Vaccin covid

Déception vaccinale en Israël, ce qu’il faut en retenir

C’est la débâcle en Israël.

Ce pays confine toute sa population depuis plus d’un mois (le 27 décembre).

C’est un confinement strict : même les écoles sont fermées (contrairement au confinement français de l’automne).

Et comme on le sait, Israël a massivement vacciné sa population.

La vaccination a commencé dès le 19 décembre, à un rythme effréné :

    • Le 27 décembre, l’immense majorité des 350 000 résidents de maisons de retraite avaient déjà reçu leur première dose ;
    • Au 1er janvier, la moitié des plus de 60 ans avaient eu leur vaccin.

Et au moment où je vous écris, plus de 90 % des plus de 70 ans ont été vaccinés, dont la majorité avec 2 doses.

En termes de vitesse de vaccinations, Israël est le modèle que tout le monde admire :


Israël, premier pays au monde de très loin en termes de doses de vaccin injectées à sa population

Donc, Israël était l’élève modèle, le premier de classe.

Ils ont appliqué la « recette magique » de nos décideurs : CONFINEMENT + VACCINATION.

Résultat ? Eh bien…

Houston, Houston, il y a un problème.

Dans les chiffres, on ne voit pas le début du commencement d’un effet positif de la vaccination !

Au contraire, c’est l’affolement général en Israël :

  • Le 24 janvier, Israël a décidé précipitamment d’étendre le programme de vaccination au 16-18 ans, et prévoit déjà de vacciner les enfants aussi ;
  • Le 26 janvier, le Parlement a doublé les amendes pour les contrevenants du confinement ;

  • Le confinement devait être levé le 31 janvier… il a été reconduit pour 5 jours… puis encore 2 jours de plus… et les écoles sont toujours fermées

  • Le Premier Ministre Netanyahu a même dû annuler sa visite prévue cette semaine à Abu Dhabi pour une rencontre historique… tout ça pour maintenir l’aéroport international fermé (il l’est depuis 1 mois).

Le 1er février, le Pr Eli Waxman, expert auprès du gouvernement, faisait cette terrible confession :

« Le pays n’est pas près de battre le virus. Le programme de vaccination a été mis en œuvre avec succès, mais ne va pas suffire à résoudre la crise, à court terme. »[1]

Mais c’est pire que ça.

Fin janvier, on a cru que l’effet de la vaccination se faisait sentir… et puis non, les contaminations sont légèrement reparties à la hausse :


Ce graphique montre l’évolution du nombre de cas en Israël de début septembre 2020 à début février 2021 : ni le confinement, ni la vaccination n’ont à ce jour causé de chute massive du nombre de cas

 
Comment expliquer ça, alors qu’on nous a promis monts et merveilles avec le vaccin ?

Si le vaccin était vraiment la « solution miracle » pour sortir de la crise sanitaire, cela devrait se voir clairement en Israël.

On aurait dû observer une chute spectaculaire du nombre de contaminations, d’hospitalisations et de morts.

Mais non… et cela, malgré un confinement strict.

Dans les pays voisins d’Israël (Palestine, Jordanie, Liban), qui n’ont pas ou peu vacciné, la situation est même plutôt meilleure :


Ce graphique montre l’évolution du nombre de cas positifs en Israël (bleu) et ses voisins non vaccinés : Liban (rouge), Jordanie (violet) et Palestine (vert), de début septembre 2020 à aujourd’hui

Il y a deux grandes explications possibles à cet échec apparent de la vaccination :

  • Les mutations et variants ont peut-être déjà rendu le vaccin inefficace (voire contre-productif) ;
  • Les essais cliniques étaient trafiqués et les 90 % d’efficacité qui nous ont été annoncés n’ont jamais été réels.

Je vous parle tout de suite de la « farce » de ces essais cliniques – et vous verrez que le mot n’est pas trop fort.

Mais d’abord, un mot sur les fameux variants :

VARIANTS : on savait depuis le début que c’était un problème !!

Le 22 mars 2020, il y a près d’un an, au tout début de l’épidémie, je vous écrivais un article intitulé Épidémie COVID-19 : le vaccin est-il la solution miracle ?[2]

Ma réponse était « non », et mon principal argument était le suivant :

« Le coronavirus chinois peut parfaitement muter d’ici la confection du vaccin.

Une légère mutation du virus pourrait rendre le vaccin inutile… ou même contre-productif »

C’est exactement ce qui s’est passé, avec les nouveaux « variants », britanniques ou sud-africains.

Moderna a déjà reconnu que son vaccin fonctionnait mal, et a promis une troisième dose adaptée au nouveau variant pour l’automne prochain !

Cela ressemble à l’énergie du désespoir, car d’ici-là, on peut être sûr que d’autres variants auront déjà rendu cette troisième dose obsolète.

Pourquoi ? Mais parce qu’on sait que la vaccination va encore accélérer la production de nouveaux variants, qui échappent au vaccin !

Là encore, je vous l’ai écrit noir sur blanc le 19 mai dernier :

« A force d’utiliser les vaccins, les germes s’adaptent, mutent et résistent.

On l’observe déjà avec la coqueluche : la vaccination classique contre la bactérie B. Pertussis a laissé la voie libre à une autre souche bactérienne, B. Parapertussis, qui provoque également la coqueluche[9].

A chaque fois, la réponse des scientifiques est une « fuite en avant » du Progrès : il faut de nouveaux vaccins… »

Et c’est EXACTEMENT ce qui est en train de se passer.

Après vous avoir dit que le vaccin était la solution miracle, on commence à reconnaître qu’il faudra revacciner en permanence contre les nouveaux variants.

Le Professeur Caumes l’a encore reconnu récemment, chez Jean-Jacques Bourdin, sur BFM-TV et RMC :

« Le problème de la vaccination, c’est que des variants vont émerger, c’est inéluctable, et contre ces variants, la vaccination ne fonctionnera peut-être pas (…)

Il va probablement falloir se revacciner contre les variants contre lesquels le vaccin n’est plus efficace. »

(Entre parenthèses, on se demande bien pourquoi en France, il faudrait se vacciner maintenant, alors qu’on approche de la fin de l’épidémie hivernale et qu’il faudra de toute façon se revacciner à l’automne prochain contre les nouveaux variants.)

Bref, les variants étaient un gros problème pour le vaccin, prévisible depuis le départ.

Maintenant, parlons des essais cliniques.

Car il n’est même pas certain que les variants soient responsables de l’inefficacité du vaccin observé en Israël.

Il est vraisemblable que le vaccin était peu efficace dès le début, contre le virus d’origine !

Pourquoi les essais cliniques n’ont rien à voir avec la réalité

Car il y avait depuis le départ de sérieux doutes sur la fiabilité des essais cliniques.

Il faut bien comprendre une chose : les personnes qui ont testé le vaccin n’ont presque rien à voir avec ceux qui sont hospitalisés et meurent de la Covid-19.

Déjà, la moitié des morts de la Covid-19 ont plus de 85 ans… or les plus de 85 ans étaient exclus des essais cliniques !

Il est assez hallucinant de ne pas avoir fait d’essai clinique en maisons de retraite.

C’était voulu de la part des laboratoires, pour ne pas dévoiler la faible efficacité de leur vaccin.

Car on sait parfaitement que les vaccins sont rarement efficaces chez les plus de 80 ans, qui n’ont pas un système immunitaire performant.

D’ailleurs, non seulement il n’y avait aucun patient de plus de 85 ans dans les études… mais il y avait très peu de patients de 75 à 85 ans.

Et ceux qui étaient inclus n’étaient pas du tout représentatifs de ceux qui sont le plus vulnérables à la maladie !

Parmi les 75-85 ans des essais cliniques, il n’y avait pas d’immuno-déprimés, pas de cancéreux… et pas de patients en Ehpad !

Car je rappelle quand même qu’on peut être en Ehpad à 75 ans, notamment en cas de maladie dégénérative.

Mais dans les essais cliniques, bien sûr, aucun n’était dans ce cas, alors que ce sont des patients particulièrement vulnérables à la Covid-19.

Faut-il vraiment être surpris que la vaccination n’apparaisse pas efficace dans les Ehpad – voire contre-productive ?

Écoutez ce cri du cœur de cet expert en gérontologie auprès du gouvernement britannique, le Pr Martin Vernon :

« Je suis profondément inquiet de voir des flambées d’infections chez des résidents de maisons de retraite vaccinés avant et après 21 jours »[3].

En France, c’est le cas par exemple de l’Ehpad de la ville d’Eu, avec 60 cas positifs malgré une vaccination massive depuis au moins deux semaines[4].

Encore une fois, c’était parfaitement prévisible, quand on sait que les personnes âgées et dépendantes réagissent peu ou pas au vaccin, quel qu’il soit.

Maintenant, parlons des patients diabétiques et en hypertension qui étaient inclus dans les essais cliniques, quel que soit leur âge.

N’étaient-ils pas, eux, représentatifs des personnes vulnérables à la Covid-19 ?

Eh bien pas vraiment.

En réalité, les plus à risques de mourir de la Covid-19, ce sont plutôt les diabétiques mal équilibrés, ceux qui ne prennent pas vraiment soin de leur santé…

…et beaucoup moins ceux qui sont parfaitement suivis par leur médecin… comme l’étaient les volontaires des essais cliniques !

Quant aux moins de 65 ans, ceux qui ont intégrés les essais cliniques, ils n’étaient pas non plus représentatifs.

Figurez-vous que 25 % des patients testés étaient des soignants… or il n’y a pas 25 % de soignants dans la population !

C’est important, car les soignants sont beaucoup plus attentifs à leur santé que les autres !

Pour prendre un cas extrême, mais parlant, il n’y avait pas, dans les essais cliniques, les populations fragilisées et vulnérables aux infections que sont les toxicomanes, les SDF, les prostituées, les migrants, les alcooliques, etc.

Bref, rien qu’avec tout cela, il fallait être prudent avec ces essais cliniques.

Mais il faut aussi ajouter à cela les risques de manipulation en tout genre :

Les Mille et Une façons de TRUQUER les chiffres des essais

Les laboratoires sont passés maîtres dans l’art de trafiquer leurs résultats.

C’est en particulier le cas du laboratoire Pfizer, condamné en 2009 à 2,3 milliards de dollars « pour publicité mensongère relative à plusieurs médicaments ».

Vous voyez le gag, quand on sait que ce sont les laboratoires eux-mêmes, comme Pfizer, qui ont organisé les essais cliniques de A à Z, donc sans observateur indépendant…

…et qu’ils n’avaient aucune obligation de transmettre aux autorités de santé la totalité de leurs résultats !

« Ce qui se passe vraiment, c’est que ces agences sanitaires n’ont accès qu’aux chiffres que les laboratoires veulent bien leur donner. Or si vous êtes Pfizer ou Moderna, vous n’allez tout de même pas vous tirer une balle dans le pied en transmettant des données défavorables à votre vaccin », avait parfaitement expliqué le Dr de Lorgeril, du CNRS.

De toute façon, même s’il n’y a pas eu truquage, il y avait un gros problème dès le début avec le protocole de ces essais cliniques.

Comme l’avait expliqué le Dr Doshi, dès le mois d’octobre, dans le British Medical Journal, ces essais avaient deux énormes limites :

  • Ils ne pouvaient pas conclure quoi que ce soit sur la capacité du vaccin à éviter les hospitalisations et les morts – il aurait fallu faire un essai dans une maison de retraite, ce que les labos ont soigneusement évité de faire !
  • Et ils ne pouvaient pas conclure non plus sur la capacité du vaccin à empêcher les transmissions, donc à freiner la circulation du virus dans la population !

Mais alors, que pouvaient bien nous dire ces essais ?

Uniquement la capacité du vaccin à éviter à des personnes en bonne santé 3 à 4 jours de symptômes un peu pénibles de la Covid-19.

C’est là-dessus qu’on nous a annoncé 90 % de réussite.

Mais même sur ce point, on peut avoir des doutes énormes !

Comme l’a relevé le Dr Doshi, dans le British Medical Journal, il y a une grosse bizarrerie dans les chiffres de Pfizer.

Si l’on regarde bien le nombre de cas suspects de Covid-19, il y en avait

  • 1800 dans le groupe placebo
  • Contre 1600 dans le groupe vacciné

Si l’on s’en tient aux cas suspects (symptômes), après 7 jours de vaccination, on arrive à efficacité de 29 % seulement, loin des 90 % promis !

Alors d’où viennent les 90 % ? Des cas confirmés par PCR : 8 dans le groupe vacciné, contre 162 dans le groupe placebo.

Mais peut-être Pfizer s’est-il arrangé pour faire plus de tests PCR dans le groupe placebo, pour aboutir à plus de résultats positifs ?

C’est très possible, car les effets secondaires permettaient de repérer ceux qui ont reçu le vaccin plutôt que le placebo… et il suffisait donc de multiplier les tests PCR chez ceux qui n’ont eu aucun effet secondaire !

Et les patients eux-mêmes, s’ils savaient avoir reçu le vaccin (du fait des effets secondaires), ont certainement moins cherché à être testés, car ils se pensaient protégés et ne pouvaient pas attribuer leurs symptômes à la Covid-19.

Bref, vous voyez comment il est facile de truquer ou biaiser un essai !?

Voilà pourquoi il faut absolument regarder l’efficacité du vaccin dans la « vie réelle ».

Et les chiffres israéliens nous le disent clairement : le vaccin ne vaut pas grand-chose.

Dans le meilleur des cas, il pourrait réduire un peu le nombre de cas et d’hospitalisations.

Dans le pire des cas, il pourrait être contre-productif.

Mais dans tous les cas, le vaccin n’est certainement pas la « baguette magique » espérée.

Et de toute façon, il y avait encore un autre problème avec cette illusion vaccinale :

Le vaccin arrive-t-il trop tard ?

Là encore, je le pense depuis le début : un vaccin, même efficace, arriverait forcément trop tard.

Le 28 octobre dernier, encore, je vous écrivais ceci :

« Même si la recherche scientifique fait un petit miracle en accouchant d’un vaccin sûr et efficace en 18 mois, il arrivera trop tard.

Car tout indique que l’essentiel de l’épidémie sera terminé, à l’été prochain.

Déjà aujourd’hui, même avec le retour de la saison hivernale, on n’assiste pas à une vague exponentielle, comme en mars dernier.

Si le coronavirus circule largement cet hiver, l’immunité collective sera certainement acquise au printemps.

Cela ne veut pas dire que le coronavirus disparaîtra totalement.

Simplement, il s’ajoutera aux 200 virus de l’hiver et aux infections respiratoires habituelles, sans « faire de vague », si j’ose dire.

C’est clairement le scénario le plus crédible.

A la sortie de l’hiver, on aura donc atteint le même résultat qu’avec un vaccin efficace : la majorité des gens devraient être immunisés contre la Covid-19.

Donc, si cela se confirme, même le plus parfait des vaccins ne servira à rien. »

Aujourd’hui, la Covid-19 recule un peu partout dans le monde.

Regardez les courbes de contaminations en Europe, Amérique du Nord et Amérique du Sud :


Ce graphique montre la baisse du nombre de cas, depuis début janvier, dans les continents les plus touchés : Amérique du nord (rouge), Europe (bleu) et Amérique du Sud (vert)

Cela baisse un peu partout, probablement parce qu’un début d’immunité collective a été atteint.

Quand bien même le vaccin serait efficace, il arrive trop tard, comme on pouvait l’anticiper.

Et je rappelle qu’on a mis 40 milliards d’euros dans cette « solution »…

…et quasiment RIEN sur la prévention (vitamine D, quercétine, zinc…) et les traitements (protocole Raoult, ivermectine, colchicine, etc.).

Sentez-vous libre de transmettre cette lettre autour de vous.

Car si on continue à faire n’importe quoi, voici ce qui risque de nous arriver (humour vu sur Internet) :

PS : voici le genre de courbe qu’on aurait dû observer en Israël, si le vaccin fonctionnait.

Il s’agit d’une chute brutale du nombre d’hospitalisations pour Covid-19 à Mexico depuis début janvier…

…date à laquelle toute personne testée positive a reçu de l’ivermectine (2 fois 12mg) !

Sources

Laissez un commentaire

88 commentaires

Georges Baillat 10 février 2021 - 10 h 44 min

Superbe, merci beaucoup à vous pour ce bilan très parlant et bien étayé!
Cordialement à vous

Répondre
irene 10 février 2021 - 13 h 57 min

Bonjour, bien étayé ? 4 articles de journaux grand public ? Le premier sur Israël en anglais soutient la vaccination et les résultats à 95% de Pfizer, il ne les remets pas en cause ! Il explique simplement qu’il va falloir gérer en attendant que tout le monde soit vacciné et donc continuer à confiner.

Répondre
SELF 11 février 2021 - 15 h 16 min

Bien sûr que les 95% ne sont pas remis en cause puisqu’il s’agit d’un principe fondamental des BPF (=GMP en anglais), propre à l’industrie pharmaceutique.
Cela signifie que le mode de fabrication des médicaments est fiable à 95% (c’est en réalité, très performant car en probabilité, on parle d’un « sigma = 2 » ; il s’agit du même « sigma » que celui du « Six sigma » de Motorola, sauf qu’ici il n’est pas de « 6 » mais seulement de « 2 », donc, moins performant mais on s’en contente industriellement car on peut difficilement faire mieux ; à part l’industrie aéronautique avec ses réacteurs d’avion où je me suis laissé dire que ça frisait le « sigma = 20 » ? à confirmer… ).

Or la démarche, les procédures de fabrication voire d’investigation en cas de déviations de production, sont certes performants à 95%, mais il n’en est pas du tout de même ici, de l’efficacité pour le patient, du vaccin fabriqué car celui-ci n’entre pas dans le même mode de réflexion des décideurs.
En production s’il y a une déviation (une non-conformité), tous les décideurs de big pharma ont fixé d’un commun accord que quasiment tout doit être passé à la loupe. Et c’est suivi et validé par les instances sanitaires (FDA…). Alors on investigue la Root-cause en tenant compte d’absolument TOUS les paramètres qui sont entrés dans l’environnement du produit fabriqué qui a été défectueux, pour savoir ce qui s’est passé et corriger la fabrication du produit pour l’avenir. Cette façon d’agir est louable, noble et excellente pour le patient. Mais ceci ne représente que la forme !

Car s’agissant du fond, c’est-à-dire en l’occurrence du vaccin en lui-même, ils n’ont pas le droit de déclarer qu’il est sûr à 95% pour le patient (c’est-à-dire, absolument TOUS les types possibles de patients, quels qu’ils soient et particulièrement ceux à risque, inclus) tant qu’ils ne tiennent pas compte d’un échantillonnage de personnes testeurs, qui reflète la réalité du terrain !
Or il devient de plus en plus notoire que les personnes testées sont choisies méticuleusement par ces labos pharma du vaccin covid, pour assurer que les résultats du vaccin testé seront les plus performants possibles et sans effet secondaire déclaré. C’est là que se trouve la supercherie du 95%! Car ces labos là, jouent sur le sacro-saint principe d’une fiabilité à 95% de l’industrie pharmaceutique, mais ne prennent qu’une infime partie de la population (qui plus est n’est pas du tout représentative) pour annoncer péremptoirement que ça fonctionne et que c’est efficace à 95% !

Pour finir, 10 ans ! Dix ans !! c’est le nombre d’années nécessaires pour tous les médicaments avant qu’ils soient autorisés d’être mis sur le marché avec l’agrément de la FDA ou de l’ANSM, etc…
C’est pour laisser le temps d’obtenir des datas crédibles recueillies sur les personnes testées, et les éventuels effets secondaires… Là avec ces vaccins blockbusters, on ne parle même plus d’un an ! Cherchez l’erreur ! 

Répondre
Edy F. 10 février 2021 - 10 h 35 min

Pourquoi ne parlez vous pas des centaines de morts et des milliers de gens malades dus à cette pseudo vaccination ?
Ce n’est pas un vaccin, c’est une expérimentation à grande échelle de thérapie génique.. et elle tue !

Répondre
Lapina 10 février 2021 - 10 h 35 min

Lettre magistrale de bon sens, logique implacable et incontestable! Que faire pour que les médias qui font et défont l’opinion autrement dit la vérité du moment ouvrent les yeux sur les TRAITEMENTS au lieu de suivre aveuglément la piste exclusive et manifestement contre productive de la vaccination.

Répondre
Freyne 10 février 2021 - 10 h 33 min

Bonjour et merci pour ces informations. Je souhaiterais connaître votre position sur ce qui se passe apparemment à Manaus au Brésil où plus de 70%de la population à été atteinte par la covid 19 et qu’ils sont presque tous à nouveau contaminés par un variant. Bien à vous

Répondre
irene 10 février 2021 - 13 h 51 min

La mesure des 70% à Manaus a été effectuée à partir d’analyse de sang de volontaires, à qui était proposé un examen gratuit de ce fait. C’est un biais scientifique. Il est possible que ce soient principalement des personnes qui pensaient avoir été contaminées et qui donc souhaitaient le vérifier qui se soient présenter. Le pourcentage en serait mécaniquement faussé vers les valeurs élevées. Par ailleurs comme les autres coronavirus, celui de la Covid mute et plus on laisse l’épidémie se propager (pas de confinement, pas de vaccination) plus il a l’occasion de muter et de se (re) propager.

Répondre
irene 10 février 2021 - 10 h 30 min

Bonjour, la technique de la longueur du texte et de soit disant références (quelques articles de journaux non scientifiques) fonctionne malheureusement pour que les lecteurs anxieux et ne pouvant pas lire les articles scientifiques en anglais vous donnent crédit sans vérification de vos propos. Vous mélangez tout, choisissez les seules informations biaisées qui permettent que les lecteurs diffusent vos propos pour étendre votre fichier client. Votre mérite : publier les commentaires négatifs comme le mien. Les premières études scientifiques montrent des résultats identiques à ceux des phase 3 si ce n’est meilleurs pour les vaccins, y compris en Israël. Les 16-18 ans commencent à être vaccinés pour essayer de préserver leurs examens de fin d’études. Chaque pays est différent dans sa densité, ses pratiques culturelles et religieuses qui favorisent plus ou moins la diffusion du virus. Assez étrangement, puisque vous n’êtes pas pour un confinement strict il semble, vous ne parlez jamais de la Nouvelle Zélande ou l’Australie… Ce serait plus éthique et responsable que vous limitiez vos messages à : prenez soin de votre état de santé global : mangez varié, équilibré, faites du sport etc. Le protocole pour la vitamine D dans le cadre de la Covid a été publié par l’Académie de médecine le 22 mai 2020 https://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-nationale-de-medecine-vitamine-d-et-covid-19/. Ce n’est qu’un exemple. Pourquoi vouloir faire croire à vos lecteurs que les professionnels scientifiques sont moins compétents que vous professionnel du mailing ?

Répondre
Jocelyne WALTHER 10 février 2021 - 12 h 00 min

Merci pour vos propos objectifs et mesurés… je suis tout à fait d’accord avec vous.

Répondre
Simon 10 février 2021 - 12 h 05 min

Enfin une réponse censée, merci

Il est vrais que j’ai beau chercher, je ne retrouve pas cette fameuse courbe d’infection en Israël, et les source de l’article ne parle même pas des courbes, ou de la fameuse invectimine . Bref, comme d’habitude, plus de propagande que de vraie information de la part de notre hôte…

Répondre
Daniel BORD 11 février 2021 - 10 h 05 min

Je l’ai trouvée sur le site de Our World in Data

Répondre
Shimon LEVI 21 février 2021 - 22 h 56 min

Chère Irène, l’esprit critique est indispensable. Mais il y a suffisamment « d’article scientifiques » publiés (en anglais) dans des revues prestigieuses avec « peer review » qui montrent que la vaccination FAVORISE L’ÉMERGENCE des variants qui sont moins ou pas sensible aux vaccins. Il se pourrait en outre que comme pour le SRAS-CoV1 et le MERS la vaccination puisse déclencher une réaction hyper-inflammatoire et un état clinique plus grave (faites des recherches sur « ADE » antibody desease enhancement.)

Répondre
Lascombe Pierre 10 février 2021 - 10 h 28 min

Super, merci de l’info

Répondre
JG 10 février 2021 - 12 h 23 min

Bonjour,
Il intervient en spécialiste de santé naturelle, il est clair que l’ivermectine à Mexico est très efficace mais les gouvernements ne veulent pas écouter autre chose que le tout vaccin dangereux avec les variants, il faudrait faire des recherches mais si BIG PHARMA n’a rien à gagner pas de recherches …

Répondre
Shimon LEVI 21 février 2021 - 23 h 07 min

Dès le début de ce millénaire, les firmes pharmaceutiques ont mis à leur programme commercial la fabrication de vaccins plus rentables et plus difficilement copiables que des molécules chimiques.
Effectivement des traitements existent l’hydroxychloroquine, ou l’ivermectine en association avec un macrolide comme l’azithromycine et éventuellement un corticoïde (dexaméthasone) en association avec du zinc et de la vitamine D.
Là encore il existe de nombreuses publications académiques en anglais avec « peer review »
Mais il y aura toujours dans le monde médical les pour et les anti vaccin. Les enjeux financiers sont énormes.

Répondre
Lascombe Pierre 10 février 2021 - 10 h 27 min

Merci pour vos infos que je trouve très pertinentes.
Personnellement j’utilise la décoction de feuilles de buis pour lutter contre les nombreux virus qui provoquent chez moi des inflammations de la gorge été comme hiver.Je trouve cela très efficace avec 2 ou 3 bols a raison de 1 bol par 1/2 journée.

Répondre
Dust 10 février 2021 - 9 h 42 min

Pourquoi je ne suis pas surpris ?

Merci pour votre travail et engagement

<3

Répondre
Masquelier 10 février 2021 - 9 h 21 min

Je suis convaincu que dans vos observations se situent une partie des interrogations que beaucoup se posent et qui se rendent compte des nombreux mensonges que les sommités politiques et médicales répandent, afin de masquer une certaine forme d’incompétence. Merci pour vos commentaires éclairés dans un domaine très complexe.
Cordialement.
GUY MASQUELIER.

Répondre
Shimon LEVI 21 février 2021 - 23 h 11 min

Mon cher Guy
les experts stipendiés ignorants et incompétents sont légion; Mais il est difficile lorsqu’on est payé pour un travail de reconnaître que l’on ne sait rien.

Répondre
Francois EscOffier 10 février 2021 - 9 h 07 min

Vous ne présentez pas la courbe de morts par âge en Israël. Votre argumentation va être demontree ou non très vite avec la situation dans les EPHAD.
Pour ma part, je mets 2 fers, au chaud : vaccination scd chose 20 fev) , Vit D et zinc satisfaisants, quercitine : je vais m’informer. Je vais vers mes 79 ans

Répondre
1 2 3 9