Femmes, on vous a caché les effets de la pilule sur votre cerveau

Ce jour-là, Émilie, 34 ans, décide de changer de pilule contraceptive.

Un geste anodin, en apparence… mais qui va littéralement la rendre folle !

Après 48 heures sous sa nouvelle pilule, Émilie devient hyper-anxieuse.

Pire : elle devient carrément paranoïaque !

Du jour au lendemain, elle croit que les gens sont tous des imposteurs – qui se sont glissés dans le corps des « vrais personnes » qu’elle connait !

Par texto, elle demande à un de ses amis : « puis-je t’ouvrir avec un couteau, pour être sûr que tu es bien réel ? ».

On l’amène alors aux Urgences, pour lui faire un examen psychiatrique.

Aucun médecin n’imagine que la pilule pourrait expliquer son état. Mais dans le doute, on lui conseille quand même de revenir à la pilule qu’elle prenait avant.

Ce qu’elle fait… et à peine 12 heures plus tard, Émilie redevient normale.

Elle n’avait jamais eu de souci psychiatrique avant, et n’en aura plus après.

Cette histoire assez incroyable est racontée par une scientifique reconnue, Sarah Hill, auteur du livre passionnant Ceci est votre cerveau sous pilule[1].

Selon cette chercheuse la pilule contraceptive qu’a pris Émilie n’est pas défectueuse.

C’est une marque qui est prise chaque jour par des millions de femmes, qui ne s’en plaignent pas.

Oui, mais chaque femme est unique et les hormones ont des effets puissants !

Un même médicament hormonal peut :

  • Causer des pleurs inconsolables chez une femme ;
  • Créer une anxiété profonde chez une autre ;
  • Ou au contraire rendre la vie plus agréable à une troisième !

Je rappelle que la pilule est un mélange d’hormones sexuelles – oestrogène et progestérone.

Et ces hormones sexuelles ont des effets profonds sur le cerveau des femmes – ce qu’on s’est bien gardé de leur dire pendant 50 ans !

Dans une seconde, je vais vous vous montrer qu’une femme qui prend ou arrête la pilule peut, du jour au lendemain, risquer de changer d’opinion sur… son propre mari ou conjoint !

Mais d’abord, voici une preuve assez sidérante de la puissance des hormones sexuelles.

Connaissez-vous le syndrome du « testicule féminisant » et l’importance des hormones?

On l’a tous appris : ce qui fait qu’un garçon est un garçon, c’est le chromosome Y. Les filles ont deux chromosomes X (XX), et les garçons un chromosome X et un chromosome Y (XY).

Mais ce qui cause la vraie différence entre filles et garçons, ce sont les hormones sexuelles.

Car le chromosome Y conduit les bébés garçons à produire plus de testostérone dans le ventre de leur mère.

C’est cette testostérone qui permet de « construire » leurs organes génitaux… ainsi que le reste de son corps masculin.

La preuve ?

Il existe une maladie très rare, autrefois nommée syndrome du « testicule féminisant ».

Les bébés affectés sont insensibles à la testostérone : leur corps est incapable de « lire » les signaux de cette hormone.

Résultat : ils ont beau avoir un chromosome Y… ils naissent avec le corps d’une petite fille !

Ils ressemblent à une fille, grandissent comme une fille… et se sentent « fille ».

Certains « garçons » ayant ce syndrome ont même gagné des concours de beauté féminins[2] !

Et pourtant, « ils » ont bien un chromosome Y.

Ils s’en rendent compte à l’adolescence, quand ils n’ont pas de règles.

L’échographie montre alors qu’ils n’ont pas d’utérus ni d’ovaires… mais des testicules non descendus.

Vous voyez l’importance des hormones sexuelles… dès le commencement de la vie… puis à l’adolescence… et bien sûr, pour les femmes, à la ménopause.

Mais bizarrement, entre l’adolescence et la ménopause, on n’en entend plus beaucoup parler.

Pourtant, les hormones sexuelles continuent à avoir des effets profonds sur la vie des femmes… surtout quand elles prennent la pilule !

Ce qu’on ne vous a sans doute jamais dit sur le cycle féminin et la variation des hormones avec ou sans pilule

Vous avez peut-être déjà vu un graphique de ce genre :


C’est une représentation simplifiée de la variation des hormones sexuelles pendant le cycle féminin, du 1er au 28ème jour.

On voit une franche poussée d’œstrogènes (en bleu) en première phase du cycle…

…suivi d’une nette poussée de progestérone (en noir), dans la seconde phase.

Mais sous pilule contraceptive, cela change du tout au tout.

Regardez la figure ci-dessous (cette fois, les œstrogènes sont vert et la progestérone en rouge).

A gauche, sur les 28 premiers jours vous avez le cycle normal, avec le pic d’œstrogène en première phase et la hausse de progestérone en seconde.

…et à droite, les jours suivants, le cycle de 28 jours, sous pilule :

Vous voyez qu’il y a une énorme différence : sous pilule, les hormones sexuelles sont à plat, sans poussée d’œstrogène.

Et cela peut avoir d’énormes conséquences psychologiques ! 

Encore une fois, je précise que cela dépend énormément des femmes.

Il arrive que l’effet psychologique soit positif – que la pilule procure un mieux-être.

Mais ce qui est sûr, c’est que vous avez FORCÉMENT des effets psychologiques chez la plupart des femmes qui prennent la pilule.

Scoop : le cerveau d’une femme sous hormones œstrogènes

Grâce aux neurosciences, on sait désormais à quoi ressemble le cerveau d’une femme sous œstrogènes.

Regardez l’image ci-dessous.

A gauche, vous avez des cellules nerveuses sans œstrogène, et à droite, avec une bonne dose d’œstrogène.

Vous voyez que les cellules nerveuses sous oestrogènes ont plus de connexions.

Cela veut dire que votre cerveau est plus « alerte », vos sens sont plus aiguisés… et vous êtes plus vive !

Je rappelle que le pic d’œstrogène a lieu en première partie du cycle naturel, avant l’ovulation.

C’est le moment où les hormones « préparent » la femme à une éventuelle conception.

D’un point de vue darwinien, c’est le moment où jamais pour la femme d’avoir un cerveau au « top », pour faire les bons choix !

C’est aussi le moment où les femmes prennent davantage soin d’elles-mêmes.

De fait, dans la première phase de cycle, les femmes ont un peu plus tendance à se maquiller, à bien choisir leurs vêtements, à faire de l’activité physique.

Et pour les mêmes raisons, c’est aussi la phase du cycle où la libido est au plus haut !

Mais après l’ovulation, et la poussée de progestérone, il y a un léger changement.

Là, il s’agit de préparer le corps à donner de l’énergie à un éventuel fœtus – les femmes ont alors tendance à manger un peu plus.

C’est aussi le moment pour le corps de « calmer le jeu ». De fait, la progestérone a des effets apaisants sur le système nerveux.

Au total, les deux phases s’équilibrent : plus d’excitations dans la première, plus de calme dans la seconde. Plus de restriction calorique et d’exercice dans la première, plus de récupération et de nourriture dans la seconde.

Et c’est tout le problème de la pilule.

Sous pilule, c’est un peu comme si votre corps était en permanence en seconde phase du cycle, avec peu d’œstrogène.

Voilà pourquoi, chez un certain nombre de femmes :

  • La pilule a tendance à faire prendre du poids ;
  • La pilule a tendance à affaiblir la libido ;
  • Et la pilule a tendance à augmenter la déprime !

La vie sous pilule peut paraître plus « plate », moins riche en nuance, moins excitante.

Et c’est tout à fait logique, quand on connaît la puissance des hormones.

Sauf qu’on ne le dit presque JAMAIS aux femmes !

Perte de libido ? Prise de poids ? Dépression, anxiété ?

« Rien à voir avec la pilule. C’est dans votre tête », ont déclaré les gynéco et médecins généralistes pendant des décennies.

Alors qu’il suffit de voir les courbes d’hormones pour voir que c’est un mensonge éhonté !

Comme le dit Sara Hill, nous avons plusieurs versions de nous-mêmes, et les hormones influencent quelle version de nous-même nous devenons !

Et ce qui est encore plus fou, c’est que les hormones pourraient influencer aussi le type d’hommes qui attirent les femmes !

Certaines recherches récentes suggèrent qu’en première phase du cycle, les femmes sont un peu plus attirées par les hommes au physique sexy et viril… tandis qu’en seconde phase, elles sont davantage attirées par l’intelligence et le statut social de leur partenaire.

Selon une étude récente, les femmes qui ont rencontré leur futur mari sous pilule sont, en moyenne, moins attirées physiquement par leur conjoint quand elles retrouvent leur cycle naturel[1] !

Cela reste à confirmer mais dans le doute, c’est une bonne raison de conseiller à vos enfants ou petits-enfants d’arrêter la pilule au moins un ou deux ans avant de se marier ou faire un enfant !

Et tout ça, c’est sans parler des effets indésirables de la pilule, liés au fait que ce sont des hormones synthétiques, prises sous une forme non naturelle (par voie orale).

Je vous en parlerai dans une prochaine lettre – et ce sera l’occasion de reparler du scandale des pilules de 3ème et 4ème génération.

Bonne santé,

Xavier Bazin



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 réponses à « Femmes, on vous a caché les effets de la pilule sur votre cerveau »

  1. Mireille says:

    Bonjour et merci pour votre lettre. Ma fille de 22 ans a le SOPK et seule la pilule lui permet de ne pas avoir le visage boursoufflé d’acné sans compter les douleurs durant son cycle.
    Elle ne trouve pas d’alternative à la pilule car le SOPK reste un problème méconnu de nos jours. Alors oui, elle prend la pilule tous les jours avec dégout. Si vous avez des conseils à ce sujet, je pense que beaucoup de femmes pourraient être intéressées. Bien cordialement.

  2. Stef says:

    Merci pour cet article. Je suis moi même une jeune femme de 31 ans très sensible aux hormones de synthèse qui détruit littéralement ma libido, me cause et amplifie la sensation de déprime voire plonge dans la dépression, la crise d’angoisse aussi une fois avec l’implant et les pleurs sans raison et incontrôlables j’ai également eu mon lot lorsque déjà sans nous sommes sensibles/hypersensibles ces hormones peuvent venir amplifier notre émotivité , la dérégler complètement et nous faire tout prendre très à coeur, puissamment .. ce qui laisse souvent un conjoint dans l’incompréhension d’ailleurs alors je souhaitais vous remercier d’en parler , surtout quand c’est un homme qui en parle!
    Il y a une méfiance généralisée et à mon sens justifiée face à la pilule et tout le cortège hormonal (anneaux, Mirena, Implanon, Patch etc). Si la femme a un cycle naturel qui fonctionne d’une certaine façon il est à mon sens mauvais de le modifier et on en voit les conséquences sans parler des cas de phlébites, embolies pulmonaires , c’est terrible, il faut que les jeunes filles sachent ! Puis encore lenvironnement, le changement de sexe des poissons car tout cela se retrouve dans nos urines puis dans les rivières.. C’est une véritable catastrophe sanitaire et environnementale et il est grand temps d’en parler massivement.

  3. pierre nocolas Chesnot says:

    La plupart des humains n’aiment pas penser que les hormones sont hyper puissantes et règlent quantité de choses dans notre organisme notamment nos émotionstellement puissante qu’elle peuvent induire des comportements inconscient comme la reproduction… Tellement puissante qu’elles peuvent induire des comportements inconscient comme la reproduction
    Sans compter que les hormones de la contraception polluent ensuite nos rivières
    L’éducation à la contraception est Plus efficace sans faire autant de dégâts…

  4. Daniel says:

    Cela explique le nombre de divorces et d unions de courte durée

  5. Christine de Viron says:

    Bonjour,
    Je suis d accord avec tout ce que vous dites sur la pilule dont je suis aussi contre. Mais que peut on proposer à nos jeunes femmes aujourd’hui ?
    Merci de votre réponse.

RECEVEZ GRATUITEMENT LA NEWSLETTER DU PROJET SANTÉ CORPS ESPRIT


En cadeau pour toute inscription, recevez votre dossier spécial 10 trésors de la santé naturelle qui peuvent changer votre vie.

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
Santé Corps Esprit

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité

Rejoignez-nous !

RECEVEZ GRATUITEMENT LA NEWSLETTER DU PROJET SANTÉ CORPS ESPRIT


En cadeau pour toute inscription, recevez votre dossier spécial 10 trésors de la santé naturelle qui peuvent changer votre vie.

En cliquant ci-dessus, je m'inscris à la lettre d'informations
Santé Corps Esprit

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité