Pour Noël, j’invite Épicure à ma table et sa conception du bonheur

Si je vous souhaite un réveillon épicurien, peut-être allez-vous penser que je vous pousse à tous les excès.

Eh bien pas du tout !

Épicure est connu pour sa conception du bonheur, fondée sur le plaisir.

Mais il y a un énorme malentendu avec sa philosophie !

Tout vient d’une fausse rumeur, répandue par ses adversaires de l’époque.

Pour disqualifier Épicure, ses rivaux grecs ont fait croire que son école (le Jardin) était un lieu de jouissance et de luxure.

Mais ce n’est pas du tout ça !

« En fait, Épicure a conçu son Jardin (lieu beau et paisible) comme un espace de rencontres amicales où il faisait bon se réjouir ensemble et philosopher dans une atmosphère détendue, joyeuse, mais aussi écouter de la musique ou déguster des plats simples, toujours avec mesure », explique l’écrivain Frédéric Lenoir[1].

Voilà le genre de réveillon que je vous souhaite !

Épicure valorise le plaisir, mais surtout les plaisirs naturels et nécessaires.

Et quoi de plus naturel qu’un bon repas, partagé en bonne compagnie, dans une atmosphère joyeuse ?

Épicure rappelle que la nature est bien faite car les bonheurs simples sont faciles à obtenir…

…alors qu’il est compliqué d’obtenir des biens peu utiles comme la gloire, le pouvoir ou le luxe :

 « Grâces soient rendues à la bienheureuse Nature qui a fait que les choses difficiles à atteindre ne soient pas nécessaires », dit Épicure !

Pour lui, la vie heureuse est donc à portée de main !

Simplement, il faut éviter les excès et « laisser de côté de nombreux plaisirs quand il s’ensuit, pour nous, plus de désagréments ».

Autrement dit : régalez-vous bien, faites-vous plaisir au réveillon, mais faites attention aux excès que vous pourriez regretter !

Un autre secret d’une vie réussie – et d’un bon réveillon – c’est de s’efforcer de respirer la joie :

Ne culpabilisez pas, irradiez le monde de votre joie de vivre et de bonheur

Quand j’étais jeune, les moments de fêtes pouvaient me rendre mélancolique.

Je voyais tout le monde s’amuser, et mon cœur s’assombrissait en pensant à ceux qui n’avaient même pas la chance d’avoir un toit au-dessus de leur tête.

Mais c’était de ma part une erreur profonde.

Car ma mélancolie ne rendait service à personne, au contraire.

Écoutez ce que dit André Gide, dans les Nourritures terrestres :

« Il y a sur terre de telles immensités de misère, de détresse, de gêne et d’horreur, que l’homme heureux n’y peut songer sans prendre honte de son bonheur.

Et pourtant, ne peut rien pour le bonheur d’autrui celui qui ne sait pas être heureux lui-même.

Je sens en moi l’impérieuse obligation d’être heureux ».

De fait, le bonheur est contagieux – et à l’inverse, un convive qui « fait la tête » peut gâcher le plaisir des autres.

Voilà pourquoi, en toute circonstance, il faut s’efforcer de « libérer la joie enfouie dans notre cœur », selon la belle formule de Frédéric Lenoir.

C’est très bien de penser aux plus infortunés, mais cela doit nous conduire à redoubler de joie et de gratitude !

Quelle chance de pouvoir manger à notre faim, d’avoir une maison chauffée et d’être entouré par ceux que nous aimons !

Voilà qui est plus positif – et qui permet de répandre le bien autour de nous.

Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire, surtout quand on est criblé de soucis.

La fable du savetier (cordonnier) et du financier : les plaisirs simples procurent du bonheur

Mais pour vous y aider, et en cette veille de Noël, je voudrais partager avec vous cette belle fable du grand La Fontaine :

Un Savetier chantait du matin jusqu’au soir :

           C’était merveilles de le voir, Merveilles de l’ouïr (…)

Son voisin au contraire, étant tout cousu d’or,

            Chantait peu, dormait moins encor.

            C’était un homme de finance.

Si sur le point du jour, parfois il sommeillait,

Le Savetier alors en chantant l’éveillait,

            Et le Financier se plaignait

            Que les soins de la Providence

N’eussent pas au marché fait vendre le dormir,

            Comme le manger et le boire.

            En son hôtel il fait venir

Le Chanteur, et lui dit : Or çà, sire Grégoire,

Que gagnez-vous par an ?  Par an ? Ma foi, monsieur,

            Dit avec un ton de rieur

Le gaillard Savetier, ce n’est point ma manière

De compter de la sorte ; et je n’entasse guère

          Un jour sur l’autre : il suffit qu’à la fin

            J’attrape le bout de l’année :

            Chaque jour amène son pain.

 Et bien, que gagnez-vous, dites-moi, par journée ?

 Tantôt plus, tantôt moins (…)

Le Financier, riant de sa naïveté,

Lui dit : Je vous veux mettre aujourd’hui sur le trône.

Prenez ces cent écus : gardez-les avec soin,

            Pour vous en servir au besoin.

Le Savetier crut voir tout l’argent que la terre

            Avait, depuis plus de cent ans

            Produit pour l’usage des gens.

Il retourne chez lui ; dans sa cave il enserre

            L’argent et sa joie à la fois.

            Plus de chant ; il perdit la voix

Du moment qu’il gagna ce qui cause nos peines.

            Le sommeil quitta son logis,

            Il eut pour hôte les soucis,

            Les soupçons, les alarmes vaines.

Tout le jour il avait l’oeil au guet; et la nuit,

            Si quelque chat faisait du bruit,

Le chat prenait l’argent : à la fin le pauvre homme

S’en courut chez celui qu’il ne réveillait plus.

Rendez-moi, lui dit-il, mes chansons et mon somme,

            Et reprenez vos cent écus.

Vous voyez : pour La Fontaine comme pour Épicure, les plaisirs qui rendent le plus heureux sont les plaisirs simples de la vie !

Mais encore faut-il en être conscient – et savoir savourer le moment présent.

Un dernier coup de pouce avec ce « mantra secret » pour partager votre bonheur

Il est vrai que cela demande un petit peu d’effort, car notre cerveau a une fâcheuse tendance à l’oublier :

 « Il est tellement facile de regarder sans voir, d’écouter sans entendre, de manger sans rien goûter, de ne pas sentir le parfum de la terre humide après une averse, et même de toucher les autres sans être conscient des émotions que l’on échange » (Pr Kabat Zinn)

Heureusement, il existe des exercices pratiques qui nous aident à revenir à l’essentiel, comme la méditation, le yoga ou la sophrologie.

Mais, en cette veille de Noël, je voudrais vous donner ici une astuce encore plus simple.

C’est le fameux « mantra secret », révélé par le philosophe Matthieu Ricard :

« Voici le mantra qu’un maître tibétain a recommandé. C’est le mantra le plus secret qu’on puisse imaginer, je me demande même si j’ai la permission de le partager avec vous.

Le voici : « je n’ai besoin de rien ».

Répétez-le dix fois de suite. Vous verrez, on se sent si bien ! »

Voilà de quoi aider à retrouver de la joie et de la gratitude…

…et d’illuminer les autres par notre bonne humeur !

Bonne santé, et joyeux Noël !

Xavier Bazin


Sources

[1] Frédéric Lenoir, Du bonheur, un voyage philosophique.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

33 réponses à « Pour Noël, j’invite Épicure à ma table et sa conception du bonheur »

  1. Anne-Lise says:

    Parler en positif, remplacer:
    je n’ai besoin de rien
    par
    j’ai tout ce dont j’ai besoin

  2. Sandrine MATHIEU says:

    Merci Xavier pour vos souhaits de Noël et comme très souvent, je partage pleinement votre point de vue et votre vision de la vie. Quel plaisir de trouver des personnes comme vous qui ont le courage de dire leurs opinions ! Et surtout de revenir à la base de l’être humain et de la nature ! Très bonne et belle année 2020.

  3. diane says:

    je voudrai savoir ce que vous pensez du compteur linky ,on nous en a mis de force sans nous prevenir à tous dans notre lotissement.
    est ce mauvais pour la santé ? c’est que ça qui fit peur…..merci d’en parler.

  4. Machimbarrena says:

    J´AIMERAIS AJOUTER UN COMMENTAIRE À CELUI DU 26 PASSÉ. JE CROIS QUE SEUL L´AMOUR, LE VRAI, POURRAIT ÈTRE EN MESURE DE SAUVER LE MONDE. UN MONDE QUI DEOPUIS TOUJOURS, N´A ETÉ QUE LA SCÈNE DE LA HAINE, DU MÉPRIS DES UNS POUR LES AUTRES. LE THÈÂTRE DES FOLIES. MEURTRIÈRES, DES EGOISMES DE LA CRUAUTÉ ET DU FANATISME AU NOM PARFOIS DE CAUSES NOBLES QUI CACHENT DES EGOISMES COLLECTIFS. IL ES VRAI QUE IL YA UN EGOISME BIOLOGIQUE, NECESSAIRE SURTOUT À CERTAINES ÉTAPES DU DEVELOPPEMENT HUMAIN, MAIS APRÈS, SEULE LA FRATERNITÉ, LA VRAIE FRATERNITÉ BASÉE DANS L´AMOUR, POURRAIT NOUS SAUVER ET FAIRE DU MONDE UN LIEU PLUS HABITABLE. BIEN À VOUS.

  5. PATRICK CHAMBADE says:

    MERCI BEAUCOUP ET JOYEUSES FETES A VOUS

  6. Dana says:

    Bonjour,
    Merci pour votre excellente rubrique. Très instructif, mais pour moi personnellement sans méditation, yoga et mantra.
    Bonne et heureuse année.

  7. Simonet says:

    N’avoir besoin de rien conduit à l’ascétisme qui n’est forcément une source de joie

  8. Machimbarrena says:

    LA BROUYÈRE DIT QUE LE PLAISIR LE PLUS AGREABLE EST DE FAIRE CELUI D´AUTRUI- C´EST VRAI. CE QUI EST CERTES AUSSI A MON AVIS, C´EST QUE L´ÊTRE HUMAIN JUSTIFIE SA PRESENCE DANS CE MONDE EN FAISANT DU BIEN À L´AUTRE. BONNE ANNÉE À TOUS, DEPUIS LE PAYS BASQUE

  9. Emma W. says:

    c’est ça !

  10. Michèle Vinci says:

    Joyeuses fêtes et merci pour vos lectures si instructives, tout au long de cette année.

  11. MER says:

    prose excellente et tellement vrai !bonne fête de fin d’année!

  12. Plume Neuforge says:

    A propos du mantra:

    Je préfère:
    « Je suis comblé(e). »
    Ajouter éventuelle ment:
    « Merci la Vie. »
    C’est plus positif.

  13. Maitta says:

    Ce n’est hélas pas si simple ! Il arrive que l’on ait froid parce qu’on ne peut pas se chauffer faute d’argent pour payer l’électricité. Alors froid au corps, froid au cœur. Dans ces moments là on ne peut pas dire que l’on n’a besoin de rien. Le subconscient s’y refuse.

  14. Goossens says:

    Bonjour, dans une précédente lettre, vous avez parlé des fluides guérisseurs. Avez-vous quelques adresses à proposer concernant des bons guérisseurs à distance ? Je vis en Thaïlande et voudrais me mettre en contact avec l’un d’eux.
    Je vous remercie par avance pour votre réponse
    Cordialement

  15. RUTH AMAH says:

    Bonjour
    Très touchée , un grand merci .
    JOYEUX NOEL A VOUS ET A TOUTE L’EQUIPE
    Bonne journée

  16. OVADIA Célina says:

    Bonjour Docteur Bazin,
    Je vous remercie pour votre excellente rubrique qui réunit avec brio Epicure, Gide et La Fontaine et le mantra tibétain.
    Je continue à vous lire avec plaisir.
    Bien à vous.

  17. Françoise says:

    Extra ! quelle philosophie ! oui c’est bien exprimé ! Merci, merci. Joyeux Noël !

  18. soliveau says:

    J’ajouterai simplement :
    Que d’aimer et être aimée

  19. Frattali says:

    Merci pour ce message qui me va droit au cœur.
    Beaucoup devraient s’y référer et méditer pour trouver la paix en eux et autour d’eux.
    Joyeuses fêtes pour vous et vos proches
    Hélène

  20. MAX JANNON says:

    « L’amour de l’argent est la racine de toutes sortes de choses mauvaises » (1 Timotee 6/10)
    Evidemment,on ne peut pas se passer d’agent pour vivre.
    Mais c’est l’amour de l’argent qui est mauvais.

  21. Marie-Hélène Oliete says:

    Merci pour cette lettre.Bon Noël.

  22. jacqueline belmer says:

    Très beau message Merci

  23. Busa Françoise says:

    Merci pour ces bons conseils plein de sens. Je vous souhaite de belles fêtes. Merci et gratitude 💝🎁🙏

  24. Llongueras xavier says:

    Merci pour votre inspiration
    Bien à vous

  25. de POULPIQUET Nelly says:

    Magnifique lettre pour ce matin de Noël !! L’optimisme, la joie et la simplicité au petit déjeuner !! Un éclairage bien venu pour démarrer cette journée si particulière. Merci beaucoup !!

  26. claude guyot says:

    je n’ai besoin de rien….sauf de lire des mails inspirants comme celui ci le matin de noel….douce fin d’année à vous

  27. Fany Geoffroy says:

    Quelle jolie fable

  28. Expeels Michèle says:

    Bonjour et Joyeux Noël
    Je suis de cet avis qu’il faut profiter de chaque moment qui passe bon ou même mauvais comme la perte d’un être cher qui a fait briller votre vie mais si on veut continuer il faut profiter de chaque moment et essayer de positiver même si ce n’est pas facile. Mais pour moi le plus difficile ce sont les gens négatifs qui se plaignent sans avoir de vrais raisons là j’essaye de les fuir parce qu’un temps remonter le moral ça va mais on finit par y laisser sa vision des choses finalement pour des gens qui ne veulent pas changer sans vouloir vivre au pays des bisounours. Encore merci pour cette vision des choses. Michèle

  29. WANGERMEE Dominique says:

    Très belles réflexions en ce jour de Noël et tellement justes ! Pour autant, il est bon de se rappeler tous les jours qu’il faut remercier la vie pour les petits bonheurs quotidiens qu’elle nous apporte. Donc, merci à l’auteur de cette belle lettre ainsi qu’à Epicure, Lafontaine et tous les autres…
    Très bon Noël à ceux pour qui la santé du coeur est tout aussi importante que celle du corps

  30. Elise says:

    C’est donc pour ça… que je suis toujours satisfaite de mon sort !!! Je me réjouis de choses simples : un oeuf au plat, une promenade avec mon chien en sentant la main de mon mari dans la mienne…
    J’aime particulièrement une pensée de l’apôtre Paul : « Je ne dis pas cela parce que je suis dans le besoin, car j’ai appris à me suffire à moi-​même quelle que soit ma situation. 12 Je sais vivre avec peu et vivre dans l’abondance. En toutes choses et en toutes situations, j’ai appris le secret aussi bien d’être rassasié que d’avoir faim, aussi bien d’être dans l’abondance que d’être dans le besoin. »
    MERCI

  31. Danielle Debilde says:

    Quelle mavnifique lettre. Un vrai cadeau de Noel. Merci de tout coeur. Daniellr

  32. Gizell says:

    Merci merci merci pour votre «  si délicieux message » et ce Mantra que tout bon Bouddhiste devrait psalmodier est je vous l’assures bien difficile à appliquer au quotidien… mais si précieux ! Car la pratique du détachement ne concerne pas qu’un statut ou des richesses matérielles mais bien et le difficile à réaliser «  le détachement de soi! »
    Alors pratiquons la patience et fuyons l’opulence
    Merci encore pour cet éclairant message de Noël.
    Je vous souhaite une joyeuse journée de Noël
    Gizell

RECEVEZ GRATUITEMENT LA NEWSLETTER DU PROJET SANTÉ CORPS ESPRIT


En cadeau pour toute inscription, recevez votre dossier spécial 10 trésors de la santé naturelle qui peuvent changer votre vie.

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
Santé Corps Esprit

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité

Rejoignez-nous !

RECEVEZ GRATUITEMENT LA NEWSLETTER DU PROJET SANTÉ CORPS ESPRIT


En cadeau pour toute inscription, recevez votre dossier spécial 10 trésors de la santé naturelle qui peuvent changer votre vie.

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
Santé Corps Esprit

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité