On se lave bien les dents… pourquoi pas le nez ?

Pourquoi ne pas attaquer les virus là où ils se trouvent ?

Pourquoi ne pas les déloger avant qu’ils ne se multiplient dans notre corps ?

Où ??

Mais le nez et la gorge, pardi !

Je vous ai parlé de la gorge dans ma dernière lettre – beaucoup d’études montrent l’efficacité des bains de bouche tout simples contre les infections hivernales (y compris grippe et Covid).

Mais pour le nez…

…c’est peut-être encore plus spectaculaire !

C’est l’avantage de cette malheureuse histoire de Covid : un nombre impressionnant d’études sur cette infection virale ont été réalisées, dans le monde entier…

…et cela nous donne de riches enseignements pour lutter contre d’autres virus !

Lisez bien cette lettre et vous verrez qu’un des ustensiles les plus utiles contre le Covid et les autres infections respiratoires de l’hiver…

…ne coûte que quelques euros en pharmacie…

…et ressemble à ceci :

L’incroyable efficacité des sprays / lavements de NEZ contre la Covid

Croyez-le ou non, de simples techniques de lavement de nez – irrigation nasale ou sprays – ont montré une efficacité très importante contre la Covid-19.

C’est le cas, par exemple, de sprays à base d’un extrait d’algue rouge, appelé carraghénane (ou iota-carraghénane).

Son efficacité contre les virus respiratoires est connue depuis des années :

  • En 2010, une petite étude randomisée autrichienne a montré qu’un spray nasal à base d’eau salée et d’algue rouge, trois fois par jour, accélère la guérison du rhume et réduit la charge virale[1] ;
  • En 2013, une étude randomisée sur 200 personnes a conclu que l’algue rouge en spray permet de guérir deux jours plus tôt[2] ;
  • Et une revue d’études de 2014 conclut à son efficacité contre « le rhinovirus, les coronavirus et le virus de la grippe (A)[3] ».

Dans cette dernière étude, il était même écrit, noir sur blanc : « l’efficacité était la plus haute chez les patients infectés par un coronavirus » !

Cela date de 2014, et il ne s’agissait bien sûr pas du Sars-Cov-2 de Wuhan, mais c’était très prometteur quand on sait que les coronavirus se ressemblent beaucoup !

De fait, dès le début de l’année 2020, on en a eu la confirmation in vitro : en laboratoire, l’algue rouge neutralise très bien le coronavirus chinois, et l’empêche de se multiplier[4][5].

Puis, une étude randomisée sur 400 professionnels de santé[6] a confirmé son efficacité pour éviter d’être infecté par le Sars-Cov-2, en prévention :

  • Il n’y a eu que deux infections Covid chez les soignants qui ont utilisé le spray nasal à base d’algue rouge en prévention…
  • contre 10 infections chez ceux qui ont utilisé un simple placebo !

Ce qui revient à une réduction de 80 % du risque d’être infecté !

Quand on sait que ce spray fonctionne aussi contre d’autres virus de l’hiver, pourquoi ne pas vous en procurer un dès maintenant, à la pharmacie ?

Demandez à votre pharmacien un spray à base de « carregelose », et il vous donnera ce qu’il faut.

Il n’y a pas que l’algue rouge : d’autres traitements nasals ont des résultats impressionnants !

Une autre preuve que les « traitements du nez » sont très efficaces contre la Covid, c’est le succès de la bétadine verte (povidone-iodée).

Je vous en ai parlé dans ma lettre sur les bains de bouche : c’est un produit antiseptique très puissant, que je ne recommande donc pas d’utiliser tous les jours en prévention, mais seulement en traitement, pour quelques jours (et si vous n’avez pas de souci de thyroïde).

Mais les résultats sont spectaculaires sur la Covid-19.

En prévention, la povidone-iodée en spray nasal a montré une réduction du risque d’infection[7].

En traitement, c’est encore mieux : dans une étude randomisée sur plus de 1 000 patients, bains de bouche + spray nasal à base de bétadine verte ont permis une réduction de 84 % du risque d’hospitalisation, et de 88 % du risque de décès[8] !

Ces résultats sont peut-être trop beaux pour être vrais, mais a minima, ils montrent une efficacité potentielle très intéressante !

Cela rejoint le bon sens : il faut attaquer dès que possible le virus là où il se multiplie – dans le nez et la gorge – avant qu’il ne se répande dans les poumons !

D’ailleurs, de nombreuses substances en spray nasal ont montré une efficacité contre le Sars-Cov-2, comme l’oxyde nitrique[9] ou le xylitol[10].

Mais le plus incroyable, c’est qu’il n’y a peut-être même pas besoin de tout ceci !

Il suffit probablement d’utiliser… de l’eau salée !

L’irrigation à l’eau salée : la meilleure des préventions ?

Eh oui, l’eau salée fonctionne très bien aussi, dans le nez (et la gorge), contre la Covid-19.

Dans une étude indienne, une simple solution saline en spray et bain de bouche a suffi à obtenir d’excellents effets curatifs[11].

Et là encore, ce n’est pas nouveau : plusieurs études avaient déjà montré l’efficacité du spray nasal à l’eau salée contre les infections de l’hiver (le rhume en particulier)[12][13].

Cela fait donc des années qu’on savait que le spray nasal salin est efficace contre les infections respiratoires !

Mais il y a probablement encore mieux que le spray[14], en prévention…

…c’est l’irrigation nasale !

L’irrigation nasale, c’est ceci :

C’est une technique ayurvédique ancienne, très pratiquée en Inde depuis des centaines d’années.

Il existe aussi des appareils plus perfectionnés, comme le Naväge[15] ci-dessous, à remplir avec de l’eau salée…

…ou même des bouteilles (Neilmed) avec des solutions salines prêtes à l’emploi :

Certains disent que ces deux dernières techniques sont plus efficaces car elles permettent d’appliquer un peu plus de pression, plutôt que de laisser faire la gravité.

Je n’en sais rien, mais une chose est sûre : le moins cher, c’est bien la « poire » traditionnelle, que vous trouvez en pharmacie ou sur Internet pour une dizaine d’euros.

Il est très étonnant que cette technique simple ne soit pas plus recommandée l’hiver, en prévention.

Contre la Covid-19, une petite étude observationnelle a conclu que l’irrigation nasale pourrait diviser par 20 (oui, par 20) votre risque d’hospitalisation[16] !

Et là encore, il suffit d’une petite recherche pour voir que son effet positif a été confirmé sur d’autres virus saisonniers : contre les sinusites aiguës[17][18] et chroniques[19], et même contre les bronchiolites des enfants[20].

Bref, pourquoi ne pas adopter cette routine pendant l’hiver ?

Tenté ? Voici la petite routine que je vous propose cet hiver

Si vous êtes régulièrement malade l’hiver, ou si vous êtes vulnérable en cas de Covid, je vous conseille vraiment de faire un lavement nasal à l’eau salée, une fois par jour.

Il faut toujours utiliser de l’eau tiède, et de préférence :

  • de l’eau distillée, stérile ou bouillie (pour éviter les très très rares cas de bactéries dangereuses qui peuvent remonter au cerveau via le nez[21]) ;
  • et du sel de table iodé (l’iode ajoute un petit effet anti-viral).

En traitement, dès que vous pensez avoir un risque d’infection respiratoire, je vous recommande aussi d’utiliser deux à trois fois par jour un spray nasal.

Attention : il est impératif d’agir très vite, dès les premiers symptômes (passé 24 ou 48h, c’est trop tard pour la plupart des virus respiratoires).

Votre spray nasal peut contenir de l’eau salée (hypertonique ou isotonique, comme vous préférez)…

…mais je recommande plutôt d’utiliser un spray contenant des molécules anti-virales.

En pharmacie, vous trouvez des sprays aux huiles essentielles, ou, comme expliqué plus haut, à l’algue rouge (carregelose).

Personnellement, sans doute parce que je suis fan de propolis[22], ma préférence va vers le ‘spray nasal des Pyrénées’, qui contient de la propolis et du thym (bien dosés).

Quoi qu’il en soit, je recommande à tout le monde d’avoir un spray antiviral à portée de main.

En cas de Covid-19, cela pourrait vous éviter une forme grave.

Et cela a toutes les chances de réduire vos symptômes en cas d’infection respiratoire plus classique de l’hiver.

Sources

72 commentaires

Rousseaux 24 novembre 2021 - 22 h 07 min

Très intéressant. J’ai pris l’habitude depuis une dizaine d’années de me brosser les dents avec une pâte saline simple, sur laquelle j’ajoute systématiquement une goutte d’HE de tea-tree. Ça m’avait été conseillé à l’époque pour guérir une parodontite débutante, et ça avait été efficace. Cette HE ayant des propriétés anti-bactériennes et anti-virales, je me demandais si cette habitude pouvait jouer un rôle dans le fait que je suis rarement touché par les infections respiratoires hivernales, grippe y compris.

Répondre
Cadot 24 novembre 2021 - 21 h 46 min

Je suis inconditionnelle du lavage de nez avant de me coucher et le matin avec des pipettes de sérum
Physiologique.
Merci de vos conseils plus naturels
Marie jose

Répondre
Bégaud Anne 24 novembre 2021 - 21 h 28 min

Très intéressant comme toujours.
Le texte contient des renvois numérotés. Où peut-on trouver les références bibliographiques correspondantes ?
Merci d’avance

Répondre
Helene 24 novembre 2021 - 21 h 15 min

Je peux témoigner de l’efficacité de l irrigation nasale en cas d’infection. Grâce à l’utilisation du rhino horn je n’ai eu que très peu de symptômes du covid 19 en avril dernier contrairement aux 4 autres membres de ma familles qui ont été très malades et même mon mari mis sous oxygene et hospitalisé 16 jrs. Javais pratiqué l’irrigation des le lendemain de notre réunion familiale et je suis persuadée que ça a permis de faire baisser la charge virale. Peut-être n’aurai je rien eu si je l’avais fait le soir même. Depuis je le recommande autour de moi. Merci pour vos conseils tres pertinents

Répondre
Elysea 24 novembre 2021 - 19 h 08 min

C’est tout à fait juste. Je pratique les lavages de nez à l’eau légèrement salée depuis longtemps, et surtout si ai contracté un rhume, rhino etc ..
Le problème va en diminuant, puis disparaît rapidement, et évite des complications quand on a tendance à faire des rhino asthmatiformes .
Je peux donc témoigner de la justesse de cette information. Merci

Répondre
bernard maheu 24 novembre 2021 - 19 h 03 min

un peu de bon sans merci

Répondre
Langlois/MACHYNIA 24 novembre 2021 - 18 h 55 min

Je suis tout à fait d’accord avec vous, nous utilisons des lavages de nez en spray d’eau de mer, du 1ère défense de Vix Vaporub. Et un spray à la propolis pour la gorge. Principalement avant de sortir de la maison et en rentrant après désinfection des mains.
Nous sommes abonnés depuis des années à votre revue Santé Corps et Esprit et j’y trouve plein d’enseignements qui nous permettent de rester en bonne santé évitant l’hypermedicalisation! Ce malgré des pathologieslourdes pour mon compagnon.

Répondre
Koffi Ambre 24 novembre 2021 - 18 h 03 min

Bonjour
Top vos informations et démonstrations
Les générations antérieures à nous avaient les meilleures solutions ( :se soigner naturellement )
Observons les animaux sauvages et même domestiques ( les chats se vont vomir en ingurgitant des plantes ,les singes de l argile pour se soigner etc…..
Mille mercis pour votre aide que l Éternel Dieu vous garde
Cordialement

Répondre
Bahu 24 novembre 2021 - 17 h 28 min

Oui très bons conseils
J’adore les conseils pas cher pratique ce qu’on a sous la main
Car les laboratoires et pharmacie sont des requins excessifs

Répondre
TROUSSON Martine 24 novembre 2021 - 23 h 44 min

Merci beaucoup pour l’indication du lavage des yeux. SVP, quel quantité de sel et quel sel? En magasin bio ou celui des supers-marchés avec La baleine, pour la citer? Merci pour votre réponse

Répondre
1 3 4 5 6 7 8

Laissez un commentaire