Woman's marionette. Manipulation concept

Pervers narcissique : comment le démasquer et s’en libérer !

Il y a les médicaments toxiques – Mediator, statines, etc…

Il y a les aliments toxiques – frites, sodas, etc.

Et il y a les personnes toxiques.

Et croyez-moi, si vous voulez une bonne santé…

…il est tout aussi crucial d’éviter les gens toxiques que les médicaments et aliments dangereux !

Le stress, la rancœur et les ruminations qu’ils provoquent peuvent vous rendre malade !

Je ne parle pas seulement de « burn-out », de dépression ou de crises d’angoisse.

Je veux aussi parler de maladies très « physiques », comme des troubles digestifs sévères ou des déséquilibres hormonaux.

Sans oublier le cancer et ses causes en partie émotionnelles.

Voilà pourquoi je voudrais vous parler aujourd’hui du profil de la personne « toxique » par excellence :  le « pervers narcissique »

C’est très important : s’il y en a un dans votre entourage (famille, travail, ami), il est urgent de vous en rendre compte.

Car si vous ne vous méfiez pas, les dégâts peuvent être irréparables.

Voici comment démasquer le pervers narcissique

Alors voici les principales caractéristiques, répertoriées officiellement, du pervers narcissique[1] :

  • Il est profondément narcissique. Il parvient généralement à le dissimuler sous une fausse modestie, mais il a généralement une vision grandiose de sa propre importance – il se croit un individu à part, au-dessus des autres. Il estime donc que « tout lui est dû », puisqu’il est exceptionnel. Et en même temps, comme tous les narcissiques, il est hypersensible : il oscille entre l’extrême confiance en lui et l’extrême sentiment d’insécurité – ce que le psychiatre Christophe André appelle la « haute estime de soi fragile ».
  • Il est charismatique – à sa manière. Il n’a peut-être pas un physique d’Apollon, mais il a une certaine « aura ». C’est un beau parleur, et il parvient à exercer une emprise psychologique sur son entourage ;
  • Il n’a aucune empathie – il est incapable de se mettre à la place de quelqu’un d’autre, mais il s’efforce de se faire passer pour une personne sensible, avec un cœur « grand comme ça ».
  • C’est un manipulateur hors pair : il essaie souvent de vous culpabiliser, en évoquant des contraintes familiales ou professionnelles. Souvent aussi, il prend un ton « docte », comme celui qui est dépositaire d’un savoir absolu. Il change d’opinion facilement et adore tenir des propos ambigus : cela lui évite de se « mouiller » !
  • Il ment un peu sur tout, avec un aplomb invraisemblable. Il fait de grandes promesses, fait miroiter monts et merveilles à son entourage… mais ne concédera jamais rien.
  • Il gère parfaitement son image : il se comporte totalement différemment selon les gens à qui il a affaire – c’est Dr Jekyll et Mr Hyde. Il excelle à manipuler la vérité pour essayer de se donner une image très flatteuse, en permanence.
  • Il souffre d’une « labilité logique » : cela veut dire qu’il a un esprit d’analyse très sélectif, qui ne retient que ce qui l’arrange. Il commet des lapsus, interprète mal des situations… tout cela pour manipuler – et il dit après coup qu’il s’agit d’un « malentendu ».
  • Il a aussi un goût du risque, parce qu’il a tendance à s’ennuyer profondément. Voilà pourquoi il aime enfreindre la loi et adore les conflits, bien qu’il s’en défende : c’est comme cela qu’il se sent « en vie » !
  • Absence de remords : il n’a aucun remord et n’assume jamais la moindre responsabilité : c’est un grand spécialiste pour s’ériger en victime – c’est toujours la faute des autres, jamais la sienne !
  • Agressivité : la vie est selon lui une succession de combats, avec forcément un vainqueur et un vaincu – il passe donc son temps à dénigrer, critiquer, dévaloriser pour alimenter son soi grandiose. Tout ce qu’il fait est exceptionnel… ce que font les autres est banal.
  • Paranoïa : évidemment, il est persuadé que tout le monde est capable de la pire ignominie… puisque c’est comme cela qu’il se comporte lui-même ! Il adore se dire « persécuté » : si un cambriolage a lieu à côté de chez lui, il vous dira que c’est lui qui était visé !
  • Conséquence de sa paranoïa, il a un besoin pathologique de contrôle : il s’efforce de s’entourer de petits lieutenants aux ordres, et traque tous ceux qui font preuve d’indépendance d’esprit.
  • Les émotions qu’il exprime sonnent « faux » : les psychopathes apprennent toute leur vie à simuler des émotions qu’ils ne ressentent pas… ce qui les conduit souvent à « en faire trop », avec un style grandiloquent, ou parfois adolescent.

Maintenant, je vous invite à vous poser cette question :

Y a-t-il une personne comme celle que je viens de décrire dans votre entourage – famille, ami ou travail ?

Étant précisé que le pervers narcissique peut aussi bien être un homme qu’une femme.

Détecter le pervers narcissique : 14 questions qui peuvent changer votre vie

Si vous avez un doute, je vous propose de prendre une minute pour répondre au petit questionnaire ci-dessous, par « oui » ou par « non »[2] :

  • Êtes-vous mal à l’aise, sous pression, quand vous êtes en présence de cette personne ?
  • Est-ce que cette personne essaie régulièrement de vous culpabiliser – de vous faire penser que les problèmes qui se produisent sont de votre faute ?
  • Y a-t-il des gens qui étaient proches de vous qui vous ont tourné le dos (ou qui ont changé d’attitude avec vous) depuis que vous êtes en contact avec cette personne ?
  • Est-ce que cette personne ne se remet jamais en question (c’est toujours de la faute des autres, jamais la sienne) ?
  • Est-ce que cette personne présente du mépris pour les autres, et est souvent en train de rabaisser autrui ?
  • Est-ce que vous avez des symptômes depuis que vous côtoyez cette personne (anxiété, douleurs, fatigue anormale, troubles alimentaires, somatisations diverses) ?
  • Est-ce que les gens qui le connaissent parlent souvent de cette personne – comme s’ils étaient sous emprise et ne pouvaient pas s’empêcher d’en parler ?
  • Est-ce que c’est une personne instable dans ses envies, ses projets, ses relations… coupe-t-elle brutalement les ponts avec des personnes dont elle a été très proche ?
  • Avez-vous l’impression que cette personne n’a jamais de remords, ne se remet jamais en cause ?
  • Est-ce que cette personne vous paraît insensible aux tristesses des autres (deuils, etc.) ?
  • Est-ce que cette personne se fait souvent passer pour une victime, une « pauvre petite chose fragile », à qui il faudrait tout pardonner ?
  • Est-ce que c’est une personne qui a la rancune tenace, qui ne pardonne jamais ?
  • Est-ce que c’est quelqu’un qui a la critique facile (a tendance à critiquer tout, tout le temps) ?
  • Est-ce que cette personne s’attribue tous les mérites, et ne reconnaît jamais la réussite des autres (ou la capacité des autres à réussir sans elle) ?

Attention : comme l’explique le thérapeute Cyrille Novou, il ne suffit pas de répondre « oui » à quelques questions pour être en présence d’un pervers narcissique.

Personne n’est parfait, et avoir quelques défauts n’est évidemment pas une maladie !

Mais une chose est sûre : plus vous répondez de « oui », plus vous avez de risque d’être en présence d’un vrai pervers narcissique.

Le seul conseil que je peux vous donner si vous êtes en présence d’un pervers narcissique

Réfléchissez bien… et ne vous laissez pas abuser par ce que vous « croyez connaître » de cette personne.

Car il est très fréquent de se voiler la face, parfois pendant des années !

Voici par exemple ce que m’a dit une victime d’un pervers narcissique de « haut vol » :

J’ai toujours su qu’il y avait une dualité chez « mon » pervers – on perçoit assez vite qu’il est instable, cyclothymique.

Mais comme la plupart des victimes, j’ai fait l’erreur de croire qu’il avait un bon fond.

Du fait de ses talents de manipulateur, je pensais que c’était quelqu’un de torturé intérieurement… mais fondamentalement bienveillant.

Il a fallu qu’il finisse par m’attaquer frontalement pour que je réalise mon erreur épouvantable !

Si j’ai un conseil à donner, c’est celui-ci : ne faites pas comme moi, n’attendez pas qu’il « tombe le masque ».

Aujourd’hui, je suis sorti de son emprise et je revis, après des années de souffrance !

A présent, il peut continuer à essayer de me faire du mal, cela m’indiffère profondément. Ses attaques ne me touchent plus, car j’ai compris qui il est. Il ne peut plus rien contre moi.

Je sais que c’est sa nature, qu’il ne changera pas. Et si j’ai réussi à m’en sortir, tout le monde peut le faire.

Alors si vous êtes persuadé qu’un proche est bien un « pervers narcissique », il n’y a qu’une chose à faire : démasquez-le, et fuyez !

En effet, c’est le meilleur conseil qu’on puisse donner, même si ce n’est pas toujours facile à faire.

La priorité est de vous en libérer, et le plus tôt est toujours le mieux.

Ce n’est pas seulement votre bien-être qui est en jeu, mais votre santé mentale et physique !

Heureusement, ces personnes toxiques ne sont pas nombreuses, mais si vous avez le malheur de « mal tomber », il faut ouvrir grand les yeux, dès que possible, et agir en conséquence.

Bonne santé !

Xavier Bazin

Témoignages : vous avez vécu une expérience avec un pervers narcissique ?

Si vous avez vous aussi été victime, n’hésitez pas à témoigner, en commentaire de ce message !

Libérons la parole et serrons-nous les coudes contre les manipulateurs !

PS2 : pour ceux que le sujet intéresse particulièrement, voici des extraits très intéressants d’un article de Marie-Jeanne Huguet, spécialiste en PNL :

« Nous sommes tous les auteurs de petits mensonges. La plupart sont nommés mensonges de confort car ils nous aident à rendre le quotidien et la vie moins cruels. Pourtant, il existe quelqu’un qui va beaucoup plus loin que quelques simples exagérations, afin de donner du poids à son existence : c’est le manipulateur.

Une première caractéristique : son instabilité. Le manipulateur ne tient pas en place. Il change fréquemment de lieu de résidence, de ville ou de pays selon le degré de sa pathologie. Il ne parvient pas à se fixer dans un emploi (sauf s’il a le pouvoir et impose sa volonté aux autres).

Il ne dissimule pas seulement ses actes mais aussi ses pensées profondes, car il sait bien en quoi elles peuvent choquer ceux qui l’entourent, ce qui fait qu’elles ne sont pas dicibles. Le manipulateur enfouit ses émotions (ou une partie de ses émotions, celles qui n’apitoient pas les autres) afin de ne pas se retrouver seul.

Ainsi, sa psyché est une véritable cocotte-minute, source de brusques sautes d’humeurs ressemblant à des élans de schizophrénie. On peut parfois lui découvrir plusieurs personnalités selon les situations dans lesquelles on le place.

Le manipulateur est une éternelle victime, non qu’il ne voie pas sa part de responsabilité dans les événements, mais qu’il la nie afin de préserver le regard des autres sur lui. De plus, ce statut de victime lui attire toutes les sympathies. On le prend en pitié avant de vouloir l’aimer.

Le manipulateur recherche avant tout des alliances, des personnes prêtent à le défendre en cas de besoin. Mais ces personnes ne pourront pas compter sur lui, il les lâchera dès que son intérêt sera ailleurs. Pire, il est capable de monter les autres personnes contre son ou ses anciens complices, il joue au jeu : « battez-vous, moi, je tire mon épingle du jeu ». D’autre part s’il a besoin d’alliance (besoin d’être aimé, d’être valorisé, d’être consolé car s’il est une victime, il se sent une victime grandiose), il a aussi toujours besoin d’une proie, de personnes dont il absorbe la vitalité, les valeurs, l’innocence.

Le manipulateur a un besoin vital de détruire, (il lui faut absorber la substance vitale de l’autre, ses capacités, son savoir, son innocence, car il se sent vide à l’intérieur).

Les manipulateurs ont un grand mal-être intérieur qu’ils cachent soigneusement par la manipulation, ils se mettent à l’abri derrière une carapace qu’ils se forgent mais lorsque cette carapace ne résiste plus, ils se trouvent confrontés au vide, à la souffrance qui est en eux, ils voient, avec horreur, leur réalité en face…

Les arguments d’un manipulateur semblent toujours, à première vue, logiques et moraux. Il ne tient pas compte d’autrui, tout en prétendant paradoxalement le contraire. Il peut mal supporter la critique. Certains manipulateurs à qui l’on tente de faire reconnaître un défaut ou une erreur, réussiront habilement à retourner les accusations contre leur accusateur.

Parfois menteur, souvent dominant, le manipulateur cherche souvent à mettre mal à l’aise son interlocuteur, par exemple en ne le regardant pas pendant une conversation, en faisant autre chose en même temps, en lui demandant des tâches impossibles… Souvent il fait passer ses désirs personnels pour quelque chose de bon pour tous ou de moralement acceptable.

Le livre « Les manipulateurs sont parmi nous » mentionne que tout le monde a la capacité de modifier, à son avantage, le comportement d’un autre. La légère capacité de manipuler ne fait pas nécessairement d’une personne une manipulatrice. De plus, les manipulateurs n’ont que très rarement toutes les caractéristiques des manipulateurs. Le vrai manipulateur est atteint d’un problème de personnalité constant : il veut obtenir à chaque fois qu’une occasion se présente le maximum des autres. »

Sources

198 commentaires

Anonyme 17 août 2020 - 11 h 26 min

Bonjour je suis sous l’emprise d’un pn je suis pas sa femme mais pour lui il voudrais que sois sienne il arrive a pe tendre des pueges sans que je m’y attende il utilise des gens pour tendre des filets ca m’énerve je voudrais fuir mais je ne peux pas il est en couple avec quelqu’un de ma famille donc jai pas le choix que de le croiser ou même pire il est monter d’un cran il a fait son malheureux et celui qui écoute mes problèmes et il en profite pour me remettre sous son emprise et essai d’avoir une relation sexuelle jai bo lui dire gentillement que non et ça sert a rien cest plus fatiguant que devoir répéter un enfant quelque chose

Répondre
canac Martine 1 août 2020 - 16 h 59 min

j’ai subi pendant 52 ans ma mère. mon père est mort alc oolique. Ma grand mère est morte d’epuisement. Mon frère a fait un AVC. Reste MOI. j’ai fui après avoir consulté une psychanaliste. J’étais dans une grande souffrance.J’ai attendu encore 6 mois avant de couper les ponts. Cela fait 16 ans que je n’ai aucun rapport avec elle. Aux enterrements, elle me defie. Je l’ignore. J’ai peur pour ma fille, mon gendre et leur fille.

Répondre
Iris Dina de Araújo 13 juin 2020 - 23 h 23 min

Oh, mon Dieuuuu! A chaque fois, chaque histoire, expériences lus, je m’en vois dans mon histoire merdique, et en vivant avec une perverse narcissique toxique. Je suis brésilienne et j’ai découvert cette pathologie de merde, avec une italienne, suissesse merdique! En vivant après 12 ans j’ai découvert cette pathologie. On prends bc de temps pour savoir et découvrir. Une fois on regardant le YouTube, en essayant de voir pourquoi les conflits dans une relation, je m’en suis tombée dans une vidéo de la perversion narcissique toxique et ce moment là, j’ai tout compris et je l’ai découvert tout mon malaise. Je suis parti de mon pays l’année 2007 pour habiter en Suisse avec elle, j’ai quitté tout pour vivre avec cette personne.. on a un partenariat enregistré. J’étais indépendante dans mon pays avant de partir. Je travaillais dans un magasin d’optique et j’étais étudiante universitaire.. Au débout elle ma remplissait de cadeaux, voyage.. j’étais enchantée pour tout mes changements et d’un plus, connaître un autre pays, la Suisse, désirée par bc de monde. Mais elle avait déjà tous les comportements de la perversion; dénigrements, rabaissements, critiques, stressée pour tout.. rien C’était jamais bon. Moi, j’étais tout le temps, gentille, en lui faisant câlin, en essayant de le faire plaisir, et elle tout le temps me disait que j’étais colante, que je la dégoûtée.. après quelques Années, je m’en suis tombée malade… je suis rentrée dans mon pays plusieurs fois, mais je retournais. Aujourd’hui elle vit au Brésil avec moi et j’ai la totale pitié pour cette personne. On a une maison à la plage. On fait d’affaires de temps en temps en louant la maison. On habite dans mon appartement dans le centre ville de Natal, Rn! C’est trop compliqué de se séparer. Pour dire la vérité, j’ai connue aussi une pitié que je ne la souhaite à personne. Mais je ne la donne pas bc d’attention aujourd’hui, comme au Débout. Je ne sais pas comme ça va finir, mais un jour j’aurai la courage de me divorcer, chose que je l’ai essayé mais pas finir. C’était annulé… elle sais que j’ai découvert mais elle répond toujours exactement comme fonctionne les perverses, coupables sont les autres.. merci à tous les psychologues. Tous les sites en expliquant cette pathologie destructive. Grâce à tout ce que j’ai lu, je m’en protège. Merci à tous les témoignants, chaque histoire lue. C’est très dure mais on arrive à s’en sortir, en sachant tout ce qu’on vit. J’ai la famille, amis, et je l’aime bc, même si pendant et avant cette expérience, on perd un peu la joie de vivre. J’ai mon soleil dans mon sang brésilien. C’était juste une mauvaise expérience que m’a fait bc évoluer. Le chemin c’est long, mais il faut jamais baisser les bras. Je reprends gentiment ma route. D’ici de Brésil je vous embrasse, Iris Dina.

Répondre
Fernand Bisson 14 mai 2020 - 1 h 39 min

Tout au long de la lecture des caractéristiques der ce pervers, je voyais Donald Trump.é

Répondre
JF du 33 10 mai 2020 - 11 h 22 min

Bonjour, un petit reproche sur votre article sur les pervers narcissique, tout est écrit au masculin. Or je suis un homme et j’ai subi les assauts d’UNE perverse narcissique, j’y ai perdu mon travail, presque ma famille, et après presque 10 ans, ma vie n’est pas revenue à la normale, je n’ai jamais retrouvé la confiance en moi. Et je vous promets vous ne voyez rien venir, avant de penser que vous êtes une m….
Ce sont des personnes dangereuses, hommes … ou femmes. Merci de votre écoute

Répondre
Boisgarnier 10 avril 2020 - 11 h 28 min

J’ai vécu avec 3 pervers narcissique, mes « parents » et mon « frère »! J’ai mis des années à m’en rendre compte, grâce aux documentaires etc ! Ils ont bousillé ma vie et j’ai, à 47 ans, enfin coupé les ponts et depuis je me sent bcp mieux ! Ils détruisent nos vies avec tellement de plaisir c’est horrible ! Quelque soit votre âge fuillez ! Car pour eux c’est toujours eux qui ont raison alors que non ! Ils profitent de nous comme des vampires et s’en réjouissent ! Ils ont pourri ma vie, mais forcément, pour eux c’est le contraire ! J’ai fait une très grave dépression et je me remets peu à peu, je dois me reconstruire et à mon âge c’est très dur car ils ont su influencer ma fille dont je n’ai plus aucune nouvelles depuis 10 ans ! Ils m’ont éloignés du reste de ma famille. Alors je vie seule avec mon fils, et je ne le regrette pas ! Fuillez ! Par pitié fuillez ! C’est la seule chose que vous devez faire ! Couper les ponts avec eux et tous leur entourage !

Répondre
Joëlle 19 avril 2020 - 9 h 08 min

Je me reconnais dans votre commentaire. J’ai 46 ans et je me suis rendue compte de la supercherie il y a peu! Après que mes parents m’aient anéanti l’existence. Mon frère est aussi infecte et toxique avec moi…

Personne n’a le droit de nous détruire, même pas nos parents.
Si ça a avait été au sujet d’un enfant de divorcé, on lui aurait retiré la garde… car aujourd’hui, il existe bien une législation sur ce qu’on nomme: violences éducatives ordinaires (VEO).

Il faut donc couper le lien. Car ils ont le devoir de bienveillance mais ne le font pas: ils ne nous méritent donc pas, au sens littéral du terme.

Je me tiens à votre disposition pour échanger, si vous le souhaitez.

Répondre
Théodore komé tamanda 6 avril 2020 - 9 h 28 min

Mon pervers narcissique à moi c’est ma propre femme. Je suis vraiment malheureux dans mon foyer. Votre article est salutaire et nous permet de comprendre la manipulation de cette catégorie de personnes qui ne veulent que le mal aux autres. Merci et orienter nous à sen débarrasser de ces fléaux.

Répondre
Théodore komé tamanda 6 avril 2020 - 9 h 21 min

Bonjour. Cet article est la bienvenue pour moi qui vit sous le même toit avec une perverse manipulatrice narcissique. Que faire face à ce genre de personnes qui ne veulent pas de reproches, qui refusent de divorce, qui ne veulent pas vous? Faut- il l’abandonner avec les enfants ou faut-il supporter de l’accepter et se méfier d’elle? Analyser et proposer nous une voie de sortie sans AVC.

Répondre
claire 6 avril 2020 - 8 h 13 min

bonjour
sous emprise pdt 20 ans avec un enfant en commun
j’ai coupé tout contact avec cette personne lorsqu’il a fait silence radio du jour au lendemain et nous as abandonne notre fils et moi-même pour une autre proie et d’autres enfants mais cela fait 3 ans que je me pose la question de pourquoi je suis restée à ces côtés et actuellement.il est tjrs présent à mon esprit comme une drogue très destructrice. je le sais mais de harcelée je suis passée à harcelante car je ne peux m’empêcher de lui témoigner de toutes ma rancune de tant d’années de souffrance et d introspection. je crois que je fais cela non pas par vengance mais pour être encore dans l’illusion de croire que MA SOUFRANCE n’a pas été veine car ce constat est terrible douloureux à vivre et amer.

Répondre
Balsan Christelle 28 mars 2020 - 9 h 09 min

Bonjour
Je viens de lire votre article et je suis confrontée a une personne comme cela
Mon Pt , je suis chez lui depuis 3 ans
Quand je lis le profil je peux répondre oui à toutes les questions …
C’est tellement lui …
Je suis vraiment en présence un pervers narcissique
Je ne peux en dire plus je lui ai demandé plusieurs fois de partir car comme tous ce qui est fait et mieux et que nous sommes incompétent mais qu’il garde quand même .
J’ai été en arrêt plusieurs fois étant diabétique je suis plus dans la sensibilité … il fait du chantage .. constamment , il nous culpabilise vis à vis des autres si vous obéissez pas .. .
Il décide et contrôle tous
je suis directrice administrative et financière je ne peux rien décider ni faire jusqu’à l’ouverture du courrier …
Il n’a pas remords les autres sont tous des nuls et des cons
On doit être à sa disposition dès le levé du jour jusqu’au couché du soleil avec sms à gogo et e-mail toujours un zeste de rabaissement au passage pour montrer qu’il est supérieur à nous tous il est concentré sur sa personne car il sait tous faire mais il change avis souvent il a un soucis avec l’argent 💰 et fais des mauvais choix qui coûte énormément argent à la société ..
Que dire de plus …
Il a deux facettes . Gentil pour ceux qui lui rapportent de argent chiffre affaire et narcissique sur un profil comme le mien car je connais la vraie situation problème argent personnel et professionnel il colmate les brèches pour faire croire qu’il est un gestionnaire hors pair …
On a du mal effectivement à s’en éloigné on pense toujours qu’ils vont changer quand ils sont sympathiques quelques jours oui tout doux et rebellote …
Donc au vu de votre profil très bien tracé bravo 🎈 je pense que j’ai à faire un vrai pervers narcissique
Merci

Répondre
Papillondenui 20 janvier 2020 - 7 h 37 min

Quelle parfaite description ! Je suis encore dans cet engrenage hélas et comme indiqué je n’ai rien vu venir !
MA PN était ma supérieure. Personne censee etre agrémentée personne de jugement moral s’etant auto proclamée comme seconde de Dieu ! Se trouver la cible d’un PN c’est potentiellement être la mouche du sadique qui va jouer avec vous en arrachant vos ailes, vos pattes et surtout sans vous tuer ! Toute votre description est si détaillée et exacte… si j’avais pu avoir conscience de ce que je subissais j’aurais certainement esquivé les conséquences subies, la dépression, les idées suicidaires, les traitements médicaux vous transformant en légume, l’abandon de votre famille sans oublier le cumul de douleurs physiques…et ce n’est pas fini car les séquelles sont là.. Cette soi-disant personne morale m’a tellement nuit et fait de mauvaise réputation que j’ai été littéralement mise au donjon. S’il s’agit du travail … garder des preuves !!! Ceci vous permettra de ne pas être interné ! J’ai pu le faire grâce à de nombreux conseils et le corps médical a pu confirmer tant la situation était ‘incroyable’. Quoiqu’il en soir le PN est né PN et votre seule survie est de fuir …car ce sera lui ou VOUS.. et il vous faudra du temps pour vous remettre.

Répondre
Balsan 28 mars 2020 - 9 h 12 min

Je viens de lire votre témoignage
Je souhaite comme j’essaie de le faire que retrouviez une vie meilleure en effectivement vous débarrassez comme moi j’essaie un individu toxique ..
Prenez soi de vous

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 2 h 19 min

Jai connu la descente aux abysses en sortant avec un pervers-narcissique 3 ans. Ruine financière, scènes de ménage à répétition, trous dans les murs à répétitions, police, insomnie, automutilation, dépression, alcoolisme, gain de poids… et le pire dans tout ça c’est que j’ai réussi à m’en défaire à 2 reprise….et je suis quand même revenu à lui 2 fois. La Jalousie est en cause…ah mais cquil était beau ce badboy qui n’arrêtais pas de parler ..tant que je m’oubliais. Et je justifiai tout ses accès de colère à son passé injuste d’enfant DPJ. Je voulais l’aider..il jouai là dessus…moi l’enfant de riche…
Une fois tombé en dépression…un individus demeure plus à risque de revivre la dépression..c’est mon cas suite à cet épisode de ma vie où j’ai vu le feu sacré en moi s’éteindre à petit feu.

Répondre
Collombet 8 janvier 2020 - 10 h 53 min

ce qui me laisse très interrogative est qu’il faut croiser d’autres témoignages et être documentée pour parvenir à retrouver un semblant de stabilité après avoir partagé une partie de sa vie avec un pervers narcissique. Partager sa vie est un grand mot puisque durant 30 ans, j’ai vécu avec un homme qui ne partageait rien mais me prenait tout : mon énergie, ma santé physique, ma joie de vivre. Comment cet phénomène peut-il être si connu et nombre de personnes en souffrir si longtemps seule dans leur coin ? l’ébauche de réponse que je soumettrais à mon questionnement est que l’attitude d’un pervers reste en dehors de toute entendement humain. Ce sont des monstres et il est très difficile pour une personne saine de concevoir leur personnalité.Comment imaginer qu’une personne n’ai aucun affect ? aucune empathie ? n’ai que le souci de leur bien être et de leur aura ? Pendant donc 30 ans, j’ai « vécu »avec un homme que je croyais fragile, que j’ai materné, essayé d’aider, même aimé mais qui en vérité me siphonnait. On se remet difficilement de ces années lorsqu’on réalise que l’on a été méticuleusement bernée. Surtout qu’un pervers prendra soin une vie durant de vous culpabiliser : tout est de votre faute et vous n’êtes bonne à rien. Le seul moyen de sortir une peu la tête de cette noyade est justement une chose qui semblerait monstrueuse mais vitale pour la victime : couper les liens, s’éloigner. Les victimes ne doivent pas se leurrer : elles ne parviendront jamais à améliorer un pervers même si elles tremblent à l’idée que si elles sont parvenues à prendre de la distance, le pervers trouvera rapidement d’autres victimes. Mon texte est un appel au secours, un espoir que la prise de conscience populaire de ce mal sournois donc dangereux n’envenime pas la société qui a besoin d’amitié vraie, d’empathie,d’amour gratuit , de liberté individuelle.

Répondre
MATHIEU 3 janvier 2020 - 10 h 31 min

Bonjour
Nous avons notre voisin qui est un pervers narcissique, nous sommes la 9eme familles qu’il ennuis et nous sommes la seule qui avons porté plainte, en effet c’est pas facile mais nous l’ignorons au possible, et rions de sa lacheté, il ne sait pas quoi inventer pour nous faire du mal ou nous ennuyer, même faire peur à nos petits enfants par contre il a été violent et nous a agresser dans notre propriété, et a été violent avec des animaux et d’autre personne, donc il faut se méfier

Répondre
Alain Burckhardsmeyer 9 mai 2020 - 20 h 15 min

Dans les copropriétés il y en a!
Agression physique.
Destructeur, la justice par ses juges d’instruction s’en moquent.
J’ai fait appel du non-lieu en mars…

Répondre
Sylviane MATHEVON 3 janvier 2020 - 10 h 30 min

Mon fils a été victime de sa femme qui était pervers narcissique, et pendant les 7 années de vie commune il a vécu l’enfer sans rien dire à sa famille, elle l’a coupé de sa famille, de sa soeur, de ses amis, et l’a détruit psychologiquement. Comme il était à 10000 kms de chez nous pas facile pour nous parents de voir qu’il était au plus mal. Ils ont fini par divorcer, enfin elle l’a mis dehors, et maintenant elle s’en prend psychologiquement aux enfants, pas de trace de coup c’est vicieux, les enfants ne vont pas bien, mais le tribunal trouve que finalement ils ne sont pas si mal chez leur mère…… ma fois tant qu’il n’arrive pas un drame….. la justice ne veut rien voir. Mon fils a fait tout ce qui était en son pouvoir juridiquement pour éloigner les enfants de leur mère…. Il a refait sa vie et a une petite fille de 1 an qui fait sa joie et illumine son coeur, mais je sais qu’à l’intérieur il est brisé.
Voilà une partie de notre histoire bien triste.

Répondre
Haudiquet 2 janvier 2020 - 12 h 37 min

Merci pour cet article. Même si on retrouve, dans toute lecture sur le pervers narcissique, les arguments fondamentaux, on en apprend toujours. Pour mon cas, c’est mon fils, la trentaine, qui est sous l’emprise d’une P.N. et depuis 4 ans, il s’est détourné de nous, sa famille, ses amis. On a tenté quelques « retrouvailles », à la « plus grande joie » de sa compagne car un bébé est né de leur union car elle avait besoin de jouer le rôle de « maman » devant nous, les grands-parents, mais toutes ont tourné au fiasco dans les jours qui suivaient comme si notre fils ne souhaitait pas dans le fond nous impliquer dans sa vie de « souffrance », que nous en soyons témoins. Aujourd’hui, aux lendemains de ces fêtes tant familiales passées sans lui, nous nous interrogeons : que faire pour faire « exploser » ce noyau de perversion ?

Répondre
Meresse 18 décembre 2019 - 9 h 15 min

Le père de mes trois enfants etait ainsi j en ai subit les frais vu que durant 7 ans il m a detruite juste a me faire croire que c etait a cause de moi . J ai fuis cet homme et je n ai aucun regret.

Répondre
Steuf 18 décembre 2019 - 23 h 51 min

Attention car les enfants héritent également en partie des gènes de leur père. Mon ex est un PN, son père avait également des troubles psychiatriques très sérieux. Après ce n’est pas systématique heureusement.

Répondre
vergne 21 novembre 2019 - 13 h 59 min

cela me fait penser à notre Président!!!!!
dès que je le vois à la télé je change de chaine,
a part lui, je n’en connait ,dieu merci ,pas d’autre
Bien cordialement.

Répondre
colllombet 23 janvier 2020 - 14 h 23 min

Si vous participez à ce forum dans le seul but que l’on vous lise et porter en dérision un sujet grave et profond, garder vous d’intervenir.

Répondre
Stéphanie C. 19 novembre 2019 - 17 h 22 min

Bonjour et merci de proposer cet espace d’expression pour témoigner, car lorsqu’on est victime d’un pervers narcissique on est souvent dépourvue de confiance en soi, on a peur d’en parler et comme il m’est arrivé de le vivre, une partie de l’entourage ne veut même pas entendre, ni considérer et encore moins reconnaître les graves conséquences que cela peut avoir sur la victime.
Cela fait maintenant 3 ans que je me suis détachée du pervers narcissique. Comment ? Après 7 ans d’emprise, j’étais physiquement épuisée, ayant tout donné à cette personne, en temps, en énergie, en dévotion… C’est peut-être cet épuisement qui m’a sauvé… Car, un jour, pour une discussion que j’avais avec elle, anodine, mon corps m’a parlé, j’ai ressentie dans mes entrailles une douleur qui m’a aussitôt fait remonté l’information à mon cerveau : C’est trop, il y a quelque chose d’anormal, tu dois t’arrêter de donner autant. Et tout simplement j’ai exprimé à cette personne, mon besoin de me reposer, d’en faire moins, de la voir moins donc, de prendre du recul. Et là… Le masque est tombé ! J’ai reçu une réponse d’une violence inexplicable et indicible. J’ai alors été choquée de voir une partie d’elle qui n’était jamais apparue, j’ai alors pris encore plus de distance. Ce sont enchaîné des scènes où cette personne passait en une fraction de seconde de supplice d’accepter son pardon, à genoux, les larmes plein les yeux et la seconde d’après, lorsque je lui demandais du temps pour lui pardonner, des insultes et menaces d’une cruauté digne du diable. J’ai immédiatement pris conscience que j’étais face à une personne atteinte d’une pathologie, j’ai fait mes recherches, me suis fais accompagné par une psycho-praticienne, et en suis arrivée au pervers narcissique.
J’ai subi des menaces, été torturée psychologiquement pendant 3 mois de manière continu, le temps que je la licencie, car oui c’était mon employée ! Puis faisant partie d’association où elle était également, je la croisais de temps en temps, elle a fait courir de graves calomnies à mon encontre, des personnes m’ont tourné le dos… Dans un 1er temps je tenais à ces associations et n’ai pas voulu en partir, pensant qu’avec le temps elle se calmerait. Elle ne s’est jamais arrêtée, allant de plus en plus loin dans les mensonges. J’ai fini au bout de 3ans par démissionner de ces associations, il est primordial pour sa santé mental et physique de couper tous les liens de loin ou de près avec ces personnes, quitte à avoir l’impression de la laisser gagner, le plus important est de couper les contacts physiques, visuels de loin ou de près. Il est également primoridial de ne répondre à aucune attaque, de constituer un dossier en notant tout ce qui se passe, date, heure, échange de texto, courrier, mails etc… De ne pas hésiter à aller voir la gendarmerie (dans mon cas je l’ai fait et le gendarme lui même m’a avoué que je n’étais pas la première !!). Il faut s’entourer, et il faut, le plus possible, s’écouter, écouter ce que le coeur nous dit, ce que le corps exprime. Ça permet de reprendre tout doucement, petit à petit confiance. Vitale de s’accorder beaucoup de douceur, de s’octroyer des plaisirs qui nous font du bien, n’importe quoi mais de le mettre dans ses journées impérativement. Personnellement ce qui m’a sauvé c’est d’une part l’entourage qui m’a beaucoup soutenu, la psycho-praticienne, la méditation mais surtout la foi, j’ai pris à ce moment là un chemin spirituel qui m’a nourrit, soigné et donné la force de me relever, sans cette foi je ne m’en serais jamais sortie ou j’aurais pu replonger. Cela m’a aidé à voir clair sur moi-même et sur ce qui m’avait mis dans une telle situation, car ça n’était pas la première fois que je me trouvais sous emprise ; ça m’a aidé à changer et révélé que l’on ne peut rien changer chez l’autre, que si nous souhaitons ne plus vivre certaine épreuve, qu’il faut les voir en expérience et transmuter celle-ci en se changeant soi-même, accompagné du Divin, du Soi, de l’Amour universelle qui commence par soi-même… Puissiez-vous avoir cette opportunité de chemin, qui libère et élève. Merci de m’avoir lu.

Répondre
Culotti 16 novembre 2019 - 8 h 23 min

Bonjour à tous.
Je voulais témoigner pour dire que le pervers narcissique est tellement manipulateur et malin qu’il est très difficile le démasquer.
Ma mère était une perverse narcissique en puissance. Ces victimes étaient ma sœur et moi. Elle avait plus d’emprise sur ma sœur parce que plus fragile, plus faible. De plus j’ai eu la chance de rencontrer mon futur mari à l’age de 15 ans et pendant que ma mère tirait d’un côté mon futur mari me tirait de l’autre, ce qui m’a permise de garder un équilibre.
Ma mère avait une emprise sur ma sœur telle que ma sœur lui vouait une fidélité sans faille et ceux, malgré la souffrance qu’elle endurait. Elle avait conscience que ma mère lui faisait du mal mais elle n’arrivait pas à se libérer parce ma mère la tenait. Ma mère l’a rendu dépendante d’elle par l’argent, par la culpabilité, etc…
Ma sœur a vécu un tel enfer qu’elle a fini par mettre fin à ses jours. C’est le seul moyen qu’elle a trouvé pour sortir de l’emprise de ma mère. Quand à moi, j’ai rompu les liens avec ma mère le jour le l’enterrement de ma sœur. J’ai regardé ma mère droit dans les yeux ce jour là et je lui ai dit « c’est de mon devoir de protéger mes filles et le fils de ma sœur contre toi, tu es toxique. Par conséquent je ne veux plus te voir ni t’entendre. Tu ne te rend même pas compte que tu as poussé ta propre fille à la dépression, à l’alcoolisme et par conséquent au suicide »
Pendant 10 ans j’ai coupé tout lien avec ma mère mais je ressentais une angoisse permanente parce que malgré ma mise à distance, elle arrivait quand même à me toucher à travers de tiers personnes. Aujourd’hui elle est décédée, je suis soulagée. Je sais qu’elle ne pourra plus m’atteindre.
Mais voilà, je me suis remise dans les griffes d’un pervers narcissique en la personne de mon compagnon. Ayant un vécu, je m’en suis rendu compte beaucoup plus vite mais je lutte aujourd’hui à me sortir de son emprise. Je suis retombée dans mes angoisses et une grosse dépression parce qu’il me culpabilise sans cesse, il me manipule pour que je devienne son objet. Il me rabaisse sans arrêt de manière sournoise évidemment.
Il y a un moyen de sortir de l’emprise d’un pervers narcissique, c’est de couper tous les liens avec lui. Ce n’est pas facile et cela mets du temps mais nous pouvons y arriver en reprenant notre vie en main!!

Répondre
Herremans 5 novembre 2019 - 22 h 37 min

Je ne sais pas si j’ai eu à faire à un pervers narcissique car malheureusement mon histoire n’a été que de très courte durée. Dans les descriptifs Annoncés i y a des similitudes.
Une personne empathique sans affecte, quelqu’un qui joue avec les femmes et qui les jettent comme un jouet . Une personne qui vous lance des piques, qui se croit plus fort que tout le monde. Qui prend des nvelles pour se donner bonne conscience. Qui pense avoir raison dans ses propos. Bref .. certaines similitudes mais je ne suis pas psychologue donc impossible de savoir vraiment bref il m’a laisser tomber de façon violente sans mépris ni rancune.

Répondre
Perret 5 novembre 2019 - 8 h 45 min

Bonjour,
Je vie avec plusieurs membres d’une famille narcissique, tous menteurs et manipulateur, cela fait trente ans, je les connais parfaitement , ils me reste quelques années à vivre avec eux, le noyau de ces quatre personnes se disloque peu à peu.

Répondre
Anonyme par obligation 27 octobre 2019 - 16 h 55 min

Bonjour Hervé, j’ai été victime d’une pervers narcissique qui n’est autre que la maman de notre enfant. Malgré 4 années d’études en psychanalise, je me suis fais « avoir » comme certains et ma seule possibilité de sortir de cela a été de faire en sorte que ce soit cette personne qui « ouvre » la porte de notre séparation. C’est long et il faut avoir des nerfs d’acier d’autant plus si cette personne est « hystérique »… Je ne parle pas des verres et de la vaisselle qu’il a fallu remplacer ni d’objet qui passe pas loin de vous et que l’on vous dit « je ne t’ai pas visé »… Mais je voudrais insister sur un point que vous n’avez pas indiqué. Ces personnes vous isolent de votre environnement immédiat et de votre famille, pire ils peuvent prendre les membres importants de votre famille en témoin en devenant leur « meilleure amie ». C’est aussi un point caractéristique du « pervers narcissique » ! J’en parle en connaissance de cause !!!

Répondre
Nadine 21 octobre 2019 - 15 h 52 min

Merci d’en parler en expliquant vraiment bien ce qu’est un pervers narcissique « de tous les jours ».
Il n’y a qu’une seule solution quand il s’agit du conjoint : il faut fuir absolument. Il n’y a aucune alternative puisque la communication, donc l’échange, sont impossibles. J’ai été mariée avec un pervers, ils ne sont pas tous agressifs ni colériques, il y en a qui détruisent tout calmement, à dose homéopathiques sur le long terme. Ils sont en général difficiles à être démasqués, ce serait trop simple autrement et ils feraient beaucoup moins de victimes.
J’ai la malchance d’avoir une collègue de travail que j’assimile à mon ex mari pervers, n’ayant pas de lien affectif avec cette personne, j’ai pu m’en méfier et agir pour m’en préserver. Néanmoins, elle « gouverne » à elle seule tout le service car personne ne veut l’affronter, tout le monde en a très peur et marche sur des oeufs !! donc elle fait ce qu’elle veut bien qu’elle ne soit que secrétaire. Or c’est bien là que réside la difficulté avec ces personnes toxiques, c’est qu’elles ont comme un masque et sont très bien insérées socialement la plupart du temps. Ce sont les seules à ne pas souffrir de leur état car elles sont dépourvues de sentiments mais possède toutefois un « faux ego » qui les protègent en apparence. Comme les paranoïaques, elles n’iront jamais demander de l’aide puisque pour elles il n’y a pas de problème, ce sont les autres qui en ont !
Il faut bien retenir que les victimes, elles, devront faire preuve de beaucoup de courage et de patience pour s’en sortir vraiment. Il ne faut pas oublier que les papas pervers s’en prennent souvent à l’un de leurs enfants et transmettent leur pathologie. alors, oui, quand on est une épouse,conjointe et une maman, on prend son courage à deux mains avec ses enfants et on fuit. il n’y a AUCUNE AUTRE ALTERNATIVE.

Répondre
NOËL 21 octobre 2019 - 9 h 30 min

Bonjour,
J’ai été mariée à un pervers narcissique pendant 25 ans (le père de mes deux enfants).
Manipulateur, il nous a surtout éloignés de ma famille prétextant que les réunions familiales l’ennuyaient. Nous étions toujours les premiers à partir !
Il avait beaucoup d’emprise sur moi et m’amenait toujours à me faire douter de moi-même. Très souvent, comme il voulait avoir raison, je « laissais tomber » et le laissais faire.
Sexuellement j’ai gardé beaucoup de « cicatrices » !!! Il me faisait culpabiliser en donnant pour exemple untel ou untel qui avait soit-disant une vie sexuelle très épanouie. Il allait jusqu’à noter dans son agenda …….
L’ année dernière, divorcés depuis 11ans, il est venu à l’enterrement de chacun de mes parents et il m’a demandé si on pouvait rester en contact. Je ne lui ai pas répondu. J’ai surtout ignoré sa demande.
Séparée, divorcée, je suis redevenue celle que j’étais et bien des personnes de mon entourage m’ont fait la remarque, « On te retrouve !!  »
J’étais vraiment sous son emprise !!

Répondre
LUYER TANET Valérie 18 octobre 2019 - 12 h 14 min

Je fais partie du grand club , Proie d’un pervers narcissique, sa compagne puis épouse pendant 18 ans. J’ai réussi à mettre fin à notre relation en 2011 mais il agit toujours comme si nous étions encore mariés. En le quittant, il m’a promis qu’il m’en ferait voir jusqu’à la fin et il s’y tient.
Après 5 ans de procédure, nous serons divorcés en Décembre 2019 depuis 3 ans.
Mais il continue à tourner autour de mon domicile commun avec mon compagnon, surveillé mes heures d’entrée au travail, m’observe pendant mon activité professionnelle et autres…
C’est épuisant mais cette personne est un Grand Malade; ressort de la psychiatrie malheureusement. Que faire ?
Merci de me répondre si vous avez une solution.

Répondre
Patrice Delsupexhe 27 octobre 2019 - 10 h 11 min

Bonjour, J’ai lu votre histoire, et selon moi, il est important de déposer plainte contre ces agissements en filmant ses passages autour de votre domicile! Pour ma part, si j’étais dans le cas, j’agirais avec une violence débordante (mais je suis un homme et ai le pouvoir de réagir) je promet qu’il en aurait la trouille!!! Bonne chance!

Répondre
souricette651 17 octobre 2019 - 12 h 32 min

j’ai 68 ans et pendant 8ans j’ai vécu un cauchemar avec un pervers narcissique, le vrai, on ne vivait pas ensemble; même à distance j’étais sous son emprise, j’étais surveillée, épiée, je n’arrivais plus à penser, ni à réagir, il m’a humilié, bafoué, culpabilisé, depuis 3 mois, avec bien du mal, j’ai réussi à m’en séparer, il essaie toujours de renouer, je suis encore très mal!!!je me retrouve seule et ce que je peux conseiller aux personnes qui rencontrent un tel énergumène, partez, courrez sans regret.

Répondre
DUFROID 9 octobre 2019 - 8 h 34 min

Ma mère me persécute au quotidien depuis ma naissance, j’ai 50 ans, elle vit avec moi et a maintenant 86 ans, elle correspond parfaitement au tableau décrit ! elle espionne tous mes faits et gestes et fait en sorte que je ne réussisse pas ma vie mieux qu’elle ! elle a fait en sorte de m’éloigner de ma famille, de mes amis, de mes amies,…c’est très dur à vivre au quotidien, surtout maintenant avec l’âge et la maladie elle est encore plus aigrie. Elle ne voudrait pas que je lui survive pour que je n’ai pas une vraie vie après elle. On parle toujours des conjoints jamais des parents, pourtant il y en a plus qu’on ne croit !!!

Répondre
beatrice wucher 22 septembre 2019 - 13 h 14 min

mais alors là cela peut aller très loin car il faudrait aussi de méfier de nous même…et il est difficile de se protéger par le biais de la malveillance ou bienveillance déguisé…….

Répondre
Genovese 20 septembre 2019 - 20 h 47 min

Comment faire quand on a un frère pervers narcissique ? Il est difficile de s’en éloigner complètement car il fait partie de la famille.

Répondre
gros 27 novembre 2019 - 17 h 20 min

bonsoir j ai la meme preoccupation que vous sa fille est pareille et en plus ils sont temoins de Jehovah, le mepris l isolement les piques ils se nourrissent de ca ce sont des modèles selon leur frarenité!!! je ne suis pas dupe depuis longtemps a cel la près c est ma seule famille comment composer au mieux sans y laisser trop de plumes vers qui se tourner???

Répondre
DELMAS Marie 14 septembre 2019 - 22 h 21 min

Bonjour, je suis victime d’un pervers narcissique, c’est mon conjoint. Il a fait le vide autour de moi, il m’a fait croire mille choses, c’est un menteur hors pair, mais un charmeur fou et il passe pour le gentil. A l’extérieur, il joue comme si tout va bien, a la maison c’est une autre personne. je n’ai pas de famille proche, je suis toute seule et je dépend entièrement de lui puisque je ne travaille plus, il me tient comme sa, il me fait passer pour la mauvaise. Il vit avec moi , mais il entretient son Ex , il a des maitresses et je dois me taire faute de quoi, il me menace et me fait mal, physiquement, psychologiquement, moralement, comment m’en sortir ?

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 2 h 40 min

Aller voir un travailleur social pourrais t’aider! Aller ds un hébergement temporaire. Te trouver un petit job et te trouver une formation de courte durée avec prêt possible pour ensuite aller sur le marché du travail.

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 2 h 54 min

Et informe toi auprès d’un naturopathe (dans un marché de produits de santė naturelles) sur les possible huile essentiel qui te serait indiqué. Certaines huiles aident à renforcir notre ego et joie interieur, aident à avoir moins peur et donnent plus de courage. Va lire sur passeportsanté.com sur le basilic sacré,le ylang ylang, la marjolaine, laurier noble, menthe poivré et géranium égyptien entre autre..
Je crois que tu dois te faire aider pour établir un plan clair et personnalisé d’évasion. Tu ne peux que t’éviter davantage d’années perdus à ses côtés. L’aide de quelqu’un qui a une vision un peu plus objective de la situation.

Répondre
Béatrice Even 9 septembre 2019 - 14 h 15 min

Oui, j’ai été élevée et maltraitée par une mère « pervers narcissique ». Elle a même essayé de me faire disparaître, m’a fait vivre une vie d’enfer bébé, enfant, adolescente, femme. J’ai dû partir loin à 32 ans. J’ai toujours eu des problèmes de santé dont 3 comas bébé, anorexique jusqu’à ce que je rentre en pension à 15 ans, toujours insomniaque jusqu’à aujourd’hui où j’ai presque 62 ans, j’ai une fibromyalgie sévère, en invalidité depuis l’âge de 32 ans, …. Comment éviter une telle mère, bébé, enfant ??? Les séquelles sont à vie. Merci pour votre dossier.

Répondre
Nada 30 août 2019 - 23 h 28 min

une grande perverse narcissique fait partie de notre hiérarchie de travail
ms comme svt d’ailleurs il est difficile de la fuir car celle là par exemple a un poste de chef de service dans un hôpital
il ya une caractéristique q vous n ‘avez pas détaillé c’est le fait d’isoler les personnes pour les humilier , prendre l’emprise, jouer de la manipulation, de la culpabilisation… s’acharner jusqu’à voir la personne en larme effondrée et là, le perverse narcissique lui demandera « essuies toi les yeux, les autres ne doivent pas te voir comme ça, tu voudrais te reposer un peu dans mon bureau? tu voudrais un chocolat? »
dc un conseil terre à terre , n’acceptez pas d’être en tête à tête avec un pervers narcissique, si vs ne pouvez pas « fuir radicalement » évitez le comme la peste
en réunion soyez plusieurs et avertis
et surtout n’espérez jamais le faire changer ni le convaincre, c’est une psychopathie masquée
l’idéal serait de ne pas rentrer en conflit direct ms le pervers se nourrit de cela…
bref, parfois la seule solution est de changer de lieu de travail

Répondre
Joly Sylvie 13 août 2019 - 15 h 05 min

Merci pour votre article que j’aimerais beaucoup imprimer mais impossible … j’ai essayé plusieurs fois.
Oui j’ai un manipulateur dans mon entourage et c’est,hélas , mon fils !!!!
Je ne sais comment faire J’en ai peur .
Et je suis toute seule mon mari, son père, étant décédé.

Répondre
Alain Burckhardsmeyer 20 mai 2020 - 18 h 12 min

Si, c’est possible, copier coller.
Mais il faut ensuite reformater les paragraphes et les caractères…
http://penseelibre29.overblog.com/2020/05/mai-2020-pervers-narcissiques-deconfines.html

Je peux si vous me donnez votre adresse mail, vous donner le texte format doc.
Pour vous aider…

Répondre
Céole 30 juin 2019 - 16 h 49 min

Pour parler de ce cas, il faut l’approcher de près pour savoir de ce que l’on parle. Beaucoup de vidéos mais manque de discernement et d’expérience. Des Youtubeurs trop Jeune et trop-trop de reprise de ce que disent les spécialistes Psychiatres et Neuro-psychiatres en la matière.
Le fait de reprendre par millier de vidéos de cas PN BANALISE CES CAS ET DESSERVE LES VICTIMES
Pour ces YouTubeurs c’est juste l’occasion de se faire de l’argent sur de la destruction humaine qui ne sont pas que des femmes contrairement à ce qu’ils en disent.
Ils sont tout simplement pathétiques.
La justice tout simplement n’y croit pas tellement la chose et banalisée et ces pervers N. sauver de leur méfaits qu’ils peuvent perdurer tout au long de leur vie

Répondre
Martine Marchand 3 juin 2019 - 8 h 31 min

J’ai vécu huit ans avec un pervers narcissique, mon premier et dernier mari. Cyclothymie, exigence de présence auprès de lui puisqu’effectivement il lui fallait une proie, j’ai connu. Quand je l’ai inciter à consulter un neuro psychiatre et l’y accompagner il n’est pas allé au RDV. Quand je lui ai annoncé que je demandais le divorce, j’ai vu passé un long couteau de cuisine au dessus de ma tête. Je suis restée stoïque et trente minute après j’invitais ma fille à venir se promener avec moi. Je ne suis jamais revenue. Le divorce n’a été qu’une protection partielle. Les juges lui ont attribué le droit de visite et d’hébergement de notre fille. Il a fallu gérer. Seul l’aide de psychologues pour ma fille et une psychanalyse avec reprise d’étude en psychologie à paris 7 m’ont permis d’avancer. Malgré cela ,il y a des conséquences physiologiques et relationnelles avec ma fille qui ne sont pas résolues. Sans soin le manipulateur pervers fait des ravages sur plusieurs générations. Ma mère et mes sœurs a des degrés différents sont aussi manipulatrices perverses.
Démasquer et fuir ces malades qui refusent de se soigner semblent effectivement la seule solution. Mais quoi que l’on fasse on porte les stigmates physiques et psychologiques de la rencontre avec ces individus. On ne peut qu’apprendre à faire avec celles-ci.

Répondre
GRUET 2 juin 2019 - 12 h 27 min

mon frêre en est un et ça fait 25 ans que je le supporte , du coup j »ai pris presque 50 kgs ! Il aime abaisser et a fait le vide autour de moi ! je lui sert de chauffeur et de souffre douleur, mais comme vous le dîtes les personnes qui le rencontrent pour la première fois le trouvent très sympa ! je n’ai pas le droit de partir quelques jours et il me culpabilise en disant que lorsque j’aurai 5 ans de plus :personne ne viendra m’aider et que lui , souffre et qu’il est primordial que je reste avec lui !!je dois dire qu’il est très comédien .j’ai fait 1 demande HLM pour 1 petite maison ( 1 chien et 2 chats ) mais il me dit « tu vas te retrouver avec de pauvres gens qui sont très bruyants et toi qui est dépressive !!!) Enfin j’espère 1 jour proche : pouvoir partir de cet engrenage !!!!

Répondre
Irene RISCHMANN 2 juin 2019 - 10 h 17 min

Quelle solution quand « la » pervers narcissique est votre propre fille ?
Je ne la vois plus, mais elle m’envoie encore sa fille
(ma petite fille) déjeuner une fois par semaine chez moi. Chose que j’aurais déjà voulu arrêter tant la situation me parait ambiguë, mais je ne le
fais pas pour pouvoir voir encore ma petite fille.
Elle se plaint aussi chez son fils, lui faisant croire
que je l’ai abandonnée, et forcément que je suis
une mauvaise mère.
Que faire ?

Répondre
BOYER 16 avril 2019 - 23 h 13 min

Bonsoir,
Nous sommes victimes d’une perverse narcissique depuis 4 ans. Mon mari artisan à fait un petit travail pour cette femme et ensuite elle a commencé à le persécuter, le suivre, le prendre en photo, faire des vidéos et aller déposer plainte à la gendarmerie et au procureur. Rien à faire pour nous, tribunal correctionnel et malgré tout ce que nous avons pu prouver et toutes les attestations des gens de chez nous et d’ailleurs, ses clients, rien. Condamné et payer pour cette folle. De nouveau nous allons retourner au tribunal et je me demande comment tout va finir. Vivre normalement depuis 4 ans est devenu impossible. La justice ne veut rien comprendre. Elle devait passer un examen psy mais n’y est pas allée. . En fait elle a raison dans tout. Je me demande si nous allons arriver à nous sortir de cette perverse. ..
Martine

Répondre
Nathalie Biesculier 13 mars 2019 - 18 h 51 min

Bonjour

Malheureusement, après avoir lu avec beaucoup d’intérêt l’article de cette personne( Mme Huguet http://ressources.be/blog/manipulation-et-manipulateur), on se rend compte que les personnes obsédées par ce type de profil , dévoilent souvent à leur insu, une facette de leur personnalité assez étrange…..

Si on lit l’article jusqu’au bout: absolument « tout le monde » est potentiellement un méchant PN, toxique et manipulateur.

Ah ben, tiens, j’ai une cousine, qui ne tient pas en place et qui change justement toujours de boulot….dois je me méfier…en plus, elle a de l’humour, a tendance à déprimer, à toujours peur qu’on la juge (tendance à la parano)..

Dois je la juger pour cela, est t elle toxique?

En lisant l’article de Mme Huguet dans son intégralité, il y a quelque chose de détourné et de faussement bienveillant, il y a visiblement une haine sourde et tacite, une volonté de destruction dans l’inconscient, probablement dû à une souffrance?.

Or pour parler de ce type de profils il ne s’agit pas de faire dans la PNL et de jouer au gentil, il faut l’ETRE (gentil)….

Je recommande plutôt  » La formation de la personnalité par la désintégration positive » du Docteur Dabrowski.

Ce livre est à la base du développement personnel et est infiniment plus parlant, réellement bienveillant.

Il ne s’agit justement pas de rejet, voire de haine et d’identifier ces êtres horribles (car à lire les définitions, on l’est tous un tout petit peu à moins d’avoir atteint la perfection? l’illumination? ) afin de :

– les fouetter en place publique?
– les découper en morceaux?
– les désintégrer au LBD?

mais de comprendre et de disséquer les problèmes car ce type de personnalité reflète la maladie de la société actuelle.

Et la vérité que personne ne veut entendre: on peut tous se changer et s’améliorer.

Il y a beaucoup de personnes toxiques, mais les PN sont assez rares contrairement à ce qui est dit.

Voila, mon sentiment,

Très sincèrement

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 3 h 11 min

Je crois que tout ceux qui ont vécu l’enfer de frequenter un pervers narcissique comprennent à 100% cet article…cest faux de dire que tout le monde peut avoir la majorité des caracteristiques décrites. Jai connu un pervers narcissique et croyez moi que chaque critère lui colle parfaitement à la peau.
Vous donnez l’impression d’être quelqu’un qui n’a pas connu de pervers narcissique d’assez proche, et même utilisez le même genre de stratagème Argumentaire pour discréditer la souffrance induite par un pervers-narcissique. Vous aurait-on déja traité de pervers narcissique? Raison pour votre presence sur ce forum?

Répondre
Charpentier 9 mars 2019 - 14 h 05 min

Bonjour
Ayant obtenu un droit de visite médiatisé par le biais de mon avocat la mère de ma petite fille perverse narcissique l enmene si elle est décidée le centre médiatisé m’a répondu que elle a pas à se justifier à quoi sert ce jugement

Répondre
Cecile BONIFACIO 3 mars 2019 - 16 h 14 min

Bonjour, oui, j’ai vécu avec un pervers narcissique, que j’ai fuit depuis 5 ans. Il m’arrêtait la radio en rentrant du jardin,quand j’étais dans la cuisine, il ne reconnaissait jamais ses erreurs, ce qui nous a valu des scènes mémorables (une, sur une piste de ski !!), il voulait toujours qu’on l’écoute dans des assemblées= une grosse tape forte sur la table pour cela, bref, c’est le magazine de la santé qui m’a mis la puce à l’oreille, en me disant que j’avais cet énergumène à la maison. et c’est comme un conte de fée qui m’a permis de partir, mais il en a profiter pour l’annoncer le premier, notamment à ma famille, ce qui a fait que mon père, de 90 ans en a reçu plein la figure négativement me concernant et qu’il en est mort.

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 3 h 16 min

Oh mon dieu! Mes sympathies! C’est vraiment terrible! Je vous souhaites un avenir lumineux

Répondre
BOUCHENY anne marie 1 mars 2019 - 20 h 09 min

j’ai subi durant 5 ans un pervers narcissique : j’ai été jusqu’au suicide !! heureusement pour moi , je suis entourée de pompiers dans ma famille dont ma fille ainée pilote d’un dragon’ hélicoptère de la sécurité civile : sans eux je ne serai plus là ! mon frére était gendarme : il a enquêté sur ce monsieur ! il m’ avait menti sur tout , son nom ; son adresse , sa profession , il n’avait jamais été noble ,jamais eu de jaguar, ni de château , ni de chasse en Sologne , jamais pilote d’essai chez Dassault !! C’est une psy qui durant 6 mois a du me faire un  » lavage de cerveau  » !! anne marie boucheny

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 3 h 20 min

oh on dieu! Toute une histoire! 😨

Répondre
NADEGE COUREAU 25 février 2019 - 23 h 47 min

Ayant perdu mes parents et le voisin manipulateur, c’est accaparé des biens et depuis 16 il a manipulé mon frère, il l’avais fait penché de son côté, fait son mariage sans la famille, nous a mis les uns sur les autres et depuis nous sommes en procès, c’est un manipulateur. Il me disait tu n’a pas d’enfant qu’est ce que tu vas faire de ça. Mon frère ne possède plus rien il lui a tout pris après l’avoir mis sous son aile. L’escroc à attendu qu’il est signé sans mon accord et après l l’a jeté.
Manipulateur, pervers , le pouvoir partout et puissant avec ses copins avocats et franc maçon. Il m’avait transmis le chat noir depuis des années.
Grâce à du nettoyage d’âme, anges,grand médium et Philippe qui m’a enlevé la magie noire qu’il m’avait enduit et a osé me faire un courrier en 2018. A ce jour j’ai un fils adorable qui a 4 mois et notre procès va ce terminer cette année depuis 16 ans qui m’a coûté une fortune mais il va payer il a un Château et des biens qui vont partir en fumée me dit Philippe.
Je pourrai vous donner les adresses des êtres qui ont su vraiment m’aider.
Il m’a aussi provoqué avec sa magie noire ma résidence ou je vie problème de chauffage et autre pendant aussi 16ans impensable mais vraie et je ne savais pas que cela existait mais je l’ai vécu je peux vous dire c’est lamentable, vivre avec des quelques euros pendant d’avoir du bien de famille et un salaire qui n’a pas suffi à payer les procédures biens familiaux et appartement résidence principale. TROP GRAVE vous pouvez m’appeler ou mail pour aider certaines personnes

Répondre
Bart Van Ransbeeck 23 février 2019 - 7 h 27 min

le pervers narcicique possède un ego excessif hyper gonflé ,et a perdu connection avec le soi !!! l’ego est une defence , système d’alarme de survie que la personne ‘ditte pervers narcicique’ a installé par manque premature de protection primaire et non responsivité à ses besoins nourisson , le gorille ne lache pas une seconde le bébé singe pendant 3 ans!!!! observez la maman du’dite pervers’…..

Répondre
EYRARD NICOLE 19 février 2019 - 23 h 15 min

Bonjour, merci pour votre article sur le pervers narcissique (je rajoute « manipulateur » !! Je me remets à peine aprés pourtant avoir quitté (fui..) mon ex-mari depuis fin 2016 !
C’est bien que vous ayez traité « ce phénomène ».
Tout ce que vous décrivez est tout à fait juste..
Moi, je me suis mariée le 25 octobre 2014 ; il devait venir s’installer avec moi…mais il partait le lendemain de la nuit de noces !! Vous imaginez le choc ! Bien entendu il disait que c’était normal, que je ne comprenais rien aux hommes, qu’il avait menti sur beaucoup de choses pour « m’avoir à lui » !! que je devrais être contente qu’il m’aie épousée !! et il est reparti chez lui à 100 kms en ne donnant que trés rarement des nouvelles, en débarquant quand lui le décidait.. et m’adit qu’il fallait que je comprenne qu’il avait des priorités dans sa vie !! qu’il trouvait déplorable que je ne comprenne pas cela et que peut-être je ne savais pas « m’occuper » !
Bref, cela a duré 11 mois.(de souffrance, d’incompréhension…..et il m’a fait venir dans une maison dans une autre région, maison qu’il possédait en fait depuis un bon moment mais il vivait dans une autre ville car disait qu’il il y avait des priorités ! Je précise qu’il était au chômage et qu’il profitait de moi financièrement (j’ai su qu’il avait en fait un bon compte en banque et deux autres maisons)… Moi, j’étais au SMIC !
Arrivée « chez lui »ça était l’horreur ! il m’a accueillie en me disant « voilà maintenant il faut que tu t’adaptes sinon il y a une balle pour toi et on te retrouve plus ! Et je te désaime et refais ma vie en un claquementd doigt’.
Je me disais il ne va pas bien car il n’a pas de boulot sans doute; il ne faisait rien (jeux vidéos .. partait 1, 2, 3 jours sans explication.. « il se mettait sur son 31 » et me disait parfois : je vais voir un chien !!!(en fait il partait voir des femmes bien sûr) – et moi, je croyais qu’il partait chercher du travail) c’était incroyable mais j’étais folle amoureuse de cet homme..Quand il voyait que je n’en pouvais plus (mensonges, agressivité, infidélité, violences psychologiques.. etc) il avait l’art de me faire craquer à nouveau (il pleurait, me disait qu’il avait besoin de moi, était tendre…que j’étais la femme de sa vie etc) Et alors je retrouvais l’homme que j’avais connu au tout début de notre relation (hélas, ce genre d’homme connait son pouvoir de séduction et l’emprise qu’il peut avoir sur vous) …… je finissais par croire que j’étais responsable et coupable de son changement d’attitude envers moi vu qu’il pouvait être tellement « gentil et sembler vraiment amoureux » !! Mais il est devenu de plus en plus irrespectueux, méchant, dévalorisant, sans scrupules, il invitait des femmes dans des restaurants à 150 €… avec mon argent ! J’étais sans cesse à l’attendre, à espérer, il rentrait à tout heure du jour et de la nuit…
jusqu’au jour où j’ai eu la force et le courage de lui dire que je n’en pouvais vraiment plus, que j’allais le quitter car il était entrain de me détruire !! (j’ai fini par peser plus que 40 kgs !!) Il était diabolique… et quand il y a eu violence physique cette fois, je suis allée voir une association de femmes qui m’ont aidée (j’ai été faire une main courante d’ailleurs). Naturellement, quand je lui ai annoncé que je prenais du recul et retournais dans ma région : il est devenu encore plus monstrueux !! Il me disait (je venais d’être à la retraite) « de toute manière tu ne vas pas partir car avec ta retraite de merde de 840 euros tu ne peux pas vivre !! Mais avec l’association de femmes j’ai pu trouver un appartement en HLM et j’ai quitté mon mari. Etant seule et sans famille cela a été trés dur mais aujourd’hui je suis fière de moi, ; j’ai trouvé la force malgré tout de partir. Certes, j’y ai laissé la santé, il m’a anéantie à tous niveaux. Mais j’ai tenu bon et j’ai enfin obtenu le divorce en mars 2017 aprés beaucoup de difficultés bien entendu car ces hommes sont trés en colère de voir leur « proie » leur échapper !! Je me reconstruis peu à peu ; et comme il est bon de ne plus vivre dans la peur.. Pour moi, maintenant, cette histoire n’est pas un échec mais une expérience que j’ai eu à vivre pour mieux me connaître, pour ne plus être dans l’illusion.. J’en sors grandie . la lumière est toujours au fond du tunnel et c’est bon de se sentir vivante enfin, de retrouver la tranquillité, l’amour de soi, la joie de moments présents, de retrouver son essence.L’estime de soi c’est plus difficile…La reconstruction est longue mais elle se fait fort heureusement.
J’ai voulu « le sauver » peut-être ! Mais en fait j’ai compris que l’important aussi c’est soi … ainsi on ne peut se perdre !
MERCI POUR CETTE LETTRE ET POUR CES BONS CONSEILS … Dommage, à l’époque je n’avais pas toutes « ces informations » … Cette lettre trés explicative à tous niveaux, aidera je l’espére de tout coeur des personnes qui ont peut-être quelqu’un de toxique dans leur entourage !!
Nicole

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 3 h 34 min

C’est fou comment je comprend ce que tu as vécu. On se sent moins anormal quand on voit qu’on est pas la seule.

Répondre
marie 8 janvier 2019 - 22 h 25 min

les PN présentent aussi des problèmes sexuels et des problèmes d’argent, ils sont de pauvres petites choses cherchant à attirer la compassion sur eux pour bien sûr en tirer profit. « La, le pauvre » on se culpabilise souvent de ne pas l’aider davantage.

Répondre
AROHA UNIVERSAL 20 décembre 2018 - 5 h 21 min

Les mots…
Avec de simples mots on peut tuer le bien portant.
On peut aussi redonner goût à la Vie au désespéré, celui qui n’a plus foi en rien.
Mais gare à celui qui parle trop et qui vous couvre d’éloges, surtout s’il a trop de talent.
L’art du compliment se doit d’être délicat, discret et sans ostentation…
Ni trop appuyé et surtout pas récité !
La sincérité de l’orateur pourrait être mise à mal si une avalanche d’adjectifs plus grandiloquents les uns que les autres vous tombent du ciel soudainement sur la tête…
Surtout si il y plusieurs années qu’on ne vous a pas complimenté.
Ne le prenez pas mal, ça n’enlève rien à votre valeur, c’est simplement qu’il doit s’agir d’un beau parleur… Hélas…
Beau par forcément, mais parleur c’est certain.
Et comme « tout flatteur vit à vos dépends de celui qui l’écoute »… je ne vous fais pas de dessin !
Bref, pour le résumer c’est un baratineur, qui se révélera sans aucun doute profiteur.
Vous ne tombez pas dans son panneau, tout va bien vous êtes sauvée !
Vous succombez aux sirènes de sa parlote et là… AÏE AÏE, la pagaille se profile à l’horizon !
Ce pêcheur vous a ferré et son hameçon à votre cœur s’est accroché.
Vous résistez, puis vous ne résistez plus… Une fois que vous avez ‘conclu’, adieu les mots sirupeux et bonjour les paroles au vitriol…
Voilà, vous avez été eue dans les grandes largeurs !
Vous êtes malheureuse, vous pleurez, mais surtout vous vous en voulez.
Vous souffriez, vous souffrez encore davantage.
Car de vos verbiages il a pris avantage, et plus vous vous êtes confiée, plus il a flairé la bonne affaire…
Vous avez eu affaire à un pervers, celui qui manipule les foules avec le sourire et qui vous assassine à la première occasion.
Pervers et manipulateur, cela va de soit !
Ainsi va la vie, les loups mangent les brebis, surtout les plus fragiles…

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 3 h 36 min

Wow magnifique!

Répondre
Claire 26 novembre 2018 - 23 h 47 min

Bonjour ,quel constat ! les 14 questions définissent bien et bel l’homme qui a partagé ma vie
Je suis aujourd’hui délivrée mais à force de me culpabiliser , j’ai fait une introspection qui m’a fait été très profitable
Aujourd’hui , je n’ai aucun regret de le quitter après les efforts et remise en question je restais responsable de tout les travers je ne veux plus investir ni subir je veux vivre pleinement
Merci pour ce partage

Répondre
habdes 19 novembre 2018 - 9 h 47 min

J’ai compris très tardivement que ma mère faisait partie de cette catégorie de personnes. Jeune fille je l’idôlatrais. Aujourd’hui elle est très âgée et placée en maison et je ne peux m’empêcher d’aller la voir chaque semaine bien qu’après chaque visite je sois mal car malgré tout le travail que j’ai fait sur moi durant des années je sens toujours son emprise. Elle a détruit mon plus jeune frère qui est décédé à l’âge de 43 ans car il était sous son emprise totale et était devenu dépendant à l’alcool ce qui l’a tué. Difficile d’abandonner sa propre mère. Pour ma part cela me donnerait mauvaise conscience mais je sais maintenant avec certitude que j’ai face à moi une perverse narcissique (d’ailleurs j’ai répondu OUI à toutes vos questions) et que je dois être vigilante pour ne pas me laisser abuser.

Répondre
Casanova 9 novembre 2018 - 15 h 57 min

Oui. Je suis mariée à un pervers. Il est presque tout ce que vous décrivez.
Non je ne peux le quitter car ma retraite est de 319€. (Enfant autiste à garder faute de structures).
Je suis une aidante ignorée

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 4 h 05 min

Je vous envoi plein d’amour chaleureux d’une étrangère compatissante et vous encourage à consulter une travailleuse sociale. Parfois on ne peut voir tout les chemins possibles quand on est seul car certains implique de revenir sur nos pas…

Répondre
lumière 6 novembre 2018 - 9 h 25 min

Que ca soulage de ne pas se sentir seule !
Enfin des parents qui parlent de leurs enfants PN.
Oui , fuir les PN, mais quand c’est son enfant , on l’aime, on n’aime ce qu’il fait mais i y a une partie de lui que l’on aime .C’est un vrai deuil mais impossible à faire puisqu’on le voit pour protéger ses propres enfants martyrisés dès leur naissance(dans mon cas)
Mon mari est dcd, un fils est dcd et ma fille PN.
iL NOUS FAUT DE L’AIDE, si on ne veut pas qu’ils aient notre peau comme m’a souhaité mon enfant PN
Qu’est ce qui a fait qu’ils sont PN ?
Avez vous des outils pour nous protéger ? nous reconstruire ?
J’aimerai faire un groupe de parents d’enfant PN pour avancer
je ne désire pas laisser mon nom ni mon adresse (peurs )
Merci pour ce thème si difficile à vivre

Répondre
marcelle chauviere 4 novembre 2018 - 12 h 55 min

bonjour,

ma fille est devenue P N par l’intermédiaire de son père qui est un gros P N , ma fille avait 3 ans et demi quand j’ai demandé le divorce et depuis cet age le père a parl’ mal de moi : sa mère , là j’en suis devenue malade de plus elle vient d’avoir un bébé et je crains pour cet enfant

Répondre
ROSSIGNOL Georges 3 novembre 2018 - 18 h 53 min

Le premier manipulateur qui correspond parfaitement à votre description s’appel MARCON, élu par 17% de cons du corps électorale, et le groupe parlementaire élu avec lui est du même acabit. Ceci correspond a la façon de marcher socialo communiste.
Et je crois que la classe politique est à assimiler à ce type d’individu.

Répondre
Patrice 2 novembre 2018 - 10 h 09 min

Félicitations pour cet article. Il relate à 95% ce que m’a fait vivre ma chef de service durant de nombreuses années. Derrière des sourires et de grands éclats de rire se cache une personnalité plus complexe. Le PN arrive à vous faire douter de vos capacités professionnelles (doute, mise en situation d’échec, …). On espère pouvoir faire changer ou évoluer un PN, c’est TOTALEMENT illusoire.
J’ai mis trop de temps à me rendre compte de ce que je subissais avec des conséquences sur ma santé, mon couple et la famille. Le jour ou j’ai relevé de la manipulation mentale par mail, j’ai tout compris. Votre article n’en parle pas, c’est le seul bémol. Ma situation était compliquée car Mme avait le total soutien de sa hiérarchie et de « mes collègues » (contexte administration), mais j’ai réussi à prouver en partie la réalité. Comme vous l’indiquez, une seule solution : FUIR ! Le mot est fort, mais il a tout son sens.
Merci de cet article, bien à vous

Répondre
BOUCARD Roberte 1 novembre 2018 - 20 h 55 min

Effectivement , ça fait 25 ans que je vis avec une PN …..Ç est ma fille ……..la petite dernière …….je faisais l impossible pour l aider dans sa vie …….je ne comprenais pas , elle soufflait le chaud et le froid dans ma vie , jusqu’à nous séparer son père et moi …….je me confiais à elle , lui parlais de mes peines , de mes bonheurs , mais , elle ne me félicitait jamais , pour les petites victoires que j acomplissais ……elle était froide et toujours dans les reproches
À présent , j’ai compris …..je me suis éloignée d elle depuis 6 semaines….J en souffre , car c’est mon enfant …..mais je pense que je me suis sauvée la vie ……

Répondre
BOTTELLI 1 novembre 2018 - 13 h 43 min

BONJOUR,
Après avoir lu avec attention votre « lettre » j’ai pensé que vous connaissiez parfaitement ma fille.
Maintenant j’ai pu mettre un nom sur la « maladie » dont elle est atteinte et je viens, douloureusement, de mettre un terme à notre relation. Reste un problème majeur pour moi : Comment cesser de ruminer nuit et jour sur cet énorme gâchis et ne plus penser à tout ce que j’ai subi. Après deux cancers et autres pathologies j’aimerais apprécier la vie et cela ne sera possible que lorsqu’elle sera aussi sortie de mon cerveau… mais là c’est une autre affaire… Elle a 55 ans et moi 75. Imaginez le nombre de décennies à supporter cette PN.
Donnez vous des conseils aux personnes qui laissent un commentaire ?
En tous cas merci, si cela ne change rien il est un peu réconfortant de savoir que je ne suis pas la seule dans cette détresse.

Répondre
Bénédicte Plomion 31 octobre 2018 - 19 h 46 min

Bonsoir,

En lisant votre lettre je viens de croire que vous parliez de mon mari…..quelle horreur….moi je dis qu’il est fou, je n’avais pas mis le nom de pervers narcissique. Le pire est que je suis infirmière et que des pervers j’en vois tous les jours dans ma clientèle. Je n’arrivais pas à mettre une pathologie sur sa folie mais oui, maintenant c’est ça, c’est un pervers narcissique et je ne sais pas comment faire pour le quitter sans dégâts , je culpabilise et j’ai peur de lui alors que je pense que je n’y suis pour rien même s’il passe son temps à dire que c’est de ma faute s’il est comme ça.
Je voulais juste témoigner, merci pour vos lettres.

Répondre
Cat 31 octobre 2018 - 16 h 39 min

Petit says

N’hésitez plus! Fuyez! Il n’y a pas de meilleure solution. Vous aurez peur de ne jamais vous en sortir (sans lui). Et pourtant vous ressentirez rapidement une délivrance énorme. Le chemin sera long pour renaître complètement… Il faut se reconstruire… mais c’est impossible tant que vous restez près d’eux! Croyez-moi, vous vous sentirez libre et plus forte dès que vous aurez cassé le lien! Restera celui des enfants (vous serez obligée de composer avec celà)… Mais en vous sauvant vous serez également plus forte pour vos enfants.

Répondre
Isabelle 31 octobre 2018 - 14 h 15 min

Je vous remercie pour votre lettre car elle résume tout ce que je sais déjà pour avoir vécu plus de 10 ans avec un pervers narcissique.
Je le savais dès le départ (j’avais l’impression de vivre avec Dr Jekyll et Mr Hyde), mais j’étais convaincue qu’il pourrait se transformer avec le temps et avec toutes les pratiques psycho-corporelles que nous pratiquions ensemble (yoga, thérapies, travail énergétique en tout genre).
J’étais très éprise de lui, folle amoureuse. Je l’admirais et ne manquais pas une occasion de le valoriser en public sachant combien c’était important pour lui.
Mon pervers, comme tous les autres sont très solaires et au centre de l’attention.
C’est un homme que j’aime encore, mais que je me suis résolue à quitter pour sauver ma peau: après avoir développé au fil des ans des maladies ou des douleurs en tous genres (hernie discale, lombalgie chronique, infections en tous genres, épuisement, mal être général…) pour finir en burnout et dépression sévère.
C’est un psychiatre qui m’a conseillé de lire « les manipulateurs sont parmi nous » » et j’ai alors compris qu’il ne fallait espérer aucun changement.
J’ai quitté mon travail pour cause de burnout mais je n’allais pas mieux, sinon pire.
Il faut savoir que le pervers narcissique ne vous « aime » que lorsque vous allez bien, pour faire ce qu’il décide, selon son programme.
Lorsqu’il a pris sa retraite en septembre 2016, nous avons 10 ans d’écart) nous nous sommes retrouvés en face à face. Plus rien pour occuper nos journées que ses désirs. Je devais développer une nouvelle vie professionnelle, mais cela n’était pas sa priorité.
J’ai compris que je n’aurais plus d’espace de vie que le sien. Absorption totale, telle qu’elle est décrite : les pervers se nourrissent de l’énergie de l’autre. Je suis partie au final dans un élan de survie, j’étais incapable de remonter la pente à ses côtés.
J’ai pris ma décision il y a 2 ans et depuis, je vais mieux, un peu chaque jour, grâce au soutien indéfectible et à distance de mes sœurs sans lesquelles le pire serait peut-être arrivé.

Les pervers sont des êtres brillants et très attachants, mais aucun partage d’amour n’est possible. Il m’arrive encore de penser qu’il était sincère lorsqu’il disait m’aimer… ce que nous avons vécu si intensément ensemble était magnifique… Mais le prix à payer est trop fort !

La seule solution : la fuite avant qu’il ne soit trop tard
Il m’est arrivé de penser à reprendre ma vie à ses côté, j’ai vécu des périodes de manque incommensurables… mais avec le temps, j’arrive désormais à vivre sans penser à lui à chaque décision que je prends….
Il faut faire un véritable deuil lorsque l’on quitte un être qui a occupé tout notre espace vital. Il est nécessaire d’accepter que cela prend du temps et qu’UNE VIE APRES est possible.
Mon psy m’avait recommandé de lire un autre livre sur la confiance en soi. Car il s’agit pour l’un comme pour l’autre de combler une faille narcissique : Moins on a de confiance en soi, mieux l’autre peut s’engouffrer dans notre faille…
Allez courage à vous Mesdames… et messieurs : il y a aussi des Mères, et des épouses perverses…
Merci encore Xavier pour votre article !

Répondre
GASSER MARIA 31 octobre 2018 - 11 h 02 min

Bonjour, c’est avec plaisir que je lis votre sujet d’aujourd’hui. Je ne peux m’empêcher de sourire, et pourtant c’est terrible, la souffrance que j’ai endurée. J’ai été mariée 22 ans avec un pervers narcissique.
Le nombre de oui à votre questionnaire et aussi une amie magnétiseuse, entre autre, l’a enfin nommé.
J’ai divorcé et j’ai 70 ans….. courage à ceux qui me liront . La vie reprend de la couleur!

Répondre
PETIT 30 octobre 2018 - 17 h 20 min

bonjour je vis ou devrai dire survie a coter d un pervers narcissique je l ai rencontré a 13 ans et me suis mise en ménage a 16 ans a l epoque c etait mon sauveur qui me permetait de partir cher moi lui et sa famille avait « l air tellement équilibre  » j en ai 40 et je suis toujours avec et hesite toujours a faire le grand pas de partir ;;sa mére et comme lui je me demande si c etait pas genetique elle etait horible avec son mari qui lui donnais tout et son fils a reproduis sa sur moi et le pire c est que c est un couple a eu deux et moi une pice rapporte c est elle et lui qui dirige!!! tout se que je lis dans votre article je le retrouve je m etais meme poser la question de bipolariter tellement le caractere peut etre changeant .tout se que je peu dire c est qu il n arrive plus a me faire culpabiliser je sais que le probleme vien pas de moi mon travail ,mes enfants ,ma famille ma mon ouverts les yeux meme si ce qui me rend un peu mieux il essaye de le detruire .prendre les clef de la voiture pour pas que j aille travailler,il est tellement horible que famille et amis ne vienne pratiquement plus a la maison ils cherche a eloigner etc en plus de 25 ans je pourrais ecrire un livre de tout qu il ma fait subir et mes enfant aussi . la premiere chose ne pas se laisser devaloriser et c est une petite partie de gagner….

Répondre
Pascale LUNEAU 30 octobre 2018 - 14 h 40 min

Elevée par une mère narcissique et parfois perverse à mon égard, j’ai été amenée à répéter cette relation destructrice avec deux hommes qui ont été mes patrons.
Après m’être aveuglée sur ces personnalités, avoir énormément souffert de culpabilité jusqu’à avoir la maladie du sang appelée Thrombocytémie Essentielle (à force de me faire du mauvais sang). Mon frère est mort d’alccolisme à 51 ans, prisonnier de culpabilité et de dépression. Mon sursaut je le dois à mon mari et mes enfants bienveillants. Pour eux j’ai entrepris une psychanalyse, fait de la sophrologie, méditation et je continue une psychothérapie dont j’ai besoin pour vivre.
Bien entendu, je me fais du souci pour mes enfants, quel héritage leur ai-je donc transmis ?

Répondre
fagon 30 octobre 2018 - 5 h 07 min

oui la compagne de mon fils unique psy,elle étais distante,indifférente, affichais des préceptes de vie sur ses murs,n’appliquait aucun d’eux,reportais des fautes sur nous,demander ce qui ne va pas avec elle,si on le dit on la juge,elle tout le monde l’aime…. etc.. aujourd hui je n ai plus de contact avec lui, il est totalement sous sa coupe,je demande tous les jours à l univers de faire en sorte qu’il s’en rende compte il est comme anesthésié,nous étions une famille unie,aujourd’hui mon mari et malade par cet état de fait,je ne souhaite cela à personne

Répondre
Edy F. 29 octobre 2018 - 19 h 49 min

J’en ai connu un dont j’ai été la victime. Je le croyais mon meilleur ami alors qu’il ne faisait que m’abuser et profiter de moi. Il m’a volé beaucoup d’argent et a été un élément toxique dans ma vie. J’ai mis plusieurs années à réaliser. Il faut dire que je refusais d’écouter la petite sonnette d’alarme qui tintait souvent dans ma tête. Quand je l’ai finalement démasqué, il a disparu corps et biens. Cette histoire m’a poursuivi longtemps et, depuis, j’ai beaucoup de mal à faire confiance à quelqu’un..

Répondre
Anne 29 octobre 2018 - 10 h 14 min

Suite de mon message du 27/10.
Non seulement les humiliations et petites remarques assassines. J’ai appris à la fin de notre relation en décembre que cet individu était atteint d’un mst. Et qu’il a préféré ne rien me dire car selon son médecin ce n’était pas dangereux…archi faux comme d’habitude ! Il m’a même accusée de l’avoir infectée…ce qui est faux évidemment car j’avais fait prise de sang et frotis avant de le connaître. Voyez vous ces gens là n’ont aucun scrupule et sont même hyper dangereux ! Ce sont des personnes non loin de la folie mais pas encore assez pour être interné ! J’en suis sortie car j’ai une force de caractère et qye ça devenait insoutenable. Je ne lui souhaite pas d’être heureux. Car il faut être réaliste des gens pareils sont de véritables poison. ANNE

Répondre
PETIT 28 octobre 2018 - 21 h 44 min

Bonjour, j’ai été victime d’un pervers narcissique pendant 9 ans ! Tout c’est fait progressivement et à la fin je ne savais plus qui j’étais. Je vivais dans la peur en permanence et étais dans un déni total.
Un jour ma cousine m’a fait réagir et grâce à ma famille j’ai réussi à partir. Le soulagement total ! J’ai réalisé que « mon pervers » n’était finalement pas si puissant qu’il m’avait fait croire. Aujourd’hui je vais bien mieux mais je dois encore travailler sur moi.

Répondre
Epiphene 28 octobre 2018 - 20 h 36 min

Mon histoire est ancienne, j’en suis sorti au prix d’un divorce où j’ai tout abandonné , y compris les enfants pour éviter de rentrer dans un « jeu de cons » .
Avec le recul j’ai la quasi certitude qu’une jeune fille anorexique mentale, qui n’a jamais reconnu la souffrance qu’elle infligeait à son corps, mais sans descendre au dessous de 40 kg pour 1.72 m, a acquit la technique de la perversité qu’elle exercera sur son mari . Le fait d’avoir ses enfants lui redonne un sens très relatif d’autrui à condition qu’elle puisse en revendiquer légalement un plein droit de propriété . Autrui représenté par le mari et père des enfants n’a aucune valeur . Ses argumentations fallacieuses (doctrine MLF, chantage au suicide, philosophie du donnant – donnant, détournement de fonds communs à son profit … ) appliquées à ses enfants, le sont tout autant pour la vie courante, pour le travail, les relations sociales …

Répondre
derhagopian 28 octobre 2018 - 19 h 31 min

J’ai vécu avec une personne PN pendant plus de 15 ans…Mais puisque cette personne continue à me faire du mal, je vis encore dans l’angoisse, la peur…

Répondre
Robin Candleinthewind 28 octobre 2018 - 16 h 47 min

Merci pour votre article,très édifiant,en fait mes parents particulièrement vivent sous l emprise d un pervers narcissiques de 42 ans,leur fils.depuis tant d années que j essaie de le faire bannir de chez eux mais malheureusement je n arrive pas!car pour mon père c est impensable de le mettre à la rue,et comme mon frère ne désire pas partir ni intégrer un foyer sociale !du coup,le calvaire chez eux continue !J essaie de trouver un issus pour le faire partir par la force de chez eux car il fonctionne que de cette manière!

Répondre
Anne 28 octobre 2018 - 10 h 30 min

Bonjour
Je suis restée 4 mois avec ce genre de personne. Bien vite il y eu des petites phrases assassines,des remarques sur soit disant 5 kgs en trop, des remarques sur ma manière de cuisiner de m’habiller. Fouiller dans mon gsm. Me demander avec qui je chattait sur messenger. M’accuser d’étre une destructrice. Une saloppe alors que monsieur avait déjà sous le coude son plan de recharge. Menace de venir détruire ma voiture. Heureusement que celà n’a duré que 4 mois.. critiques…dévalorisation.. contrôle .. on ne sait rien faire pour eux. J’espère que la prochaine compagne de cet individu s’en sortira rapidement car il est incapable d’amour… c’est juste un masque ! Il faut ouvrir l’oeil. ANNE

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 4 h 19 min

Drôle…s’appel til Martin.? Le mien avais menaçé de mettre une bombe artisanal sous la voiture de ma soeur

Répondre
Michèle Tamburini 28 octobre 2018 - 10 h 19 min

J’ai lu avec attention votre article et malheureusement, j’ai retrouvé beaucoup de traits communs avec ma propre fille.
Et malheureusement j’ai répondu oui à la majorité des questions.
J’en suis venue à douter de moi-même au fil des années, je me suis demandé si je n’étais pas ce personnage que vous décrivez!
Après avoir tout supporté d’elle, une violente dispute m’a « obligée » à prendre la décision de ne plus la voir depuis quelques temps, et, force est de reconnaître que, même si je souffre (il s’agit de mon enfant) je me sens libérée!
J’ai décidé de me faire aider par un psy mais savoir que ma fille est peut-être malade me déchire. Elle a besoin d’aide et je n’ose pas en parler à son compagnon.

Répondre
joce 27 octobre 2018 - 18 h 44 min

bonjour, J’ai vécu 15 ans avec un pervers narcissique, j’ai divorcé il y a 20 ans, j’ai eu peur jusqu’à cette année de le croiser (il est décédé le 07/07). Je crois que je serai morte si j’étais restée avec lui, de plus il était méchant et violent, tordu il donnait des coups sans laisser de traces il a abîmé notre fille, elle était tant sous emprise qu’elle ne m’en parlait pas nous étions toutes deux sous pression avec menaces de mort, personne ne nous croyait à part une voisine qui entendait nos cris. Il était si charmant avec tout le monde et j’avais si honte de mon mariage. Ma fille peine à se reconstruire il lui a laissé un testament empoisonné et nous a diffâmées. J’ai 70 ans j’ai encaissé les coups, mais j’ai mal pour ma fille et chaque souvenir de nos scènes est encore présent dès que j’en parle, nous avons pourtant essayé de refermer chaque tiroir de nos horreurs. Il était pervers sexuel en plus et avec dérives homosexuelles et pédophiles, je ne sais comment qualifier ce mélange, ni comment cela ce serait passé si je l’avais laissé continuer à vouloir salir et détruire la vie de notre fille, car il savait que cela me détruisait moi. Je n’ai jamais connu auparavant d’homme aussi tordu, ni après mais mes expériences sentimentales ont été faussées par cette peur qu’il revienne tout gâcher où de connaître quelqu’un de semblable.

Répondre
Angeline 27 octobre 2018 - 17 h 18 min

Bonjour
Et quand cette personne est son propre père ou mère ?

Répondre
Nomadoo 27 octobre 2018 - 8 h 25 min

Je ne suis pas un partisan de l’écriture inclusive mais votre article « Avez-vous UN pervers narcissique dans votre entourage ? » la justifierait. Son titre même, la présence récurrente des mots « le manipulateur, « le pervers » ou « il », les exemples surprenants et à mon avis très déplacés de grands criminels mâles et enfin les mots employés par votre spécialiste de la PNL donnent le sentiment d’une pathologie à la coloration fortement masculine, qu’une ligne perdue au milieu de l’article et l’emploi à plusieurs reprises du mot « la personne » ne suffisent pas hélas à corriger.
La conscience des dégâts immenses causés aux victimes -des deux sexes- de cette violence psychologique au quotidien devrait vous inciter à plus de prudence rédactionnelle.

Répondre
Elisabeth 27 octobre 2018 - 5 h 26 min

En lisant cet article, je me suis revue à l’époque où je vivais avec un tel homme. Nous avons eu 3 enfants qu’il a manipulé pendant des années me faisant passer pour une mère irresponsable. L’un de mes enfants a enfin compris comment est son père, le deuxième commence à comprendre et le 3ème a de gros soucis (phobie des microbes) et de plus montre le même style de comportement que son père, est ce héréditaire ?

Répondre
Chris 26 octobre 2018 - 23 h 12 min

C’est bien que ces personnes destructrices soient maintenant décrites, mais tant qu’ils vous gardent sous leur influence, difficile d’avoir le recul nécessaire pour les identifier, surtout si l' »amour » est là. Ils s’y entendent pour souffler le chaud et le froid et vous bercer de belles promesses, celles que vous avez envie d’entendre.
J’ai pu quitter mon ancien compagnon, il y a plus de 20 ans, grâce à un travail sur moi et à la prise de conscience qu’il me démolissait à petit feu, et en acceptant que je finirais probablement seule puisqu’il m’avait persuadée que je ne valais rien. Je le pensais profondément malgré des tas de preuves du contraire. C’est un travail de sape psychologique permanente, insidieuse et profonde. Bref, après l’avoir quitté en pensant renoncer à toute vie de couple, j’ai tout de suite apprécié de simplement avoir la paix, pouvoir fermer la porte de chez moi et personne pour me critiquer. Il a encore utilisé tous les moyens possibles pour m’atteindre et m’empoisonner, mais peu à peu, je suis sortie de son emprise. Il faut accepter de perdre, argent, amis… Mais la liberté vaut le coup. Heureusement, nous n’avions pas eu d’enfant.
3 ans après cette séparation, j’ai pu reconstruire une vie plus équilibrée avec mon actuel mari. Je suis restée trés vigilante sur le manque de respect et je mets ma fille en garde contre ça. La rage n’est pas de l’amour.
De son côté, mon ancien compagnon a recréé un couple, avec 3 enfants, mais il est retombé dans ses travers et n’a pas pu s’empêcher de tout détruire à nouveau. Je plains toute cette famille, même lui, car sa toxicité est telle qu’elle se retourne même contre lui. Je n’ai plus de nouvelles depuis plusieurs années et je souhaite juste que les uns et les autres puissent trouver le bonheur, qui est si simple en fait.
Le clé de tout c’est l’amour, mais pas l’amour possessif, l’amour bienveillant, pour soi-même et pour les autres.
J’espère ne plus jamais entendre parler de lui car on n’est jamais totalement immunisé contre ce genre de personnes.
Si vous arrivez à identifier une telle personne, fuyez. On ne peut pas les changer ni les aider. Ce sera difficile sans doute, mais votre bien-être est plus important. Et essayez de ne pas les détester parce qu’il ne faut pas se laisser tirer vers le bas. Regardez plutôt comme la vie est magnifique.

Répondre
ANNE LANIÈCE 26 octobre 2018 - 19 h 25 min

Bonjour,
votre article suscite beaucoup de réactions et c’est légitime . Pour ceux ou celles qui voudraient aller plus loin, je ne saurais trop conseiller la lecture d’un essai autobiographique autant que décryptage psychiatrique, très facile à lire, une trentaine de pages, intitulé ‘cinq sur la photo’ et disponible en ebook sur amazon (2,5€, je crois). Auteure, Léa Louise. Elle montre comment un pervers, à l’intérieur d’une même famille, choisit sa ou ses victimes, et peut se montrer parfaitement normal avec d’autres . Il s’agit là de perversion dans le cadre familial, banale, si banale. Et du système de « complicités » qui déséquilibre toute la famille : chacun cherche à sauver sa peau.
C’est cet aspect parfois sous-estimé que j’ai trouvé intéressant dans la vision systémique qu’elle propose: il y a la victime certes mais, au moins dans une famille et avec des enfants dès leur plus jeune âge, personne n’en sort indemne.
Anne

Répondre
Cretien 26 octobre 2018 - 15 h 18 min

Cette excellente description du pervers « narcissique » s’applique particulièrement bien au Herr Professor Sigmund Freud, que je préfère appeler Sigmund Fraeud. Il avait non seulement compris que la vérité n’était pas bonne à dire pour faire fortune, mais trouvé une astuce pour exploiter les victimes des pervers en les sur-culpabilisant avec la doctrine du « complexe d’œdipe », que son faux disciple Jacques Lacan, pas né de la dernière pluie, appelait le « complexe des dupes ». Mais Freud avait une excuse inavouable et peut-être inconsciente (inconsciente selon Lacan, au regard des rapports incestueux qu’entretenait sa propre mère avec le père de son mari, c’est-à-dire avec son grand-père paternel) : il n’était pas le fils de Jakob Freud, mais de Jacob Nathansohn, son grand-père maternel. D’où sa théorie à la fois pertinente et délirante du complexe d’œdipe, liée à sa propre psycho-névrose, et celle qu’en a tiré Jacques Lacan à son sujet, de « la forclusion du nom du père » à l’origine de son délire particulier, un « mécanisme » qu’il a plus ou moins légitimement généralisé à tous les délires paranoïaques, qu’il faudrait aussi appliquer aux « pervers narcissiques ». Freud était cocaïnomane, ce qui avait certainement contribué au fait qu’il croyait pouvoir lire dans les pensées des autres, ainsi qu’il en est quand on est sous l’effet de cette drogue.
Son ami Wilhelm Fliess lui avait fait remarquer à ce sujet que quand on prétend lire dans l’esprit des autres, on ne lit que dans le sien.

Répondre
VIOLETTE 26 octobre 2018 - 14 h 05 min

Bonjour,
C’est avec intérêt que j’ai lu votre lettre d’information sur les pervers narcissiques. Aussi, je souhaite témoigner sur le cas rencontré :
Pendant quelques années, il a été le compagnon de ma soeur. Rien n’y laissait paraître. Au début, il était plus démuni psychologiquement. Vivait chez papa-maman, semblait docile et avait peur de tout et de tout le monde. Aux yeux des autres, il était de
nature replié sur lui-même, ne parlait que de sujets qui l’intéressait, ne s’intéressait pas du tout aux autres, ne manifestait aucune empathie. Il avait un physique plutôt séduisant avec une aura mystérieuse et un côté insaisissable. Sa passion : les livres d’histoire, politique et surtout l’occultisme.
Il est d’ailleurs très féru dans ce dernier domaine. Une mémoire phénoménale. Sur le plan professionnel, un simple cadre qui n’a jamais brillé.
Il adore les complots et les actions souterraines. Plutôt pingre. N’avance que par la peur d’être lâché. Très paresseux.
Un jour tout a basculé. Sa véritable nature est apparue au grand jour. Il y a de cela 4 ans.
Le grand déclencheur : L’ARGENT
Après la perte de son père, il a reçu en héritage une importante somme d’argent. ENFIN, il allait être quelqu’un. Il avait une vie plutôt agréable avec ma soeur qui est une intellectuelle, artiste, une femme très forte psychologiquement qui a tenté de le rendre adulte. Il a aujourd’hui 65 ans. Il joue au gourou au sein d’une organisation pseudo spirituelle et chevaleresque avec des titres et tampons ronflants, pour impressionner.
C’est en fait une secte.
Sa device : impressionner et faire peur. Alors qu’au fond, c’est un peureux, stimule les autres pour faire les scandales à sa place. Fait des promesses qu’il ne tient pas, cela lui permet de s’attacher les gens pour exister. Adore que l’on parle de lui dans les médias avec un air de fausse modestie. C’est un usurpateur, un mystificateur, un traite. Il aime dénigré, salir et inventer les pires mensonges sur les autres. Il aime
nuire, cela lui fait du bien.
Il est gouverné par la haine tenace et méchanceté à l’égard de ceux qui lui ont résisté ou laissé tombé.
Il est tellement important que l’on ne peut le quitter.
Tout cela de manière souterraine. Mais comme l’on a compris ses mécanismes, on sait de suite qu’il en est l’auteur.
Féru d’occultisme, ce qui n’était qu’une connaissance intellectuelle, il est passé à l’acte avec le concours d’un mage noir qui lui a appris comment opérer. Ne pouvant pas nous atteindre psychologiquement, il a attaqué physiquement.
Ma sœur a fait plusieurs chutes inexpliquées qui auraient pu être mortelles, en ce qui me concerne, j’ai eu de fréquentes somnolences au volant alors que je n’étais pas fatiguée. Heureusement, je m’arrêtai à temps. Notre petit chien a aussi été attaqué, il a failli mourir. cela fait 3 ans. Il est toujours vivant mais avec des pathologies lourdes qui demandent beaucoup de surveillance. Il prend également la force vitale des gens à distance .
Je m’arrête là, tellement la liste est longue.
Il se pose toujours en victime, c’est la faute des autres s’il n’a pas réussi dans la vie, il est dans un déni total , ne peut admettre sa propre responsabilité . Il n’est plus capable de raisonner et de se rendre compte de tout le mal qu’il a fait. Il n’y pas de guérison possible sans prise de conscience.
Mais cela lui serait sans doute fatal.
Heureusement, ma sœur et moi-même somment très liées ainsi qu’une ou deux personnes de notre entourage ont pu comprendre et nous aider moralement. Je ne témoigne jamais, mais je voulais partager cette expérience digne de certains romans très sombres. Cela, développe un sens plus aigu du discernement.

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 4 h 25 min

Oh mon dieu ! Je vous souhaite une bonne guérison et la paix d’esprit ❤️

Répondre
Gill 26 octobre 2018 - 11 h 27 min

Comment brriser leur carapace et leur insolence pour les fragiliser et bloquer leur toxicite, surtout sur des personnes bonnes et patientes? Ils sont en outre matériellement malfaisants.
Merci de cet article

Répondre
PAGANI Christine 26 octobre 2018 - 11 h 09 min

mon voisin est exactement ainsi depuis 16 ans,Lâche en plus, profitant que je suis seule et âgée mais je lui tiens tête, rentre la nuit dans mon jardin, casse, vole démolit, JALOUX FOU de ma maison, fait de la magie noire pour me tuer et avoir la maison, stupide, inculte, méchant , fait du mal à mes chats, police, justice, =rien, téléphone jour et nuit, trouve mes n°s rouges, 4 fois déjà, malade mental , je pense!!!et l’église veut qu’on pardonne, comment??

Répondre
marie 26 octobre 2018 - 10 h 21 min

Impressionnant , le nombre de pervers démasqués grâce à votre article, en deux jours de messages! Que de belles mères ,,de maris ,de gendres ou d’épouses ,de présidents nuisibles !Urgent de fuir! Mais si le diagnostic est faux?… Certes, je ne m’attends pas à cequ’un PN vous écrive: » je me suis reconnu dans votre portrait, que me conseillez vous? »Mais le critère diagnostique qui me paraît le plus sûr est le refus du dialogue et de l’auto critique.Or, dans une relation, s’il n’y a pas dialogue authentique,on court à l’échec.Balayons déjà devant notre porte,pouvons nous vraiment dialoguer avec l’autre? Si la réponse est « Non », courage, fuyons!

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 4 h 27 min

Oh ciel quelle bonne observation!

Répondre
BIZEUL 26 octobre 2018 - 9 h 53 min

J’ai eu un mari qui avait tout du pervers narcissique. En fait, apprenant à le connaître j’ai vu sa souffrance profonde dans un premier temps mais aussi qu’il était essentiellement préoccupé de sa personne, de l’image qu’il donnait et enfin j’ai subi ses accusations « de vouloir tout régenter » tandis qu’il ne voulait jamais rien faire dans la maison. Son profil correspond bien au pervers narcissique et j’ai fini par le reconnaître et vouloir le quitter. J’ai été menacée et il devenait très violent. J’ai dû ruser pour réussir à divorcer. Seule la fuite peut nous protéger de tels individus je le confirme. Il était très séducteur et a tenté de revenir par divers moyens c’est là que je me suis rendue compte que même l’amitié était totalement impossible avec lui, il cherche toujours à vous manipuler. Fuir, il n’y a que cela, je confirme!

Répondre
Tony 26 octobre 2018 - 9 h 35 min

C’est drôle les détails précis que vous faites
À savoir : Il y en a plein dans le gouvernement français.

Répondre
Signorello 26 octobre 2018 - 8 h 26 min

L’analyse sur le pervers manipulateur est pertinente mais il manque celle de la stratégie en contre point qui consiste à hypertrophier son sens logique pour le mettre devant sa propre contradiction…. très efficace..
PS Dr en psychosociologie

Répondre
Girard 28 août 2019 - 12 h 48 min

Bonjour,
Cela fait 50 ans que je vis avec un pervers narcissique, je l’ai connu au lycée à 15 ans. J’ai eu une jeunesse très compliquée et de grandes souffrances, à chaque fois que je voulais le quitter car je n’étais plus amoureuse cela n’a pas duré longtemps, un an au plus et il me reprenait. Je n’ai plus jamais revu des hommes que j’ai aimé et qui m’ont aimé et je suppose qu’ils sont morts. Je me suis mariée en 1980 en sortant d’un mois d’hôpital psy et tout ce qui m’était arrivé n’était jamais de sa faute. J’ai eu deux enfants, des garçons et j’ai fait l’effort de m’adapter car je n’avais pas le choix, un jour j’ai consulté un psychiatre qui m’a dit : fuyez avec vos enfants le plus loin possible, vous avez affaire à un pervers narcissique. J’étais trop fragile et mes parents (qui m’avaient fait hospitaliser) ne m’auraient pas aider à l’époque ; je suis donc restée et il était toujours avec son premier fils, tout l’après-midi car il ne travaillait que le matin au PMU, il nous a fait vivre de gros problèmes de manque d’argent et mes parents ont fini par nous aider pour leurs petits enfants. Comme il a voulu partir ailleurs pour son travail, je l’ai suivi et nous habitons en Bretagne depuis 23 ans, j’ai divorcée en 2005 (mariée à lui 25 ans, de 1980 à 2005) et là, mes enfants en ont beaucoup souffert, ils avaient 19 ans et 17 ans, ils venaient de perdre leur grand-mère maternelle en 2003 et leur grand-père maternel en 2004, malgré mon divorce j’ai tout payé durant plusieurs années et j’ai gâté mes enfants mais ils n’ont pas étés épargnés, leur père étant très porté sur l’alcool et le cannabis, le plus grand a suivi son exemple et écumé les festivals pour finir par déclencher une schizophrénie, depuis 2006 il a fait plusieurs séjours en HP. Il n’a été reconnu handicapé qu’à 27 ans (7 ans plus tard) il a des médicaments à vie et aujourd’hui il a 33ans, il n’arrive pas à vivre autonome chez lui, son père le récupère toujours, ne lui donne aucune règle de bonne conduite quand il est dans l’alcool, lui paie ses bières, d’un très beau jeune homme il fait maintenant 128Kg pour 1M80 , il a honte de son ventre énorme et il ne fait rien de la journée à part boire des bières et sortir son chien. Il est très seul, aucun ami, aucune copine, C’est un garçon agréable et gentil, je lui ai enseigné le respect des autres, je vais me promener avec lui dès qu’il le veut, moi aussi je suis isolée et je m’y suis habituée car la région est ainsi! Le plus dur c’est que l’hiver il dort tout le temps, assommé par les médicaments; l’été on va se baigner et ça lui fait du bien! Il a une psychiatre qui ne le voit que tous les 3 mois, il lui parle donc peu et elle s’occupe juste du traitement. Cela fait donc 13 ans que la maladie de ce garçon est toujours là, camisole chimique, on l’a enfermé de force aux urgences après qu’il se soit présenté pour une consultation, puis pire, aucun suivi psychologique, aucune écoute car les psychiatres sont complets et ne prennent plus de patients, comme les ORL(je dois attendre 1an), comme les ophtalmo( rv dans 6 mois) etc…
Tout cela pour vous dire que nous tenons et nous tiendrons contre vents et marées dans ce pays hostile car l’amour est le plus fort et que même seule, avec mon petit niveau, sans connaissance particulière, avec du bon sens, de la logique, des médecines naturelles qui nous aident bien, nous tentons et tenterons toujours d’avancer vers la guérison, je suis sa mère, je suis la seule personne qui peut recevoir ses délires, je ne peux pas tout comprendre , tantôt il se voyait comme Jésus, maintenant il pense que après cette vie il sera un ange, moi, j’y comprends rien mais je sens une évolution de son psychisme parce que quelqu’un s’occupe de lui et c’est ça l’important! et pour le pervers narcissique d’ex-mari, c’est pareil, je ne me prends plus la tête à me poser des questions sur les sentiments, je fais et je dis ce qui me semble le mieux pour nous, et si ça ne plaît pas, tant pis, pour peu que ce soit positif! Voyant les dégâts il tente de limiter sa consommation d’alcool, il avait arrêté 7ans , pour que peut-être je retourne avec lui, mais voyant que cela ne marchait pas, il a repris, mais cela ne remarchera pas non plus, pour moi la sexualité du corps doit être en harmonie avec l’esprit, alors je préfère à mon âge m’en passer et ne pas me faire manipuler! Bien Amicalement à vous, merci pour votre article.

Répondre
Roxane Tartarin 26 octobre 2018 - 8 h 17 min

Bonjour,
Tout ces traits de caractères correspondent bien en effet à une personne de mon entourage. La solution serait de fuir selon vous, mais comment devrions nous faire si cette personne est en fait notre père ? Puis fuir ne serait-ce pas se rabaisser à son niveau ? A faire ce que lui a toujours fait ?

Répondre
Roche 25 octobre 2018 - 20 h 16 min

Ma famille somme victimes d’une manipulatrice depuis trop longtemps.

Répondre
Morange 25 octobre 2018 - 19 h 18 min

Bonjour,
J’ai été marié à un pervers narcissique pensant 25 ans, je pense qu’il y a différents niveaux de perversité, j’ai pu en sortir indemne étant moi-même forte de caractère et lui plutôt fragile finalement car ce sont des personnes qui n’ont pas si confiance en elles.
Je pense qu’ils choisissent leur proie, quelqu’un de faible,fragile…afin de prendre le dessus pour se mettre en avant .
Le plus difficile est qu’ils font tout pour passer pour une belle personne dans l’entourage donc personne ne vous croit quand vous voulez partager votre souffrance.
Je sais aussi qu’il y en a beaucoup plus qu’on ne le pense et qu’il y a plu d’homme que de femmes.

Bien á vous

Béatrice

Répondre
Salaün Paul 25 octobre 2018 - 17 h 25 min

Merci pour cette salutaire mise en garde. Il est vrai, je l’ai expérimenté, que de comprendre un tel comportement permet de mieux le supporter quand on ne peut faire autrement!
Dans votre article vous avez annoncé 2 notes: « Comment démasquer… » l.1, et « 14 questions… » l.2; mais vous n’avez pas publié les notes; or celles-ci m’intéressent. Merci de réparer cet oubli dans un prochain envoi.
Cordialement, P.S.

Répondre
BRUNET Claire 25 octobre 2018 - 16 h 54 min

Je suis une femme, j’ai vêcu 22 ans (en fait 4 ans à temps complet quand j’ai pris ma retraite) avec un parfait pervers narcissique, j’ai répondu « oui » à toutes les questions qui correspondent exactement à l’analyse que je me faisais du personnage. Et puis -non sans difficultés- j’ai fuit il y a 18 mois sans aucun regret. Depuis, je mange mieux et moins, je ne consomme plus de pastilles pour les maux d’estomac, j’ai repris une vie active bénévole, je dors mieux ….. bref je revis, libre et sans crainte … quel bonheur après en avoir « bavé » si longtemps

Répondre
Edas 25 octobre 2018 - 15 h 55 min

Bonjour,

Je lis toujours votre rubrique avec beaucoup d’intérêt. Vous avez raison d’évoquer le profil des « pervers Narcissique » au regard des conséquences physiques et psychologiques qu’ils peuvent entrainer sur leur entourage et notamment sur la personne qui leur sert d’exutoire et de bouc émissaire. Je sors d’une telle situation et je suis une thérapie pour faire face au véritable traumatisme subi. Situation qui a duré plusieurs années et qui a conduit à un divorce très douloureux, ce qui permet paradoxalement au PN d’exercer encore ces manipulations, quitte à laisser entendre qu’il serait la pseudo victime du conjoint qu’il a tyrannisé pendant des années…Ce qui est gênant, c’est que vous semblez induire a priori que ce serait surtout un comportement masculin, en employant tout au long de votre texte exclusivement « le masculin ». Selon un discours très tendance qui vise à culpabiliser actuellement les hommes sur tous les fronts. Bien sur, vous préciser dans le corps du texte que cela concerne aussi les femmes, mais c’est très discret. Or je peux vous assurer que de nombreux hommes, plutôt gentils et de bonne volonté, pas vraiment machos, attirent et ont a subir douloureusement des profils de PN féminins qui les mettent doublement en danger. Car les PN féminins savent très bien utiliser la réthorique féministe en vigueur et piègent d’autant plus facilement leur souffre douleur. Ce serait honnête d’en parler aussi.
Bien à vous
PS: désolé pour le pseudonyme, mais les PN sont experts dans l’art du contrôle et je ne peux donner mon nom. A votre disposition pour plus de précisions.

Répondre
Delgrande 25 octobre 2018 - 14 h 03 min

Effectivement je reconnais certains des traits du pervers narcicique de mon conjoint qui prétend que « dans un ménage il y en a un qui doit « bouffer » l’autre! mais je réagis car à bientôt 80 ans je ne suis pas encore exterminée !!

Répondre
DEFRANCE ANNIE 25 octobre 2018 - 13 h 52 min

Bonjour,
J’ai été confronté durant 20 ans à ce genre de personnage ! Il m’a fallut beaucoup de courage – Malheureusement j’ai eu avec lui un enfant qui aujourd’hui a 18 ans (par moment il lui ressemble)
Est-ce génétique ? Comment le soigner ?

Répondre
Claude 25 octobre 2018 - 13 h 07 min

Je vois bien quelqu’un qui colle d’assez près à cette description : notre cher président ! !
Pauvre de nous!

Répondre
fraudeau 25 octobre 2018 - 13 h 07 min

Il existe des entreprises qui forment psychologiquement, manipulent et en font des personnes perverses .
Celles-ci deviennent indispensable à l’entreprise.

Répondre
Caroline Gabant 25 octobre 2018 - 11 h 49 min

J’ai été mariée pendant 13 ans à un pervers narcissique. On peut dire que, même s’il n’était qu’un « petit joueur », il a fait des dégâts.
Jusqu’au jour où je me suis rebellée, je lui ai lancé pas mal de vérités à la tête et j’ai demandé le divorce. Bien sûr le partage a été « Je garde tout et tu prends le reste », mais hein … j’était ENFIN libre. J’ai eu droit à tout : la violence verbale, psychologique et physique. Je n’ai jamais reçu quelqu’aide que ce soit de mon entourage. Pour eux, mon couple fonctionnait bien … Je devais être folle de me permettre ce critiquer un homme qui travaillait beaucoup pour le bien de sa famille … Tient donc.
Je me suis reconstruite. Toute seule. Il m’a fallut 7 ans pour le faire et celle que je suis devenue est très différente de celle que j’étais. Je ne suis plus naïve, je suis méfiante, je ne suis plus souriante, je suis réservée, je ne sais plus faire confiance et je continue (20 ans après) à avoir peur des relations amoureuses … Une vie peu gratifiante de fait, la solitude, la méfiance et la peur toujours présente… Et je ne parle pas ici des dégâts sur le caractère de ma fille. Elle avait 9 ans lors de notre séparation de son père … Il n’y a pas que sur moi que cette relation toxique a laissé de très vilaines cicatrices …
Mais la vie continue …

Répondre
Patrick NOUREL 25 octobre 2018 - 11 h 46 min

J’ai tenté pendent 2 décennies de vivre avec une femme aux comportements très instables, très troubles et que j’ai finalement identifié comme perverse narcissique manipulatrice. Depuis, elle s’est déchaînée contre moi car les PNM détestent être démasquées. Puissamment toxiques et dangereuses. Ma fille est sous aliénation parentale. Un seul salut: en divorcer!…

Répondre
sophie HOYET 25 octobre 2018 - 10 h 45 min

bonjour et merci beaucoup pour votre article qui reprend bien les traits de caractères que j’ai pu observer. Un bémol cependant, j’ai à faire à un pervers qui ne cherche pas d’alliances mais qui cherche toujours à s’imposer, me dit toujours que je mens, que je suis folle, malade, manipulatrice etc.
J’ai vécu 15 ans avec cet homme. nous avons eu deux merveilleuses filles d’actuellement 11 et 15 ans. Depuis que nous sommes séparés avec l’aide d’une thérapeute que je vois 2 fois par semaine depuis 3 ans , le masque est tombé, j’ai compris qui il est réellement. il arrive encore que la prise de distance soit dure et que je me sente fragilisée par ses propos ou son comportement agressifs. Mon seul soucis, comment aider mes filles à s’épanouir et à devenir des adultes autonomes et heureuses sans dégrader l’image du père ?

Bien cordialement
Sophie

Répondre
Jean Claude Louis 25 octobre 2018 - 10 h 42 min

Bonjour Monsieur;
J’ai beaucoup appris de cet article sur la manipulation. Mais comment les aider à s’en sortir? Car en les fuyant, on ne peut pas les aider en s’en sortir. Est-ce qu’il existe des voies de guérisons de ces types de troubles?

Répondre
verhelle 25 octobre 2018 - 10 h 34 min

la mère de ma petite fille correspond à la définition de perverse narcissique.elle a cherché à détruire mon fils père de sa fille dès avant la naissance,elle a cherché à me manipuler pour démolir mon fils dans mon estime et difficile de la fuir car il y a la petite au milieu et elle cherche à empecher mon fils de voir sa fille.plusieurs attaques judiciaires ça fait 9 ans que ça dure

Répondre
Hérault 25 octobre 2018 - 9 h 55 min

Bonjour,est ce de la naiveté de votre part ou simplement,refusez vous de voir la vérité en face?Les pervers narcissiques sont pourtant nombreux et connus de tous puisque ceux qui nous gouvernent en sont quasiment tous.L’avidité du pouvoir en est un signe évident et les grands patrons d’entreprise comme les politiciens que je range dans cette dans la meme catégorie,sont pour une garande majorité,des pervers narcissiques.Voyez notre président,il est flagrant que cet homme est imbu de sa personne et n’a de sympathie et d’intéret que pour ceux qui lui ressemblent.Nous sommes dans un monde libéral ou le pouvoir appartient a ceux qui savent imposer leur loi et méprisent les réfractaires a ce systeme et si cela n’est pas de la perversité,je voudrais bien qu’on me dise ce que c’est.Salutations.

Répondre
Irisbleu 10 janvier 2020 - 4 h 37 min

On a qu’a regarder Le president des USA pour s’en convaincre…

Répondre
arlette MALARME 25 octobre 2018 - 9 h 48 min

Mes voisins entrent dans cette categorie de prédateurs.
Leurs toxicité a augmenté vis à vis de ma personne depuis le déces de mon époux en 2010.
Ils m’empoissonnent la vie au quotidien !!!

Répondre
Boulanger 25 octobre 2018 - 9 h 36 min

J’ai presque 60 ans et en fait, j’ai dû carrément couper les contacts avec mes parents (jusqu’à bloquer leur no de gsm. Je subis les 2 de cette façon et ils m’ont pourri la vie. Après un travail d’analyse, j’ai conscientisé qu’ils m’ont empêché,quelque part, de vivre ma vie. Le pire c’est que j’ai épousé également un tel homme duquel j’ai divorcé mais l’emprise reste à travers les enfants ! Je pense que je ne serai vraiment libre d’eux que par la mort car ils parviennent à agir indirectement sur ma vie malgré qu’il n’y a plus de contact physique !

Répondre
danielle kinet 25 octobre 2018 - 9 h 34 min

VOUS PARLEZ DE MACRON ???????

Répondre
IRIS DELASSOURCE 25 octobre 2018 - 9 h 24 min

Bonjour.
J’ai été victime d’une P.N., ce qui m’a conduit à plusieurs tentatives de suicide. Je me suis reconstruit, ce qui m’a conduit à écrire un livre : De la MALTRAITANCE à la RÉSILIENCE – « Messages d’espoir », je viens de l’éditer.
Si la lettre SANTE CORPS ESPRIT EST intéressée merci de me communiquer l’adresse où vous l’envoyer, je me ferai un plaisir de le faire.
Bien A Vous

Répondre
Capasso 12 juillet 2020 - 2 h 04 min

Bonjour,
Il me pousse au suicide et je cumule 4 depressions severes depuis 6 ans.
Aidez moi svp adressez moi votre livre

Répondre
Jacqueline 25 octobre 2018 - 9 h 10 min

Avoir le courage de fuir et demander surtout de l’aide car après une relation avec un pervers narcissique il ne reste qu’un grand vide. Seize mois depuis que je me suis éloignée de cet homme et j’ai l’impression d’avoir été dévorée de l’intérieur. J’ai essayé de comprendre et de donner du sens à cette histoire qui avait commencé comme un conte de fées mais le seul constat à ce jour c’est que je n’arrive plus à retrouver celle que j’étais avant cette relation.
De tout coeur avec ceux qui subissent un tel enfer…

Répondre
Cécile 25 octobre 2018 - 8 h 45 min

Bonjour, j’ai vécu (et je vis encore) la même chose. Heureusement, je suis en train de m’en sortir en divorçant. Mon mari se prend pour un guru, il est magnétiseur et se dit medium, c’est d’ailleurs ça qui nous a rapproché il y a 20 ans. Il m’a toujours dévalorisée, insultée, menti sans arrêt pour avoir raison, il m’a isolée progressivement. Le peu qu’il fait vaut toujours plus que tout ce que les autres font. Il a vécu à mes crochets depuis notre rencontre et maintenant, il veut de l’argent pour partir, il me culpabilise en me disant que je veux le jeter dehors, il dit que je suis fragile psychologiquement, que je perds la mémoire, que je suis bipolaire et a même demandé un bilan neuropsychiatrique et un IRM à la juge…un vrai manipulateur ! Toutes ses attaques ont laissé des traces en moi et je sais qu’il me faudra du temps pour me reconstruire. Si j’ai un conseil à donner, dès le début d’une relation, s’il y a irrespect, mensonges, manipulation, ne vous laissez pas faire et si ça ne change pas, partez même si c’est « l’homme de votre vie ». Surtout ne faites pas l’erreur de vous marier et d’avoir un enfant en pensant qu’il changera !

Répondre
MATHEVON Dominique 25 octobre 2018 - 8 h 38 min

Ouah, c’est une lettre sur les pervers qui « déchire » dans tous les sens du terme, et qui correspond en tous points tant à la description , que OUI aux 14 questions. Mon fils a vécu marié 8 ans avec une pervers narcissique, et à 10 000 kms de chez nous, et ce n’est pas les 2 fois par an que l’on se voyait, même si on avait remarqué des choses bizarres, on ne voulait pas s’immiscer dans leur vie de couple, et notre fils ne nous disait rien …. C’est quand ils sont rentrés en métropole avec leurs 2 enfants de 3 ans, en laissant derrière eux leur travail parce qu’elle n’en pouvait plus de vivre sur une île, d’ailleurs elle s’était brouillée avec toute sa famille que nous avons vu véritablement son caractère. Elle a bien « joué » en éloignant notre fils de ses parents, de sa soeur, de ses amis, qu’en fait ils vivaient en vase clos. Notre fils étant corvéable à merci, critiqué sur tout ce qu’il faisait ou disait, ça n’était jamais bien ou jamais assez. Pendant 3 ans ils ne nous ont pas parlé, les rares fois ou notre fils téléphonait c’était pour nous demander de faire un courrier d’excuse pour sa femme afin qu’elle nous reparle sinon elle ne ferait pas le 1er pas.
Nous avons toujours refusé de faire ce courrier pour la bonne raison que l’on n’avait pas d’excuse à lui faire . Au fil des mois notre fils est devenu l’ombre de lui même, à force d’être traité comme un moins que rien, il ne réagissait plus à rien, et comme il ne lui servait plus elle l’a jeté dehors avec ses fringues et quelques ustensiles de cuisine.
Et là il a repris contact avec nous ses parents et nous l’avons aidé à s’installer, mais pas trop loin car il y avait les enfants au début en garde alternée, et juste la veille de passer au tribunal pour divorcer elle a décidé qu’elle allait demander la garde totale, ce qui a été accordée par le Juge, pendant 2 ans elle a monté les enfants contre leur père, et j’en passe et des meilleures ……. Notre fils a obtenu depuis un peu plus d’un an la garde alternée, je ne vous dis pas dans quelle rage elle était….., mais elle se venge sur les enfants en les faisant souffrir psychologiquement par des choses horribles pour eux, les coups se voient sur un corps, mais va prouver un matraquage psychologique…, le petit garçon de 9 ans ne dit rien à part qu’il est toujours puni et qu’il veut vivre avec son père mais déjà au Juge il avait dit cela. La petite fille 9 ans commence depuis quelques mois à raconter à son père et à une psy ce qui se passe chez leur mère (à noter que notre fils a fait le 1er mars dernier un appel au 119, et qu’il y a toujours enquête des services sociaux à ce jour…), et qu’au retour des vacances d’été la petite fille a dit à son père qu’elle voulait vivre avec lui, le mois d’août avec leur mère a été très difficile pour eux.
Voilà on en est là, merci à vous de m’avoir donné la possibilité de raconter un peu cette triste histoire pour laquelle notre fils est encore psychologiquement très affecté, même s’il a refait sa vie et attendent un heureux événement pour début janvier., l’avenir nous dira le reste…..
Merci pour vos courriels qui sont riches en informations.
Cordialement.

Répondre
Moriconi 25 octobre 2018 - 8 h 38 min

Après avoir été témoin proche (mais non victime moi-même) des actes (et des dégâts) d’un pervers narcissique j’ajoute deux caractéristiques évoquées par M.F Hirigoyen :
1 le pervers narcissique a des problèmes avec l’argent
2 le pervers narcissique a des problèmes avec le sexe.

Répondre
Zoé 2 novembre 2019 - 15 h 31 min

Entièrement d’accord je vis avec un PN depuis 14 ans
J’ai tenté de partir à plusieurs reprises mais il a fait pression sur moi avec notre fille et avec l’argent
Aujourd’hui je suis prête à en finir et partir mais il me dit que je dois partir sans rien
Tout lui appartient selon lui (alors que j’ai quitté. Mon travail pour lui et que depuis 10 ans je travaille avec lui) nous avons capitalisé environ 400000€ ensemble mais il dit que je n’ai droit à rien
Pour le Sexe en effet il a de gros problèmes de comportement il essaie de me convaincre que nous devrions avoir des pratiques que je qualifie de perverses (a 3 et autres)
J’ai appris il y a peu que dans sa jeunesse il avait Violé sa sœur
Je suis choquée et écœurée de cet homme
Je ne l’aime plus depuis longtemps mais je me sens incapable de partir ma fille sous le bras et sans argent
Comment rester forte et digne …. je ne sais plus quoi faire

Répondre
Villain 25 octobre 2018 - 7 h 46 min

Je reconnais là mon chef de service… Dont j’ai été la victime pour l’avoir attaqué de face durant l’été 2017. J’ai travaillé sur moi. Mais je suis toujours atteinte et fragile. Pas encore libérée… Voir une Audi A3 noire (la sienne à ce moment) me tétanise. Voir une silhouette qui s’approche de la sienne merci. Pourtant il ne réside plus vers chez moi et a été viré du travail (satisfaction !)
Alors oui : attention danger extrême !

Répondre
Hibelot christelle 25 octobre 2018 - 7 h 25 min

Bonjour,
J’ai été victime d’un pervers narcissique mais j’ai une fille avec lui. J’ai vécu 7 ans avec lui et maintenant j’en suis libérée avec une contrainte quand même ma fille de 7ans.
Je reste très vigilante et ayant déjà subit une séparation avant avec un enfant je sais comment protéger au mieux. Mais c’est vrai qu’avec ce genre de personnage il est difficile de rester de marbre et de ne pas tomber il va changer pour sa fille. Je tiens à vous remercier pour votre article, il permet vivement de se remettre sur le droit chemin et de continuer cette phase de liberté et de mettre ce personnage complètement à part. Même si on a un enfant avec il faut à tout prix cloisonner et rester vigilant pour son enfant.
Voilà il faut fuir dénoncer de plus en plus ces personnes qui sont toxiques et peuvent vous amener à la rue en un rien de temps….

Répondre
Godard 25 octobre 2018 - 6 h 41 min

j’ai vécu 44 ans avec un pervers narcissique, tous les détails que vous citez lui correspondent à 100 %, il m’en a rendu malade, je ne pensais qu’au suicide, même avec nos propres enfants ils fallait qu’il rivalise.
Un conseil, n’espérez jamais qu’il change, partez au plus vite, ne faites pas comme moi.
Depuis que je l’ai quitté, j’arrive enfin à vivre!
Malgré les harcèlements, j’ai porté plainte à 8 reprises, il est enfin condamné à 3 mois de prison avec sursis, et obligation de se faire suivre par un psy.
Alors ne pas attendre dès la moindre menace portez plainte.
La vie est belle maintenant, faites comme moi, PARTEZ!!, courage.

Répondre
Bernard COTTAIS 25 octobre 2018 - 5 h 21 min

bonjour et merci pour votre article.
En effet, c’est ce que je viens de subir pendant 2 ans.
J’ai eu beaucoup de mal à fuir cette personne car on ne se supportait plus, mais elle me gardait en quelque sorte prisonnier.
Heureusement qu’un de mes enfants est venu me « délivrer » de ce monstre qui quand je suis parti, m’a jeté toutes mes affaires par terre.

Répondre
Sylvain 25 octobre 2018 - 4 h 15 min

Évidemment ! C’est un type de personnage que vous connaissez très bien !
Quand je lis vos messages et la façon de communiquer, ça ne m’étonne pas la connaissance que vous avez des pervers narcissiques.
En tout cas, beaucoup de vos lecteurs vous seront reconnaissants pour ce article qui est avant, un avertissement.

Répondre
Fourmanoir 25 octobre 2018 - 1 h 37 min

Victime d’une pervers narcissique, j’ai réussi à fuir, mais elle continue via des dettes de caf à me poursuivre puisque ces dettes sont mises ou du moins prélevées sur mes allocations d’handicaps. C’est désespérant de ne pas pouvoir démontrer à cette administration que je suis victime. Je paye sans relâche puisque nous avons été sur le même compte caf. Conciliateur, mediateur, aujourd’hui j’attends pour un avocat. C’est extrêmement dur de se faire entendre malgré u e plainte déposée pour violences conjugales…
Je ne sais plus comment faire pour avancer puisqu’à chaque fois autre chose arrive.
Cela fait 1 an et demi.
Je suis épuisée.

Répondre
laupin 25 octobre 2018 - 0 h 55 min

Bonsoir,
après lecture de votre message, je me pose une sacrée question: à savoir si une personne atteinte de ce que nous appellerons, c’est je pense le nom de cette maladie, une personne bipolaire mentale fait partie des personnes que vous citez? peut-être ne me suis-je pas très bien expliqué, mais j’espère que vous m’aurez compris, sachant que les personnes que je cite sont des personnes ‘ toxiques’ par définition.
Merci de votre réponse. Amicalement.

Répondre
Marie-Agnès Binet 24 octobre 2018 - 23 h 06 min

Bonsoir,
J’ai été victime d’un pervers narcissique. Pour m’en défaire cela a été difficile : c’est mon benjamin. Je sentais bien que quelque chose n’allait pas, qu’il est psychotique. Mais comment une mère peut-elle « abandonner » son enfant. Heureusement pour moi, ma mise à la retraite et la baisse de mes revenus m’ont obligée à partir de la région parisienne qu’il ne voulait quitter. J’ai mis 600Km entre lui et moi. Peu à peu mes deux autres enfants m’ont rejointe, ils ne supportaient plus l’attitude de leur frère. Entre invectives et fausses accusations, il a fait le vide autour de moi : mes frère et sœurs m’ont éjectée de la fratrie et cela avant même le décès de notre mère. Il a fini par rompre les liens et je n’ai plus de nouvelles de lui depuis deux ans. J’ai eu du mal à retomber sur mes pieds et ai, encore, des coups de blues. C’est difficile d' »ignorer » son enfant, même s’il est largement adulte. Quoiqu’il en soit, je suis beaucoup plus sereine et me porte beaucoup mieux, même si je n’ai pas encore perdu les kilos dans lesquels je m’étais enveloppée pour me protèger.

Répondre
Paris 24 octobre 2018 - 22 h 46 min

je vis avec un manipulateur ,je suis chez moi et n’arrive pas à le mettre dehors.
On est pas marié,il trouve toujours un échappatoire,insultes ,menace ,hurle .
Je ne réponds pas ,je m’en vais ou vais me coucher,là il revient à la charge.
Le lendemain il fait la vaisselle,reviens et essaye de me câliner,c’est infernale ,en plus il ment et invente des faits extraordinaires le concernant.
Que faire?Il se vante auprès des autres ,leur fait du charme,il change complétement

Répondre
LAIMENE 24 octobre 2018 - 22 h 45 min

BONSOIR
C EST TOUT A FAIT CA,
MERCI POUR VOS INFORMATIONS.
ELLES CONFIRMENT CE QUE J AI VECU ET MEME AU BOUT DE 35 ANS DIFFICILE D OUBLIER, J AI DE PLUS CONCU UNE FILLE AVEC LUI ET ELLE EN SUBIT LES CONSEQUENCES AVEC DES CAUCHEMARDS RECURENTS, IL A REUSSI A ME LA PRENDRE DE 6 A 11 ANS. PUIS L A MISE EN FOYER.
JE FAIS TOUT CE QUE JE PEUX POUR QU ELLE N EN SOUFFRE PAS PLUS…
JE SUIS RESTEE DEUX ANS AVEC CE PN ET J AI MA VIE DE GACHEE, JE NE VEUX PAS QUE MA FILLE CONTINUE DE SOUFFRIR A CAUSE DE LUI, ELLE EST D UNE EXTREME INTELLIGENCE ET AIME LES GENS MAIS NE PEUX CONSTRUIRE SA VIE.
ET POUR FINIR, JE L AI ENFIN COMPRIS SEULEMENT IL Y A 6 ANS,
IL CONTINUE DE L APPELER ET PLEURE CAR IL A UN CANCER ET SOUFFRE.
JE M EN DEBARASSE PETIT A PETIT AVEC L AIDE DE MON HYPNOTHERAPEUTE ET CA VA MIEUX. MAIS LES REVES ET LES PENSEES PERSISTENT,
C EST MERVEILLEUX D EN INFORMER LES PERSONNES CAR SI ON NE SAIT PAS QUE CA EXISTE ON NE COMPREND RIEN ET CHERCHONS A MOURIR.µ
MERCI MILLE FOIS

Répondre
LANGAGNE Betty 24 octobre 2018 - 22 h 27 min

Bonjour , j’ai eu le malheur de rencontrer ce genre de personne .Au début c’était quelqu’un de gentil , prévenant etc…et le jour ou je lui est annoncé que j’étais enceinte,il m’a répondu  » je suis content  » et la ,le masque est tombé , je ne vais pas raconté ma vie mais tout les caractéristiques nommés ci dessus sont exactement ce j’ai vécu avec ce genre de personnage . 7 ans de cauchemar et en plus c’était un voleur ,il y avait que le pognon qui conté .j ai eu le courage de le quitté malgré tout les menaces qu’il proféré.je suis parti a 800 km de lui et quand j avais mon fils pendant les petites vacances , deviné ? et oui , il était la !!
il a fait 800 bornes pour acheter une petite maison a 20 km de cher moi. voila je vais pas en dire plus , simplement que le l’ai quitté en 2005 .
Aujourd’hui , nous sommes en octobre 2018 . cela fait un ans que j ‘ai commencé a m’en remettre.
je sais que c’est une personne très toxique , et je le dit comme la dame ci dessus , il m indiffère totalement , je me sens supérieur a lui .
Et croyez moi , aujourd’hui , c’est une loque , il m’évite !
le seul conseille que je puisse donner , c’est de fuir au plus vite ces poisons .
Merci.
Betty

Répondre
Soulabaille 24 octobre 2018 - 21 h 19 min

Mon mari en est un mais forcément ne veut pas le reconnaître, j’ai répondu oui à 10 question, il me fait passer pour « une pauvre fille » et a toujours raison, sinon c’est de la faute à « pas de chance » je voudrais le quitter mais….. toute ma vie il n’y a eu que lui qui comptait et il me disait » dites nous ce que vous voulez, je vous apprendrai à vous en passer »…

Répondre
de Rumely 24 octobre 2018 - 21 h 10 min

Oui on a deux : mon mari et mon beau-frère ; ma soeur et moi sommes servies !
Chacune jugeant le sien pire que l’autre !
En fait, ils ne le sont pas autant que ce que vous décrivez ; mais ils nous tiennent ; par contre, nous avons malgré tout appris à les remettre à leurs places et tant pis si y’a des trucs qui volent …
Mais ma soeur a déjà appelé les flics chez elle à deux reprises ; mais elle l’Aime malgré tout…
Pour ma part, je pars régulièrement en vacances sans lui avec ou sans nos enfants et aussi avec des copines …

Répondre
Suzhen 24 octobre 2018 - 21 h 01 min

Sidérant! oui à toutes les questions… Mais hélas il s’agit de notre fille et se son compagnon. Parlent toujours de grands projets – fumeux – que nous devrions financer par un apport en capital et refusent d’occuper un emploi salarié. 5 enfants. Des années de galère… Un bourrage de crâne odieux pour les enfants qui vivent dans le discours – fortement assséné – selon lequel le monde serait dominé par des francs maçons et qu’il ne faut absolument pas entrer dans le système « travail – taxes ». En même temps, zèle religieux. Chantage sentimental à notre égard pour vivre en puisant dans nos économies… Oui nous nous sentons très mal, sommes écrasés et ne savons que faire… ne trouvant pas d’interlocuteur susceptible de nous aider à sortir de ce cauchemar…

Répondre
Bernhard 24 octobre 2018 - 20 h 38 min

Bonjour !
Mais c’est le portrait de Donald Trump que vous venez de faire !
Cordialement
BM

Répondre
sanchez alain 24 octobre 2018 - 20 h 36 min

Les personnes vivant avec ces malades peuvent engendrer des maladies neurodégénératives.

Répondre
Raffoux 24 octobre 2018 - 19 h 43 min

Bonjour,
Souvent quand on parle de prévers narcissique, on fait allusion à un homme.
Dans mon cas, ils agit d’une femme.

Répondre
Monique THONUS 24 octobre 2018 - 19 h 37 min

Bonsoir à tous, je fais partie de ces belles âmes qui ont été touchées par les pervers. Ma dernière rupture date d’il y a 14 mois. Je suis toujours en reconstruction. Aujourd’hui, je peux les remercier car ils m’ont montré que je peux me faire confiance, que je suis une personne merveilleuse… en toute modestie… Alors oui, même si de rencontre encore des
difficultés je me remercie tous les jours d’avoir eu le courage, la force, l’amour… pour le quitter de la même façon qu’il m’a traitée durant 5 ans… Je vous souhaite à tous tout le bonheur que vous méritez, le courage nécessaire pour avancer, pour vous reconstruire…Vous pouvez le faire… Recevez tout mon amour

Répondre
Faure Michèle 24 octobre 2018 - 19 h 28 min

Nous en avons un, c’est Macron

Répondre
Castel 24 octobre 2018 - 19 h 17 min

ma propre mère et mon ex mari que j’ai connu à l’âge de 15 ans il faut vraiment être nulle pour quitter sa mère pour vivre encore pire !!! Des années de mal etre jusqu’au jour où j’ai réalisé ( peut être avec un coup de trop …) des personnes qui savent tout sont au-dessus de tout ….
Mes enfants ( adultes) sont malheureusement sous l’emprise de leur père ne sont pas heureux voir perturbés n’en pas prise conscience …et moi je pleure toujours car ils ne réalisent pas encore ..ne l’écoute pas …..Que faire à part pleurer ?,

Répondre
CL 24 octobre 2018 - 19 h 09 min

Je vous remercie pour cet article très intéressant.
Merci d’avoir étudié la question. Vous avez eu l’excellente idée d’en parler aujourd’hui.

J’ai appris il y a peu l’existence du terme de « pervers narcissique » après avoir été victime de cet individu durant des années.
C’est un proche qui m’a apporté la définition en désignant cet individu de pervers narcissique !

J’ai immédiatement reconnu cet individu à travers vos phrases.

Il m’a fallu des années avant de pouvoir me libérer de l’emprise horrible qu’il exerçait sur moi.
J’ai même cru que j’allais en finir avec la vie …

Heureusement aujourd’hui, j’ai réussi à m’en sortir mais pas sans blessures et cicatrices psychologiques.
Cet individu laissera en moi de très grosses séquelles mais je m’efforce de ne plus y penser.

Fuyez au plus vite ce genre de monstres qui ravagent tout sur leur passage !

Répondre
MIGNOTTE 24 octobre 2018 - 19 h 08 min

Bonjour,
Je suis contente que des articles soient enfin consacrés à ce genre d’individu. Non pas qu’ils méritent que l’on parle d’eux, mais juste qu’ils permettent de sauvegarder des êtres dotés de qualités exceptionnelles qui s’étioleront au fil des années passées aux côtés d’un PN qui n’a qu’un seul but : vous détruire ! vous et votre descendance si vous avez fait l’erreur de lui en donner une. Ils sont insipides, malveillants, malhonnêtes, voleurs, menteurs……(j’arrête là, la liste serait trop longue). Mais ça, malheureusement on ne le découvre que trop tard.
Mon expérience a été de 27 ans, auprès d’un PN qui à mon avis mériterait d’être dans le livre des records.
Pour avoir fais 100 fois le tour de la question, le seul conseil qui me semble rationnel et salutaire pour votre santé mentale est : LA FUITE (intelligente et préméditée, mais la fuite quand même) et le NO-CONTACT. Le chemin sera long, couteux et douloureux, mais la reconstruction est possible. N’abdiquez pas devant de ce genre de spécimen, il en serait trop content et surtout arrêtez de croire qu’un jour il y a eut de l’amour. Il n’y en a jamais eut !!! et il n’y en aura jamais !!! Je sais, c’est dur à admettre, mais pourtant c’est la seule, triste vérité. La seule personne qu’il aime, c’est lui et lui seul !!!!

Répondre
CL 24 octobre 2018 - 19 h 07 min

Cette personne, que je cotoye professionnellement a créé un vide sidéral autour de moi.
Heureusement que mes activités associatives m’ont permis de prendre conscience de son action qui consiste à commenter et dénigrer tout ce que j’entreprends.
Ces deux dernières années ont été interminables et douloureuses à vivre

Répondre
RECH 24 octobre 2018 - 19 h 03 min

Bonsoir,
Merci pour toutes ces informations.
Votre aide est précieuse.

Bien sincèrement,
J.RECH

Répondre
Corbisier 24 octobre 2018 - 18 h 50 min

Fuir, fuir, … Ok, mais difficile à faire lorsque c’est votre fils qui est « pervers narcissique »
On parle souvent des compagnes, compagnons, parents pervers narcissiques mais jamais des enfants. Mon fils a 40 ans et nous mène la vie dure.

Répondre
Chantal 24 octobre 2018 - 18 h 35 min

Parce que nous avons répondu à ses appels à l’aide pendant des années pour elle et sa fille, nous voilà accusé des pires atrocités jamais imaginées. Nous qui a aider tous le monde autour de nous toutes notre vie. Maintenant qu’il était tant de penser à nous, voilà qu’il nous faut nos défendre d’accusations totalement fausses et ignobles. Ici ont dit : aide un cochon et il va chier sur ton perron. Désolé pour les gros mots.

Répondre
sabine reig 24 octobre 2018 - 18 h 23 min

et si c’était moi, le pervers narcissique? comment je fais pour me fuir?
plusieurs points correspondent: les 4 premiers sûrs mais pas le mensonge, mais la mémoire sélective oui, et les 3 suivants aussi, sauf la paranoia que je n’ai pas. c’est quand m^me pas loin. que faire docteur?

Répondre
Brunet Catherine 24 octobre 2018 - 17 h 55 min

Comment faire comprendre à mon frère qu’il est victime d’une manipulatrice perverse ? Elle l’a coupé de ses enfants, de sa famille et de ses amis mais lorsqu’on essaye de lui faire comprendre, il ne veut rien entendre. Même de ne plus voir ses enfants ne le fait pas réagir !
Sa fille a subi divers  » agressions » de la part de cette femme (elle lui a craché dessus, fait de l’intimidation etc…) mais mon frère préfere croire sa compagne que sa fille car forcément tout se passe lorsque mon frère n’est pas là ! On ne sait plus quoi faire. Merci de vos conseils.

Répondre
mercier 24 octobre 2018 - 17 h 35 min

bonjour
voila j ai rencontré un homme qui etait retraite d une banque on s est vu assez souvent mais lors de notre éeme rencontre arrivé chez lui il commençait a me trouver tous les défauts possible avait toujours une excuse pour ne pas se voir,il venait quand çà l arrangé lui puis ces mots ont commencés a etre plus fort meme mal elevé je me sentais vraiment coupable il trouvait toujours quelque chose pour me rabaisser il sort soi disant avec sa fille de 42ans et sa copine j essaye de couper tout mais il m interpelle a chaque fois qu il en a envie j ai énormément souffert j avais tous les défauts de la terre merci a vous

Répondre
justine 24 octobre 2018 - 17 h 28 min

ma belle-mère était ce genre de personnage, très imbue d’elle-même, égocentrique et d’une « supériorité  » écrasante.
depuis son décès, tout va mieux au sein de la famille

Répondre
aa 24 octobre 2018 - 17 h 23 min

Bonsoir,
Je vis depuis 38 ans avec un pervers narcissique. Je le sais maintenant depuis plusieurs années. J’ai ouvert les yeux, mais je n’arrive pas à sauter le pas pour m’enfuir. De ce fait, j’ai de l’hypertension, j’ai des attaques de paniques et des problèmes digestifs.

Répondre
marie-françoise bataille 24 octobre 2018 - 17 h 19 min

j’ai eu une relation amoureuse avec un homme dont je décelais quelques prémices de pervers narcissique (se sentir plus fort que tout le monde aucune empathie et dualité et aucun pardon envers ses proches mère et femme etc…) mais j’ai vécu vraiment le reste des caractéristiques depuis que je l’ai quitté – en fait il s’est lié d’amitié très forte avec une ancienne amie qui m’a tourné le dos lorsque je me suis fâchée avec cet homme – cette dernière passe son temps à débigrer les gens et à se moquer d’eux – elle est entourée de « lieutenants » qui lui doivent un merci car elle sait très bien rendre service opportunément – une question : comment se passe une relation d’amitié ou amoureuse entre deux pervers narcissiques ?

Répondre
Renard 24 octobre 2018 - 17 h 08 min

On en connaît tous un !! C’est le même pour tous les francais !! Et il s’appelle Macron !! Ce que vous décrivez c’est tout à fait lui !! Mais comment s’en débarrasser ?? 😡😡

Répondre
Baroni 24 octobre 2018 - 17 h 04 min

Je crois qu’il peut être toxique de proposer ce genre de réflexion TRES ciblée. Cela amène forcément la personne qui la lit à chercher qui pourrait bien être autour d’elle, ce pervers narcissique ? Alors que ça vie est plutôt cool ! Si c’est le cas, normalement il ne trouvera pas. Mais qui sait ? La question lui aura été posée… par lui même. D’où la trace.
Je pense que ce genre de réflexion doit être faite par une personne qui a désiré la faire, à priori.

Merci pour bien d’infos appréciées.
B. Christine

Répondre
doulut yolande 24 octobre 2018 - 17 h 01 min

bonjour,oui j’ai un pervers narcissique a la maison(mon époux)…je le reconnais dans tout ce que vous décrit! beaucoup de souffrance pour moi!!! envie de partir,mais pas les moyens financiers pour vivre seule retraite de 780 euros par mois il en fait sa force entre autre

Répondre
Olivier 24 octobre 2018 - 16 h 58 min

Merci pour ces précisions que j’aurais tant aimé trouver il y a 20 ans quand je me suis enfin séparé de ma compagne de l’époque. Il a fallu qu’elle m’amène au bord du suicide pour que je réalise que les 12 ans passés ensembles avaient été une horrible et longue destruction. Mais le pire n’est pas là, le pire était que nous avons eu des enfants ensemble. C’est d’ailleurs après la naissance de notre premier enfant qu’elle s’est révélée ! quand la nasse était scellée. Et je n’ai pas réussi à les sauver de leur mère avec laquelle ils ont maintenant coupé les ponts d’eux-mêmes pour les mêmes raisons que moi. Que de souffrance au milieu ! Et quel manque de soutien de la justice qu’elle réussissait à retourner contre moi !
Quand j’entends parler de la violence d’une manière exclusivement des hommes contre les femmes, je reste amer face à ces brutalités psychologiques subies pendant des années mais qui ne laissent pas de trace physique. Eut-il fallu se mutiler pour être reconnu ?
Bon courage à ceux et celles qui s’en sont sortis. Moi c’est d’en parler qui m’a sauvé et je n’ai cessé depuis d’ouvrir les yeux à ceux et celles que je voyais piégés.

Répondre
Challain 24 octobre 2018 - 16 h 45 min

Bonjour,

J’ai aussi été victime d’un profil comme celui décrit. Il correspond exactement à toutes les descriptions. Il était mon prof dans une école supérieure, entre ses mains reposait une partie de ma carrière (j’étais étudiant). J’ai mis 3 ans pour qu’enfin je fasse éclater la situation, je n’en pouvais plus. Ce fut très dur, mais maintenant j’y repense avec plus de sérénité.
Il se disait : modeste, victime mais au passage il dénigrait déloyalement ses concurrents, et peaufinait sa propre image. Il n’était absolument pas à l’écoute, était malhonnête malgré la morale qu’il faisait à tous bouts de champs.
Le jour où j’ai compris qu’il était malade : il m’arriva d’en savoir plus que lui dans un domaine, mais plutôt que de reconnaitre ce que je savais, il me fit comprendre que je ne savais rien puisque je n’avais pas terminé mes études, et en conclusion il s’appropria mes connaissances, m’attribua les choses fausses qu’il avait dites auparavant. Je le savais malhonnête (par exemple il donnait à ses préférés les « sujets » du concours d’entrée dans l’école sup 4 mois avant qu’ils ne sortent officiellement, ce qui avait déjà retardé mon entrée) mais qu’il puisse tenir un raisonnement aussi absurde, malhonnête et méprisant tout en conservant le plus grand sérieux me laissa pantois.

Je suis fier d’avoir fait éclater ça, car je n’étais pas le seul à souffrir. Par la même occasion j’ai changé de prof. Malgré cela il est toujours en poste et continu ses dégâts ; il manquait pourtant peu pour qu’il soit éjecté un bonne fois pour toutes, cependant j’ai été le seul à avoir le courage de l’affronter (ce qui fût d’autant plus difficile pour moi durant cette période).
Cette personne a détruit des gens, il m’a blessé profondément, mais j’en suis sorti par le haut. Je me sens libre et plus tiraillé par son influence.

Répondre
Victoria 24 octobre 2018 - 16 h 32 min

Merci , Merci, Merci,pour votre définition, ce très importent a s’avoir

je répondu OUI a tout vos questionnes,je ete en relation avec un personne comsa et je pouvez pas définir son caractère ,de ce manipulations, q.que années en se voit plus,je porte encore des traces de stress, de se mensonges . Merci ! Pour votre conseil.

Répondre
Diallo 24 octobre 2018 - 16 h 23 min

Bonjour,
Pour moi il est trop tard malheureusement
Car le mal est fait
Je voudrais juste maintenant
En guerire.

Répondre
Neve 24 octobre 2018 - 16 h 21 min

Bonjour,
Vos commentaires et surtout vos questions sont banales et ne reflètent pas le comportement réel d’un pervers narcissique manipulateur.
Vous cloisonnez tout, alors que justement aucune cloison n’existe pour pervers narcissique manipulateur.
Le comportement du PNM est justement en fonction des faiblesses de sa proie et ne peut donc être classifié avec autant de simplicité et de logique.
La question à se poser c’est :

1- Pourquoi moi ?
2- Que sont mes faiblesses ?
3- Pourquoi ces faiblesses ?
4- Pourquoi suis-je prête ou prêt à entrer dans la vie d’un PNM ?
5- Pourquoi il m’est si difficile de sortir de son emprise ?
La liste n’est pas exhaustive mais très simplifiée.
Ce que je veux dire en connaissance de cause, c’est qu’il faut se connaître soit même avant de jeter la pierre.
Cela n’excuse en rien un PNM mais aide à comprendre pourquoi cela m’arrive et à revoir sa propre personnalité et l’image transmise au PNM.
Il me semble bien plus constructif d’analyser sa propre vie et de chercher le pourquoi que de se considérer uniquement en victime.
Franchement, je trouve votre mail décevant et caricatural.
Vous vous exprimez platement avec des concepts basiques qui n’apportent aucune aide à une personne sous l’emprise d’un PNM et encore moins à une personne ayant fait le pas de se sortir des griffes d’un PNM.
Le travail pour s’en sortir est difficile et très douloureux. Une aide extérieure, une analyse avec un praticien expérimenté et compétant est indispensable pour sortir de l’engrenage et essayer de ne pas retomber dans les mêmes travers.
Lorsque je parle de praticiens, c’est un psychiatre qui vous aidera à faire une analyse comportementale sans essayer de vous droguer avec des saloperies médicamenteuses.
Voilà ! très très déçue par votre lettre vous ne faites que reproduire des textes et n’apportez aucune solutions pour aider les victimes.
Cordialement,

Répondre
aline 24 octobre 2018 - 16 h 12 min

oui j’ai été victime d’un pervers narcissique avec lequel j’ai vécu presque 2 ans ! Il m’a complètement démolie depuis 4 ans j’ai enfin réussi à surpasser cette épreuve après beaucoup de travail sur moi même

Répondre
van ecken 24 octobre 2018 - 15 h 43 min

Bonjour
Notre ex belle fille est une vraie perverse narcissique
malheureusement il y a deux petites filles.
Ma crainte de grand mère : j’ai peur qu’elle manipule les filles car à l’heure actuelle j’ai déjà des doutes vis à vis de ma petite de 4 ans.

Répondre
barlet 24 octobre 2018 - 15 h 32 min

Mon premier mari ètait un pervers n. De haut vol, heureusement, je suis partie avec mon fils (6 mois a l’époque ). Ça m’a laissé des cicatrices, même au bout de 40 ans. Dans ma vie, je les repère vite maintenant, il y en a beaucoup 😱😱😱

Répondre
D. BARRE 24 octobre 2018 - 15 h 24 min

Que faire si le manipulateur est votre propre enfant ou petit-enfant?

Répondre
Lalanne 24 octobre 2018 - 15 h 15 min

Bonjour !
Oui, hélas pour moi, j’ai vécu avec un pervers narcissique et je le retrouve dans toutes vos phrases.
C’est d’ailleurs pénible et stressant de se remémorer cette histoire. Mais cela soulage aussi de lire votre message, de savoir qu’on est compris, qu’on n’est qu’une victime et qu’il y a une porte de sortie.
La « sortie », ce n’est pas encore pour moi. Il reste une maison en commun, celle où je vis. J’ai déjà perdu beaucoup d’argent à cause de lui, et je vais encore en perdre. Il a la loi pour lui parce que je lui ai fait confiance. On appelle ça de l’abus de faiblesse (l’amour est une faiblesse quand on « tombe » sur un pervers). Et la loi ne protège en aucun cas les victimes des pervers. Ce qui fait qu’en gagnant à chaque fois, en étant soutenus par la loi, cela les conforte dans leur comportement. Evidemment, d’un autre côté, il y a perdu l’estime de son père, et notre fille n’a gardé que très peu de contacts avec lui et ne le voit que par hasard.
Avoir une relation avec un pervers narcissique, c’est toujours long et douloureux. On y laisse forcément des « plumes », matérielles et psychologiques.
J’ai appris à me méfier. Parfois, je me demande si je ne vais pas devenir paranoïaque, mais je me rends bien compte que non, je ne fais que me protéger. Et parfois, il s’avère que j’ai bien fait de me méfier. J’ai donc progressé.

Répondre
Martinez 24 octobre 2018 - 15 h 07 min

Oui j’ai connu ce type de personne profondément toxique pour sa famille et son entourage. Le meilleur conseil à appliquer c’est de s’en éloigner le plus possible et au plus vite car après avoir essayé de lui venir en aide, à mes frais, cela s’est mal terminé. N’ayez aucun regret car le pervers narcissique n’en a pas.

Répondre
Duriau 24 octobre 2018 - 15 h 02 min

OH QUE OUI !!!!je reconnais cette personne qui n »est ni plus ni moins que mon mari !!!! Fuir je ne sais pas tout simplement qu »avec 450€ de retraite je ne peux pas vivre ET IL LE SAIT ! Je suis confrontée à ça tous les jours , je me retrouve seule ,tout le monde a déserté la maison , il en est même à me faire penser que je me dirige vers l » alzheïmer !!!!! Oui j »ai des pertes de mémoire mais je dois tellement penser à tout ce que je dois faire , en plus il a fait 2 a v c et a la maladie de parkinson ça aussi il fait exprès de se reposer sur moi , je l »ai baptisé MONSIIEUR MOI JE !!!!!! Mes mails sont surveillés ( nous avons la même box ) c »est lui qui gère ! J »ai ajouté un mail privé pour être plus tranquille mais je ne sais par quel lien il a eu mon mot de passe ! Si je pouvais avoir une amie ça me chagerait les idées !

Répondre
Dupuy 24 octobre 2018 - 14 h 53 min

J’ai été mariée à un pervers narcissique pendant 20 ans pour lui j’étais la nullité la plus complète nous étions restaurateurs quand j’ai demandé le divorce nous avions un fils de 14 ans il m’à dit si tu divorce toi et ta famille vous ne le verrez plus je pensais pas cela possible il lui a promis monts et merveilles endoctriné à son tour nous ne l’avons plus jamais revu à 43 ans célibataire il vit toujours chez son père

Répondre
Alexandre Béatrice 24 octobre 2018 - 14 h 45 min

oui , par deux fois, de la part d’un supérieur hiérarchique. l horreur !
un proverbe japonais dit : » c’est le clou qui dépasse qui prend le coup de marteau » ,j’étais plus diplômée et plus compétente…et j’ai pris le coup sur le crâne
après mon départ de l’entreprise ce sont d’autres qui ont pris le relais…les pervers nous mettent en doute ( je me trompe , je n’ai pas le droit de penser ça de lui , il (elle) a peut être raison ;;;etc)
et pourtant je suis psychologue clinicienne et psychanalyste…eh oui!

Répondre
Pauty 24 octobre 2018 - 14 h 25 min

Le père de mon fils est un pervers narcissique caractérisé; il n’est pas loin du psychopathe. Je l’ai mis à distance. Mais que faire pour mon fils de 34 ans ? je ne peux pas lui dire une chose pareille!

Répondre
M. Grégoire 24 octobre 2018 - 14 h 24 min

Merci pour cet article excellent, très clair.
J’y ai reconnu ma mère… quelle tristesse!
Bien qu’elle soit morte depuis plus de deux ans, je suis encore hantée par tous ces affreux moments avec elle.
Je dois encore « travailler » cela en psychothérapie.
Tous les thérapeutes que j’ai vus m’ont conseillé de fuir mais comment fuir une mère malade qui n’a que vous?
Je me suis occupée d’elle jusqu’au bout un peu par amour-eh oui- et beaucoup par devoir.
Maintenant j’essaie de comprendre et d’accepter ce qui a été, seul moyen je crois pour m’en libérer.

Répondre
Cécile 24 octobre 2018 - 14 h 22 min

Bonjour,

Pour avoir été moi-même victime d’un pervers narcissique étant plus jeune, je tenais à vous féliciter pour la qualité de votre enquête… c’est tout à fait ça !

Dans l’expérience que j’ai vécue, deux points m’ont sauvée (je ne prendrai pas la peine de présenter ce personnage, la description que vous faites du PN lui colle parfaitement) :
Le 1er point, c’est que nous étions très jeunes tous les deux (la vingtaine), mais fiancés et avec des projets d’avenir une fois mes études terminées (mariage, enfants…). Bien qu’il n’y ait pas d’âge pour être un pervers narcissique, une chose est certaine, c’est que plus le bourreau est âgé, plus il a des heures de vol et donc d’expérience en la matière !
Le 2ème point, c’est qu’une fois mes études touchant à leur terme et l’échéance d’une vie à deux se profilant, son instabilité (Cf. question N°8 à se poser dans votre lettre) s’est manifestée et c’est lui qui m’a quittée. En effet, c’est une personne qui, de façon récurrente, faisait des « crises » tous les trois ans environ. Mais s’apercevant de son « erreur », il est revenu vers moi…
Voici donc une précision que je souhaiterais apporter : que ce soit la victime qui ouvre les yeux et quitte son pervers ou bien qu’il s’agisse du PN qui tente un coup de bluff (car oui une pseudo rupture avec un retour vers sa victime n’est ni plus ni moins qu’une manipulation supplémentaire pour rendre la victime encore plus dépendante), le pervers narcissique ne lâche pas si vite le morceau et ne laisse pas facilement sa proie sortir de ses griffes !
Pour ma part ce qui m’a permis de m’en sortir est, je crois, un certain instinct de survie (ou un sursaut d’orgueil, appelez cela comme vous le voulez)… En effet, cet homme m’a quittée alors que j’étais à trois semaines de mes examens et est revenu vers moi juste une semaine avant (ce qui m’a laissée deux semaines KO). Je ne parlais plus, ne mangeais que le strict nécessaire, et me suis enfermée, « murée » selon mes parents, dans le silence et les révisions. Et lorsqu’il m’a recontactée, j’étais un peu comme dans une bulle. Il m’avait asséné un coup tellement fort, que le deuxième m’a semblé plus faible. Son prétexte pour me quitter à nouveau : je ne l’ai pas accueilli à bras ouverts… à cause de mes révisions. Pourtant, lorsqu’on dit aimer quelqu’un, on ne souhaite que sa réussite..
Voyez donc là l’absurdité de la chose et la culpabilisation dont est capable un PN (il n’en était d’ailleurs pas à son coup d’essai me concernant car le propre du PN est de littéralement casser sa victime pour la manipuler, la posséder).

Bien-sûr, il m’avait coupée de mes amis, à l’exception de deux; il n’y avait que ses amis qui comptaient. Heureusement pour moi, les quelques personnes qui me restaient ont été d’un soutien sans faille, m’ont aidée, changé les idées…

J’ai découvert par la suite tous ses mensonges, car le PN est tout… sauf courageux ! Il m’a quittée au final pour une autre victime et comme il faut toujours croire en la roue qui tourne, il s’est avéré que c’est elle qui l’a quitté ensuite…

En outre, il est juste qu’un PN est rancunier car le mien m’a créé divers ennuis qui m’ont poussé à porter plainte, malheureusement contre X, faute de preuves. Et quelques années plus tard, il s’en est pris à celui qui allait devenir mon époux. Mais là encore, pas suffisamment de preuves, seulement j’ai reconnu la griffe…

Alors, oui, si j’ai un seul conseil à donner, fuyez et surtout coupez tout contact ! N’acceptez jamais de relance, de discussion, de réconciliation, de proposition d’amitié car tout cela n’est que vil tentative pour vous garder prisonnier(e). Et même si l’amour rend aveugle, essayer d’écouter les personnes qui ont percé à jour ce PN qui vous torture…

Je terminerai en témoignant simplement du point de vue des symptômes éprouvés (Cf. question N°6) : j’étais en permanence épuisée (à 20 ans), j’avais pris 4 kg (logique quand on est en stress, la flore intestinale se voit perturbée et tout se détraque), des migraines atroces à me taper la tête contre les murs, les nerfs à fleur de peau (je ne me reconnaissais plus moi-même).
Après m’être libérée de lui, j’ai eu la chance de rencontrer un formidable homéopathe-ostéopathe qui m’a aidée à me remettre d’aplomb…

Le PN n’est pas un mythe, si vous en êtes victime n’ayez pas honte et surtout gardez à l’esprit que s’il cherche à vous détruire c’est que vous êtes mieux que lui… ou elle… et qu’ainsi il se valorise.

Répondre
ISABELLE 24 octobre 2018 - 14 h 07 min

Que faire lorsqu’il s’agit de son fils unique ?

Répondre
suzanne o'meara 24 octobre 2018 - 14 h 01 min

oui je suis victime de cette form d’abus & d’autres psycho abuses divers etc ; & de haute psycho abuses & ‘blood- libel’ extreme ; & donc le corps devien malade ou faible or pas de circulation , pas de geometrie , quelques peices du corps ont ete vole, decoupe,deperir , & sur le niveau cosmic , sur l’esprit & elements & cosmique ………je ne parle pas francais beaucoup , seulement quelques mots. je suis en ville du casp en afrique du sud. j’aimes la sante naturelle & spirituelle , ;les animaux, la nature , l’immortalite , exercises des yeux, exercises , yoga etc.je ne peux pas trouver un propre guerisdseur pour moi meme ou pour mes amies animaux etc . les autorites ne arrete pas l’abus cette abus , c’est le nouveau abus permette & ils ne vais pas l’arrete dans le futur , c’est le sport tuer legal ………..dans ma ville at pays , les abnimaux souffrent beaucoup ,ils ne puevent pas mourir , pas de mourir sacre ………abus pendant mourir …….

Répondre
Pat 24 octobre 2018 - 14 h 00 min

Super article qui finalement ouvre bien les yeux sur ce l’on a déjà rencontré. Mais au fait, une question n’est pas évoquée : comment devient-on pervers narcissique ? Il serait intéressant d’en savoir plus sur le sujet.
Merci c’était très instructif.

Répondre
Raymond MESTRE 24 octobre 2018 - 13 h 51 min

Bonjour
Moi j’ai un fils qui a 42 ans qui vit avec moi célibataire reste enfermer dans sa chambre qui ne sort jamais seulement pour regarder la TV la nuit lorsque je vais me coucher pour regarder des films porno homo et aussi dans la journée dans sa chambre. il a fait plusieurs séances à l’asile mais refuse de prendre ses médicaments ou piqûres
Il ne veut voir personne il a fait un trait de sa mère frère et soeur. Moi il ne me parle pas il m’angoisse de le voir dans cet état nous sommes colocataires.Je ne sais pas quoi faire il n’est pas une menace pour autrui

Répondre
GENEVIEVE GUENON 24 octobre 2018 - 13 h 50 min

La description que vous faite est exactement celle de mon gendre. Il a fini par détruire ma fille après l’avoir exploitée(travail, sécurité sociale, enfants) puis l’a dégradée en tant que mère et femme. Il lui a fait admettre qu’il avait droit d’aller voir ailleurs vue qu’elle ne le rendait pas heureux. Il lui a fait couper les ponts avec sa famille(sœurs et tantes et cousins) en faisant du chantage aux enfants. Il est sur des réseaux sociaux où il dit qu’il a du l’éloigner de ses enfants par sécurité. Je n’ai pas plus de nouvelles depuis 10 ans. Je ne sais pas comment sauver ma fille et ses enfants. Il n’a jamais travaillé et a crée le site Humanite en convaincrant des personnes de son entourage(qui se sont retirées depuis) Pour moi, c’est un gourou qui se dit théologien. Je ne peux rien faire car il y a 10 ans,il a porté plainte pour diffamation contre moi. (sans suite) Voilà, je voudrait bien qu’il paie, mais il a des alliés dans toutes les professions. Je suis impuissante.

Répondre
Patrick Le Doeuff 24 octobre 2018 - 13 h 49 min

Bonjour,
J’ai très souvent reçu en consultation psychothérapique des victimes de ces pervers. J’ajouterais ceci :
– Etant donné qu’ils sont narcissiques, leurs victimes sont des personnes qui ont un intérêt pour eux. Ce ne sont pas des personnes que ne leur apportent aucun faire valoir que ces malades choisissent. Il faut que les victimes aient de la valeur, un potentiel à leurs yeux.
– Ce sont des gens qui ont besoin de paraître de se monter, de s’exhiber même. Un autre point souvent présents dans leurs relations, occuper un poste dans le social, les associations, qui les valorisent. On peut donc les trouver à des postes clé où on va pouvoir les admirer, leur dire merci, et eux toujours modestes répondront que cela n’est rien pour encore mieux briller par leur modestie !

Répondre
clavery 24 octobre 2018 - 13 h 46 min

comment partir en sachant que l on a des biens en commun .comment agir ?

Répondre
Prévost 24 octobre 2018 - 13 h 43 min

quelle est l’origine de cette maladie? Un trauma ou un gêne?

Répondre
DAUVERGNE 24 octobre 2018 - 13 h 34 min

Certes, il faut fuir. Mais il peut continuer ses malversations à travers ses enfants (7 et 8 ans) dont il a le droit de visite et d’hébergement. Ce n’est pas facile à gérer. Ma fille était PACSE avec ce genre d’énergumène pendant 12 ans et il la détruisait au fil du temps. Et évidemment, elle en était très amoureuse et tout le « mal » venait d’elle. C’est à la naissance de son premier enfant qu’elle a pris conscience de ce qu’il était réellement.

Répondre
Perez 24 octobre 2018 - 13 h 29 min

Oui , j’ étais sous l’emprise d’un pervers pendant 24 ans, j’ 46 ans et deux enfants avec cet homme, dont un petit de 8 ans et un de 21ans.
Je suis tombée en burnout en 2014 suite à ma responsable régionale et sans soutien de mon mari.
Puis en dépression sévère, j’ ai consulté un psychiatre et ai éprouvé le besoin d’ecrire pendant 2 ans pour tenter de comprendre à côté de quoi je suis passée pour être devenue plus que triste et sans force.
J’ ai donc fini par comprendre le mal psychologique que me faisait mon mari.
Nous sommes en instance de divorce, c’ est très difficile mes enfants ne veulent plus voir leur père, mon mari me fait culpabiliser et sans se remettre lui même en question de tout ses mensonges et de sa méchanceté.
J’aurai tellement à dire moi qui étais si forte.

Répondre
Christine 24 octobre 2018 - 13 h 21 min

Et oui, j en ai épousé un, des années avant de m en libérer, exsangue et déprimée parce que j ai pensé que cela s arrangerait si je faisais dans son sens et que je le changerai… NON VOUS NE LE CHANGEREZ PAS et cela sera pire au fil du temps, ils savent exploiter les failles et les faiblesses des autres… il faut FUIR, ne pas attendre d être au bout du rouleau, à hôpital ou au cimetière. ..
Le plus dur c est pour les enfants car cet individu reste leur père et ils ne veulent pas, ils ne peuvent pas voir le personnage dans toute sa noirceur et, même quand ils sont adultes, ils se font plus ou moins manipuler à leur tour .. qu’ y faire quand ils ne veulent rien entendre sous prétexte de rester neutres ? Si quelqu un a des pistes …

Répondre
Marie 24 octobre 2018 - 13 h 19 min

J’ai vécu 16 ans avec un pervers narcissique. Il est presque parvenu à me détruire. Je pense que mon éducation et mon passé ont fait que je n’ai rien vu venir ! Pendant des années, j’ai été compatissante car je pensais qu’à force d’amour, il pourrait changer, ce qui est impossible de la part d’un PN. J’ai perdu toute estime de moi-même ( Elle n’était déjà sûrement pas très haute avant notre rencontre !). Je me disais que je ne trouverais personne de bien, que je n’attirais que des gens malveillants. C’est lorsque j’ai vu mon fils en grande souffrance que j’ai décidé de quitter son père. C’est la meilleure décision que j’ai prise dans ma vie. Ma santé physique et mentale est meilleure mais les dégâts sont là. Je pense que fuir le PN est indispensable mais cela n’est pas suffisant, il faut aussi se faire aider par des personnes spécialisées dans l’aide aux victimes de PN. En effet, il est important de rechercher pourquoi on a attiré de telles personnes et comment se réparer pour ne plus en attirer. Je suis toujours en thérapie mais j’avance et je vais de mieux en mieux même si ce n’est pas facile tous les jours.

Marie

Répondre
Patrick NOUREL 24 octobre 2018 - 13 h 16 min

La description du PNM est faite au masculin. Mais les perverses narcissiques manipulatrices sont légion aussi, cachées sous une apparente fragilité féminine, sous des très beaux masques sociaux et religieux. N’hésitez pas à transcrire cette lecture au féminin, si vous n’avez pas encore compris, si le doute vous titille. J’ai finalement identifié la mienne de PNM, après 2 décennies de doute constant. Réveillez vous et lisez sur le sujet: c’est salvateur!…

Répondre

Laissez un commentaire