Doctor writing word Detox with marker, Medical concept

3 conseils « DÉTOX » pour vous désencrasser de l’intérieur

Devez-vous vraiment faire des « cures de détox » ?

Si vous ouvrez un magazine féminin, vous lirez que OUI, la « détox » est formidable, surtout après les fêtes ou entre chaque saison.

C’est vrai que c’est tentant.

Avec tous les toxiques qui nous entourent (pollution, pesticides, métaux lourds, etc.), n’est-il pas naturel de vouloir « détoxifier » ?

Nous lavons bien notre peau au savon tous les jours… alors pourquoi ne pas « désencrasser » aussi l’intérieur de notre corps ?

Et pourtant, si vous demandez à votre médecin ce qu’il pense de la « détox », il haussera les épaules.

Il vous dira que c’est « du grand n’importe quoi », que ce n’est pas « scientifique ».

Même certains professionnels de santé formés aux médecines naturelles sont sceptiques.

« Pensez-vous vraiment que le corps est sale et qu’il ne possède pas les mécanismes pour se purifier lui-même ? demande le Dr Gilles Corjon, pourtant spécialiste des plantes médicinales.

Alors, détox ou… intox ?

La vérité, vous allez voir, est… entre les deux !

La détox, c’est tous les jours !

Commençons par le point sur lequel tout le monde est d’accord.

Il est évident qu’il ne sert à rien de « désencrasser » votre organisme… si c’est pour le ré-encrasser aussitôt !

Imaginez que vous ne dormez que 3 heures par nuit pendant 6 mois.

Votre santé va être fragilisée : votre cerveau va accumuler les toxines (et oui, dormir est la première des détox !)… vos hormones vont être perturbées et votre cœur va devenir plus fragile.

En profondeur, c’est votre ADN qui est endommagé… Continuez sur ce rythme, et ce sont les graves maladies chroniques qui vous guettent : cancer, Alzheimer, diabète, etc.

Maintenant, si vous faites une « cure de sommeil » au bout de 6 mois, c’est mieux que rien… mais cela ne suffira pas à réparer les dégâts !

L’idéal, vous l’aurez compris, c’est de bien dormir toutes les nuits !

Et si vous faites une mauvaise nuit, il faut la rattraper dès que possible, idéalement en faisant une sieste dans la journée qui suit.

Plus vous tardez à compenser, plus les dégâts risquent d’être permanents.

Eh bien la « détox », c’est la même chose : ce n’est pas une baguette magique, qui purifie tous vos excès en quelques jours.

La détox des excès de table

Prenez l’exemple d’un long repas de fête, gras, sucré, salé… et bien arrosé.

En sortant de table, votre tête tourne, et votre ventre est au bord de l’explosion.

Vous sentez que votre foie est en surcharge, et vous avez raison.

C’est qu’il doit produire massivement de la bile pour réussir à digérer toutes les graisses de votre repas (aliments frits, chocolat, glaces, etc.).

Et en plus, il doit filtrer la quantité astronomique de toxiques que vous venez d’avaler : ethanol (alcool), glucose/fructose (sucre), sans oublier les éventuels métaux lourds, pesticides et autres perturbateurs endocriniens qui se cachent dans notre assiette.

Votre foie est au bord de la rupture.

Si vous ne faites rien, il ne pourra pas vous détoxifier correctement !

Il faut donc agir VITE.

La première urgence, c’est de ne pas rajouter des produits toxiques.

Cela paraît évident, mais je préfère le préciser.

Pensez à tous ceux qui prennent de larges doses de Doliprane après un repas ou une soirée arrosée…

…alors que c’est le meilleur moyen de se retrouver à l’hôpital, en danger de mort, en attente d’une greffe de foie.

Pourquoi ? Parce que le paracétamol du Doliprane peut être très toxique pour votre foie, surtout s’il est trop occupé à filtrer l’alcool que vous venez d’avaler !

En cas d’excès de table, au contraire, vous devez tout faire pour faciliter la tâche de votre foie.

Faites une promenade digestive, buvez beaucoup d’eau et attendez au moins 12 à 16 heures avant de remanger quoi que ce soit.

Si vous faites cela, votre corps traversera cette petite « tempête gastronomique » sans encombre.

Un peu comme une bonne sieste qui vient réparer une nuit chaotique.

Mais si vous tardez à agir, et enchaînez les excès, vous êtes sûr de miner votre santé en profondeur.

Vous commencez à stocker les graisses que vous n’éliminez plus. Les polluants toxiques s’accumulent dans vos organes. Les tissus de votre foie sont fragilisés.

Vous pourrez toujours vous soigner après coup, mais ce sera plus difficile.

N’oubliez jamais que :

Perdre du poids demande infiniment plus d’efforts que de ne pas en prendre.

Déloger les métaux lourds de votre cerveau ou de votre foie est très délicat.

Et il est long et compliqué de guérir un pancréas rongé par l’excès de sucre (diabète).

Pire : même si vous parvenez à « revenir au point de départ », il arrive que des dommages irréversibles aient été causés entre-temps !

La vraie détox doit donc se faire au jour le jour (ou au moins semaine par semaine) plutôt que 2 fois par an !

Et à ce titre, voici mes trois conseils phares pour une « vraie détox » régulière :

Conseil numéro 1 : l’activité physique, prince de la détox !

Ce n’est pas très original, mais BOUGER est vraiment l’outil de détox numéro 1.

La raison est simple : cela active tous vos processus de détox :

  • L’activité physique améliore la circulation sanguine, ce qui permet d’oxygéner votre foie et vos reins, responsables de l’élimination des déchets et toxines ;
  • Bouger fait transpirer… ce qui vous permet d’éliminer les métaux lourds comme le mercure, le plomb ou le cadmium[1] ou des perturbateurs endocriniens comme le bisphenol A[2] ;
  • Le sport améliore aussi la mobilité de la lymphe, ce précieux fluide qui accompagne les toxines vers la sortie (la peau, le circuit sanguin ou l’intestin) ;
  • Et le sport permet la lipolyse[3], c’est à dire la dissolution des graisses dans lesquelles sont emprisonnées la plupart des toxines.[4]

Et si vous êtes vraiment fâché avec l’activité physique, essayez au moins le sauna !

Cela ne vous donnera pas toutes les vertus du sport… mais cela vous permettra au moins d’éliminer de nombreuses toxines dans votre transpiration[5].

Une petite mise en garde, cela dit : en cas de sport ou de sauna, vous perdez aussi de l’eau et des minéraux, donc veillez bien à vous ré-hydrater et à vous reminéraliser !

Conseil numéro 2 : laissez votre système digestif respirer !

Votre intestin, votre foie et vos reins sont comme notre cerveau : ils ont besoin de repos régulier pour fonctionner à plein régime.

Pour ces organes, une « bonne nuit de sommeil réparatrice » consiste à passer plusieurs heures tous les jours sans rien faire.

Car c’est dans ces moment de « creux » qu’ils se régénèrent en profondeur.

Voilà pourquoi les nutritionnistes sérieux recommandent de jeûner au moins 12 heures par jour.

Cela signifie, au minimum, terminer son repas du soir à 20h et commencer son petit-déjeuner à 8h le matin.

Certains médecins en pointe, comme le Dr Joseph Mercola, vont encore plus loin.[6]

Il recommande de ne prendre vos repas que dans une fenêtre de 8 heures, afin de laisser 16 heures complètes à votre corps pour se détoxifier et se régénérer.

Concrètement, cela veut dire prendre son premier repas à 11h et finir son dîner à 19h. Ou, si vous tenez à votre petit-déjeuner, entre 7h du matin et 15h.

C’est ce qu’on appelle le « jeûne intermittent ».

C’est particulièrement efficace pour stimuler l’un des mécanismes de détox les plus puissants de votre organisme : l’autophagie.[7]

La découverte de ce phénomène est tellement importante que cela a valu le Prix Nobel de Médecine au Japonais Yoshinori Ohsumi.

Car l’autophagie est la grande « machine à recycler » de vos cellules : elle permet à vos cellules de se nettoyer en profondeur plutôt que d’accumuler les déchets toxiques.

Donc n’oubliez jamais de donner un peu de répit à votre système digestif !

Conseil numéro 3 : une assiette pleine d’aliments « détox » !

Et bien sûr, les aliments que vous avalez peuvent freiner ou accélérer la détox.

La priorité, c’est de manger moins de sucre (sucre ajouté ET féculents), car le sucre ralentit les capacités de détoxification de votre foie.

A l’inverse, certains nutriments aident votre foie à détoxifier.

Les naturopathes recommandent depuis des siècles des plantes et nutriments comme les feuilles d’artichaut, le chardon-marie ou le radis noir.

Ce sont des bons conseils, mais ils n’agissent que sur l’un des deux grands processus de détoxification du foie : l’élimination physique des déchets par la bile.

C’est oublier que le foie réalise aussi une détoxification chimique des grands polluants de notre temps (pesticides, médicaments, métaux lourds, etc.)

Et pour activer pleinement cette détoxification chimique, votre foie a besoin :

  • De vitamines du groupe B, que vous trouvez notamment dans les feuilles vertes des légumes ou dans le poisson ;
  • Du zinc, disponible en quantité dans la viande et les fruits de mer ;
  • Du magnésium – dans les noix ou graines ;
  • De la choline – disponible dans les œufs et le foie ;
  • De la glycine – l’acide aminé des bouillons d’os de nos grands-mères ;
  • De polyphénols contenus dans les fruits et légumes ;
  • Et d’oméga-3, contenus dans les petits poissons gras comme les anchois.

Ne jamais manquer de ces merveilleux nutriments, voilà la vraie détox, complète, profonde et régulière !

Sources

13 commentaires

roger gobbe 31 mars 2021 - 12 h 41 min

. Pour la première fois , vous nous donnez vraiment les moyens de se déintoxiquer sans devoir acheter un livre de plus !

Répondre
Devins 29 janvier 2020 - 10 h 20 min

Les anchois qu’on nous propose sont bourrés de sel blanc rafiné. Donc super mauvais pour la santé !!!
Comment les mangez-vous ?

Répondre
Nom *De Bon 3 novembre 2021 - 9 h 02 min

Mercissss mr Bazin

Répondre
1 2

Laissez un commentaire