Les merveilleux remèdes de sorcières

La « médecine » du Moyen-Age a tendance à nous faire rigoler – ou à nous dégoûter –, avec ses remèdes bizarres, à base d’yeux d’écrevisses ou de dent de sanglier. [1]

Pourtant, c’était aussi une époque où l’on savait parfaitement employer certaines plantes médicinales : la guimauve contre les piqûres d’abeille, l’achillée millefeuille et le cumin contre les brûlures, l’aigremoine contre les blessures, le plantain contre les affections des yeux, etc.

Mais ce que vous devez savoir, c’est que même les « remèdes de sorcière » les plus étranges pouvaient avoir de réelles vertus.

La bave d’escargot… ça marche

L’exemple le plus connu est la bave d’escargot. Vantée depuis Hippocrate pour sa capacité à guérir les hernies, elle a été étudiée avec le plus grand sérieux par les pharmaciens et scientifiques dès le XIXème siècle.

Et figurez-vous qu’ils ont découvert qu’elle possédait d’authentiques vertus fluidifiantes pour les voies respiratoires… si bien qu’un antitussif à base de bave d’escargot, l’Hélicidine, a été mis sur le marché en 1957, et peut être encore acheté pharmacie aujourd’hui !

Mais cela reste anecdotique à côté du fabuleux pouvoir d’une potion du Xème siècle.

La bile de vache plus efficace que les antibiotiques !

C’est une découverte qui a fait la Une des médias en 2015 : une chercheuse de l’Université de Nottingham a découvert dans un grimoire vieux de mille ans une recette plus puissante que les antibiotiques pour détruire le terrible staphylocoque doré (MRSA) !

C’est un progrès d’autant plus spectaculaire que le MRSA est le cauchemar des chirurgiens : en cas d’opération, cette bactérie peut être mortelle.

Mais d’après les recherches en laboratoire effectuées par le Dr Freya Harrison, 99,9 % de ces bactéries sont détruites par cette potion moyenâgeuse !

Et le plus étonnant, c’est que personne ne sait pourquoi ni comment cela fonctionne ! Voyez plutôt la recette : il suffit de mélanger de l’ail, du poireau, du vin et de la bile de vache, puis laisser reposer la mixture pendant 9 jours.

Croyez-le ou non, si vous ne suivez pas scrupuleusement ces indications, il ne se passe rien ! S’il manque un ingrédient, ou si vous n’attendez pas suffisamment avant de les appliquer, la potion n’a aucune efficacité.

Un mystère qui fait penser à celui du curare, ce poison utilisé par les chasseurs amazoniens pour paralyser leur proie… et utilisé depuis 50 ans par la médecine occidentale pour réaliser des anesthésies.

Pour obtenir du curare, il faut faire cuire plusieurs plantes ensemble pendant un nombre de jour très précis. Et selon l’anthropologue Jérémy Narby, « il y avait une chance sur 6,4 milliards que l’on trouve cette recette par hasard ou par tâtonnement, sachant qu’il existe plus de 80 000 espèces de plantes dans la forêt ». [2]

Voyez à quel point nous avons encore des choses à apprendre des médecines traditionnelles !

Mais la supériorité de certains remèdes médiévaux est liée à d’autres raisons, beaucoup plus troublantes pour la médecine occidentale.

Non, il ne faut pas casser la fièvre !

Prenez cette « prescription » étonnante en cas de fièvre, tout droit venue du Moyen-Age :

« Porter en amulette un os de mort ;
Enfermer dans un sachet une grenouille verte et l’attacher au cou du malade ;
S’entortiller le bras ou le cou avec les ourlets d’un linceul ;
Boire trois fois de l’eau puisée à trois puits différents et mêlée dans un pot neuf ;
Passer entre la croix et la bannière de la paroisse pendant une procession. »

Croyez-le ou non, c’était un « remède » plutôt efficace pour guérir.
D’abord parce qu’il a l’immense mérite de ne pas « casser » la fièvre, comme le font les médicaments d’aujourd’hui.

C’est une grave erreur de notre temps que de chercher à tout prix à faire baisser la fièvre, alors que c’est un processus naturel visant à nous faire guérir ! Notre corps augmente sa température pour mieux tuer les virus, ceux-ci ne résistant pas à une chaleur trop élevée.

Jusqu’à 39,5, il est donc totalement contre-productif de prendre de l’aspirine ou du paracétamol pour faire baisser la fièvre… cela ne fait que retarder la « mort » du virus et prolonger la maladie !

Or la fièvre n’est malheureusement pas le seul cas où la médecine conventionnelle fait « pire que le mal lui-même » en interférant avec la marche naturelle de notre corps.

Les antitussifs sont un autre bon exemple. Si notre corps nous fait tousser, ce n’est pas pour nous « embêter », mais pour rejeter à l’extérieur les germes qui sont en train de nous attaquer. Si vous interférez avec la toux naturelle, vous risquez donc de vous retrouver avec une maladie pulmonaire, beaucoup plus grave que votre simple « toux » du départ !

Voilà pourquoi, contre la toux, il est préférable de « cracher dans la gueule d’une grenouille vivante » (remède authentique du Moyen-Age ) plutôt que de prendre un médicament inutile et dangereux. [3]

Mais il y a encore plus fort : la force des remèdes de sorcières est qu’ils déclenchent un effet placebo massif, avec des effets thérapeutiques considérables à la clé.

Révélation : l’ingrédient le plus efficace de vos médicaments

Depuis quelques années, « l’effet placebo » suscite la passion des scientifiques.

Vous connaissez le principe du placebo : lorsqu’on donne à quelqu’une gélule présentée comme un remède, son état va généralement connaître une amélioration, même s’il n’y a que de l’eau dans la gélule.

Longtemps, cet « effet placebo » a été perçu comme une forme d’imposture, un effet psychologique anti-scientifique qu’il faudrait ignorer.

Mais on est en train de réaliser que l’effet placebo n’est pas que dans la tête : il a aussi des effets physiologiques.

Par exemple, un placebo contre la douleur déclenche naturellement des hormones endorphines, qui ont le même impact physiologique que la morphine… sans les effets secondaires.

Cet effet peut être si puissant que des chercheurs ont montré que pour certains médicaments, l’essentiel de l’effet qu’ils produisent est purement « placebo ».

C’est particulièrement le cas des anti-dépresseurs et des anti-douleurs. Pour les anti-dépresseurs, plusieurs études scientifiques récentes publiés dans le JAMA et le Lancet ont montré qu’ils n’avaient généralement pas plus d’effet qu’un placebo. [4]

Quant aux médicaments anti-douleurs, ceux récemment testés dans des essais cliniques américains ont seulement 9 % d’efficacité de plus que les placebos . Cela veut dire que vous obtenez environ 90 % de votre soulagement par l’effet placebo, et 10 % par la pilule chimique ! [5]

Et le lien avec les remèdes du Moyen-Age, c’est que l’effet placebo est d’autant plus puissant que le faux remède frappe votre imagination.

Plus le traitement est « spectaculaire », plus il est efficace !

On aurait pu s’en douter, mais les chercheurs l’ont prouvé à travers toute une série d’études stupéfiantes. [6]

Figurez-vous que les grosses pilules placebo marchent mieux que des petites. Les pilules placebo colorées ont davantage d’effet thérapeutique que les pilules blanches.

Plus on donne au patient l’impression qu’on est en train de lui donner un puissant remède, plus l’effet est important. Une opération chirurgicale placebo a de meilleurs résultats qu’une injection placebo, qui elle-même a un impact supérieur à la simple ingestion de pilules.

Vous voyez où je veux en venir…

A ce jeu-là, les remèdes médiévaux sont imbattables !

Non seulement ils comportaient souvent des listes interminables d’ingrédients (impressionnants en soi !)… mais ces « ingrédients » frappaient d’autant plus les esprits qu’ils incluaient… de la « fiente de lézard », des « couillons de jeunes coq » ou de la « cervelle de passereaux ». [7]

Toutes les mixtures de l’époque n’étaient probablement pas inoffensives, reconnaissons-le. Mais il est certain que celles qui étaient sans danger contribuaient à la guérison… ou au minimum au soulagement du malade, grâce au fameux effet placebo.

Et quand il s’agissait de « pratiques », on pouvait être sûr qu’elles ne pouvaient pas faire de mal.

Religion, mort, sexe et excréments, les tabous suprêmes (et efficaces)

Contre le mal de dent, par exemple, il était recommandé de les toucher avec « une dent de mort ». Ce n’est pas un hasard : la mort fait partie de ces concepts qui frappent le plus l’imagination de l’être humain.

Parmi les autres « déclencheurs » universels d’émotions primitives, on trouve :

– La religion, pour les croyants (souvenez-vous du remède contre la fièvre : « passer entre la croix et la bannière de la paroisse »)
– Les excréments et fluides corporels, qui suscitent des réactions naturelles de dégoût – le pompon étant ceux d’animaux eux-mêmes inquiétants (« fiente de lézard ») ;
– Le sexe – d’où la force psychologique d’un remède comme le « sperme de grenouille desséché » (si si, cela existait bien).

Si vous êtes sceptique, pensez aux « jurons » de tous les jours. Croyez-vous que c’est un hasard s’ils sont tous directement liés à la religion, aux fluides corporels et au sexe ?

Absolument pas, car les jurons ont pour fonction de déclencher une décharge émotionnelle puissante… et il n’y a pas plus fort que le blasphème (Nom de Di.. !), le dégoût lié aux fluides corporels (fait chi…) et le tabou de la sexualité (pu..ain).

Évidemment, ce qui frappe l’imagination évolue aussi au fil du temps. Aujourd’hui, en Occident, la blouse blanche du médecin a vraisemblablement un effet placebo plus puissant que le balai d’une sorcière ou la danse du chaman.

Une étude récente a montré que la simple présence du médecin, assistant aux côtés de son patient à l’injection d’un anti-douleur placebo, augmentait son efficacité de 50 % ! Pas sûr que l’effet aurait été le même avec la présence d’un druide celte (quoique…). [8]

Mais il est clair que, pour l’époque, les remèdes étaient remarquablement choisis pour produire un maximum d’effet psychologique.

Ne méprisons pas les remèdes traditionnels

Bon, évidemment, la grosse différence avec l’époque médiévale et la nôtre est que, si vous avez une rage de dent, votre dentiste vous la soignera en profondeur, en réglant définitivement le problème.

Mais mettez-vous à la place d’un malade au Moyen-Age. Faute de dentiste moderne, il était déjà heureux de pouvoir soulager ses souffrances avec de puissants anti-douleurs « placebo », sans effet secondaire !

Voilà une raison supplémentaire de ne pas mépriser a priori les remèdes traditionnels, aussi étranges soient-ils.

Bonne santé,

Xavier Bazin

Sources

[1]  La pharmacie à travers les siècles – Antiquité, Moyen Age, Temps modernes, Emile Gilbert, 1886

[2] Alessandra Moro Buronzo, La conscience de la nature, Editions La Martinière

[3] Curiosités De L’Histoire Des Remèdes, Comprenant Des Recettes Employées Au Moyen Âge Dans Le Cambrésis Par Le Dr H. Coulon, édition de 1882.

[4] Antidepressant Drug Effects and Depression Severity, Jay C. Fournier et al., JAMA, January 2010,

    Comparative efficacy and tolerability of antidepressants for major depressive disorder in children and adolescents: a network meta-analysis, Dr Andrea Cipriani, PhD et al., The Lancet, June 2016

[5]  Increasing placebo responses over time in U.S. clinical trials of neuropathic pain, Tuttle AH et al., Pain. 2015 Dec

[6] Voir la revue de littérature dans The Cure : A Journey into the Science of Mind Over Body, de Jo Marchant.

[7] La pharmacie à travers les siècles – Antiquité, Moyen Age, Temps modernes, Emile Gilbert, 1886

[8] Response expectancies in placebo analgesia and their clinical relevance, Pollo A et al, Pain 2001

135 commentaires

Dubuisson 25 janvier 2019 - 8 h 51 min

J’ai adoré votre article sur les remèdes de sorcières, j’en connaissais beaucoup mais bon on oublie on laisse ça de côté, mais il faut les utiliser et surtout y croire, moi en tout cas, je vais réutiliser les recettes anciennes de mon arrière grand mère et grand mère, merci pour cet article super génial, super top , continuez , je like ❤️✌🏾
Cordialement, Katia

Répondre
moniquelostanlen2@orange.fr 21 janvier 2018 - 18 h 03 min

J’ai aimé cette page car j’ai appris plein de choses.
Ce qui est certain c’est que toutes les plantes sont à l’origine des médicaments. On a simplement « trituré » chimiquement leurs principes actifs pour en faire des spécialités pharmaceutiques échouant dans tous nos comprimés et autres gélules mais il faut penser qu’au Moyen Age, belladone ne rimait pas avec atropine , pavot avec opium , pervenche avec Navelbine et la belle digitale avec digitaline…pour ne citer qu’elles.
Quant à l’escargot qui faisait partie de la pharmacopée médiévale il semble menacé d’extinction tant les pubs sur ses bienfaits fleurissent en ce moment dans nos revues….
L’homme cherche et progresse mais DAME NATURE à toujours été là !

Répondre
alfredo 10 janvier 2018 - 15 h 51 min

votre article est sans intérêt puisqu’il ne peut y’ avoir aucune application en l’état

Répondre
alfredo 10 janvier 2018 - 15 h 46 min

quel est l’intérêt d’un tel article puisque vous ne proposez aucun produit à partir de vos dires pour y
parvenir et ce sauf erreur de ma part!..

Répondre
HAMDANE 4 janvier 2018 - 12 h 25 min

JE TROUVE QUE VOTRE ARTICLE EST TRES UTILE ET TRES INTERESSANT,CAR IL EST BIEN BASE AU NIVEAU SCIENTIFIQUE.IL NOUS INVITE A RESPECTER LES MEDECINS ANCIENS DANS LEURS EFFORTS POUR SOULAGER LES SOUFFRANCES DES HUMAINS D’ALORS.MALHEREUSEMENT LEUR HISTOIRE EST INCONNUE,SURTOUT POUR LES PEUPLES D’AFRIQUE MERCI ET BONNE ANNEE

Répondre
Pelé 2 janvier 2018 - 15 h 20 min

Agriculteurs et éleveurs de brebis!
déja enfants j’ai toujours vu le berger soigné les plaies des brebis et aussi les abcès dont on évacuait le pus par
pression en faisant lécher par les chiens qui gardaient le troupeau et j’ai reproduit la même chose avec mes brebis et agneaux et toutes les plaies blessures et abcès
guérissaient et je faisais la même chose pour moi lorsque je me blessais et les bergers que j’ai connu aussi!!!

Répondre
Godinot Lucile 1 janvier 2018 - 18 h 36 min

Bonjour ,la bave d »escarcots est bonne pour soigner les escarres , les ulcères en cataplasme .

Onguant pour la brûlure , les engelures , les coupures , et même pour des épines qui seraient entrées aux pieds , ou des clous ,ou autres choses dont ont serait blessé :
Cet onguant est fort souverain , et partilièrement pour les brûlures ,la personn qui me l’a communiqué l’ayant elle-même expérimenté . Il sert aussi pour apaiser les mauvaises humeurs , et pour beaucoup d’autres maux .
En voici la composition .
Prenez de la morelle avec beaucoup de graines , et de feuilles de plantain : du barbillon , autrement artichants sauvages ,qui viennent sur les muraille et sur les toits ; puis pilez toutes ces herbes chacune séparément , et les ayant pressées , mettez tous les jus ensemble dans quelque vaisseau , ,avec une livre d’huile d’olive , et un quarteron et demi de cire jaune . Faite bouillir le tout , qu’il ne reste plus que la quantité d’huile et de cire , et que le jus des herbes soit évaporés . Plus il y aura de ce dernier ,meilleur en sera l’onguent que vous ferez , lequel sera tout vert , vous le mettrez dans quelque pot de terre , ou ,boite , pour vous en servir au besoin .
Trouver dans <<Nouveau recueil des plus beaux secrets de médecine
Pour faire croître la chaire des gencives qui est à l'entour des dents :
Il faut prendre deux quartes d'eau , autrement dit quatre pintes , deux livres d'orge , une demie livre de miel blanc , quatre onces d'alunine ou absinthe , que l'on fera bouillir ensemble ,en sorte que le tout réduit à une quarte , et ensuite les passer par un linge ,puis les mettre dans une fiole de verre afin qu'il se conservent, et , après l'on prendra un petit bout de tissu que l'on moillera dedans et avec lequel on frotera les dents , l'on verra que la chair croîtra incessament .
Du même source que si-dessus
J'ai fait cette possion magique pour moi qui n'ai plus de dents depuis mes 18 ans ,ayant les gensives très ramolient par le port des prothèses , cela ma bien endurcie les gensives .
J'aissai Tout se que je trouve de naturelle , puis je constate ! tant que je trouve les plantes dans mon jardin ,pourquoi pas ?

Répondre
Flolralie 1 janvier 2018 - 11 h 25 min

Complètement avéré.
Lorsque mon fils me demandait un remède pour soulager un début de rhume ou mal de gorge, que je n’avais pas, je piochais dans les tubes homéopathique que j’avais sous la main.
En principe le symptôme disparaissait en UNE prise.

Répondre
Mia 31 décembre 2017 - 10 h 12 min

Merci bien de nous envoyer les résultats de votre
expérience et etudes. Bonne année 2018!

Répondre
dalbin simone 30 décembre 2017 - 18 h 34 min

Quel dommage que les médecins n’emploient pas davantage les placebos!Pour les maladies incurables,par exemple.Le moral des malades en serait grandement amélioré!

Répondre
Salin 27 décembre 2017 - 8 h 34 min

Merci…. C’est rigolo et très instructif. Ça ressemble au « bisou magique » que je fais à mon petit-fils de 3 ans quand il s’est fait mal. Ça durera tant qu’il le croira… Cordialement. Sylvie

Répondre
gisele 24 décembre 2017 - 11 h 19 min

Mon arrière grand-mère se promenait dans son jardin et quand elle voyait une grosse limace, elle s’écriait (en wallon c’est plus drôle mais bon…) :
 » Regardez un peu quelle bel animal je trouve là! »
Et hop, elle la ramasait, ôtait un peu la terre et croquait dedans à pleine dents. Elle n’a jamais eu aucun problème de toux, gorge, bronchite, etc…). « Le meilleur sirop pour la toux du monde » qu’elle disait.

Répondre
Defays Arlette 22 décembre 2017 - 8 h 07 min

Bonjour…
mon second mail …
Pour la maladie de » PARKINSON  » mouvement incontrôlable que pourriez-vous y faire ?
Douleur ingérable, pour Dystonie cervicales jour et nuit
Merci de prendre ma maladie en compte
Bien à vous…
Defays Arlette

Répondre
Jacky63350 21 décembre 2017 - 14 h 25 min

Dure à admettre, mais certainement proche de la réalité que cette vision de nos maux et remèdes…!

Répondre
Alfio Caruso 18 décembre 2017 - 21 h 54 min

Agréable à lire!

Répondre
KINDER 18 décembre 2017 - 19 h 16 min

Je suis déjà abonnée et aimerais bien recevoir ce dont vous parlez, entre autre sur les escargots pour les hernies.

Répondre
Benasciutti klein 15 décembre 2017 - 10 h 49 min

Pour les champignons dans le cuir chevelu pour s en débarrasser un bon remede???

Répondre
Benasciutti klein 15 décembre 2017 - 10 h 45 min

Pour les champignons cuir chevelu un bon remede?

Répondre
Mayain 10 décembre 2017 - 13 h 48 min

Tout simplement excellent!merci pour toutes vos belles lettres.bonnes fête .bien à vous.

Répondre
Isabelle 9 décembre 2017 - 12 h 48 min

Tres bon article, drole et pleins d’infos et de references (sources}.
Dommage qu’il y ai des gens qui prennent cela au pied de la lettre…
On devinne pourquoi les sorcieres etaient brulées au moyen age.!!
Merci pour vos news Xavier.

Répondre
Terronaute Un 8 décembre 2017 - 20 h 37 min

Pi c’est Pi, g. c’est g. c’est g. , cela pigé le papier ne refusant pas l’encre il ne nous en naît de tout cela que d’une binarié de bilan à nous en faire de ces jougs d’universel comme de la « langue » dont l’air ( pneuma, esprit) ne refuse pas les paroles qui ne s’en seront que du sac dont elle s’en tient d’amarrée.
Tel qu’aéronaute devenu qu’il ne nous en nait d’universalité que d’une binarité de caps à nous en faire de terriens d’humanique que de terronautique que de pareil de déjà tués de concept et que de tueurs en tout cela qu’à nous en faire perpétuable si que de la binarité de 1 à s’en prepéruer qu’à s’en décéder de cette dignité

@ + donc de 1, un, uniquement que de cela de champ d’être pour s’en faire perpétuer d’humain

Répondre
Monique Lostanlen 21 janvier 2018 - 17 h 22 min

Message très surprenant que celui de Terronaute….Mais je n’ai rien compris ,son langage étant étrange , particulier voir obscur….
Mais ,à t-on compris le fonctionnement de toutes ces substances dont le moyen âge « raffolait » et dont on parle encore en 2018 ? Le mystère et l’incompréhension sont vraiment partout décidément…………………….

Répondre
Le Keux Jacqueline 5 décembre 2017 - 14 h 51 min

Très surprenant mais où trouver des produits?

Répondre
Valérie 5 décembre 2017 - 13 h 29 min

Une nouvelle lettre de Santé Corps Esprit dans nos boîtes mails.
Aujourd’hui, c’est de l’effet placébo dont il s’agit.
A travers ces exemples subtilement choisis dans l’Histoire de la Médecine nous sommes de nouveau conduit à réfléchir sur :
– La capacité du corps à s’auto-guérir par la correction du terrain.
– Les pouvoirs de l’esprit et de la conscience.

Merci pour ce nouvel article plaisant à lire.
En cette fin d’année, je vous souhaite pour 2018, une large diffusion de vos lettres afin de continuer à éveiller les consciences.

Répondre
Kopala 26 novembre 2017 - 11 h 07 min

Très intéressant les merveilleux remèdes de sorcières mais il faudrait nous donner les infos
pour réaliser quelques recettes.

Répondre
Vangeleyn 24 novembre 2017 - 10 h 17 min

Excellent: je viens de passer un moment agréable à lire votre texte qui m’ a bien faire sourire. Je suis infirmière, mais j’ai souvent constaté cet effet placebo et l’ ai utilisé à quelques reprises.
c’est bien utile quand on n’a rien sous la main….

Répondre
Marie-therese Prevost 16 novembre 2017 - 10 h 04 min

Souffrant d un staphylocoque récidivantes qui se ballade dans le sang avec les effets genre endocardite j aimerai connaître la recette de la bave d escargot aimerai connaître la recette de l escargot ou bile de vache???Je ne sais plus

Répondre
Marie-therese Prevost 16 novembre 2017 - 10 h 02 min

Souffrant d un staphylocoque récidivantes qui se ballade dans le sang avec les effets genre endocardite j aimerai connaître la recette de la bave d escargot aimerai connaître la recette de l escargot

Répondre
steeves 15 novembre 2017 - 8 h 01 min

dans 50% des cas les placebos sont suffisants ,mais je vois mal atténuer les souffrances d’un malade en phase terminale avec de l’eau bénite ou de la bave de crapaud ,par contre les ulcères se traitent très bien avec des plantes ,comme la plus part des maladies de peau ou certains rhumatismes avec de la spirée ,ou les gangrènes avec du miel et des milliers d’autres maux ,mais la médecine des plantes est très complexe et je pense que la plus part des herboristes en France sont inaptes a pouvoir en juger sainement décidant eux mêmes qu’ils savent tout sur les plantes parce qu’ils ont lu quelques manuels de phyto achetés en librairie ! dans le monde la majeure partie des laboratoires investissent en masse sur les plantes pour remplacer la chimie classique par des extraits naturels ,le seul problème c’est qu’ils y associent des compléments chimiques pour les rendre addictifs ! ex pour les rhinites les produits sont parfaitement au point ,mais dès l’arrêt du traitement les rhumes renaissent sans raison :il faut bien qu’ils gagnent leur vie comme les garagistes qui préparent la prochaine panne !

Répondre
steeves 15 novembre 2017 - 7 h 42 min

je suis tout a fait de votre avis ,le meilleur médicament c’est celui qu’on ne prend pas sauf a mettre sa vie en danger bien sur ,les anti allergies sont les pires déclencheurs comme les plantes qu’on importe pour les quelles l’organisme n’a pas de réaction positive ,donc les vieux remèdes sont aussi utiles que les placebos dans 50% des cas ,le plus difficile c’est de savoir quand les utiliser ;personnellement le me fie a mon instinct d’herboriste !

Répondre
Possin 11 novembre 2017 - 8 h 51 min

Super pour ma culture médicale.
Partie riche en informations .
J apprécié d ailleurs également tous les commentaires .qui modérent vos points de vue.

Répondre
Céline Favrod 27 octobre 2017 - 9 h 09 min

J’aime beaucoup vous lire et je suis convaincue que la fièvre est un symptôme naturel, cependant il est faux de croire que les hautes températures tue les bactéries et les virus. C’est vrai à partir de 60°C (et seulement pour certaines). Par contre pour la majorité une temperature corporelle passant de 36.4° à 39° ne change rien ou au contraire leur permet de mieux se reproduire!!!
Casser la fièvre ne fait souvent que masquer la maladie. Et la fièvre et la manière dont le corps réagit. Mais au-dessus de 40° cela peut avoir de graves conséquences.
Merci

Répondre
JEAN DECOURBE 25 octobre 2017 - 7 h 05 min

A lire , LE GRAND ET LE PETIT ALBERT , intéressant,
et Grimoire et rituels magique , pas mal aussi

Répondre
Suzanne Darien 25 octobre 2017 - 0 h 50 min

Bonjour, après un analyse de sanguin j’ai la ferritine et des palpitations , que faire pour soigner ce problème,le médecin m’a prescrit un médicament pour faire baisser les palpitations,

Répondre
Bany 23 octobre 2017 - 23 h 23 min

Bonjour,
Je suis pharmacien exercant depuis 20 ans et diplômé également en phytothérapie.
Je voulais juste vous dire que je connais une personne très proche qui souffrait des TOC invalidants et sévères et grâce en 2014 à l’Anafranil 75 mg cette maladie pu être guerie. C’est une bêtise monumentale d’affirmer que les antidépresseurs ne sont pas plus efficaces que des placebos.
Vos articles a dormir debout n’ont qu’ un but c’est harceller les gens à fin qu’ils s’abonnent à votre revue inutile et que vous vous enrichissiez matériellement comme la facheuse tendance de notre époque.
Bany

Répondre
Charles Letier 21 octobre 2017 - 7 h 28 min

Mais où trouve-t-on de la bile de vache?

Répondre
fremon 19 octobre 2017 - 8 h 27 min

Je lis avec intérêt vos messages car j’y trouve parfois un certain bon sens, cependant, j’avoue ne pas aimer ce côté culpabilisant, voire menaçant, brandissant des risques à toute absorption de nourriture ou de médicament. Cette systématisation des « remèdes de bonnes femmes » est dangereuse quand on la prend à la lettre. Pour moi, il n’ y a pas deux médecines qui s’opposent, mais plutôt qui se complètent. J’apprécie les antibiotiques quand j’ai une forte angine où je risque un flegmon, mais aussi des traitements naturels quand c’est possible. Quant à la nourriture, s’éloigner trop de ses habitudes culturelles finit par déprimer… Il faut de la souplesse et de l’ouverture !

Répondre
Epettih 18 octobre 2017 - 8 h 34 min

Vous êtes formidable car la médecine traditionnelle est la meilleure…En vous souhaitant de bonnes recherche encore…
Excellente journée.
Bien cordialement Rhode .
Dorcas Rhode

Répondre
THIVART 16 octobre 2017 - 14 h 20 min

votre bave d’escargot, cela fait plus d’un an que j’en prend et cela ne m’a pas empêché de me retrouver 2 fois aux urgences, car coincé à l’équerre(communément dit plié en deux).
Ca a fait bien rire les gens qui étaient en attente de soins au CHR.
Il s’agit sans doute d’un placébo blanc de surcroit.
le summum de l’inefficacité.

Répondre
CM 3 octobre 2017 - 7 h 57 min

ma petite fille devait être opérée des amygdales, elle avait 7 ans. Je lui ai fait faire des gargarismes avec une infusion de sauge du jardin, elle n’a pas eu besoin d’être opérée tout est rentré dans l’ordre, elle a maintenant 23 ans.
Quant à l’escargot dans l’oreille, enfant pendant la guerre je l’ai expérimenté et n’ai jamais plus eu d’otite, mais cela parait bien barbare aujourd’hui

Répondre
girukwishaka grata 2 octobre 2017 - 12 h 07 min

Bonjour.
Merci de valoriser la médecine traditionnelle.
Dans certains pays du monde, cela existe encore tandis que dans d’autres pays, la colonisation a effacé cela.

Répondre
Daniele 2 octobre 2017 - 9 h 06 min

Mireille a raison, cette lettre est du grand « n’importe quoi »…jusqu’à maintenant il y avait quelques idées pas mal, mais là on atteint les sommets de l’absurdité et je vais me désabonner…d’ailleurs je l’avais déjà fait mais ça n’a pas été pris en compte !

Répondre
Mireille 1 octobre 2017 - 10 h 23 min

Non mais je crois rêver. Le remède de sorcières est complètement délirant. Si quelqu’un de mal attentionné lit cela il serait capable de le faire. Je suis pour la protection animale. Donc à partir de cet instant, dès que je verrai votre nom « Santé corps esprit » je m’empresserai de vous virer de mon internet. Je ne méprise pas les remèdes anciens mais pas de cette façon là. Je le redis, un lecteur peut très bien mettre en pratique vos dires et là cela me parait très grave sur le plan de la protection animale

Répondre
Rodiger 1 octobre 2017 - 1 h 42 min

Excellente histoire, je suis également à l’écoute de vielles recettes et ( mixtures) afin de soulager ou aider à soigner., pas guérir car le corps se gueri aussi avec la force de son esprit.. dans tous les cas j’ai ete ravie de vous lire. Merci

Répondre
Patricia 27 septembre 2017 - 18 h 47 min

La bave d escargot : j ai expérimenté lorsque j étais enfant, faisant des otites à répétition. N en pouvant plus et la médecine n étant pas suffisante, ma Mere m a conduite chez une vieille guérisseuse qui lui a donné ce remède. Elle m a mis un escargot gris dépouillé de sa coquille après l avoir fait bavé dans un bol d eau salé. Je l’ai gardé toute la nuit la tête enroulée dans un foulard comme un oeuf de Pâques. La sensation est bizarre, mais c est chaud et ca coule dans l’oreille. Au petit matin, l escargot est muet, le pauvre, et tout est sec. Il faut alors une bonne toilette. Cependant je n ai jamais fait d autres otites de ma vie. C est un remède fabuleux.

J en ai un autre pour le pipi au lit, avec des vers de terre. ???

Bonne journée à tous.
Patricia ✨

Répondre
Patricia aubert 27 septembre 2017 - 18 h 45 min

La bave d escargot : j ai expérimenté lorsque j étais enfant, faisant des otites à répétition. N en pouvant plus et la médecine n étant pas suffisante, ma Mere m a conduite chez une vieille guérisseuse qui lui a donné ce remède. Elle m a mis un escargot gris dépouillé de sa coquille après l avoir fait bavé dans un bol d eau salé. Je l’ai gardé toute la nuit la tête enroulée dans un foulard comme un oeuf de Pâques. La sensation est bizarre, mais c est chaud et ca coule dans l’oreille. Au petit matin, l escargot est muet, le pauvre, et tout est sec. Il faut alors une bonne toilette. Cependant je n ai jamais fait d autres otites de ma vie. C est un remède fabuleux.

J en ai un autre pour le pipi au lit, avec des vers de terre. ???

Bonne journée à tous.
Patricia ✨

Répondre
Brian McKay 26 septembre 2017 - 7 h 46 min

Rien que du bon sens qui confirme ma propre expérience; bravo et merci!

Répondre
Eric Bongard 14 septembre 2017 - 20 h 27 min

Merci de votre magnifique article.
Contre les verrues
frotter la verrue avec un morceau de couenne de lard enterré le sous un pommier à la pleine lune.
à la prochaine lune La verrue tombe tout seul.
Testé et éprouvé

Répondre
delaporte 12 septembre 2017 - 18 h 31 min

les ingredien de la bave des escargots pour l inssufisance repiratoire j en soufre s.v.p merci d avance

Répondre
GDF 12 septembre 2017 - 0 h 18 min

Non car tous notre entourage et l’association est végétariens et végétaliens . Cordialement .

GDF

Répondre
micava 12 août 2017 - 6 h 55 min

Cette nouvelle lettre nous mène à quoi ?… 7 pages (écrans) d’histoire de la médecine médiévale avec toutes le croyances « efficaces » de l’époque, en se gardant bien de parler de la forte mortalité due à ces croyances dites « médicales » archaïques… souhaitez-vous y revenir ?… Ceci pour 7 ligne de « à priori, ne pas mépriser les remèdes traditionnels ». Je m’étonne toujours de recevoir dans la minute ces lettres déjà gratifiées de 5 étoiles sur 5. Pour ma part, je la note 1 sur 5 à défaut de pouvoir le faire à 0 sur 5 et je serais plus heureux de recevoir des lettres qui traitent de façon objective des maux et de leurs remèdes reconnus efficaces.

Répondre
Caria Pietro stuyverstraat Ostende 10 août 2017 - 13 h 13 min

je trouve la lettre très intéressante

Répondre
Nadine Gueydan 7 août 2017 - 12 h 59 min

Réflexion très intéressante

Répondre
aubertin annie 3 août 2017 - 17 h 45 min

tres instrutif tout cela pourtant on le sait pourquoi on n admet pas la sagesse des anciens
merci pour tout !!!! je suis une fidele lectrice et parle de vous le plus souvent possible

Répondre
karotte 3 août 2017 - 15 h 46 min

Magnifique article, je suis férue des fées et des plantes et de l’histoire de la pharmacie qui alimente mon travail d’artiste. merci d’avoir également cité le fabuleux Jeremy Narby dont  » le serpent cosmique » est le livre que je prête le plus à mes amis et qui m’a donné envie de découvrir la forêt amazonienne et sa magie….

Répondre
mr desbiens 26 juillet 2017 - 9 h 48 min

Bonjour merci infiniment pour votre dernière lettre concernant les traitements moyenâgeux , et merci pour vos informations fournies .Cdt jm

Répondre
de Burlet 21 juillet 2017 - 11 h 09 min

Vous, comme moi, sommes le fruit de la sélection d’une société d’organismes vivants qui ont généré nos organes et finalement notre corps. Ce corps est le résultat d’un nombre inimaginable d’échecs, mais qui n’ont pas été reproduits.
Par une Méthode de Monte-Carlo (voir wikipedia) la vie a su trouver le chemin complexe pour créer un corps capable de traverser plus d’un million d’années en se reproduisant.
Ce corps , le votre , possède les recettes pour survivre à des milliards de choses à condition que vous lui en laissiez le temps et que vous lui foutiez la paix le temps qu’il vous répare !
Ce corps ne fonctionne pas sur commande d’un clic de souris : laissez-lui le temps de vous guérir et faites-lui confiance pour 99,9% de vos problèmes.
N’oubliez jamais que votre médecin et votre pharmacien restent quand-même des médecins et votre pharmaciens  » à gage !  » N’ayez recours à leurs art ( parce que guérir n’est pas une compétence mais un art) qu’exceptionnellement.
Les plus grands progrès de la santé sont plus le résultat du travail des égoutiers que celle des médecins … nous nous apercevons d’ailleurs que les pollutions des égouts génèrent des maladies modernes rétives à la médecine !
Enfin moi, ce que j’en dis … après tout , je ne suis pas malade et j’ai vécu plus de cinquante années sans voir un médecin ; mais en écoutant ce que mon corps me demandait :  » Ne m’empoisonne pas , laisse-moi souffler un peu , laisse-moi dormir j’en ai besoin , donne-moi envie de vivre !!! je ne suis pas fait pour ce travail  »
et surtout  » Fais comme moi , prend ton temps : le temps de vivre et apprend à dire non , non comme NON ! à tous ceux qui n’aiment pas la vie.  »
Là dessus, je vous laisse : si vous n’avez pas encore compris c’est sans doute que vous ne comprendrez jamais et ce n’est pas mon problème, c’est le vôtre … les oiseaux m’appellent

Répondre
BOUDINEAU 4 juillet 2017 - 11 h 12 min

Bien que je sois convaincue du rôle important de la psyché dans la maladie, je réprouve totalement cette lettre au ton enthousiaste qui risque, vu sa diffusion, de faire des prosélytites chez certains esprits simples.
Notre monde ne s’est pas encore départi complètement de la mentalité médiévale dans ce qu’elle avait de répugnant et d’absurde et il est regrettable de risquer de l’y enfoncer davantage.
Les gens prenant souvent tout au pied de la lettre
– sans percevoir humour ou ironie – la réhabilitation des sorcières me semble dangereuse.
En revanche, les magiciennes qui guérissaient grâce à des herbes méritent notre considération et la phytothérapie est tout à fait respectable. Loin d’être une régression, elle s’inscrit dans une souhaitable évolution pour le progrès de la médecine.

Répondre
jacqueline depradeux 26 juin 2017 - 9 h 31 min

tout est psychique confirment les chercheurs tels que nassim haramein, jacqueline bousquet site arsistra etc à découvrir absolument

Répondre
claude 20 juin 2017 - 8 h 51 min

Alors là, c’est le POMPON !!! Comment se fait il que l’homéopathie (qui est donc un placebo comme tout le reste…) fonctionne parfaitement avec les animaux ?… Il ne savent pas qu’on les soigne puisque pour ma part, je suis obligée de cacher les comprimés ou granules dans la nourriture pour qu’ils les avalent !!!…
Et qu’en est il donc de tous les « remèdes » naturels que vous conseillez et qui sont vendus à prix d’or ? (mouais il paraît que plus c’est cher plus on a l’impression d’être bien soigné !!!…)
C’est « tendance » en ce moment de tout faire passer pour du psychosomatique, du placebo etc… et les pseudos psy et autres « thérapeutes » du naturel se font des co…lles en or auprès des gogos qui souffrent et ne savent plus à quel saint se vouer ?… tiens, la prière aussi guérit : si ça c’est pas un vrai placebo !… qui fonctionne depuis des millénaires… et ça revient moins cher… si on ne se fait pas embringuer dans une secte !!!…
Bref, on en revient toujours au nerf de la guerre : le fric, le fric, le fric … et vous êtes comme les autres à vouloir nous vendre du vent avec vos abonnements !
Merci de me retirer de vos listes car j’ai ai « plein le dos » de recevoir vos multitudes de « lettres » malgré mes demandes réitérées… , c’est pas écolo (ça utilise de l’énergie pour être transmis) ça me fait perdre du temps de les envoyer sans arrêt à la corbeille et j’ai vraiment autre chose à faire !

Répondre
BURLET Christiane 19 juin 2017 - 16 h 04 min

J’ai beaucoup aimé cette lettre qui ouvre bien des horizons et nous montre à quel point l’homme et la nature sont associés .
Merci c’est très interessant de lire vos petites chroniques super originales .

Répondre
Christian Vacquié 9 juin 2017 - 7 h 01 min

Merci pour vos commentaires judicieux…

Répondre
Lilou 30 mai 2017 - 11 h 23 min

Quelle horreur de conditionner les gens à revenir à la sorcellerie ! il y a sans doute d’autres façons de dire les choses et vous, vous choisissez d’obscures chemins.

Répondre
claude 20 juin 2017 - 8 h 52 min

++++++ tout à fait d’accord avec vous !…

Répondre
sureting jacqueline 25 mai 2017 - 22 h 25 min

je suis deja abonnee, je viens de lire l article sur un remede contre le staphylocope dore et serais interessee dans savoir plus, si vraiment il existe et fait de l effet, je l ai attrappe il y a une dizaine d annee a l hopital ou on me soignait pour un erytheme, depuis je passe tres souvent a l hopital suite a des ulceres variqueux dans les deux jambes il se reveil magre les antibiotiques et me provoque des septisemies plus ou moins grave, la plupart du temps je tombe dans un semi- coma et me reveille sur un lit d hopital 8 a 10 jours apres, je suis atteinte aussi de polyarthrite rhumatoide soigne par cortisone et anti douleurs, vous voyez que j ai bien besoin de savoir comment faire pour eliminer tout cela plus naturellement

Répondre
Liliane Cardinaux 21 mai 2017 - 22 h 56 min

Je suis très septique sur votre lettre concernant les placebos. J’en ai fait l’expérience lors d’une hospitalisation car des douleurs infernales dans le haut du dos m’empêchait tout travail et je ne voulais pas laisser ma famille sans moi.
Donc hospitalisation durant 5 jours. Le chef de clinique me dit. Les personnes qui ont vraiment mal se roulent parterre. Mais pour ma part, je ne le fais pas car j’ai eu déjà 30 billards sans me rouler de douleur, je sais la supporter. Alors il me donne des pilules anti douleur et repos. Rien n’y fait. Au bout de 2 jours je leur dit: Stoppe, je rentre chez moi car vous ne me faites rien du tout. Je rentre donc mais j’écris à ce professeur que j’ai emporté une des fameuses pilules qui devait me calmer. Je sais que c’est du placebo car je réagis très fort aux médicaments en prenant rarement, préférant le naturel. Il m’a répondu: Désolée Madame, mais on voit tant de cas qui n’ont rien etc.
Je lui en ai voulu car je suis une dure à cuire ayant un passé très lourd. Résultat? Le placebo ne marche pas pour tout le monde. De plus concernant la toux. Oui j’ai fait comme les ancêtres je n’ai rien pris sauf des tisanes. Résultat? 41 de température après 7 jours et une toux d’horreur. Finalement, d’une toux que l’on dit simple s’est traduite par une bronchopneumonie
donc une fois de plus personne ne réagit la même chose. Sinon merci pour vos conseils et magnifique lettre de chaque jour
Cordialement et à demain

Répondre
COOMEE Lucien 8 mai 2017 - 9 h 59 min

Bonjour Doc ,
Vraiment intéressant et instructif. Pour moi, c’est une découverte. Je pense que je vais les mettre en pratiques dans la famille.
Merci bien !
Bonne journée !

Répondre
DURBECQ 17 mars 2017 - 14 h 23 min

Intéressant, bravo!

Répondre
Simon Lucienne 10 mars 2017 - 9 h 53 min

Oh combien vous avez raison !
Mais la diffusion de ces réalités risquent fort d’être mal acceptées par ceux que je nomme les BIGPHARMA !
Les empoisonneurs de la planète qui ne songent qu’à engranger des fortunes pour leurs actionnaires !
Le combat sera rude, avant de revenir à des remèdes simples et naturels!
Petit exemple humoristique: A la pharmacie je demandais des huiles essentielles contre le rhume, une cliente me dit vous allez devoir attendre 8 jours pour en guérir et le pharmacien (facétieux) de lui répondre « Vous avez raison Mme avec les cachets cela ne durera qu’une semaine »
Voyez-vous comment on trahis le monde ? Car la brave dame semblait vraiment satisfaite d’avoir eu raison !
Cette anecdote je l’ai vécue ce n’est pas une blague je vous l’affirme!

Répondre
Joël Lhomme 8 mars 2017 - 13 h 36 min

Trés intéressant, j’étais déjà convaincu du pouvoir du mental en matière de santé et des découvertes qu’on ne manquera pas de faire dans ce domaine dans le futur.
Merci

Répondre
claude 20 juin 2017 - 8 h 59 min

bien sûr que le mental régit notre corps !… mais le corps à son propre mental (il paraît que nos intestins sont notre vrai cerveau… c’est la m…de alors !… ) et au lieu d’enrichir BigPharma et BigArnaque il vaudrait mieux enseigner …gratuitement… le yoga, la méditation et autres dès le plus jeune âge… comme c’était fait dans les anciennes civilisations …qui ont vite compris qu’il valait mieux réserver ces enseignements à certains « sages » pour qu’ils aient le pouvoir, donc… la richesse … on en revient toujours à ça avec les humains !!!

Répondre
MARTIN Neige 3 mars 2017 - 11 h 29 min

Avec toutes les maladies nosocomiales qui existent actuellement, pourquoi les hôpitaux ne font-ils pas appel à vous ?

Répondre
Danye 1 mars 2017 - 8 h 20 min

Très intéressant, très instructif, je vais partager avec tous mes contacts. De nos jours on prend, j’en suis convaincue beaucoup trop de médicaments, dans beaucoup de famille dès le plus jeune âge… Et quand le médecin n’en donne pas, c’est un charlatant.

Répondre
Saillard jean louis 23 février 2017 - 10 h 40 min

Bonjour
Dans votre article, vous parlez de la douleur en n’étant pas tout à fait exact. en fait, la douleur n’existe que dans notre cerveau et nulle part ailleurs dans notre corps. De plus, la douleur est portée par la conscience qui elle-même est portée par l’esprit. C’est pour cela que lors des expériences de mort imminente, la douleur disparaît dés que la dissociation de l’esprit et du cerveau est engagée. En fait, j’utilise avec bonheur cette technique pour libérer mes consultants de leurs douleurs qu’elles soient d’origine physique ou psychique
Cordialement

Répondre
Djema 22 février 2017 - 7 h 21 min

Merci pour toutes ces infos Il y a des choses Que je connais déjà mais d autres je les apprend avec vous est qu’ il y a des livres pour tout ca ..merci..

Répondre
soto henri 21 février 2017 - 11 h 18 min

Bonjour,
Pour moi c’est une raison supplémentaire de bannir toutes ces boites de métoxcaments qui stagnent dans mon armoire.Pour autant je ne virerai pas tout quand même.
Le bistouri a œuvré plusieurs fois sur moi , pour autant, certaines douleurs persistent et signent. Alors, les antis douleurs machin et autres inflammatoires restent chez le pharmacien fans mon cas personnel…

Répondre
hubert 18 février 2017 - 9 h 33 min

Étude fascinante! Merci.

Répondre
olina Grison 12 février 2017 - 8 h 55 min

Entièrement d’accord, ce fut passionnant

Répondre
SERRET Ginette 11 février 2017 - 19 h 15 min

Bien que la période médiévale me passionne, je le suis moins quant à sa médecine !!! Mais ceci étant, c’est très intéressant de suivre toute son évolution jusqu’à nos jours – Quand on pense aux souffrances et aux douleurs que devaient endurer les gens malades ou blessés, je bénis notre époque et ses progrès de nous épargner de tels supplices – C’est beau les chevaliers et les gentes dames, mais dans les fêtes médiévales !!

Répondre
Marilou Schoumacher 9 février 2017 - 8 h 45 min

Bonjour j ai lue vôtre commentaires cela m’a plus bcp ainsi que les autre je vous remercie

Répondre
filoch 3 février 2017 - 13 h 38 min

Déjà passé sur ce site ! re re re !

Répondre
Lezerovic 1 février 2017 - 8 h 40 min

Article sérieux et pourtant plein d’humour !
Le premier placebo : apporter le sourire et la bonne humeur dès sa lecture… (effet assuré)
Merci pour cette mine de renseignements.

Répondre
cyli breton 25 janvier 2017 - 22 h 22 min

… et que dire du sang d’une vierge ou du sacrifice d’un nouveau né … l’important étant de marquer les esprits, hein ? et chiche qu’on ne le fera plus au dépend d’un autre (oui, les animaux sont des autres ! ), ce qui nous changera de l’ambiance actuelle qui traque les minorités pour sa fabrique de boucs émissaires !

Répondre
MEVO Epiphane 25 janvier 2017 - 12 h 51 min

il y a sur l’escargot de remède très efficace pour guérir complètement un asthme chronique sur quand le patient est en crise.

Aussi, il y a une terrible recette bio pour faire chuter drôlement le taux de l’hyperglycémie.

Répondre
Dubois 25 janvier 2017 - 10 h 55 min

votre lettre est très intéressante, c’est vrai qu’il faut chercher la cause de nos maux, et laisser parler notre corps,et surtout essayer de comprendre ce qu’il veut nous dire , plutot que de se jetter sur les médicaments
Sincères remerciements

Répondre
Guy Malherbe 25 janvier 2017 - 10 h 37 min

bon commentaire et bonnes explications

Répondre
ESTHER PRIGENT 25 janvier 2017 - 9 h 17 min

sauf erreur de ma part :*
FAUTE D’ORTHOGRAPHE DANS VOTRE TEXTE
….. » plusieures études «  »publiés » » dans le JAMA » ..
publiées

Répondre
ESTHER PRIGENT 25 janvier 2017 - 9 h 12 min

Tout ceci est fort intéressant et drôle. Mais, n ‘oubliez pas de rappeler le massacre des rhinocéros dont la corne réduite en poudre « aurait » un effet sur la sexualité masculine, et autre moustache de tigre …

Répondre
GIRARDEAU 25 janvier 2017 - 8 h 46 min

oui, votre article m’a bien amusée , car toutes les opérations pratiquées sur moi ont eu des effets désastreux , surtout psychologiquement et tout cela pour me sauver la vie, que je me suis mise à détester par dessus tout.
En étudiant la sophrologie , la Mindfullness avec un petit détour chez Thicn Nat Han, j’ai REdécouvert :
le BON SENS , celui de ma grand-mère , qui savait dire des choses simples, directes et exigeantes parfois, dont je me nourris simplement et :
la SINCERITE, beaucoup plus difficile à pratiquer dans ce monde où le « parler politiquement correct », fait que personne ne se dit plus jamais la vérité, immédiate, simple et audible…et surtout ne la supporte plus.
les amis sont remplacés par des psy … en tous genres et tout le reste qui s’occupe un peu plus du corps, mais reste très, très très CHER.
et devenir SA MEILLEURE AMIE , dans ce monde où l’on n’a pas le temps, ou trop de peurs, pour avoir des amis sinères.

Répondre
labord martine 22 janvier 2017 - 11 h 08 min

j ai bien aimé l’article, certes l’effet placebo est puissant mais certaines recettes de grand mère ou sorcières ne sont pas négligeables plutôt que certains médicaments trop puissants et nocifs

Répondre
CATHERINE MATHIEU 21 janvier 2017 - 13 h 58 min

Bonjour. Peut-on expliquer l’action placebo d’un médicament homéopatique (ou fleurs de Bach ou autre) sur des bébés ou des animaux. Quand ça marche, bien sûr. Merci.

Répondre
claude 20 juin 2017 - 9 h 09 min

hé oui… on va vous répondre que l’empathie ou l’énergie positive etc… que vous dégagez en soignant les bébés ou les animaux fait tout !… et c’est vrai : le bisou qui guérit les bobos marchait à merveille pour mes enfants… mais en cas de vrai maladie : que dalle !
alors l’effet placebo a des limites et certaines potions du moyen âge ont tué beaucoup plus de gens qu’elles n’en ont guéri… par contre la « pharmacie du Bon Dieu » comme l’appelait un certain guérisseur est merveilleuse et devrait être enseignée à l’école, puisque la plupart des grand-mères ne la connaissent plus !…

Répondre
Micale 21 janvier 2017 - 10 h 55 min

je crois très fort à l’effet des placebos

Répondre
claude 20 juin 2017 - 9 h 10 min

Amen ! c’est la nouvelle religion ?…

Répondre
Joëlle BASTIDE 19 janvier 2017 - 9 h 19 min

Je viens de lire votre lettre qui a retenu toute mon attention. Je souffre de poly arthralgie depuis plusieurs années et étant plutôt septique quant aux effets de l’arpagophytum et du glucosamine et de la chodroïtine qui devraient être efficaces, je ne vois pas vraiment de grandes améliorations à mon état. Par contre, fan de sport, lorsque je reviens du stade après ma séance d’une heure mes endorphines me procurent un réel état de bien être malgré mes difficultés à bouger. De même lorsque je lis ma Bible ou que je prie j’éprouve un bien-être grâce à mon cerveau qui sait apaiser mes souffrances. Cependant, mon ennemi reste encore le stress quotidien contre lequel je lutte et qui, je pense, est à l’origine de mes maux et pour lequel je mets aussi en pratique ma méthode personnelle basée sur la détente (sorte de sophrologie). Bientôt je testerai l’hypnose qui devrait m’apaiser totalement. Merci de votre précieuse information qui confirme mes questions.

Répondre
Vivre Librement 16 janvier 2017 - 18 h 40 min

Il est à espérer que vous n’allez pas jusqu’à encourager les jurons, qui sont une atteinte évidente à la Sublimité de l’Auteur de Tout et une transgression manifeste du 1er et du 2e Commandements.
Il ne pourrait jamais en résulter de Bien, mais générer l’assurance de se faire un lourd karma négatif!

Répondre
Brochart Dubois Renée 15 janvier 2017 - 9 h 52 min

Bonjour
Je viens de lire la lettre , et en y réfléchissant bien , ce n’est vraiment pas idiot .
Moi ,personnellement , j’ai un ulcère du duodénum et donc , les médicaments ,je les évite au plus haut point mais j’utilise du curcuma et du gingembre pour mon arthrose et le curcuma associé au poivre comme anti douleur .Je met cela dans mes préparations culinaires et cela fonctionne.
Est ce un effet placebo ou pas , je ne sais !!!!
Alors votre lettre est pour moi , très très intéressante!

Répondre
Lazare 31 décembre 2016 - 22 h 13 min

Cette médecine décrite dans vos lignes caractérise les soins en Afrique. Oui, la guérison en Afrique résulte plus de l’effet placebo que de la chimie pharmaceutique. Simplement parce que l’organisme vivant a la capacité de s’autoguerir. Au demeurant, substituer cette capacité par l’aide temporaire dont il peut avoir besoin, c’est tuer volontairement ou inconsciemment le vivant.
Merci beaucoup à vous pour votre lucidité et engagement.

Répondre
Lascurettes Jean-Luc 29 décembre 2016 - 10 h 13 min

Bonjour,
Excellent ! Je me sens déjà beaucoup mieux ! (aucune ironie dans ce propos)
Je vous lis avec beaucoup d’attention.
Merci et bonne journée.

Répondre
Lascurettes Jean-Luc 29 décembre 2016 - 10 h 06 min

Excellent. Je me sens déjà mieux ! (aucune ironie dans mon propos !)
Merci, je vous lis avec beaucoup d’attentions.
Bonne journée.

Répondre
Thibault DESCAMPS 29 décembre 2016 - 0 h 50 min

A la lecture de vos textes , à défaut de me soigner, je me régale (et si j’ai bien tout compris ,en me régalant je commence déjà à me soigner). Merci pour votre travail méticuleux et votre engagement.Bonne fin d’année.kkf
Thibault DESCAMPS

Répondre
Fifi 27 décembre 2016 - 9 h 03 min

Bonjour,
Y aurait -t-il un moyen de soigner l’épilepsie

Répondre
Joce 27 septembre 2016 - 21 h 15 min

« Suivant l’origine géographique des curares les espèces végétales utilisées pour la préparation étaient tantôt des Strychnos, tantôt des Chondrodendrons, parfois les deux genres étaient utilisés. Cependant, les curares étaient rarement préparés simplement, c’est à dire à partir d’une seule plante, on y ajoutait presque toujours d’autres ingrédients, soit végétaux, soit animaux. Les raisons sont multiples, tout d’abord les indiens ont voulu améliorer l’action de leurs poisons pour le rendre plus efficace, c’est à dire plus toxique et plus foudroyant, pour cela ils y ajoutent nombre d’ingrédients hautement toxiques ou réputés comme tels. On retrouve bien évidemment des serpents (ajoutés entiers, ou dont on prélève les crochets venimeux ou bien la tête), des crapauds (entiers ou dont on récupère le venin par raclage), des fourmis venimeuses ou encore des chenilles urticantes. A côté de ces produits on retrouve également d’autres plantes, mais aussi des ingrédients très inattendus comme de la salive ou du sang menstruel souvent considéré comme toxique par les peuples primitifs. On voit que la complexité des ces poisons peut être extrême, aussi les occidentaux ont-ils parfois regardé les indiens comme des chimistes très doués. La réalité est toute autre. Des études ont montré que les venins de serpents sont détruits à la chaleur, or les curares sont toujours préparés par cuisson : on fait bouillir le poison pendant plusieurs jours pour le concentrer. Les venins de serpents, mais aussi des arthropodes (scorpions, araignées) n’auraient donc aucune activité dans le poison fini. Les autres espèces végétales utilisées sont parfois toxiques, mais pas toujours, cependant certaines d’entre elles permettent une meilleure conservation du poison, ou bien sont des agents de consistance destinés à épaissir le poison et à en améliorer l’adhésivité sur les pointes de flèches. D’autres espèces végétales enfin, n’exerceraient pas d’activité toxique directe, mais permettraient une meilleure diffusion du poison dans l’organisme du gibier en provoquant une vasodilatation autour de la blessure et causeraient des plaies particulièrement douloureuses, c’est notamment le cas de certaines variétés de piments dont les fruits seraient utilisés. Seuls les venins de batraciens seraient encore capables de produire une action toxique en raison de leur grande résistance aux agents physiques (les crapauds et certaines grenouilles fabriquent des substances très toxiques regardées comme des venins, bien que ces animaux ne possèdent aucun moyen pour les inoculer, on peut les récupérer en raclant l’animal ou en massant les glandes situées à l’arrière de la tête. Ces substances ont en fait des propriétes antibiotiques très interessantes et seraient destinées à protéger la peau des batraciens des agents infectieux qui se développeraient sur leur peau qu’ils doivent toujours garder humide.). Il est à noter que quelques tribus qui fabriquent des poisons extrêmement simples, c’est à dire avec peu d’ingrédients, obtiennent des poisons de très grande qualité, l’addition d’un grand nombre d’ingrédients n’apporte donc rien de plus au poison. Cette habitude fâcheuse de compliquer la préparation des poisons de flèches à eu pour conséquence de rendre difficile leur connaissance exacte par les occidentaux. Seules des études scientifiques menées avec sérieux par des savant comme Claude Bernard ont permis d’élucider partiellement le mécanisme d’action des curares et d’isoler et de caractériser les prinicipes actifs responsables de leur activité. On a ainsi pu établir que les substances curarisantes étaient d’origine végétale et elles ont été caractérisées chez les genres Strychnos, Chondrodendron, mais aussi Curarea, Telitoxicum,…

Comme on peut s’y attendre, compte tenu de ce qui a été dit plus haut, la fabricaton proprement dite ne répond pas à une recette unique et standardisée. Cependant, la préparation des curares répond à quelques grandes règles qui semblent toujours être respectées. Nous nous interesserons à la fabrication d’un curare simple réalisé à partir d’une liane du genre Strychnos (S. toxifera par exemple). La liane est récoltée et l’écorce est râpée et récupérée, car c’est dans cette partie que l’on trouve les alcaloïdes curarisants. L’écorce est placée dans un filtre formée de roseau ou de bambou et garni de feuilles. Ensuite les indiens lavent l’écorce avec de l’eau et récupère un liquide rouge. Les lavages successifs épuisent la drogue et l’eau devient de plus en plus claire. Le liquide obtenu est mis a feu vif jusqu’à ébullition, et on le maintient une dizaine de minutes à cette température. Il est ensuite transvasé et placé sur feu plus doux durant de longues heures, c’est l’étape de concentration qui consiste à faire évaporer l’eau. Quand le poison est suffisament concentré, il se présente sous forme d’un liquide épais noirâtre, il est alors coulé dans le récipient destiné à sa conservation. En se refroidissant il prendra une consistance plus ou moins solide, selon le mode de fabrication et l’origine du curare. Le curare ainsi préparé et conservé, peut garder son activité pendant de long mois, les indiens savent cependant que le poison perd de son efficacité avec le temps.

Contrairement à ce qui se passe dans de nombreuses tribus africaines qui utilisent aussi des poisons sagittaires, (en général différents du curare : ce sont plutôt des poisons cardiaques qui sont fabriqués) il n’y a pas de secret détenu par un sorcier pour la fabrication du curare, la plupart des chasseurs savent préparer leur poison. »
Extrait du blog http://bruno.ciccone.pagesperso-orange.fr/curares.htm

Répondre
Sturm 26 septembre 2016 - 19 h 55 min

Bonsoir,

Remarque certes un peu tardive mais j’ai quand même un doute sur la meilleure prise en charge médicale de notre époque par rapport au moyen âge. Certes, nous avons une prise en charge médicale normalement plus efficace mais pas forcément plus efficiente lorsque je constate que des collègues sont malade de dents mal soignées et sans remise en cause du dentiste en question qui annonce le coût exorbitant des soins ….
Il nous manque les fantaisies et imaginaire de l’époque pour frapper les esprits chagrins d’aujourd’hui.
Merci en tout cas pour cette lettre variée et toujours passionnante dans les infos et le format.

Répondre
HARRAULT 16 août 2016 - 6 h 08 min

Merci de cet article fort drôle, et cependant pétri de bon sens. Non, il ne faut jamais rejeter A PRIORI, quoi que ce soit d’ailleurs. Mais soumettre à la raison et à la science (sans a priori non plus, ne pas chercher à démontrer à tout prix ce qu’on aimerait démontrer, on peut finalement découvrir que c’est un gros bobard – voir les principes de la zézétique!). On est souvent surpris, dans un sens, ou dans l’autre! Votre paragraphe consacré à l’effet placebo est très intéressant. Bonne journée à vous!

Répondre
Marie Thérèse Carbonnier Verbe 14 août 2016 - 12 h 12 min

C’est un sujet passionnant… et encore partiellement inexploré…

Répondre
Marie Thérèse Carbonnier Verbe 14 août 2016 - 12 h 09 min

N’est ce pas à rapprocher de la façon de parfois obtenir une « guérison » pour les Lamas à force de méditation et de visualisation chez les bouddhistes, comme celui qui, non seulement s’est débarrassé de sa gangrène, mais qui a reconstitué une sorte de cheville qui lui permet de se déplacer ? Tout simplement le pouvoir de l’esprit…!

Répondre
fortin 14 août 2016 - 9 h 34 min

Pas sûr que les dentistes vous soignent en profondeur, comme au sujet de votre article sur la Sardaigne où les gens vivent mieux et plus vieux, c’est parce qu’il n’y avait pas de dentiste justement, car les études dentaires étaient très compliquées en Italie et les dentistes s’installaient dans les grandes villes. Donc pas de dent dévitalisée sur l’île, ce sont les médecins qui peu équipés arrachaient les dents malades et ainsi les gens étaient moins intoxiqués et moins malades.

Répondre
viossat anne marie 13 août 2016 - 16 h 35 min

merci de l espoir que vous donnez…je suis concernée par le Parkinson par une amie très courageuse. j aimerais pouvoir l aider davantage….
je vais lui conseiller de prendre la revue.
A BIENTOT

Répondre
Dominique Laubière 12 août 2016 - 20 h 17 min

Merci pour vos articles plein d’humour, de connaissances … et de sagesse.

Répondre
dust... 11 août 2016 - 13 h 00 min

ce n’est pas pour rien que l’église a fait brûler les sorcières : elles étaient entre docteur et chaman et maitisaient la connaissance des plantes… une fois cela fait, les docteurs sont apparus et ont saignés des milliers de malades avant de s’apercevoir 400 ans plus tard que c’était suicidaire dans dans 90% des cas…..

Répondre
Gines C 11 août 2016 - 9 h 20 min

Le pouvoir placébo d’ un médicament ne repose t-il pas sur l’ ignorance de cet effet !
En dévoilant le vrai effet de cette sorte de « pratique » et en instillant le doute, ne prenez vous pas le risque d » annihiler leur pouvoir de guérison ?

Répondre
de Lédinghen 11 août 2016 - 8 h 08 min

merci de n utiliser le nom de Dieu qu avec respect ! c est pourquoi j aimerai bien que vous enleviez le juron que tout le monde connait malheureusement .Vous m avez profondement choquée .Merci de votre diligence et de votre respect .
bien à vous

v de Lédinghen

Répondre
dust... 11 août 2016 - 13 h 01 min

lol !

Répondre
AIN Mireille 10 août 2016 - 21 h 35 min

Merci pour ces remèdes.
J’ai passé mon enfance en languedoc avec
L’escargot que l’on faisait baver et qu’on faisait avaler cru au malade, aux plaies séchées avec des toiles d’araignées (on laissait les araignées tisser dans les greniers), les sangsues dans des ampoules, les bouteilles d’huile avec des fleurs de lys et d’autres avec du millepertuis contre les blessues. Donc… Mias je vais vous envoyer un manuel de médecine populaire que les arhives d’Auch avaient publié en gascon et que j’ai traduit. En espérant que cela vous servira.

Répondre
COURONNER 30 septembre 2017 - 10 h 47 min

Bon Jour Mireille

Votre manuel de médecine populaire m’intéresse fortement.
Dites-moi si vous le voulez bien comment le consulter.
Merci de votre attention.

Michèle

Répondre
viale 10 août 2016 - 20 h 29 min

Mille mercis pour ces informations fort intéressantes. Ces lettres sont un plaisir de lecture, nous y apprenons des choses parfois surprenantes. Merci sincèrement de rendre publiques ces infos précieuses pour notre santé à tous.
MERCI

Répondre
Jeannine DUBERTRAND 10 août 2016 - 15 h 30 min

Merci beaucoup pour ces info(s). Mais un petit problème demeure toutefois : où se procurer de la bile de vache ? (J’avoue fréquenter très peu les abattoirs, et même pour parler vrai… pas du tout !). Et, si on y arrive, quelles sont les proportions à respecter pour les divers ingrédients que vous indiquez ? Un laboratoire pharmaceutique pourrait peut-être s’emparer de la recette tant il est vrai que le staphylocoque doré fait des ravages. Toutefois il ne faudrait pas qu’il en profite pour penser d’abord à ses profits… en fixant un prix trop élevé afin que ça reste à la portée de tout un chacun et… bien sûr de la « Sécu » ! Cordialement.

Répondre
Christine 10 août 2016 - 14 h 57 min

Bonjour,
J’aime votre magazine du fait qu’il parle de médecines complémentaires, mais là vraiment, cautionner la torture animale m’a sidérée ! je crois que nous sommes très ignorants quant-aux animaux, leur sensibilité, leurs émotions… Ils ont des capacités que nous n’avons pas, et inversement, aussi, respectons profondément tous ces êtres vivants. Amicalement.

Répondre
POIRET Michèle 10 août 2016 - 14 h 39 min

Que pensez vous de l’ALCOOL COLLOIDAL, comme suppléant des antibiotiques ?
Personnellement cela me réussit pour beaucoup de choses

Répondre
mathieu josy 10 août 2016 - 14 h 37 min

bonjour
un grand merci pour cet article….un autre voile se lève!!je vois pourquoi ma crème de jour « s inspire » de l escargot que certaines médecines nouvelles sont reliées directement à l urine ,au placenta etc…je vais le diffuser sans retenue!!!amicalement. Josy

Répondre
Thielemans 10 août 2016 - 12 h 15 min

Je ne crois pas à l’effet placebo.je ne l’ai jamais constaté.
De plus,en en parlant,vous faites le jeu des adversaires des médecines naturelles,qui diront que meme les adeptes de celles ci,ne sont finalement pas certains de leur efficacité,puisqu’ils croient aux placebos.

Répondre
Virginie 10 août 2016 - 11 h 35 min

Merci pour votre article sur les remèdes médicinaux du Moyen-Age, c’était très intéressant à lire ! Je garde l’email avec joie.

Répondre
Nadine Pagliani 10 août 2016 - 10 h 34 min

Je lis toujours vos articles avec intêret.
Celui-ci me met mal à l’aise car je suis impliquée dans la défense de la cause animale et je vous trouve bien leger quand vous évoquez la bile de vache ou les yeux d’ecrevisses… et j’en passe.
En revanche j’ai toujours pensé que l’effet placebo est un remède très respectable dans la plupart des cas et pas seulement une simple arnaque.
Cordialement,

Répondre
Lair 10 août 2016 - 9 h 58 min

Merci pour ces remèdes « sorciers » qui ne manquent pas de saveurs..
J’ai une petite expérience à vous communiquer :
ma mère souffrait d’hypothyroïdie, lui provoquant des crises assez spectaculaires : très vive accélération cardiaque, sueurs froides, tremblements, claquement des dents ou tétanie de la mâchoire. Mon rôle dans cette situation était de toute urgence introduire dans sa bouche
par tous les moyens (j’avais 10 / 12 ans) une cuillerée d’une
potion de couleur sombre appelée « hématoéthyroidine », dont la principale composante était un extrait de foie de veau … sang ? bile ? je ne sais ! mais c’était efficace, en peu de temps elle retrouvait son état normal.

Répondre
Calliope 10 août 2016 - 9 h 48 min

Je remercie Marie de sa remarques concernant le blasphème. Pourquoi chipoter pour: fait ch.. et pu..ain, et insulter le Saint Nom de Dieu?
A part cela, bravo et grand merci pour cet article. J’utilise souvent, avec succès, cet effet placebo pour mon mari (89 ans) qui a plus de 40 ans d’intox aux benzodiazépines: je lui donne une c. à café de sirop de figue, ce qui, par ailleurs, est très bon pour son transit!.
Calliope

Répondre
Sorin 10 août 2016 - 9 h 28 min

De la bile de vache dites vous !
Ok, mais si c’est pour encore mettre sur le marché une misère de plus faite aux animaux comme sont victimes les ours en Chine pour tirer leur bille, je dis non et non !!! L’homme doit apprendre à gérer son patrimoine santé, déjà bcp de maladies seront écartées, car il n’y a aucune raison à ce que ce soit l’animal qui pâtisse de ses propres manquements.
Svp, ne rajoutez pas de torture supplémentaire aux
animaux, sous prétexte de soigner l’humain.
MERCI
Ils souffrent tout comme lui et bien plus, car dans tout
cela les laboratoires se frottent les mains tant les revenus sont colossaux. Stop avec les animaux !!!

Répondre
BOUDINEAU 4 juillet 2017 - 11 h 40 min

Entièrement d’accord avec vous.
Il n’y a aucune justification valable pour sacrifier un être vivant au prétendu profit d’un autre. Cet article est très dangereux et, pris au premier degré, risque de convaincre ou conforter certains esprits faibles prêts à sombrer dans les pires pratiques. Sans que l’on prononce le nom de magie noire, trop démodé, la vivisection et l’exploitation des animaux relèvent du satanisme officialisé ! Inutile et répréhensible d’en rajouter !
D’ailleurs le plaidoyer en faveur des jurons trahit bien et signe l’origine de l’inspiration : les forces négatives.

Répondre
Wess 10 août 2016 - 9 h 11 min

C’est peut-être l’article le plus étonnant que j’ai eu à lire depuis que je reçois vos newsletter. Ça fait sourire, mais c’était très intéressant, comme toujours. Merci beaucoup ?

Répondre
Raymond SAMUEL 10 août 2016 - 8 h 50 min

A celui qui s’est choisi un nom banal :  » Bazin » (qui est peut-être le même que celui qui a choisi le nom tout aussi banal de « Dupuis » :

Bonjour,
C’est un rappel bien venu. Merci.
Ne seriez-vous pas d’avis que l’incidence de tous les placebos va encore plus loin. Du simple fait que nous sommes des être vivants et donc conscients et reliés à notre entourage ?
La chose est maintenant bien connue de la dépendance du câblage cérébral (dont dépend l’affectivité et bien d’autres choses) pendant la très petite enfance particulièrement.
Je suis âgé de 90 ans et je crois qu’un effet similaire existe à l’autre bout de la vie : sentir fortement notre lien d’individu avec le cosmos ou simplement avec toutes les formes de vie et notamment avec nos descendants, prolonge notre vie jusqu’au moment où la « râge » Quand un but (ou une raison) de vivre est atteint, ou définitivement hors d’atteinte, que la lampe s’éteint.

Répondre
Pol Charoy 10 août 2016 - 8 h 43 min

Belle et bonne explication de l’effet placebo et donc de l’importance de l’impact psychologique du traitement qu’il soit moyenâgeux ou contemporain. Les traitements de la médecine conventionnelle d’aujourd’hui seront peut être vus comme des placebos « moyenâgeux » dans 200 ou 500 ans ?

Répondre
SARROUILHE 10 août 2016 - 7 h 26 min

Bonjour,
connaissez vous les dosages et la durée de traitement de la mixture qui  » élimine  » le staphylocoque doré.
Merci pour toutes ces nouvelles approches de pharmaco.

Répondre
Dulondel Valérie 10 août 2016 - 7 h 06 min

Merci pour cet éclairage. Et il faut en effet réhabiliter les sorcières, à qui la « chasse » a été faite ! Mais il serait bon d’ ajouter un bémol à votre article… et mettre en garde contre la souffrance animale…. car aujourd’hui encore, en Chine, et ailleurs, les hommes prennent de la bile d’ours, et consomment des ailerons de requins, au prétexte de leurs vertus… Ce temps de l’exploitation des animaux dans la souffrance doit être révolu… nous sommes entrés dans une autre époque… et il faut reconsidérer notre regard sur les Animaux, être sentients, et souffrants.
Bien cordialement,
Valérie

Répondre
Marie HALLE 10 août 2016 - 7 h 06 min

Bonjour Xavier,dire que l’ effet placebo joue,c’est vrai et
donc instructif,

mais dire que le blasphème va améliorer notre santé,
c’est faux et irrespectueux.

le blasphème est une injure à Dieu qui nous crée (ainsi que toutes les plantes) par Amour.

Etre grossier juste pour se défouler ,oui,ça marche,

mais le blasphème ,non!

Marie

Répondre
MORGANT 10 août 2016 - 6 h 55 min

Bonjour,avez vous un remède naturel à base de plantes pour les douleurs aux mains des personnes ages? Merci Daniel

Répondre

Laissez un commentaire