Organic raw meat on a wooden table

La FOLIE du régime « côte de bœuf »

Si vous êtes vegan, merci de ne pas lire ma lettre d’aujourd’hui.

Car je vais vous parler d’un régime complètement fou, presque 100 % viande.

Cela ressemble à ceci, matinmidi… et soir :

Image issue du site eatfat2befit.co/ et de paleomedicina, fondé par un médecin et une biologiste hongrois qui ont obtenu des résultats sidérants sur leurs patients avec cette alimentation.

Pas le moindre fruit ni légume.

Uniquement de la viande (ou des abats), éventuellement des œufs… et de l’eau.

C’est tout.

OUI, je vous le confirme, cela paraît complètement FOU !

Et NON, rassurez-vous, je ne vous recommande pas de vous y mettre.

Mais il faut voir (pour le croire) les résultats épatants de ce régime sur certaines personnes !

Car contrairement à la plupart des nutritionnistes, je pense

  • que ce régime a certains mérites
  • et qu’il nous révèle des choses fascinantes sur la nutrition !

Voyez plutôt l’histoire sidérante de Mikhaila Peterson :

Comment Mikhaila a guéri « miraculeusement » TOUS ses problèmes de santé

Mikhaila n’est pas née sous une bonne étoile.

Certes, son père est aujourd’hui une célébrité – il s’agit de Jordan Peterson, un des psychologues et écrivains les plus connus au monde.

Mais son enfance a été particulièrement douloureuse :

  • A 7 ans, on lui diagnostique une polyarthrite rhumatoïde juvénile – et elle commence à recevoir des injections de puissants médicaments comme le méthotrexate (utilisé aussi en chimiothérapie…) ayant de graves effets indésirables, ;
  • A 12 ans, elle tombe en dépression sévère, couplée à une anxiété grave – et se fait traiter par anti-dépresseurs à dose élevée ;
  • A 17 ans, sa polyarthrite est tellement avancée qu’elle doit passer sur le billard, pour des chirurgies de la hanche.

A 20 ans, avec tous ces médicaments, elle tient à peine debout et dort 17 heures par jour. En plus, elle est atteinte d’acné sévère, traité par antibiotique.

Et puis et puis… à 25 ans, elle commence à s’intéresser à la nutrition.

Elle commence par éliminer le gluten, puis d’autres aliments « suspects ». Elle diminue fortement les glucides pour parvenir à un régime cétogène.

Et en quelques mois, c’est magique : moins de problèmes de peau, moins d’arthrite, moins de dépression, moins de fatigue chronique !

Mais elle ne s’arrête pas là.

A force d’essais et d’erreurs, à force d’éliminer les aliments qui ne lui convenaient pas…

…elle en est arrivé au fameux « régime carnivore », 100 % viande.

Aujourd’hui, tenez-vous bien, elle se nourrit uniquement de bœuf (environ 1,5 kg par jour), de sel, et d’eau.

Car c’est avec ce régime qu’elle se sent le mieux, de loin.

C’est grâce à ce régime qu’elle ne prend plus AUCUN médicament !

Elle a même convaincu son propre père – le célèbre psychologue – de s’y mettre aussi…

…et celui-ci a affirmé récemment avoir perdu 20 kilos, guéri son propre état dépressif, son excès de sucre dans le sang… et même ses problèmes de gencives !

Des médecins et scientifiques s’y sont mis aussi !

Mikhaila n’est pas la seule à avoir vécu cette histoire étonnante.

Sur Internet, on trouve quantité de témoignages qui vont dans le même sens.

Prenez le Dr Shawn Baker, chirurgien orthopédique et athlète accompli.

Pendant des années, il a souffert de problèmes digestifs très sévères.

Et puis il a commencé à modifier son alimentation : il s’est mis au paléo (sans lait, sans gluten), puis au cétogène (très peu de glucides)… et enfin au régime 100 % viande.

Depuis, il a amélioré ses performances sportives, n’a plus mal aux articulations… et a même publié un livre « Le régime carnivore » pour en dire tout le bien qu’il en pensait !

Et que dire de Amber O’Hearn, cette jeune scientifique qui a décidé de perdre du poids… en éliminant totalement les glucides (fruits, légumes…) ?

Eh bien elle a perdu du poids, en effet. Mais quelque chose d’inattendu s’est passé : ses troubles bipolaires se sont envolés eux aussi !

Désormais, elle n’a plus besoin du moindre médicament pour stabiliser son humeur !

Un cas de diabète de type 1 guéri par ce régime !

Un médecin hongrois visionnaire nommé Csaba Toth est même allé encore plus loin.

Grâce à ce régime très spécial, qu’il appelle « paléo-cétogène », il a aidé un enfant à vaincre une maladie normalement incurable : le diabète de type 1.

Quand vous avez cette maladie, vous devez vous injecter de l’insuline à vie. Pour la médecine, il n’y a pas d’autres solutions.

Et pourtant, un enfant de 9 ans soumis à ce régime a réussi à se passer d’insuline pendant 19 mois[1].

Et ce n’est pas tout. Avec ce régime, le Dr Toth a également guéri des patients atteints de la maladie de Crohn.

Et comme c’est un scientifique, il a essayé de comprendre pourquoi.

Oui, pourquoi un régime 100 % viande soigne-t-il des maladies apparemment aussi diverses que la polyarthrite rhumatoïde, le diabète de type 1 ou la maladie de Crohn ?

La réponse est que ce sont des maladies auto-immunes.

Ce sont des maladies dans lesquelles notre système immunitaire est déréglé.

Et la plupart des troubles immunitaires viennent d’un intestin perméable, poreux.

Quand la barrière intestinale ne fait plus son travail, certaines particules alimentaires se retrouvent dans notre sang… et sont considérées par des « ennemis » par notre système immunitaire, qui s’affole et peut créer de multiples symptômes épouvantables.

Donc si vous parvenez à restaurer la barrière intestinale et à la rendre imperméable, vous vous attaquez à la cause réelle des problèmes d’auto-immunité !

Et pour certaines personnes, supprimer tous les fruits et légumes fonctionne à merveille pour réparer l’intestin !

Cela paraît bizarre, mais il faut bien comprendre que les fruits et légumes ne sont pas « parfaits ».

Si vous avez un intestin en pleine santé, vous profitez bien sûr de leurs fibres, vitamines, minéraux et micro-nutriments extraordinaires.

Mais si vous avez un intestin très fragile, vous êtes vulnérables aux anti-nutriments de certaines plantes comme l’acide phytique, les oxalates ou les tannins, à certains de leurs sucres (les FODMAPS), voire aux métaux lourds qu’ils peuvent contenir.

Et voilà, sans doute, pourquoi le régime « carnivore » ou « paléo-cétogène » a le vent en poupe.

Il faut dire qu’il a un avantage très clair par rapport à d’autres régimes :

Une simplicité inouïe !

Sur le papier, le régime carnivore est vraiment enfantin.

Il n’y a que deux règles :

  • Quand vous avez faim, mangez la viande qui vous plaît, jusqu’à ce que vous arriviez à satiété ;
  • Quand vous avez soif, vous buvez de l’eau ;
  • Et c’est tout !

La seule précaution à prendre, c’est choisir des viandes suffisamment grasses pour respecter un ratio de 80 % de graisses et 20 % de protéines, proche du régime cétogène.

Avec ce régime très simple, vous n’avez jamais faim, et vous pouvez résoudre d’un seul coup :

  • Toutes vos éventuelles intolérances alimentaires (car il est très rare d’être intolérant à la viande, par rapport aux autres aliments) ;
  • Perdre du poids et améliorer votre taux de sucre dans le sang, avec les mêmes effets que le régime cétogène dont je vous ai déjà parlé.

Cela dit, comme vous pouvez vous en douter, il y a un gros « hic ».

A long terme, ce régime pose à mon avis de sérieux soucis.

Mais avant de vous en parler, je tiens d’abord à « défendre » ce régime contre les critiques injustes.

Beaucoup de critiques sont TOTALEMENT FAUSSES

La plupart des nutritionnistes sont « vent debout » contre ce régime… mais généralement pour de mauvaises raisons !

D’abord, ils ont dû mal à comprendre qu’on puisse se passer totalement de sucre !

Et pourtant, notre corps peut produire son propre sucre… en brûlant la graisse ! Et oui, c’est comme cela qu’on peut fournir au cerveau tout le glucose dont il a besoin sans avaler le moindre sucre (voir le régime cétogène dont je vous ai déjà parlé) !

Ce n’est pas une nouveauté : les Inuits du Groenland n’avaient quasiment accès à aucun fruit ni légume, et vivaient essentiellement à partir de graisse et de viande animale.

Les guerriers Masaï du Sud-Est de l’Afrique se nourrissent essentiellement d’animaux, de lait et de sang (animal)… et ils ne s’en portent pas si mal.

Ces populations sont aussi la preuve qu’on peut se passer de fibres… et avoir un transit normal !

Ensuite, beaucoup de nutritionnistes s’affolent de la quantité de viande avalée dans le régime carnivore.

Mais la viande n’a rien de mauvais en soi… à condition qu’elle vienne d’animaux qui ont brouté de l’herbe et ont été élevés en liberté.

Et le gras, alors ? Les viandes sont très riches en graisses saturées, et ces graisses ont longtemps été accusées de causer des problèmes cardiaques.

Mais c’est comme le mythe du cholestérol : on sait aujourd’hui que les graisses saturées ne bouchent pas les artères et ne causent pas de crise cardiaque[2].

Quant au risque d’avaler beaucoup de protéines, ce n’est pas non plus un problème.

Une méta-étude publiée dans le Journal of Nutrition l’a définitivement établi : de grandes quantités de protéines ne sont pas dangereuses pour des reins en bonne santé[3] (par contre, si vous avez une insuffisance rénale, gare à l’excès de protéines !)

Pour moi, le vrai souci du régime carnivore est ailleurs.

Le gros problème nutritionnel du régime carnivore : les micro-nutriments

Comment faire le plein de vitamines, minéraux et micro-nutriments indispensables sans manger de fruits et légumes ?

Avec un régime 100 % viande, il semble impossible d’avoir des niveaux suffisants de :

  • Vitamine C
  • Vitamine E
  • Vitamine B5
  • Folates (vitamine B9)
  • Vitamine K1
  • Calcium
  • Magnésium
  • Potassium

Et sur le long terme, manquer de ces nutriments pose évidemment de vrais problèmes !

A cela, les défenseurs du régime carnivore ont une réponse : selon eux, notre corps aurait beaucoup moins besoin de vitamines et de minéraux quand il n’ingère pas le moindre sucre !

C’est sans doute vrai en partie : les Inuits et les Masaï ne souffrent pas de scorbut alors qu’ils ne semblent pas consommer la moindre vitamine C !

Mais tout de même, personnellement, je ne prendrais pas le risque de me priver de ces micro-nutriments précieux pendant trop longtemps !

Et ce n’est pas le seul souci.

Ma conclusion sur le régime 100 % viande

Sans même parler du risque environnemental, il y a un vrai problème social.

Il paraît impossible d’avoir une vie normale en mangeant de cette façon !

Vous ne pouvez pas boire la moindre goutte d’alcool… vous devez manger toujours la même chose… vous ne pouvez jamais vous permettre la moindre douceur…

…et bien sûr, tout le monde autour de vous va vous prendre pour un fou !

Bien sûr, vous pouvez l’accepter si vous êtes criblé de maladies lourdes comme Mikhaila Peterson et que ce régime vous redonne la vie.

Mais je pense qu’il y a des moyens de parvenir aux mêmes résultats sans être aussi extrême !

Voici ce que je recommande en priorité, et par étapes, si vous avez un grave problème de porosité intestinale, de maladie auto-immune, ou n’importe quel problème de santé chronique et inexpliqué :

  • Supprimer totalement les aliments industriels, raffinés, et ne consommer que des produits bruts ;
  • Puis supprimer le lait et le gluten (c’est efficace dans la majorité des cas) ;
  • Puis supprimer les œufs et les amandes (qui créent souvent des intolérances) ;
  • Puis faire une prise de sang pour détecter d’autres intolérances alimentaires (je sais que ces analyses ne sont pas parfaites, mais elles peuvent vous donner des pistes) ;
  • Et essayer le régime cétogène, qui vous autorise encore des légumes et des bonnes huiles.

Si rien de tout ça ne fonctionne et que vous êtes vraiment malade, alors oui, vous pouvez essayer le régime carnivore… mais une fois que vous allez mieux, essayez de réintroduire des légumes progressivement !

Je ne recommande donc ce « régime viande » qu’en cas de situation extrême, si vous avez tout essayé…

…mais je tenais vraiment à vous en parler, car c’est une preuve de plus que l’alimentation peut faire des MIRACLES, là où la médecine conventionnelle a TOTALEMENT échoué !

Sources

47 commentaires

Champy 13 décembre 2018 - 14 h 50 min

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre article sans tabous et sans parti pris « régime « viande ». Je ne suis que peu surpris par ces révélations. Je crois que la réflexion combinée et personnelle permet de trouver des solutions autres que celle d’une médecine classique qui ne peut pas toujours aller au fond de vous même.
Il y a une dizaine d’années, j’ai été confronté à des symptômes de cancer du colon. Avant d’aller voir mon médecin, j’ai voulu en savoir plus. J’ai progressivement supprimé certains aliments en commençant par les légumes que je ne supportais plus. Puis étant sportif assez pratiquant, j’ai supprimé le pain. Premiers résultats mais quelques mois passés, mes premiers symptômes sont revenus plus fortement. Suppression du thé vert, miracle hélas de courte durée. Sans en connaître l’ existence à ce moment, je suis allé vers un régime type cétogène et là miracle de longue durée. Depuis, j’ai opté pour un alimentation proche du régime cétogène mais qui me permet de vivre facilement en société et qui me procure aussi le plaisir de manger.

Répondre
Nicole Bion 13 décembre 2018 - 14 h 19 min

Le docteur Peter J Adamo va plus loin il dit que selon son groupe sanguin il faut manger de la viande et ce groupe ce sentira mieux
Par contre le groupe a ne peut manger que de la viande blanche et occasionnellement
Il a fait des recherches concernant tous les groupes sanguins 4 régimes 4 groupes sanguins
Ce sont des régimes pour se sentir bien

Répondre
NIBEL 12 décembre 2018 - 23 h 53 min

Je connais des gens qui n’ont jamais mangé de légumes ni de fruits moi même j’ai eu l’alimentation cetogene pendant 4 mois j’ai perdu 20 kg je n’avais jamais faim mais par la suite cela mecoeurais de manger que de la viande du lard des oeufs il m’arrivait de manger 1 poulet entier sans grossir à l’arrêt de cette alimentation j’ai repris tout mes kg souvenez vous de cette femme qui avait décidé de manger que des oeufs?????

Répondre
Christophe Querry 12 décembre 2018 - 22 h 34 min

Bonjour
Pourquoi ne parlez vous jamais de l’alimentation selon son génotype (référence à D’Adamo par exemple) ou sa glande prédominante (Abravanel). (Qui peut permettre de comprendre pourquoi certains modes alimentaires réussissent là où d’autres échouent).

Répondre
Ruchtikoff 12 décembre 2018 - 22 h 27 min

Bonsoir et merci pour cet article concernant le régime complètement viande.
Une chose, toutefois, me surprend: les médecins s’entendent pour dire que les malades du cancer colorectal sont des mangeurs de viandes rouges.
Ceci n’est pas signalé dans l’article.
Pensez-vous, cher Xavier, que ce régime puisse favoriser l’émergence d’un cancer du colon ?
Merci encore et meilleures salutations.

Répondre
Michèle Mourlaàs 12 décembre 2018 - 19 h 21 min

Bonjour
Je suis très interpellée par le régime cétogène depuis quelques mois mais bien que réduisant les sucres, je suis un peu en difficulté car végétarienne pour cause de relation privilégiée au monde animal. Je ne suis pas sectaire et m’adapte parfois à certaines situations (voyages) mais compte tenu des conditions d’abattage depuis une quinzaine d’année même pour la viande bio (je suis en milieu rural et connaît cela assez bien)… je me sens plutôt mal de participer à cela.
Que faire, je ne parviens pas à me passer vraiment de céréales, ne consommant plus de produits laitiers depuis 1984 (ce qui m’a guérie d’une allergie aux piqûres d’abeilles et guêpes)
Merci à vous
J’apprécie vos letters même si bien peu disponible en ce moment;
amitiés

Répondre
Daniel DENAYROU 12 décembre 2018 - 19 h 11 min

Il y a une cinquantaine d’années le Dr Robert Atkins publiait ses travaux sur le régime cétogène. On avait déjà criait au fou.Il préconisait 15 jours strictes puis il réintroduisait progressivement d’abord les légumes puis les fruits. Il donnait aussi des vitamines et des minéraux J »ai eu l’occasion de l’utiliser sur des patients avec de bons résultats .il serait souhaitable de redonner à ce médecin ce qui lui revient Merci pour lui.

Répondre
JEANNINE BEGUE 12 décembre 2018 - 19 h 04 min

Bonjour J’ai lu votre lettre avec attention. Toutefois je ne suis pas d’accord pour le diabétique type 1. Je suis moi-même diabétique insulinodépendante depuis l’âge de mes 10 ans et j’en ai 71. 61 ans de DID, mais seulement 60 ans d’insuline car à ma 3ème année de DID, j’ai fait ce qu’on appelait à l’époque une rémission. Je croyais être guérie du diabète, mais il est revenu en force. Je n’avais rien changé à mon alimentation. Autrefois, j’ai entendu quelque cas de rémission, dans les premières années du diabète chez les enfants. Je ne sais pas si ça arrive encore, je n’en ai plus entendu parler.
Cordialement
Jeannine

Répondre
Kretchmann Nicole 12 décembre 2018 - 15 h 17 min

Et l’on continue de tuer , non de massacrer des Êtres Vivants !
Qui parle de La Paix ????

Répondre
Marie Coquil 12 décembre 2018 - 14 h 09 min

Effectivement, vous perdez en crédibilité!

Répondre
1 2 3 5

Laissez un commentaire