Doctor administering a vaccine on an elderly patient

La vaccination contre la rougeole était-elle « l’erreur du siècle » ?

Je suis déçu, mais alors déçu !

Vous connaissez probablement Elise Lucet :

Elise Lucet est une journaliste qui n’a pas peur de dénoncer les dérives des « Big Business » : Monsanto, Danone, Nestlé, Coca Cola, etc.

En 2012, lorsqu’elle lance son magazine « Cash Investigation » sur France 2, sa toute première émission vise même… Big Pharma :

« Ce soir, nous allons nous intéresser à l’industrie du médicament et ce que nous allons vous révéler est tout simplement effarant, expliquait-elle fièrement.


Certains laboratoires pharmaceutiques inventent des maladies dans le but de nous vendre toujours plus de médicaments ».

C’était un véritable vent d’air frais !

Alors vous imaginez : quand j’ai appris que l’émission « Envoyé Spécial » d’Elise Lucet portait sur la rougeole, j’ai regardé attentivement !

C’était jeudi dernier, sur France 2… et… patatras.

Elle nous a servi la propagande du Laboratoire Sanofi et de la Ministre Buzyn… sans le moindre recul ni la moindre contradiction !

Et pourtant, il y avait beaucoup, beaucoup à dire sur la rougeole :

Vaccin contre la rougeole : une terrible erreur ?

Dans ma dernière lettre (à lire ou relire ici) je vous ai parlé de ce troublant paradoxe :

Nos autorités et nos médias vous alertent en permanence sur les dangers de la rougeole

…mais ne disent pas un mot de la varicelle, alors que c’est une maladie très similaire !

La varicelle comme la rougeole sont des maladies infantiles… sans danger pour l’écrasante majorité des enfants… avec les mêmes risques de complications.

Et pourtant, la rougeole est devenue un « problème de santé publique »… alors que la varicelle ne semble déranger personne !

En fait, la principale différence entre les deux maladies, c’est que les pays occidentaux vaccinent massivement contre la rougeole, mais très peu contre la varicelle.

Mais alors, la vaccination généralisée contre la rougeole serait-elle le vrai problème ?

Cela paraît fou, mais la réponse est probablement… oui !

Voici pourquoi :

Comment les scientifiques ont rêvé « d’éradiquer » les maladies infectieuses

Tout est parti d’un vrai succès médical incontestable : l’éradication de la variole.

C’est un fait : depuis 1979, le virus de la variole n’existe plus sur Terre.

En 1980, l’Organisation Mondiale de la Santé explique les raisons de ce succès[1] :

« Les campagnes d’éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas.


Pour extirper la variole de ces pays avec les moyens disponibles, il fallait absolument changer de stratégie. (…) La stratégie n’était plus exclusivement axée sur la vaccination de masse mais privilégiait également la surveillance »

En clair : ce n’est pas la vaccination de masse à elle seule qui a éradiqué la variole…

…mais une combinaison de la vaccination et de mesures très fortes de surveillance et d’endiguement.

Pensez à Ebola : ce n’est pas un vaccin qui a mis fin aux épidémies, mais bien des stratégies de « quarantaine » des malades et des zones touchées.

Mais dans l’opinion publique, le « mythe » était né.

Tout le monde a cru qu’on pouvait « éradiquer » les maladies grâce à la vaccination !

La Ministre Buzyn elle-même l’a répété dans des discours officiels : « la vaccination a permis l’éradication de la variole »[2].

Et c’est ainsi que l’idée « d’éliminer » d’autres maladies comme la rougeole est apparue !

Mais il y avait deux « gros » problèmes :

  • Contrairement à la variole, il est sans doute impossible d’éradiquer la rougeole ;
  • Et la rougeole infantile est probablement utile à la santé… notamment contre le cancer !!

Commençons par le premier sujet :

La rougeole n’a rien à voir avec la variole !

La variole fait partie des maladies qui disparaissent avec ou sans vaccination.

Pensez à la peste, au choléra, à la gale ou encore à la lèpre.

Ces maladies ont-elles disparu des pays occidentaux grâce à la vaccination ?

Pas du tout, il n’y a pas de vaccin pour ces maladies !

Ce sont les progrès de l’hygiène et de la nutrition qui ont balayé ces maladies !

Pensez aussi à la tuberculose, qui tuait tant de monde au 19ème siècle.

Depuis quelques années, le vaccin n’est plus obligatoire en France, ni même recommandé.

Même les professionnels de santé et les assistantes maternelles ne se font plus vacciner contre la tuberculose…

…alors que cette maladie tue 500 personnes chaque année en France !

Pourquoi ? Parce que le vaccin est notoirement inefficace[3]

…et parce que vous ne risquez pas de contracter la tuberculose – cette maladie ne frappe que les personnes fragilisées : sans domiciles fixes, migrants, et détenus[4].

Là encore, c’est l’hygiène et la nutrition qui protègent de la tuberculose, pas la vaccination.

Et c’est sans doute aussi le cas de la poliomyélite et de la diphtérie (même si la démonstration est plus complexe à effectuer, car la vaccination de masse s’est produite en même temps que les progrès sociétaux).

A l’inverse, si vous regardez bien, la rougeole n’a rien à voir avec toutes ces maladies.

Car la rougeole n’a pas reculé d’un pouce au 20ème siècle !

En 1980, avant la vaccination de masse, la rougeole touchait encore la plupart des enfants français !

Pareil pour la varicelle : aujourd’hui en France, cette maladie continue de toucher 500 000 à 700 000 enfants chaque année !

Ni les progrès de la nutrition, ni les progrès de l’hygiène n’ont éliminé ces maladies.

Serait-ce parce qu’elles ont une utilité ?

Pour la varicelle, c’est clair et net : cette maladie infantile vous permet d’être protégé des zonas après 65 ans (c’est le même virus qui cause la varicelle et le zona).

L’autre avantage de ne pas vacciner contre la varicelle, c’est qu’on évite les épidémies inattendues !

Je m’explique :

Lorsque le virus circule librement, tous les enfants l’attrapent… et sont immunisés à vie, avec d’éventuels « rappels naturels » à l’âge adulte, grâce à des contacts répétés avec le virus.

Voilà pourquoi vous n’avez pas de « flambées de varicelles » : presque tous les adultes sont immunisés à 100 %.

Certes, la varicelle tue une dizaine de personnes par an : mais ce sont des personnes très vulnérables, à l’organisme hyper fragilisé, qui seraient certainement mortes d’autre chose.

Et autrefois, c’était la même chose avec la rougeole.

Mais la vaccination de masse a changé la donne :

C’est la vaccination de masse qui crée les « flambées de rougeole »

D’abord, la vaccination contre la rougeole a déplacé l’âge de la maladie.

Avant, c’étaient essentiellement des enfants de 3 à 7 ans qui attrapaient la rougeole.

Désormais, des nourrissons peuvent être contaminés, car leur mère (vaccinée) n’a pas développé suffisamment d’anticorps pour les transmettre au bébé.

Et des adolescents et adultes peuvent aussi attraper la rougeole, car ils ne l’ont pas eu pendant l’enfance… et parce que le vaccin n’est pas efficace à 100 % !

Ce sont des grands épidémiologistes qui le disent, comme le Dr Michel de Lorgeril[5] :

« Avant la vaccination massive, les bébés étaient protégés par l’immunité transmise par leurs mamans. La médecine moderne a créé une maladie qui n’existait pas.


De la même façon, les rougeoles adultes étaient rarissimes. Ce sont devenu des complications de la vaccination car, chez l’adulte fragile, la rougeole peut créer des complications, notamment bronchopulmonaires, nécessitant parfois les soins intensifs.


Je répète : ce sont des conséquences de la vaccination, et pas l’inverse ! »

Et le pire, c’est que ce qu’on vit en ce moment était parfaitement prévisible !

Dès 1950, l’Organisation mondiale de la Santé avait lancé cet avertissement solennel[6] :

« Si un vaccin contre la rougeole était mis au point, son emploi devrait être limité, à moins qu’il ne soit prouvé qu’il confère une immunité pour toute la vie au prix de risques très restreints. »

L’OMS savait qu’il serait dangereux de diffuser un vaccin contre la rougeole, à moins que le vaccin protège 100 % de la population, à vie.

Problème : non seulement le vaccin contre la rougeole n’est pas efficace à 100 % (aucun vaccin ne l’est !)…

… mais en plus, il ne protège pas toute la vie : son efficacité diminue avec le temps !

Et pour cause : même la maladie elle-même ne protège probablement pas toute la vie !

S’il paraissait impossible d’avoir la rougeole « deux fois », c’est parce que le virus continuait de circuler !

En fait, vous pouviez l’attraper à nouveau au contact des enfants, mais sans le savoir et sans le moindre symptôme, grâce à vos anticorps !

Avec la vaccination de masse, le virus ne circule plus… beaucoup d’adultes vaccinés dans l’enfance n’ont plus aucun anticorps… et se retrouvent totalement désarmés face à la maladie !

Et c’est pour ça que vous avez des flambées de rougeole dans des populations vaccinées à 99 %[7].

Le problème ne vient donc pas des « vaccination-sceptiques ».

Et il ne sert à rien de réclamer une « couverture vaccinale » à 95 % !

Vous aurez beau vacciner tout le monde de force, vous n’arriverez jamais à éradiquer ce virus par la vaccination seule !

Il faut savoir que le virus de la rougeole est 5 fois plus contagieux que celui de la variole.

Et de nos jours, les frontières des États sont des passoires : il suffit d’un seul malade arrivant en avion ou par bateau d’un pays lointain pour créer une épidémie.

Pour toutes ces raisons, la vaccination de masse contre la rougeole était sans doute une mauvaise idée.

Et ce qui me renforce dans cette idée, c’est que la rougeole pourrait être utile contre le cancer !

Plus de rougeoles, moins de cancers ?

D’abord, il y a ce fait troublant.

Des chercheurs de l’Université de Newcastle ont publié en 2013 une étude étonnante dans le European Journal of Epidemiology[8].

Ils ont examiné en détail le parcours de plus de 1 000 personnes nées en 1947…

…et ils ont découvert que ceux qui ont eu la rougeole (et la grippe) pendant l’enfance ont eu moins de cancers à l’âge adulte !


Du coup, la question se pose :

La vaccination contre la rougeole est-elle en cause dans l’augmentation des leucémies et lymphomes chez les adolescents[9] ?


Et tous ceux, nés après 1985, qui n’ont pas eu la « chance » d’avoir eu la rougeole, ne risquent-ils pas plus de cancers en vieillissant ?

Jusqu’à récemment, ce n’était qu’une hypothèse.

Mais aujourd’hui, on peut dire que c’est assez probable :

Des chercheurs veulent utiliser le virus de la rougeole pour guérir le cancer !!

Figurez-vous qu’un traitement prometteur contre le cancer…

…est le virus de la rougeole !

Ce n’est pas une plaisanterie, et encore moins une « fake news ».

Voyez cet article du site très officiel Pourquoi Docteur, de 2018 :

En fait, cette utilisation du virus de la rougeole contre le cancer ne sort pas de nulle part.

Dans le British Medical Journal de 1973, un médecin avait décrit la guérison miraculeuse d’un enfant frappé par un lymphome de Hodgkin… grâce à la rougeole[10].

Ce n’est pas un cas isolé : dans les années 1970, plusieurs exemples de lymphomes guéris par la rougeole ont été décrits dans la littérature scientifique[11].

Même chose pour un autre cancer qui touche les enfants : les leucémies aigües[12].

Puis, on a un peu oublié tout ça, en misant tout sur la chimiothérapie et la vaccination de masse.

Mais depuis une dizaine d’années, des médecins essaient d’utiliser le virus (atténué) de la rougeole pour soigner des leucémies et des lymphomes, et peut-être d’autres cancers encore !

Problème : il faudra des années avant que cette thérapie soit prête à l’emploi.

Et en attendant, voici la question qui fâche :

La libre circulation du virus permettait-elle des guérisons naturelles chez les enfants, les adolescents et les adultes ?


La vaccination contre la rougeole nous a-t-elle privé d’une thérapie efficacesans danger et gratuite contre le cancer ?

C’est possible, probable même.

Mais ne comptez pas sur les apprentis sorciers de la vaccination pour vous l’avouer.

Et ne comptez même pas sur des journalistes comme Elise Lucet pour vous le dire !

Le scandale serait trop « énorme ».

Les autorités de santé, les médias, les hommes politiques, les grands professeurs de médecine… ils sont tous responsables !

Tous ces « pontes » ne vous avoueront jamais qu’ils ont peut-être fait « l’erreur du siècle » avec la vaccination généralisée contre la rougeole.

Quant aux patrons de Big Pharma, ils ne veulent pas entendre la moindre critique des vaccins, car c’est un marché en pleine expansion, avec d’énormes profits à la clé !

Alors tous ces gens accusent les anti-vaccins d’être responsables des épidémies de rougeole – même si c’est en réalité la vaccination généralisée qui est la vraie coupable.

Pire : ces élites s’arrangent avec Youtube[13], Facebook[14], Instagram[15] et Amazon[16] pour censurer les messages critiques vis à vis de la vaccination.

Ils ne veulent pas que vous découvriez des informations qui menacent leur réputation et leurs profits.

Ils ne veulent pas que vous réfléchissiez par vous-même.

Ne les laissez pas faire. Transférez ce message à vos contacts, tant que c’est encore possible.

Sources

Laissez un commentaire

37 commentaires

Mizzi GROGNO BOUJJAR 15 mai 2019 - 9 h 58 min

Bonjour,
J’ai eu exactement la même réaction que vous en regardant l’émission d’Elise LUCET sur la rougeole. Que lui arrive t’il?
Je suis énormément déçue par son émission, et je vais en faire part sur le site de l’émission Envoyé Spécial.
Merci pour ce que vous faites.
Mizzi
Hygiéniste Naturopathe

Répondre
Edy F. 15 mai 2019 - 9 h 48 min

Erreur du siècle ?.. le siècle est loin d’être fini..

Répondre
Conte 15 mai 2019 - 9 h 37 min

Bonjour
Vous dites que d’avoir eu la varicelle protège du zona .J’en ai fait un l’an dernier,à 70ans ,et au contraire le médecin m’a dit que c’ une réminiscence de la varicelle que j’ ai eu étant enfant car le virus reste dans le corps
Tout comme celui de l’herpès qui est de la même famille
Sincères salutations

Répondre
Martine 15 mai 2019 - 9 h 21 min

Pas facile d’avoir raison contre les autorités et l’information noyautées par bigpharma.
Et les chaînes publiques sont désormais sous la main de fer du gouvernement inféodé à bigpharma. E LUCET aurait-elle été mise au pas ou a-t-elle été trompée ? A vérifier dans ses prochaines émissions

Répondre
Dierckx Roland 15 mai 2019 - 9 h 18 min

Après la France, la Belgique au travers de Test Achats tente de discréditer l’homéopathie et dit que c’est inefficace voire dangereux.
Cette information circule aux infos radio depuis ce matin.
Quelle mouche à piqué la rédaction de Test Achats pour se lancer dans une campagne
sans fondement scientifique et avec des arguments qui font penser que big pharma n’est pas étranger à cette attaque.

J’imagine que ceux qui se soignent depuis des années par cette médecine, qui aident même des vétérinaires dans leurs pratiques, seront comme moi choqués par ces affirmations infondées.
Dans le cas des animaux , l’effet placebo évoqué par Tets Achat, est fortement discutable!
J’aurais aimé que Test Achats nous parle plutôt de ces médecins Français, courageux,
qui ont publié un livre qui dénonce plus de cent médicaments , remboursés, qui n’ont aucun effet sur ce qu’ils sont censés soigner, mais par contre énormément d’effets secondaires graves….

Je suis choqué par cette attaque et aujourd’hui même je me désabonne de Test Achats.

Répondre
syfnoscat@gmail.com 15 mai 2019 - 9 h 12 min

Bonjour,
Vous écrivez :
« Pour la varicelle, c’est clair et net : cette maladie infantile vous permet d’être protégé des zonas après 65 ans (c’est le même virus qui cause la varicelle et le zona). »
C’est une grosse erreur, c’est bien parce qu’une personne a eu la varicelle que le virus dormant dans les ganglions nerveux se réactive sur le trajet d’un nerf et provoque un zona » Le virus de la varicelle ne protège pas du zona c’est le contraire.

Répondre
Xavier Bazin 15 mai 2019 - 15 h 39 min

Ce n’est pas exact. Voyez l’Avis de l’Académie de Médecine de 2007 (http://www.academie-medecine.fr/vaccination-contre-la-varicelle-et-contre-le-zona) :

« Par ailleurs, il est clairement démontré que les adultes vivant au contact d’enfants et soumis à des contacts avec le virus sauvage de la varicelle ont un risque diminué de présenter un zona [41]. Ces contacts entraînent des rappels naturels qui entretiennent l’immunité contre le VZV et préviennent la survenue du zona. La vaccination universelle contre la varicelle, en réduisant la circulation du virus, pourrait donc supprimer ces rappels et augmenter l’incidence du zona, ce qui est objectivé par un modèle mathématique [42]. Alors qu’aucun signal de ce type n’était jusque là observé [43], une étude réalisée sans le Massachusetts [44] montre qu’entre 1999 et 2003, l’incidence du zona est passée de 2,77 à 5,27/ 10 000, soit une augmentation de 90 %, statistiquement significative dans les tranches d’âge 25-44 ans et pour les plus de 65 ans. »

Conclusion de ces experts : « la vaccination généralisée contre la varicelle pourrait à terme entraîner une augmentation de l’incidence du zona. »

Répondre
BORNECQUE 15 mai 2019 - 9 h 06 min

Bonjour,
je me permets de relever une erreur dans votre lettre: contrairement à ce que vous indiquez, avoir eu la varicelle petit ne protège pas du tout contre le zona à l’âge adulte!!! J’en suis la preuve vivante, et je connais plusieurs personnes dans ce cas, dans ma famille et en dehors!!!

Répondre
Xavier Bazin 15 mai 2019 - 15 h 39 min

Ce n’est pas exact. Voyez l’Avis de l’Académie de Médecine de 2007 (http://www.academie-medecine.fr/vaccination-contre-la-varicelle-et-contre-le-zona) :

« Par ailleurs, il est clairement démontré que les adultes vivant au contact d’enfants et soumis à des contacts avec le virus sauvage de la varicelle ont un risque diminué de présenter un zona [41]. Ces contacts entraînent des rappels naturels qui entretiennent l’immunité contre le VZV et préviennent la survenue du zona. La vaccination universelle contre la varicelle, en réduisant la circulation du virus, pourrait donc supprimer ces rappels et augmenter l’incidence du zona, ce qui est objectivé par un modèle mathématique [42]. Alors qu’aucun signal de ce type n’était jusque là observé [43], une étude réalisée sans le Massachusetts [44] montre qu’entre 1999 et 2003, l’incidence du zona est passée de 2,77 à 5,27/ 10 000, soit une augmentation de 90 %, statistiquement significative dans les tranches d’âge 25-44 ans et pour les plus de 65 ans. »

Conclusion de ces experts : « la vaccination généralisée contre la varicelle pourrait à terme entraîner une augmentation de l’incidence du zona. »

Répondre
Marleen Vanoverberghe 15 mai 2019 - 8 h 51 min

J’ai eu la rougeole à l’âge de 26 ans avec ma fille. La rougeole m’a envahi les poumons et à l’âge de 30 ans, ils ont éliminé le tiers de mon poumon droit. Je n’aurais pas été mieux vacciné à un jeune âge. Parce que j’ai maintenant 62 ans et à ce moment-là, ce n’était pas encore requis.

Répondre
DEITTE 15 mai 2019 - 8 h 46 min

Ce sont des nuisibles tous ces journalistes qui parlent de ce qu’ils ne savent pas!
Mais vous, que pouvez-vous faire pour la tacler et faire savoir au grand public ( ce ne sont pas vos lecteurs qu’il faut convaincre, ils le sont déjà) qu’elle a raconté des inepties? Je vais vous dire que je ne l’ai pas regardée car j’étais sûre du résultat et ça me met hors de moi! Cordialement

Répondre
Inconnue 15 mai 2019 - 8 h 23 min

Vous racontez n’importe quoi, le vaccin de la rougeole est d’une efficacité extraordinaire, il n’a aucun effet secondaire et quand on cancer c’est la pollution, la mal bouffe, le stress, etc… qui en est responsable et même Si on se sert des souches du vaccin de la rougeole pour guérir certains cancers c’est bien, l’un n’évite Pas l’autre.
C’est un mensonge de dire qu’il faut refuser la vaccination, vous envoyez les gens à l’échafaud
Gardez vos impressions pour vous au lieu d’aller tuer des millions de gens 😡😡😡😡

Répondre
1 2 3 4