Intérêt médicaments

Le Pr Raoult, grand fan des médecines naturelles ?

Le 24 juin dernier, le Professeur Raoult a été auditionné pendant 3 heures devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale.

Ses déclarations ont fait un peu de bruit dans les médias, mais personne n’a relevé une chose incroyable.

Le Pr Raoult a expliqué que le traitement le plus novateur et prometteur en maladie infectieuses depuis 20 ans…

…est une thérapie 100 % naturelle !

Le Pr Raoult a compris la « révolution microbiote » !

Eh oui : devant les députés, le Pr Raoult a déclaré que le traitement le plus révolutionnaire contre les maladies infectieuses… est un traitement naturel, fondé sur le microbiote !

Je le cite :

« Le microbiote est un changement de perspective majeur.

Rendez-vous compte que le médicament le plus révolutionnaire du XXIe siècle pour les maladies infectieuses, si l’on excepte le traitement de l’hépatite C, c’est la greffe fécale !

On sauve des gens en leur faisant une greffe fécale.

En effet, la « greffe fécale » est aujourd’hui le meilleur traitement contre une bactérie qui fait des ravages chez les personnes âgées : Clostridium Difficile (ou C. Difficile) [1].

Le Pr Raoult connaît bien cette bactérie… et cette thérapie étonnante de « transplantation du microbiote » (greffe fécale), car il la pratique et l’étudie lui-même à son IHU de Marseille.

Concrètement, cela consiste à réimplanter les matières fécales d’un sujet sain dans le côlon du malade, par endoscopie.

Ce n’est peut-être pas très appétissant, mais c’est naturel, et ça sauve des vies !

Le « problème », c’est que cette thérapie ne rapporte rien à personne.

Elle ne plaît donc pas du tout à l’industrie pharmaceutique.

Comme l’a dit le Pr Raoult devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale :

« Ça irrite ceux qui voudraient le commercialiser, parce que c’est quelque chose qui ne peut pas rapporter d’argent.

Et pourtant, elle permet de traiter la maladie émergente la plus violente qu’on ait connue en France depuis vingt ans, avec 2 500 morts déclarées par an – peut-être le double en réalité. »

Le Pr Raoult pointe ici l’énorme problème de notre système médical.

Toute la recherche médicale est focalisée sur la découverte de nouveaux médicaments chimiques brevetables, conçus pour être vendus à prix d’or.

Résultat : 99 % des scientifiques du monde entier se désintéressent totalement de méthodes ou molécules anciennes, naturelles ou peu coûteuses… et potentiellement ultra-efficaces !

Certes, le Pr Raoult n’a jamais défendu les médecines naturelles en soi.

Ce qu’il défend, c’est la ré-utilisation d’anciennes molécules pour de nouveaux problèmes.

Mais dans les faits, ces « anciennes molécules » sont souvent des molécules naturelles, ou issues de la nature !

Prenez le cas de l’hydroxychloroquine.

Le Pr Raoult répète souvent que c’est un médicament dérivé de la quinine, une molécule parfaitement naturelle, extraite de l’écorce d’un arbre d’Amérique du Sud !

Et c’est justement parce que c’est un traitement ancien et peu coûteux que les pontes de l’establishment médical ont autant combattu la chloroquine :

« Le problème, expliquait le Pr Raoult en mars dernier, c’est qu’ils ont du mal à admettre qu’une nouvelle maladie, un nouveau virus, puissent être traités efficacement par des molécules anciennes qui ne coûtent rien, plutôt que par une nouvelle prouesse de la recherche pharmaceutique, très chère et très compliquée à industrialiser »[2].

Mais l’hydroxychloroquine n’est pas la seule molécule ancienne intéressante.

Parmi les anciens médicaments que le Pr Raoult apprécie beaucoup, il y a les antibiotiques.

Or peu de gens le réalisent, mais les antibiotiques sont des molécules naturelles, créés par des champignons ou des bactéries.

Ce ne sont pas des molécules de synthèse qui auraient été inventées de toutes pièces dans un laboratoire.

Comme l’a dit le Pr Raoult devant les députés, les antibiotiques ont « trois milliards d’années »… et c’est pour ça qu’ils sont si efficaces !

Le problème, c’est que les vieux antibiotiques, comme l’azithromycine, ne rapportent plus rien aux laboratoires pharmaceutiques…

…et donc presque personne ne cherche à les utiliser !

C’est un immense gâchis, a expliqué le Pr Raoult : « les antibiotiques ne sont connus que ce pour quoi ils ont été testés, alors qu’ils sont multifonctionnels – certains servent, par exemple, d’anticancéreux ou d’antiviraux. »

Dans la presse, le Pr Raoult a donné l’exemple d’une patiente atteinte d’une tuberculose multirésistante aux antibiotiques, qui a été guérie grâce à une très vieille molécule contre la lèpre, que plus personne n’utilisait[3].

Ce que demande le Pr Raoult, c’est le « repositionnement de molécules anciennes ».

Cela consiste à arrêter de chercher à tout prix la « nouvelle molécule brevetable », et à la place, tester massivement de vieux médicaments ou des remèdes naturels !

Deux exemples frappants du « repositionnement » de molécules anciennes

Il y a quelques mois, le magazine l’Express a publié un article très bien fait sur cette question cruciale du « repositionnement » des vieilles molécules[4].

Et comme par hasard, parmi les « médicaments anciens » cités dans l’article, les deux molécules les plus prometteuses sont 100 % naturelles !

L’article commence ainsi :

« Sauvera-t-on bientôt les victimes d’un accident vasculaire cérébral grâce à un vieux médicament contre le rhume, le Mucomyst ? ».

Or le « mucomyst » n’est rien d’autre qu’une « marque » désignant une molécule naturelle appelée N-acetylcystéine.

La N-acetylcystéine est un acide aminé qui a énormément de vertus, dont celle de fluidifier les bronches.

C’est pour ça que des scientifiques de l’INSERM, du CHU et de l’Université de Caen ont eu l’idée de tester cette molécule contre les AVC, en intraveineuse, pour fluidifier les caillots sanguins.

Et les résultats ont été « spectaculaires », dit l’article : « même les caillots résistants aux meilleurs traitements disponibles ont été dissous », a déclaré le Pr Denis Vivien !

C’est une excellente nouvelle, car un des grands avantages des vieilles molécules, ou des molécules naturelles, c’est qu’il n’y a pas besoin de 10 ans de recherche en laboratoire pour les mettre sur le marché :

« Nous n’aurons pas à refaire les analyses toxicologiques. Les études seront donc plus rapides que pour un traitement totalement nouveau ».

Le drame, c’est que ce que fait ce Professeur Vivien à Caen est l’exception, et non la règle.

Comme personne ne peut gagner d’argent avec la N-acetylcystéine, presque personne ne s’y intéresse, dans le système actuel !

L’essentiel du financement de la recherche se concentre sur des molécules nouvelles et brevetables, ayant pour objectif de rapporter de l’argent.

Les Pr Raoult et les Pr Vivien sont des oiseaux rares dans le monde universitaire !

Et pourtant, si tous les scientifiques faisaient comme eux, la recherche médicale ferait des progrès spectaculaires !

La preuve avec une autre molécule ancienne citée par l’Express : le lithium.

C’est un minéral naturel, dont je vous ai déjà parlé pour ses effets très intéressants contre la dépression.

Or une équipe de scientifiques a découvert que ce minéral pourrait être « efficace contre une forme rare de syndrome autistique d’origine génétique ».

Mais là encore, cette découverte est l’exception : très rares sont les équipes qui cherchent la perle rare dans les vieilles molécules comme le lithium !

Ainsi, je connais d’innombrables molécules naturelles (quercétine, resvératrol, huiles essentielles, etc. ) qui sont hyper-prometteuses pour beaucoup de pathologies… mais n’ont jamais été testées correctement, faute de financement et d’intérêt des labos !

C’est tout le problème d’avoir laissé la recherche aux laboratoires pharmaceutiques, et négligé la recherche publique indépendante.

Comme l’a déclaré le Pr Raoult :

« L’État n’a pas pris l’habitude de financer les études thérapeutiques car ce sont les laboratoires pharmaceutiques qui s’en chargeaient et quand ils n’ont plus d’intérêt financier, comme dans les génériques qui rapportent peu, ils ne font plus de recherche »[5].

De fait, l’IHU du Pr Raoult à Marseille est un OVNI dans le paysage médical actuel.

Cet Institut est un des seuls laboratoires de recherche réellement indépendant de Big Pharma… et c’est pour ça qu’il a été tant attaqué !

Il est donc urgent de changer de modèle.

Comment Big Pharma stérilise la recherche scientifique, à son profit

C’est d’autant plus crucial, aujourd’hui en 2020, que les nouvelles molécules sont de moins en moins intéressantes pour la santé publique.

Je cite encore l’audition du Pr Raoult (disponible en intégralité sur le site de l’Assemblée nationale) :

« Au XXIe siècle, très peu de médicaments nouveaux ont permis un changement thérapeutique, ils concernent essentiellement le traitement du cancer et les hépatites C ; le reste est marginal.

Pourtant l’industrie pharmaceutique n’a jamais été aussi florissante. »

C’est le comble : on découvre de moins en moins de nouveaux médicaments réellement utiles… et pourtant Big Pharma n’a jamais gagné autant d’argent !

Et le pire, c’est que ce n’est pas nouveau : le Pr Raoult l’avait déjà écrit dans un rapport officiel qu’il a rédigé il y a près de 20 ans[6] :

« L’industrie est indispensable au développement thérapeutique. Son objectif, toutefois, est de gagner de l’argent avec des molécules. L’industrie ne devrait pas être en charge de la recherche médicale, ni de l’enseignement post-universitaire.

Il faut noter que l’Etat ne prend pas en charge les nécessaires recherches thérapeutiques incluant, en particulier, des médicaments anciens ou non rentables »

Cette absence de recherche financée par fonds publics est encore plus tragique pour les molécules naturelles.

La plupart des remèdes naturels n’ont jamais fait l’objet d’études scientifiques de grande ampleur…

…alors qu’elles sont le meilleur réservoir de traitements qui soignent.

Et c’est pour ça que ce que dit le Pr Raoult est aussi important : dans notre modèle médical actuel, fondé sur la rentabilité financière, la médecine naturelle, ultra-efficace, ne sera jamais à l’honneur.

Il faut une RÉ-VO-LU-TION, et des financements de l’Etat pour faire des vraies recherches pour guérir les malades, et cela économisera des milliards à l’Assurance Maladie !


Sources

Répondre à POTIER JEAN-LOUIS Annuler la réponse

59 commentaires

BERNARD BURLET 15 juillet 2020 - 9 h 37 min

Bonjour,
Très intéressant votre article, fait certainement après avoir écouté attentivement la déposition du Professeur Raoult.
Essayons de marteler ce message et transformons-le en message politique.
Il nous faut un gouvernement qui remette la vraie recherche indépendante à l’honneur. C’est devenu plus qu’urgent vu l’avalanche de mensonges qu’on nous assène pour cacher la magouille financière des labos.
C’est une remise à plat gigantesque car le public est complètement perdu et ne sait plus à qui faire confiance.

Répondre
Dust 15 juillet 2020 - 9 h 33 min

Je ne parle quasi jamais de mes expériences professionnelles chez #bigPharma notament #bayer car j’ai constaté un phénomène étrange : la mise en place en direct du déni de mon/les interlocuteurs… c’est comme si notre intelligence nous rendait super con….

Répondre
Catherine 15 juillet 2020 - 9 h 16 min

La situation décrite est tellement juste. il faudrait sortir les laboratoires des écoles de médecine. leur présence est néfaste pour notre système de santé et met sous influence nos étudiants futurs médecins au détriment de l esprit scientifique pur. Un pôle national du médicament indépendant serait souhaitable ainsi que la reprise en main de notre recherche par le système publique pour stopper toutes ces dérives auxquelles on assiste et qui ont été mises au grand jour par cette récente crise sanitaire.
Mes 2 fils à Londres touchés par le COVID ont dès le début des symptômes appliqué le protocole du Dr. Raoult et dans les 2 à 3 jours de traitement ont retrouvé la force de pouvoir rédiger un simple SMS.
Merci Docteur.
PS. Mes compatriotes devraient se demander pourquoi notre armée a fait des stocks de chloroquine.

Répondre
Maflor 15 juillet 2020 - 9 h 06 min

Vous exposez très bien la situation. Merci!
On dirait que le problème fondamental est de revenir au bon sens car tout ce que vous citez est évident.
Il semblerait que la rationnalité des collaborateurs des industries pharmaceutiques est partie sur orbite, par conséquent qu’elle n’est plus connectée à la réalité terrestre!

Répondre
Michel North 15 juillet 2020 - 8 h 31 min

Le Pr Raoult a certainement beaucoup de mérites, mais ses provocations et même son arrogance nuisent à sa crédibilité.
Et on ne sait toujours pas si la chloroquine est efficace ou non ?

Répondre
Dust 15 juillet 2020 - 9 h 47 min

Peut-être que s’il n’était pas comme ça, il ferait comme ces collègues : se laissé corrompre par les laboratoires pour s’assurer petite vie tranquille…
Les défauts de ses qualités…

Répondre
D.Laroche 15 juillet 2020 - 16 h 31 min

Chacun peut se permettre de juger le pr. Raoult comme bon lui semble, c’est le privilège de la démocratie mais, l’objectivité voudrait que vous citiez aussi tous ces « sachants » chaque soir derrière les caméras à dénoncer ce véritable soignant et l’un de nos plus grands chercheurs. Je ne l’ai jamais vu à la télé, seulement sur BFMTV, et de très courts instants où il lui était demandé chaque fois de se justifier. J’ai lu le compte-rendu de l’audition à l’Assemblée, précise, claire, dénonçant un système de santé archaïque, l’emprise de Big Pharma, les voyages offerts à des gens d’influence, etc. Les résultats de travaux scientifiques sont présentés au pluriel et non à la première personne car ce sont des travaux effectués par des équipes, bien évidemment. L’aveu de connaissances encore insuffisantes l’est à la première personne, avec humilité. Le souci constant du devoir à accomplir apparaît en permanence. Où est l’arrogance ? où sont les provocations ? Pour le moins, il est évident que nous n’avons pas la même perception du français ni de la réalité des faits.

Répondre
Tissot 16 juillet 2020 - 8 h 05 min

Bien sur qu’on le sait!!!!!!!
Et cessons de s’arrêter sur le look et le caractère des gens . On s’en fout!!!!
L’important est leur courage face aux vautours pharmaceutiques et leurS connaissances et Grandes expériences!!!!!

Répondre
matrone maryse 15 juillet 2020 - 8 h 02 min

très bon article – tout a fait exact

Répondre
contat 15 juillet 2020 - 7 h 59 min

Merci à vous.
Je vous lis toujours avec intérêt et essaie de partager le plus possible à d’autres.
Il y a une telle désinformation, orchestrée, voulue, que les gens doutent, parce que déorientés et pour cause !
Denise

Répondre
POTIER JEAN-LOUIS 15 juillet 2020 - 7 h 44 min

C’est un message d’espoir, certes, mais voyez vous Mr Macron prendre des mesures qui déplairaient à son mentor Sanofi à qui il doit son élection ?

Répondre
SAVELLI Michel 15 juillet 2020 - 7 h 32 min

Le Lithium n’est pas une molécule « ancienne ou nouvelle », c’est un élément du tableau de MendeleÏev, comme l’Hydrogène et le Fer.

Répondre
ROUILLON Régine 15 juillet 2020 - 7 h 16 min

BRAVO, mille fois BRAVO, comme vous avez raison…, il est scandaleux que les recherches actuelles ne soient financées que par les laboratoires pharmaceutiques qui ne pensent bien sûr qu’au côté lucratif pour eux au dépend de traitements plus efficaces, voire déjà existants ,mais d’un rapport financier plus modeste…
A quand les instituts de recherches indépendants financés par l’Etat …???

Répondre
1 2 3 6