On se lave bien les dents… pourquoi pas le nez ?

Pourquoi ne pas attaquer les virus là où ils se trouvent ?

Pourquoi ne pas les déloger avant qu’ils ne se multiplient dans notre corps ?

Où ??

Mais le nez et la gorge, pardi !

Je vous ai parlé de la gorge dans ma dernière lettre – beaucoup d’études montrent l’efficacité des bains de bouche tout simples contre les infections hivernales (y compris grippe et Covid).

Mais pour le nez…

…c’est peut-être encore plus spectaculaire !

C’est l’avantage de cette malheureuse histoire de Covid : un nombre impressionnant d’études sur cette infection virale ont été réalisées, dans le monde entier…

…et cela nous donne de riches enseignements pour lutter contre d’autres virus !

Lisez bien cette lettre et vous verrez qu’un des ustensiles les plus utiles contre le Covid et les autres infections respiratoires de l’hiver…

…ne coûte que quelques euros en pharmacie…

…et ressemble à ceci :

L’incroyable efficacité des sprays / lavements de NEZ contre la Covid

Croyez-le ou non, de simples techniques de lavement de nez – irrigation nasale ou sprays – ont montré une efficacité très importante contre la Covid-19.

C’est le cas, par exemple, de sprays à base d’un extrait d’algue rouge, appelé carraghénane (ou iota-carraghénane).

Son efficacité contre les virus respiratoires est connue depuis des années :

  • En 2010, une petite étude randomisée autrichienne a montré qu’un spray nasal à base d’eau salée et d’algue rouge, trois fois par jour, accélère la guérison du rhume et réduit la charge virale[1] ;
  • En 2013, une étude randomisée sur 200 personnes a conclu que l’algue rouge en spray permet de guérir deux jours plus tôt[2] ;
  • Et une revue d’études de 2014 conclut à son efficacité contre « le rhinovirus, les coronavirus et le virus de la grippe (A)[3] ».

Dans cette dernière étude, il était même écrit, noir sur blanc : « l’efficacité était la plus haute chez les patients infectés par un coronavirus » !

Cela date de 2014, et il ne s’agissait bien sûr pas du Sars-Cov-2 de Wuhan, mais c’était très prometteur quand on sait que les coronavirus se ressemblent beaucoup !

De fait, dès le début de l’année 2020, on en a eu la confirmation in vitro : en laboratoire, l’algue rouge neutralise très bien le coronavirus chinois, et l’empêche de se multiplier[4][5].

Puis, une étude randomisée sur 400 professionnels de santé[6] a confirmé son efficacité pour éviter d’être infecté par le Sars-Cov-2, en prévention :

  • Il n’y a eu que deux infections Covid chez les soignants qui ont utilisé le spray nasal à base d’algue rouge en prévention…
  • contre 10 infections chez ceux qui ont utilisé un simple placebo !

Ce qui revient à une réduction de 80 % du risque d’être infecté !

Quand on sait que ce spray fonctionne aussi contre d’autres virus de l’hiver, pourquoi ne pas vous en procurer un dès maintenant, à la pharmacie ?

Demandez à votre pharmacien un spray à base de « carregelose », et il vous donnera ce qu’il faut.

Il n’y a pas que l’algue rouge : d’autres traitements nasals ont des résultats impressionnants !

Une autre preuve que les « traitements du nez » sont très efficaces contre la Covid, c’est le succès de la bétadine verte (povidone-iodée).

Je vous en ai parlé dans ma lettre sur les bains de bouche : c’est un produit antiseptique très puissant, que je ne recommande donc pas d’utiliser tous les jours en prévention, mais seulement en traitement, pour quelques jours (et si vous n’avez pas de souci de thyroïde).

Mais les résultats sont spectaculaires sur la Covid-19.

En prévention, la povidone-iodée en spray nasal a montré une réduction du risque d’infection[7].

En traitement, c’est encore mieux : dans une étude randomisée sur plus de 1 000 patients, bains de bouche + spray nasal à base de bétadine verte ont permis une réduction de 84 % du risque d’hospitalisation, et de 88 % du risque de décès[8] !

Ces résultats sont peut-être trop beaux pour être vrais, mais a minima, ils montrent une efficacité potentielle très intéressante !

Cela rejoint le bon sens : il faut attaquer dès que possible le virus là où il se multiplie – dans le nez et la gorge – avant qu’il ne se répande dans les poumons !

D’ailleurs, de nombreuses substances en spray nasal ont montré une efficacité contre le Sars-Cov-2, comme l’oxyde nitrique[9] ou le xylitol[10].

Mais le plus incroyable, c’est qu’il n’y a peut-être même pas besoin de tout ceci !

Il suffit probablement d’utiliser… de l’eau salée !

L’irrigation à l’eau salée : la meilleure des préventions ?

Eh oui, l’eau salée fonctionne très bien aussi, dans le nez (et la gorge), contre la Covid-19.

Dans une étude indienne, une simple solution saline en spray et bain de bouche a suffi à obtenir d’excellents effets curatifs[11].

Et là encore, ce n’est pas nouveau : plusieurs études avaient déjà montré l’efficacité du spray nasal à l’eau salée contre les infections de l’hiver (le rhume en particulier)[12][13].

Cela fait donc des années qu’on savait que le spray nasal salin est efficace contre les infections respiratoires !

Mais il y a probablement encore mieux que le spray[14], en prévention…

…c’est l’irrigation nasale !

L’irrigation nasale, c’est ceci :

C’est une technique ayurvédique ancienne, très pratiquée en Inde depuis des centaines d’années.

Il existe aussi des appareils plus perfectionnés, comme le Naväge[15] ci-dessous, à remplir avec de l’eau salée…

…ou même des bouteilles (Neilmed) avec des solutions salines prêtes à l’emploi :

Certains disent que ces deux dernières techniques sont plus efficaces car elles permettent d’appliquer un peu plus de pression, plutôt que de laisser faire la gravité.

Je n’en sais rien, mais une chose est sûre : le moins cher, c’est bien la « poire » traditionnelle, que vous trouvez en pharmacie ou sur Internet pour une dizaine d’euros.

Il est très étonnant que cette technique simple ne soit pas plus recommandée l’hiver, en prévention.

Contre la Covid-19, une petite étude observationnelle a conclu que l’irrigation nasale pourrait diviser par 20 (oui, par 20) votre risque d’hospitalisation[16] !

Et là encore, il suffit d’une petite recherche pour voir que son effet positif a été confirmé sur d’autres virus saisonniers : contre les sinusites aiguës[17][18] et chroniques[19], et même contre les bronchiolites des enfants[20].

Bref, pourquoi ne pas adopter cette routine pendant l’hiver ?

Tenté ? Voici la petite routine que je vous propose cet hiver

Si vous êtes régulièrement malade l’hiver, ou si vous êtes vulnérable en cas de Covid, je vous conseille vraiment de faire un lavement nasal à l’eau salée, une fois par jour.

Il faut toujours utiliser de l’eau tiède, et de préférence :

  • de l’eau distillée, stérile ou bouillie (pour éviter les très très rares cas de bactéries dangereuses qui peuvent remonter au cerveau via le nez[21]) ;
  • et du sel de table iodé (l’iode ajoute un petit effet anti-viral).

En traitement, dès que vous pensez avoir un risque d’infection respiratoire, je vous recommande aussi d’utiliser deux à trois fois par jour un spray nasal.

Attention : il est impératif d’agir très vite, dès les premiers symptômes (passé 24 ou 48h, c’est trop tard pour la plupart des virus respiratoires).

Votre spray nasal peut contenir de l’eau salée (hypertonique ou isotonique, comme vous préférez)…

…mais je recommande plutôt d’utiliser un spray contenant des molécules anti-virales.

En pharmacie, vous trouvez des sprays aux huiles essentielles, ou, comme expliqué plus haut, à l’algue rouge (carregelose).

Personnellement, sans doute parce que je suis fan de propolis[22], ma préférence va vers le ‘spray nasal des Pyrénées’, qui contient de la propolis et du thym (bien dosés).

Quoi qu’il en soit, je recommande à tout le monde d’avoir un spray antiviral à portée de main.

En cas de Covid-19, cela pourrait vous éviter une forme grave.

Et cela a toutes les chances de réduire vos symptômes en cas d’infection respiratoire plus classique de l’hiver.

Sources

65 commentaires

François 24 novembre 2021 - 11 h 43 min

Merci pour cette approche saine de la santé et tous les liens que vous ajoutez qui permettent de poursuivre votre article

Répondre
PAUL DE PETTER 24 novembre 2021 - 11 h 32 min

Et l’utilisation d’argent colloïdal pour lavage du nez

Répondre
Contri 24 novembre 2021 - 11 h 29 min

Très bon article très intéressant

Répondre
contaldo 24 novembre 2021 - 11 h 28 min

tres bien?

Répondre
BRIGITTE BACHMANN 24 novembre 2021 - 10 h 58 min

Très bien votre lettre Mr BAZIN. Je l’attendais avec impatience.
J’aurais souhaité avoir la proportion d’iode et d’eau que vous recommandez.
Certaines formules conseillent de mettre sel et bicarbonate….qu’en pensez-vous ?

Vous avez tout mon soutien pour tout ce que vous faites pour la santé naturelle et la défendre dans ces temps obscures.
Nous sommes sur télégram pour vous suivre !!!!!

Répondre
Patricia 24 novembre 2021 - 10 h 30 min

Votre lettre est formidable si tout le monde la lissée !!!!

Répondre
pilet 24 novembre 2021 - 10 h 27 min

Bonjour,prevenir les personnes allergiques a l iode: de ne surtout pas utiliser d eau de mer etc… DANGER!

Répondre
Rennesson 24 novembre 2021 - 10 h 24 min

Que pensez-vous du bon vieux balsamorhinol vraisemblablement très efficace ?

Répondre
Michel, Gérard LE BARS 24 novembre 2021 - 10 h 18 min

L’eau salée, vieux comme le monde.
Jamais de créatures vivant dans l’eau de mer atteintes d’infections des branchies, et du COVID 19, 20 …

Répondre
José LOUIS-DOUZENEL 24 novembre 2021 - 10 h 13 min

bonjour! c’est le B-A-BA des soins naturels
merci du message…
je vais le transmettre

Répondre
1 2 3 4 7

Laissez un commentaire