Pitié pour Vincent Lambert

« Ce que m’a dit mon patient m’a totalement stupéfié ».

Voilà ce qu’a déclaré le Dr Richard Mansfield, grand cardiologue, encore sous le choc.

Son patient est un jeune homme de 32 ans, victime d’un arrêt cardiaque.

Quand il arrive aux urgences, il ne respire pas, et son cœur ne bat plus.

Son électrocardiogramme (ECG) est plat.

Ses chances de survie sont infimes, mais le Dr Mansfield fait tout pour le sauver.

Vite, il intube le jeune homme, lui donne de l’oxygène, et lui fait un massage cardiaque.

Les minutes passent… une demi-heure au total… sans résultat.

Pour le Dr Mansfield, il est inutile de s’acharner : le jeune homme est mort.

Il sort de la chambre pour rédiger le rapport de décès.

Soudain, il a un doute sur le nombre d’ampoules d’adrénaline injectées au patient.

Il revient alors dans la chambre pour vérifier ce détail – 15 minutes après en être sorti.

Là, il s’aperçoit que les lèvres de son patient ont repris des couleurs !

Il s’approche… et réalise que son cœur s’est remis à battre faiblement !

L’équipe médicale revient en catastrophe pour reprendre la réanimation…et cette fois, ils réussissent à le réveiller !

Une semaine plus tard, quand le Dr Mansfield vient voir son patient, une immense surprise l’attend.

Déjà, le jeune homme a complètement récupéré, sans la moindre séquelle cérébrale, ce qui est rarissime.

Mais ce qui bouleverse le Dr Mansfield, c’est que son patient lui explique avoir « vu » toute la scène de réanimation !

« Il connaissait tous les détails, ce qui est impossible, car non seulement son cœur ne battait pas, mais il a fallu encore 15 minutes de plus pour le réanimer ! Je ne m’explique toujours pas comment cela a pu se produire »[1].

De fait, c’est totalement impossible, en théorie.

Il a vu le Dr Mansfield arrêter les soins, quitter la chambre, revenir… et recommencer les soins.

D’après nos connaissances actuelles, il ne peut pas y avoir de conscience  sans battements cardiaques.

Lorsque le sang n’arrive plus au cerveau, l’activité électrique du cerveau s’arrête.

Et si votre cerveau ne fonctionne plus, vous ne pouvez pas être conscient de quoi que ce soit.

Et pourtant…

La même histoire bouleversante est arrivée à Pamela Reynolds, une mère de famille américaine.

En état de « mort clinique », elle voit et entend tout

En 1991, ses médecins lui découvrent un anévrisme au beau milieu du cerveau.

Pamela est en danger de mort : son anévrisme peut « éclater » à tout moment, et la tuer.

Alors son neurochirurgien, le Dr Robert Spetlzer, décide de tenter l’impossible.

Pour atteindre l’anévrisme, il décide de vider totalement de son sang le corps de Pamela.

Pour la maintenir en vie pendant l’opération, il faut abaisser son corps à 15,5 degrés.

C’est donc dans cet état glacial que Pamela a été placée, en arrêt cardiaque, pendant 45 minutes.

Évidemment, son cerveau n’émet plus aucun signal électrique  (électroencéphalogramme plat). 

D’après les connaissances scientifiques actuelles, il est donc impossible qu’elle puisse voir ou entendre quoi que ce soit.

Mais à son réveil, elle raconte ce qui s’est passé avec une précision inouïe :

« J’ai remarqué que mon médecin avait un instrument dans la main qui ressemblait à une brosse à dents électrique. Il y avait un emplacement en haut qui ressemblait à l’endroit où on met l’embout. Mais quand je l’ai vu, il n’y avait pas d’embout. J’ai regardé vers le bas et j’ai vu une boîte ; elle m’a fait penser à la boîte à outils de mon père quand j’étais enfant. »[2]

Et en effet, c’est exactement ce qui s’est passé.

Une enquête rigoureuse, menée par le cardiologue américain le Dr Michaël Sabom, a établi que tout ce qu’avait raconté Pamela Reynolds était exact.

Elle a donné quantité de détails très précis… alors que son cerveau ne fonctionnait pas !

Ce n’est pas un cas isolé.

Dans son livre best-seller Que se passe-t-il lorsque nous mourons, le Dr Sam Parnia a recueilli de nombreux témoignages de médecins urgentistes qui ont eu la même expérience.

C’est très rare, mais cela arrive.

Et cela nous rappelle que la science et la médecine sont loin, très loin d’avoir tout compris au cerveau et à la conscience.

Personne au monde n’est capable de savoir avec certitude ce que « vit » quelqu’un dont le cerveau ne fonctionne pas, ou pas normalement.

Ce qui m’amène au cas bouleversant de Vincent Lambert :

Vincent Lambert, entre la vie et la mort

Vincent Lambert a été victime d’un grave accident en 2008.

Depuis, il a vécu l’essentiel de son existence allongé dans un lit d’hôpital.

Selon les médecins, il oscille entre un état de « conscience minimale » et un état « végétatif ».

Il dort la nuit, il est éveillé le jour, et il réagit à des stimulations externes.

Pour mieux comprendre son état, il faut regarder quelques secondes cette vidéo de 2015, où il mange à la cuiller, ou celle-ci, encore plus récente, de mai 2019.

Comme vous le voyez, Vincent n’est ni intubé, ni sous respiration artificielle.

Tous ses organes sont en pleine santé.

Mais il ne peut s’alimenter seul, alors il est nourri par une sonde.

Pour faire mourir Vincent, il faut donc arrêter de l’alimenter, et attendre que ses organes défaillent.

C’est ce que son médecin a décidé une première fois, en 2013.

En accord avec son épouse, mais sans prévenir ses parents, l’équipe médicale a arrêté de le nourrir.

Mais Vincent a tenu bon : il a survécu pendant 31 jours.

In extremis, ses parents ont obtenu de la Justice que l’on se remette à l’alimenter normalement.

Je vous passe les dizaines de procédures judiciaires, le dramatique déchirement de la famille, et toutes les souffrances de cette affaire.

Tout récemment, le 20 mai 2019, l’équipe médicale a de nouveau cessé de l’alimenter.

Cette fois, contrairement à 2013, son médecin a aussi décidé de cesser de l’hydrater.

Sans eau, il n’avait aucune chance de survivre au-delà de quelques jours.

Mais 32 heures à peine après cette décision, un tribunal a de nouveau ordonné le rétablissement des soins.

Vincent peut vivre… jusqu’à la prochaine décision judiciaire.

Ces allers-retours entre la vie et la mort, dans un contexte de déchirement familial, est profondément bouleversant.

Toutes mes pensées vont à Vincent, à son épouse, à ses parents, à ses frères et sœurs et à tous ceux qui accompagnent ce jeune homme depuis 10 ans.

Mais je tiens vraiment à aborder le fond de cette affaire avec vous.

J’ai lu et entendu trop de mensonges. Il y a trop de violence verbale, trop de désinformation.

Bien sûr, personne ne peut prétendre avoir la « vérité » sur une affaire aussi sensible.

Je suis preneur de vos réactions et sentiments, en commentaire de ce message.

Mais voici ce que nous savons et que vous devez absolument savoir :

Qui peut dire que Vincent est inconscient et que son état est « irréversible » ?

Pour certains médecins, Vincent est condamné à être un « légume » toute sa vie.

Dans leur dernière expertise, les médecins ont conclu que Vincent est dans un « état végétatif », sans le moindre « signe d’un état de conscience minimale ».

Selon ces experts, quand Vincent vous suit du regard, pleure ou réagit à un son, ce ne sont que des actes « réflexes », sans conscience.

Mais cette expertise est contestée.

Le Professeur Xavier Ducrocq, neurologue, a regretté que « cet avis, affirmé en seulement 1h30 d’examen », soit aussi péremptoire :

« L’état de santé, d’éveil de ces patients est très fluctuant et l’évaluation aurait nécessité au minimum de répéter les examens cliniques sur plusieurs jours. »

Pour le Dr Catherine Kiefer, médecin de réadaptation dans un hôpital qui compte six patients dans le même état que Vincent Lambert :

« Ces types de patients sont très particuliers car leur état est fluctuant. Il faut les observer pendant trois semaines au minimum, avec des stimulations tous azimuts. »

D’ailleurs, en 2011, la première analyse avait conclu que Vincent avait bien une conscience minimale, avec « persistance d’une perception émotionnelle et l’existence de possibles réactions à son environnement ». 

En 2015, le Dr Bernard Jeanblanc avait déclaré : « pour l’avoir vu récemment, Vincent n’est pas en état végétatif, mais en situation d’état pauci-relationnel », c’est à dire avec une conscience minimale.

Et pour la mère de Vincent aussi, c’est une certitude : Vincent peut communiquer.

Pour s’en apercevoir, dit-elle, il faut passer un peu de temps avec lui. Avec de l’amour et de l’attention, elle sent qu’il lui arrive d’être conscient.

Qui peut trancher entre ces tous ces avis contradictoires ?

La réponse est : personne.

Car notre compréhension scientifique du cerveau et de la conscience est trop limitée.

Personne au monde ne peut savoir avec certitude ce que vit vraiment Vincent Lambert.

Et surtout, personne ne peut affirmer que son état est « irréversible ».

S’il y a bien une certitude, c’est que nous ne savons pas comment son état peut évoluer.

Car de nombreux cas « inattendus » d’amélioration ou de guérison se produisent régulièrement :

Les médecins s’apprêtent à donner ses organes… mais il se réveille !

Prenez le cas du jeune Trenton McKinley, victime d’un grave accident à 13 ans[3].

Il fait plusieurs arrêts cardiaques, dont un qui a privé son cerveau d’oxygène pendant 15 minutes.

Pour ses médecins, il ne fait alors aucun doute que Trenton sera un « légume » toute sa vie.

Du coup, ses parents prennent la décision d’arrêter « l’acharnement thérapeutique ».

Ils autorisent même l’hôpital à donner les organes de Trenton à 5 autres enfants.

Mais la veille du jour où les médecins devaient le « débrancher », Trenton sort de son coma et revient à la vie !

Il doit suivre une longue rééducation, mais c’est tout sauf un « légume » :

Il a même gardé son sens de l’humour : « plus de corvée vaisselle pour moi », a-t-il déclaré à la télévision.

« Passer de l’absence totale d’ondes cérébrales à, maintenant, la marche, la parole et la lecture, et même les maths, c’est un miracle ! », s’est émerveillée sa mère.

Miracle ou pas, cette histoire montre que la médecine doit être humble face aux mystères du cerveau et de la conscience.

C’est d’autant plus vrai qu’on observe même des améliorations impressionnantes après 10, 15 ou 20 ans en état végétatif !

Des améliorations cérébrales stupéfiantes après plus de 15 ans de coma

Prenez le cas étonnant de Terry Wallis.

En 1984, ce jeune homme de 19 ans a un grave accident de voiture.

Il tombe dans le coma, avec de graves lésions cérébrales.

Pour ses médecins, non seulement il ne se réveillera jamais… mais avec son « cerveau en compote », il est condamné à rester dans un état végétatif à vie.

Mais en 2003, Wallis se met à parler, puis bouger. Il finit par réaliser avec stupeur que le président des Etats-Unis n’est plus Ronald Reagan !

Ce qui s’est passé, aucun médecin ne pouvait l’anticiper, vu ce qu’on savait à l’époque.

Figurez-vous que, pendant son coma, le cerveau de Wallis a développé de nouveaux circuits neuronaux qui ont remplacé ceux qui avaient été détruits dans l’accident !

Encore plus fort : parmi les nouvelles connexions qui se sont formées, certaines « n’existent pas dans un cerveau normal »[4] !

Cela veut dire que les possibilités du cerveau sont immenses… et que des améliorations sont toujours possibles !

Cela veut dire qu’on peut passer d’un état végétatif à un état de conscience[5] !

Et c’est encore plus vrai aujourd’hui, en 2019 avec les avancées de la science.

Tout récemment, un homme qui a vécu en état végétatif pendant 15 ans a retrouvé la consciencegrâce à une thérapie de pointe[6].

Voici ce qu’en dit le journal Le Monde, en 2017 :

« Il était plongé depuis quinze ans dans un état « d’éveil non répondant », souvent encore nommé « état végétatif ». Cet homme, aujourd’hui âgé de 35 ans, a récupéré un état de conscience minimale.


Comment ? Grâce à une intervention neurochirurgicale : la stimulation électrique répétée d’un nerf crânien, le nerf vague ».[7]

Comme l’explique le professeur Steven Laureys, les conséquences de cette nouvelle thérapie sont immenses :

« Un vieux dogme voudrait qu’il n’existe aucune chance d’amélioration chez les patients sévèrement cérébrolésés depuis plus d’un an. Mais ce dogme est faux, comme le confirme ce cas. La plasticité cérébrale, cette capacité de remodelage et d’adaptation de notre cerveau, est parfois étonnante ».

Et c’est ce qui me révolte profondément dans le cas de Vincent Lambert :

A aucun moment, on ne lui a donné une chance d’améliorer son état !

Incarcéré dans une chambre d’hôpital depuis 10 ans

Depuis 10 ans, Vincent Lambert est allongé sur son lit d’hôpital, au CHU de Reims, sans interruption, ou presque.

Non seulement on n’a pas essayé cette thérapie de « stimulation du nerf vague », pourtant découverte par une équipe de recherche française…

…mais c’est bien pire : on ne l’a même pas mis dans les conditions minimales pour qu’il fasse des progrès… et vive dans des conditions décentes !

Je m’explique : aujourd’hui en France, environ 1 700 personnes sont dans le même état que Vincent Lambert.

Beaucoup d’entre elles sont prises en charge dans des unités spécialisées, parfaitement adaptées à leur état.

Il y en a environ 150 en France. Et elles offrent aux patients toutes sortes de stimulations très intéressantes pour le cerveau : de la musique, du goût, du « toucher-massage ».

Pour Eric Vérin, professeur de médecine physique et de réadaptation, « Avec des moyens adaptés de communication et d’échange, vous pouvez voir apparaître de petits progrès »[8].

Dans ces unités, les patients bénéficient de l’intervention de kinesithérapeutes, d’ergothérapeutes et d’ortophonistes deux à trois fois par semaine minimum.

« Il est hors de question que la journée se passe dans le lit et dans la chambre : les patients sont levés, habillés, mis dans des fauteuils adaptés et vont rejoindre d’autres personnes pour créer une vie sociale. »

Ces femmes et ces hommes peuvent sortir à l’extérieur, sentir une brise d’air frais, entendre le chant d’un oiseau.

Mais pour Vincent Lambert, RIEN de tout cela.

Il a juste le droit d’être allongé sur un lit d’hôpital, regarder le plafond et attendre la mort.

Selon Edwige Richer, neurologue retraitée d’une de ces unités : « Si Vincent Lambert avait été dans une autre unité, il n’aurait pas perdu le temps qu’il a perdu là ».

Cinq juges de la Cour européenne des droits de l’homme s’en sont également émus :

« Nous ne comprenons pas pourquoi le transfert de Vincent Lambert dans une clinique spécialisée, où l’on pourrait s’occuper de lui, a été bloqué par les autorités »[9].

Pour moi, c’est profondément choquant, quoi qu’on pense du fond de cette affaire.

Et je voudrais aller encore plus loin.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le cas Vincent Lambert n’a rien à voir avec le débat « classique » sur l’euthanasie :

Ne surtout pas confondre avec les cas d’euthanasie

Au départ, la question de l’euthanasie se posait uniquement pour des personnes :

  • En phase terminale (fin de vie) et atteintes d’une maladie incurable ;
  • Victimes d’épouvantables souffrances physiques et/ou psychologiques ;
  • Et ayant à plusieurs reprises manifesté leur volonté de mourir.

Mais Vincent Lambert ne correspond à aucune de ces caractéristiques :

  • Il n’est absolument pas en « fin de vie » : il peut vivre des années, voire des dizaines d’années dans son état ;
  • Il n’est pas atteint d’une « maladie mortelle » : certes, il est très lourdement handicapé, en état « végétatif » ou de « conscience minimale », mais tous ses organes vitaux fonctionnent correctement ;
  • Toutes les expertises s’accordent pour dire qu’il est impossible de savoir s’il « souffre » ou non ;
  • Et il n’est clairement pas en état de dire s’il souhaite mourir ou continuer à vivre.

J’insiste sur ce point.

Ceux qui souhaitent le laisser mourir disent qu’il s’agit de le libérer d’une vie indigne d’être vécue.

Mais qu’en savent-ils ? Rien.

Les experts qui l’ont examiné se sont hasardés à dire ceci :

« La limitation extrême ou totale de ses capacités d’accès à la conscience, de communication, de motricité, d’expression de sa personnalité, l’altération irréversible de son image lui portent atteinte à un point qui n’est pas acceptable par lui-même et par son épouse et tutrice ».

Pour moi, c’est une affirmation totalement gratuite.

L’état de Vincent est peut-être intolérable pour son épouse (ce qui est éminemment compréhensible), mais personne au monde ne peut dire ce qu’en pense Vincent lui-même !

A l’inverse, les parents de Vincent Lambert sont persuadés que leur fils souhaite vivre, « s’accroche à la vie » :

« Il n’aurait en effet pas tenu 31 jours sans alimentation s’il n’avait pas trouvé en lui une force intérieure l’appelant à se battre pour rester en vie. À l’inverse, tous les soignants de patients en état de conscience altérée le disent : une personne dans son état qui se laisse aller meurt en dix jours. »

C’est peut-être une indication, mais pas une preuve définitive.

Je répète que personne ne peut savoir ce que veut Vincent aujourd’hui.

Alors, dans le doute, faut-il arrêter de l’alimenter pour le faire mourir ?

Nourrir quelqu’un, est-ce de l’acharnement ?

Depuis la loi Claeys-Leonetti, l’alimentation artificielle est considérée comme un « traitement médical ».

Personnellement, je trouve ça très troublant.

Dans le cas d’une machine qui aide à respirer, les choses sont claires : c’est bien un traitement, une « assistance respiratoire ».

Si on vous « débranche », vous mourrez parce vous ne pouvez pas respirer sans appareillage.

Mais pour l’alimentation, c’est différent.

Personne au monde ne peut survivre sans boire ni manger.

Nourrir quelqu’un, même via une « sonde », ne me paraît pas être un « traitement médical ».

N’oublions pas que beaucoup de gens ne sont pas capables de se nourrir tout seul : les bébés, bien sûr, mais aussi beaucoup de personnes âgées dépendantes.

J’ai une grande tante aveugle, qui ne pourrait pas survivre si on ne la nourrissait pas. Certaines personnes âgées ont des problèmes de déglutition et doivent être nourries par sonde.

Du coup, la question se pose : alimenter quelqu’un, est-ce vraiment de « l’acharnement thérapeutique », ou de « l’obstination déraisonnable » ?

Si vous regardez bien, les conditions de la mort de Vincent Lambert sont assez dérangeantes.

S’il meurt, c’est uniquement parce qu’on arrête de le nourrir et de l’hydrater.

Vincent Lambert n’est pas branché à des appareils compliqués. Il pourrait parfaitement vivre dans une maison ou un appartement normal, avec une sonde alimentaire et des proches qui prennent soin de lui.

Écoutez ce que dit Philippe, médecin lui-même et papa d’un jeune homme qui est dans un état similaire à celui de Vincent Lambert :

« J’avoue que lorsque j’ai pris conscience, fin 2013, qu’il était question de mettre fin à l’hydratation et à l’alimentation d’un jeune homme en état végétatif chronique, je suis tombé de l’armoire !


Je me suis rendu compte que demain, je pourrais être pris à partie par un médecin qui me dirait : “Ce que vous faites de votre fils, c’est de l’obstination déraisonnable”. Aujourd’hui, il mange par la bouche, mais il est tout à fait possible que demain, s’il est affaibli, il soit lui aussi nourri grâce à une sonde, comme Vincent Lambert ».[10]

Ce malaise, beaucoup de familles l’ont ressenti.

« Un jour, la sœur d’une patiente fait irruption dans mon bureau, énervée et émue, a raconté un médecin qui s’occupe de patients dans le même état que Vincent Lambert. Elle me dit : “Promettez-moi que vous ne ferez jamais mourir ma sœur de faim et de soif ».

Pour certains médecins, il est faux de dire que Vincent Lambert pourrait « mourir de soif », puisqu’il n’est pas conscient.

Mais si on en était sûr à 100 %, pourquoi était-il prévu de donner à Vincent Lambert des anti-douleurs, une « sédation profonde et continue », et de lui humidifier régulièrement la bouche pour éviter la sensation de soif ?

Personnellement, je pense qu’il faut avoir de très bonnes raisons pour laisser mourir quelqu’un de cette manière.

Que vaut la volonté de quelqu’un en pleine santé ?

Selon l’épouse de Vincent et certains de ses frères et sœurs, Vincent « n’aurait pas voulu vivre comme ça ».

Ils disent que Vincent s’était exprimé en ce sens.

Mais très honnêtement, cela ne me paraît pas déterminant.

Déjà, il faudrait savoir ce que voulait vraiment Vincent, dans le détail.

Peut-être qu’il était contre « l’acharnement thérapeutique », mais qu’il aurait voulu qu’on lui laisse une chance minime de progresser, en le plaçant dans une unité adaptée.

Peut-être qu’il était contre « l’obstination déraisonnable », mais qu’il ne voulait pas non plus qu’on le laisse mourir de déshydratation !

Peut-être qu’il s’imaginait que l’état « végétatif » était indigne, invivable… et qu’il ne ressent plus du tout la même chose aujourd’hui !

Encore une fois, on n’en sait rien.

Comme le dit très justement le Dr Sabine Paliard-Franco : 

« Tout le monde sait que lorsque l’on est fort et bien portant, l’on peut lancer à la volée, à qui veut l’entendre et avec conviction, qu’on ne supporterait pas d’être un légume, et qu’il ne faudrait pas en cas d’accident insister pour être maintenu en vie…

Or nous le constatons bien, nous médecins expérimentés dans ces questions de fin de vie, que la plupart des malades, une fois la maladie ou le handicap présents, trouvent d’autres ressources insoupçonnées, physiques, morales et spirituelles, pour lutter contre la maladie et partent souvent contre toute attente lorsqu’ils ont accompli ce qu’ils avaient à faire »[11].

C’est un fait également très connu des chercheurs en psychologie : nous autres, êtres humains, sommes très mauvais pour anticiper ce qui va nous donner du bonheur ou du malheur.

Ainsi, des millions de personnes jouent au « loto » dans l’espoir de transformer leur vie. Mais des études montrent qu’après quelque mois d’exubérance, les gagnants du loto retrouvent peu ou prou leur niveau de bonheur initial.

Et on observe la même chose pour les tétraplégiques : après des mois de profonde dépression, ils ont tendance à retrouver leur niveau de bonheur antérieur à leur accident.

Le grand physicien Stephen Hawkins, enfermé dans son corps gravement handicapé pendant 55 ans, explique ce paradoxe : « mes espoirs ont été réduits à néant lorsque j’avais 21 ans. Depuis, chaque chose est un bonus ».

Et oui : on n’imagine pas à quel point on peut prendre goût à des bonheurs simples lorsqu’on est en situation de lourd handicap.

Voilà pourquoi je ne suis pas totalement convaincu par les « directives anticipées », celles qu’on vous demande d’écrire noir sur blanc, dans le cas où un accident vous arriverait.

Je pense que personne ne peut vraiment savoir comment il réagira, quand cela lui arrivera.

Et dans le doute, il me semble qu’il est difficilement justifiable de faire mourir quelqu’un, surtout si ses parents y sont farouchement opposés.

En l’absence de volonté claireen l’absence de souffrance manifeste, et en l’absence de consensus familial, il est troublant de vouloir mettre fin à une vie humaine.

Alors je le demande solennellement : 

Pitié pour Vincent Lambert

Quoi qu’il arrive, sortez-le maintenant de sa chambre d’hôpital.

Et installez-le au plus vite dans une unité qui prendra soin de lui dignement.

Xavier Bazin

PS : je ne prétends pas avoir la vérité sur un sujet aussi délicat et j’aimerais vraiment avoir votre avis : n’hésitez pas à le partager, en commentaire de cet article.

PS2 : pour compléter, voici de larges extraits de l’excellent avis dissident de 5 juges de la Cour Européenne des Droits de l’Homme[12] (ils ont été mis en minorité par 12 autres juges, qui ont jugé que laisser mourir Vincent n’était pas contraire aux droits de l’homme) :

« Nous regrettons de devoir nous dissocier du point de vue de la majorité. Après mûre réflexion, nous pensons que ce qui est proposé revient ni plus ni moins à dire qu’une personne lourdement handicapée, qui est dans l’incapacité de communiquer ses souhaits quant à son état actuel, peut, sur la base de plusieurs affirmations contestables, être privée de deux composants essentiels au maintien de la vie, à savoir la nourriture et l’eau, et que de plus la Convention est inopérante face à cette réalité. Nous estimons non seulement que cette conclusion est effrayante mais de plus – et nous regrettons d’avoir à le dire – qu’elle équivaut à un pas en arrière dans le degré de protection que la Convention et la Cour ont jusqu’ici offerte aux personnes vulnérables.

Nous voudrions préciser d’emblée que, s’il s’était agi d’une affaire où la personne en question (Vincent Lambert en l’espèce) avait expressément émis le souhait qu’il lui soit permis de ne pas continuer de vivre en raison de son lourd handicap physique et de la souffrance associée, ou qui, au vu de la situation, aurait clairement refusé toute nourriture et boisson, nous n’aurions eu aucune objection à l’arrêt ou la non-mise en place de l’alimentation et de l’hydratation.

Selon les éléments disponibles, Vincent Lambert se trouve dans un état végétatif chronique, en état de conscience minimale, voire inexistante. Toutefois, il n’est pas en état de mort cérébrale – il y a un dysfonctionnement à un niveau du cerveau mais pas à tous les niveaux. En fait, il peut respirer seul (sans l’aide d’un respirateur artificiel) et peut digérer la nourriture (la voie gastro-intestinale est intacte et fonctionne), mais il a des difficultés pour déglutir, c’est-à-dire pour faire progresser des aliments solides dans l’œsophage. Plus important, rien ne prouve, de manière concluante ou autre, qu’il ressente de la douleur (à distinguer de l’inconfort évident découlant du fait d’être en permanence alité ou dans un fauteuil roulant). 

Nous sommes particulièrement frappés par une considération développée par les requérants devant la Cour dans leurs observations du 16 octobre 2014 sur la recevabilité et le fond (paragraphes 51-52). Cette considération, qui n’est pas réellement contestée par le Gouvernement, est la suivante : « La Cour doit savoir que [Vincent Lambert], comme toutes les personnes en état de conscience gravement altérée, est néanmoins susceptible d’être levé, habillé, placé dans un fauteuil, sorti de sa chambre. De nombreuses personnes dans un état similaire à celui de Monsieur Lambert, sont habituellement résidentes dans un établissement de soins spécialisé, et peuvent passer le week-end ou quelques vacances en famille (…). Et, précisément, leur alimentation entérale permet cette forme d’autonomie. Le docteur Kariger avait d’ailleurs donné son accord en septembre 2012 pour que ses parents puissent emmener Monsieur Vincent Lambert en vacances dans le sud de la France. C’était six mois avant sa première décision de lui supprimer son alimentation… et alors que son état de santé n’avait pas changé ! » 

Il ressort des éléments soumis à la Cour que l’alimentation par voie entérale occasionne une atteinte minimale à l’intégrité physique, ne cause aucune douleur au patient et, avec un peu d’entraînement, pareille alimentation peut être administrée par la famille ou les proches de M. Lambert (et les requérants se sont proposés pour le faire), même si la préparation alimentaire doit être élaborée dans une clinique ou dans un hôpital.              

Dans ce contexte, nous ne comprenons pas, même après avoir entendu les plaidoiries dans cette affaire, pourquoi le transfert de Vincent Lambert dans une clinique spécialisée (la maison de santé Bethel) où l’on pourrait s’occuper de lui (et donc soulager l’hôpital universitaire de Reims de ce devoir) a été bloqué par les autorités. 

En d’autres termes, Vincent Lambert est vivant et l’on s’occupe de lui. Il est également nourri – et l’eau et la nourriture représentent deux éléments basiques essentiels au maintien de la vie et intimement liés à la dignité humaine. 

Nous posons donc la question : qu’est-ce qui peut justifier qu’un État autorise un médecin (le docteur Kariger ou, depuis que celui-ci a démissionné et a quitté l’hôpital universitaire de Reims, un autre médecin), en l’occurrence non pas à « débrancher » Vincent Lambert (celui-ci n’est pas branché à une machine qui le maintiendrait artificiellement en vie) mais plutôt à cesser ou à s’abstenir de le nourrir et de l’hydrater, de manière à, en fait, l’affamer jusqu’à la mort ? Quelle est la raison impérieuse, dans les circonstances de l’espèce, qui empêche l’État d’intervenir pour protéger la vie ? Des considérations financières ? Aucune n’a été avancée en l’espèce. La douleur ressentie par Vincent Lambert ? Rien ne prouve qu’il souffre. Ou est-ce parce qu’il n’a plus d’utilité ou d’importance pour la société, et qu’en réalité il n’est plus une personne mais seulement une « vie biologique » ? 

Ainsi que nous l’avons déjà souligné, il n’y a pas d’indications claires ou certaines concernant ce que Vincent Lambert souhaite (ou même souhaitait) réellement quant à la poursuite de l’alimentation et de l’hydratation dans la situation où il se trouve à présent. Certes, il était infirmier avant l’accident qui l’a réduit à son état actuel, mais il n’a jamais formulé aucune « directive anticipée » ni nommé une « personne de confiance » aux fins des diverses dispositions du code de la santé publique. 

Or, pour des questions d’une telle gravité, il ne faut rien moins qu’une certitude absolue. Une « interprétation » a posteriori de ce que les personnes concernées peuvent avoir dit ou ne pas avoir dit des années auparavant (alors qu’elles étaient en parfaite santé) dans le cadre de conversations informelles expose clairement le système à de graves abus. Même si, aux fins du débat, on part du principe que Vincent Lambert avait bien exprimé son refus d’être maintenu dans un état de grande dépendance, pareille déclaration ne peut, à notre avis, offrir un degré suffisant de certitude concernant son souhait d’être privé de nourriture et d’eau. 

Comme les requérants le relèvent aux paragraphes 153- 154 de leurs observations – ce qui, encore une fois, n’a pas été nié ou contredit par le Gouvernement : « Si réellement M. Vincent Lambert avait eu la volonté ferme de ne plus vivre, si réellement il avait « lâché » psychologiquement, si réellement il avait eu le désir profond de mourir, M. Vincent Lambert serait déjà, à l’heure actuelle, mort. Il n’aurait en effet pas tenu 31 jours sans alimentation (entre le premier arrêt de son alimentation, le 10 avril 2013, et la première ordonnance rendue par le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, le 11 mai 2013 ordonnant la remise en place de son alimentation) s’il n’avait pas trouvé en lui une force intérieure l’appelant à se battre pour rester en vie. Nul ne sait quelle est cette force de vie. Peut-être est-ce, inconsciemment, sa paternité et le désir de connaître sa fille ? Peut-être est-ce autre chose. Mais il est incontestable que, par ses actes, Monsieur Vincent Lambert a manifesté une force de vie qu’il ne serait pas acceptable d’occulter. À l’inverse, tous les soignants de patients en état de conscience altérée le disent : une personne dans son état qui se laisse aller meurt en dix jours. Ici, sans manger, et avec une hydratation réduite à 500 ml par jour, il a survécu 31 jours. » 

En aucun cas on ne peut dire que Vincent Lambert se trouve dans une situation « de fin de vie ». De manière regrettable, il se retrouvera bientôt dans cette situation lorsqu’on cessera ou qu’on s’abstiendra de le nourrir et de l’hydrater. Des personnes se trouvant dans une situation encore pire que celle de Vincent Lambert ne sont pas en stade terminal. 

Les questions relatives à l’alimentation et à l’hydratation sont souvent qualifiées par le terme « artificiel », ce qui entraîne une confusion inutile, comme cela a été le cas en l’espèce. Toute forme d’alimentation – qu’il s’agisse de placer un biberon dans la bouche d’un bébé ou d’utiliser des couverts dans un réfectoire pour amener de la nourriture à sa bouche – est dans une certaine mesure artificielle, puisque l’ingestion de la nourriture passe par un intermédiaire. Mais dans le cas d’un patient se trouvant dans l’état de Vincent Lambert, la véritable question à se poser (dans le contexte des notions de proportionnalité et de caractère raisonnable qui découlent de la notion d’obligation positive de l’État au regard de l’article 2) est celle-ci : l’hydratation et l’alimentation produisent-elles un bénéfice pour le patient sans lui causer une douleur ou une souffrance indue ou une dépense excessive de ressources ? Dans l’affirmative, il y a une obligation positive de préserver la vie. 

À notre sens, toute personne se trouvant dans l’état de Vincent Lambert a une dignité humaine fondamentale et doit donc, conformément aux principes découlant de l’article 2, recevoir des soins ou un traitement ordinaire et proportionné, ce qui inclut l’apport d’eau et de nourriture. 

Cette affaire est une affaire d’euthanasie qui ne veut pas dire son nom.

Il s’agit de « précipiter un décès qui ne serait pas survenu autrement dans un avenir prévisible. » 

Le fait d’alimenter une personne, même par voie entérale, est un acte de soins et si l’on cesse ou l’on s’abstient de lui fournir de l’eau et de la nourriture, la mort s’ensuit inévitablement (alors qu’elle ne s’ensuivrait pas autrement dans un futur prévisible). On peut ne pas avoir la volonté de donner la mort à la personne en question mais, en ayant la volonté d’accomplir l’action ou l’omission dont on sait que selon toutes probabilités elle conduira à cette mort, on a bien l’intention de tuer cette personne. 

En 2010, pour célébrer son cinquantième anniversaire, la Cour a accepté le titre de Conscience de l’Europe en publiant un ouvrage ainsi intitulé. Nous regrettons que la Cour, avec cet arrêt, ait perdu le droit de porter le titre ci-dessus. »

Sources

[1] Cité dans ce livre du Dr Sam Parnia.

[2] Citation retranscrite dans le livre du Dr Jean-Jacques Charbonier, Les 7 bonnes raisons de croire à l’au-delà, Guy Tredaniel Editeur, 2012.

[3] https://www.ladepeche.fr/etats-unis-declare-cliniquement-mort-enfant-reveille

[4] https://www.courrierinternational.com/sortir-du-coma-apres-vingt-ans-d-inconscience

[5] https://www.courrierinternational.com/sortir-du-coma-apres-vingt-ans-d-inconscience

[6] https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0960982217309648

[7] https://www.lemonde.fr/patient-dans-un-etat-vegetatif-recupere-une-conscience-minimale

[8] https://www.lexpress.fr/vincent-lambert-a-quoi-servent-les-unites-specialisees

[9] https://www.verein-eras.ch/uploads/files/pdf/AFFAIRE-LAMBERT-ET-AUTRES-FRANCE.pdf

[10] https://www.la-croix.com/Laffaire-Lambert-inquiete-familles-cerebroleses

[11] https://www.famillessanteprevention.org/lettres/docteur-sabine-paliard-franco/

[12] https://www.verein-eras.ch/uploads/files/pdf/AFFAIRE-LAMBERT-ET-AUTRES-FRANCE.pdf



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

367 réponses à « Pitié pour Vincent Lambert »

  1. bour says:

    Vous nous dites: « personne ne peut savoir ce que veut Vincent aujourd’hui ». Alors que faut t’il faire M Bazin? Au passage on comprend bien que vous avez tout de même un avis sur la question…Et toute la question est là, le sors de M.Lambert est dans les mains d’autrui.

    Vous nous dites: « Dans le cas d’une machine qui aide à respirer, les choses sont claires : c’est bien un traitement, une « assistance respiratoire ».
    « Si on vous « débranche », vous mourrez parce vous ne pouvez pas respirer sans appareillage.
    Mais pour l’alimentation, c’est différent.
    Personne au monde ne peut survivre sans boire ni manger. »

    Y a t’il des gens qui peuvent vivre sans respirer?
    je trouve votre argumentation vraiment étrange…lisez bien:
    Dans le cas d’une machine qui vous permet de vous alimenter, les choses sont claires : c’est bien un traitement, une « ’alimentation artificielle » Si on vous « débranche », vous mourrez parce vous ne pouvez pas vous alimenter sans appareillage.
    Mais pour la respiration, c’est différent.
    Personne au monde ne peut survivre sans respirer. »

    Petite question M.Bazin: Est-il éthique de maintenir en vie une personne pendant autant de temps par des machines sous prétexte que des cas exceptionnels de guérisons existes?

  2. GARCIA says:

    Malgré tous ces cas exceptionnels, je maintiens que l’acharnement thérapeutique est à proscrire ! Personnellement, je refuse d’être le cobaye de la médecine, vous oubliez de parler de tous ces cas (documentaires réels de personnes suppliant par le regard, (Vincent qui pleure) les médecins sourds
    de les délivrer) c’est abominable et inhumain !!

  3. DUGAST Franck says:

    Bonjour.
    La médecine est ce qu’elle est, et ne peut dépasser un certain stade, nous si !
    Je vais tenter une concertation avec tous les magnétiseurs et énergéticiens que je connais pour voir si nous ne pouvons tenter l’impossible ! Nous réussissons parfois, l’impossible, notamment en traquant dans le cerveau d’Ambre Lune, petite fille de 7 ans de Nosy Kayo ( facebook ) le gêne MECP2 responsable de la maladie de Rett, et en le détruisant Ambre Lune aujourd’hui s’est remise à parler et à marcher plusieurs kms ! Donc ????

  4. Cauchois says:

    C’est pour toutes ces raisons exposées ici que je refuse que l’on touche à mon corps pour en prélever des organes. Ce n’est pas parce que l’on est incapable de le manifester que l’on souffre ou pas que les médecins peuvent se permettre d’en déduire, même en toute bonne foi … ce qui risque de… les arranger.Malgré tout je reste d’accord avec mon souhait de mourir dans la dignité. J’adhère à l’ADMD depuis 15 ans. Si vincent Lambert avait écrit ses volontés anticipées et signé le papier en bonne et due forme, le problème ne serait pas aussi insoluble.

  5. Impressionnant, merci pour les éclaircissements et la plaidoirie.

  6. monique boileau lacroix says:

    Difficile d’écrire, de proposer, d’approuver, mais réfléchir ….OUI….les parents attentifs et aimants, sont les seuls décideurs pour leur fils avec l’entourage médical……Il semblerait qu’attendre soit la seule décision qui peut être MIRACULEUSE…..
    ESPOIR…..ESPOIR….

  7. Logodin says:

    Je suis infirmière en fin de carrière .Il y a environ 15 ans ,un patient était dans le même état que Vincent .Il a été décidé l’arrêt des soins comme on dit .En fait il s’agissait de l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation .Il est parti , après une longue période ,son corps très amaigri avec des escarres .Je suis restée choquée et je pleure encore en vous écrivant . J’avais l’impression qu’il ressentait des émotions ,qu’il communiquait .Je trouve cette décision hypocrite . Ne vaudrait il pas mieux une vraie euthanasie lors d’un moment choisi avec la famille si on est absolument sûr qu’il n’y a aucune chance de réveil

  8. MARTINE DAZIANO says:

    Bonjour, merci pour tous ses éclaircissements qui me font revoir radicalement mon opinion car il ne s’agit pas d’un acharnement thérapeutique comme les médias essaie de nous le faire croire.
    Je travaille dans le handicap et confirme comme vos témoignages que, concernant le cerveau, nous ne savons pas grand chose et tous les espoirs sont permis. J’ai vu plusieurs cas comme vous le décrivez.
    Cordialement,

  9. Bonsoir,
    Quel courrier ,quel témoignage émouvant, touchant, et plein de réalité et de bon sens.
    Merci pour cet éclairage réaliste, construit avec de vraies expériences qui démontrent que ce n’est pas aussi simple que ça de décider pour quelqu’un, et dans le cas présent, en a t-on le droit.
    Je n’y connais rien en médecine, mais je constate, que l’on a pas tout fait pour donner possibilité à ce jeune homme de retrouver un jour peut ètre; une vie normale ou presque.
    Merci Xavier Bazin

  10. christel donnat says:

    Bonjour,
    Je comprends que tout le monde puisse ne pas être de votre avis, et le sujet suscite de vives réactions, il en est presque tabou. Mais personnellement je vous remercie de nous apporter de vraies informations même si vous avez pris parti, c’est inévitable. Et je suis totalement de votre avis sur ce sujet !

  11. JAYLES says:

    Vous dites que actuellement des cas similaires à celui de MR Vincent Lambert sont traités en hôpital. Faisons lui donc suivre ce traitement. Après nous verrons…,,,

  12. Laetitia Cz says:

    Si ses patents demande de lui apporter tous les soins possibles et d’appliquer ceux qui n’ont pas été mis en place alors que leur volonté et la volonté de vivre de Vincent Lambert soient entendues respectees mème si c’est long.
    Son histoire est incroyable. Merci pour ces précisons. Qui a le droit de décider de sa mort et de tout arrêter : les soins, de l’hydrater, le nourrir alors même qu’il a ce souffle de vie qui dépasse toute intelligence ! Les miracles existent.

  13. CRISTINI says:

    « Civilabel »
    Madame, Monsieur.
    Je lis des informations variées sur le sujet.
    Je ne suis ni CONTRE ni POUR ce que vous écrivez. Je suis simplement curieux de savoir si vous et les personnes qui vous écrivent ont eu le courage de se positionner à l’égard de leur fin de vie. Je connais la seule structure en Europe qui le permet. C’est sur http://www.cerclebleu.org. Dans l’attente de votre réponse

  14. Grette says:

    Je n’avais pas compris son état vraiment ,ce que j’entendais et ce que j’ai lut m’a permis de faire la difference,ses parents n’ont aucun recours pour qu’on le mette dans une clinique spécialisé je pense qu’il faudrait essayer lui Donner sa chance, merci d’avoir expliquer là je comprends mieux ce qui me permet de changer mes propos peut être qu’il faudrait faire une pétition,après une emission pour expliquer à ceux qui ne savent pas vraiment la vérité bon courage

  15. Sinquin says:

    Des Vincent Lambert, il y en a plein les EHPAD !
    Or jamais on ne se pose la question de l’utilité de maintenir en vie des pensionnaires d’EHPAD incapables de se nourrir et de communiquer !
    Pourquoi refuser à ce jeune Vincent ce qu’on accorde très volontiers aux personnes âgées dépendantes ? Pourquoi ne pas le laisser vivre paisiblement et accorder le divorce à son épouse qui n’en peux plus ?

  16. Emma W. says:

    Que les parents de VL lui rendent visite accompagnés
    d’un chaton , même si l’hôpital interdit les annimaux.
    Il aura envie de le revoir et de s’en occuper ! Le chat écoute et calme et …..oui!

  17. maryse lourmiere says:

    Merci de ces informations. Tout est dit . Cet homme a déjà résisté à deux tentatives pour lui enlever la vie (dire pour le tuer est un peu rude) . Un mois sans manger, un mois sans boire. Quelle meilleure preuve de sa volonté à rester dans cette incarnation présente ? s’il souhaitait mourir , quelques jours lui auraient suffi pour se laisser aller dans l’autre monde. Puisqu’il souhaite vivre, en ayant donné la preuve, je ne comprends pas , effectivement, pourquoi il n’est pas transféré soit dans une unité spécialisée , soit chez ses parents , puisque , pour sa femme, c’est trop difficile à vivre, ce qu’on peut comprendre. Quand est ce que notre niveau de conscience permettra aux décideurs de prendre les bonnes décisions en respect de ce qu’est notre vie humaine dans tous ses plans, physiques et subtils ?

  18. Dubois says:

    Lorsque je vous lis je suis bouleversée de voir que ce sujet si sensible est traité de la sorte. J’ai vu il y a une trentaine d’années des grands handicapés, parfois abandonnés par leur famille. Ils étaient soignés avec compétence et je crois pouvoir dire amour. J’ai vu que l’on riait autour d’eux. De quel droit, sans parler de religion de grâce, peut-on dire qu’une vie vaut la peine d’être vécue. Et le serment d’Hippocrate ? Ce qui me trouble le plus c’est que l’on parle de tout cela sans connaître la réalité du patient. Et lorsque l’on a enfin une explication détaillée on parle de politique !

  19. pam25 says:

    Oui Vincent doit vivre.

  20. SERAPHIN says:

    Merci de nous avoir fait connaître la vérité car bien sûr personne à ce jour n’en avait eu le courage. Comme beaucoup je pensais que Vincent Lambert dépendait d’un respirateur artificiel.La réponse de l’auteur de la première lettre n’est pas correcte car il est clair que cette personne n’a pas pris la peine de regarder Vincent Lambert.
    Je souhaite de tout cœur que Vincent puisse se réveiller dans un futur proche. je lui souhaite très bon courage ainsi qu’à sa famille.

  21. Mireille MONSEU says:

    Troublant, il est vrai. Qui peut, sinon par abus de pouvoir, peut prétendre détenir la vérité. La vérité, il n’y a que le malade qui la détienne, tel le prévenu devant la justice, il y a toujours le bénéfice du doute, donc… Laisser vivre tant que cela n’atteint pas la dignité de la personne.

  22. Anita Gross says:

    Vincent doit être considéré comme un être susceptible de conscience et traité avec respect, dignité. Il a droit à la nourriture et les stimulations ne peuvent être que bénéfiques.
    J’ai été moi-même très choquée par la manière dont on a traité une personne âgée qui m’était proche, considérant que le goutte à goutte pour l’hydrater était de l’acharnement thérapeutique et qu’elle était en fin de vie…

  23. VIGNEAU says:

    Je souhaite faire une proposition pour aider Vincent. Je suis la maman d’un fils né handicapé et atteint d’autisme qui ne parlait pas. Pendant 15 ans j’ai pu communiquer avec lui grace à une technique de communication, « la communication facilité » ou « communication reliance » qui se pratique avec une personne formée appelée « facilitant ». Dans les deniers moi de sa vie (il avait 48 ans), il a pu exprimer ses difficultés et son souhait de partir, ce qui s’est réalisé naturellement mais j’aurai souhaité l’aider si cela avait duré plus longtemps, par amour pour lui.
    Alors peut-être pourrait-on demander à Vincent ce qu’il souhaite (je suis convaincue que sa conscience est intacte).
    Pour en savoir plus contacter les associations TMPP (Tiens ma main pour parler) et Espace de parole à Blagnac.

  24. Bonjour Je suis d’accord avec monsieur Bazin Placez Vincent dans un lieu où il aura des soins relatifs à son état et lui donner peut être une chance de s’exprimer . Merci Marie Claire

  25. Ruaz says:

    Merci pour cet éclairage sur ce que vit réellement Vincent Lambert et sa famille.
    Bien sûr que Vincent mériterait des soins plus appropriés à son état, pour le stimuler. Les vidéos que vous nous avez proposées sont émouvantes et montrent bien que Vincent vit « à sa façon ». Et avec l’amour de ses parents. OUI il faut aider Vincent à intégrer une structure qui le ferait progresser. NON il ne faut pas le faire mourir !!!

  26. Marin says:

    Vous êtes pathétique Monsieur Bazin et votre responsabilité est grave et lourde de tenter d’orienter pareillement dans votre article la volonté d’une personne dont vous faites une chose, un objet. Arrivez-vous à dormir tranquille avec votre bonne conscience ? Et si un jour vous, ou un de vos proches, se retrouve dans pareille situation, peut-être vomirez vous votre bienpensance…

  27. Durymarc says:

    Terriblement sadique de ne pas tenir compte de la volonté exprimée d’une personne dans pareille souffrance. Et de faire parler les mots pour récupérer ce qui convient aux décideurs cruels qui font passer la volonté des parents avant celui du sujet -devenu objet et chose…

  28. delmas says:

    Finalement on sait très peu de choses sur la situation de ce pauvre homme, si ce n’est ce que les médias veulent bien nous livrer de façon très superficielle. Merci à vous de nous éclairer un peu plus sur ce cas.
    Je suis absolument indignée et révoltée d’apprendre qu’il n’a jamais été proposé à la famille de le placer dans une unité spécialisée pour lui permettre de faire évoluer son état. Pourquoi ses parents n’ont-ils pas fait de démarche en ce sens ? Ce qu’il vit est vraiment horrible et j’espère pour lui qu’il ne va pas rester des années encore dans cet état.

  29. Anne REMY says:

    Je lis dans les commentaires des préoccupations de coût.
    Il suffit d’écouter Maître Jérôme TRIOMPHE pour apprendre que la durée moyenne dans établissement de soin palliatifs est de 15 jours; alors que Vincent est en soins depuis 7 ans et demie.
    Cette préoccupation est MENSONGERE même se se référer aux chiffres de l’A.M.E. qui pèse scandleusement sur le contribuable français.
    A Reims, Vincent coûte 800 € par jour; dans un établissement spécialisé, il coûterait 200 € (c’est à dire le prix de journée d’un détenu).
    Alors cessez d’en appeler à sa mise à mort pour des questions mercantiles.

  30. Anne REMY says:

    Merci pour ce passionnant article, complet sur la situation de Vincent Lambert qui ne cesse de nous mettre en colère. Il est urgent que l’Hôpital de Reims et le Dr Sanchez laissent partir ce jeune père vers un hôpital spécialisé (j’ai écrit un mail en sens à l’intéressé).
    Je voudrais insister ici sur la découverte, grâce à cet immense humaniste qu’est Jean ZIEGLER que la mort que l’état français se propose d’infliger à Vincent en le privant de nourriture et d’eau est l’une des plus douloureuses
    C’est ici, à 13’30 »:
    https://www.youtube.com/watch?v=smmb2n_rxkg
    Comment peut on légitimer une immigration hors normes par des notions tirées de la dignité humaine (et que j’approuve mais si je ne suis pas dupe des raisons réelles du phénomène et de son caractère objectivement nuisible, y compris pour les migrants) et vouloir tuer 1.800 malades en les privant de nourriture et d’eau…..
    Je voudrais également souligner le fait que le champion Schumascher est probablement dans un état pire que celui de Vincent mais que sa famille a réussi à le protéger des media…..
    Assassiner Vincent, c’est permettre l’assassinat de 1.700 à 1.800 malades « pauci-relationnels »; bref, ce serait un changement de civilisation comme le soulignait exactement la banderole déployée par la marche blanche pour Vincent (à visionner sur la chaîne de Farida BELGOUL)
    Je recommande enfin ce reportage:
    https://www.youtube.com/watch?v=X5-Sooecgzg
    Bien à vous.
    A. REMY

  31. Ces querelles sont inadmissibles. Pourquoi s’opposer aux désirs de Vincent Lambert exprimés avant son accident. Les médecins qui le soignent au quotidien sont sûrement mieux placés que vous pour juger de son état. Plus de 10 ans et une vie de « légume » est-ce vraiment ce qu’on peut souhaiter à Vincent Lambert ? Il ne s’agit pas d’être pour ou contre les parents ou son épouse, il s’agit d’humanité, tout simplement. Comment la mort d’une seule personne a-t-elle pu prendre une telle ampleur ? Sûrement parce que ceux qui sont contre une loi permettant de choisir sa fin de vie sont très très virulents !

  32. Yves Poulin says:

    Merci Xavier Bazin. Après tout ce que l’on a pu lire et entendre sur ce cas dramatique, je m’étais fait ma propre opinion et étais clairement du côté de l’épouse, ne comprenant pas l’acharnement des parents. Et votre lettre, j’ai hésité à la parcourir, puis je l’ai lue avec grand intérêt. Dire que je l’ai trouvée très intéressante et interpellante est un euphémisme. Elle met clairement les points sur les « i » et a changer à 180 degrés mon angle de vision. Mais où sont les fake news !?

  33. PRIVAT says:

    Un seul commentaire : tous ceux qui mettent en doute le diagnostic médical n’ont qu’à s’engager FINANCIEREMENT POUR CE QU’IL REPROUVE; L’HOPITAL NE REFUSERAIT PAS QUE VOUS FINANCIEZ JUSQU’AU BOUT CE PATIENT QUI EST MAINTENU EN VIE SANS AUCUN ESPOIR DE RETROUVER UNE SITUATION NORMALE; Que vous le vouliez. ou non c’est un poids mort, une dépense inutile; alors que CES SOMMES POURRAIENT ETRE UTILISEES POUR D’AUTRES PATIENTS AYANT UNE MEILLEURE CHANCE DE SURVIE. Vous qui vous révoltez savez vous vraiment ce que c ‘est que de travailler avec des patients sans aucun espoir d’avenir ! Savez ce que c’est que de dilapider les deniers publics; ALORS QUE TOUTES LES SOMMITES MEDICALES SONT D’ACCORD POUR DEBRANCHER CE MALHEUREUX. Lorsqu’il n’y a rien à faire….vous devez avoir l’humilité de l’accepter! Si ce patient persiste à manifester une vie intérieure alors la décision sera irrévocable…..ON REBRANCHE !

  34. DEBORD says:

    Un peu de dignité pour lui. n’a t’il pas demandé de partir s’il ne pouvait plus vivre normalement ? respectez sa volonté. Il est évident qu’il ne pourra jamais revivre normalement.
    Heureusement que la sécurité sociale existe, je ne pense pas que les parents auraient autant réagi pour le garder dans cet état s’ils avaient dû régler toutes ces prises en charge !!!!

  35. Boeglin Maria says:

    Le cas de Vincent Lambert m’a profondément émue. C’est vrai il n’est pas mourant. Pourquoi personne ne veut pas lui donner une chance? Pourquoi on n’accepte pas son transfère dans une unité spécialisée pour son état? Il a le droit de vivre!!! Il faut faire le tout pour qu’il quitte cet hôpital!!! Je suis sûr que s’il reçoit les soins adaptés à son état il va récupérer pas mal! Unissons-nous pour faire avancer en bien ce cas compliqué, ne laissons pas mourir Vincent. Si on laisse mourir Vincent, demain il y aura d’autres cas comme Vincent à qui on va refuser le droit de vivre. Ce n’est pas juste!!! La médecine est faite pour sauver et faire, non pas pour tuer et faire une sélection de qui a le droit ou non de vivre!!!!

  36. Sylvie Seuret - von Zeppelin says:

    A la sortie d’un coma de 15 jours, mon époux m’a dit qu’il n’avait jamais autant souffert de la soif de sa vie…
    Des années plus tard, alors qu’il était en phase terminale, j’ai pris soin de faire assurer son hydratation grâce à des perfusions sous cutanées.
    En effet, il y a longtemps de celà , j’avais lu un article sur l’accompagnement en douceur des personnes en fin de vie, en Suisse. Il était écrit que les mourants ont besoin de beaucoup de liquide…
    Merci de votre compassion et de votre ouverture d’esprit !

  37. lesellier says:

    Bonjour monsieur ,

    Je viens de lire avec une grande attention pitié pour Vincent LAMBERT .
    Je vais essayer de vous donner mon avis point par point.
    Les mots vivre et vie sont utilisés très souvent ,alors ,première question : qu’est ce que vivre ,qu’est ce que la vie ? (depuis,il a vécu l’essentiel de son existence allongé dans un lit d’hôpital et selon les médecins,il oscille entre un état de conscience minimale et un état végétatif ) est ce vivre ?
    Pour faire mourrir Vincent,il faut donc arrêter de l’alimenter,et attendre que ses organes défaillent .Sauf erreur ,c’est la solution préconisée dans la loi Léonetti .N’y a-t-il pas d’autres solutions plus rapides ?
    (Qui peut dire que Vincent est inconscient et que son état est irréversible ?) d’après ce que vous écrivez ,les expertises sont opposées . Donc ,d’après moi ,PERSONNE ne peut répondre à cette question .
    D’ailleurs,en 2011,la première analyse avait conclu que Vincent avait bien une conscience minimale avec persistance d’une perception émotionnelle …. Emotion positive ou négative ?

    Et pour la mère de Vincent aussi,c’est une certitude :Vincent peut communiquer. De quelle manière et pourquoi ne l’a t-il pas fait depuis dix ans ?

    Pour s’en apercevoir,dit-elle il faut passer du temps avec lui ….elle sent qu’il lui arrive d’être conscient .Qui peut trancher entre tous ces avis contradictoires? la réponse est :personne .
    Donc ,même la mère de Vincent ne peux le dire .

    Tout récemment,un homme qui a vécu en état végétatif pendant 15 ans (est ce vivre ?)à retrouvé la conscience …..( si être conscient c’est se rendre compte qu’on ne vit pas comme avant et qu’on ne plus jouir de la vie et qu’on fait souffrir moralement les personnes qui nous aiment, je ne vois pas l’intérêt .)

    Dans ces unités…il est hors de question que la journée se passe …..(Tous ces soins peuvent être humiliants pour le malade )

    Il n’est absolument pas en …. encore une fois, est ce vivre ? Vincent est plutôt en <fin de NON vie )

    Mais tous ses organes vitaux fonctionnent correctement ( peut être , mais il ne peux pas les utiliser pour vivre )

    toutes les expertises s'accordent pour dire qu'il est impossible de savoir s'il ou non .
    Ma question : et s’il souffre doit on le laisser souffrir ?

    Ceux qui souhaitent le laisser mourrir disent qu’il s’agit de le libérer d’une vie indigne d’être vécue .
    Mais qu’en savent-ils ? Rien . Et vous,vous le savez ?

    L’état de Vincent est peut-être intolérable pour son épouse mais personne au monde ne peut dire ce qu’en pense Vincent lui même !
    A l’inverse,les parents de Vincent ,eux,sont persuadés que leur fils souhaite vivre . (Je ne comprends pas .Personne au monde ne peut savoir ,sauf SES PARENTS )

    Alors dans le doute,faut il arrêter de l’alimenter pour le faire mourrir? NON ,c’est indigne et cruel de faire mourrir Vincent de cette manière ,par contre une injection,oui .

    Que vaut la volonté de quelqu’un en pleine santé ? (Et la volonté de quelqu’un inconscient que vaut elle ?) pourquoi cela ne vous parait pas déterminant ?

    Peut être qu’il était contre l’acharnement thérapeutique …contre l’obstination déraisonnable ….qu’on le laisse mourir de déshydratation …
    Mais peut être qu’il était POUR . Sauf mourrir de déshydratation ,mais d’une façon moins douloureuse .

    Nous posons donc la question :qu’est ce qui peut justifier ……..ou est ce parce qu’il n’a plus d’utilité d’importance … mais seulement une Est ce que toutes ces questions sont posées lors d’une déclaration de guerre ?

    Même si aux fin du débat …….offrir un degré suffisant de certitude concernant son souhait d’être privé de nourriture et d’eau .Effectivement, qui le souhaiterai ? par contre ,on peut souhaiter quitter cette terre avec d’autres moyens . Moyens qui existent depuis des millénaires .

    Dans l’affirmative,il y a une obligation positive de préserver la vie ….EST CE LA VIE ?

  38. Françoise Brunel says:

    Votre article ouvre une voie de sortie positive au doute soulevé par l’état de santé réel de Vincent Lambert.

    Il me semble que les actions suivantes pourraient être effectuées :

    Rendre l’ambiance autour de lui la plus sereine possible car il ressent les tensions et en souffre.

    S’il ne le fait déjà, demander au père – sans aucune intervention de la mère qui restera à quelque distance – de prendre contact physiquement avec son fils au niveau des poignets (des pouls) tout en lui parlant, même intérieurement, silencieusement, avec affection et en le regardant.

    Veiller à ce que que sa fille, âgée d’une dizaine d’années, vienne le voir régulièrement, pas nécessairement fréquemment, et qu’elle aussi le touche par une caresse ou un bisou sur la joue. Elle pourrait lui apporter un dessin ou une petite broderie faite par elle qui serait déposée sur son plateau de repas ou sa table de chevet ou accroché au mur face à lui.

    Comme vous le demandez, Dr Bazin, le transférer dans un établissement approprié à son cas et reconnu comme tel serait la mesure la plus urgente.

    Demander à un expert extérieur, tel le professeur Steven Lansey dont vous parlez, de venir en consultation avec l’équipe médicale du lieu pour ajouter son avis au leur,

    L’important est l’empathie portée à une personne alitée ou non.

    Mettre en parallèle les arguments développés par les membres de la CEDH, les pour et les contre, et les analyser.

    PS, Dr Bazin : un texte plus court, débarrassé de ses références américaines, aurait eu un effet plus percutant à mes yeux. Merci de nous avoir donné votre point de vue qui m’a permis de changer ma perspective sur ce cas.

  39. Dubois says:

    je suis si surprise de lire tous ces commentaires.
    Pourquoi alors si Vincent Lambert est dans le cas d’autres personnes qui s’en sont sortis, n’a-t-il pas été transféré dans un établissement spécialisé?
    Attendre 10 ans, pour en parler, là aussi c’est un acharnement!!!! A qui profite toute cette médiation?
    Je ne comprends plus…….!!!!!!

  40. Monique L says:

    Vous avez tout à fait raison Monsieur Bazin, j’admire votre capacité de recherche, d’analyse et de synthèse.
    J’espère aussi que Vincent Lambert sera sauvé de la torture et de la mise à mort.
    Qu’il ne souffrira pas de déshydratation pour sa mise à mort, une des pires tortures qui existe, bien rodée en Ehpad maltraitant, et que la cabbale médicale des médecins incapables et arrogants du service où il est coincé depuis si longtemps n’aura pas raison de lui, de ses parents et de deux de ses frères et soeurs…
    Attention, honte à notre gouvernement, Macron en tête, un cortège de pourris, d’opportunistes sans foi ni loi, de dictateurs, de lobbystes et de satanistes, qui s’est bien abstenu de donner son opinion sur le cas Vincent Lambert juste avant les élections européennes, mais qui, cette échéance à peine passée, je l’ai appris hier, s’est pourvu aussitôt en cassation (par l’intermédiaire du procureur je suppose) contre l’arrêt de la cour d’appel, ceci afin de mettre à mort Vincent Lambert. D’autres se sont exprimés bêtement aussi sur son cas (voir Jadot/EELV et Aubry/LFI), cela promet…
    Pitié pour Vincent et pour toutes les autres victimes potentielles et actuelles de ce système (cf Ehpad…).
    Après Vincent, à qui le tour ? Et selon qui cela arrangera, je suppose… Un jour on sur-médicalise et sur-institutionnalise, cela crée des emplois et des profits pour Big Pharma et permet de bien contrôler le handicap, la solidarité, la vieillesse et les emmerdeurs, et un autre jour, finalement cela ne collera pas à la volonté de déstructurer quand il faudra bien passer à la phase tiers-mondialisation/nivellement par le bas et mise au pas des populations de ces anciens pays riches.
    Vous voulez les (nous) assassiner ?
    Alors, faîtes-le, vite et plus ou moins <>, par un peloton d’exécution ou par une piqure létale, mais pas par déshydratation…

  41. Colette Bati says:

    Au vu des dernières vidéos, cet homme est en vie bien sur, hors de question d’arrêter de le nourrir, il a besoin d’ être nourri et écouté entendu ; il s’accroche Si l’on pouvait transmettre à sa mère, qui le console comme un bébé a qui l’on demande de ne pas pleurer, de lui permettre au contraire de le laisser pleurer dans son giron en se taisant et recevoir ses pleurs, » ça- le –sou-la -ge- rait « . Il pleure, c’est sùrement un besoin de s’exprimer. qu’on le lui permette! il n’est pas mort que diable!

  42. Andréa says:

    Je n’ai qu’une seule question, cruciale : pourquoi n’a-t-il pas été transféré dans un établissement spécialisé, alors qu’il est à l’Hôpital de Reims depuis 10 ans ????
    C’est seulement aujourd’hui « qu’ils » s’en préoccupent …???

  43. Hénon Sylviane says:

    Article bien orienté ! De quel droit vouloir imposer ses idées ? Pourquoi mettre en doute les intentions de VL quand il était capable de s’exprimer ? Il ne voulait pas d’une telle « vie », pourquoi ne pas le respecter ? Dans ces conditions il ne sert à rien d’écrire au préalable ses intentions qui sont susceptibles de ne pas être respectées par des cathos intégristes qui veulent imposer leurs idées à tous !

  44. Roseanna says:

    Toutes ces histoires me semblent pointer vers une chose: la décision de rester encore dans son état corporel ou de le quitter appartient a l’âme de l’individu. Nous avons été conditionné a croire que la médecine sait mieux que nous et dans certains cas cas, elle peut agir selon le souhait de l’âme. Mais dans bien d’autres, la leçon pour l’être humain serait de ‘reprendre le volant’ et regagner la souveraineté de soi – a tous les niveaux et en toutes circonstances. C’est ça la conscience (au delà de la définition clinique). Si Vincent persiste, c’est qu’il a encore quelque chose a partager avec l’humanité. Je vis aux Etats Unis et j’entends ce qu’il dit: La conscience vit au delà du corps physique et la croyance dans la ‘mort’ n’est qu’un des piliers principaux de notre conditionnement. C’est cette croyance erronée qui qui nous maintient dans un système économique qui détruit l’environnement pour produire de quoi nous distraire de cette ‘peur’ de mourir sans jamais nous en libérer. Merci infiniment Vincent et merci a tous ceux qui nous témoignent de cette importante révélation. Si on la comprend a sa juste mesure, elle nous mène a la libération.

  45. Nolwenn says:

    Il faudrait, je suis d’accord avec un commentaire précédent, pouvoir parvenir à entrer en communication avec lui.. d’une manière comme d’une autre (fasciatherapie, médium, Magnetiseur etc..) et si cela n’est pas possible, alors se montrer empathique et abréger ses souffrances une fois pour toutes! Qui souhaiterai vivre de cette manière? Maintenu à la vie par une sonde, devant laisser au passage de nombreuses marques de blessures, à force.. ou par des tuyaux ! Ne pouvant jamais s’exprimer ou se laver soi-même! A ceux qui diront qu’il s’est accroché à la vie car il a résisté à 30 jours de jeûne, sachez que le corps humain est tout à fait capable de subsister sans manger et même au-delà de cette période… et que durant ce délai des mécanismes d’auto-guérison entrent en jeu! Cela ne révèle donc pas la volonté de survie de ce pauvre Monsieur mais simplement son incapacité à s’exprimer et à son corps de s’auto-guérir, le corps étant avant tout notre premier cerveau, si aucun changement notoire n’a été relevé suite à cette période d’abstinence les conclusions suivent d’elles même!! Aujourd’hui je ne comprends absolument pas pourquoi nous tentons absolument de maintenir la vie quant celle-ci n’est plus que souffrance ! De nombreux pays ont mis en place l’euthanasie et se montrent beaucoup plus humains dons leurs décisions ! Nous le faisons bien sans soucis quant l’un de nos compagnons à 4 pattes souffre injustement et que son état est déclaré comme perdu, pourquoi en serait-il autrement pour un être humain ! .. Quant aux autres qui diront que seul « Dieu » peut décider de l’heure ou doit mourir chacun, je répondrai que ce « Dieu », peu importe comment on l’appelle, à aussi placé entre nos mains le sentiment d’empathie que j’évoquais auparavant et une capacité de réflexion, (corporelle, mentale, émotionnelle), qui doit nous permettre de faire la différence, de peser le pour et le contre en privilégiant l’amour et la bienveillance! Ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerai pas qu’on te fasse.. et bien soit!

  46. Bozena says:

    Bonjour, Monsieur. Merci pour votre article qui exprime assez bien mes doutes et interrogations.
    Il y a quelque temp j’ai vécu l’expérience de la « décorporisation ». Une nuit j’ai eu une sensation
    très bizarre en dormant. J’ai été saisie d’une espèce de tremblement, fourmillement dans tout mon corps et une sorte d’angoisse profonde, j’ai eu l’impression d’être En train de mourrir. J’ai résisté pendant un moment et finalement je me suis résigné. Je me suis laissé aller et j’ai cessé de lutter. Après un moment, je ne sais pas combien de temps j’étais Inconsciente, je me suis trouvé flottant dans l’air. J’ai regardé notre lit, mon mari dormait et j’étais à côté de lui. Enfin, j’´ai vu mon corps comme je ne me suis jamais vue. C’était bien moi mais je me suis vue plus vieillie que en réalité. J’ai pris conscience que, étant dissocié de mon corps, j’étais donc morte. J’ai fait mes adieux à mon mari. Ça m’a fait de la peine de le quitter, je l’aimait profondément. En même temps je n’ai pas eu trop de temps pour m’y attarder. Je me suis demandé comment faire pour sortir dehors au travers les murs, car j’ai monté lentement vers le plafond. On dirait que le mur était poreux et soudainement j’étais dehors.
    Il c’est passé plein de choses, le récit complet serait trop long ici. Un raccourci : j’ai vu cette magnifique lumière blanche et dorée qui m’attirait avec une force irrésistible. Et, je m’y suis dirigé avec l’envie de m’y plonger. Soudainement, trois personnes était devant moi. Ma mère, mon père et ma sœur décédée. J’étais si heureuse de les retrouver ! Je me suis approché pour les embrasser. Mais ma mère, au lieu de me prendre dans ses bras m’a très fortement repoussée !
    Et, soudainement, j’ai revu mon corps dans le lit et je m’y suis glissé ! J’étais abasourdie ! J’étais contente de retrouver mon amour chéri. En même temps j’étais fâchée contre ma mère. Je lui en voulait de m’avoir rejetée. J’y étais si bien !
    Je le suis possée la question pourquoi on m’a fait revenir. Nos enfants étaient adultes et menaient leurs vies loin de nous, totalement indépendants….. depuis, je n’ai absolument pas peur de mourir. J’ai eu un début de la même expérience une autre fois, mais à peine sortie, j’ai été « aspiré” dans mon corps. Ce n’était pas un rêve, j’en ai une certitude absolue. Par ailleurs, je suis athée, je ne crois ni en dieu, ni aux miracles. Tout à fait cartésienne. C’est une des raisons pourquoi l’idée d’assistance a une personne pour l’aider à mourir sans les souffrances inutiles et surtout dans la dignité, ne m’effraIe absolument pas et j’ai demandé a mon mari de ne pas me laisser vivre en état de « légume » le cas échéant.
    Mais, le cas de Monsieur Lambert et sa famille, montre bien que nos certitudes ont une base instable. Au début, j’ai pensé, que l’on devrait écouter son épouse. Je suis intimement persuadé qu’elle dit la vérité. Par ailleurs, l’acharnement de sa mère a le faire vivre dans ces conditions, m’a un peu irrité, puisque je connais d’autres catholiques qui au nom du Dieu a donné, Dieu reprends, ont laissés vivre une longue et pénible agonie à leurs proches. Mais, j’ai pensé que ce Monsieur était branché à des tuyaux pour le nourrir, abreuver et surtout pour respirer ! Or, d’après Votre récit, il n’en’ est rien. Et là, je suis d’accord avec vous. Comme il ne peut pas s’exprimer , je pense que l’on ne peut pas abréger sa vie. Je pense , qu’il faudrait le faire bénéficier de stimulations diverses pour l’aider â sortir de ce coma, tant que ses organes marchent correctement et tant qu’il ne souffre pas.
    Le problème de toute cette campagne est que l’on demande l’avis aux gens sans leur donner une information objective complète et vraie.
    Merci pour vos éclairage et vos arguments très pertinents que je partage avec vous.
    Avec mes salutations distinguées.
    Bozena HALOUA

  47. martine says:

    Bonjour,
    Très touchée par cette personne qui ne demande qu’à vivre.
    Sortons le de cet hôpital et que ses parents le placent dans un établissement spécialisé en le sortant à l’aide d’un fauteuil roulant et à l’extérieur.
    Peut-être y aura-t-il un déclic !
    Bon courage à lui et à ses proches.
    Ne le laissons tomber.

  48. Koussa Philippe says:

    Je ne suis pas du tout pour l’acharnement thérapeutique, vous préciser que Vincent a juste besoin qu’on l’alimentation par sonde et une hydratation, ok donc si il faut juste cela pour le garder dans son état végétatif actuelle, je me demande pourquoi les parents n’ont pas depuis 10 ans amenager une pièce chez eux et prendre des personnes pour venir faire les toilettes et lui injecter ce dont il a besoin. Cela aurait permis non seulement de faire des économies monstrueuse, car les tarifs de jours dans un soin de réanimation s’élèvent entre 1000 et 1500 € par jour, je vous laisse le soin de faire le calcul de dépenses engagées depuis 10 ans pour le garder dans son état végétatif.
    De plus les parents l’aurai à leurs côtés sans avoir à régler leur décision devant la justice en prenant des avocats véreux, déshonorant le respect de chacun et profitant de cet homme végétatif pour engranger de l’argent car je doute qu’il fasse ça à titre gracieux.
    Je pense qu’il faut également se mettre à la place des autres proche, tel que sa femme ou ses neveux qui désire le laisser partir dans la dignité.

  49. Agk says:

    Merci 🙏. Vous m avez fait changer d avis. C est un signe, il vit.

  50. Fontaine Marie-Anne says:

    Je suis abonnée à différentes revues et j’ai lu dans une d’elles que des parents dont le vils était dans un état similaire à celui de Vinent qu’ils avaient demandé aux médecins de le compléter en Oméga 3 et que cela avait fonctionné. Pourquoi ne pas essayer?

  51. Pierre S says:

    Merci Xavier Bazin pour cette analyse pertinente, riche et courageuse !
    A tous ceux qui <> la fin de vie de Vincent : A QUI APPARTIENT LA VIE d’une personne humaine ? à qui appartient votre propre vie ? vos parents vous la transmettent et ne peuvent pas vous la reprendre. Vous-même n’avez rien demandé pour la recevoir ? La maladie, le handicap vous donnent-ils droit à vous suicider quand vous le pouvez ? si votre réponse est OUI, en êtes-vous bien sûr (le fait de pouvoir matériellement le faire n’est pas une justification philosophique) ? La vie que vous avez vous appartient-elle ? si oui pourquoi ? car en êtes-vous l’auteur ? Posez-vous la question philosophiquement.
    Dans ces conditions, étant donné toutes les hypothèses non tranchées sur la question de la fin de vie de Vincent Lambert, contre l’avis d’un certain nombre d’experts, de médecins, de juges etc. le débat (qui n’en est pas un) a tout l’air d’une prise de position philosophique qui montre profondément l’état d’acharnement euthanasique dans lequel les nouveaux penseurs de notre société sont plongés. Pour ceux que ça intéresse, lisez LE MAÎTRE DE LA TERRE de Robert Hugh Benson. Vous verrez la finalité d’une telle philosophie, vous verrez combien vous faites fausse route et quels écueils sociétaux vous attendent.

  52. BORDET says:

    Bravo pour votre article .
    Pourquoi ne pas envisager un essai de communication par télépathie et/ou via un médium? ou encore un travail avec les fascias ce qui irai dans le sens de la prise en charge ‘stimulation – communication’ dont vous parlez.
    Je sais qu’il faudrait que l’entourage soit ouvert à ces démarches.
    il y en aurait d’autres …
    Cordialement.

  53. VIBES says:

    Vous parlez de pitié pour Vincent Lambert !!!
    Avez vous pensé au calvaire que vit sa femme ?
    Je pense que non et ne préfère pas épiloguer sur ce sujet. Quand j’ai vu les cris de joie des partisans de le laisser vivre en contraste avec la retenue de sa femme et d’une autre partie de la famille, j’ai été écoeuré. J’espère ne plus avoir à lire d’article de ce genre…

  54. Fontannaz Nancy says:

    Je vous en supplie, faites une pétition, nous la signerons !!!
    Vincent Lambert mérite d’être dans une unité de soins spécialisée, comme vous l’expliquez :

    Dans ces unités, les patients bénéficient de l’intervention de kinesithérapeutes, d’ergothérapeutes et d’ortophonistes deux à trois fois par semaine minimum.

    « Il est hors de question que la journée se passe dans le lit et dans la chambre : les patients sont levés, habillés, mis dans des fauteuils adaptés et vont rejoindre d’autres personnes pour créer une vie sociale. »

    Ces femmes et ces hommes peuvent sortir à l’extérieur, sentir une brise d’air frais, entendre le chant d’un oiseau

    Merci d’avance !
    Nancy Fontannaz

  55. Jocelyne Patole says:

    J’ai longtemps considéré qu’il ne devait pas avoir d’acharnement thérapeutique et c’est d’ailleurs en ce sens que j’ai rédigé mon testament…Cependant, en lisant tout votre exposé au sujet de Vincent Lambert, je ne suis plus aussi certaine de la pertinence de ce que je pensais être juste et libre….d’autant que je crois, au plus profond de mon Être que le Souffle Divin, est au dessus de tout et qu’il nous faut, juste humains que nous sommes, faire preuve d’humilité et de Confiance. Aussi, j’envisage de communiquer très prochainement avec mon notaire et préciser mes intentions: que mon maintien en vie soit conditionnel à une autonomie de réflexion, d’expression et de déplacement. Que ce maintien en vie ne débouche pas sur une dépendance vis à vis d’autrui ou d’une machine. En clair, sortir d’un éventuel état végétatif sans contrainte d’assistance de la part de mes proches.

  56. WENEHOUA says:

    Bonjour Docteur,
    je ne suis pas Médecin, ni quoi d’autres qui pourrait apporter au sens de la santé humaine en générale.
    En lisant ces lignes je me mets à la place de Monsieur Lambert et je m’identifie à un ordinateur avec son ECRAN mis en veille. Mr Lambert n’émets plus d’image ni de son mais tout à fait en vie. C’est de l’allumer cet Ordinateur. Appuyer sur le bouton. L’écran s’allumera tout doucement et le son avec. En tout cas Merci encore Docteur pour ces précieuses informations. Soyez bénis ainsi que la famille de Mr Lambert. Une parole des PSAUMES 46:2 Dieu est un refuge sur lequel on peut s’appuyer et dans la détresse il est un secours qui ne manques Jamais.

  57. Perthuis says:

    MERCI pour ces informations précises, documentées, et les films qui permettent de voir que ce que véhiculent les médias sur VL est mensonger et idéologique, en nous faisant croire qu’il est dans un état comateux et terminal, ce qui est visiblement faux.
    De plus, hydrater et nourrir ne sont pas des soins, mais des besoins vitaux, et on voit, de la part de cet hôpital de Reims, un acharnement à vouloir faire mourir de la façon la plus odieuse et cruelle qui soit: de faim et de soif. On comprend alors pourquoi la dernière loi de bioéthique a voulu faire passer l’hydratation et l’alimentation pour des ‘soins’.
    Il est indigne que ce médecin Sanchez se prévale plus longtemps du titre de médecin: c’est un bourreau.

  58. liliane says:

    depuis tant d’années cela me semble être un horrible
    acharnement thérapeutique

  59. Pavageau Maryannick says:

    Maryannick PAVAGEAU
    C

    Une famille se déchire, met ses différends sur la place publique, les médias se déchaînent, l’occasion pour des médecins, des spécialistes de l’éthique, de nous faire part de leurs connaissances, de leurs certitudes et peu de leurs doutes. Depuis que le sujet agite la société, la sémantique se modifie on ne parle plus de dignité mais de liberté, d’euthanasie mais d’aide au départ, de confort…..les mots se font moins agressifs mais le fond du problème reste le même.

    Dans chaque émission on cite en exemple des pays limitrophes comme la Belgique, mais on oublie de dire que justement qu’en Belgique existe le plus grand centre de recherches sur les suites de la réanimation animé par le professeur Steven Laureys. Il pilote depuis des années des études avec l’association ALIS. Je me souviens lors d’un congrès de cette association à Nantes, dans la salle il y avait quelque 250 personnes principalement du monde médical. A la réponse posée aux LIS « S’il vous arrivait un nouveau problème grave voudriez-vous être réanimé ? » La majorité de la salle de répondre bien sûr que non ; à la surprise générale 80% des LIS répondent « oui qu’on nous réanime, notre vie a une qualité suffisante pour être vécue » Ce même professeur a pu entrer en relation avec plus de 40% des personnes que l’on considère comme « légumes ».
    Ce qui reste incompréhensible dans le cas de Vincent Lambert c’est cet acharnement à vouloir le tuer. Depuis qu’il est dans cet hôpital, avec tous les problèmes soulevés, la sérénité ne se retrouvera jamais , pourquoi n’accède-t-on pas à la suggestion qui a été faite de le transférer dans un établissement plus particulièrement dédié à son état de santé ? ceux-ci ont été créés à l’initiative de Monsieur Kouchner. Est-ce le bon service ne devrait-on pas écouter et consulter les médecins spécialisés dans les soins aux trauma-crâniens. Deux exemples montrent que l’équipe médicale est dépassée par cet évènement et n’est même plus capable de tact : l’annonce du début de l’engagement du processus de mort est fait par un mail sybillin, du style » colis que vous attendez vous sera livré demain »
    Tout laisse à supposer que la mort serait intervenue à la fin de la semaine « beau cadeau de fête des mères »
    Ce cas médiatisé fait apparaître d’autres problèmes les situations collatérales créées par les progrès techniques de la réanimation qui maintiennent en vie mais n’amènent obligatoirement à la bonne santé. Aujourd’hui 1700 personnes se trouvent dans un état similaire à monsieur Lambert.
    Hier un professeur, unanimement respecté, expliquait que ceci ne se renouvellerait pas puisque l’on faisait le nécessaire maintenant dès la réanimation, sous quels critères ? . On ne mesure sans doute pas le coup de massue reçu par les gens comme moi, cérébraux lésés, pauci relationnels, Lis… leur famille pour qui un jour pousse l’autre, on nous fait sentir notre inutilité, notre encombrement…. Mais sous couvert de sollicitude, d’humanité généreuse n’a-t-on pas parfois une médecine dépassée par ses connaissances, mais déshumanisée, une médecine faite seulement de technique et d’administratif conduisant à commettre l’irréparable
    Au dernier moment le dossier de la fin de vie a été joint aux questions de bioéthique, le docteur Sanchez fait sans doute sujet de pressions et de manipulations pour éprouver les limites de la loi Léonetti et ouvrir en douceur le droit à l’euthanasie

    Cette situation m’interpelle plus directement et plus personnellement, en effet il y a 35 ans à 29 ans j’ai fait deux AVC qui m’ont laissée depuis entièrement paralysée et dépendante. Ce sujet fait ressurgir des souvenirs, par exemple pendant ma période de coma je me souviens de mon désarroi devant la question d’un professeur « serrez-moi la main » je n’ai sans doute rien pu faire et je me suis dit qu’ il ne voulait pas me soigner. Toujours dans le coma Je me souviens de cet autre professeur qui venait tous les jours et restait pensif au pied de mon lit. Dans un autre service en réanimation, j’ai appris depuis que j’étais condamnée ; je me souviens de ce grand week-end de Pâques 1984 où une surveillante est entrée dans ma chambre et a débranché mon respirateur en prétextant qu’un autre malade en avait besoin….. je pourrais allonger cette liste. Mais c’est surtout un merci que je dois à tous ces services de réadaptation, hôpitaux à domicile où exercent dans la discrétion et la persévérance des professeurs, docteurs, infirmiers, kinés, aide soignants, les aidants, aux diverses associations qui accompagnent le monde du handicap. Oui merci à tous ceux qui ont pris et prennent soin de moi.

    Je n’ai sans doute pas la vie dont j’aurai pu rêver mais c’est ma vie Et oui ! depuis 35 ans je suis là, insérée dans la vie sociale, intervenant dans différentes manifestations, information d’étudiants, formation d’élèves infirmiers, auditionnée par Jean Léonetti,( il a reconnu que c’était l’entretien sur un sujet essentiel où la commission avait le plus souri) soutien à des familles désemparées devant cette vie nouvelle qui s’ouvrait à elles, participation active diverses associations, déléguée d’une grande mutuelle d’assurances, lors de la première réunion la présence de mon fauteuil a surpris, ma difficulté à parler encore plus, la présence de mon mari me faisant manger. Ce sont des milliers de lettres que j’ai fait parvenir au monde médical, politique, décideurs de toute sorte, intellectuels, religieux…. Bien accompagnée j’ai pû voyager dans le monde entier. J’ai fait des rencontres que je n’aurais jamais faites et pourtant je suis entièrement paralysée, parlant avec difficulté, ayant besoin en permanence de quelqu’un ne serait-ce que pour chasser une mouche

    Pour moi la relève dans l’accompagnement est assurée, dernièrement ma petite fille de trois ans s’est hissée sur la pointe des pieds m’a mis un gâteau dans la bouche « tiens Manick c’est bon…hein ! »

  60. michele meziere says:

    quand il y a de l’argent on peut se permettre tout qui paie la s s pourquoi y a t’il 2 sortes de français (un jeune dans un coma depuis 3 ans qu’on ne veut plus garder dans un hopital c’est la maman qui a perdue son mari qui doit le reprendre chez elle) ou est la justice encore le fric

  61. Boucharinc.L says:

    Changez Vincent d’établissement, c’est urgent, pour que tout le monde le laisse tranquille, un jour il racontera tout ce qu’il aura vu et entendu…… Comme ma fille Émilie, tant qu’ils respirent seuls il y a de l’espoir et personne ne doit s’y opposer. Une maman qui souffre du coma de son enfant.

  62. Françoise Brunel says:

    Lettre trop longue, le lecteur lassé arrête avant l’essentiel que sont les données de mars 2019 et surtout la position argumentée des opposants à la décision prise par la CEDH que vous présentez en PS2. Vincent Lambert a beaucoup de chagrin, cet aspect émotionnel peut bloquer sa déglutition.

  63. Ristori Mireille says:

    Un très grand merci pour ces précieuses informations. Elles permettent de faire un choix motivé par autre chose qu’un simple sentiment entaché d’incompétence et sans connaissances pour l’étayer. Je les ai transmises à plus de 50 personnes. Elles sont particulièrement éclairantes.
    Merci!
    Mireille Ristori

  64. patrick Bigeard says:

    Sortir de la vision matérialiste demande du temps mais nous sommes dans ce temps, ce mouvement, cette ouverture de conscience.

  65. P Lorans says:

    Il est indécent et choquant de voir cette vidéo dans laquelle Vincent ne semble pas particulièrement apprécier la main qui le caresse et détourne le regard…
    Quelle honte pour les parents d’avoir mis en ligne cette vidéo.
    Je soutiens sa pauvre épouse et toutes les équipes médicales qui ont toutes le même avis sur la question.
    En revanche, il existe des moyens plus humains de le faire partir de façon digne…
    Je suis moi-même père de 3 enfants et dans aucun cas je ne leur ferais vivre ce que Vincent vit sans conscience.
    C’est un égoïsme fou que de lui faire vivre contre sa volonté ce qu’il vit, même à des animaux on ne supporterait pas.
    Je suis croyant, comme le médecin qui a en conscience donné son avis pour interrompre les soins, la seule différence étant de le faire partir sans souffrance.
    Science sans conscience n’est que ruine de l’âme,
    Vincent n’a plus la conscience il s’agit juste d’un acharnement qui n’a aucun sens sauf d’etre Inhumain, extrémiste jusqu’au bout des ongles.
    Alors oui, il faut exprimer sa volonté afin d’eviter Ce que vit le pauvre Vincent, victime de l’acharnement de ses parents, des avocats minables qui les accompagnent…
    De plus, l’argent incroyable dépensé inutilement pourrait servir à tant de personnes dans la souffrance et le besoin….
    Cordialement

  66. Evelyne Maurin says:

    BONSOIR, Je suis entièrement de votre avis , qui sommes nous pour juger si un être Humain doit vivre ou mourir . qu’il soit transferer dans un sevice adéquate et on verra . Peut être qu’il réagira rapidement . Merci de cette lettre Docteur .
    Evelyne Maurin

  67. Zolnai says:

    La vie est plus forte que la mort

  68. Jadot says:

    A priori, rien de ce qu’il en était réellement ne nous a été dit.
    Je n’avais pas vu le problème sous cet angle.
    À la lecture de votre récit, je partage totalement votre avis.
    Il n’est donc plus question de maintien en survie ou d’euthanasie !!!
    Pour ma part, je ne retiendrai que le fait que Vincent Lambert est en lutte pour la Vie sans quoi effectivement il se laisserait aller.
    Il ne serait pas le premier à en croire tout ce que vous en dites.
    A Dame Nature de faire son œuvre, et pour ce faire, remettons-le en lieux et conditions optimales avec soins adaptés.
    EV

  69. Johanne SANDON says:

    Qu’elle est belle la vie de Vincent Lambert!!!!
    Je ne comprend pas où vous voulez en venir???? avec votre démonstration IGNOBLE….
    Quand on dit qu’on ne veut pas d’une telle vie si nous nous retrouvions dans la situation de Vincent c’est QUE NOUS NE VOULONS PAS D’UNE TELLE VIE… qui n’est pas LA VIE!!! AMEN

  70. MÜLLER Helmut says:

    On peut fort bien être surpris et même scandalisé de la volonté de certains à faire «mourir» Vincent Lambert. On peut aussi s’interroger sur les motifs d’autres à le faire vivre à tout prix. Moi, ce que je regrette, c’est la dimension judiciaire et médiatique prise par cette affaire (plus de 5000 mots rien que pour vous !) . Quel gâchis ! Alors, si ça peut faire le bonheur des ses parents, qu’on laisse moisir Vincent au fond de son cachot organique et qu’on n’en parle plus ! Au moins on s’épargnera la surenchère dans le sordide ! Et si, par extraordinaire, il se réveille dans cent ans, alors là ce sera un scoop, mais aucun de nous n’en profitera !
    Deux remarques toutefois:
    – vous mettez en question la valeur des déclarations de désir de non-acharnement thérapeutique. Autant remettre en question la valeur de tout testament, car quel est véritablement l’avis actuel du testataire ? N’aurait-il pas changé d’avis et dans l’incapacité de le dire ?
    – quelle est aujourd’hui la situation des membres de la famille opposés à l’«acharnement thérapeutique» ? Vous évitez soigneusement d’aborder ce sujet. Pourquoi ? N’ont-ils pas droit à une vie sans Vincent, si tel est leur désir ? De refaire leur vie, comme on dit ?

  71. Dan says:

    Cette lettre est passionnante.
    J’ai moi-même été 2 fois en NDE et je peux certifier que cela existe et que ce ne sont pas des affabulations.
    Je suis interpellée par le cas de Vincent mais en ouvrant le « champ de vision » on peut s’apercevoir que d’autres personnes vivent dans les mêmes conditions soit dans un établissement spécialisé soit chez eux au sein de leur famille.
    Pourquoi Vincent n’y a-t-il pas le droit ?

  72. Pontoni says:

    Vincent relève vraiment du handicap et doit donc être accueilli dans un centre spécialisé ou dans sa famille, avec aide. Ce serait un crime de ne plus l’alimenter ni hydrater , ce serait le tuer.
    Cependant pour son épouse, ça doit être très compliqué car il y a conflit familial.
    Vincent ne doit pas être la victime de ce conflit ! Ni de celui des médecins.

  73. annette dp says:

    D’une part, cet homme serait sûrement mieux dans une unité de soins spécialisés correspondant à son état.
    D’autre part, la conscience et le cerveau n’ont aucun lien. Certains scientifiques le savent déjà mais ils subissent les sarcasmes de leurs confrères sourds et aveugles, et, aucun média n’en parlera sauf pour les ridiculiser. Ce serait remettre en cause la « vérité officielle » et toute une façon bien enracinée d’appréhender la vie.
    Notre cerveau sera un jour détruit, pas notre conscience.
    P.S. cette réflexion n’engage que moi.

  74. Regimbau says:

    Le Pr Delmas Professeur ( Paris) d anatomie il y a si longtemps avait fait un cours génial bien loin des données basiques actuelles . Nous ne savons quasiment rien du fonctionnement de notre cerveau. De nombreuses publications sur la vie après la vie (NDE) .Expérience personnelle d ‘ un patient qui malgré un lourd handicap moteur vivait plein d’espoir

  75. REINHARD says:

    Mêlez-vous de ce qui vous regarde.
    Très choquée que vous osiez donner un avis sur un sujet aussi …philosophique et éthique.
    Je ne suis abonnée que pour l’intérêt médical et de santé que je porte à votre newsletter.
    Si vous refaites un sujet identique, je me désabonnerai et avec moi tous mes amis abonnés.
    Ce n’est pas ce que nous venons chercher chez vous!
    Pourquoi ne pas nous dire pour qui voter pendant que vous y êtes?

  76. Beattie. Jeanne says:

    Laisser Vincent Lambert vivre, si Dieu avait voulu il aurrai pris avec sont accident. Que Dieu le Bennise.

  77. Anne-Marie DECHENAUD says:

    N’ayant pas lu les réponses des autres lecteurs avant mon premier commentaire, je précise que je suis tout à fait d’accord avec cet article, Mr Bazin, et vous remercie de nous avoir partagé ces informations et points de vue qui ne sont absolument pas évoqués dans les médias.

  78. Anne-Marie DECHENAUD says:

    Tout à fait d’accord avec vous

  79. Philippe DUPONT says:

    Merci pour cet éclairage humain sur un sujet aussi difficile. Il me semble que tant qu’une lueur rouge apparaît sur la branche il est nécessaire de souffler dessus pour que la flamme reparte.
    Amicalement.
    Philippe

  80. Béned says:

    Merci pour votre article me semblant vraiment complet. Loin d’une médiatisation remplie d’affects ou de transferts psychologiques…
    Enfin un article dans lequel on peut comprendre les différents points de vue, voir quelles pourraient être les perspectives pour Vincent Lambert, la question si délicate de sa volonté à lui, l’absence de jugement concernant les souhaits de ses proches
    Merci!

  81. Philippe says:

    Personne n’évoque le coût du maintien en vie artificielle, 3000€ / jour environ sur 10 ans faites le calcul … ne pourrait on pas utiliser ces sommes plus efficacement ? Ou alors demander à la
    Famille d’assumer le coût …?

  82. PJO38 says:

    Je ne crois pas un mot de votre courrier, si vraiment il y avait de nombreux cas de personnes dans le comas/en fin de vie depuis 10 ans ou plus, la presse en aurait parlé !
    Si les parents sont si attachés à leur fils je ne comprends pas qu’ils ne le prennent pas chez eux, là au moins ils seraient en « contact » permanent avec lui.
    Je ne suis pas non plus pour l’arrêt de l’alimentation mais il y a des moyens beaucoup plus doux pour mettre fin à la vie.

  83. ledermann says:

    Merci de m‘avoir ouvert les yeux ! Moi aussi, je faisais partie de ceux pour qui l‘état végétatif est le Symbole d‘une vie qu‘il faudrait mieux ne pas obstinément maintenir, maintenant je pense différemment, plus en nuances et surtout, je ne condamne plus !

  84. Comard says:

    Mais pourquoi les parents ne le prennent pas à leur domicile ? En installant une chambre… et pourquoi ne cherchent-ils pas un établissement ?

  85. Servé Dolmans says:

    Felicitations et grand merci de cette analyse subtile,profonde et très fouillé de ce cas effectivement complexe , mais tellement « la Vie ».
    Un chirurgien-urgentiste retraité.

  86. Lelie says:

    Bonjour, Oui la situation est extrêmement délicate et perturbante. Personnellement, j’ai dit à ma conjointe et mes enfants que je ne voulais pas vivre une situation aussi longue que celle de M. VINCENT LAMBERT. 11 ans que cela dure. En ce qui me concerne et uniquement en ce qui me concerne car je ne veux pas juger les autres personnes, je suis et pour le suicide assisté et pour un non acharnement thérapeutique.
    Bien cordialement

  87. Lliane Bigot says:

    Pour moi c’est de l’ acharnement et les parents sont des égoïstes ( la mère surtout, puisque le père qui n’était pas le sien avait peu d’affection pour cet enfant adultérin !. et oui !.. ça existe même chez les intégristes !…) Si dès le départ les parents avaient écoutés les médecins sur le devenir de ce pauvre jeune homme, au bout de presque 11 ans les familles auraient pu faire leur deuil et Vincent Lambert reposerait en PAIX. J’ai perdu mon fils (32 ans) suite, aussi, à un accident, mais malgré une souffrance infinie qui ne me quittera jamais, je remercie le ciel de nous avoir épargné ce genre de dilemme. Je pense souvent à cet homme qui ne voulais pas de cet acharnement et il savait de quoi il parlait puisqu’il était lui-même infirmier. Une vie pareille qui en voudrais ?.., c’est horrible !..

  88. grandjean says:

    bonjour !
    comme l’était ma soeur, entre 8,5 mois et 33 ans, vincent est gravement handicapé et relève à ce titre des lois de 2004 et 2005 et a, à ce titre, le droit aux soins médicaux !
    son état étant stabilisé, ce n’est pas un problème de fin de vie : il n’est pas atteint d’une maladie incurable, évolutive, en phase finale (type cancer)!
    il est regrétable que cette affaire soit sur la place publique !
    cordialement !
    m g

  89. chausy says:

    Ce que je trouve inhumain, c’est de faire souffrir inutilement un patient en cessant de l ‘alimenter et surtout de l’hydrater?…c’est monstrueux et ça devrait être puni par la loi pour maltraitance

  90. garcia says:

    A 1500€ la journée d’hopital, le maintien en vie de ce monsieur a couté à la collectivité 5 millions d’euros. Cette somme aurait pu améliorer la vie de pas mal de patients et de leur famille? Le choix des parents de cet homme se fait avec notre argent au détriment du soin d’autres malades. Perso, je ne pense que je vaut tout cet argent et toute cette énergie dépensée, à l’hopital, dans les tribunaux et même au sein de ma famille.

  91. pantxika apheceix says:

    on a su que Vincent s’était « écarté » des idées de ses parent (non choisis) et était parfaitement en phase avec se femme (choisie!)
    Donc il revient à sa femme et à elle seule de choisir, ce qui ne doit pas, déjà, être facile
    Je suis entièrement d’accord avec elle

  92. Geneviève says:

    Bonjour,
    Il est très difficile de se prononcer sur cette affaire dont on ne connait pas tout.
    Cependant, il me semble que l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation est une euthanasie déguisée.
    D’un côté il y a ceux qui souhaitent mettre fin à une vie qui semble vide de sens et dans laquelle le patient peut être en grande souffrance psychologique, et de l’autre ceux qui s’accrochent au moindre signe d’évolution et sont dans l’espoir d’une évolution favorable. La religion n’a rien à voir là-dedans, il s’agit simplement d’un respect de la vie.
    Force est de constater que le corps est bien fait et possède des ressources insoupçonnables.
    Il faut peut être lire l’histoire de Claude Pinault.
    Personne n’a de droit de vie ou de mort.
    Nous ne pouvons ni juger ni condamner sans être nous mêmes dans la situation et sans connaître exactement le fond de cette affaire.
    L’idéal serait que Vincent puisse être transféré dans un centre spécialisé et que cette famille retrouve la paix.
    Je ne peux me retenir de remercier Vincent pour les questions d’éthique que son cas soulève.
    Meilleures pensées à toute la famille.

  93. Benoit_H says:

    Le corps humain est une … machine complexe dont on ne connaît pas tout le fonctionnement.
    Certes on se rapproche des vérités les plus infimes avec l’ADN , le fonctionnement des cellules, l’interaction avec l’environnement.
    Les évolutions technologiques nous (au « grand public ») révèle des phénomènes physiques surprenants : stockage de quantité de données énormes sur des supports minuscules sans consommation d’énergie (cartes mémoires), transferts de données en grande quantité et à haut débit avec peu d’énergie (bluetooth) , sans support (dans l’air) , à travers des matériaux denses (cloisons de nos habitations).
    Ce ne sont quelques exemples de ce que nous maîtrisons – la matière « inerte ». Et pourquoi alors ce que nous ne maîtrisons pas entièrement – le vivant – ne serait pas capable d’avoir au moins ces performances ?
    L’intelligence artificielle, en se substituant à l’être humain, nous montre que les machines peuvent ponctuellement nous égaler.
    Alors pourquoi ne pas postuler que le vivant a des performances « matérielles » extraordinaires ?
    Vincent Lambert a semble-t-il une partie ou toute sa conscience , il ne peut plus faire certaines choses seul. La question est : est-ce qu’il supporte cette vie? Et si cela nous arrivait, que voudrait on ? Mais les situations de maintien en vie ne sont-elles pas à l’image de notre complexité : différentes et variées , selon les facultés qui auront disparu et nous amènent à être assisté ; Il faudrait que chacun puisse exprimer ses souhaits à ses proches et par écrit. Qu’aurait souhaité Vincent Lambert ?

  94. coussan says:

    Quand le dogme et le fanatisme prennent le pas sur la raison et le bon sens, on en arrive très vite à ce genre de discours. J’ aimerais beaucoup vous voir vous indigner avec autant de vigueur sur les dizaines, les centaines peut être de milliers d’ enfants de part le monde victime des prédateurs que l’ Eglise et la communauté chrétienne protège en son sein. Alors, votre discours pourrait se parer d’ un peu de légitimité.

  95. BILLOD says:

    Quelle qualité de vie à Vincent ???est ce humain de le laisser dans cet état végétatif ???
    Par amour ,notre animal nous le faisons piquer.pas mourir de faim ni de soif.dans la dignité et le respect…
    J’ai moi même un fils qui est décédé d’accident et qui a été débranché et jamais mon fils n’aurait accepter de vivre dans ces conditions.

  96. Baiwir says:

    Il y a la conscience cérébrale, réflexive, et la conscience non locale, la plus importante, vitale, et c’est peut-être cette même conscience que V. Lambert continue à percevoir.
    Entre le corps et l’esprit, il n’y a pas de différence de nature mais de degré ou vibrations.
    L’esprit est l’idée du corps, disait Spinoza qui pourtant parfois parlait de ces deux concepts séparément, preuve que sur le plancher des vaches nous n’avons pas accès à cette ultime vérité.
    Le plus pathétique serait que, cette vérité, Vincent la connaisse, lui si impassible.

  97. puisqu’il va si bien, pourquoi les parents ne s’en occupent-ils pas chez eux, personnellement, je ne voudrais en aucun cas subir cette barbarie, comment osent-ils monter cette vidéo, aucun amour dans tout çà, de l’intégrisme tout simplement, que nous dénonçons en permanence. Pauvre vincent qu’elle torture!!!!! J’ai malheureusement fait euthanasier certains de mes animaux pour qu’ils ne souffrent pas, j’aimerais bien partir comme çà, dans la sérénité et sans souffrance.

  98. Antoine ROGMEL says:

    Vous avez mis en lumière l’incapacité des principaux médias à être objectifs : Maintenant j’ai pitié pour Vincent.
    Et pourquoi ne pas utiliser « les médecines extraordinaires » et leurs spécialistes plutôt que se répéter l’évidence « que la médecine traditionnelle ne peut rien » L’aura de Vincent ne peut-elle pas nous informer sur son état « d »âme », un médium peut-il communiquer avec son esprit etc.

  99. Elchardus Genevieve says:

    L’ arrogance et l’hubris des religieux fanatiques de la déesse Science est indigne !
    Lire Monette Vaquin,  »Frankenstein ou les délires de la Raison » et « Main basse sur les vivants « 
    Contre tous les Diafoirus cuistres incultes, chantons le grand Air de la Bêtise de notre regretté Jacques Brel :
    Mère des gens sans inquiétude
    Mère de ceux que l’on dit forts
    Mère des saintes habitudes
    Princesse des gens sans remords
    Salut à toi, Dame Bêtise
    Toi dont le règne est méconnu
    Salut à toi Dame Bêtise
    Mais dis le moi, comment fais tu ?
    Pour avoir tant d’amants et tant de fiancés
    Tant de représentants et tant de prisonniers ?
    Pour tisser de tes mains tant de malentendus
    Et faire croire aux crétins que nous sommes vaincus
    Pour fleurir notre vie de basses révérences
    De mesquines envies, de nobles intolérances!
    Que vive Vincent !!!

  100. Philippe Gilles says:

    Les premiers cas cités en début de lettre sont des cas de NDE ou en français cas de mort éminente, rien à voir avec Vincent L. .pour le cas Wallis visiblement il y’a de grosse erreur de calcul donc info douteuse…. de plus dans la deuxième vidéo c’est la maman qui pleure pas Vincent…. j’ai l’impression qu’il y a un soupçon de prosélytisme catholique intégristes. Pourquoi s’acharner à faire vivre quelqu’un dans cette état là… si se n’est pas de la torture je ne sais pas ce que c’est . il a une chance sur 1 milliard de s’en sortir d’autant que la médecine occidentale n’est pas assez évoluée pour l’aider . Ne serait il pas mieux dans la vie spirituelle ! débarrassé de son corps meurtri . le corps meurt l’esprit est éternel c’est ce que croit aussi les catho. Si on veut aider les gens à vivre il y en a plein qui demande que ça… il y’a dans cette histoire là beaucoup d’égoïsme et de peur. Ce sont les parents qu’ il faut aider….

  101. Dominique L says:

    Infirmière, J’ai beaucoup apprécié le fait de tenter de comprendre les différents aspects de cette question si délicate. Il est parfois également envisagé que certaines personnes se sont données une sorte de « mission » afin de faire « avancer » leurs proches ou la société en général. Dans ce sens je respecte beaucoup le fait que Vincent Lambert s’accroche ainsi à la vie.

  102. Roch says:

    L’article est intéressant mais beaucoup, beaucoup trop long. De plus une invraissemblance tout au début: comment Vincent Lambert a pu expliquer au medecin qu’il avait vu ce qui s’était passé etc. Il n’a jamais pu parler, à ma connaissance, depuis son accident. Et souvent vous ajoutez cette « sauce » censée diluer quelques faits intéressants dans toutes vos publications. Vous voulez que l’on s’endorme comme devant la télé? LOL!

  103. Muryel Bourbon says:

    Je comprends que la situation est difficile pour tout le monde, mais enfin pour quelques exemples de rémission après coma, combien de personnes restent des légumes jusqu’à la fin de leur vie, et quelle vie !! toujours dépendant, à ne rien faire, à ne pas pouvoir agir, à regarder toujours la même chose… Qui souhaiterai une telle vie ? Et puisqu’ils ne peuvent pas s’exprimer, faut il pour autant les obliger à vivre une telle déchéance ? Est ce un vie ?? Pour moi clairement non, je ne souhaiterai à personne de vivre cela, ni à moi, ni aux personnes auxquelles je tiens. C’est vraiment un calvaire… qui n’en finit pas.

  104. Jean Yves says:

    Je n’aime pas cet article. Cet homme est vivant, soit, il vit et il faut qu’il vive. Mais son épouse quelle est sa vie? Jeune encore, est-ce supportable pour elle? Le drame de son mari est aussi son drame intime à elle, seulement il ne lui est pas permis d’en parler.
    Dans ce genre de tragédie il y a souvent plus d’une victime.
    Mais si personne n’y peut rien, qu’elle trouve au moins un peu de compassion autour d’elle!

  105. Claude BRONCKART says:

    Comment les français peuvent-ils être des bigots intégristes ce qu’ils reprochent eux-mêmes au immigrés.
    La bible et tous les bla-bla de l’Eglise ne sont que des réponses rassurantes valables pour des gens mal dans leur peau qui n’ont jamais eu le courage de rechercher au fonds d’eux-mêmes les causes de leurs craintes!

  106. Lila ROSADONI says:

    Je suis très choquée par votre acharnement à faire « vivre » (?) Vincent Lambert. Personnellement, je déteste l’idée qu’on me fasse subsister dans un tel état de dépendance. Il faudrait peut-être savoir ce que signifie « vivre ».

  107. Vacheron Yvonne says:

    Ne vous est-il jamais arrivé de connaître le réveil à la suite d’une intervention chirurgicale? Et donc de vous trouver pendant quelques minutes conscient, mais encore paralysé, prisonnier d’un corps qui n’obéit plus? Vous vivez un état de panique heureusement de courte durée, mais tout-à-fait insupportable! Prisonnier de son propre corps, c’est complètement insoutenable.

  108. hélène nesti says:

    Effectivement je ne comprends pas pourquoi on n’a pas mis Vincent Lambert dans une unité de soins qui corresponde à son état. C’est une grave erreur médicale de le laisser sans prendre soin de son état et de ne pas essayer de le stimuler .

  109. Augereau says:

    D’accord à 100 % avec votre article ! C’est une euthanasie qui ne dit pas son nom. Nous vivons dans une société qui exalte l’apparence, la réussite.
    A l’opposé on veut cacher le handicap, la faiblesse… A quand le prochain « condamné » ?

  110. Lestienne says:

    Toutes mes félicitations pour la peine que vous vous êtes donné de reprendre en détail le cas de Vincent, mais sur un angle nouveau et fort intéressant.
    Certains savants très éclairés évoquent vos arguments qui dépassent notre pauvre compréhension du mystère de la vie, de la profondeur, du besoin de respect pour toute vie humaine dont nous ne devrions jamais désespérer.

    J’espère que tous ceux qui ont défendu la vie de Vincent continueront de le faire, par des lettres, par des prières , au choix de chacun, car la bataille est bien engagée, mais pas encore gagnée.
    Mille mercis pour votre engagement du côté de la vie de Vincent car en la défendant, vous défendez la vie de chacun d’entre nous face aux propositions de lois anti-vie qui passent pour de « nouveaux droits » , mais qui sont en réalité bien
    mortifères. Continuez vos belles recherches sur le profond mystère et la beauté de la vie qui nous est donnée. Respectons-là, protégeons-là.

  111. ELISABBETH-MARIE-FRANCOISE says:

    Personne ne peut décider de la mort d’une autre personne. Dieu est grand, c’et lui seul qui décide si on doit mourir ou vivre. laisser mourir volontairement une personne en la privant de nourriture et de boire pour moi c’est un meurtre. La bible dit : « Tu ne tueras point ». Tant qu’il y a de la vie il ya de l’espoir. Ayons confiance et foi en DIEU.

  112. caprioli says:

    il a besoin de soins différents , presque comme une personne simplement très fatiguée/ asseoir, levé, l’aider a manger avec petits plats délicieux kiné ,autres spécialistes +++ massages, lui parler , il est possible qu’il comprenne beaucoup de choses , de présence Il existe
    d’AMOUR, D ENTOURAGE.nous sommes si petits sur cette planète, .DIEU décide pour nous ,ce n’est pas encore le moment pour ce jeune et beau garçon
    cela parait si insupportable pour certains de nous
    mais lui que pense t-il ?,

  113. Marinette says:

    Bonjour,
    A la vue de la vidéo, Vincent est dans une très grande souffrance psychologique. Il essaie de s’exprimer en émettant un son ou en pleurant mais sa mère ne comprend rien. Au lieu de lui parler normalement comme un adulte elle le rabaisse un peu plus en le traitant comme un bébé ce qui est humiliant pour Vincent. On peut parler à son enfant handicapé mais en le traitant comme un adulte si on veut que son cerveau réagisse. Il faut lui faire écouter de la musique mais celle qu’il aimait avant son accident ce qui stimulera son cerveau ou bien de la musique classique genre Mozart. Il faut sans plus tarder le transférer dans une unité où l’on s’occupera de lui et là il pourra progresser car ce qu’il faut c’est stimuler son cerveau. Je ne comprend pas que les parents ou même son épouse ne l’ont pas fait transférer dans une unité spéciale qui s’occupe de lourdes personnes handicapées neurologiques. Il ne faut pas baisser les bras car si son cerveau est stimulé chaque jour il peut y avoir des progrès mais cela sera un peu long. Je trouve aberrant que l’on ait laissé Vincent végéter dans ce service qui ne lui a rien apporté aussi longtemps, c’est 10 ans de perdu et c’est inhumain. Si ça avait été mon enfant, j’aurais tout fait pour faire stimuler son cerveau et aussi qu’il soit habillé et mis dans un fauteuil avec d’autres personnes. Ce pauvre Vincent est toujours en train de regarder le plafond en étant 24h sur 24 allongé dans son lit. Comment voulez vous qu’il progresse ? Je ne comprend pas ses parents qui ne font rien en ce sens. Je souhaite que ses parents se réveillent et le fasse transporter dans une unité spéciale où l’on pourra s’occuper de lui.
    Cordialement.

  114. L’ensemble des éléments d’analyse du problème que vous avez fournis m’a totalement coinvaincue alors que je ne m’estimais pas en mesure de porter un jugement sur « l’affaire Lambert ».
    En conséquence, non seulement je partage votre indignation concernant un arrêt éventuel d’alimentation et d’hydratation du patient, mais ma conscience s’en trouve allégée car ma foi religieuse est en conformité avec vos conclusions. MERCI.

  115. Jacqueline Hart says:

    Comment décider pour un être humain s’il doit vivre ou mourrir surtout si on l’aime. L’espoir fait vivre dit-on et j’y crois. Décision très difficile. Je souhaite le meilleur pour Vincent❤️

  116. Aveline says:

    Je suis tout à fait d’accord avec votre article
    Cet homme aurait dû être place ds une unité adaptée
    Il doit continué à vivre le plus dignement possible !!!
    Le milieu médical est parfois très dur je trouve .
    Pensons à ses proches aussi et lui que voudrait il ?
    On ne sait pas alors faisons le maximum pour l’accompagner ds cet épreuve .

  117. sky says:

    Ceux qui veulent que l’on arrête les soins à Vincent ne réalisent pas ce qu ils font ; ils veulent tout simplement le laisser mourir de faim et de soif à petits feux …. parmi eux quel est celui qui aurait le courage de venir pousser une seringue pour faire décéder Vincent sur le coup si la loi le permettait ? un peu hippocrites non? comme la loi d’ailleurs ;Ponce Pilate n’aurait pas fait mieux ; ils jouent un peu facilement avec la vie et la mort ; tant qu on a pas connu cet état on ne peut pas savoir ce qu on déciderait soi même ; dans une situation comme celle là un peu de sagesse ferait du bien à tout le monde ; laisser passer un peu de temps pour atténuer les souffrances des uns et des autres ; il serait bien normal qu il soit dirigé dans un centre spécialisé pour le moment; il y a droit ; le refuser ça aussi c’est de l’acharnement ; la famille divisée exprime dans ce drame certaines rancoeurs passées ; Vincent ne mérite pas cela ; et il n’appartient ni à sa femme ni à ses parents ; à lui même mais on le sait bien il n y a pas de plus grand bon intuitif que l’amour d’une mère ;

    ??

  118. Robin says:

    Je suis profondément surprise de voir Vincent recevoir de la nourriture. Les informations sont mensongères car je pensais que Vincent était un légume et n’avait conscience de rien, mais sur les vidéos c’est tout le contraire. C’est assez choquant cette désinformation et espère qu’il sera transféré dans une clinique où on pourra s’occuper de lui correctement. Merci encore de nous tenir informés.

  119. CHEVASSU says:

    Pour moi, cesser d’alimenter toute personne dans l’état de Vincent Lambert est un crime.
    Ne connaissez-vous donc pas la PSYCHOPHANIE, méthode qui permettrait de communiquer avec Vincent Lambert et de lui demander SES INTENTIONS A LUI AU SUJET DE SA PROPRE VIE ?
    J’ai honte de l’attitude de mon pays sur ce point (comme sur beaucoup d’autres d’ailleurs, comme la vaccination obligatoire et les compromissions de nos dirigeants avec les intérêts économico-financiers vis à vis de qui ils sont « aux ordres ».

  120. Karine G says:

    Je partage votre opinion en tout point.
    De plus, je suis persuadée qu’on ne peut pas retenir une personne qui a décidé, qui est prête à partir.
    Étant jeune, j’ai travaillé dans des maisons de retraite et ai pu constaté que beaucoup de patients très souffrants avaient envie de continuer à vivre, là oú moi je pensais avec ma santé et ma jeunesse qu’ils préféreraient mourir.
    Ma grand mère âgée de 92 ans en tres bonne santé, a décidé un jour qu’elle en avait assez, qu’elle était prête.
    Elle est partie en 2 mois et personne n’a pu la retenir .
    Bref, affamé un homme au point de le tuer, je ne comprends pas que ce soit une chose envisageable en 2019.

  121. Anne-Marie ROTH says:

    Nous avons plus d’éléments aujourd’hui sur M. Lambert. Malgré tout, nous ne savons pas tout. Dans le doute , je ne suis pas en mesure de prendre ce genre de décision pour ou contre. Cependant, il est inadmissible de cesser d’hydrater ou de nourrir un patient. Nous connaissons tous la sensation de mourir de soif. Puisqu’aucun médecin ne peut affirmer que ce monsieur ressent la soif ou ne la ressent pas, personne ne peut ordonner alors l’arrêt de la nourriture et l’eau. Si sa veuve veut refaire sa vie, personne ne sait quelles sont les conditions de rester mariée à quelqu’un qui est dans un lit (oui il faut le changer d’hôpital pour qu’il soit mis semis assis, soin kiné, massages et stimulations) et personne ne sait quelles conditions elle aurait en étant séparée, mais pas en cessant l’hydratation. Laissons les parents s’en occuper, c’est leur souhait et il est acceptable. Quels sont les freins à tout ces états de faits, nous ne le savons pas non plus, les lois françaises sont parfois opaques et contradictoires. Ce sont tous des personnes qui souffrent, les pauvres…

  122. sylviane jombart says:

    Absolument d’accord avec vous : cette euthanasie , car il faut bien appeler les choses par leur nom , est INACCEPTABLE et ouvrirait la porte à de très graves dérives … Que l’on se souvienne du troisième Reich !

  123. Maflor says:

    Je suis très touchée par tous les éléments et les nuances que vous apportez à la perception de la situation globale de Vincent.

    Un élément serait à développer: le fait qu’on prévoie de le droguer pour assumer sa déshydratation et sa privation de nourriture. L’état d’esprit des médecins qui promeuvent un tel protocole serait intéressant à analyser en profondeur. Ils se focalisent sur un élément alors que si Vincent « tient le coup » depuis si longtemps, c’est qu’il y a bien d’autres paramètres en jeu.

  124. Jouault says:

    Merci pour votre article car cela m’a fait changer d’avis. Si l’on écoute uniquement les médias, cela donne l’impression que les parents de Vincent Lambert font de l’acharnement thérapeutique sous couvert de leur religion, (je suis contre les cathos) hors ils ne font que lui donner de l’amour et du soutien et que visiblement leur fils s’y accroche. Sinon, il se serait laissé aller depuis bien longtemps. Il lui manque peut-être tout simplement le soutien de toute sa famille pour pouvoir sortir de cet état et vivre… Seul Vincent Lambert pourra le dire un jour ou pas.

  125. Faites lui faire des massages en réflexologie plantaire par les méthodes de Mme Eunice Ingahm
    Je travaille depuis plus de 40 ans avec cette méthode et le fait de réactiver ces nerfs du système nerveux réflexes ils font tout fonctionner dans le corps humain: les systèmes, les viscères, les glandes
    les appareils etc dans la cas de Vincent il faut activer l’hypophyse antérieure 5 minutes à toutes les 30 minutes aussi le 10e crânien à la base des orteils de chaque pied etc Je vous souhaite de trouver un réflexologue qui a été formé par les méthodes de MME Ingahm. Brigitte G. infirmière retraitée. Il faut travailler énormément les zones réflexes ci-haut mentionnées

  126. Gardella says:

    Bonjour,
    Je vous remercie infiniment pour ce mail que j’ai transféré à des amis qui ne pensaient pas de la même façon et ils ont regardé avec des yeux différents l’histoire de ce garçon. Pour ma part, vous m’avez confortée dans mon opinion.
    Un grand MERCI, Paola.

  127. Bonjour,
    Pour ne pas être accusé de publicité cachée, je ne donnerai pas le titre de mon ouvrage sur les EHC, Expériences Hors du Corps (OBE en anglais). Mais les quelque 500 – ou davantage – expériences personnelles de ce type m’ont depuis bien longtemps démontré que le cerveau N’EST PAS le siège de la conscience et encore bien moins de l’esprit. Il existe effectivement des centaines d’ouvrages sérieux sur la question. Il est certain que cet homme parfaitement respectable perçoit beaucoup plus que ce qu’il peut montrer. Et s’il devait un jour réussir à revenir parmi nous, alors son témoignage serait particulièrement fort. Il FAUT lui permettre de vivre, en le stimulant autant que faire se peut. Il y a pour cela bien des méthodes. Et le témoignage éventuel nous apporterait énormément, vraiment à nous tous.
    Yves Opizzo

  128. Christian Fratter says:

    Pourquoi demander notre avis ? n’y a t’il pas suffisamment de personnes qui s’affrontent pour ou contre ? La mort fait parti de la vie, elle est le point de passage obligatoire. Je suis contre tout acharnement thérapeutique, mais au bout de 10 ans de coma, il est temps de laisser cette personne partir, dans le respect, c’est a dire sans souffrance. Je peux comprendre les positions différentes, mais je ne suis pas a leurs places, c’est simplement dommage qu’une famille se déchire de la sorte, vous pensez qu’il pense quoi Vincent Lambert ?…….

  129. Lirus says:

    Bonjour, vous avez entièrement raison de soulever ce débat. Je peux vous dire que dans des milliers de familles, on en parle. Aujourd’hui, je suis en vie, suite à un AVC brutal (rupture anévrismale en 1999, et 1 mois et demi de coma). Grâce à mon compagnon qui n’a jamais perdu espoir, j’ai complètement récupéré toutes mes fonctions cognitives et facultés physiques. Comme quoi, l’espoir est permis à ceux qui y croient et ne baissent pas les bras devant l’adversité !!!

  130. Wellie says:

    Vous êtes certain que Vincent Lambert souhaite continuer à vivre dans ces conditions, si toutefois il s’en rend compte. Et vous, voudriez-vous vivre ainsi depuis 10 ans ? Ne mélangez pas les autres cas svp. Le cas de Vincent Lambert est de plus à notre charge alors que ces moyens pourraient servir à soulager d’autres personnes réellement dans le besoin.

  131. a la mort de mon épouse j’ai écrit 12 pages sur sa fin de vie et en particulier une page appelée « le comble » car on m’a dit de la laisser me quitter,tant elle m’aimait, mais qu’elle souffrait beaucoup.
    ai-je bien fait? je n’arrête pas d’y penser en suivant le cas de Vincent Lambert?

  132. HERVAGAULT says:

    Je suis horrifiée lorsque l’on ramène la vie d’un homme à ce qu’elle coûte en soins, en hospitalisation. Un internaute disait même  » en attendant c’est moi qui paie pour lui la CSG  » !!! Difficile de comprendre pourquoi il n’a pas été transféré dans une unité spécialisée ou rendu à ses parents. Pour l’instant il me semble carrément séquestré en attendant sa mise à mort. J’espère que le bon sens va gagner pour lui donner une chance.

  133. CHANTALK says:

    Par votre lettre, la situation actuelle de ce monsieur est claire. Celui-ci ne dépend pas d’une machine pour respirer car il arrive à respirer seul. Ce qui est déjà une bonne chose. A mon avis, il doit être conscient d’être emprisonné dans un corps qu’il ne peut contrôler car si par moment il pleure, il doit exprimer ce qu’il ressent. Il doit certainement entendre mais malheureusement ne peut parler, prisonnier de son état. Je pense qu’il n’est pas hospitalisé dans un centre adapté, privé de stimuli extérieur. Certaines personnes ont été dans cette situation et par la suite ont pu dire leur vécu même si elles n’ont pas retrouvé leur corps d’avant…
    Je pense que les parents de ce monsieur ainsi que son épouse l’aiment profondément.
    Quels parents laisseraient partir leur fils, alors qu’il respire sans appareil et réagit en pleurant ?
    Quelle épouse aimant l’ amour de sa vie laisserait son époux… Ne vous déchirer pas car je pense que ce monsieur le ressent. Battez-vous car l’union fait la force….Il doit être mis dans un service spécialisé et être entouré de toute sa famille même s’il ne sera plus jamais l’homme qu’il était avant son accident. ‘quand il y a vie, il y a espoir’. Personne n’a le droit de vous juger car nous avons tous une conscience.
    Courage à toute la famille, aux parents et à son épouse.

  134. Margot says:

    Si les parents veulent garder leur fils dans cet état, qu’ils le gardent, mais chez eux.
    Combien coûte tout ceci depuis 10 ans.
    Normalement lorsqu’une personne est atteinte d’un mal incurable, il doit aller en maison de retraite en long séjour hospitalier à la charge de la famille où revenir chez lui.

  135. HERVAGAULT says:

    Je pense que cesser les soins de V.L. serait monstrueux.
    Merci pour votre article ; je suis convaincu que son état peut s’améliorer.

  136. Marie says:

    L’exposé de Vincent m’a beaucoup touché. Je suis pour lui donné une chance de recevoir d’autres soins adaptés à son handicap. Pour moi il n’est pas en coma dépassé sans aucun signe de vie. On n’a pas le droit de tuer quelqu’un consciemment en le privant d’eau. C’est un crime.

  137. Haméon says:

    C’est très joli vos théories, mais combien de personnes s’en sortent ? comme vous le dites c’est l’inconnu pour la médecine comme pour nous (surtout pour nous) mais si vous considérez que Vincent peut tout entendre, que croyez-vous qu’il pense ? lui qui avait demandé de ne pas s’acharner s’il lui arrivait quelque chose. Pour moi c’est de la souffrance inutile, ses parents sont égoïste ils ne pensent qu’à eux, (forcément lui ne peut pas s’exprimer) comment peut-on dire que quelqu’un vit s’il ne peut ni : manger, boire, parler normalement, c’est de la cruauté gratuite il n’y a aucune humanité la dedans. Pour ce qui me concerne je ne veux pas être dans cet état, s’il m’arrive ce genre d’accident. Bien entendu je respecte l’opinion des gens qui ne penses pas comme moi. Il vaudrait mieux mettre cet argent à la disposition de la recherche pour justement avancer dans ce domaine, les parents qui veulent le garder n’ont qu’à le prendre chez eux il verrons le calvaire que c’est, j’ai eu un cas de maladie de Charcot dans ma famille qui a duré 9 ans croyez moi c’est une grande souffrance pour tout le monde. On reste marqué pour longtemps.

  138. AVIRON BAUZON says:

    A 100% d’accord avec TOUTE votre « plaidoierie » pour sauver Vincent Lambert des INTENTIONS CRIMINELLES DE L’HÔPITAL DE REIMS, DEPUIS 10 ANS, AU PROJET DE CREER A REIMS LE PREMIER CENTRE FRANÇAIS D’EUTHANASIE .. ACTIVE …ET DU SUICIDE ASSISTÉ DANS LE BUT : RÉCUPÉRER « TOUS LES CLIENTS » ACTUELS ET FUTURS DES CENTRES D’EUTHANASIE ACTIVE DE SUISSE, BELGIQUE, LUXEMBOURG !
    D’où, l’appui du ministre de la santé … et, la lâcheté de Macron, destinée, de plus, à lui apporter les votes de tous les partisans de l’euthanasie… pour promouvoir la « MISE À MORT » de Vincent, aux fins de protéger et défendre un programme HAUTEMENT ÉCONOMIQUE quoique, encore, CONFIDENTIEL ! …
    (Ce/s hopital/aux de Reims a/ont beaucoup de Pouvoir sur l’État : constatations à consulter sur internet ! Reçoivent énormément de « dons », dont 275.000,00€ LE 20 MAI 2019 !… Le Jour choisi par Sanchez pour la mise à mort de Vincent !.. pour la Cardiologie, qui devenait « un service de pointe international » !
    Reims pratique, en effet, une politique de développement concurrencielle nationale et internationale !…. (Le seul service qui n’apparaît pas est celui de « fin de vie »de Sanchez !.. D’où ? ! … Vincent Lambert, avec l’aide de Rachel et…. du neveu… était et reste, pour ces criminels, « LE CLIENT RÊVÉ » DEPUIS 10 ANS !!!
    Au sujet de la « piqûre »de sédation et antidouleur…. Elle me faisait « très peur » ! Surtout quand j’ai su que Rachel allait passer la nuit, seule, avec « son mari » !
    S’il n’y avait pas eu la décision de Justice avant la nuit, je suis sûre que le Dr. Sanchez aurait apporté à Rachel « UNE PIQÛRE LÉTHALE » EN LUI DEMANDANT DE « LIBÉRER » « ELLE-MÊME SON MARI  » DE CETTE VIE QU’ELLE NE SUPPORTAIT PLUS ! Et que, soit disant Vincent lui avait dit !
    ET… RIEN N’AURAIT FILTRÉ DE CE HUIT CLOS CRIMINEL !
    En 1960, je me suis investie au chevet d’une jeune fille en coma très profond, à l’Hôpital Central à Nancy.
    Je disais aux médecins que cette jeune fille me semblait montrer des signes de retour à la conscience : Ils me disaient chaque fois :Melle BAUZON, c’est votre imagination, votre subjectivité, cette jeune fille ne pourra pas s’en sortir !
    Plusieurs mois plus tard, j’allais à pieds à l’hôpital, j’ai été rattrappéé, de dos, par une jeune fille à mobylette qui m’a appelée : Melle BAUZON ! Je me suis arrêtée, elle m’a dit : Je suis la « JEUNE FILLE » que vous avez soignée à l’hôpital !
    J’étais émerveillée d’autant plus qu’à l’hôpital, j’étais en blouse blanche, et qu’ Elle n’avait vu de moi que mon visage, mes cheveux, ma silhouette, mon dos quand je partais, et entendu mon nom que claironnaient les médecins pour désavouer mes observations positives de l’évolution de cette malade !
    Donc, OUI, VINCENT, n’est pas loin de revenir à la CONSCIENCE ACTIVE ! « ELLE » est actuellement derrière un voile, mais Vincent enregistre !
    Il faut absolument que Vincent soit sorti du service criminogène et criminel du Dr. Sanchez AU PLUS VITE !
    Cordialement.
    Anne-Marie Aviron BAUZON.
    Psychologue Clinicienne, Masso-Kinésithérapeute, retraitée.

  139. Bardin Michel says:

     » Pour jouir de sa santé, un homme doit d’abord contrôler son esprit. Un homme qui contrôle son esprit a sa route toute tracée vers la sagesse et les vertus lui parviendront naturellement  »

    Siddharta Gautama Sakyamun (Buddha)

    (Il y a plus de 5000 ans, les hommes prenaient déjà conscience de l’importance de l’esprit par rapport au corps « physique » !)

  140. maryfrance says:

    Bonjour
    Je ne comprends pouquoi Vincent N’est pas dans une unitée spécialisée. Les parents et leurs avocats devraient se battre pour ça au lieu de brasser de l’air avec leurs avocats depuis 11ans
    C’est ça se battre pour sa vie

  141. Françoise says:

    Mais POURQUOI le transfert dans un centre spécialisé est-il refusé à Vincent Lambert depuis 10 ans qu’il est dans cet état ? il s’agit de non-assistance à personne en danger ! Il serait mieux chez ses parents que dans cet hôpital de Reims qui n’est pas adapté à son cas.
    Pourquoi refuser à l’un ce que l’on accorde à l’autre ?

  142. Rochereau Françoise says:

    Qu’est-ce ou qui empêche de sortir Vincent Lambert de l’hôpital de Reims ?
    Je partage vos opinions.

  143. Marion says:

    Bonjour.
    Merci beaucoup pour cet article passionnant et agréable à lire. Depuis que le sujet de Vincent Lambert est remis sur le tapis, j’entends beaucoup d’avis qui sont favorables à la mort, ou bien les gens ont du mal à se prononcer, ce qui semble tout à fait normal pour un sujet aussi délicat. Moi je suis tout simplement pour la vie. Et je suis étonnée que les personnes les plus virulentes soient essentiellement celles qui sont pour la mort… Ils mènent une vraie bataille pour la mort, et non pour la vie? J’accepte qu’il y ait des divergences d’opinions, je comprends bien qu’on puisse vouloir stopper les souffrances de quelqu’un. Or quand ON NE SAIT PAS, ce qui est très bien expliquer dans l’article, on devrait laisser faire la VIE.
    Pour ceux qui se dise que « dans cet état on ne sert à rien », sachez que nous ne sommes pas des esclaves de la société ni des objets remplaçables, nous avons tous une âme et tant qu’elle vit elle est utile. Bien sûr c’est encore un point de vue, tout dépend de la spiritualité qu’on souhaite y mettre. En tant que chrétienne, à la place de Vincent j’attendrais que Dieu décide de mon sort, tout en priant, mais aussi en faisant quelque chose d’utile: Aimer ma famille, et recevoir de l’Amour. Peut-être c’est-il ce qu’il fait? J’invite ceux qui ont la foi et ceux qui ont simplement envie, à prier pour que Vincent Lambert ait ce qu’il souhaite.
    Bonne soirée.

  144. Anne says:

    Je vous rejoins entièrement: il est parfaitement honteux de priver Vincent des soins élémentaires d’un être humain que ses parents sont prêts à lui prodiguer . De quel droit des »médecins » et des juges se permettent-ils d’avoir pouvoir de vie ou de mort sur Vincent? on vit dans une société d’argent sans l’ombre d’une dignité!
    Honte à tous ces charlatans

  145. Grand merci pour la lumière donnée sur le cas de Vincent Lambert. Je suis infirmière, je ne comprends pas pourquoi il n’est pas encore dans un service spécialisé pour des soins appropriés. Qui doit prendre cette décision ?

  146. Salvayre Josette says:

    « La vie vient du dehors », c’est le titre d’un ouvrage du Dr Jeannine Fontaine.Je ne crois pas que l’on puisse trouver la moindre parcelle de conscience dans le cerveau humain qui fonctionne en émetteur-récepteur. Les cas que vous citez sont assez probants et il y en a bien d’autres. Pour Vincent Lambert,il faut le soigner dans une structure adaptée. Le Dr XX à Garches dit qu’il y a1500 personnes en France dans le même cas et qu’elles sont VIVANTES. Sans en faire une victoire tonitruante comme on l’a vu, il faut le laisser vivre.
    Merci pour vos mails toujours éclairants

  147. martine petit says:

    Je m’apprêtais à mettre en place les directives
    anticipées; cette lettre me fait douter de ma
    décision

  148. STRAUB Nadine says:

    La remarque de Dr Sabine Paliard-Franco me semble tellement juste et fondée que nous ne pouvons effectivement pas prendre de décision à la place de Vincent Lambert. Ma voisine a un garçon de 19 ans, lourdement handicapé, et à chaque passage à l’hôpital, on lui dit de ne pas se faire d’illusion et qu’il ne vivra pas longtemps (on peut se demander d’ailleurs quelle est la durée de vie « légale » dans ces cas-là ?!). Toujours est-il qu’il est est toujours parmi nous, avec un grand sourire aux lèvres la plupart du temps et beaucoup d’amour et de joies autour de lui !
    Il est vrai que certains commentaires virulents et péremptoires de personnes qui « pensent avoir raison » (comme on en trouve beaucoup sur les réseaux sociaux) sont souvent irréfléchis, blessants et sans fondement valable.

  149. Giliberti says:

    Je ne suis pas pour l’acharnement de ce garçon de le garder dans cet état végétatif la photo que vous avez mise n’est pas la réalité de son état actuel

    Moi ma pitié, laissez-le partir

    Combien coute l’hospitalisation depuis 10 ans, pourquoi les parents ne gardent-il pas leur fils chez eux 24 H SUR 24 pour eux c’est facile ils passent le voir, mais non pas les problèmes des soins
    Et sa femme pour elle c’est un calvaire de voir l’homme et père de son enfant, qu’elle aime dans cet état, ALORS PITIE POUR ELLE
    Que les parents arrêtent cet acharnement
    S’il est conscient ?? qu’il comprend ??
    Alors il doit comprend certainement dans quel état il est
    C’est a sa femme de prendre la décision ,pas aux parents

  150. Paultre says:

    Vous reprenez tous les vieux arguments des réac. ringards. Le respect de la vie c’est avant tout d’empêcher tous ces accidents de la route stupides, de ne pas faire vivre à tout prix des vieillards sans conscience parce que cela en fait rapporte de l’argent…
    Les exemples ne manquent pas. Il serait préférable d’investir plus dans l’éducation à la santé et la prévention. J’espère pour vous que vous n’avez pas à entretenir des légumes dans votre famille.

  151. C. Beaumont says:

    Laissez-le vivre!
    Arrêter de l’hydrater et de le nourrir est un crime.
    Et de Grâce, donner à son épouse la possibilité de refaire sa vie.
    Il y a 17 ans j’ai été victime d’un AVC pendant un vol au-dessus de l’Atlantique. Bien évidemment j’ai conscience que ce n’est pas le problème de Monsieur Lambert. Et pourtant sur le fond il y a des paralèlles.
    Après 6 semaines en Neurologie j’ai été « libérée » avec des séquelles handicapantes: j’avais perdu la vue et la parole complètement, hemiphlegique pour le plus important.
    Etrangement des 4 langues que je parle couramment l’anglais (d’école) est revenu en premier, les 2 langues soit-disant maternelles ensuite et pour terminer la derniere langue etrangère, celle que j’utilise quotidiennement. Je viens à l’étranger. La possibilité de communication ds une de ces 4 Langues est revenue lentement sur une période d’environ 2ans et demi. La vue est revenue progressivement à partir de 5 mois les premiers points de lumière et la couleur rouge est revenue la première.
    Les premiers pas environ 1 mois mais l’équilibre et les mouvements coordonnées 2 ans.
    Les capacités de récupération du cerveau sont phénoménales. Pendant plus de 8 ans après l’AVC j’ai remarqué des améliorations.
    Pourtant j’ai été libérée sans thérapie, sans kiné, sans aide d’aucune sorte, on ne pouvait rien faire de plus.
    J’ai pu reprendre le cours de ma vie après 3 ans de congé de maladie, reprendre mon travail, élever mes enfants ( veuve,seule avec 2 jeunes enfants à l’époque).
    J’écris ce commentaire car l’histoire de Monsieur Lambert est révoltante et me touche à cause de mon propre vécu.
    Donnez à cet homme la chance de vivre, il a bien prouvé la force et le désir de survivre qui l’habite.
    Qui peut se prévaloir de l’autorité de décider de la vie ou de la mort d’un être humain et de juger de la valeur de cette même vie?
    Apparemment ma vie non plus ne valait pas un peu de kiné ou de soins, seulement un fauteuil roulant et un formulaire de demande de retraite anticipée.
    Mais qui se permet de juger de la valeur d’une vie?
    « Il n’aurait pas voulu d’une telle vie », bah… qui veut une telle chose mais quand la situation se présente on peut développer des forces inestinables.

    Arrêter d’hydrater et de nourrir Monsieur Lambert est un homicide et un crime

  152. Joseph BUCHE says:

    A quelques détails près, je partage votre sentiment. Ce qui est démonstratif dans la volonté de vivre de Vincent, ce sont les 31 jours sans alimentation auxquels il a survécu. Les exemples similaires à son cas ne manquent pas. Il faut, dans le doute, toujours donner priorité à la vie, toute connotation religieuse exclue car la Foi (que je possède) ne nous donne pas un pouvoir particulier de vie ou de mort. Personnellement, j’introduis aussi dans ma réflexion la notion de conscience intuitive extraneuronale, clairement définie par J.-J. Charbonier qui doit sans doute intervenir dans les cas de « résurrection inexpliquée ». Mais cela est « une autre histoire » comme pourrait le dire le Professeur Steven Laureys…
    Bien cordialement.

  153. René DUPONT says:

    tres bel expose de la situation .difficile de demander l arret de son alimentation apres avoir lu cela .
    je vois les choses differament .merci

  154. latreche says:

    nous n’avons pas les même réactions,les même pensées quand on est sain de corps,que lorsque le pire arive…On a surement envie de se battre..comment peut-on dire a l’avance si il faut nous laisser dans cet etat,avant d’etre dans la situation…la medecine evolue tellement vite…pour le respect de tout etre humain ou animal… laissons partir quelqu’un avec l’hydratation et l alimentation suffisante pour vivre. si le corps doit partir ,il le fera malgré les soins vitaux…devrait-on pas poser une autre question de son vivant.?
    Voulez vous qu’on vous laisse partir et mourir de faim ou de soif…!!! les réponses ne serait peut-être pas les mêmes!!!Je me suis battue pour ma maman et elle est partie d’elle même avec le minimum vital .hydratation et alimentation..ss souffrance physique et en paix…

  155. Denise Malcotti says:

    Magnifique, Monsieur le Dr. pour votre article concernant Vincent Lambert. Je suis très heureuse d’avoir pu entendre vos propos, car moi aussi, j’avais un sentiment plus tranché avant vos explications. Je vous remercie infiniment pour toutes ces réflexions. Je partage grandement vos propos. Encore merci pour ce partage.
    Denise

  156. Beatrix LAFFITE says:

    Je vous félicite pour ce message et votre dévouement
    Merci! Merci pour tous ceux, qui, fragiles, ne peuvent se défendre; Un jour ce sera notre tour…
    La vie vaut plus que les intérêts financiers.
    Nous ne voulons pas d’esclaves fabriqués artificiellement aux service des lobbies …. le temps qu’ils sont exploitables. Après .. comme Vincent ?

  157. NICOLAS says:

    il est clair que cet homme n’est pas en fin de vie que, petitement certes, il manifeste très bien qu’il perçoit e qui est autour de lui !! Je ne comprends pas pourquoi cet acharnement contre cet homme alors que personne ne dit rien contre ce coureur automobile qui, lui aussi est gravement atteinte et pauci relationnel

  158. Lhotellier says:

    Envoyé de mon iPad

    Début du message transféré :

    Expéditeur: Marie-Louise Angers
    Date: 29 mai 2019 à 12:20:06 UTC+2
    Destinataire: pratiquespoursoi@gmail.com
    Objet: Témoignage pour Jaja et moi

    Christine lhotellier says: voici mon commentaire de ce matin revu et corrigé (erreurs d’impression )
    Bonjour Xavier :très troublée de « tomber » sur votre publication alors que ,dans le décours du doeuil de ma mère -décédée en Epahd voici deux ans et demi ,dans mes bras ,sans réelle assistance extérieure et après des années de cris et de souffrance, car elle n’acceptait pas d’etre en institution bien que présentant de graves troubles cognitifs et une motricité très réduite – hier donc j’ai qd même pris conscience qu’elle avait dû mourir de dénutrition et déshydration et avait fini par partir après l’arrêt des médicaments psychotropes qui la mettaient en état d’excitation de stress et d’angoisse intense .
    ce serait trop long de raconter ici sa descente aux enfers …ce qui est sur c’est que j’ai du la placer car je ne pouvais plus m’en occuper seule et ma soeur qui l’a gardée à domicile pendant deux ans après son opération du genou était épuisée ainsi que son époux .
    Ma position est différente et je ne critique pas l’équipe médicale qui a agi après que j’aie donné mon accord et sachant que je souhaitais -OUI J’OSE LE DIRE – mettre fin à ses jours car elle souffrait manifestement beaucoup .cependant- OUI VOUS AVEZ RAISON AUSSI – elle s’accrochait à la vie et À MOI ! Raison pour laquelle j’ai donné pendant quatre ans tout l’amour que je pouvais et je ne regrette rien ….même si mes enfants étaient inquiets pour moi et beaucoup plus réservés sur le bien fondé de sa survie .
    C’était une Femme pleine de vitalité et d’une incroyable jeunesse de corps ,de cœur et d’esprit qui – il faut qd même le dire ! – détestait « la vieillesse et la décrépitude », ce furent ses mots très souvent qd elle avait toutes ses capacités mentales !
    Il est certain que – bien que soi disant en état de « démence sénile » – moi qui la côtoyait très souvent , je percevais bien ses moments de conscience aiguë ( elle me reconnaissait tout a fait et parlait souvent de nous tous et de ses chers ancêtres décédés ) cela pour dire qu’il n’etait Pas possible de la classer Alzheimer même si elle oubliait ce qu’il venait de se passer 1/4 d’heure avant …qu’elle répétait les mêmes phrases obstinément : « maman ! Viens me chercher , j’ai peur » Etc….tout cela est venu à partir du moment où elle s’est trouvée en Epahd avec des personnes très dégradées ….je demeure convaincue que ces lieux -ou le personnel fait son maximum évidemment et je leur suis infiniment reconnaissante ,particulièrement aux aides soignants qui s’en occupaient au plus proche – que ces lieux ne conviennent absolument pas à une personne en fin de vie ! ….c’est tout bonnement inhumain et il n’y a actuellement pas vraiment d’autres solutions ( a domicile cela coûte une fortune et demeure compliqué à gérer – Il faut de nombreuses personnes pour ces dépendances la !)
    donc je réalise que j’ai fait au mieux pour elle mais que ces établissements manquent grièvement de moyens et de personnel .
    Tout ce qu’on m’a dit le dernier jour c’est : « elle va chercher son air » en me laissant seule avec l’ équipe de nuit ( 2 personnes pour toute la structure occupées à faire les transmissions et soins de nuit ) et qui n’avaient aucun accès au matériel d’assistance respiratoire ( masque ) …on m’à dit d’ailleurs que cela risquait de prolonger les choses et que « ça ne se faisait plus » à ce stade la .
    Pour terminer ,ce qui est sur c’est que j’ai pu l’accompagner de mon mieux avec des chansons douces ,des paroles rassurantes et d’amour ET aussi que j’ai été un peu eu affolée et demandé un médecin de garde de nuit ( on m’a répondu que ça n’était pas son rôle de venir a l’Epahd qui devait avoir son propre personnel pour ça !!! – il n’en était rien )
    Je suis convaincue qu’elle – ma mère – a perçu mon desarroi et qu’in Fine lorsque je lui ai dit – en pleurs – : « laisse toi aller , fais dodo ,…je n’en peux plus de te voir souffrir ainsi ,repose toi , je suis la avec toi » ( elle suffocait depuis une demi-heure et gémissait , cherchait son air , là j’ai compris ce qu’on avait voulu me dire en me laissant avec elle sans autre explication )….alors elle a lâché , s’est calmée et s’est éteinte doucement dans le 1/4 d’heure qui a suivi sans que je m’en aperçoive ou presque ! …mon fils et le médecin sont arrivés …je ne suis pas restée ( elles – les aides soignantes très gentilles -m’ont dit qu’elles allaient faire sa toilette , comme si elle était encore vivante ) mais je me suis battue le lendemain pour qu’on la laisse encore dans sa chambre le temps que ma sœur arrive de toulouse ( elle n’aurait pu supporter l’abominable chambre funéraire impersonnelle et glacée !) il a fallu passer outre les soi-disantes lois de la structure …de toutes façons il faisait très froid dans la chambre …le directeur nous en a tenu rigueur et n’est même pas venu nous saluer lors de la mise en bière !
    C’est dire que NON , LES CONDITIONS EN FRANCE POUR LA FIN DE VIE NE SONT PAS « BONNES » …en tous cas il y a de quoi faire en matière « d’humanitude » – en voilà un joli mot qui venait de sortir et dont il n’etaient pas peu fiers !-
    Positivement cela signifie tout de même que des efforts sont faits dans ce sens …mais il reste encore beaucoup à évoluer pour que la médecine classique lâche ses certitudes ! Il est clair que des médecines naturelles et alternatives conviennent beaucoup mieux aux personnes âgées …mais on s’obstine à donner des calmants chimiques pour « sedater » et avoir la paix …croit-on , car beaucoup – comme ma mère – souffrent des effets paradoxaux et toxiques de ces drogues . Elle était de plus en plus anxieuse et agitée et quand j’ai vraiment demandé qu’on arrête ces traitements , au moment de noel , la famille ( neveux et nièces ) devait venir la voir une dernière fois ,sentant les choses ! …on m’a répondu : « non pas maintenant , c’est impossible , le personnel est réduit « ils ne vont pas tenir » ! Eh ! Bien , c’est elle qui n’a pas tenu car ils ont augmenté les doses chimiques….et quand je suis revenue ( après une absence de presque dix jours, j’ai eu la grippe et me suis occupée des arrivants )…elle était dans un état lamentable, affalée sur son fauteuil roulant et a juste supplié qu’on « la laisse tranquille et l’ amène dans sa chambre »….je suis allée tous les jours et ai du demander expressément un lit spécial ( plus doux et gonflable ) et ….avec l’accord de tous : que l’on cesse tout médicament ….le médecin a accepté (et vérifié que toute la famille avait donné son aval ) c’etait le mardi ! Le Vendredi soir à dix heures elle s’endormait pour l’eternité ….oui j’ai explosé en sanglots et ai dû defendre mon droit d’exprimer mon chagrin car l’aide soignante voulait me faire croire que Maman n’aimerait pas que je pleure ( en fait elle avait des ordres pour ne pas troubler le calme des voisins ….peu importe , cela a aurorisé cette khadija -sensible et humaine au demeurant – à pleurer aussi avec moi sa propre mère décédée récemment …ce qu’elle ne s’était pas autorisée !
    Voilà mon témoignage qui se veut sans jugement et m’aide à résilier la douleur de cet accompagnement d’agonie pour célébrer la vie -en son honneur à elle aussi comme en celui de mes enfants et petits enfants !-….puisque je reviens à mes activités énergétiques de SOMATOTHERAPEUTE corps/ énergie et vais partager un khi- Cong Bambou de la longévité et des méditations zen de pleine conscience ,sur Angers …..une dynamique de vie qui m’a bien aidée à traverser le cours tumultueux de ces dernières années !
    Merci de votre attention ! Je vous autorise à publier ceci si vous le jugez utile .
    Chaleureusement
    Christine
    Envoyé de mon iPad

  159. Renée LORENZINI says:

    Bonjour, je suis totalement en accord avec ce que vous écrivez. Qui peut dire quelle serait la décision de Vincent Lambert s’il pouvait l’exprimer ? Je ne suis pas médecin, mais à un âge avancé, je crois pouvoir me permettre de conseiller à certains qui le sont de (re) lire la fable de La Fontaine : « la mort et le bûcheron » et sa sentence . La Fontaine est toujours d’actualité…

  160. CERVO says:

    OK il a une conscience, mais alors pourquoi ses parents qui veulent absolument le garder en vie ne le prennent-il pas en charge? avec une aide chez eux.

  161. Gisèle says:

    Comment des parents peuvent laisser vivre Vincent LAMBERT entre 4 murs dans un hôpital. J’ai cru comprendre que ses deux parents ont exercer leur profession dans la médecine et ils n’ont jamais eu le courage de soigner et garder leur fils, dans leur maison, avec l’expérience et l’amour qu’ils semblent porter à leur fils. PRENEZ VOTRE ENFANT AUPRES DE VOUS CHERS PARENTS DE VINCENT LAMBERT – C’EST UN VRAI ACTE D’AMOUR DE L’AVOIR CHAQUE INSTANT A VOS COTES.

  162. Raymond FUALDES says:

    QUI a droit de vie ou de mort sur un tiers ?
    Qui sommes nous pour le « débrancher » … il existe des forces occultes dans l’ « homme » que certains appellerons « divines » et qui PEUVENT tout changer … Quand ?
    « Il y a pire dans la vie que de n’avoir réussi ,
    c’est de n’avoir pas essayé ! « 

  163. Rachid says:

    Lorsque ont né, personne nous a demandé notre avis, d’accepter ou pas d’exister.
    Idem pour notre mort, personne n’a droit d’avis de notre vie ou de notre mort.
    Laissant la volonté à celui qui a décidé à ce que nous existant.
    Notre devoir c’est de mettre et permettre les meilleurs moyens possibles pour allonger le moindre souffle de vie qui peut existe.
    Point final….

  164. Dominique Favreau says:

    Pitié pour Vincent Lambert et humilité pour la médecine en l’état actuel de ses connaissance qui en effet ne sait pas grand chose de la Conscience. Pitié pour notre humanité en son état actuel de conscience

  165. CASTET DE CHAZEAUX says:

    Bonjour,
    J’ai eu un accident de la circulation avec ma fille, Maud, le 16 janvier 1999. Avec de nombreuses fractures et un traumatisme crânien évalué Glasgow 5, ma fille a été hospitalisée dans un autre établissement que moi. Je me suis rendu à son chevet dès que j’ai pu. En réanimation on m’a suggéré de lui parler. Que lui dire ? je me suis adressé à Maud et je lui a dit que j’interprétais son coma comme une hésitation entre la vie et la mort. Je lui ai dit que je ne savais pas quelle vie elle aurait si elle décidait de vivre. Mais que de toute façon, si elle décidait de vivre je serais là. Maud a été débranchée après mon passage et a repris son réflexe respiratoire. J’ai tenu parole. Maud est restée 13 mois dans le coma puis dans un stade végétatif. Je l’ai accompagnée jour après jour. Elle est revenue à la communication non verbale dans un rire à la maison. Mais que c’est dur depuis, que c’est douloureux! Je me garderai donc bien de juger les parents et l’épouse de Vincent. Je comprends ce qu’ils traversent et je leur envoie tout ce qui me reste d’humanité pour les inviter à faire la paix entre eux et autour de Vincent

  166. ROSEMBERG says:

    Que Vincent soit pris en charge par une unité spécialisée avec stimulations adaptées au maximum des connaissances médicales actuelles. S’il y a une progression cela voudra dire que son état n’est pas irréversible. Et s’il se « réveille » même dans 15 ans et reprend des facultés cérébrales normales, cela indiquera que la médecine actuelle s’est trompée et qu’elle aurait laissé mourir un être humain capable d’être sauvé. Je pense que c’est là la base de la réflexion sur cet homme. Je respecte les avis, même contradictoires, des membres de la famille de Vincent. Ils sont acceptables. La vie d’un être humain est trop précieuse pour ne pas tout tenter.

  167. Gaston Toucan says:

    Article remarquable.
    Il exprime mes pensées ef ma conviction que ce qui se passe autour de Vincent Lambert est non un acte médical mais un acte de bourreaux, de mise à mort délibérée d’une personne vivant et handicapée dont nous ne savons absolument rien de sa vie spirituelle, intérieure.
    Il devrait être transféré d’urgence pour réparer tant d’années de perte de chance.
    Sa femme, qui a empêché et continue d’empêcher ce transfert, devrait être déchue de la tutelle pour mise en danger de la vie d’autrui.

  168. Oudart Camille says:

    Merci d’avoir éclaircie cette affaire, qui m’échappe de par tant d’infos des médias…
    vous avez tout dit … pour ma part, aussi simplement, je dirais à partir du moment où qlq un (membres de la famille), y voit une issue, on devrait respecter sa volonté. De plus, comme vous l’indiquez les médecins connaissent peu de choses sur ce type de situation, et pourquoi pas démontrer la force (ou pas) du cerveau, plutôt que la justice décide si oui ou non. Cela pourrait être une « étude » médicale/scientifique par exemple.
    Enfin, une chose est sure, les médias font plus de dégâts qu’autres choses dans ce type d’histoire… et les exemples que vous racontez sont … exceptionnels !

  169. Fougeroux says:

    pourquoi ce titre ?
    l’âme la conscience elle ne meurt pas , c’est la vie

  170. BLANCO GUYONNE says:

    on est en plein dans l’idéologie qui nous réduit tout un chacun à une unité économique; on est rentable , c’est bon , on ne l’est plus , débarrassons le terrain!
    et si on n’y est pas encore tout à fait , on y arrive;
    pas de sentiment! vive le « meilleur des mondes »!

  171. Moreau says:

    Je suis infirmière comme Vincent et ne souhaiterais pas être maintenue en vie à tout pris, au cas où… Ce qui semble injuste c’est qu’il a exprimé son avis et ce n’est pas respecté. S.il m’arrivait la même chose j’espère que mes proches se rappelleraient de mes choix.

  172. Mary says:

    Bonjour Monsieur,
    Mille mercis d’avoir si clairement décrit la situation…. En me permettant de mieux comprendre les uns les autres cela m’encourage surtout dans mon respect total pour la vie
    Je suis férocement « pour la vie » en toutes circonstances mais particulièrement pour préserver la vie de M. Vincent Lambert. A mon avis il n’a pas encore « dit son dernier mot, si seulement on pouvait/voulait « l’écouter «
    Je n’exprime bien entendu que mon opinion personnelle, mais j’ai un certain vécu derrière moi puisque je suis maman d’un enfant handicape qui, ayant vécu toute sa vie a domicile au sein de notre famille, nous a quitte d’un mort naturel a l’âge de 38 ans.
    Puisque je pense que des informations « juste et objective » sont si nécessaire, svp surtout continuez de nous informer si clairement à l’ avenir
    Mary

  173. Babinet says:

    Merci pour votre excellent avis argumenté, ferme et paisible sur Monsieur Vincent Lambert.
    Bravo et merci

  174. Burgaud says:

    Bonjour,

    En suivant les médias et après avoir lu cet article sur Vincent IMBERT en visualisant la vidéo, il me semble qu’avec beaucoup d’amour, de sagesse et de bon sens, il semblerait que Vincent aurait dû etre orienté vers une Unité de soins spécialisés pour son bien-être moral et physique, avec peut-être une évolution plus positive de ses capacités… La question a se poser n’est-elle pas : Qui souhaiterait en temps qu’être humain vivre dans de telles conditions pendant 10 ans!!! ?? Son visage me semble triste et parfois révolté par ses petits cris… Peut-être s’est-il résigné à « rester » pour ne pas faire trop de mal à sa mère, à ses parents, à ceux qu’il aime! Mais lui, dans tout ça, ne me semble pas très heureux….. Avec tout mon soutien Vincent et à ta famille aussi, Agnès B.

  175. ramus says:

    le cerveau humain a de nombreuses possibilité que nous ne connaissons pas encore
    donc, laissez vivre cet homme et comme on le dit souvent, laissons le temps au temps de faire les choses
    laissons la chance a mr. Lambert d’essayer de s’en sortir en le plaçant dans une unité spécialisée
    cordialement

  176. Maman Bello says:

    Si jamais on laisse le pauvre VINCENT mourir alors là c’ est Un meurtre La médecine actuelle ne sait pas que les nouvelles mesures sont en train de se mettre en place petit à petit Nous sommes dans un nouveau tournant de la médecine La médecine holistique

  177. André Marie says:

    l’hôpital a déjà depuis longtemps mis un prix sur la vie de Vincent Lambert: le prix de vente de ses organes. C’est CELA le manque à gagner. Cet acharnement à ne pas nourrir un patient qui est complètement en vie est scandaleux!!! Il n’y a plus de limite: bientôt TOUS les handicapés ayant besoin d’une assistance seront supprimés pour leurs organes. Ouvrez les yeux! Et puis les patients déclarés « malades mentaux », dépressifs, « déviants »: tout devient possible. la médecine est devenue un commerce et a renié tous ses engagements humanitaires et philosophiques.

  178. Bodilis says:

    D’après la vidéo que je viens de voir je pense que ce patient souffre si s’est le cas mais comment le vérifier? je pense qu’il faut penser à lui et non aux parents car c’est pour moi un pur égoïsme.

  179. Jean-Marie says:

    Je partage la position de MARIE PIERRE.
    Quant à la votre, étonnamment aussi peu nuancée, elle me conduit à quitter SANTECORPSESPRIT.

  180. roselene moreau says:

    MERCI très sincèrement pour cet article.je l’ai lu avec attention ainsi que les nombreux commentaires; pour ces derniers, vu les réactions épidermiques ,on peut se demander si certains auteurs ont pris le temps de lire et de réfléchir!
    j’étais comme beaucoup, certaine que cet homme était « branché » à un tas de machines ,puisque hospitalisé depuis tant d’années, donc incapable de survivre au débranchement ..et bien sûr je trouvais normal qu’ on arrête des soins qui ne l’avaient pas aidé à se réveiller. c’est en tous cas ce que les médias véhiculent.
    mais les conditions je dirais de » détention  » de Vincent me sidèrent .pourquoi n’a t il pas été transféré dans un lieu adéquat depuis toutes ces années ? l’intérêt de l’hôpital est il de s’assurer une rente ? un des grands manitous a t il décidé que ce serait sa volonté à lui qui primerait ? un compte à régler avec la notion de « mère » ( puisque c’est elle qui essaie de sauver son fils) bref tout est possible car chacun réagit avec son propre vécu sans vraiment prendre le patient en considération .
    mais vous ,vous l’avez fait et bravo.je me garderai bien désormais de hurler avec les loups. personnellement je suis pour l’euthanasie dans le but d’abréger des souffrances physiques et je tenterai d’avoir recours au suicide assisté à l’étranger en cas de maladie incurable telle la maladie d’Alzheimer.
    mais dans le cas de cet homme effectivement qui peut dire ce qu il désire à ce jour ? il y a de la souffrance dans son regard oui mais surtout une interrogation .lui qui était infirmier doit surement se demander ce qu il fiche encore à l’hôpital!
    pourquoi après avoir survécu à 31 jours d’arrêt de nutrition n’a t on pas pris des décisions de vrais soins
    que peut on faire pour que des soins normaux lui soient prodigués ?
    je vais dès ce jour en parler à un maximum de personnes autour de moi .
    peut être que vous vous pourriez solliciter les médias (avec un article un peu moins long )
    encore merci de poser les bonnes questions et d’informer vraiment

  181. Tahar says:

    Bonjour,
    Le cas de Vincent ne nécessite pas de grands efforts pour sa famille. Si je ne me trompe pas, sa femme ne doit pas le voir comme un fardeau puisque quand on se marie, c’est pour le meilleur et pour le pire…
    Merci.
    Tahar

  182. chantal ledogar says:

    Un jour prochain, Vincent se réveillera t-il de son long silence et pourra nous dire qu’il a entendu tous les commentaires et vu tous les regards de bienveillance et d’amour posés sur lui. Il aura peut-être aussi beaucoup de choses à nous apprendre sur les états végétatifs de l’être humain et sa conscience. Aussi, soyons modestes et respectons le vie qui est sacrée

  183. Françoise BAUDIER says:

    Savez-vous que Vincent Lambert est enfermé à clef dans sa chambre, qu’il n’est jamais levé, et que toute personne qui vient le voir doit laisser sa carte d’identité à l’accueil ? M.Lambert père s’est vu une fois refuser l’accès à la chambre car il avait oublié sa pièce d’identité, alors qu’il vien pratiquement voir son fils tous les jours. Où est l’humanité là-dedans ?

  184. MICHELE BASSET says:

    BONJOUR. JE SUIS ENTIÈREMENT D ACCORD AVEC VOUS IL FAUT LAISSER UNE CHANCE À VINCENT EN LE LAISSANT VIVRE. NOUS POUVONS ÊTRE TRÈS SURPRIS AGRÉABLEMENT UN JOUR CELA N ARRIVE PAS QU AUX AUTRES .
    JE TIENS À VOUS REMERCIER POUR TOUS VOS MAILS QUI SONT TRÈS INTÉRESSANTS .
    CORDIALEMENT

  185. Maurin says:

    Mais quelles tortures ! Arrêter l’alimentation et l’eau
    afin de le faire mourir c’est cela l’acharnement. C’est carrément un crime. On se retrouve au Moyen -Âge.
    Et lui refuser l’accès à une unité de soins spécialisée
    est incompréhensible. Heureusement qu’il a ses parents ; c’est pour eux et eux qui arrivent à le maintenir en vie.

  186. Françoise BAUDIER says:

    Merci pour votre article, extrêmement clair et documenté. Il faut exiger que Vincent Lambert soit transféré dans un établissement spécialisé, ce qui est demandé depuis des années par ses parents et a été accepté par plusieurs directeurs de centre mais catégoriquement refusé par les autorités qui veulent faire avancer l’euthanasie dans notre pays : aujourd’hui pour un tétraplégique, demain pour d’autres handicapés ? après-demain pour les vieux de plus de 65 ans, comme l’a déjà annoncé Jacques Attali ? Non à la culture de mort, Oui à la vie !

  187. Dsoslglece says:

    Bonjour, je suis tout-à-fait conscient que mes propos vont me faire traiter de schizo, parano ou affabulateur, mais peu importe, ce qui compte, c’est ce que je sais, ce dont j’ai fait l’expérience… de même que je sais ce que j’ai mangé hier ou ce matin…
    Rien de surprenant dans ces « cas »… à condition d’être conscient d’une chose dont en occident on fait l’omerta (pour un oriental, c’est une évidence).

    Il y a le corps, et il y a l’esprit, et, de même que lorsque sa voiture est définitivement en panne, on en change, et généralement, lorsqu’un corps est hors d’état on en change. Je n’ai personnellement été conscient de cela qu’à partir de 30 ans, mais j’ai pu ensuite vérifier, au fur et à mesure de mes souvenirs (qui remontent pour certains à très très loin !), qu’ils étaient véridiques (en étudiant les extraits d’actes de naissances du passé ou pourquoi avoir à 18 ans, découvert dans une pile de vieilles partitions, l’œuvre d’un compositeur que j’ignorais totalement, de l’avoir vite sortie de la pile en la serrant contre moi, en sachant que c’était un chef d’œuvre… c’en était un, et ce compositeur qu’au siècle dernier j’avais bien connu, est aujourd’hui un peu plus reconnu du public.
    On peut aussi lors d ‘un traumatisme, ou d’une maladie, sortir de cette enveloppe, rester à côté (souvent) ou même aller voir ailleurs, mais revenir de temps en temps, et éventuellement voir les soins prodigués.
    Par exemple, mon arrière grand’ mère après une maladie, avait été déclarée morte par son médecin, (c’était vers 1900), et elle avait plus tard entendu celui-ci dans la pièce à côté, conseiller à son mari de se remarier à cause des jeunes enfants…. et puis elle s’est réveillée, et depuis, elle avait stipulé qu’à sa mort, on devrait lui couper un orteil pour vérifier si le sang coulait encore.
    Lorsqu’on est en cet état, comme après la mort, l’esprit est souvent hors du corps (il y reste souvent jusqu’à la mise en terre), et peut le plus souvent percevoir ce qui se passe, non seulement à cet endroit, mais aussi ailleurs si on souhaite (et si on le sait !).
    Cet état peut d’ailleurs être obtenu de façon naturelle, en laissant le corps comme endormi, mais même aussi en train d’agir et en gardant le contrôle.
    Différentes techniques sont au point depuis des siècles (voire millénaires), par exemple, certaines disciplines de Yoga. De même chez les Bushmen du Kalahari.
    Souvent, dans ce cas, il arrive d’avoir une sensation bizarre, par exemple (expérience personnelle) en se promenant dans une allée d’un jardin public, d’avoir à la fois la vision normale par les yeux, et aussi en même temps, de voir le bord du gazon comme si l’on se promenait le nez au ras du sol.
    Évidemment, je suis conscient que pour beaucoup tout ça sera baptisé affabulation… et bon, à chacun sa vérité.
    Je citerai encore une histoire qui m’a été racontée par un ami : Durant la guerre d’Algérie, il faisait ses classes, et durant une période, il se voyait marcher devant lui ! il avait été voir le psy de service, qui, bien sûr l’a convaincu que c’était dû à une aberration, il avait ensuite, des années après semblé tellement soulagé lorsque je lui avais communiqué ce que je savais, et évidemment, tout ça est très possible, même si les raisons en sont inconnues.

    Cordialement

    Dsoslglece

  188. Nicole MENU says:

    Bonjour Docteur, 29 Mai 2019
    Comment etre stupefie ce qui tend à croire qu’au 21 eme siecle, et lorsqu’on est à priori OUVERT D’ESPRIT, ce que vous prônez, il y a encore des Etres, exemple VOUS MEME,
    qui n’ont jamais été confrontes soit par des lectures, soit par des témoignages, soit par tous autres moyens qui fleurissent pourtant beaucoup dans les Hôpitaux endroits les plus propices à cette manifestation de la Vie apres la Mort se matérialisant par une sortie du corps apres arrêt du Cœur (par sommet du Crane) et evocation (apres un reveil lors massage cœur entre autres) de ce que cette Ame a vu et entendu des paroles et gestes dans la Piece au dessous d’elle. Et ce sont aujourd’hui des centaines de milliers de témoignages et beaucoup d’autres manifestations dans ce sens et autres Recits que nul ne peut ignorer même si l’on se refuse à le croire. Donc pas de surprise……. et c’est même la RAISON pour laquelle je ne VEUX pas de la sedation la pire hypocrisie qui soit, car je veux laisser à mon Ame, mon Esprit, mon « Moi » la liberte totale de Monter de suite, sans etre emprisonnée encore dans un Corps dont le cœur continue à battre … ce qui empeche justement l’Ame de s’envoler dans l’Astral en l’attente d’une autre reincarnation. Tel est le cycle.

    Bonne Journée.

    nb – et pour Vincent LAMBERT, je suis scandalisée de l’attitude des Parents SOI-DISANT AIMANTS qui condamnent leur fils à cette « Torture »…..

  189. De Paepe says:

    Bravo pour votre article .
    Pour moi une constatation, il a de la « chance » que nous soyons en 2019 , il y a un siècle et peut être moins il serait mort et enterré donc oublié.
    Il faut l’état légifère comme d’autre l’ont fait déjà.
    Il y a aussi derrière cette affaire, me semble t’il, des relents d’intégrisme religieux qui me dérange.
    Merci pour votre éclairage, mais bon……..

  190. Rosanval says:

    medecin anesthésiste retraitée ancienne du SAMU 94 , élève de P Huguenard je suis outrée de la loi Leonetti qui fait mourir des patients pauci relationnels de faim et surtout de soif
    Dans le service de réa de P huguenard , nous ne pratiquions pas l’acharnement thérapeutique bien avant que ce ne soit à la mode d’en parler et nous pratiquions déjà les soins palliatifs JAMAIS je dis bien JAMAIS la boisson et l’alimentation n’ont été considérés comme autre chose que des soins dits de « nursing » le minimum requis pour les patients
    Ce pauvre patient n’a pas eu toutes ses chances car il est privé de rééducation et de prise en charge thérapeutique adaptée
    Je ne savais pas malgré 40 ans à l’hôpital public qu’il était autorisé d’enfermer à clé un patient neurologique grave (ni un patient tout court ) de quoi a-t-on peur : qu’il se sauve?
    en tout cas c’est miraculeux qu’il ne soit pas couvert d’escarres malgré ses retractions tendineuses (qui auraient pu être évitées avec des soins adaptés )
    Bien rééduqué , il devrait être à domicile en HAD
    je me suis toujours demandée ce qui se cachait devant l’obstination de l’hôpital de Reims à garder en soins palliatif un patient qui ne relevait pas de leur compétences ,
    J’espère que cette triste affaire se résoudra un jour sans mise à mort par la faim et la soif de ce pauvre patient

  191. nadine lahondes says:

    pourquoi continuer depuis le temps qu ‘ il est dans cet état ? je ne vois pas du tout le bout du bout !!!! Je pense que pour lui ce serait une délivrance QUELLE EST SA VIE ? personnellement je serais dans son cas je souhaiterais la mort A QUOI SERT-ON DANS UN TEL ETAT ????

  192. GALLIOT says:

    Vous pouvez me nommer je suis responsable de mes écrits. J ai 72 ans et la tête sur les épaules.

    Je suis dégouté de votre article et de la plupart des commentaires dont ceux de catho extrémistes parfaitement intolérants.

    Mettre Mr. V. Lambert « dans un service de soins adaptés » ? ça veut dire quoi ? Comme s appelle ce type de service d après vous ? Un mouroir , non ?

    Quand aux sommes phénoménales de la Fondation Pro vie rémunérant de tels avocats, elle serait plus utile au Resto du Cœur ou Institut Pasteur !

    Mais laissez les gens partir comme il le souhaite ! Si vous ne voulez pas être jugé, ne jugez pas les autres.

    J ai travaillé en hôpital et le sujet je le connais depuis 52 ans ! Je le creuse encore et avec mon épouse, milite pour une évolution de la loi Claeys Léonetti.

    j ai vécu 7 fins de vie de façon très proches dont celle de mon père qui a été géniale car il a été réellement accompagné médicalement en centre hospitalier.

    Il y a un an celle de mon beau père est une honte. Il arrachait ses perf., hurlaient demandant qu on le laisse partir ! Le service où il était a été lamentable et pourtant dans une clinique importante où soi disant il y avait un médecin responsable des soins palliatifs jamais vu !

    Les Belges et les Suisses eux ont compris et j ai honte de certains de mes compatriotes.

    Je viens de m inscrire avec mon épouse à l ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) et nous venons de signer nos Directives Anticipées. Nous en sommes fiers.

    Si ce malheureux Monsieur Lambert avait fait comme nous, nous n entendrions pas les interviews de sa « génitrice » (car elle n est que ça), et n aurions pas vu cette vidéo intime inqualifiable ! Quant à l avocat !!!

    Son épouse par contre est admirable.

    J espère que mon commentaire sera accepté et qu une lettre contradictoire de professionnels de la santé sera publié.

    Dans cette attente, sincères salutations

    Daniel GALLIOT

  193. Catherine WIERZBICKI says:

    Bonjour Mr BAZIN. Je suis chrétienne. Pour moi, Vincent est SPIRITUELLEMENT accompagné par Notre Sauveur à tous. Vincent peut recouvrer tous ses sens et c’est pour cette raison que je ne veux pas que l’on arrête l’alimentation et l’hydratation. Le problème d’aujourd’hui, de notre époque, c’est que l’Etat voulu se désolidariser du « religieux » et voilà où cela nous a mené. Le religieux n’est pas le SPIRITUEL et le spirituel ou la spirituelle n’est pas religieux-se. Il y a qqs jours, le 18/05 exactement, j’écrivais à la maman de Vincent pour la soutenir (je ne sais si elle a eu mon message) et je posais la question au Dr SANCHEZ si elle voulait prendre la place de DIEU. Pour finir : QUE VIVE VINCENT LAMBERT et qu’on le transfert au + tôt dans 1 Centre adapté à sa condition. Merci pour v/lecture.

  194. Fauc says:

    Je trouve scandaleux de maintenir en vie ce pauvre Vincent ; peut-on dire « vivre » ? S’il est conscient c’est encore pire ; imaginez vous un instant être prisonnier dans un corps immobile, dans l’incapacité de bouger de parler de réagir mais tout cela en étant conscient : je pense que c’est le pire qu’il puisse arriver à un individu , Moi, j’ai déjà dit à mon mari que s’il m’arrivait une chose pareille , je préférai mourir :

  195. Serge says:

    Vincent Lambert n’est pas mort il est bien vivant sinon il y a 10 ans vous l’aurez enterré tel qu’il est actuellement. Vous voulez arrêter de l’alimenter …. Pour qu’il meurt ? Et comme pour mourir il faut être d’abord vivant alors cela veut dire que votre souhait c’est juste de l’assassiner.
    Parlons de son épouse : elle affirme vouloir le tuer parce qu’elle l’aime car il souffre. Qu’elle paradoxe. Pendant 10 ans tu peux nous prouver que tu lui a été fidèle toi qui l’aime plus que tous. Tu veux juste mettr fin à sa vie pour te refaire officiellement ta vie avec un autre mec et bénéficier des assurances et autres.
    Si tu l’aimes vraiment donné lui la chance de suivre des soins spécialisés dans un centre. Fais le si tu l’aimes fais le et tu en sortiras grandi.

  196. Amira DE MAISTRE says:

    Je ne sais pas si il entend et peut voir , mais je pense que vivre ainsi est une souffrance qu’il faut arrêter avec une mort douce et pas en l’affamant ou en le faisant mourir de soif qui est un calvaire inhumain.

  197. deffaux says:

    Je pensais que Vincent Lambert était appareillé de partout pr l’aider à survivre, et non pas simplement alimenté par sonde, ce qui change tout car son corps a décidé de continuer à vivre. En effet, on ne peut couper le vivre et l’eau de quelqu’un sans l’amener ds une mort atroce. Très difficile sujet.

  198. OFFICIALDEGUY Marie Pierre says:

    Monsieur Bazin, j’ai lu votre article avec beaucoup d’intérêt. Pour avoir travaillé comme infirmière en service de réanimation, j’ai été amenée, comme tout le personnel soignant à réfléchir à ces questions difficiles et douloureuses.
    Permettez moi tout d’abord de réagir quand vous demandez qu’on le transfère dans une unité qui s’occuperait de lui « DIGNEMENT ». Je trouve votre propos choquant vis à vis de tout le personnel qui s’occupe de lui au quotidien depuis toutes ces années… Peut être n’a t’il pas bénéficié de toutes les dernières techniques susceptibles de lui permettre quelques progrès, certes… Mais il a vraisemblablement eu des soins d’hygiène, de confort, et sûrement aussi de l’affection de la part de tous les soignants qui l’ont pris en charge quotidiennement. Alors, s’il vous plaît, Monsieur Bazin, ne laissez pas planer le doute sur la qualité des soins qui lui ont été prodigués, cela pourrait blesser injustement le personnel médical et para médical qui l’a entouré.
    Pour ce qui est des questions éthiques, il me paraît très compliqué d’avoir un avis bien tranché… En tout état de cause, lorsqu’on a fréquenté des patients cerebrolésés, on est malheureusement peu enclin à être très optimiste sur les progrès que l’on peut légitimement attendre… Un clignement d’œil, un petit serrement de main, qui peuvent paraître énormes et encourageants pour une maman aimante, mais bien minces pour le personnel soignant. En tout cas bien loin de permettre d’espérer raisonnablement une reprise d’autonomie.
    Néanmoins, personne n’est capable aujourd’hui de dire ce qui se passe dans la tête et le cœur d’un patient en état végétatif.
    Alors, chacun aura sa propre définition de la vie: être vivant, est ce juste être en capacité de respirer et assimiler l’alimentation que l’on nous fournit? Est ce être en capacité de communiquer? Est ce être en capacité d’être en mouvement? Et l’on pourrait allonger la liste… La question est posée, mais qui peut prétendre avoir la réponse?
    Dans l’exercice de mon travail, j’ai toujours pensé que l’intubation était un pallier décisif. Intuber un patient, c’est faire le geste qui sauve. Débrancher un patient ou arrêter l’alimentation, en revanche, c’est faire le geste qui tue. Chacun de ces gestes est décidé par un humain, avec ses croyances, ses doutes ou ses certitudes, son ressenti, le contexte…. Comment, avec tant de variables, décider de ce qu’il est bien ou mal de faire? Impossible, me semble t’il…
    Devant ce constat, je me dis que l’histoire s’écrit à l’occasion de cette rencontre entre un patient et le médecin qui va le prendre en charge. Le médecin offre la chance de vivre au patient, et le patient la saisit ou pas… Cette idée est celle que j’ai trouvée pour concilier l’inconciliable, et rendre, contre toute vraisemblance, la décision finale au patient.
    Cordialement. Marie Pierre

  199. Cclebrun catherine says:

    Je suis croyante mais laisser dans un etat pareil un etre meme jeune grabataire depuis 12 ans c est de l acharnement il peut rester ainsi encore 12 ans

  200. Le Marchand says:

    Bonjour mon avis était partagé sur la décision des médecins et juges concernant monsieur Lambert. Après la lecture de votre lettre d’information{je vous en remercie} je suis effarée que les médecin qui s’occupent de ce pauvre homme ne l’ai pas fait transférer dans un service adapté…serait-il une question de gros sous pour l’hôpital ????
    en tous cas c’est inhumain si il y a une toute petite chance de lui permettre de vivre il faut essayer.
    Jacqueline

  201. dufour marie-france says:

    D’accord à 100 % avec votre analyse de ce triste
    cas !
    Sortons Vincent de cet état, transférons -le ailleurs
    au plus vite et donnons lui, au moins, une chance de vivre autrement !!
    Trop de temps perdu jusqu’à présent….
    Et s’il nous voit et nous entend depuis 10 ans,
    quelle honte, quelle ignominie !

  202. gervaud dannick says:

    bonjour,
    pour moi le problème est que vincent n’aurait pas voulu être comme cela! pour moi ce n’est pas vivre, vivre c’est sortir respirer , admirer toute ces petite choses qu’il ne peut plus faire et apprécié! je forme des aides soignante et je sais que les soins sont douloureux sur ces personnes qui deviennent recroquevillés sur elle même, avec des escarres et j’en passe! je ne supporterais non plus que l’on me laisse comme cela! au moins les animaux ont la chance de voir leur souffrance abrégé! ceci est mon avis! pour moi Vincent est mort dans cet accident! il n’est pas handicapé, il est beaucoup plus qu’handicapé! et franchement cela me serai insupportable de voir mon fils dans cet état! je serai comme la maman de Vincent Humbert!

  203. annie Kempf-jouve says:

    pour avoir été moi-même gravement atteinte je crois que la décision est impossible à prendre et ce souvent pour des raisons ayant plus trait au regard ou au jugement des autres que par rapport au blessé. la vie est longue quand on est marié à une personne dans cet état et beaucoup n’ose pas divorcer ou carrément vivre leur vie comme un célibataire, alors il joue au martyr et demande au médecin de réaliser leur rêve, les débarrasser de ce fardeau. quant au patient ne pouvant donner son avis il lutte comme il peut pour faire comprendre ce qu’il veut. mais la honte est sur les médecins et la justice qui ne permettent pas à ce patient d’être soigné dignement dans un hôpital spécialisé et il faudrait les condamner à une année dans les mêmes conditions pour qu’ils se rendent compte de leur ignominie.

  204. Hélène Dufau says:

    Bonjour,
    La prétention des « scientifiques » est malheureusement parfois une erreur… voir par exemple l’ouvrage d’Eben Alexander, exemplaire à cet égard, car c’est un neurochirurgien qui a vécu ce type d’expérience, et il sait de quoi il parle.
    Par ailleurs, je me demande si faire appel à un communicant de type médium ou à de la communication facilitée (M-M Vexiau) ne pourrait pas apporter de nouveaux éléments de réflexion (… ou de confusion !). Ces approches ne sont « pas validées scientifiquement »… c’est une tarte à la crème inventée par les cigarettiers… revoir l’histoire, le travail de Robert Proctor, Golden hoocaust…mais bon… pragmatiquement déjà vu et vécu, alors…

  205. Monhardt says:

    le titre est inadéquat: ce n’est pas une question de pitié mais de justice. Ceci dit je ne suis pas juge et n’ai pas les éléments nécessaires, même pour me forger une opinion valable. Il y a clairement une carence du système (médical, judiciaire, etc.). cela ne devrait pas être possible de se retrouver dans une situation aussi inextricable. Salutations

  206. ROUDIER Eliane says:

    Je pense qu’il devrait être dans une unité spécialisée pour suive une rééducation . Il n’y a pas de raison majeure pour arrêter de le nourrir !
    Ce serait un crime car on ne sait pas ce que l’évolution de son cas peut réserver en le stimulant

  207. MMP says:

    Bonjour et merci pour votre article qui nous fait réfléchir.
    A mon avis, la seule question à se poser est :
    Vincent Lambert a-t’il envie de vivre?
    N’est-il pas en souffrance physique et psychologique?
    Quand je vois son visage triste et crispé, qui ne respire pas la paix, je ne comprends pas qu’une mère aimante s’imagine que son fils est heureux ainsi, alors qu’elle est croyante et donc sait, en principe, que l’au delà est un monde meilleur de paix et d’amour pur.
    Et vous, auriez-vous envie de vivre cloué sur un lit ou une chaise, sans pouvoir vous exprimer?
    Il faut se mettre à la place du patient et ne pas lui imposer une souffrance à vie.
    De quel droit pouvez-vous décider qu’il doit vivre un calvaire à tout prix?
    Si son corps résiste c’est parce qu’il est jeune avec des organes en bonne santé et aussi parce qu’il est à l’abri de toute contamination dans son unité de soins intensifs.
    En tout cas, je peux dire que cette affaire m’a permis de rédiger mes volontés de ne pas subir d’acharnement thérapeutique, pour le cas où je devrais subir une telle torture.
    Je comprends cependant que les avis soient partagés, mais par pitié mettez vous à la place du patient, ne pensez qu’à lui et à lui seul !!!

  208. Eva Crépin says:

    Atteinte d’un Alzheimer, je peux encore contrôler ma vie, mais je vois tous les jours de nouveaux signes. Il est hors de question pour moi d’aller au bout de cette horreur, surtout dans un Ehpad. Je n’ai presque plus de famille, et ceux qui restent (à l’étranger) connaissent et acceptent ma décision. L’incapacité physique serait peut-être supportable, mais pas l’incapacité mentale. Ce sera un suicide.

  209. Odile says:

    Votre article m’a profondément bouleversé et fait réfléchir. Je vis dans un pays où l’on peut bénéficier de l’aide à mourir et j’ai donné toutes les directives officielles à cet effet. Mais j’aurai bientôt 80 ans. J’ai vécu.

    Je ne bénéficierais pas de cette aide si je souffrais de la maladie d’Alzeimer. Mais sachant que la vie est un cadeau, qu’elle a un début et une fin, si j’étais diagnostiquée ce serait à moi de poser les gestes qui s’imposent si je ne souhaite pas vivre dans un état végétatif.

    La question est différente dans le cas de personnes jeunes. Ce que je ne comprends pas dans le cas de Vincent Lambert c’est qu’il n’ait pas été transféré dans un établissement spécialisé puisqu’il en existe et qu’il existe des dizaines de Vincent Lambert. De fait, qu’il ait survécu à 31 jours sans être hydraté ni nourri fait réfléchir.

    Vous êtes au fait de phénomènes ‘’extra-ordinaires’’. Ne pourrait-on pas envisager l’intervention de personnes qui ont des pouvoirs ‘’extraordinaires’’ pour savoir où en est Vincent Lambert.

    Merci de m’avoir fait douter.

  210. BERNARD guillot says:

    JE NE VOUDRAIS PAS RESTER DANS UN CORPS EN MAUVAISE SANTE; SANS AUCUN DOUTE, JE PREFERERAIS PARTIR..VIVRE UNE VIE SANS SAVEUR ?
    NON,MERCI ! PITIE POUR VINCENT: LIBEREZ LE !

  211. Marie-Thérèse says:

    Enfin un article SCIENTIFIQUE et extrêmement bien documenté sur Vincent Lambert et les personnes très lourdement handicapées! Mille fois merci!
    Je recherchais depuis des jours des articles sur Vincent Lambert afin de me faire une opinion la plus impartiale sur sa situation. J’avais aussi regardé les 2 vidéos qui avaient fini de me convaincre que Mr Lambert était loin d’être en fin de vie et encore moins inconscient! Quelqu’un qui ouvre la bouche quand on lui donne à manger et la ferme, le temps de la déglutition, peut-il être inconscient?
    Vous avez renforcé mon intime conviction que Mr Lambert a de toute urgence besoin de toutes les attentions auxquelles a droit tout être humain, afin de lui assurer une vie la plus digne possible pendant les jours, les semaines ou les années lui restant à vivre. (Promener Mr Lambert ou des personnes dans son état, dans un jardin, un parc, améliorer l’état de ses articulations par de la kiné….. est-ce vraiment trop demander à notre société pour SES personnes très lourdement handicapées dont nous devons être collectivement responsables???)
    Encore une fois, sincères remerciements pour cet article qui va j’espère en apaiser plus d’un dans ses convictions, comme cela a été le cas pour moi.

  212. Micheline Mayné says:

    Je pense que Vincent Lambert manifeste sa volonté de rester vivant et que lui refuser de l’eau et des aliments est un crime . Je pense aussi que le refus de transfert est un un abus de pouvoir et que subrepticement la société devient totalitaire .
    Enfin il faudrait réfléchir à la notion de tutrice légale ou tuteur légal et accorder le divorce sans consentement mutuel. Enfin il faudrait réduire les inégalités et que chaque traumatisé soit respecté

  213. LANG Eliane says:

    Excellent article! Permettez-moi de l’exposer dans ma salle d’attente. Peut-être que venant d’un médecin, et que des informations supplémentaires, autres que médiatiques y figurent, permettra un autre débat avec mes patients. Merci.

  214. servadei says:

    Je ne suis pas d’accord avec vous! J’ai inscrit mes directives anticipées et je serais vraiment très en colère si elles n’étaient pas respectées! Ce que je pense, c’est que chaque être humain est libre de décider de son avenir et que personne autour de lui n’a le droit de s’y opposer! Il me semble que la meilleures solution serait que chacun inscrive clairement ce qu’il désire, cela éviterait aux proches d’avoir à prendre une décision à sa place!

  215. Cazenave says:

    Bonjour Xavier,
    Merci pour cette lettre fort pertinente.
    Je voulais juste préciser, pour aller dans le sens de presque l’entièreté de votre lettre, que beaucoup de chose nous sont encore inconnue. Aussi quand vous poser que « personne ne peut vivre sans boire ni manger » cela me semble aussi une affirmation gratuite. Même si c’est le cas pour la plupart d’entre nous il y a beaucoup de personnes qui vivent dans cette expérimentation et cela semble possible.
    Vivre de prana : https://www.mondenouveau.fr/peut-on-vivre-de-prana-lenigme-de-linedie-et-du-respirianisme/
    Sinon je suis en accord avec tout le reste de votre propos.
    Belle continuation.
    Bien musicalement
    Thierry

  216. Isabelle de Lovinfosse says:

    Je vous remercie pour votre long article que j’approuve entièrement!

  217. Marie-Christine Roy-Guilleminot says:

    Bonjour,
    Vincent Lambert est vivant ! Il est également résistant.
    Sa survie à l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation
    le prouve. Cela traduit une envie de vivre et nous donne une réponse sur sa volonté personnelle. La conscience est dans toutes les cellules de notre corps.

    Comment ne pas être un « légume » sans aucun soin particulier, ni stimulations adaptées à son état ?

    Les études scientifiques montrent que le cerveau se développe grâce à un ensemble de stimulations extérieures.

    Laisser une personne dans un lit, sans aucune activité sensorielle ne peut donc qu’entretenir un état végétatif.
    Il est urgent de restimuler tous les sens de Vincent Lambert.
    Merci pour cet article qui nous rappelle que nous ne connaissons encore que très peu de choses sur les innombrables ressources du corps humain.

  218. Personnellement je ne supporterais pas d’être emprisonnée dans un corps qui ne peut pas s’exprimer, sans aucune réaction, surtout si longtemps (je suis un peu claustrophobe)
    Je ne voudrais pas prolonger la douleur de ma famille non plus. Ce serait un supplice pour moi et pour eux autant l’abréger. Je crois à un au-delà.
    Qui sait si Vincent ne souffre pas physiquement, moralement ?
    A l’étranger (Suisse, Belgique ..) on parle plus simplement d’aide assistée à la fin de vie souhaitée
    Je pense plus à un bras de fer entre les parents et la belle-fille ..Mais si les parents veulent récupérer leur fils chez eux, si leur amour est sincère !
    Mon Dieu ayez pitié de lui

  219. SAB says:

    Bonjour,
    Ayant cette réflexion personnelle sur la fin de vie et dans quelle conditions… j’ai peur de souffrir (je ne peux rester allongée sur le dos sans bouger plus de 6h sinon mon pied droit s’engourdit puis les douleurs arrivent, alors je n’imagine pas être alitée des jours, des mois voir des années !!!! sans pouvoir exprimer ma souffrance, plutôt mourir !
    Mais je suis entièrement d’accord avec vous à tout point de vue.
    La seule solution que j’ai pu trouver serait de croire qu’un médium (ou autre personne) puisse rentrer en contact avec notre âme pour communiquer.
    Pour le cas de Vincent LAMBERT, cela permettrait de savoir ce qu’il veut LUI.
    Je suis donc mitigée quant à la décision que je prendrais si j’étais à la place de sa famille.
    Je ne suis pas pour l’acharnement thérapeutique, mais là, à part l’alimentation, il n’a pas de problème de santé particulière. Donc oui, quitte à le laisser vivre, il faut qu’il sorte de sa chambre !

    Merci pour votre article sur un sujet qui peut arriver à tous.

  220. Murielle Noric says:

    La question importante qui se pose est : qui a le droit de juger si une vie vaut la peine d’être vécue. Celle de Vincent parait inutile, sans espoir, indigne d’être vécue.

    Mais cette vie est la sienne, et personne ne peut dire s’il la trouve précieuse, digne d’être vécue.
    Que dire de la vie de millions de français sous anti-dépresseurs, ou sous dépendance aux drogues, ou la vie de pauvres gens qui n’ont plus rien ? Les mêmes qui sont contre ce qu’ils nomment acharnement seraient les premiers à vouloir être maintenus en vie.

  221. Rose says:

    Bravo pour ce courageux article
    Ça fait beaucoup réfléchir et personnellement je revois ma position
    Je n’avais pas tous ces éléments
    Il semblerait que Vincent Lambert s’accroche à la vie
    Le faire mourir de faim et de soif me paraît cruel

  222. Martine Vaffier says:

    Merci pour cet article. Je trouve inadmissible que l’on laisse ce garçon croupir dans cet hôpital au lieu de le transférer dans un centre spécialisé. On a vu des gens se réveiller du coma après de longues années, or Vincent n’est pas dans le coma. On n’a pas le droit de l’assassiner.

  223. Troy says:

    Arrêtez d’en parler ! C’est lamentable. Il y a des dizaines, des centaines de personnes dans cet état et personne n’en parle.
    C’est un drame personnel, familial et médical.

    Tout le monde s’en mêle. Avant on floutait le visage, maintenant non. Qui autorise ça ? Pour quel motif ?
    Les cathos s’en mêlent, la justice s’en mêle et personne n’y connait rien.
    On en parle parce que la famille se déchire.
    Comment savoir ce que ressent le principal concerné ? Arrêtez de parler à sa place.
    Vous n’êtes pas Dieu pour dire ce qu’il ressent.
    Alors arrêtez de m’envoyer des mails à ce sujet !
    Vous êtes indécent.

  224. agnes desmazieres says:

    parfaitement d’accord
    la vie est faite d’accidents, de chaque accidents nous sortons grandis. acceptons tous les accidents et tout ce que la vie peut nous apprendre !

  225. Diane roy says:

    Bonjour

    Je suis la femme d’un homme qui a vécu Neuf ans dans un état comme Vincent…sauf que nous lui avons fait des stimulations constantes. Il était assis pendant le jour avec une pause de repos PM. Éveillé le jour, il allait ã l’extérieur, j’avais une van adapté pour le sortir. Nourri par une sonde. Il ne pouvait communiquer, nous lui faisions de la,lecture, écoutait le,hockey. Nous le comprenions par ses grognements lorsqu’il était mal assis, quand je prenaisl’ascenseur, il regardait les chiffres, c’était comme un tout petit enfant qui apprend.
    Il est décédé des suites de l’influenza qui courait sur l’étage où il Etait. Il avait 58 ans.

    Tout ce que je sais c’est dur à prendre de telles décisions. Je ne regrette pas de le laisser partir au moment où il a eu son accident, branché de toute part….oui Neuf ans c’est long mais j’ai appris beaucoup même le personnel qui le côtoyait arrivait à le comprendre.

  226. Christine lhotellier says:

    Bonjour Xavier :très troublée de « tomber » sur votre publication alors que ,dans le décours du doeuil de ma mère -décédée en Epahd dans mes bras ,sans réelle assistance extérieure et après des années de cris et de souffrance, car elle n’acceptait pas d’etre en institution bien que présentant de graves troubles cognitifs et une motricité très réduite – hier donc j’ai qd même pris conscience qu’elle avait dû mourrir de dénutrition et déshydration et avait fini par partir après l’arret des médicaments psychotropes qui la mettaient en état d’excitation de stress et d’angoisse intense .ce serait trop long de raconter ici sa descente aux enfers …ce qui est sur c’est que j’ai du la placer car je ne pouvais plus m’en occuper seule et ma soeur qui l’a gardée à domicile pendant deux ans après son opération du genou était épuisée ainsi que son époux .
    Ma position est différente et je ne critique pas l’équipe médicale qui a agi après que j’aie donné mon accord et sachant que je souhaitais -OUI J’OSE LE DIRE – mettre fin à ses jours car elle souffrait manifestement beaucoup .cependant- OUI VOUS AVEZ RAISON AUSSI – elle s’accrochait à la vie et À MOI ! Raison pour laquelle j’ai donné pendant quatre ans tout l’amour que je pouvais et je ne regrette rien ….même si les enfants étaient inquiets pour moi et beaucoup plus réservés sur sa survie .C’était une Femme pleine de vitalité et d’une incroyable jeunesse de corps ,de cœur et d’esprit qui – il faut qd même le dire ! – détestait « la vieillesse et la décrépitude », ce furent ses mots très souvent qd elle avait toutes ses capacités mentales . Il est certain que bien que -soi disant en état de démence sénile – moi qui la côtoyait très souvent , je percevais bien ses moments de conscience aiguë ( elle me reconnaissait tout a fait et parlait souvent de nous tous et de ses chers ancêtres décédés ) cela pour dire qu’il n’etait Pas possible de la classer Alzheimer même si elle oubliait ce qu’il venait de se passer 1heure avant …qu’elle répétait les mêmes phrases obstinément : maman ! Viens me chercher , j’ai peur Etc….tout cela est venu à partir d’un moment où elle s’est trouvée en Epahd avec des personnes très dégradées ….je demeure convaincue que ces lieux -ou le personnel fait son maximum évidemment et je leur suis infiniment reconnaissante ,particulièrement aux aides soignants qui s’en occupaient au plus proche – que c’est lieux ne conviennent absolument pas à une personne en fin de vie ! ….c’est tout bonnement inhumain et il n’y a actuellement pas vraiment d’autres solutions ( a domicile cela coûte une fortune et demeure compliqué à gérer – Il faut de nombreuses personnes pour ces dépendances la !) donc je réalise que j’ai fait au mieux pour elle mais que c’est etablissements manquent grièvement de moyens et de personnel .
    Tout ce qu’on m’a dit le dernier jour c’est : « elle va chercher son air » en le laissant seule avec l’ équipe de nuit ( 2 personnes pour toute la structure occupées à faire les transmissions et soins de nuit ) et qui n’avaient
    Aucun accès au matériel d’assistance respiratoire ( masque ) on m’à dit d’ailleurs que cela risquait de prolonger les choses et que «  ça ne se faisait plus » à ce stade la .
    Pour terminer ,ce qui est sur c’est que j’ai pu l’accompagner de mon mieux avec des chansons douces ,des paroles rassurantes et d’amour ET aussi que j’ai été un peu eu affolée et demander un médecin de garde de nuit ( on m’a répondu que ça n’était pas son rôle de venir a l’Epahd qui de voit avoir son propre personnel pour ça !!! – il n’en était rien ) je suis convaincue qu’elle – ma mère – a perçu mon desarroi et qu’in Fine l’orque je lui ai dit – en pleurs – «  laisse toi aller , fais dodo ,…je n’en peux plus de te voir souffrir ainsi ,repose toi , je suis la avec toi » ( elle suffocait depuis une demi-heure et gémissait , cherchait son air , la j’ai compris ce qu’on avait-il voulu me dire ! )….alors elle a lâché , s’est calmée et éteinte doucement dans le 1/4 d’heure qui a suivi sans que je m’en aperçoive ou presque ! …mon fils et le médecin sont arrivés …je ne suis pas restée ( elles – les aides soignantes très gentilles -m’ont dit qu’ils allaient faire sa toilette , comme si elle était encore vivante ) mais je me suis battue le lendemain pour qu’on la laisse encore dans sa chambre le temps que ma sœur arrive de toulouse ( elle n’aurait pu supporter l’abominable chambre funéraire impersonnelle et glacée !) il a fallu passer outre les soi-disantes lois de la structure …de toutes façons il faisait très froid dans la chambre …le directeur nous en a tenu rigueur et n’est même pas venu nous saluer lors de la mise en bière .
    C’est dire que NON LES CONDITIONS EN FRANCE POUR LA FIN DE VIE NE SONT PAS «  BONNES » …en tous cas il y a de quoi faire en matière «  d’humanitude » – en voilà un joli mot qui venait de sortir et dont il n’etaient pas peu fiers ! Positivement cela signifie tout de même que des efforts sont faits dans ce sens …mais il reste encore beaucoup à évoluer pour que la médecine classique lâche ses certitudes ! Il est clair que des médecines naturelles et alternatives conviennent beaucoup mieux aux personnes âgées …mais on s’obstine à donner des calmants chimiques pour « sedater » et avoir la paix …croit on car beaucoup – comme ma mèr – souffrent des effets paradoxaux et toxiques de ces drogues . Elle était de plus en plus anxieuse et agitée et quand j’ai vraiment demandé qu’on arrête ces traitements , au moment de noel , la famille ( neveux et nièces ) devait venir la voir une dernière fois ,sentant venir les choses ! …on m’a répondu : «  non pas maintenant , c’est impossible , le personnel est réduit «  ils ne vont pas trop tenir » ! Eh ! Bien , c’est elle qui ńa pas tenu car ils ont augmenté les doses chimiques….et quand je suis revenue ( après une absence de presque dix jours, j’ai eu la grippe et me suis occupée des arrivants )…elle était dans un état la.entable affalée sur son fauteuil roulant et à juste demandé qu’on « la laisse tranquille et l’ amène dans sa chambre »….je suis allée tous les jours et demandé expressément un lit spécial ( plus doux et gonflable ) et ….avec l’accord de tous : que l’on cesse tout médicament ….le médecin a accepté (et vérifié que toute la famille avait donné son aval ) c’etait le mardi ! Le Vendredi soir à dix heures elle s’endormait pour l’eternité ….oui j’ai explosé en sanglots et ai dû defendre mon droit d’exprimer mon chagrin car l’aide soignante voulait me faire croire qu’elle n’aimerait pas que je pleure ( en fait elle avait des ordres pour ne pas troubler le calme des voisins ….peu importe , cela a aurorisé cette khadija ( sensible et humaine au demeurant ) à pleurer aussi avec moi sa propre mère décédée récemment !
    Voilà mon témoignage qui se veut sans jugement et m’aide à résilier la douleur de cet accompagnement d’agonie pour célébrer la vie -en son honneur à elle aussi comme en celui de mes enfants et petits enfants !-….puisque je reviens à mes activités énergétiques de SOMATOTHERAPEUTE corps/ énergie et vais partager un khi- Cong Bambou de la longévité et des méditations zen de pleine conscience ,sur Angers …..une dynamique de vie qui m’a bien aidée à traverser le cours tumultueux de ces dernières années !
    Merci de votre attention ! Je vous autorise à publier ceci si vous le jugez utile .
    Chaleureusement
    Christine

  227. michèle roberge says:

    Avant de vous lire, j’étais pour le laisser partir, que la vraie vie est ailleurs, que la nôtre est une passerelle … Une précision : je ne suis pas croyante et, à ce sujet, je ne comprends pas pour quelles raisons des gens super catholiques qui croient en la vie éternelle sont à ce point acharnés à le laisser vivre dans ces conditions. J’ai un sentiment de rejet.
    Mais si les conditions de soins s’améliorent, tels que selon vos exemples, alors, bien sûr, qu’il vive et fasse des progrès à son rythme, peut-être couronnés de succès ! Mais toujours dans la vigilance car la mort pour qui part sans souffrir n’est qu’une ouverture vers l’énergie et la paix … Michèle
    que la vie est aléatoire …

  228. KERMEN Catherine says:

    Bonjour,
    Je suis tout à fait de votre avis. Décrèter d’une manière aussi affirmative ce qui est bon ou ce qui n’est pas bon pour Vincent Lambert relève de l’utopie.
    La médecine ne constitue pas une science exacte et infaillible, donc il est permis de douter. Dans le doute, il convient de s’abstenir et de laisser vivre cette personne dans un autre lieu où il est entouré de personnes qui ne lui veulent pas forcément du bien. Une mère entretient un lien viscéral avec son enfant. Un univers aimant ne pourrait que constituer un atout majeur pour une guérison éventuelle.

  229. Chantal DE RICK says:

    Bonjour,
    Merci pour cet article plein d’humanité.
    La PSYCHOPHANIE est une « méthode » qui permet d’entrer en contact avec des personnes qui ne peuvent pas ou plus s’exprimer. Elle fonctionne très bien, je l’ai vu expérimenter. Cela doit certainement exister en France (je suis belge).
    Aux USA, il y a quelques années, une femme est sortie du coma après 14 années, sans aucunes séquelles.
    Espérons que Vincent puisse passer dans une unité adaptée et plus humaine.

  230. Besson Annie says:

    Permettez-moi de dire, tout d’abord, qu’il est urgent que Vincent Lambert soit transféré dans un hôpital spécialisé qui lui dispense les soins appropriés avec une chance d’amélioration.
    Il suit du regard et parfois il pleure. C’est bien la preuve qu’il est conscient car seule la conscience permet d’exprimer des ressentis. De plus, il est absolument faux que la conscience est liée à la fonction cérébrale. Elle s’exprime sur le plan matériel par son intermédiaire mais le siège de la conscience n’est pas dans les fonctions du corps physique car elle n’est pas de nature matérielle. Il y a suffisamment de preuves qu’elle existe en dehors du corps physique. Ne serait-ce que les personnes dans le coma entendent tout et comprennent tout. Leur conscience est toujours active. Elles le disent à leur réveil. Personne n’a le droit de décider à la place du patient. Si Vincent voulait partir, il semblerait qu’il aurait profité des moments où il n’était plus alimenté. Il est vivant et conscient, il faut tout faire pour qu’il puisse s’exprimer.

  231. Chantal DE RICK says:

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour cet article plein d’humanité.
    La psychophanie est une « méthode » qui permet d’entrer en contact avec les personnes qui ne peuvent pas ou plus s’exprimer verbalement. Elle a été développée à l’origine pour entrer en contact avec les autistes. Elle fonctionne bien pour l’avoir vu expérimenter. Cela doit certainement être pratiqué en France (je suis belge).

    Aux USA, il y a quelques années, une femme qui était dans le coma s’est « réveillée » après 14 années , sans aucunes séquelles.

  232. Laurence Palfray says:

    Bonjour,
    Je n’ai pas lu jusqu’au bout, mais pour moi je préfèrerai quitter ce corps, qui certe Vie, mais ne peut plus se mouvoir ni parler par l’organe de la parole. Est-ce Dieu qui souhaite que je vive dans cet état …? Dans les cas que vous citez, ces personnes ont fait l’expérience et son revenuent et peuvent faire une vie « presque » normal … D’ou en effet l’intérêt que chaque Être exprime de son vivant comment il veut mourrir!

  233. Thiessoz says:

    Je suis entièrement de votre avis.
    S.V.P. continuez à défendre Vincent, et après lui, tant d’autres… peut être nous-mêmes demain…
    Notre société orgueilleuse et matérialiste, sous prétexte de “compassion” veut éliminer ce qui la gène.
    Laisser mourir de faim et de soif est une cruauté sans nom.
    Merci pour votre article

  234. Viviane MONTOUT says:

    Je pense que Dieu seul à le droit de prendre la vie. C’est lui qui la donne donc Vincent est en vie même si cela dérange plus d’un. Ces parents devraient récupérer leur fils dans cet hôpital car il peuvent parfaitement s’en occuper avec une équipe de soin à domicile. L’hôpital n’est pas adapté pour lui; Donc un transfert est necessaire.

  235. JUNIOT says:

    Je ne trouve pas normal de dire: « Que vaut la volonté de quelqu’un en bonne santé? »
    Devrait-on attendre d’être inconscient ou dans le comas pour l’exprimer? On pourrait aussi le dire de celui qui rédige son testament.
    Après la lecture de votre article, je ne sais plus quoi penser mais ces situations me mettent mal à l’aise.
    Je trouve qu’il serait bien aussi de penser au calvaire de l’épouse et des enfants.

  236. Annie says:

    Je trouve certaines réflexions inappropriées. Si cet homme voulait réellement partir il serait déjà parti. Les neurosciences nous permettent aujourd’hui de comprendre une toute petite partie du fonctionnement du cerveau. Nous n’avons pas à prendre parti dans la querelle qui oppose les membres d’une même famille car cela doit être très douloureux de part et d’autre, et surtout pas à décider si l’argent de la sécurité sociale est bien employé ou pas. Que ferions nous si nous nous trouvions dans la même situation. Abstenons-nous de juger ce que nous ne comprenons pas, réfléchissons davantage avec notre cœur et occupons nous de nos propres affaires.

  237. Josette Recanati says:

    Je croyais vraiment que Vincent Lambert était maintenu en vie artificiellement par une machine. J’imaginais même qu’en le débranchant, il pourrait
    réagir selon sa voie. Mais il ne s’agit pas de cela et je vous remercie pour ces informations. Il est inadmissible de l’avoir traité ainsi. Comment les médias ont pu relayer cette fausse information sans commentaire plus approfondi? Comment la vie est- elle devenue si peu de chose? Je vois dans les commentaires que les sommes consacrées au maintien de Vincent Lambert, pourrait être consacrées à sauver des vies. Mais quelle vie? Est- ce que la sienne vaut moins que celle des autres? Comment choisira-t-on « quelle Vie » sauvée? Sera – ce la vôtre? Qui sait!
    Votre article a été traité de partiale alors qu’il est la contre partie de ce que nous entendons. N’y a t- il plus aucune place de nos jours pour une information qui prend en compte tous les paramètres: technique, financier et Humain? Merci encore

  238. Anne-Marie SCHOS says:

    je n’aimerais pas « vivre » comme Vincent Lambert.
    je comprends l’acharnement de ses parents qui refusent la réalité parce qu’il est très dur d’accepter la mort de quelqu’un que l’on aime mais son maintien dans cette forme de vie qui n’a aucun sens rapporte surtout beaucoup d’argent à leurs avocats et ces soins qui coûtent des millions d’euros pourraient être mieux utilisés pour des personnes qui ont beaucoup plus de chances réelles de vivre à nouveau normalement.
    Je ne supporterais pas que l’on s’acharne ainsi pour m’empêcher de mourir dignement.
    l’arrêt des soins n’est pas un assassinat mais accepter le processus normal de la vie à la mort.
    La continuité des soins par contre est le refus obstiné de la réalité, si dure soit-elle pour les parents
    Je précise que je suis très croyante mais que je ne crois absolument pas que Dieu et son Fils puissent approuver cette obstination, même motivée par l’amour. Ils nous ont créé pour jouir de la vie et je ne crois pas que ce soit le cas de Vincent Lambert !

  239. Saulais Martine says:

    Après la lecture de votre article une seule réflexion me vient à l esprit
    « Rien ne peut faire obstacle à cette force de Vie » et je pense que c’est ce que le corps de Vincent essaie de nous faire comprendre

    Je reste optimiste et sais qu’il va y arriver

  240. En ce qui concerne la conscience et sa véritable nature, les travaux de plusieurs chercheurs, à commencer par Raymond Moody et ceux qui lui ont succédés Jean Jacques Charbonier et plusieurs autres, recoupent les découvertes de la physique quantique : la conscience est non-locale, donc indépendante de la matière de l’espace et du temps. Ceci signifie que le cerveau n’est qu’un récepteur d’informations, certes sophistiqué, en provenance de la conscience. Et comme nous sommes des êtres conscients, nous n’avons pas nécessairement besoin d’un corps physique pour avoir conscience de notre environnement.
    En ce qui concerne les phénomènes observés par la physique quantique, principalement l’expérience dite de la double fente et ses développements, l’intrication et la fonction d’onde, les scientifiques en sont réduits à émettre des hypothèses sur leurs interprétations. Comment expliquer qu’une particule communique à une autre une information instantanément, indépendamment de la distance et du temps les séparant, sinon en admettant la non-localité ?
    La science reposant et utilisant exclusivement les concepts de matière d’espace et de temps ne pourra jamais démontrer et apporter les preuves scientifiques de la non-localité ; c’est une question métaphysique ne pouvant être résolue que par cette dernière discipline.
    De la même manière, il n’est possible de connaitre la volonté de Vincent Lambert au sujet de ce qu’il y aurait lieu de faire concernant son état qu’en communiquant avec lui de manière « supra-consciente », en l’occurrence en utilisant un moyen intermédiaire non-local tel qu’un médium, chamane ou autres… C’est une question de communication par le cœur comme disent certains.

  241. LONBLED says:

    Un pilote de formule 1 bien connu dans un état très grave est bien rentré dans sa famille ou il continue à être en soins. Pourquoi M. Lambert ne rentrerait il pas chez lui. Ces parents pourraient s’occuper de lui avec des aides médicales, comme les personnes âgées qui ont des difficultés. Bien entendu on comprend que cet être humain ne vit pas une vie très agréable, et que s’il pouvait s’exprimer, peut être déciderait il d’en finir. Il y a effectivement des moyens pour essayer de savoir s’il y a possibilité d’une communication avec lui. Faut il encore essayer.

  242. DEPARIS says:

    Il faut continuer à l’alimenter DIEU seul décide quand une personne doit mourir, donc continuer à s’acharner à le maintenir en vie, peut être que dans quelques temps la surprise sera immense de voir ce retournement de situation.

  243. Lemarchand thérèse says:

    Bravo pour cet article….pourquoi Vincent n’a pas le droit de sortir de cet hôpital mouroir pour aller dans un centre spécialisé qui le stimulera? La peine de mort à été abolie en France, il me semble!
    Il y a aussi cette femme saoudienne qui après 23 ans de coma avec des soins appropriés, est revenue à la vie, il y a quelques jours…..

  244. Pinon says:

    Monsieur Bazin
    Merci infiniment de votre analyse de situation en dehors de toute polémique.. Équilibré, justifié, sincère… Vous avez raison de dire que nous le public, les catholiques de tout bord n’avons aucunement le droit à la parole, ni même à donner un avis car nous ne savons rien ! Et si vous saviez la violence des propos de certains je suis très triste pour ses, parents, sa famille, sa femme de ne pas trouver un minimum d’amour pour faire collusion autour de lui !
    Et pourtant j’ai vécu personnellement au cours d’une opération l’arrêt cardiaque de ma marraine de 89 ans pendant 15 mn et, qui, contre toute attente est revenue sans aucunes séquelles mentales ( ce que personne ne pensait vue son âge) mais elle ne se rappelle d’absolument rien (avant, pendant, après)!
    La leçon que vous donnez est parlante pour dire que chaque cas est un cas unique !
    Bénédicte, 65 ans, mère de famille d’un garçon du même âge que Vincent profondément compatissante !

  245. vandamme says:

    Bravo pour cet article. J’ai fait un EMI il y a 30 ans et n’osait en parler qu’à des amis de confiance.
    La science n’a pas encore tout expliqué, alors, pourquoi se borner à ces limites ?
    Hydratation et nourriture, c’est ce que reçoit un nourrisson : personne ne se demande s’il a envie de vivre ou de progresser. Ce serait punissable de ne pas le faire. Je comprends la maman de Vincent et adhère à son raisonnement.

  246. Marty says:

    C est vraie nous n avons toujours pas la vérité sur notre cerveau donc il faut le stimulé où faire quelque chose mais voir un être couché pendant 10 ans sans pouvoir parler ni marché c est comme l enfermer dans une cage se n est pas normal pour ma part pour moi si ç était moi j aurais supplié de me faire une injection pour que je ne soit pas dans cet état se n est pas possible

  247. DOS SANTOS says:

    Je pense que Vincent devrait être placé en centre spécialisé afin de le stimuler , il ne faut pas jamais douter , l’incroyable pourrait se produire.

  248. Sonnerat says:

    Bonjour,

    Merci d’avoir rédigé cet article. Il me parait juste. Ce que vous avez exprimé reflète tout à fait ce que je me disais concernant cette affaire.

  249. BELOT says:

    Bonjour
    Mon ex compagnon a fait un arrêt cardio respiratoire suite à une epiglottite aigue. Il a été sans O2 pendant 15, 20mn.
    Il s est réveillé gravement handicapé, dans un état pauci relationnel. Au fil du temps, par une stimulation très importante et quotidienne de ma part, il a fallu que je me batte auprès des medecins en leur disant qu il avait ses fonctions cognitives. Effectivement, il était cohérent et avec une mémoire impressionnante. Je le sortais tous les 15 jours, et une fois, j ai voulu voir s il tiendrait debout, il l a fait, il riait riait…. tellement c était enorme pour lui. Pour ça, aussi , il a fallu des semaines pour que le kine debute la station debout.
    Indéniablement, ces patients doivent être hyper stimulé et donc dans un service approprié.
    Actuellement, il attend une chirurgie parce que ses pieds sont en equins mais je pense qu’il remarchera avec appui
    Je lui ai appris à communiquer avec le clignement des yeux au début et maintenant, on le comprend lorsque la personne est habitué à l entendre
    Il ne fait rien encore avec ses mains
    Voilà, une bien triste histoire suite à une faute chirurgicale

  250. Le Bayon says:

    Bonjour
    Je n avais pas vraiment d opinion sur le cas de Vincent Lambert votre article m a émue et surtout penser qu il faut laisser mourir de faim et de soif me fait horreur et honte en temps qu être humain. Merci pour cet article .

  251. Le Bayon says:

    Bonjour
    Je n avais pas vraiment d opinion sur le cas de Vincent Lambert votre article m a émue et surtout penser qu il faut laisser mourir de faim et de soif me fait honneur et honte en temps qu être humain. Merci pour cet article .

  252. Medernach says:

    Les directives anticipées, on ne pense pas à les faire lorsque l’on est bien portant malheureusement, ce qui est dramatique lorsque l’on se retrouve dans un état similaire à Vincent Lambert. Je pense que cela devrait être proposé systématiquement à chacun d’entre nous.
    Dans ce cas précis, il en avait tout de même parlé avec sa femme…..
    Comme vous dites, on ne sait pas si Vincent Lambert souffre physiquement, mais c’est une possibilité ! En tous cas, s’il est « conscient » il souffre moralement. Quel intérêt pour lui de « vivre » ainsi ? aucun me semble t’il.
    C’est effectivement de l’acharnement que de le maintenir en vie sous prétexte que l’on ne peut lui demander son avis. Il vous dirait : « laissez-moi partir » s’il le pouvait.
    Quant à le priver de boire et de manger, vous savez mieux que moi que les traitements et sédations adéquats en la matière seraient efficaces et non douloureux.
    Laissez-les partir en Paix.

  253. AnnMuriel Mader-Dupertuis says:

    Merci de cet article qui reflète parfaitement ce que j’aurais voulu affirmer mais ne pouvais le faire, n’ayant pas les éléments pour l’étayer! De tout coeur avec Vincent Lambert et sa famille.

  254. GARIN says:

    Comme beaucoup, je suis interpellé par le cas Vincent Lambert. J’avoue être partagé entre le fait de poursuivre les soins et celui de les arrêter. Reste que je comprends l’opposition des parents, d’autant que plusieurs responsables médicaux ont proposé d’accueillir M. Lambert dans leurs services adaptés à son état.
    Pourquoi n’y a-t-il pas eu de suite ?…

  255. Bernadette Molitor says:

    Merci Monsieur pour votre article si bien argumenté, si noble et réfléchi. Il n’y a rien à dire de plus. Il me semble que plus d’humilité devant ce que l’on ne comprend pas, éviterait bien des dérives totalitaires de la part du corps médical, des « décideurs » et de tous ceux qui ont peur de la mort, qui ne veulent pas ou plus en entendre parler. En fait l' »image » que certains ont de cet homme, encore jeune, c’est l’image, leur image qui leur est renvoyée et qui les angoisse. Il faut que Vincent Lambert soit enfin libéré de cette chambre-prison et pris en charge par des spécialistes, des gens compétents et qu’il continue a être entouré de l’affection de sa famille. Il y a en France plusieurs centaines de patients dans son état, certains depuis de longues années, qui sont pris en charge dans des établissements adaptés à leur cas.
    Et pour compléter le commentaire à propos de la transplantation d’organes, oui il y a souffrance lors d’un prélèvement d’organe (cf la thèse du Dr Marc Andronikof soutenue en 1992 devant la Faculté de médecine de Clermont-Ferrand). Iris

  256. Annick Monvoisin says:

    madeleine heimburger : Madame ce ne sont pas les parents qui veulent sa mort, mais son « épouse » et un neveu.

  257. francine G says:

    Merci pour cet article très approfondi .
    Avec vous :  » Pitié pour Vincent….Sortez le MAINTENANT de sa chambre d’hôpital et installez-le dans une unité qui prendra soin de lui et le stimulera ou le réconfortera  »
    Aucun humain actuellement -comme vous le précisez – n’est en capacité de décider d’arrêter sa prise en charge….Même un légume est vivant….tout est Vie…..Respectons-la

  258. A qui profiterait le crime, sinon à ceux qui veulent sa mort…

  259. SAJOUS says:

    Dans de tels cas – entre autres – l’euthanasie devrait être légalisée en France et dans d’autres pays d’Europe, au lieu d’avoir approuvé timidement et hypocritement, en 2016, la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie. Ce texte instaure un droit à la « sédation profonde et continue » jusqu’au décès pour les malades en phase terminale, tout comme des directives anticipées contraignantes.

    Avec mes remerciements. Cordialement.

  260. chubabanh says:

    Merci Monsieur Xavier Bazin

    Mais que voulez-vous souligner avec votre conclusion:
    « Alors je le demande solennellement :
    Pitié pour Vincent Lambert.
    Quoi qu’il arrive, sortez-le maintenant de sa chambre d’hôpital.
    Et installez-le au plus vite dans une unité qui prendra soin de lui dignement. »

  261. RAUGEL says:

    Monsieur,
    Merci pour votre article: analyse perspicace, notamment, le passage sur les « directives anticipées ».
    Et,
    Merci, pour tous les » Vincent » qui nous obligent à une réflexion profonde sur notre finitude.
    Bien cordialement.
    J.R

  262. Pascale Collino says:

    Je suis profondément touchée par votre article, rempli d’humanité et de réflexions précises et profondes. Merci d’expliquer si bien ce que je pense et ressens aussi .

  263. Helene40 says:

    personnellement, je pense qu’étant donné qu’un collège médical (dûment habilité pour analyser son cas) a conclu à un état végétatif irréversible et que ses propres souhaits ayant été formulés de son vivant auprès de son épouse et famille, ce serait un acte d’amour que de le laisser partir… sachant qu’il serait en profonde sédation…. c’est de l’acharnement thérapeutique à mon sens… je sais que c’est un déchirement pour la famille mais ce combat judiciaire (sous fond de conviction religieuse) est navrant et indécent.

  264. Idec says:

    Merci pour cet article, je pense la même chose que vous, depuis j’ai creusé sur le sujet.
    Les médias sont trop souvent ravis de classer l’attitude des parents de Vincent comme celle d’extrémisme catholique (sic!), sans exposer les faits objectivement.
    La décision d’arrêter de le nourrir et l’hydrater est effectivement très inquiétante pour toutes les autres personnes dans cette situation et leur famille.
    Quand à parler du coût des soins (que je vois dans certains commentaires), si l’on commence à « quantifier » le droit à rester en vie selon ce qu’elle coûte à la société, alors cette société perd vraiment son humanité…
    J’espère vraiment que Vincent Lambert sera transféré rapidement dans une unité de soin adaptée!

  265. POST says:

    La question: la mort est elle un acte définitif pour l’individu ou le passage, la transition vers un autre monde qui n’est plus physique. Les expériences de mort iminante démontre clairement qu’il y a autre chose que le corps physique pour la conscience de l’individu. Cet autre monde nous ne voulons pas le reconnaître …Car nous êtres humains nous sommes d’abord une conscience, une âme qui s’incarne dans un corps physique et ceci de nombreuses fois. Si l’on pouvait admettre cette hypothèse notre vision de la VIE changerait complètement.

  266. Botrel says:

    C’est une terrible affaire. Maintenant que l’on entretient sa vie depuis de longues années, cela paraît cruel de tout arrêter. D’autant que nul ne sait. Vincent semble lutter pour la vie. Il dort et se réveille. Des équipes se proposent de s’ occuper de lui.

  267. Bozaric says:

    Surtout ne tuez pas Vincent Lambert !
    Il faut à tout prix continuer à l’assister !
    C’est un vivant que la INJUSTICE veut tuer !

  268. NIEDERST LUC says:

    Admettons qu’il reviennent à la conscience un jour. Quelle qualité de vie aura-t-il ? A force de rééducation il prendra un peu de force musculaire … et alors ? C’est une plante qui pourra bouger alors qu’elle ne bouge pas aujourd’hui. Il survie grâce à une mère qui ne lâche pas !
    Mais ce dont personne n’ose parler : ça se fait au frais de qui ? Nous tous ! Pendant ce temps des gens vivent dans les rues ! ET MOI, ET MOI, ET MOI…

  269. Krizenecky says:

    J‘ai découvert récemment que Vincent Lambert n’était pas intubé, mais simplement nourri par sonde. Son cas me rappelle celui d‘une de meilleures amies, victime d’un traumatisme crânien à la suite d’une chute à vélo. Elle est restée en „coma éveillé „, comme on dit ici en Autriche, plus de deux ans. Elle réagissait à nos paroles, pleurait quand on lui parlait d’amitié , essayait d’attraper les objets qu’on lui tendait et les regardait avec intérêt. Après quelques mois d’hospitalisation qui n’ont montré que des progrès très limités, sa sœur a organisé une hospitalisation à domicile , avec des infirmières de garde 24h sur 24 pour assurer les soins ( nourriture par sonde, nettoyage des mucosités qui encombraient le larynx, kinésithérapie, soins antiescarres. Quand elle était transportée à l’hôpital pour examens, on voyait qu’elle redoutait d’y rester et son état se détériorait. Finalement elle a cessé de lutter pour sortir de cette prison, et elle est partie d’elle même en s’éteignant doucement. Mais jamais nous n’aurions pu envisager de prendre à sa place la décision de mettre fin à ses jours. Sa retraite, ses économies mais aussi les allocations dépendances et le remboursement d’une partie des soins médicaux ont permis de financer cette prise en charge, au total moins onéreuse que l’hôpital et bien plus confortable .

  270. Baboin Xavier says:

    Merci pour cet article très éclairant sur la situation de Vincent Lambert. En effet nos connaissances scientifiques actuelles ne nous permettent pas de dire ce que ressent vraiment Vincent Lambert et ses capacités à le communiquer. Donc dans le doute on n’a pas le droit de lui ôter la vie alors qu’il est manifestement trés accroché à la vie. Il a droit à être transféré dans un établissement spécialisé où il serait mieux soigné et stimulé.

  271. Aurore says:

    Ce qui me saute aux yeux comme un évidence en voyant les vidéo c’est qu’il faut le sortir de l’hôpital, qu’il voit autre chose, qu’il soit stimulé et qu’il ait des chances d’éprouver du plaisir. Il me semble qu’il n’y a pas trop de contraintes techniques qui s’opposent à ça.
    Qui tiendrait le coup après 10 ans de chambre d’hôpital sans interruptions même si je ne doute pas du dévouement des personnels ?

  272. Micheline Pape says:

    Merci cette lettre est très « éclairante »
    j’ai moi même passé un épisode entre la vie et la mort et par la suite beaucoup étonné le chirurgien en lui rapportant les propos qu’il avait tenus avec un urgentiste dans une dispute pour « où elle va crever ? » l’un refusait que ce soit dans sa clinique l’autre ne voulait pas que ce soit dans son ambulance pour arriver à Garches

  273. Fiori serge says:

    Vous raisonner sur Vincent Lambert de manière contestable…mais soit.
    Avez vous pensé à son épouse ,à sa fille, à ses 7 frères et soeurs qui ne peuvent pas faire leur travail de deuil au bout de10ans…à cette mère qui aurait besoin d’un suivi psychologique.
    Vous vous placez , je l’espère sans en avoir conscience, dans la mouvance d’intégristes religieux, inhumains et manipulateurs qui massacre toute une famille.

  274. Van Wymeersch Brigitte says:

    Merci pour votre très beau texte, qui pose bien les problèmes, avec finesse et délicatesse. Protéger les plus faibles est le fondement de notre humanité.

  275. Emilie says:

    Votre réflexion sur Vincent Lambert est juste et beaucoup de personnes pensent ainsi.
    Je crois que cette façon de déclarer la mort en prétextant la « platitude » des activités cérébrales est trop vite déclarée et ne sert qu’à réduire les frais médicaux et aussi, malheureusement, à alimenter la banque des organes à greffer. C’est scandaleux ! Combien auront été sacrifiés par trop de précipitation ?
    La vie de tous ces handicapés est régie, comme tous les humains, par les lois du Créateur, qui nous a doté d’une âme et d’un corps, réagissant selon leur état.
    Si leur âme continue à vivre « autrement » cet état bien que très difficile pour le patient et ses proches n’est pas inhumain et requière juste dévouement, respect de la part des autorités médicales et sociales !

  276. pour ma part ainsi que celle de mon épouse il n’est pas question de me garder en vie si je suis un légume ou est le progrès de la science dans un cas pareil. étant a l’ ADMD nous avons fait le nécessaire pour éviter un tel acharnement….ou est la vie en passant 10ans dans un lit….et l’épouse et le frère de la victime n’ont-ils aucun droit….. les parents sont des monstres….. ils devraient payer tous les frais de cet acharnement…….

  277. BLONDIAU says:

    intéressant mais trop long à lire!un cas à la fois svp!!pour ma part si ca devait m’arriver personnellement je préférerais qu’on me débranche et si c’était le cas pour qq de proche!!ce serait plus dur à décider!!!dc si on savait ce que lui en pense ce serait plus facile

  278. HEBERT YVETTE says:

    Ce dont vous parlez au début de votre lettre s’appelle une NDE (near death experience ) j’ai vécu aux USA et ils les enregistre depuis longtemps … chacun bien sûr peut l’interprêter de la façon qu’il vaut (lire le lire de MOOdy , la vie après la mort )
    En ce qui concerne Vincent LAMBERT après 10 ans (et ce n’était PAS SON SOUHAIT ) il serait temps de laisser ce pauvre homme aller au ciel .. le reste est un vrai scancale. J’ai heureusement depuis longtemps écrit mes volontés dans un cas de ce genre !!! Pitié oui, pour lui . Y.H

  279. jpr says:

    Vincent est vivant, et vivant sans le secours d’aucun appareillage compliqué ; il est simplement, mais lourdement, handicapé. Le priver de nourriture, c’est recourir à des méthodes barbares déjà utilisées dans les pires années de l’histoire humaine. Que des médecins envisagent sans sourciller cette solution en dit long sur ce qu’est devenu cette profession !
    La médecine doit aider la vie, aussi fragile et ténue soit-elle, non donner la mort. A quel titre Vincent a-t-il été privé de tout soin (mobilisation, ergothérapie, kyné…) depuis tant d’année ? Pour en faire un exemple parce que ses parents sont catholiques ? Je pose seulement la question.
    Quant à l’argent, il y en a toujours pour fabriquer, acheter et vendre des armes toujours plus sophistiquées pour tuer d’autres hommes – et la France, grande donneuse de leçons, est la première à avoir sur les mains le sang de tant d’innocents ; la recherche du gain à tout prix ne doit pas être le moteur de la société humaine – laissons cela aux franc-maçons ; c’est le respect de toute vie humaine qui doit primer – car quel mystère que l’existence humaine !
    Malheureusement, l’orgueil des « savants » est sans limite. Vincent n’est qu’une victime parmi tant d’autres de leur folle obstination dans l’erreur.

  280. Langler says:

    Pour Vincent Lambert c’est bien triste, mais, à quoi cela sert-il de vivre comme un légume? Il peut vivre jusqu’à 80 ans dans cet état! que les parents paient les frais.Cela doit coûter une fortune à la SS, alors que certaines personnes n’ont pas d’argent pour se soigner.A partir du moment qu’il n’y a aucune chance du fait que son cerveau est plat, il ne reste que l’euthanasie. c’est honteux de montrer des photos sur les réseaux et ses parents ont besoin de soin car laisser leur fils dans cet état, faut pas être bien. Il est marié, c’est sa femme qui sait ce qui bien bien pour lui, car il était infirmier et sait ce qu’est un légume.

  281. GOLA says:

    Quelle déception de lire un article comme cela venant de votre part. Qu’est-ce que vous venez faire dans ce problème familial ? OK vous prenez position et vous soutenez à la demande de la mère la fondation intégriste catholique qui finance les avocats de Mme LAMBERT mère. J’aurais désormais une vision totalement différente de vos prochains articles.

  282. Brives says:

    Vincent Lambert est, une fois de plus, la preuve de l’obscurantisme des médecins français et la désinformation par la presse. Cela me rappelle l’histoire de mon père qui a été considéré comme légume, inconscient suite à une chute d’un toit et qui au bout d’un an, après de multiples affrontements avec le corps médical, il est arrivé à manger seul, parler etc… Il avait 60 ans….Il était classé « irrécupérable ». Quelle histoire ! digne d’un roman. Il ne parlait qu’avec moi et se murait dans le silence dès qu’une personne entrait.
    Il a vécu 9 ans en fauteuil roulant, car cette chute de 6 m et l’absence de kiné, ont laissé des séquelles. Je ne peux qu’encourager Mme Lambert à le stimuler par tous les moyens et de façon positive, s’inspirer peut-être de Mr Coulange qui ne communique qu’avec les yeux.

  283. PATRICIA says:

    Entièrement d’accord.

  284. Run D. says:

    J’exorte la communauté médicale à mesurer ses propos au lit d’une personne en état végétatif ou aux portes de la mort. Humilité, humanitude, bienveillance et respect sont de rigueur. Le cerveau réserve encore ses mystères.
    En tant qu’infirmière, j’ai entendu trop de propos que je ne pourrais tolérer d’entendre au pied de mon lit si j’étais en état végétatif. Redescendons sur terre la science n’explique pas tout ! Pas encore. Apprenons à respecter chaque personne…. Une personne n’est pas un foie, un cerveau ou un bras, une personne est un tout, avec sa conscience et ses émotions. N’oublions jamais cela.

  285. jean-Pierre Lussan says:

    Il faudrait le transférer dans un autre hôpital que celui qui a voulu sa mort mais avant lui offrir un voyage à Lourdes!

  286. Wies says:

    Je suis heureuse fe pouvoir m’exprimer…même si je penses que ce garçon à le droit de partir…quelle est sa vie…ide plus,il l’a demande…je ne comprends toujours pas pourquoi on n’a pas légalisé le droit de choisir sa mort en France…on est tres frileux…en France,on arrive jamais à se mettre d’accord pour des causes importante…De quel droit les patents s’en mêle…C’est sa femme qui a recueilli ses volontés…ces parents sonsont des grands imbéciles…au nom de la religion, on fait et dit n’importe quoi…jen ai marre…et le pire dans tout ça c’est qu’au nom de toute cette mascarade de soi disant bienveillance, on est capable de commeyyre des atrocites !!!…pour moi les parents sont des gros « debiles »

  287. PERROUX Joëlle says:

    Merci pour votre témoignage poignant que je soutiens totalement .A la suite d’un arrêt cardiaque,mon mari âgé alors de 52 ans est resté dans un état de coma semblable à celui de Vincent. Après 2 mois dans un hôpital, puis 4 mois dans un établissement spécialisé, j’ai obtenu de m’en occuper dans le cadre d’une hospitalisation à domile et il est rentré à la maison où je l’ai soigné pendant 5 ans, jusqu’ à Noël 2012 où il nous quitté. Comme la maman de Vincent, je communiquais avec lui et on ne voulait pas me croire. Comme pour lui, sa famille me reprochait qu’il vive encore parce que comme VIncent, il avait émis le souhait de ne pas vivre dans un état de dépendance, mais comme VIncent, il se battait pour vivre. Jusqu’au bout,je l’ai soigné avec l’aide des infirmiers et infirmières qui se déplaçaient 3 fois par jour, du kiné et de la doctoresse , avec l’aide de assistantes et de ma famille . Je les remercie encore tous de leur soutien. Il avait énormément progressé. Il était chez lui. Jusqu’au bout, j’ai espéré parce qu’il ne faut pas perdre espoir.
    Je souhaite que les médecins et la Justice laissent enfin Vincent en paix , qu’ils acceptent de le placer dans un établissement spécialisé ou bien de le rendre à ses parents à qui ils apporteront les aides nécessaires pour le bien-être de Vincent.

  288. Christiane Pelleschi says:

    Au sujet de Vincent Lambert, il m’est venu d’écrire ce conseil à sa mère, par l’intermédiaire d’un article de La Croix. Je ne sais s’il lui parviendra, c’est comme une bouteille à la mer : le 24/5/19 – 13h57
    Je lis, à propos de Vincent Lambert : « Voir une maman faire 70 km par jour pour masser les jambes de son fils et chercher un brin de vie, c’est très fort ». Je trouve cela très fort aussi, mais il m’est venu, pour cette mère courage, un conseil très pratique et efficace : appliquer ses mains sur la tête de son fils, en emboîtant le crâne, comme pour tenir son cerveau dans ses mains, avec une légère pression ; les tenir ainsi un instant, puis les déplacer de proche en proche. Je l’ai expérimenté, et j’ai constaté qu’il se passe quelque chose, comme des nœuds qui se dénouent, des blocages qui se libèrent. Puisse cet humble conseil atteindre la personne et produire ses effets, c’est aussi ma prière.

  289. Bonjour tout c’est qui traverse Monsieur Vincent Lambert est pour lui, sa force intérieur, ces capacités , de Neuroplasticité Neuronal qui met en pratique ,lui seule ,pour demande de l’aide a sortir de cette pression corporelle ,qui l’enferme a l’intérieur, mais qui montre au monde la capacité du Chimique corporelle . Si la famille veux bien me contacte , je pourrais l’aider a gagner cette bataille de éveille a la vie. Je suis Hypnothérapeute est l’inconscient est subconscient peut se réveille avec l’Hypnoses Thérapeutique .

  290. GROSJEAN says:

    J’éprouve un soulagement de lire votre courrier ; de la même manière, je ne comprends pas que Vincent Lambert ne puisse accéder à un centre spécialisé, que d’autres actes ne soient tentés et pour moi aussi le priver de nourriture et eau est un homicide.
    Je ne suis pas contre l’euthanasie mais je trouve le « cas » de Vincent Lambert très éloigné de ce qui est permis de faire de façon éthique.

  291. jaj says:

    Tout a été dit sur les conditions de « détention » de Vincent Lambert, l’attitude de ses parents etc…. mais qu’en pense t’il, LUI ??
    S’il a cette conscience comme il le semblerait, pourquoi ne pas tenter une séance de psychophanie qui permettrait de le savoir ?? quel est le risque ? aucun justement sauf de l’écouter, de le respecter comme un espace de liberté qui lui serait restituer ! pourquoi de pas lui poser cette question directement ?
    je lui souhaite bonne chance du fond du coeur, quelle pire prison que d’être privé d’expression et livré à toutes sortes d’excès de comportement…. »pour son bien » !!

  292. Victoria Brunnen says:

    J’ai rédigé mes Directives Anticipées car je ne veux surtout pas devenir un Vincent Lambert ……. HONTE à tous ceux qui obligent un être humain à subir cette horreur !

  293. Vyncke Albéric says:

    il me semble que Vincent Lambert avait émit le souhait de ne pas survivre s’il lui arrivait quelque chose de grave qui le laissait dans un état végétatif
    il faut donc le laisser partir (l’euthanasie ça existe)
    que ceux qui veulent à tout prix le laisser vivre dans cet état le prennent en charge y compris financièrement

  294. truchet michele says:

    Lire parlez de la mort de Françoise DOLTO ou elle démontre que notre corps n’est pas tout de nous et que des grands handicapés se sentent très vivants et en pleine vie.
    D’ailleurs si on regarde bien les plus grands malades nous donnent des leçons de vie.merci à eux

  295. THEATE says:

    J’étais personnellement contre l’acharnement de Vincent Lambert, mais à la lecture de votre plaidoyer plein de bon sens, je revois mon point de vue. Il faut lui donner sa chance et surtout, le placer dans des conditions dignes de pouvoir y arriver.

  296. c’est une décision trés difficile a prendre.
    une décision que l’on nose proposer, suivant la décision et le résultat on peut se culpabiliser.
    Trés délicat.
    Bon courage
    Mr Claude MARTINEZ

  297. HEBERT says:

    Ne pourriez-vous pas organiser une pétition nationale ?

  298. Alain COUARD says:

    Je ne connaissais pas le cas de Vincent dans le détail et je ne comprenais pas cet acharnement thérapeutique. Jusqu’au jour où j’ai vu une photo de Vincent. Il n’apparait dans un état tel que nous le laisse croire les média. J’ai vu son regard. Il est expressif. Pour moi, il n’y a plus de doute, Vincent pense. Et même, il implore la pitié. On peut imaginer qu’il est conscient de tout ce qui se trame autour de lui.
    Par contre, la vidéo de ses parents m’a choqué : il faut qu’ils arrêtent de considérer Vincent comme un bébé ! Qu’ils le traitent comme un adulte, qu’ils lui parlent de petites choses du quotidien et ils le feront progresser. Qu’ils se montrent positifs avec l’espoir d’un miracle.
    Je viens de lire quelques commentaires avant de poster le mien. Je comprends le coût de l’hospitalisation. Je propose donc que l’on supprime la coupe du monde de foot pour financer les hôpitaux !

  299. Lorans says:

    Monsieur
    J’ai lu avec intérêt votre mail. Je trouve quand même très surprenant que le premier médecin ait été menacé de mort car voulant arrêter les soins…que toutes les équipes qui sont aguerries aient jugé déraisonnable de s’acharner ainsi. J’ai 3 enfants et par Amour pour eux, s’ils se trouvaient dans une telle situation, je n’hésiterais pas à abréger leurs souffrances comme je n’aimerais pas que l’on s’acharne ainsi sur moi. C’est inhumain de lui infliger une telle condamnation qui plus est semble contraire à ses propres volontés… Je trouve même franchement indécent de publier une telle vidéo aussi degradante dans laquelle le pauvre Vincent semble complètement absent. Donc honte à ses parents qui manquent cruellement d’HUMANITE.

  300. GATIER says:

    A vous lire j’en déduit que le corps médical est le plus bel assassin qui soit…..Ce dont vous parlez ce n’est que quelque cas exceptionnels sur des milliers
    . Mieux vaut passer son temps sur des malades qui ont toutes les chances de vivre, et tout ça sans parler des problèmes de coûts que cela engendre.

  301. Yvette Durand says:

    Merci pour cette longue explication qui m’éclaire sur ce sujet.
    Il existe des personnes qui ont la capacité de communiquer avec les âmes. Chercher à communiquer avec celle de V. Lambert pour connaître son souhait réel de vouloir ou non rester incarné sur cette Terre me semble tout indiqué. V. Lambert a son mot à dire en ce qui le concerne très personnellement.

  302. Carbonnelle says:

    Bien d’accord avec vous concernant Vincent Lambert.
    Tout laisse à penser qu’il ne veut pas mourir.
    Et de quel droit, on priverait d’alimentation et d’hydratation quelqu’un qui n’est pas en état de mort imminente? Que savons nous de ce qu’il pense ou perçoit? Son corps en tout cas résiste!

  303. BOUANHA says:

    Article plein de bon sens et de logique.

    Supprimer la nourriture et l’hydratation à un humain qui continue à  » vivre » malgré son lourd handicap, c’est vouloir l’assassiner.

    Quelle honte pour ces médecins assassins.

    Laissez vivre Vincent LAMBERT! Ne le tuez pas !! Courage à ses parents dont j’admire la ténacité !!

  304. Cros says:

    Si c était moi je voudrais que ma famille arrete l acharnement. Ces pas une vie.pour personnes.si il arrive à entendre il doit hahir ces parents qui veulent pas qui le laisse partir.surtout si il la décider quand il était en pleine forme.quand les parents seront plus la.qui va aller le voir.les parents dévrez réfléchir si c était un des deux dans cette état. Ils l aime mais ces pas la bonne raison de maintenir leur fils en otage.

  305. Fetet says:

    Êtes vous d’accord avec la mouvance de la fraternité st PieX des parents de Vincent Lambert?

  306. Isa says:

    Bonjour,

    Je ne peux pas dire ce qu’il faut faire ou non, mais je peux partager avec vous une chose que j’ai vécue et qui a définitivement changé ma façon de voir les choses.
    Avant, comme la plupart des gens, je disais que s’il m’arrivait d’être handicapée suite à un accident, je préfèrerais mourir plutôt que de vivre comme ça.
    Un jour, je jour de la St Valentin, mon téléphone sonne. C’était il y a 20 ans. A ma grande surprise, c’était un copain que je n’avais pas vu depuis des années et dont je n’avais aucune nouvelle. Il était étonné que je ne sois pas au courant de ce qu’il lui était arrivé car c’était dans le journal, mais je ne lisait pas le journal. Alors il m’a expliqué qu’il y avait eu une énorme explosion dans l’usine dans laquelle il travaillait et qu’il était au centre du feu. Quand les secours l’ont sorti de là, il était tout fondu et considéré comme mort. C’est du moins ce qu’ils ont dit à sa femme et à ses deux filles. Arrivé à l’hôpital, il s’est avéré qu’il était encore vivant. Mais tellement brûlé que la douleur était insupportable. Finalement on l’a déclaré mort une deuxième fois auprès de sa famille. Mais en fait, il ne l’était toujours pas. Donc il a été transféré dans un hôpital spécialisé dans les traitements pour grands brulés. Il a passé 2 ans dans un caisson de sérum physiologique je crois, je ne me rappelle pas du nom du produit, et sa peau s’est petit à petit reconstituée. Il n’avait plus de nez ni d’oreilles par contre. Quand il m’a raconté tout ça, j’étais sous le choc. Je lui ai demandé si au final il n’aurait pas préférer mourir. Sa réponse: je suis très heureux d’être en vie! Bien sûr, je ne peux plus faire les mêmes choses (c’était un amoureux des femmes), mais je drague quand même les infirmières et je leur pince les fesses. Jamais je n’aurais cru dire ça un jour, mais même dans cet état, je suis heureux de vivre alors que si on m’avait demandé avant, j’aurais dit que je préfèrerai mourir plutôt que de vivre comme ça.
    Finalement il a divorcé car c’était trop dur pour sa femme. Mais il va bien et fait sa vie.
    Je voulais partager ça avec vous car depuis ce jour-là, plus jamais je n’ai osé penser à la place des autres en matière de vie ou de mort, et même en ce qui me concerne, je sais que je ne peux pas savoir.

  307. AUFFRET says:

    Bonjour
    Pour la science il y aura toujours des mystères de la vie tant que l’on n’acceptera pas que l’humain est avant tout un être spirituel et que la seule chose qu’il possède réellement est son corps.
    Donc la puissance et l’intelligence ne viennent pas du cerveau mais de la force vitale de l’être ou de l’esprit lui même.
    A partir de cette connaissance il sera plus facile à la science de faire de nouveaux progrès.
    Pour comprendre tout ceci des des réponses claires existent dans le livre de L RON HUBBART paru en 1950 qui s’intitule LA PUISSANCE DE LA PENSÉE SUR LE CORPS .

  308. Legendre says:

    Bonjour,
    Effectivement après avoir lu cet article, on peut changer d’opinion. Cependant, il est tout à fait anormal qu’il soit dans un lit d’hôpital depuis si longtemps. Non seulement cela ne sert à rien mais il faut voir que cela utilise un lit et qu’il y a aussi le côté financier. Lorsque l’on voit qu’une personne qui se fait opérée est « jetée » dehors de plus en plus rapidement pour faire de « la place ». Par contre, Je suis d’accord pour qu’il intégre une unité spécialisé privée voire vivre entouré chez ses parents. Espérons qu’il se réveille et surtout qu’il ne souffre pas.

  309. Guy GRAVET says:

    Laissez le mourir en paix!!!

  310. FRANCK BARASCUD says:

    Bonjour, je vous félicite pour cet article car vous avez été à l’essentiel qui consiste à faire évoluer une personne comme Vincent LAMBERT dans les conditions lui permettant d’évoluer au mieux au lieu de s’acharner à vouloir lui ôter la vie.
    Cet acharnement met en lumière que des forces occultes sont à la manoeuvre pour faire avancer une idéologie qui n’a que faire du respect de la personne humaine.
    Ben à vous
    Franck

  311. Chèle says:

    Personne ne sait. Mais dans le doute pourquoi ne pas continuer à le nourrir. C’est pourquoi il est essentiel de communiquer avec sa famille, ses amis de notre volonté de continuer ou non les soins dans pareil cas. Et bien sûr de respecter le choix du patient.

  312. cristiana casanova sestini says:

    Je suis tout à fait d’accord avec les considérations de Mr Bazin et, pour etre pratique, je demande pourquoi le laisse-t-on « végéter » dans un établissement qui ne fait RIEN pour le réhabiliter?
    Merci.

  313. Georgantelis says:

    Bonjour, Vincent a t’il bénéficié de sceances de  « Psychophanie » ? 
    C’est une façon étonnante de permettre de communiquer avec l’inconscient, ou plutôt de permettre que l’inconscient s’exprime…
    J’ai personnellement fait plusieurs sceances, c’est surprenant…
    Bien sûr il y a psychophaniste et Psychophaniste, mais le message de l’incoscIent auquel on peut ainsi avoir accès grâce à la Psychophanie peut être étonnant et donner enfin accès à toutes sortes d’informations innaccessibles autrement, mais qui existent néanmoins…..

  314. Dust says:

    En ce qui me concerne, j’ai suffisamment profité de la vie pour ne pas supporter de rester sur un lit, dépendant de la société o du bon vouloir de mes proches…
    Ce dit, votre message plein de bienveillance rappelle certaines informations que les humains se doivent de connaître et c’est une des raisons pour laquelle je suis avec intérêt vos publications
    <3

  315. NAULIN says:

    Bonjour
    La seule chose que je peux dire , c’est qu’à la place de Vincent Lambert, j’aurais préféré en finir, surtout s’il y a des moments de lucidité.

  316. Diss-Guillemet says:

    Je ne peux évidemment pas me prononcer sur l’état de conscience de Vincent Lambert.
    Mais ce que je trouve immonde, c’est que l’on doive le laisser mourir de faim ou le déshydrater pour lui enlever la vie. Ce procédé est lâche et hypocrite : ‘il ne sera pas dit qu’on l’a tué’. Pas le courage de l’euthanasier ?
    Je précise que je ne suis pas ‘croyante’. Cela n’est pas ‘obligatoire’ pour avoir une humanité exigeante.
    Pour résumer, j’ignore s’il y a une ‘bonne’ décision. Mais si on doit lui enlever la vie, le faire d’une façon courageuse en l’euthanasiant. Car l’affamer et le déshydrater pour le faire mourir afin d’arrêter ses souffrances…il y a là quelque chose qui ne va vraiment pas.
    On achève bien les chevaux.
    Cette situation est atroce.

  317. Patricia Lasne says:

    Votre article aussi complet soit-il, n’est pas du tout objectif. C’est regrettable.
    Pour avoir vécu ce type de situation jusqu’à la réunion d’un comité d’éthique pour prise de décision d’un arrêt de l’alimentation via la gastro- stomie (…), je ne peux que déplorer votre analyse bien « gentille ».
    Il est probablement difficile de comprendre une telle situation sans y être confronté.
    Dans ce cas, adoptez à minima une position moins tranchée …
    Quelle aurait été la décision de Vincent Lambert s’il avait pu compléter ses directives anticipées ? Aurait-il souhaité un tel d’acharnement thérapeutique ?
    On oublie l’humain dans cette situation.

  318. magat says:

    vincent lambert a cotise a la secu pourquoi tjrs parle d’argent il a droit a la solidarite nationale stop aux pingres la vie bordel la vie

  319. Palau says:

    Je suis tout à fait d’accord avec vous.Les humains quelque soit les circonstances ont généralement envie de vivre alors il ne faut pas « s’acharner » à leur ôter la vie.Ce n’est pas au mèdecin de décider l’arrêt de la vie d’une personne.

  320. je ne trouve pas les mots pour dire ma colère envers ces parents fanatiques ,ils n’aiment pas leurf ils

  321. REDON Laurent says:

    Cet article ne laisse pas la place à la demande exprimé par Vincent auprès de son épouse et d’autres personnes de mourir en dignité. Même s’il est conscient, et qu’il peut se réveiller, s’il a exprimé même oralement son souhait de ne pas continuer à vivre ainsi par le passé, il faut le laisser partir.
    Qui est t’on pour ne pas respecter son choix ? Qui vous dit qu’il ne souffre pas dans l’état qu’il est ?
    Tout çà dans la volonté de respecter la vie?
    Respecter la vie, c’est aussi respecter comment on veut mourir.

  322. Corinne says:

    Je fais effectivement partie de ceux qui voudraient que Vincent ne souffre pas ou plus et que l’acharnement thérapeutique dont il fait les frais cesse….
    Mais… parce qu’il y a un mais depuis que j’ai lu votre article !!
    Apparemment, Vincent n’a pas bénéficié de toutes les possibilités, connues à ce jour, pour pouvoir montrer que même dans son état, il « vivait », en quelque sorte, à l’intérieur de lui…
    Pourquoi cette prise en charge et toutes les stimulations n’ont pas été proposées pour le cas de Vincent ??
    En attendant, la Vie d’un Homme est réduite à néant… « Voit-il » tous ces déchirements autour de lui ? Son âme, elle, doit se rendre compte de tout ce gâchis !
    Qu’il soit enfin proposé à Vincent le maximum de stimulations pour qu’il puisse faire connaître son souhait…
    Je lui envoie plein de lumière et d’Amour

  323. Ugaglia Evelyne says:

    Merci Monsieur, pour cet article très éclairant sur une situation dramatique dont la presse se fait très partiellement, voire partialement écho. Votre article doit être largement diffusé pour que les ragots se taisent. C’est certainement suffisamment douloureux pour ses parents et ses proches et dramatiques d’être obligé d’en passer par la justice ! Celle-ci devrait statuer par une obligation de le placer dans une unité spécialisée où on prendrait soin de lui comme il le mérite car c’est évident que cet homme veut vivre.
    Bien à vous
    Evelyne

  324. La mère a plus de droits que l’épouse pour décider, car c’est elle qui lui a donné la vie, l’a fabriqué dans son ventre pendant 9 mois, a connu son fils plus d’années que sa femme, elle peut avoir un autre homme dans sa vie, mais son fils reste son fils à vie et sa mère sera toujours sa mère ! Aurait elle la même attitude si il s’agissait de son enfant ! Espérons que cette dernière décision permettra à Vincent Lambert de rejoindre un endroit spécialisé et d’être peut être chez ses parents, comme ils le réclament ! Les parents sont prioritaires sur l’épouse ! Merci bcp pour votre courrier qui éclaircie ce débat confus jusqu’à présent.

  325. Piard says:

    Cette lettre est faite dans un seul but, à mon avis, qui est de persuader un nombre maximum de personnes de continuer cet acharnement thérapeutique qui mine les parents et famille, n’apporte rien si ce n’est de prolonger la peine des parents et de leur famille. L’auteur de cette lettre n’a pas à intervenir pour forcer les gens à penser comme lui. c’est honteux.

  326. OULÉS jocelyne says:

    La seule chose que vous ne savez pas, c est ce qu il pense, lui, dans son lit !! Que je sache, il n était plus d accord avec ses parents et son épouse savait qu il n aurait pas aimé que l on s’acharne sur lui ! Il fallait le laisser partir ! Et peut être que tous les jours il pleure sur son état, enviable par personne !! Laissons le partir comme tant d autres qui meurent après un accident grave. C est honteux !!

  327. Ricard Axel says:

    Un grand merci pour ces réflexions bien étayées par des informations précises et les conclusions des juges de la cour européenne. Je partage à 100%

  328. Fontaine Lisa says:

    Il me semble que c’est surtout la question économique, qui est sous-jacente, de manière plus collective. En transformant ce débat en une sorte de referendum « pour » ou « contre », on autorise la mise à mort de quelqu’un qui coûte cher à la société , particulièrement à la sécurité sociale. Cela pourrait être le premier pas vers un « tri » de qui est utile à la société et qui ne l’est plus, et devient une charge, et mérite la mort! Soleil vert, ce vieux film avait-il vu juste en prédisant le suicide assisté et obligatoire de tous les vieux? Car, de la personne en état végétatif à celle qui est handicapée, puis vielle, ce n’est qu’une question de progression, quelque chose qui va s’infiltrer petit à petit dans les consciences, où tout devient acceptable pourvu que ce soit progressif (l’histoire de la grenouille plongée dans une eau brûlante d’un coup, et elle se sauve ou dans une eau froide qu’on fait chauffer doucement, et elle reste jusqu’à la mort). A mon sens, c’est ainsi que l’interruption thérapeutique de grossesse éradique, petit à petit le handicap de naissance, au lieu que notre société s’organise pour soutenir les enfants et les parents, en permettant à ces enfants de vivre dans le bien-être et l’amour auxquels ils ont droit, comme les autres…et ça pourrait même rapporter de l’argent, avec un peu d’intelligence…

  329. Maylis says:

    Excellent récapitulatif font je vous remercie !

  330. Bravo pour ce courageux et très étayé plaidoyer envers Vincent LAMBERT . Je partage votre avis et analyse

  331. CATHERINE VALETTE says:

    Bonjour je ne comprends pas pourquoi Vincent Lambert est hospitalisé depuis 10 ans ,les soins qui lui sont prodigués pouvant très bien apparemment ètre réalisés à domicile.Pourquoi ses parents ne le font ils pas transférer dans une autre structure puisque qu’ils ne sont pas d’accord avec l’équipe médicale.Sans compter les économies pour la sécurité sociale

  332. Celeste BALTAR says:

    je suis entièrement d’accord avec le contenu de votre lettre.
    Cet « acharnement » à vouloir le laisser mourir est vraiment dérangeant et inspire la peur !
    De quel droit peut on décider de ne plus nourrir ou hydrater une personne ?
    Mais où va t’on ?
    Je souhaite beaucoup de courage à ses parents que je soutiens de tout mon coeur.

  333. richard mignot says:

    Bonjour,
    Votre article est émouvant et me fait réfléchir sur les cas d’autres personnes. Mais en ce qui me concerne (homme de 65 ans), si je devais tomber dans un comas profond pendant plusieurs mois, je souhaiterais que ma femme fasse en sorte que ma vie s’arrête là. J’aurai bien trop peur d’être un légume et ce n’est pas une vague possibilité de sortir indemne du comas qui me fera changer d’avis. Merci en tout cas pour vos écrits toujours intéressants. Richard

  334. TOLLET Bernard says:

    Chacun son métier, un collège d’Expert médical peut et doit se prononcer, mais qu’elle honte dans cette justcice, qui dit oui, puis non, puis Oui ou ces recours incessents, entre la Cour Européenne, L’ONU et puis quoi encore…
    On est rétrograde et ses parents sont des pures traditionaliste et font leur croisade contre l’euthanaise….
    Ma mère qui vient de décédée à 104 ans après avoir passé 10 jours dans un état comateux, sans s’alimenter en solide liquide, etc, comme on l’a gardée chez nous toute sa vie, la seule réponse que l’on a eu, c’est de dire, laissons faire la nature!!!!
    Pour moi c’est scandaleux, de voir un être qui m’est chère, se dégrader à ce point et de dépasser le seuil de la dignité humaine…
    Arreter de parler au miracle, pourquoi avoir voulu gagner ces 10/15 derniers jours de souffrance physique et de stress, etc cette détresse respiratoire…. soyons digne et respectueux de l’Etre Humain, savoir dire Non et Stop est plutôt une notion de bienveillance pour l’autre, que de s’accrocher à de vieux principes et d’etre en réalité egoiste

  335. Painvin says:

    Complètement d’accord avec vous !
    Dommage que vous n’ayez pas dit cela avant les élections ! Les lobbies pour l’euthanasie se sont emparés de cette affaire mais c’est de l’idéologie ! Je suis cette affaire depuis des années et ne comprends toujours pas pourquoi il n’a pas été transféré dans un service adapté…il y a au moins 1500 cas comme lui en état pauci-relationnel. De quel droit on leur ôterait la vie ?

  336. Kerveillant says:

    Il y a beaucoup de mensonges délibérés de la part des autorités et de certains médecins dans cette affaire. Le refus de le transférer dans une unité adaptée est déjà un crime calculé. Le mettre à mort serait un meurtre délibéré avec préméditation. Personne n’a le droit de refuser son transfert dans un établissement spécialisé. Nous sommes en train d’assister à un retour à certaines pratiques proches de la mentalité et de la pensée Nazie dans ce pays.

  337. daniel says:

    Très bon article ! Bravo !
    C’est un avis tout à fait raisonnable et humain. Dommage que plus de médecins n’aient pas cette vision des choses ! …

  338. Sarah O'Neill says:

    Bonjour et merci
    personnellement je suis pour le maintien en vie de Vincent Lambert bien que je sois Irlandaise je maîtrise très je pense le Français et à cet effet je lis beaucoup de livres de Jean-Jacques Charbonnier « anesthésiste-réanimateur » qui explique l’expérience de mort imminente et l’existence d’une conscience indépendante de l’activité neuronale. Ce qui me choque et qui est très « français » c’est ce déferlement de haine à l’égard de la Maman de Vincent ; je me sens très proche d’elle car je ferais aussi tout ce qui est possible pour avoir cet espoir de voir mon enfant revenir à la lumière.

  339. Gérard Weil says:

    Votre lettre est un hymne à la vie, c’est un choix, humain je pense. Ce qui m’a frappé et même ému, c’est l’immense tristesse que j’ai vu sur le visage de Lambert. Alors la vie mérite-t-elle a tous prix d’être vécue? En tous cas, la nature, quoiqu’elle ait besoin d’individus pour perdurer semble finalement n’avoir cure de ces individus, combien de spermatozoïdes pour une naissance, combien de grains pourris pour un qui germera, combien d’alevins pour quelques saumons qui arriveront à maturité, combien d’humain pour quelques uns qui connaissent des joies immenses? J’ai 83 ans, j’ai du mal à y croire, et depuis ma plus tendre enfance j’ai toujours considéré la mort individuelle comme un scandale, bien pire que ceux dénoncés par Georges Marchais en son temps. La peur de la mort m’a gâché la vie, par exemple, dans un train, au lieu de me laisser aller à la contemplation d’un paysage ou au bercement du wagon, je pensais à la possibilité d’un accident. Maintenant, avec l’effondrement de mon énergie vitale, je me demande si la mort est si terrible que ça. J’ai un jour vu un insecte blessé se traîner encore pour aller je ne sais où, et j’ai trouvé cela poignant. Or nous ne sommes pas des insectes, alors pourquoi s’accrocher à la vie. Je crois qu’il faut s’interroger profondément sur ce désir. La dignité humaine n’est-elle pas de mettre volontairement fin à sa vie quand on se rend compte à quel point le corps se dégrade, à l’instar des vieillards de certaines peuplades? Vous me dire  » mettre fin à SA vie, oui, mais à celle d’autrui, non ». Le cas de Vincent Lambert me fait penser à un film sur celui d’un soldat tétraplégique de la guerre de 14/18 qui ne pouvait même pas parler. L’équipe médicale de l’armée s’est acharnée à le maintenir en vie, c’était atroce. Il m’est arrivé de faire des cauchemars où j’étais paralysé, et sauf si vous avez vous même fait de tels cauchemars, vous ne pouvez pas savoir à quel point c’est désespérant. Les humains sont capables de faire de cette existence un enfer.
    Et pour terminer, je reviens sur cet émoi que j’ai éprouvé à voir la tristesse sur le visage de Lambert.

  340. Bonjour

    Je n’ai jamais ete dans ce cas la, dieu merci mais j’ai vu des amis et mon papa en fin de vie souffrir…ou partir..pendant des semaines…
    J’avoue que j’ai presque été soulagé lors de leur départ…du coup je me demande comment une mère peut vouloir continuer à voir et pouvoir voir son fils tant aimé dans cette tat végétatif…
    Je ne comprends pas leur acharnement…
    Je plains sincèrement sa femme et sa famille proche qui eux l’aiment autant…mais qui préfère le voir enfin s’échapper vers un Paradis dont il a bien mérité…
    Y aurait il un testament derrière tout cela ???
    Aie aie aie si oui… quel horreur !
    Ce commentaire n’appartient qu’a moi

  341. CATHERINE VALETTE says:

    Bonjour.Je pense que les parents de Vincent Lambert devraient le prendre chez eux à domicile.Son état ne justifie apparemment pas d’hospitalisation et les soins pouvant tout à faits ètre effectués à domicile sans compter les économies pour la sécurité sociale

  342. chesneau says:

    je suis bien d accord avec vous. mon mari a eu la gaine de myéline détruite suite à l’inhalation de produits toxiques , il avait 31 ans .Même soulever un verre lui octroyait des douleurs atroces.ça a été long avec des douleurs intenses, finalement il a remarché 3 ans et demi plus tard avec une canne . demain, il a 70 ans et depuis 10 ans il n a plus de canne et il peut même courir de nouveau.oui ça a été très long mais chaque jour qui passe apporte des progrès et oui le corps est une merveille de technologie bien supérieure à tout ce que l’on pourra inventer. La stimulation régulière apporte des résultats bien au delà de ce que la science peut croire.Surtout ne pas se mettre de limite ,tout est possible!et l’esprit est illimité

  343. Bayle Mary says:

    votre article confirme tout ce que je pense et dit à mon entourage familial depuis le début sur le triste cas de ce jeune homme que la médecine et quelques membres de sa famille veulent à tout prix faire « mourir »….

  344. ouvry françoise says:

    Je souhaite que ce jeune homme soit transféré au plus vite dans un centre adapté à son état, il en existe en France. C’est essentiel à la fois pour lui même et ses parents et également pour la science médicale qui est si balbutiante et qui ne pourrait que progresser en le traitant comme un être humain vivant et non comme un objet devenu encombrant.

  345. Bonjour Monsieur . Je suis une Mamie de 78 ans et je suis très attachée au RESPECT de la vie.Dans mon entourage ,j’ai un ami qui en 1993 m’a raconté ce qu’il a VECU au cours des 2 différentes périodes de coma qu’il a eu à la suite d’une opération d’ a v c. Lui aussi a VU ET ENTENDU ce qui ce passait autour de lui avec les Médecins est c’est si j’ose dire « rassurant » de savoir que la vie est Là qui s’accroche .J’affirme que PERSONNE n’a le droit de condamner un être qui se bat pour vivre. Aujourd’hui cette personne est toujours parmi les vivants et a repris depuis longtemps une vie normale.

  346. Lebon says:

    Le respect de la vie n’est pas discutable… une maman à tous les droits d’esperer.

  347. Claudie Catel says:

    Il m’est impossible de faire un commentaire pour la raison que mon gendre âgé de 52ans est dans la même situation que Vincent . après une chute un hématome au cerveau en février 2017 il ne communique qu’avec les yeux … Il est dans un centre en Isère ! Je comprends les parents mais il est difficile de prendre partie .

  348. Maryvonne Saint Pol says:

    article inutile, tout ceci est politique et ce n’est pas à nous de prendre position, mais si vous voulez mon avis il est temps de laisser partir ce jeune homme.

  349. Chantal de Montjoye says:

    Tout à fait d’accord avec vous, Monsieur Bazin!

  350. Patrice GORSE says:

    AFFAIRE LAMBERT UN ACHARNEMENT CATHOLIQUE EXTREMISTE DE LA PART DES PARENTS ET DE LA CLIQUE D’AVOCATS….
    PERSONNE NE PARLE DU PROBLEME FINANCIER A SAVOIR 3500€ PAR JOUR ET CE DURANT PLUS DE 10 ANS !!!!
    un scandale surtout après la joie digne d’un match de foot pour la dernière décision de justice…..qu’elle honte

  351. goudet says:

    JE Ne pas contre laisser vivre V.Lambert : mais que ses parents le prennent en charge, complètement, chez eux, comme Schumarer, les frais supportés par la S.SLE peuvent sauver bien des vies.

  352. Agnès François says:

    Au vue de cet article je me pose la question – Le Don d’organe n’est ce pas monstrueux de prélever des organes sur un corps qu’il faut maintenir en vie pour prélever ? On déclare qu’il sont en mort, mais certains sont revenus et ayant la crainte étant donneur d’organe qu’il y est une atroce souffrance. Ressentant sans pouvoir exprimer physiquement les signes de douleur.

  353. de Drouas says:

    Monsieur,
    Bravo pour cet article: tout est dit et exact!
    Je connais cette affaire et la suit depuis longtemps et partage votre façon de l’expliquer à 100%!
    Continuez !
    Cordialement
    C de Drouas

  354. Chiche says:

    Merci pour cette lettre fort intéressante qui m’a permis de mieux comprendre les différentes situations et réactions du corps humain en de telles circonstances.
    Je trouve les débats récurrents autour de cet homme absolument terribles et votre lettre apporte un éclairage qui permet de faire avancer nos réflexions et notre conscience: encore merci

  355. machut says:

    Il est très difficile d’avoir dans ce type de situation un avis tranché pour ou contre la cessation des soins. Par contre une question se pose : combien coûte à la sécurité sociale cette hospitalisation? L’aspect économique est une composante de ce problème dont il faut savoir parler . En effet nous sommes dans une société où l’argent est un facteur IMPORTANT dans des prises de décisions et l’humain est de plus en plus « chosifié » malheureusement.

  356. Heureusement qu’il existe des gens comme vous pour faire la part entre l’obscurantisme, la science et la vox populi.
    Je ne suis qu’un petit prof de sciences de la vie et de la terre de lycée, mais je partage chacun des mots que vous dites.
    Votre bon sens et votre humanité n’entache en rien vos connaissances scientifiques, bien au contraire. Heureusement qu’il existe encore des consciences telles que la vôtre… et Internet pour pouvoir les transmettre au plus grand nombre.
    Rien n’ est à rajouter dans ce que vous avez dit, car seule une perte extrêmement importante de substances nerveuse cérébrale pourrait faire d’un être humain un être définitivement
    « uniquement vivant. »
    Tuer un corps physique, dont on ne sait en fait rien concernant sa subconscience, en le laissant mourir de faim et de soif relève de l’incompétence de ceux dont l’orgueil…et la bêtise… se synergisent pour commettre un crime.
    Merci à vous d’informer vos frères humains

  357. HUSTACHE says:

    Article très précis.Affaire qui nous touche tous et nous fait réfléchir.Il faudrait demander à tout être humain de préciser ce qu’il souhaite.
    Il est inutile d’avoir une personne de confiance et de remplir des papiers.Une déclaration dans ce sens au généraliste ou au spécialiste peut être enregistrée dans le dossier du patient.(pratique pour les gens seuls ou ayant une famille…mal à l’aise avec ce sujet.

  358. KAISER says:

    Merci pour votre analyse sur la situation de Vincent Lambert . La population juste informée par les médias dont je fais partie, pense qu’il s’agit d’un « débranchement de machines  » (respirateur, seringues électriques..) et l’opinion est alors plutôt résignée et ne comprend pas « l’acharnement » des parents .. or votre article en donne tous les détails et soulève les bonnes questions et les bonnes évidences… Je pense qu’il serait intéressant de demander l’avis de tous les soignants qui ont oeuvrés autour de Vincent Lambert plus de 6 mois Etant moi même infirmière, je pense que le ressenti et le simple avis des « soignants quotidiens » et non seulement des médecins est capital !

  359. DESRUMAUX says:

    Je ne comprends pas: Combien de personnes dans un état de santé similaire, en situation de polyhandicap, vivent en MAS, sans que cela pose problème! De plus, c’est sadique ce qu’ils veulent faire, le laisser mourir à petit feu. C’est carrément barbare, même les chiens ont un meilleur traitement, ils ont droit à l’euthanasie, eux… Cela me met en colère

  360. Sabine Salat says:

    Bonjour,

    je vais vous faire part d’expériences personnelles. Et c’est très simple. L’Homme est un ensemble d’énergie qu’il dépense pour vivre / survivre. Et cette énergie est répartie sur les différentes parties de notre corps. Si dans un domaine on ne peut plus vivre, l’énergie se repartit sur les autres domaines. Plusieurs exemples :
    Une femme qui n’arrive plus à donner son amour aux hommes, car ils lui font mal, la retient pour la convertir en autre chose.
    Un handicapé qui ne sait plus faire une chose, sait faire une autre x-fois mieux!
    Etes-vous déjà allé dans un « restaurant dans le noir », où on voit absolument rien? Tout d’un coup l’ouie se développe tellement que vous vous rendez compte des horreurs que les gens peuvent se dire inconsciemment.
    Tout n’est qu’une question de concentration des forces qu’on a en soi.
    C’est la même chose avec la trance.
    On peut se concentrer à tres peu de choses, donc on n’a plus besoin des autres.
    Je sais le faire aussi. Certes c’est pas très drôle pour les autres de voir / regarder cela, mais l’essentiel est le bonheur intérieur de la personne et tant qu’elle est vivante, elle a droit à ce bonheur.
    Imaginez toutes les horreurs que cet homme a dû entendre!
    Et maintenant je vais vous demander de sortir la bible et de voir comment Jésus a « réveillé » les « morts ». Ce sont tous ce genre de personnes « tués » ou abandonnés par les autres, et ils avaient tellement de force intérieur et envie de vivre qu’il suffisait que Jésus les touche avec son amour ou ses mots et dise : lève toi et marche. Il faut savoir quel est le sens auquel réagit ce jeune homme (il n’y en a pas 36000) et je suis sûre qu’il réagira avec son plus grand bonheur.
    Je vais vous donner un autre exemple. Un jour je me suis acheté 2 roses, j’ai écrit un poème sur leur beauté et je les ai peints et photographiées. Mais comme je ne m’occupe pas beaucoup des fleurs je les ai laissé dans leur vieille eaux pendant des semaines. Les têtes étaient désechées, le tronc a commencé a devenir marron, bref, de mourir. Mais comme elles étaient tellement belles, j’ai pris une colle en spray pour préserver cette beauté de leur tête. Biologiquement et chimiquement je les ai tués quand même un peu.
    Puis un jour ces roses ont formés une « boule » en bas de la tige. Elles ont pris racine dans cette veille eau, car elles n’arrivaient plus à vivre vers le haut, alors elles ont décidé de vivre vers le bas.
    C’est la même chose avec nous, êtres dotés d’une psychologie. Si nous n’arrivons plus à vivre vers l’extérieur, avec les autres, nous vivons en nous et nous développons d’autres talents.
    Alors ces roses, vu qu’elles avaient des racines, je les ai plantés dans de la terre. Elles ont plein de jolies feuilles et une qui a même fait un nouveau bouton qui est en train de s’ouvrir.
    Si vous avez besoin j’ai des photos de ces roses.
    Je sais qu’on peut « ressusciter » dans cette vie, car je l’ai fait moi-même. Seulement l’homme abandonne beaucoup trop tôt. L’homme n’a aucune patience, et l’homme a une « esthétique » à lui qui est particulièrement égoïste et qui n’a rien a voir avec la vie. En plus il croit avoir raison et vit ainsi dans le plus grand des mensonges.
    Je reste à votre disposition
    Sabine

  361. Gui says:

    Changeons le d établissement déjà ,et je pense si sa fille va lui rendre visite régulièrement il peut vite récupérer

  362. Susan Harville says:

    Absolument d’accord avec vous. Pourquoi il n’est pas à la maison, ou dans un service de réhabilitation? L’état nous prépare de très mauvaises surprises. Ici, ce n’est pas laisser mourir, mais faire mourir.

  363. Anne-Marie ARGNEY says:

    Votre article exprime bien la Vérité.

  364. Pierrick Hamon says:

    Quelle folie.
    Si j’approuve la plupart de vos analyses, celle-ci jette le discrédit sur SCE.

  365. Delaunoy says:

    Bonjour,
    Les longs discours n’effacent pas les faits !
    Je vous propose de passer quelques semaines ou mois dans les conditions de vie de cet homme et nous en reparlerons…
    La loi est incomplète en France lorsque les directives anticipées n’ont pas été écrites, ni une personne de confiance désignée.
    Et dans le cas présent, comme de nombreuses personnes œuvrant dans les métiers du médical, cet homme a formulé à ses proches sa volonté… laquelle n’est pas respectée, quel égoïsme et déni de sa personne !
    Elizabeth Delaunoy

  366. lentier says:

    bonjour,
    Je trouve que votre commentaire n’est pas du tout objectif, vous écrivez votre ressenti sans prendre de distance ni une analyse mesurant le pour et le contre, c’est grave de véhiculer ce genre de propos sans prendre le temps d’analyser les différents éléments. Je suis extrêmement déçu par votre réaction qui me semble inadaptée dans ces moments particulièrement sensibles sur l’euthanasie.

  367. DENISE RODET says:

    Je sais qu’il y a des techniques qui interrogent le corps (et non le mental) comme la kinésiologie ou la « communication facilitée » par exemple. Les a t-on essayées avec Vincent Lambert ? Elles permettraient (peut-être) de « communiquer » avec Vincent par des
    questions oui-non car il est même possible de travailler « en transfert », avec les bébés par exemple, puisqu’on ne peut pas les tester directement.
    Avant de hurler « au fou », il faudrait peut-être essayer !!!! … si ça n’a pas déjà été fait. En même temps, quand on ne connait pas certaines techniques, il faut avoir l’humilité d’admettre qu’on peut quand même essayer quitte à sortir du cadre habituel … qui n’a rien donné jusqu’à présent !!!

RECEVEZ GRATUITEMENT LA NEWSLETTER DU PROJET SANTÉ CORPS ESPRIT


En cadeau pour toute inscription, recevez votre dossier spécial 10 trésors de la santé naturelle qui peuvent changer votre vie.

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
Santé Corps Esprit

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité

Rejoignez-nous !

RECEVEZ GRATUITEMENT LA NEWSLETTER DU PROJET SANTÉ CORPS ESPRIT


En cadeau pour toute inscription, recevez votre dossier spécial 10 trésors de la santé naturelle qui peuvent changer votre vie.

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
Santé Corps Esprit

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité