TEST : êtes-vous un grand sensible ?

Êtes-vous hypersensible ?

Votre conjoint l’est-il ? Vos enfants ? Petits-enfants ? Un de vos collègues ?

Si vous pensez que oui – ou si vous n’êtes pas sûr – lisez bien cette lettre.

Cela fait 25 ans que les scientifiques travaillent sur les personnalités hypersensibles, et leur conclusion est claire :

Si vous avez quelqu’un d’hypersensible dans votre entourage, il est capital d’en être conscient !

Vous n’imaginez pas comme votre relation avec les autres peut être améliorée simplement parce que vous savez qui est en face de vous !

Et si c’est vous qui êtes « à fleur de peau », vous verrez qu’il existe des techniques simples et efficaces pour mieux dominer vos tsunamis sensoriels.

Mais d’abord, voyons ensemble de quoi il s’agit exactement :

Petit portrait d’une personnalité méconnue : l’hypersensible

Comme son nom l’indique, l’hypersensible ressent les émotions plus fortement que les autres.

Face au même événement plaisant, alors que la plupart des gens vont esquisser un sourire de gaieté, les grands hypersensibles sont capables d’exploser de joie.

Après une mauvaise nouvelle, beaucoup de gens vont avoir un « coup de mou » de quelques heures, mais l’hypersensible, lui, risque d’être « déprimé » pendant 2 jours.

Mais ce qu’on ignore souvent, c’est que ce n’est pas seulement une question d’émotions.

L’hypersensible a tendance à ressentir vivement toutes les sensations, comme :

  • La lumière : les lumières vives l’éblouissent plus que la moyenne (et l’hypersensible est très sujet à la dépression saisonnière en hiver, faute de soleil) ;
  • Les odeurs : si votre voisin a abusé de l’eau de Cologne, vous serez peut-être incommodé – mais l’hypersensible, lui, risque de se sentir étranglé par l’odeur !
  • Les sons : peut-être réussissez-vous sans trop de problème à vous concentrer dans un endroit bruyant – pour l’hypersensible, c’est un défi presque insurmontable ;

Cela peut aller jusqu’à la texture des vêtements : certains hypersensibles ne supportent pas le contact de certaines matières sur leur peau – porter certains vêtements est alors aussi intenable qu’écouter le grincement d’une fourchette contre une assiette !

En fait, les hypersensibles n’ont pas de bouclier naturel qui atténue leurs sensations.

C’est comme s’ils étaient « sans filtre » par rapport au monde extérieur !

Et ils sont « sans filtre » aussi par rapport à ce qui se passe à l’intérieur deleur propre corps :

Je veux parler de leurs émotions, bien sûr, mais aussi de :

  • la sensation de faim : avoir l’estomac vide peut plonger l’hypersensible dans un état d’énervement aigu, que les anglais appellent « hangry », la contraction de hungry (avoir faim) et angry (être énervé) !
  • l’effet de la caféine : les grands hypersensibles ne peuvent pas boire ne serait-ce qu’une tasse de thé – ils ressentent immédiatement leur cœur battre à toute allure !
  • ou le manque de sommeil : pour l’hypersensible, être privé de sommeil n’est pas un simple inconvénient : c’est une véritable torture.

Sans surprise, les hypersensibles sont aussi plus vulnérables à la douleur.

Mais attention : ne dites pas que ce sont des « chochottes ».

Ils ont réellement plus mal que vous. Ils ressentent plus vivement la douleur.

Ce n’est pas de leur faute : ils sont « fabriqués » ainsi !

Pour les chercheurs, on ne devient pas hypersensible, on « naît » comme cela.

Et cela a des conséquences massives sur les goûts et choix de vie :

De grands émotifs, bien sûr…

En société, les hypersensibles sont sur-affectés par les émotions des autres.

On dit que ce sont des « aspirateurs » ou des « éponges » à émotions ».

Il suffit que leur voisin soit de mauvaise humeur ou un peu déprimé pour que leur moral en prenne un coup, immédiatement !

Dans un restaurant, ils se sentiront mal si deux personnes se disputent, à l’autre bout de la salle !

Car il faut préciser que les hypersensibles sont souvent de grands observateurs.

Ils remarquent les petits détails qui échappent aux autres : une petite tache sur votre chemise… la moquette spéciale d’un hôtel…
…mais aussi les subtiles émotions autour d’eux :

  • le ton de votre voix un peu moins assuré que d’habitude ;
  • la très légère cerne sous votre œil ;
  • ou même l’énergie légèrement électrique d’une salle de réunion.

Tout cela est logique, puisqu’ils ont un radar ultra-sensible à tout ce qui se passe autour d’eux.

Voilà pourquoi la plupart des hypersensibles ont fréquemment besoin de se mettre à l’écart pour recharger les batteries… ou soulager la migraine causée par toutes ces stimulations !

On croit qu’il est timide, introverti – mais ce n’est pas toujours vrai (l’hypersensible est extraverti dans 30 % des cas)…

En fait, c’est surtout qu’il est épuisant pour lui de discuter ou débattre… surtout si les échanges sont un peu tendus ou houleux !

Mais attention : ce n’est pas qu’une question d’émotions et de stimulations sensorielles.

…Mais aussi de grands cérébraux !

Souvent, les hypersensibles sont aussi dans la rumination et le questionnement permanent !

Mon voisin avait l’air un peu irrité… je me demande pourquoi… et si c’était quelque chose que j’avais fait ? Ou bien pourrais-je peut-être l’aider à aller mieux ? 

C’est une sorte d’hyperactivité cérébrale, un « vélo dans la tête », qui peut être trop envahissant.

Le problème, c’est qu’à force de faire attention (malgré eux !) à des myriades de détails sans importance… le monde peut leur paraître un grand « chaos désordonné ».

Du coup, pour éviter de se noyer dans un flot d’informations complexes, certains hypersensibles cherchent à « théoriser » tout ce qu’ils vivent ou observent.

Et en effet, beaucoup d’hypersensibles se posent mille questions sur un peu TOUT :

  • les « grandes questions existentielles » : le sens de la vie, de la mort, etc.;
  • mais aussi, et surtout, ce qui se passe dans la tête des autres !

Comme vous pouvez l’imaginer, tout ceci a des avantages, mais aussi des inconvénients !

Être hypersensible peut être une chance magnifique, mais…

« Les exaltés et la déplorable famille des hypersensibles sont le sel de la terre », disait Marcel Proust… et il parlait en connaissance de cause !

Proust n’aurait pas été l’immense écrivain qu’il est devenu sans son hypersensibilité, sa finesse psychologique et son attention aux détails.

Il faut dire que la plupart des hypersensibles sont facilement transportés par les arts. Certains seront plus sensibles à la musique, d’autres à la littérature, mais il est rare qu’aucune forme artistique ne provoque chez eux des sensations fortes.

Les hypersensibles sont aussi des gens passionnés, consciencieux, voire perfectionnistes.

Les amis des hypersensibles apprécient leur grande capacité d’écoute. Ou leur capacité à éviter les conflits inutiles, qu’ils voient venir bien avant les autres.

La majorité des hypersensibles sont bien incapables de cacher leurs émotions fortes : ce sont souvent des personnes authentiques, « nature », et elles sont appréciées pour cela.

Mais évidemment, il y a aussi un revers de la médaille :

…sans « entraînement », cela peut aussi être une malédiction

Avec les hypersensibles, tout prend de l’ampleur, en bien et en mal.

Pensez à cette belle phrase de Goethe : « Les dieux donnent tout aux êtres qu’ils privilégient : les joies infiniment, les souffrances infiniment ».

De fait, les hypersensibles ressentent profondément la joie d’un simple verre entre amis…

… Mais ils sont aussi beaucoup plus vulnérables aux coups durs de la vie.

Même les petits changements sans gravité leur demandent plus d’efforts d’adaptation que la moyenne : un déménagement, un nouvel emploi.

Du coup, l’enfance est généralement un moment très délicat à passer.

L’hypersensible sent bien qu’il n’est pas comme les autres. Il se sent incompris.

On lui dit de se « durcir un peu », comme si c’était facile !

A l’âge adulte, son principal problème est qu’il a du mal à supporter la critique.

Personne n’aime être atteint dans son ego… mais l’hypersensible, par définition, est très facilement blessé. On dit qu’il a tendance à prendre les choses trop « personnellement ».

Ce qui l’affecte le plus, c’est ce que les autres peuvent penser de lui.

« Quand on critique mon physique, j’ai l’impression que j’ai été scindé en deux par une lame hyper rouillée et que toute la honte du monde est venue s’abattre sur moi »[1], raconte une hypersensible sur Internet.

Parce que l’hypersensible a souvent une peur panique d’être rejeté, il va parfois en faire trop pour faire plaisir aux autres et ne pas les décevoir.

Comme il ne supporte pas les conflits, il va parfois préférer se faire marcher sur les pieds plutôt que d’affirmer sereinement ses souhaits légitimes – il a du mal à dire « non ».

Un autre problème est que l’hypersensible est souvent indécis.

Imaginez que vous puissiez ressentir au plus profond de vous-même tout ce qui peut mal se passer, à chaque fois que vous prenez une décision – eh bien vous auriez du mal à vous lancer, vous aussi !

Du coup, toutes les décisions peuvent être difficiles : choisir un plat au restaurant, planifier une activité familiale le week-end ou acheter un appartement !

(Notez toutefois que 20 % des hypersensibles ont paradoxalement un énorme « goût du risque » et se lancent dans des activités à « sensations fortes », comme l’escalade. L’explication est qu’ils ont à la fois une profonde intolérance à l’ennui, et un désir perpétuel de ressentir à nouveau les émotions puissantes dont ils sont capables – un peu comme un cocaïnomane).

Plus ennuyeux : l’hypersensible n’est jamais loin des ruminations : il va ressasser ce qu’il a « mal fait » ou un mot un peu désagréable d’un de ses proches.

Du coup, l’hypersensible est plus vulnérable à l’anxiété et à la dépression.

A force de se poser mille questions, à force d’imaginer le pire, des pensées négatives peuvent tourner en boucle dans son cerveau, qui peuvent causer angoisse et déprime.

C’est pourquoi l’hypersensible va aussi avoir tendance à chercher du réconfort. Il peut être très attiré par le « sucré » pour se consoler, ou par l’excès de sport, pour calmer son tourbillon intérieur.

Heureusement, tout cela se « travaille », et avec un peu d’entraînement, l’hypersensible peut mener une vie épanouie, riche en émotions positives.

Pour cela, il faut d’abord que l’entourage sache s’adapter à l’hypersensible.

La clé pour rendre un hypersensible heureux

C’est particulièrement important dans l’enfance : lorsque les hypersensibles ont vécu une enfance difficile, ils risquent de le « payer » cher tout au long de leur vie.

Alors gardez toujours à l’esprit que les hypersensibles ont besoin de compréhension et de tolérance :

  • sur leur besoin de solitude : ils sont tellement stimulés par les relations sociales qu’ils ont besoin de s’isoler régulièrement, pour recharger les batteries ;
  • sur leur besoin de temps pour prendre une décision (ou digérer une information) ;
  • et sur leurs émotions fortes : ne jugez pas leur joie ou tristesse apparemment « excessive », vous n’êtes pas dans leur peau !

Ils ont aussi besoin de votre délicatesse si vous avez une critique à leur formuler ! (Cela vaut pour tout le monde, mais particulièrement pour les hypersensibles).

Globalement, l’hypersensible vous sera reconnaissant de comprendre qui il est, et de sentir que vous l’acceptez comme tel !

Après, il est vrai que l’hypersensible a aussi un peu de travail à faire sur lui-même :

D’abord, réaliser et s’assumer !

Si vous êtes hypersensible, la première des priorités est de réaliser que vous l’êtes !

Quantités d’hypersensibles se torturent pendant des années en se disant qu’il y a « quelque chose qui cloche » avec eux-mêmes.

Ils se sentent en décalage, voire « anormaux », ou même « extra-terrestres » !

Pour compenser, ils ont tendance à choisir une de ces deux mauvaises solutions :

  • Tout faire pour paraître « normal », faire des efforts insensés pour se « sur-adapter » et se fondre dans la masse – en ayant une peur permanente d’être « démasqué »…
  • Ou au contraire se retirer du monde, et se priver de mille activités ou projets intéressants, de peur de succomber à des vagues d’émotions.

Ainsi, une hypersensible raconte qu’elle se privait d’inviter des personnes à dîner : elle avait trop peur que ses invités s’éternisent et la plongent dans un état d’épuisement intolérable.

Mais maintenant qu’elle s’assume vis à vis des autres, elle définit avec ses invités, à l’avance, leur heure de départ, et les dîners qu’elle organise se passent à merveille !

Beaucoup d’hypersensibles ressentent un sentiment de délivrance quand ils découvrent que l’hypersensibilité est une catégorie psychologiquereconnue, qu’elle est assez répandue (10 à 20 % de la population), et que sa cause est purement génétique !

En fait, ils n’ont rien « d’anormal ». Ils sont « juste » nés avec un système sensoriel plus développé que les autres.

C’est plutôt une sorte de don, pas facile à manier au départ, mais qui peut rendre plus heureux, avec des joies plus intenses que les autres !

Donc si vous vous êtes reconnu hypersensible en lisant tout ceci, ce n’est pas un problème, au contraire !

Notez bien que vous n’avez pas besoin de remplir tous les critères de cette lettre pour être hypersensible.

J’ai fait exprès de décrire le « pur hypersensible à 100 % », pour que ce soit plus parlant, mais on peut l’être à 70 ou 80 % !

Si vous avez un doute, je vous conseille vraiment de remplir ce questionnaire international de référence (en anglais) : https://hsperson.com/test/highly-sensitive-test/

Et si vous ne parlez pas anglais, sachez que Psychologie Magazine a élaboré un test, moins scientifique mais acceptable, à consulter ici.

Une fois que vous savez qui vous êtes, les bons réflexes sont d’une simplicité étonnante.

Vous êtes hypersensible ? Faites ceci d’urgence !

Car il me faut maintenant vous révéler la meilleure des nouvelles pour les hypersensibles.

Oui, c’est vrai, ils sont plus à risque d’anxiété, stress et dépression.

MAIS ils ont aussi de plus grandes facilités que les autres pour surmonter leurs éventuelles difficultés psychologiques, lorsqu’ils font les bons choix et les bons exercices !

Par exemple, on sait que les psychothérapies (contre l’anxiété ou la dépression) sont plus efficaces avec les hypersensibles qu’avec la moyenne des gens.

Est-ce parce qu’ils sont plus réceptifs à ce qu’on leur dit ? Ou plus perfectionnistes dans la mise en œuvre des conseils qu’on leur donne ? Je ne sais pas, mais le résultat est là.

Contre le stress et la surcharge d’émotions, ils ont donc tout intérêt à faire des activités relaxantes pour le corps et l’esprit comme le yoga, le tai chi ou la sophrologie.

Une technique appelée EFT (Emotional Freedom Technique) peut faire des miracles en cas d’urgence, comme une attaque de panique ou une angoisse intense.

Même des exercices de respiration très simples (3 grandes respirations fortes) peuvent soulager efficacement les hypersensibles en quelques secondes.

Et puis, il y a une chose fondamentale, sur laquelle tout le monde est d’accord :

Ce qui marche le mieux, pour éviter les inconvénients de l’hypersensibilité,  c’est la pleine conscience.

Cette technique est bénéfique à tout le monde… mais les résultats sont particulièrement puissants chez les hypersensibles[2].

C’est très simple, en apparence, mais cela demande un peu de travail.

L’erreur que font la plupart des gens, c’est de chercher à « réprimer » leurs sensations ou émotions.

La clé, c’est au contraire de les accepter, sans jugement.

N’ayez plus jamais honte de votre émotivité : acceptez-la au contraire pleinement, avec bienveillance.

Plutôt que de pester contre une émotion, commencez par la décrire, avec le plus de détail possible. Est-ce de la colère ou du ressentiment ? De l’envie ou de la rancune ?

Puis, pensez de façon plus précise à ce que vous ressentez physiquement. Essayez de voir où vous ressentez votre émotion, exactement, dans votre corps. Est-ce une boule dans l’estomac ? Est-ce un souffle coupé ? Une tension dans un muscle ?

Comprenez bien – c’est capital – que vous n’êtes pas votre émotion. Il y a une grosse différence entre « être en colère » et « se sentir en colère ».

Ne vous identifiez jamais à votre émotion : elle est un simple signal de votre corps, et non une vérité révélée.

Dites-vous plutôt : « je me sens en colère et ce n’est pas un problème. Je vais m’autoriser à accepter le fait que je ressente cette émotion ».

Gardez en tête que les émotions vont et viennent, comme les nuages dans le ciel.

Mais encore une fois n’essayez pas de « supprimer » votre émotion. N’essayez même pas de « reprendre le contrôle ».

Accueillez-là comme quelque chose d’extérieur à vous, sans jugement.

Et vous verrez, les résultats sont extraordinaires.

En Occident, on appelle cela la « méditation en pleine conscience ».

Les bouddhistes, eux, ont une technique similaire, appelée vipassana.

Je le précise, car une hyper-hypersensible m’a dit qu’un stage de vipassana avait « changé sa vie ».

Le principe est exactement le même que la pleine conscience : il s’agit d’accepter l’émotion négative (équanimité), ne pas vouloir qu’elle s’en aille, et se focaliser sur ses répercussions physiques, ce qui permet de prendre du recul.

Cela demande un peu d’entraînement, mais c’est redoutablement efficace, alors n’attendez plus pour essayer… que vous soyez hypersensible… ou non !

Bonne santé,

Xavier Bazin

PS : Certains hypersensibles peuvent aussi avoir d’autres particularités psychologiques qu’il ne faut surtout pas confondre avec l’hypersensibilité !

Par exemple, j’ai travaillé dans une autre vie avec un hypersensible, Aspergernarcissique et paranoïaque (oui, cela fait beaucoup, je sais !).

C’est un cas extrême, évidemment, mais il est très important de savoir distinguer les particularités psychologiques de votre entourage.

Par exemple, on dit souvent que les hypersensibles ont une grande « intelligence émotionnelle », qu’ils sont à l’aise dans les relations sociales, et souvent très appréciés par les autres, parce qu’ils sont par nature très attentifs aux émotions et désirs d’autrui.

C’est vrai pour beaucoup d’entre eux, mais c’est totalement faux pour une petite minorité d’hypersensibles qui ont au contraire un mal fou à comprendre comment les autres fonctionnent et à s’adapter en société.

On les appelle parfois « Asperger », et je vous en reparlerai en détail dans une prochaine lettre, car ils ont une personnalité fascinante, eux aussi.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 réponses à « TEST : êtes-vous un grand sensible ? »

  1. Paula says:

    je vous remercie pour votre lettre! c’est une révélation énorme pour moi d’apprendre que je suis une personne hypersensible! pouvez-vous écrire une lettre par rapport aux relations humaines et/ou amoureuses des hypersensibles? je suis tombée sur plusieurs vidéos expliquant que les hypersensibles sont attirés par les narcissiques. malheureusement c’est exactement ce qui m’est arrivé! il y a 5 ans je suis sortie d’une relation très toxique qui a duré presque 6 ans, avec un narcissique qui profitait de moi et me suçait toute mon énergie. j’ai même fait une tentative de suicide en avalant deux boîtes entières d’antidépresseurs. heureusement Dieu m’a sauvée et m’a réveillée à temps… il y a deux mois j’ai quitté un autre horrible narcissique manipulateur avec qui je suis restée 4 ans. j’ai fait TOUT ce que je pouvais pour l’aider et lui il m’abusait mentalement, verbalement et physiquement. j’ai pris 30 kg dès la première année, dents et cheveux qui tombent, niveau d’énergie très bas, fatigue chronique, aucune motivation, sommeil chaotique, verrues multiples, démangeaisons insupportables inexpliquées sur tout le corps, envie de me suicider encore. il me rabaissait et j’en étais arrivée au point où je croyais presque ce qu’il disait, que j’étais bonne à rien et stupide, alors qu’il vivait sur mon dos et je l’aidais pour tout…je vais un peu mieux mais le chemin de remise sur pieds est long, surtout que je n’arrive pas à ne pas lui répondre à ses appels/messages, même s’il veut sûrement continuer à me manipuler et à profiter de ma gentillesse… avez-vous des livres à nous conseiller à ce sujet? merci encore pour votre lettre, c’est un don du ciel!

  2. Isabelle Gutierrez says:

    S il vous plait, ne confondez pas les personnes HAUTEMENT sensibles, celles que vous décrivez dans cet article, et les HYPERSENSIBLES qui sont des personnes dont les nerfs sont malades! merci de prendre note pour ne pas faire un méli-mélo ! Je suis une personne hautement sensible et très empathique, et
    mes patients sont pour la plupart des personnes hautement sensibles !!! merci de me lire !

  3. ESCOFET Sylviane says:

    merci Xavier,
    Je suis très heureuse d’avoir lu votre mail et cela fait beaucoup de bien, de constater que l’on est pas une extra terrestre qui s’est trompée de planète. Je me retrouve tellement dans votre description.
    Je pensais que j’avais un problème. c’est très rassurant. Encore merci pour toute votre aide.
    Toute ma gratitude .
    Sylviane

  4. Dominique says:

    Oui je me reconnais complétement dans votre article, et cela entraine bien des difficultés dans la vie.
    Je suis hyper- hyper sensible, et parfois cela me joue des tours, je suis très malheureuse dans certaines situations. Mon entourage ne comprend pas ce que je peux ressentir, et je me sens bien isolée devant leurs réactions à mon encontre.

  5. terronaute 1 says:

    Je m’en suis du oui-oui, non-non, je ne sais pas , s’il vous plait de même. Que Pi. c’est Pi. , g. c’est g. cela pigé ce monde à s’en génére de toutes ces devises pour m’en faire là d’aviateur retraité si de cela m’en être généré ou laissé généré de cela ….alors là est-ce à s’en faire de « grand sensile » , hypersensible pour s’en faire perpétuer les « zavions » que de cela les personnes à s’en faire d’universalité pour qu’ils ne s’en perpétuent d’eux que de cela vitaux à s’en être au genre humain que de cela à se les en faire pour s’en faire perpétuer le genre humain que de gente de çà à s’enfaire perpétuer d’eux la gente humaine que de toujours d’universelle Terre unique qu’à nous en pour cela que de bilan du to be car sinon que d’or not to be qu’à ne faire plus perpétuer le genre humain de sa part de cela

  6. Maflor says:

    Excellente description, analyse et belle empathie des hypersensibles! Bravo!

  7. Fruchart says:

    « Le principe est exactement le même que la pleine conscience : il s’agit d’accepter l’émotion négative (équanimité), ne pas vouloir qu’elle s’en aille, et se focaliser sur ses répercussions physiques, ce qui permet de prendre du recul. »
    Bonjour,
    Avec respect pour votre article sur l’hypersensibilité que j’ai parcouru, je vous signale que votre définition de l’équanimité est fausse et ce terme inapproprié dans la phrase.
    Bien cordialement…

  8. Bonjour Xavier
    Merci pour ce sujet qui me tient particulièrement à coeur . Je ressens et réagis exactement à tout ce que vous avez dit, notamment que l’hyper-sensibilité vient de l’héritage parental, ma mère était effectivement hyper-sensible mais lors de ma naissance j’ai été pris par les forceps ce qui m’a toujours persuadé que cela venait de là .
    J’aimerai beaucoup que vous puissiez m’en parler par retour .
    d’avance je vous en remercie
    bien à vous
    Pascal

  9. Mme SIGMANN says:

    Bonjour 👋
    Après lecture de votre courriel, je reconnais que je suis une personne HYPERSENSIBLE
    Merci 🙏 de votre éclaircissement
    Je me sens incomprise par ma famille ainsi que de mon entourage ( mon Ami)
    C’est au point de la rupture à cause de mon état psychologique. Merci de votre aide

  10. Blanc says:

    Bonjour,
    Votre article est passionnant ;les symptomes que vous décrivez ( hypersensibilité au bruit, à la lumière, à la douleur, etc …correspondent dans les pays nordiques et autres à une intoxication mercurielle . Il est interdit d’en parler en France oû officiellement, nous n’avons pas de problème de mercure. Il est d ‘ailleurs intéressant de noter que ni vous et bien d’autres , d’ailleurs, n’en parlent. Il serait peut êre temps de le faire , à l’époque des 11 vaccins obligatoires pour nos bébés . Mais qui en aura le courage?
    Cordialement : J.F.Blanc.

  11. PAGANI CHRISTINE says:

    MERCI POUR UNE FOIS BRAVO TOUT EST VRAI PAS UN SEUL MOT A RADIER JE CORRESPONDS A CE MODELE D OU MES VIVES REACTIONS A VOS NEWSLETTERS OU SE TROUVENT SOUVENT DES DETAILS DANGEREUX ET OU LES CONSEILS SE DEMENTENT LES UNS LES AUTRES D UNE FOIS SUR L AUTRE TRES SOUVENT ATTENTION je « filtre » vos infos tres utiles parfois

  12. Cs Colomès says:

    Merci
    C est la première fois que je lis un texte qui parle de moi!!
    Je vais suivre vos conseils

  13. Edy F. says:

    Bonjour. En tant qu’être humain, je suis unique, singulier et original, on ne peut donc pas me classer dans une catégorie ou dans une autre. De plus, je ne me définis pas par rapport à tel ou tel modèle, je ne m’identifie à rien d’extérieur à moi, je ne recherche aucune validation extérieure. Je suis un univers unique, dans toute sa magnifique complexité. Ma conscience crée ma réalité..

  14. chantal marchand oger says:

    Je me reconnais dans votre  » portrait  » Je vis tout intensément et suis dotée d’une particularité : la prémonition des actes de personnes qui m’entourent « 

  15. M says:

    Un grand merci pour votre lettre
    Je suis moi même une hypersensible et il
    Me semble à ce jour que cela est plus un sort qu un cadeau du ciel.
    J essaye de trouver des moyens de gérer cette hypersensibilité qui me rend à fleur de peau mais c est très difficile et parfois m empêche de vivre
    Je le redoute beaucoup pour mon jeune fils qui est comme moi. Je vais explorer les pistes que vous avez envoyées
    Merci encore

  16. Benetti says:

    Un tout grand merci pour cet article ! Je suis quelqu’un de sensible 😫🤯

  17. Fatima says:

    Je vous remercie pour ces renseignements, mais que faire avec un hypersensible dépressif senior pour continuer à vivre ensemble et faire accepter son comportement à ses enfants devenus grands
    Merci beaucoup

  18. druart says:

    tout ce que vous avez dit me ressemble beaucoup. je suis une hyper sensible et j’en ai souffert toute ma vie. je m’en suis sortie en faisant de la psychotérapie , de l’hypnose, il m’a fallu avoir 71 ans pour comprendre que ce que je faisais par amour pour ma famille en réalité eux ne profitaient que de ma bonté … et au moment où je pensais avoir un retour d’amour , je n’ai eu que mes yeux pour pleurer… mais j’ai bien compris la leçon je ne suis plus hypersensible et cela change la donne….

RECEVEZ GRATUITEMENT LA NEWSLETTER DU PROJET SANTÉ CORPS ESPRIT


En cadeau pour toute inscription, recevez votre dossier spécial 10 trésors de la santé naturelle qui peuvent changer votre vie.

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
Santé Corps Esprit

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité

Rejoignez-nous !

RECEVEZ GRATUITEMENT LA NEWSLETTER DU PROJET SANTÉ CORPS ESPRIT


En cadeau pour toute inscription, recevez votre dossier spécial 10 trésors de la santé naturelle qui peuvent changer votre vie.

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
Santé Corps Esprit

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité