très judicieux ,il est nécessaire de remettre de temps en temps les pendules à l’heure bravo!

  83. Pittet says:

    avant tout merci pour votre travail!
    je partage entièrement votre pensée sur les médecins!

  84. JANICHON says:

    c est tout simplement excellent merci

  85. Mireille says:

    Bonjour. Mon homéopathe belge me disait que c’était ridicule de faire tous les 5 ans une coloscopie. Cependant à la dernière, j’ai eu deux petits polypes brulés car petits. J’ai eu 3 semaines après une hémorragie, car, me disait le gastro il avait eu le tort de ne pas m’arrêter le kardegic. Je devrais refaire une coloscopie et forcément je suis dans le doute

  86. Edith Dubois says:

    Bonjour,
    Merci pour toutes ces infos et de nous montrer l’autre côté du miroir. En effet, la place du médecin est souvent cornélienne.
    Par contre, 25€ la consultation, oui, pour souvent 5 ou 10minutes de présence avec le patient. 60€ pour le naturopathe qui garde ses clients entre 1h et 1h30 selon les cas… Je vous laisse faire le calcul.
    Bel été à tous
    Edith

  87. Claudine GAU says:

    Merci pour cette étude réaliste
    Si mon médecin avait prescrit une coloscopie à mon mari lorsque celui-ci avait de fréquentes diarrhées je pense que l’on aurait diagnostiqué plus vite l’obstruction et …… tout aurait été changé dans le cours de notre vie et peut-être ne serai-je pas seule aujourd’hui. Mais mon médecin rechigne à prescrire cet examen aux personnes d’un certain âge !

  88. MONOT says:

    Bonjour.
    Très intéressant cet éclairage sur le médecin et la médecine.
    Placebo et nocebo : ces 2 notions nous obligent à réfléchir et nous amènent à nous prendre en charge, personnellement, un peu plus. Merci.

  89. adam says:

    Bonjour,
    Je suis tout à fait d’accord avec vous ,c’est toujours un plaisir de vous lire.Mon époux et moi même avons eu comme beaucoup de personnes des problèmes de santé,et nous avons eu la chance de tomber sur de très bons médecins.
    Merci bonne continuation.

  90. Karen says:

    Bonjour , je suis tout à fait d’accord , les médecins sont des humains nous ne ferions pas facilement face à une seule de leur journée . Mais pour la compassion , il me semble que c’est différent , et malgré son étymologie , la vraie compassion n’apporte pas de souffrance , au contraire , c’est une ouverture du cœur qui renforce . C’est la peur qui fait du mal , peur de notre propre souffrance , de notre propre mort , pas la compassion ou l’empathie . Peut-être les écoles de médecine devraient-elles inclure quelques séances de méditation et de développement spirituel !
    Belle journée à tous ,
    Karen

  91. Vielvoye says:

    Bonjour,
    Je trouve ce texte sur les médecins très beau et sensé. Je l’envoie aux « amis » et aussi à certains médecins que j’apprécie car trop de gens leurs manquent de reconnaissance …

  92. Casabon says:

    Merci,

    J’ étais il y a encore 2 ans médecin homéopathe. En butte, mais je m’ en moquais, à la dérision de certains confrères allopathes.
    mais merci encore de reconnaître la difficulté de notre métier qui est, comme vous le rappelez, un art, et non un ensemble de techniques. Mais hélas ! il y a maintenant une certaine dérive qui me hérisse.
    Je suis une heureuse abonnée à votre revue.

  93. Olivier Tzaut says:

    Très juste !

  94. lecointre says:

    Bonjour Monsieur,

    Concernant le prix de la consultation je voudrais ajouter tout de même que les 25 euros correspondent a 20 minutes de face à face avec le patient, voici le temps en moyenne d’une consultation, pourquoi pas 60 euros mais pour une bonne heure alors de travail, tout comme les naturopathes ou autres approches alternatives.
    Cordialement
    Isabelle Lecointre

  95. GIROT says:

    Je pense que ce qui est dit est juste chacun est responsable de ses pensées et de sa maladie car nous sommes notre propre médecin les médecins ne font que ce qu’ils peuvent. Il faudrait qu’ils soient plus psy et ce serait un grand pas car le pouvoir est là tout de même
    Que chacun se prenne en main. Se documente et experimente par lui même.

  96. CHAUVEL Renée says:

    Très bien, Docteur Xavier BAZIN, car je ne suis pas médecin, simplement patiente et suis horrifiée par certains procès tout en admettant que certains peuvent être nécessaires, mais attention. Faisons confiance, pas aveugle certes, sinon changeons de médecin.

  97. BARBANCHON says:

    Monsieur Bazin,
    Merci de la bienveillance développée dans cette lettre. Le ton est juste et ouvre vers le discernement.

  98. Veronique Coquelet says:

    Bon à savoir on y pense pas mais des fois on est vite expédié du cabinet la pas moyen de lui parlé

RECEVEZ GRATUITEMENT LA NEWSLETTER DU PROJET SANTÉ CORPS ESPRIT


En cadeau pour toute inscription, recevez votre dossier spécial 10 trésors de la santé naturelle qui peuvent changer votre vie.

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
Santé Corps Esprit

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité

Rejoignez-nous !

RECEVEZ GRATUITEMENT LA NEWSLETTER DU PROJET SANTÉ CORPS ESPRIT


En cadeau pour toute inscription, recevez votre dossier spécial 10 trésors de la santé naturelle qui peuvent changer votre vie.

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
Santé Corps Esprit

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité