santé corps esprit

Hippocrate est apparu en plein Paris !

Hippocrate, le père de la médecine, était à Paris jeudi dernier, le 11 juillet !

Il y avait aussi un Prix Nobel de médecine, et d’autres personnages très prestigieux.

Cela s’est passé LÀ, dans une petite salle nichée au fond d’une cour parisienne :

C’est ici, le 11 juillet 2019, que l’esprit d’Hippocrate est apparu

Depuis 2016, la petite maison d’édition avec laquelle je travaille (BioSanté Editions) a réuni des médecins et des thérapeutes formidables pour vous informer en profondeur !

C’est ainsi que BioSanté Editions diffuse trois revues mensuelles de référence :

  • La revue Santé Corps Esprit, ma revue de cœur, la toute première ;
  • La revue Guérir et Bien Vieillir, la plus complète, du magistral Dr Eric Ménat ;
  • Et la revue Médecines Extraordinaires, la plus audacieuse (de loin !)

Et ce n’est pas tout.

Comme vous le savez sans doute, BioSanté a créé des programmes de formation pour vous permettre d’utiliser parfaitement par vous-même des thérapies naturelles de pointe :

  • Maîtriser les huiles essentielles, avec la merveilleuse Elske Miles ;
  • Le Parcours E (comme « énergie »), avec notamment l’immense Dr Luc Bodin ;
  • L’Académie de Nutrithérapie, avec le puit de science Julien Venesson

Plus la vie est généreuse avec nous, plus on ressent le besoin de donner en retour.

Et c’est ainsi que BioSanté a créé ceci :

Vous le savez : Hippocrate, le grand médecin grec, est mort il y a près de 2 500 ans.

Mais l’objectif du « Prix Hippocrate » est de ranimer son esprit, ses valeurs et son éthique !

Car Hippocrate ne concevait pas tout à fait la médecine comme nos autorités d’aujourd’hui.

On lui doit la fameuse phrase : « que ton aliment soit ta première médecine », car il savait l’importance capitale de la nutrition pour guérir !

De plus, Hippocrate n’hésitait pas à prescrire à ses patients de l’activité physique, voire de la danse, du chant ou de la musique !

Et 2 500 ans plus tard, la médecine occidentale est en train de découvrir tout cela !

Par exemple, il a fallu attendre juin 2019 (il y a quelques semaines !) pour que les experts officiels de l’American Diabetes Association finissent par reconnaître qu’un régime alimentaire spécifique guérit le diabète de type 2 !

Autre exemple : en février dernier, l’INSERM a rendu un rapport de 820 pages pour expliquer que l’activité physique est un traitement efficace dans la plupart des maladies chroniques !

Ce que notre « médecine moderne » avait totalement oublié depuis 50 ans !

Je pourrais aussi vous parler des études récentes qui montrent l’intérêt du Tango contre Parkinson, l’importance du chant pour renforcer son cœur, ou l’efficacité de certaines musiques pour réparer le cerveau après un AVC.

Pour moi, il ne fait aucun doute qu’Hippocrate avait raison : avec un mode de vie optimal et des remèdes naturels bien choisis, on peut vaincre la plupart des maladies.

Le vrai problème, c’est qu’on manque d’études scientifiques solides.

Pourquoi ?

Parce que l’industrie pharmaceutique finance 90 % de la recherche médicale…

…et parce que l’approche hippocratique ne l’intéresse pas du tout : les remèdes naturels ne sont pas brevetables, donc pas très rentables… et beaucoup de thérapies sont tout simplement gratuites (comme de courir ou de méditer !).

Résultat : certains chercheurs manquent cruellement de moyens, alors qu’ils travaillent sur des domaines authentiquement révolutionnaires pour notre santé.

Et c’est encore pire lorsque ces chercheurs ont le malheur de travailler sur des sujets « inflammables », « politiquement incorrects » !

Et c’est pour cela que le Prix Hippocrate existe.

Il est accompagné d’une bourse de recherche pour soutenir des travaux bienfaiteurs pour l’humanité… des travaux qui manquent cruellement de financement, parce qu’ils ne rapportent rien à personne, voire parce qu’ils dérangent.

Alors bien sûr, avec de maigres moyens, cette bourse n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan qu’il faudrait dans l’idéal.

Mais comme le colibri de la fable, BioSanté essaie de faire sa part, modestement.

Et pour cette première édition du Prix Hippocrate, on peut être impressionné des lauréats et des travaux que ce Prix va encourager.

Cela commence par les travaux d’un Prix Nobel de Médecine, le Pr Luc Montagnier :

La Fondation du Pr Luc Montagnier est le premier lauréat du Prix Hippocrate, pour ses travaux sur la maladie de Lyme.

Le Pr Luc Montagnier a découvert le virus du Sida, en 1983.

Depuis, le Pr Montagnier s’intéresse de près aux « infections froides » : ces infections qui, comme le SIDA, peuvent être « dormantes » dans votre corps.

C’est le cas de la maladie de Lyme, causée par les tiques, qui fait tant parler d’elle aujourd’hui.

L’un des drames de cette maladie compliquée, c’est qu’elle est souvent difficile à diagnostiquer !

Les tests sanguins ne sont pas totalement fiables : vous pouvez être « négatif » et malgré tout souffrir des ravages de la bactérie de Lyme !

Résultat : des malades se retrouvent en errance médicale pendant des années, ballottés de médecins en médecins, sans jamais être soignés correctement.

C’est pourquoi les travaux du Pr Montagnier, avec sa Fondation, sont si importants.

Car le Pr Montagnier travaille à mettre au point un diagnostic plus précis de la maladie de Lyme, grâce à une technique nommée « PCR » qui permet d’agrandir des millions de fois des fragments d’ADN.

Je ne rentre pas dans les détails, mais l’aboutissement de ces recherches pourraient changer la vie de milliers de personnes en grande souffrance.

Quant aux travaux du deuxième lauréat du Prix Hippocrate, ils concernent encore plus de monde.

Il s’agit du Pr Gherardi, qui travaille depuis 20 ans sur une substance injectée à des centaines de millions de bébés chaque année.

Le Pr Romain Gherardi, co-lauréat du Prix Hippocrate 2019 pour ses travaux sur l’aluminium vaccinal

Cette substance, c’est l’aluminium, contenu dans la majorité des vaccins.

Or pour le Pr Gherardi, il ne fait pas de doute que l’aluminium vaccinal peut faire de graves dégâts chez une petite minorité de personnes.

Évidemment, les travaux du Pr Gherardi dérangent l’industrie du vaccin (50 milliards de dollars).

Ils dérangent aussi nos gouvernants, qui ont décidé d’imposer 11 vaccins obligatoires aux nourrissons, dont au moins 6 contiennent de l’aluminium.

Résultat : les institutions publiques sont très frileuses, elles aussi, pour financer ses recherches, pourtant vitales !

Avec la bourse du Prix Hippocrate, lui et son équipe de chercheurs pourront avancer sur le chemin de la vérité.

Voilà, j’arrive à la fin de cette petite histoire – qui, en réalité, ne fait que commencer !

Au bout du chemin, la vérité vaincra, j’en suis persuadé.

Mais cela peut prendre du temps, beaucoup trop de temps.

Et les patients, eux, ne peuvent pas attendre.

Alors encourageons-ces travaux, et puisse le Prix Hippocrate y contribuer modestement.

PS : Je vous laisse avec d’autres belles photos de ce petit événement dans la santé naturelle.

Sources

40 commentaires

millereux marie 17 juillet 2019 - 22 h 14 min

bravo pour cette initiative et félicitations aux lauréats! j’espère qu’ils pourront continuer leurs recherches .

Répondre
JEANMARIE 17 juillet 2019 - 20 h 12 min

Françoise Barré Sinoussi est aussi pour quelque chose dans la découverte du HIV.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Françoise_Barré-Sinoussi

Répondre
Charles. Delvaux 17 juillet 2019 - 17 h 47 min

Très bonne idée.
Je vous signale qu’il n’y a pas eu une seule photo de visible, pas grave de toute façon…

Répondre
Annemarie Rickli 17 juillet 2019 - 17 h 39 min

Bonjour Monsieur Bazin
Je vous remercie du fond de mon coeur pour
votre gentillesse de partager vos connaissance avec nous. Vos conseils sont très apprécier.

Meilleures salutations

Répondre
Mohamed SACKO 17 juillet 2019 - 16 h 34 min

Merci Professeur, vous vous êtes rendus plus qu’utile avec ce prix. Vos conseils nous servent à tel point qu’on a envie de vous lire tous les jours. Merci pour cette abnégation et ce don de soi pour une cause juste.

Répondre
Detilleux Claudine 17 juillet 2019 - 14 h 55 min

BRAVO: il en faudrait d’autres comme vous…
Je veux dire : des vrais cu-ra-teurs voulant d’abord soigner ET soulager- avec les moyens modernes ou anciens – dans une relation malade /médecin empathique. Comme vous….
Pour cela,bien sûr,il faut, d’une part, imaginer LES solutions pour se donner du temps et, d’autre part, faire preuve de modestie dans le rapport au malade ou au lecteur. Comme vous!
Somme toute, LE rêve du « patient »….

Répondre
Arlette Jean 17 juillet 2019 - 14 h 30 min

Suite de mon commentaire : je soutiens d’autant plus, que je fais partie des « malades imaginaires » qui ont eu la maladie de LYME chronique en 2012 et c’est un naturopathe qui a fini par la diagnostiquer et par me guérir avec des produits naturels, et comble de l’horreur : HOMEOPATHIQUES (!!!) que j’ai dû me procurer à Bruxelles : j’habite en France où cette maladie n’existe toujours pas et ou l’homéopathie sera bientôt déremboursée, ça me rends très triste pour tous les malades en errance.

Répondre
Arlette Jean 17 juillet 2019 - 14 h 18 min

Bonjour,
Je trouve cette idée FORMIDABLE, et je souhaite soutenir dans la mesure de mes moyens dès que vous serez techniquement prêts, faites moi signe.
Félicitations pour vos deux choix.
Bien à vous.
A. JEAN

Répondre
VERONIQUE GRAVIER 17 juillet 2019 - 12 h 36 min

Merci pour vos publications. J aimerais tellement avoir encore plus de temps pour me former encore et encore. Chirurgien-dentiste de profession à temps plein J arrive à lire vos revues santé corps esprit, guérir et bien vieillir, je suis également inscrite à l Academie de nutritherapie et maîtriser les he. J adore toutes ces informations. Merci merci.

Répondre
Bourgy Martine 17 juillet 2019 - 12 h 25 min

Bonjour
Je lis toujours avec intérêt vos lettres que J attends avec impatience chaque fois.
Merci pour tout ce que vous essayez de faire et votre idée de récompenser des scientifiques qui oeuvrent pour le bien être et la santé de tous loin du lobby de l’industrie pharmaceutique.

On a effectivement depuis de nombreuses années mis de côté des savoirs et traitements que même nos ancêtres connaissaient et ont fait leurs preuves pour se tourner vers le tout chimique au détriment hélas de la santé.
Il est grand temps que les gens ouvrent les yeux mais avant tout soient informés.
Je suis tout a fait favorable a cette idée d’académie que voys souhaitez mettre en oeuvre et j’y adhérerai probablement.
Continuez ainsi .

Répondre
1 2 3 4

Répondre à barrier Annuler la réponse