Vous avez du cholestérol ? Bonne nouvelle !

Comment réagiriez-vous, si je vous disais :

– Qu’avoir du cholestérol n’est pas le signe d’une crise cardiaque annoncée ; jusqu’à 4 grammes, ce n’est absolument pas une épée de Damoclès qui menace votre vie ;

– Que des millions de personnes prennent donc inutilement des médicaments visant à faire baisser leur cholestérol, avec les graves effets indésirables qui vont avec.

Je suis sûr que vous auriez du mal à le croire.

Et c’est logique, puisque cela fait des années qu’on vous dit partout, dans les médias et chez votre médecin, que le cholestérol est mauvais pour vos artères.

Et pourtant, la vérité est tout autre, comme vous allez le voir.

Moi le premier, j’ai mis du temps à l’admettre. J’avoue qu’il m’était difficile d’imaginer qu’une désinformation aussi énorme soit encore possible aujourd’hui, au 21ème siècle.

J’avais beau connaître le pouvoir d’influence de l’industrie pharmaceutique, et savoir qu’elle gagne chaque année des dizaines de milliards d’euros grâce à ses médicaments « anti-cholestérol », je restais sceptique.

Mais lorsque l’on fait des recherches approfondies, avec les meilleurs experts indépendants, on change rapidement d’avis.

Et je vous rassure : il n’y a pas besoin d’être un expert en biochimie pour comprendre à quel point la théorie du « mauvais cholestérol » est bancale.

Des chercheurs et des médecins courageux en ont fait la démonstration complète. C’est le cas notamment du Dr Michel de Lorgeril et du Pr Philippe Even, et je vous encourage vivement à lire leurs livres si vous avez du cholestérol. [1]

Mais je voudrais ici vous donner quelques faits, qui ne sont contestés par personne, et qui devraient suffire à vous faire douter sérieusement de la « théorie officielle ».

Les chiffres qu’on vous a cachés pendant 40 ans

Cela commence par les résultats étonnants d’une grande étude réalisée dans les années 1970, à l’époque où le cholestérol a commencé à être accusé de tous les maux.

Étrangement, les résultats de cette étude ont été cachés, censurés pendant 40 ans. Mais ils viennent enfin d’être publiés, le 12 avril 2016, dans le British Medical Journal, une revue de référence. [2]

Vous allez vite comprendre pourquoi cette étude ne plaisait pas à tout le monde…

Pendant plusieurs années, des chercheurs ont suivi 9 400 patients vivant en institution (hôpital ou maison de retraite). Cela leur a permis de contrôler leurs repas avec une précision d’horloger, et de leur faire régulièrement des prises de sang.

Deux groupes ont été formés : le premier devait suivre le régime classique de l’époque, riche en graisses animales (beurre, en particulier). Le second, lui, s’est vu imposer un régime pauvre en graisses animales, mais enrichi en huile de maïs.

La théorie de l’époque était que les graisses animales (dites « saturées ») causaient du cholestérol et bouchaient les artères. A l’inverse, les graisses dites poly ou mono-insaturées comme l’huile de maïs ou de tournesol étaient censées être bonnes pour le cœur.

De façon attendue, les patients du groupe « huile de maïs » ont vu leur taux de cholestérol diminuer, contrairement à ceux du groupe « graisse animale ».

Le « petit » problème était que, malgré cette baisse de leur cholestérol, ils ont subi 2 fois plus de crises cardiaques que les autres (41 % contre 21 % parmi les décédés). Et chez les plus de 65 ans, le groupe « huile de maïs » a de surcroît connu 15 % de morts en plus !

Encore plus marquant : plus leur cholestérol avait baissé, plus leur mortalité était élevée. D’après l’analyse statistique, chaque baisse de 0,3 points de leur cholestérol total augmentait le risque de mourir de 22 %.

Quand un médicament « hyper efficace » est abandonné en rase campagne

Un autre événement récent a violemment contredit la théorie « officielle », celle qui vous dit qu’il y a un « bon » et un « mauvais » cholestérol.

Tout est parti de la découverte d’une nouvelle molécule anti-cholestérol très puissante, l’evacetrapib, fabriqué par le laboratoire pharmaceutique Eli Lilly.

Les effets de cette molécule sont assez incroyables : elle parvient à augmenter drastiquement le « bon cholestérol » (HDL) de 130 %, tout en diminuant le « mauvais » (LDL), de 37 %.

Voilà qui aurait dû diminuer efficacement le nombre d’accidents cardiaques, n’est-ce pas ?

Eh bien pas du tout. Les résultats sont tombés le 3 avril 2016 : les patients qui ont avalé cette pilule n’ont pas eu moins d’accidents cardiaques que ceux qui ont pris un simple placebo. [3]

Le responsable de l’étude, le docteur Stephen Nicholls, a avoué son malaise : « nous avions un médicament qui semblait agir sur tout ce qu’il fallait ; comment un traitement qui diminue quelque chose identifié comme délétère ne peut entraîner aucun bénéfice ?  » [4]

Ces résultats étaient tellement gênants pour la « théorie officielle » que l’étude a été interrompue en cours de route. Et le laboratoire pharmaceutique a annoncé qu’il abandonnait totalement les recherches sur cette « pilule miracle ».

Il était temps d’arrêter les frais, en effet : car c’est au moins la 5ème étude qui montre qu’il n’y a aucun intérêt à augmenter artificiellement le « bon cholestérol » (HDL). [5]

Quant au « mauvais cholestérol » (LDL), il suffit d’aller au Japon pour comprendre qu’il n’a rien de mauvais en soi.

Les Japonais ont du cholestérol et se portent bien, merci

On sait depuis les années 1970 que certains peuples ont peu d’accidents cardiaques malgré un cholestérol élevé. C’est le cas en particulier des Inuits du Groenland, dont le régime traditionnel était très riche en graisses animales (phoque, renne, …).

Mais la façon de vivre des Inuits était tellement éloignée du monde occidental qu’on n’y a pas prêté grande attention.

Le Japon, en revanche, est un cas d’école frappant.

Au début des années 1980, ce pays était cité comme la meilleure illustration de la validité de la « théorie du cholestérol ». Regardez comme leur cholestérol est bas, nous disait-on… Voilà pourquoi ils ont aussi peu de maladies cardiaques !

Sauf qu’entre-temps, le taux de cholestérol au Japon a nettement augmenté et rattrapé celui des pays occidentaux. Ils devraient donc avoir connu une nette augmentation des maladies cardio-vasculaires, n’est-ce pas ?

Pas du tout. Ils ont même moins de maladies du cœur qu’avant ! Et au total, ils en ont 3 à 4 fois moins que dans les pays occidentaux ! [6]

Encore plus troublant : des données récentes montrent que les Japonais vivent d’autant plus longtemps que leur « mauvais » cholestérol (LDL) est élevé. [7]

Voilà encore un fait « inexplicable » si l’on en croit la théorie officielle. Mais ce n’est pas le seul :

Trois faits chiffrés qui démontent la « théorie officielle » du cholestérol

Voici trois autres faits peu connus sur le cholestérol. Ils ne sont contestés par personne, mais on se garde bien de les crier sur les toits.

Fait n°1 : avoir trop peu de cholestérol est dangereux.

Il est parfaitement admis dans le monde médical qu’un taux de cholestérol insuffisant est très problématique.

Les enfants qui naissent carencés en cholestérol ont des retards cognitifs, des troubles de l’immunité et des problèmes digestifs. Quand on leur donne du cholestérol, leur état général s’améliore.

De façon générale, on a observé qu’un taux de cholestérol bas (inférieur à 1,6 g) est associé statistiquement à un risque plus élevé d’hémorragies cérébrales et de cancers. [8]

Fait n°2 : les patients hospitalisés pour un problème cardiaque n’ont pas un cholestérol élevé

C’est une grande étude de 2009 qui a révélé le pot aux roses.

Quand les chercheurs ont examiné les taux de cholestérol de 232 000 patients hospitalisés pour une pathologie du cœur, ils se sont aperçus que leur taux de « mauvais » cholestérol (LDL) était… parfaitement dans la norme (1,05 g) ! [9]

Et ce n’est pas expliqué par le fait qu’ils prennent des médicaments anti-cholestérol : seuls 20 % d’entre eux étaient sous statine.

Ces résultats ont été confirmés depuis . Pire : parmi les patients hospitalisés après un infarctus, ce sont même ceux qui avait un taux de LDL le plus abaissé (inférieur à 0,77) qui avaient le plus de risques de mourir ! [10]

Fait n°3 : avoir du cholestérol protège les seniors contre le cancer et d’autres maladies

Les études sont formelles : chez les plus de 85 ans, ceux qui ont davantage de cholestérol vivent plus longtemps, notamment parce qu’ils sont mieux protégés des cancers et des infections. [11]

Tous ces faits, mis bout à bout, torpillent la « théorie officielle » du cholestérol.

Elle reste dominante car cela prend toujours énormément de temps avant que des autorités officielles ne reconnaissent qu’elles se sont massivement et gravement trompées.

Mais quand on regarde bien, on perçoit déjà les prémisses de la débandade annoncée.

Retournements de veste dans tous les sens

Le premier coup de tonnerre est venu de l’Association Américaine de Cardiologie (American Heart Association).

En 2013, elle a laissé entendre qu’il était inutile de fixer des objectifs de réduction du taux de cholestérol. Pour les cardiologues américains, l’important est de prendre son médicament anti-cholestérol (les statines), pas de chercher à atteindre un taux particulier de cholestérol.

Autrement dit, ils commencent à battre en retraite… Il était difficile de continuer à défendre la « théorie du cholestérol », mais il fallait encore essayer de sauver le « soldat statines », qui rapporte tant d’argent à l’industrie pharmaceutique.

En février 2015, c’est au tour de l’un des plus éminents défenseurs de ces médicaments (statines), Sir Rory Collins, de jeter un pavé dans la mare. Plutôt un rocher, même.

Sir Collins est à la tête de deux consortiums de recherche privés (financés en partie par l’industrie pharmaceutique), qui ont produit une grande partie des études concernant ces médicaments anti-cholestérol depuis 20 ans.

Or ce « pape des statines » a reconnu benoîtement que lui et ses groupes de recherche n’avaient jamais étudié sérieusement les effets secondaires des statines !

Pourquoi ? Parce que, a-t-il avoué, sa conviction que les statines sauvaient des vies était telle qu’il voulait éviter d’inquiéter les patients en dévoilant leurs effets toxiques.

Voilà qui est extraordinaire ! Et qui montre à quel point il ne faut jamais faire une confiance aveugle aux études financées par l’industrie pharmaceutiques, ni aux experts ayant des liens d’intérêt avec elle.

Car en réalité, on commence à bien connaître les effets délétères des statines : douleurs musculaires, diabète, cancer, démences séniles, etc. Il faudra des années pour identifier précisément l’ampleur du désastre, mais si vous-même prenez des statines, lisez vite L’horrible vérité sur les médicaments anti-cholestérol, du Dr Michel de Lorgeril.

Dernier acte : en janvier 2016, le secrétaire d’État à la santé américain a reconnu qu’il était inutile de limiter sa consommation d’aliments riches en cholestérol.

Pendant des années, les autorités américaines ont recommandé de limiter sa consommation de cholestérol alimentaire, diabolisant au passage de merveilleux aliments comme les œufs.

C’est désormais fini, et c’est un clou supplémentaire sur le cercueil de la grande théorie du méchant cholestérol.

Que faire si vous avez du cholestérol

Au total, il n’est pas surprenant de voir qu’une substance aussi vitale pour la santé de chacune de nos cellules ne peut pas être une cause directe des maladies cardiaques.

« Vouloir comprendre et régler ces problèmes par la mesure d’un simple paramètre sanguin comme la concentration du cholestérol, puis par la prescription d’un médicament qui le diminue, relève d’un simplisme déconcertant », résume le Dr de Lorgeril.

Cela ne veut pas dire que le cholestérol ne peut jamais être nocif, évidemment.

Tout dans la nature est problématique en excès. C’est pourquoi ceux qui ont une « hypercholestérolémie familiale » notamment, doivent être suivis médicalement.

Mais notez bien que c’est une maladie génétique rare, qui donne des taux de cholestérol très supérieurs à la norme (plus de 4 g/L, là où la moyenne est de 2).

Cela veut dire que pour 99,9 % de la population, le taux de cholestérol est tout sauf un indicateur fiable de la santé vasculaire.

Avoir un peu de cholestérol est même plutôt une bonne nouvelle, car c’est un facteur protecteur de nombreuses maladies (cancer, infections, Alzheimer, diabète).

Parlez-en à votre médecin, voyez avec lui comment éviter de prendre des médicaments sur la seule base de vos de taux cholestérol, HDL ou LDL.

Surveillez plutôt votre mode de vie et votre alimentation. Surtout, agissez : arrêtez de fumer, protégez-vous du stress et faites davantage d’activité physique.

Je reviendrai en détail sur ce que vous devez vraiment regarder dans vos analyses sanguines… et sur les habitudes de vie qui protègent votre cœur, sans médicament.

D’ici là, méfiez-vous de la désinformation médicale sur ce sujet et…

P.S. : Figurez-vous qu’il y a quelques jours seulement, fin juin, une nouvelle étude est venue enterrer pour de bon la théorie du « mauvais cholestérol ».

Elle vient tout juste d’être publiée dans l’une des plus prestigieuses revues médicales au monde, le British Medical Journal (excusez du peu !). [12]

Les chercheurs ont étudié 30 cohortes de patients, représentant au total 68 000 personnes. Et leur conclusion est sans appel :

– Dans la moitié des cas étudiés, le taux de « mauvais cholestérol » (LDL) n’avait aucun lien avec le risque de mortalité ;

– Dans l’autre moitié des cas, les chercheurs ont découvert que les patients qui avaient un taux de cholestérol LDL élevé vivaient plus longtemps.

Vous avez bien lu. Ce n’est pas une erreur de frappe : on a moins de risque de mourir prématurément lorsqu’on a un « mauvais cholestérol » LDL élevé, passé 60 ans.

Je cite les auteurs de l’étude :

« Cette découverte contredit « l’hypothèse du cholestérol » (à savoir que le cholestérol, surtout LDL, est mauvais en soi). Puisque les personnes âgées avec un taux élevé de cholestérol LDL vivent aussi longtemps ou plus longtemps que ceux ayant un taux de LDL bas, notre analyse donne des raisons de remettre en cause l’hypothèse du cholestérol. »

Et comme si ce n’était pas assez clair, les auteurs précisent que cela a des implications pour ceux qui prennent des médicaments anti-cholestérol :

« De plus, notre étude est un argument pour ré-évaluer les recommandations officielles sur la prévention des maladies cardio-vasculaire via la réduction médicamenteuse du cholestérol LDL chez les personnes âgées. »

Je traduis en bon français ce qu’ils essaient de dire : « Vite, il faut revoir en urgence les recommandations officielles qui poussent à prendre des médicaments anti-cholestérol, elles sont probablement en train de tuer des patients » !

Sources

[1] Michel de Lorgeril : Cholestérol, Mensonges et Propagandes, 2013 et L’horrible vérité sur les médicaments anti-cholestérol, 2015. Philippe Even : La vérité sur le cholestérol, 2013 et Corruption et crédulité en médecine, 2015.

[2] Re-evaluation of the traditional diet-heart hypothesis: analysis of recovered data from Minnesota Coronary Experiment (1968-73) Ramsden CE et al, BMJ. 2016 Apr

[3] Evacetrapib Fails to Reduce Major Adverse Cardiovascular Events, Trial discontinued after drug shows no clinical benefit, despite impacts on cholesterol, Beth Casteel, American College of Cardiology, Apr 2016

[4] Voir l’article de France Info TV : Cholestérol et risques cardiovasculaires, un nouveau pave dans la mare ?

[5] Association between change in high density lipoprotein cholesterol and cardiovascular disease morbidity and mortality: systematic review and meta regression analysis. Briel M, Ferreira Gonzalez I, You JJ, et al. BMJ. 2009; 338: b92

[6] Continuous decline in mortality from coronary heart disease in Japan despite a continuous and marked rise in total cholesterol: Japanese experience after the Seven Countries Study, Sekikawa A et al, Int J Epidemiol. 2015 Oct

[7] Towards a Paradigm Shift in Cholesterol Treatment. A Re-examination of the Cholesterol Issue in Japan: Abstracts, Journal of Nutrition and Metabolism, Apr 2015

[8] Serum Cholesterol Level and Mortality Findings for Men Screened in the Multiple Risk Factor Intervention Trial, James D. Neaton, PhD et al, JAMA Internal Medicine, 1992

[9] Lipid levels in patients hospitalized with coronary artery disease: an analysis of 136,905 hospitalizations in Get With The Guidelines, Sachdeva A et al, Am Heart J. 2009 Jan

[10] Relationship Between Serum Low-Density Lipoprotein Cholesterol and In-hospital Mortality Following Acute Myocardial Infarction (The Lipid Paradox), Vanessa S. Reddy et al, The American Journal of Cardiology, march 2015

[11] Total cholesterol and risk of mortality in the oldest old, Weverling-Rijnsburger AW et al, Lancet. 1997 Oct

[12] Lack of an association or an inverse association between low-density-lipoprotein cholesterol and mortality in the elderly: a systematic review June 2016

Laissez un commentaire

904 commentaires

odziomek 5 juillet 2016 - 9 h 56 min

bonjour ! cet article sur le cholesterol m’interresse particulierement , j’ai 72 ans avec un taux de cholesterol à 2g70 et depuis plusieur année mon medecin me propose des ‘statine ‘que je refuse intinctivement , en modifiant plutot mon alimentation . Je me retrouve parfaitement dans cet article et c’est pourquoi je m’y attarde et je suis entierement en accord avec vos commentaires ! je ne prends aucun medicament ! merci

Répondre
Salles Menjou 5 juillet 2016 - 9 h 34 min

J’ai eu un triple pontage coronarien 10 ans après u e maladie d’hodgkin. Puis une endateriectomie de la carotide gauche. Ensiute on m’a posée 3 sstens.
Avec les statines le cholesterol LDL est à 0,9 Le cardiologue m’ à donnée en plus Ezetrol pour arriver à 0,7.Je l’ai arrêté car j’avais mal aux articulation.
Sur projet santé ,corps ,esprits la lettre de Xavier Bain nous dit:Vous avez du cholestérol. ? Bonne Nouvelle.
Que faire et qui croire?……

Répondre
Jeanine 5 juillet 2016 - 8 h 47 min

Je n’ai jamais fumé, je suis active, pas d’hypertension, ni de diabète, je n’aime pas les aliments gras donc alimentation relativement saine (sauf graisses cachées !) en fait aucun facteur de risque si ce n’est le cholestérol que mon corps fabrique !
J’ai fait un infarctus du myocarde en 2010 – L’artère coronaire droite était totalement obstruée par des plaques d’athérome.
J’ai subi une angioplastie – implantation de 2 stents dont un actif.
L’artère coronaire gauche est obstruée à 50%.
J’avais à cette époque un taux de LDL = 2g. avec un bon taux de HDL.
Aujourd’hui je poursuis un régime « méditerranéen », exempt de graisses animales (même cachées), riche en huiles végétales (olive pour les cuissons – colza pour assaisonnements), fruits & légumes – volaille – cheval – poissons (les plus gras sont recommandés par contre).
J’ai un traitement (Crestor) me permettant ainsi d’avoir un taux de LDL = 1g.
Dans mon cas, il est évident que le taux de LDL a favorisé le dépôt de plaques d’athérome à l’intérieur des coronaires.
Je pense que les personnes dans ma situation ne peuvent échapper à un traitement par statines, même si effectivement ces traitements ne sont pas sans inconvénients.
Une même alimentation pour des personnes de races différentes n’a pas à mon avis le même impact sur la santé.
Je pense que nous sommes génétiquement différents et que notre corps n’a pas forcément les mêmes besoins et les mêmes réactions face à une même alimentation.

Répondre
souris7 6 juillet 2016 - 13 h 17 min

Mon père n’avait absolument pas de mauvais cholestérol et cela ne l’a pas empêché d’avoir des plaques d’athérome.
Malheureusement, le stress , une tension élevée favorisent les lésions des parois des artères et donc les plaques (cicatrice).
Les médecins sont convaincus que cela vous sauve la vie et ils insistent de bonne foi. Alors, écoutez votre corps. Attentions aux troubles cognitifs, au diabète, aux yeux, aux troubles musculaires, à la dépression, toutes ces maladies qui augmentent avec l’âge. Du coup, elles passent inaperçus et peu de personnes font le lien avec les statines. N’arrêtez pas seule bien sûr, car ce qui anxiogène est mauvais pour le coeur, mais parlez à votre médecins de cette étude parue dans le BMJ. Cela a fait les gros titres en Grande Bretagne et en Irlande, mais rien en France. C’est curieux tout de même ce silence.Bon courage Jeanine et merci à l’auteur de cet article.

Répondre
Vanie 5 juillet 2016 - 8 h 40 min

J’ai lu cet article sur le cholestérol avec beaucoup d’ intérêt.
Hier encore mon médecin m’a prescrit de l’EZETROL pour un taux de cholestérol à 2,20 g et un taux de bon cholestérol en dessous de la norme. du coup je ne sais plus ce que je dois faire car ce médecin m’a dit « prenez bien ce médicament  » ! que dois-je faire ?

Répondre
TIZZIAN 6 juillet 2016 - 13 h 11 min

Je pense que vous auriez du lui demander combien il recevait de commission pour vous le prescrire.
Si d’aussi éminents spécialistes que le Dr DE LORGERIL, JOYEUX et combien d’autres, dénoncent ces abus de prescriptions, je pense que nous pouvons leur faire confiance. Eux ne sont pas arrosés par les laboratoires pour prêcher la bonne parole. Il n’y a que la santé des patients qui les intéresse.

Répondre
Vialas Richard 5 juillet 2016 - 8 h 36 min

Bonjour . je confirme ce qui est écrit dans l’article. Je suis diabétique Type 1 avec beaucoup d’autres dysfonctionnements associés comme hyperthyroïdie et hypercholestémie. Sauf que dans ce cas, après avoir pris des statines pendant longtemps, j’ai décidé de les arrêter. En effet mes triglycérides sont toujours en dessous de 150 mg/l, ce qui ne devrait pas être le cas si j’avais une mauvaise alimentation qui provoque un fort taux de cholestérol. J’ai changé mon alimentation en huiles depuis des années en utilisant des huiles insaturées comme l’huile de lin, ce qui a pour effet de relever mon HDL… sans influence sur le LDL. Et last but not least, depuis que j’ai arrêté les statines depuis plus de 2 ans, mon taux de cholesterol est toujours à 240-250 mg/l sans augmentation. J’en suis venu à me demander, vu que TOUS les diabétiques (et je comprends la relation qu’on veut faire entre les types 2 à mauvaise alimentation et le taux de cholestérol/problèmes cardiaques) on tun taux élevé de cholestérol, s’il ne s’agissait pas plutôt d’un effet PROTECTEUR du corps. Si vous dites que les études prouvent que de baisser le taux de cholestérol ne protège pas des problèmes cardiaques et que c’est plutôt le contraire avec les personnes âgées, alors tout se recoupe….

Répondre
HOH Roger 5 juillet 2016 - 7 h 41 min

Suite à la lecture du livre du Dr Michel de Lorgeril, j’ai arrêté les statines depuis plusieurs mois et ne m’en porte que mieux! Merci pour ces informations. Si vous en avez d’autres du même genre, je suis preneur.

Répondre
Bernard Dubois 5 juillet 2016 - 7 h 30 min

Bonjour, et merci des informations que vous donnez. Concernant le cholestérol, j’aurais souhaité avoir une précision: le problème ne viendrait-il pas de sa forme oxydée?
Cordialement

Répondre
pujos 5 juillet 2016 - 7 h 15 min

Mon ex belle mère est morte d’avoir pris des statines.elle présentait exactement les effets secondaires dus à la prise de statines:faiblesse musculaire,diabète,perte de la vue,etc,etc

Répondre
Françoise E. 5 juillet 2016 - 7 h 05 min

J’ai pris des statines pendant plus de 10 ans.
En parler à notre médecin dites-vous ? En ce qui concerne le mien, les statines sont essentielles pour soigner le cholestérol. Selon lui, je fais une grosse bêtise d’arrêter mon traitement, mais je n’en ai cure.
Merci pour toutes vos infos.

Répondre
TIZZIAN 6 juillet 2016 - 12 h 52 min

Je suis bien d’accord avec vous et ne suis guère étonnée de sa réponse, ne mien en dit autant. Il est à fond pour toutes les drogues, même celle qui sont réputées dangereuses.
Dont les vaccins à l’aluminium. Il ne faut pas se demander combien il reçoit en commissions diverses, pour faire ce prosélytisme. Je remercie tous ceux qui œuvrent à informer le public.

Répondre
Ledent Marie 5 juillet 2016 - 6 h 24 min

Je viens de lire l’article avec grand intérêt. En effet, à 65 ans et sur le conseil de mon nouveau généraliste, j’ai pris des statines « naturelles » à base de levure de riz rouge qui soi-disant ne provoqueraient pas les dégâts collatéraux (muscles) que j’avais connus dans le passés avec deux autres marques. J’avais à peine plus que 2 gr de cholestérol ! Il m’a assuré de l’innocuité du médicament nouveau. Au bout de six mois, mon taux n’avait jamais été aussi bas, moins de 1.5 gr, mais mes muscles me lâchaient à tout moment. Plus moyen de m’extirper de la baignoire à l’aide de mes bras comme je le faisais jusqu’à peu et déboîtement d’un genou en faisant une balade. Cela fait deux mois que je suis soignée par kiné pour me remettre du genou et de la tendinite de la patte d’oie qui s’en est suivie, que je prends des vitamines pr reconstruire mes muscles. Plus jamais je ne prendrai de cette saloperie. J’ajoute que je mène une vie saine depuis toujours, avec alimentation équilibré, pas d’alcool, pas de tabac. J’ai juste un surpoids à cause d’une thyroïde à problèmes mais soignée depuis 25 ans. Merci pr cet article qui vient confirmer ce que je pensais depuis une dizaine d’années des statines : une vaste blague pour engraisser les producteurs de médicaments.

Répondre
TIZZIAN 6 juillet 2016 - 13 h 03 min

Hélas pour vous, et tant mieux si vous avez pu reprendre les commandes de votre santé.
C’est un constat que nous sommes de plus en plus nombreux à faire. C’est à se demander si les médecins sont là pour soigner les gens, ou les rendre malades !.. Ça devient une vraie question. Mon mari a pris des fibrâtes pendant 25 ans, pour au final se retrouver avec une lithiase biliaire, directement liée à la prise de ces fibrâtes, de l’aveu d’un médecin hospitalier !.. Alors nous ne pouvons pas leur dire merci. Même si mon mari ne s’était jamais vraiment plaint, de douleurs musculaires, ce qui m’aurait évidemment alertée depuis longtemps. Il en a été opéré, après avoir frôlé de peu une pancréatite ô combien dangereuse !…

Répondre
CREG 22 mai 2021 - 9 h 29 min

Lettres très intéressantes, mais, trop c’est trop !
Cordialement

Répondre
1 2 3 91