Black mould on wall closeup

Alerte : y-a-il des TRACES NOIRES sur le mur de votre chambre ?

Ces toxines, vous ne pouvez pas les voir à l’œil nu.

Vous pouvez rarement les sentir.

Mais elles sont là, peut-être dans votre maison.

Et si c’est le cas, vous avez intérêt à agir vite :

Car ces toxines sont capables de provoquer d’innombrables problèmes de santé – asthme, allergies, sinus encombrés, fatigue chronique, sensation de brouillard, trous de mémoire, nausées, vertiges, douleurs musculaires et articulaires, irritation, troubles de la vue…

Et au bout d’un certain temps, elles peuvent même contribuer à vous fabriquer un Alzheimer ou un Parkinson !

Je veux parler des toxines libérées dans l’air par les moisissures.

Les autorités sanitaires américaines et européennes commencent enfin à s’inquiéter…

…mais on est encore très loin d’avoir réalisé l’ampleur des dégâts !

Vous allez comprendre dans une seconde pourquoi c’est une bombe sanitaire.

Mais d’abord, je voudrais casser un mythe trop répandu : non, les moisissures ne se développent pas seulement dans les logements insalubres !

Le couple de stars le plus riche au monde frappé par les moisissures !

La preuve la plus éclatante, ce qui est arrivé au richissime couple de chanteurs, Beyoncé et Jay-Z.

Ils viennent d’acheter une maison en Californie à 90 millions de dollars – ce qui vous donne une idée de leur fortune.

Pourtant, leur luxueuse maison d’avant, à Beverly Hills, était contaminée par des moisissures dangereuses !

Tellement contaminée, que le célèbre chanteur Jay-Z en est tombé malade[1] :

« Dans notre maison précédente, il y avait de la moisissure dans le mur et nous n’en savions rien… Je suis rarement malade et j’ai été malade pendant deux, trois semaines ».

Finalement, Beyoncé et lui ont demandé à une entreprise spécialisée d’inspecter leur maison de fond en comble… et c’est comme ça qu’ils ont découvert ces moisissures cachées !

Enceinte de jumeaux, Beyoncé était terrifiée par le risque que ces moisissures faisaient courir à leur santé…  et le couple a immédiatement déménagé dans un hôtel, le temps de trouver une nouvelle maison[2].

Vous voyez, absolument personne n’est à l’abri.

Selon l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI), 15 % des foyers présentent des contaminations visibles[3].

Mais beaucoup d’autres ont des moisissures dans des zones « non apparentes » : derrière les meubles, les revêtements ou à l’intérieur des parois.

Une catastrophe sanitaire encore trop sous-estimée 

Pendant longtemps, les médecins ne se sont pas intéressés à ce sujet.
Mais les études scientifiques commencent à s’accumuler :

    • Une vaste enquête à Taïwan a montré que la majorité des cas d’asthme allergique des enfants étaient causés par les moisissures des salles de classe[6] !
    • Des scientifiques ont montré que les toxines libérées par les moisissures pourraient favoriser le développement de la maladie de Parkinson, en interférant avec la dopamine produite par le cerveau[7] ;
    • Le syndrome de fatigue chronique est désormais associé au « syndrome de l’habitat malsain », causé par les toxines de moisissure[8] ;
    • Le grand pionnier de la recherche contre Alzheimer, le Dr Dale Bredesen, alerte contre les dangers pour le cerveau des mycotoxines produites par les moisissures[9] ;
    • Une étude américaine a lié les moisissures toxiques aux troubles de l’humeur et même à de franches dépressions[10] !

Pour le grand spécialiste du sujet, le Dr Ritchie Shoemaker, ces toxines sontmême plus dangereuses que les pesticides et les métaux lourds.

Voici pourquoi :

Mais pourquoi sommes-nous mis en danger par ces toxines ???

Les toxines de la moisissure sont des champignons… un peu spéciaux.

S’ils sont si répandus aujourd’hui, c’est sans doute à cause de la chimie à outrance des années 1970.

À cette époque, on a commencé à répandre des fongicides (pesticides anti-champignons) un peu partout : dans l’agriculture, bien sûr, mais aussi dans certaines peintures.

Et c’est ainsi que les champignons sont devenus plus agressifs !

Vous savez que les terrifiantes « super-bactéries » sont apparues à cause de l’utilisation massive d’antibiotiques.

Eh bien c’est le même problème : à force de massacrer les champignons à coups de fongicides, de nouveaux champignons plus toxiques sont apparus et ont infesté notre environnement[11].

Heureusement, la plupart des gens se remettent sans problème d’une exposition à ces champignons : leur système de détoxification est capable de repérer ces toxines et de les éliminer normalement.

Le drame, c’est qu’une minorité d’entre nous est génétiquement vulnérable.

Pour le spécialiste du sujet, le Dr Shoemaker, 1 personne sur 4 est à risque de problèmes de santé chroniques en cas d’exposition à ces toxines !

Pourquoi ? parce qu’un quart de la population a des gènes HLA qui l’empêchent de reconnaître et se débarrasser de ces toxines : celles-ci restent alors dans le corps et déclenchent un « syndrome de réponse inflammatoire chronique »[12].

Voilà pourquoi il est très important d’agir maintenant pour ne pas prendre de risques inutiles !

Première action : une inspection générale !

La priorité, c’est de faire un examen minutieux de votre maison ou appartement, à la recherche de petites taches noires de moisissure.

Faites tout particulièrement attention aux endroits ci-dessous[13] :

    • au sous-sol,
    • sous l’évier de la cuisine ou de la salle de bains,
    • sur le mur ou le plancher adjacent à la baignoire ou à la douche,
    • sur le bord inférieur des fenêtres,
    • dans les placards,
    • et tous les autres endroits humides dans la maison.

Si vous détectez des moisissures en grand nombre, faites rapidement appel à un professionnel.

Vous pouvez aussi agir par vous-même en asséchant les surfaces contaminées et en les désinfectant avec du bicarbonate de soude.

Toutefois, il y a un geste à ne surtout pas faire : c’est de frotter les moisissures à sec, car vous risquez de disperser les toxines dans toute votre habitation !

Deuxième action : la chasse aux moisissures !

Après votre inspection générale, ne vous réjouissez pas trop vite si vous ne voyez rien… car les moisissures peuvent se cacher à l’intérieur des murs.

Voilà pourquoi il est impératif de suivre ces quelques règles basiques contre ces toxines :

D’abord, aérez bien tous les jours, au moins 10 minutes par jour – avez-vous déjà entendu dire que l’air intérieur est 10 fois plus pollué que l’air extérieur ?

Eh bien c’est vrai, alors n’oubliez jamais d’aérer abondamment !

Ensuite, faites très attention à l’humidité de votre logement – les champignons adorent ça ! N’hésitez pas à acheter un appareil qui mesure l’humidité (cela coûte entre 10 et 50 euros), et veillez à ce que toutes vos pièces affichent des taux d’humidité compris entre 30 et 50 %, jamais au-dessus ! Prudence aussi si vous faites sécher vos vêtements dans votre logement ou si vous avez des plantes d’intérieur.

Pour la même raison, évitez les moquettes et tapis dans les zones humides (salles de bains, cuisine, buanderie)… et installez si possible des ventilations mécaniques dans ces pièces-là.

Enfin, si vous voulez prendre les meilleures précautions, vous pouvez installer dans votre logement un filtre à air de qualité HEPA, qui élimine toutes les particules polluantes ultra-fines, y compris les moisissures. Et bien sûr, vous pouvez aussi utiliser un bon diffuseur à huiles essentielles pour assainir régulièrement votre habitat !

Voilà pour la prévention « mécanique ».

Mais il est tout aussi important de renforcer votre système immunitaire, pour le rendre plus fort contre ces toxines[14] !

Troisième acte : renforcez votre corps ! 

Et comme toujours, cela passe d’abord… par la nutrition :

Les probiotiques (complément alimentaire ou aliments fermentés) sont précieux, car les « bonnes bactéries » de votre intestin tiennent en respect les « mauvais microbes » telles que les moisissures et les levures.

Pensez à consommer de l’ail régulièrement, c’est un des plus puissants nutriments antifongiques. Il nettoie en plus les voies respiratoires et stimule votre système immunitaire ! Privilégiez l’ail cru entier (réduit en jus avec un presse-ail ou un extracteur)… et tant pis pour vos rendez-vous galants !

Saupoudrez vos plats de gingembre et de piment de Cayenne, ce sont deux autres « superaliments » précieux pour votre santé générale… et contre les mycotoxines en particulier !

Avec tout ça, vous devriez être enfin protégé contre ces méchantes moisissures !

Et souvenez-vous : ce n’est pas parce qu’on ne vous en parle pas à la télé que cela n’existe pas !

Les grands médias finiront par en parler, bien sûr… mais ce sera dans 5 ou 10 ans… et ce sera trop tard pour certains d’entre nous !

Alors gardez de l’avance !

Sources

Répondre à lionel laplace Annuler la réponse

31 commentaires

gras pediatre 20 juin 2018 - 17 h 55 min

bien……pour une fois
non pour les guerisseurs

Répondre
Isabel Reinhards 20 juin 2018 - 17 h 54 min

Je vous remercie vivement de m’avoir allerté. Je souffre de tous ces problèmes et je vois maintenant pourquoi.

Répondre
Isabel Reinhards 20 juin 2018 - 17 h 50 min

Merci beaucoup de m’avoir allerté. J’ai un problème majeur de mémoire à ce moment et aussi d’autres problèmes que vous avez décrit dans votre article et je comprends maintenant pourquoi.

Répondre
Alauda von Kügelgen 20 juin 2018 - 16 h 17 min

J’allais dire la même chose que Quinet ci-dessous – j’ai un hygromètre (coût 3 €) qui indique constamment une humidité de 60 à 70 % (dans le Berry), mais même quand j’habitais dans les Hautes Alpes, une région très sèche, elle ne descendait jamais en-dessous de 50 %. Ce n’est pas l’humidité en soi, mais l’absence de ventilation ; souvent aussi, les gens dans des anciennes habitations sans VMC bouchent les trous d’aération dans les pièces humides sources de froid, sans savoir ce qu’ils risquent. Quand on voit des reportages sur les mal-logés (une famille entière dans 10 m² p.ex.), ce que les marchands de sommeil font – quand ils font quelque chose – c’est couvrir les zones humides avec de la peinture étanche – une horreur qui fait tout empirer ! Il faut savoir aussi que le corps humain évapore environ 250 ml d’eau par nuit… Ce qu’on peut faire, après avoir nettoyé (du vinaigre blanc marche aussi très bien), c’est repeindre avec de la chaux ou du plâtre ou encore un enduit de terre crue ou terre-chanvre. La terre (et le plâtre, et la chaux un peu moins) absorbe l’humidité et la restitue après en vapeur, mais sans moisissures ; le chanvre est imputrescible et aussi absorbant.

Répondre
Marie Noelle Chattard 20 juin 2018 - 14 h 46 min

Merci pour cette info,comme quoi on ne sait pas tout et vos conseils serint très précieux.MERCI

Répondre
DUPUIS 20 juin 2018 - 14 h 38 min

Bonjour,
Je vous remercie beaucoup pour nous avoir fait part de ce problème concernant la moisissure dans l’habitat. Depuis plusieurs années je souffre d’une maladie auto-immune qui est une maladie inflammatoire chronique et mon fils d’allergie à tout. Je me demande si ce problème ne viendrait pas de cette moisissure que l’on trouve un peu partout chez moi, surtout dans les endroits humides comme sur les jointures de la baignoire, du lavabo, l’évier de la cuisine et aussi sur le plafond et le mur de la chambre de mes enfants. Maintenant je saurai comment m’en débarrasser grâce au bicarbonate de soude. Merci encore pour cette information.

Répondre
Pascal SOLAL 20 juin 2018 - 14 h 04 min

Le taux normal d’humidité peut aller jusqu’à 65 %, de l’aveu même d’un installateur d’appareil de ventilation (qui n’avait donc aucun intérêt à me dire ça, au contraire).

Répondre
DENTAN 20 juin 2018 - 13 h 34 min

Bonjour Mon Propriétaire est au courant depuis +2ans dit que c’est la condensation …

Répondre
Quinet 20 juin 2018 - 8 h 22 min

Bonjour,
L’humidité relative de l’air doit idéalement se situer entre 40 et 50% l’hiver mais l’été elle est comprise entre 60 et 80%…
Attention de ne pas donner de fausses informations anxiogènes.
Cordialement

Répondre
RIFOSTA yoann 20 juin 2018 - 7 h 52 min

Bonjour,

J ai eu il il y a plusieurs années un problème de moisissures très importants, rideaux habits … En lisant votre lettre je me suis rendu compte que cela a coïncidé avec l apparition d inflammation chronique du dos qui sont encore d actualité aujourd’hui 7 ans après. J ai fait récemment un test hlab27 négatif mais vous mentionnez plusieurs gènes. Y en a t il d autres que je puisse tester ? De plus les solutions alimentaires que vous proposez sont elle uniquement préventives ou fonctionnent elles tout de même après une exposition ? Je suis à la recherche d explication pr mon inflammation et suis quelque peu a jour de solution. Les thérapies physiques n aidant en rien car cela se re déclenché systématiquement. Merci beaucoup pour votre aide.

Répondre
1 2 3 4