piqure

Quoi… vous n’êtes pas encore vacciné contre la grippe ?

Partout,  le même message : « Vaccinez-vous contre la grippe ! ».

Hier, à la pharmacie, un petit panneau disait : « Faites-vous vacciner ici contre la grippe ! »

Il y a quelques jours, j’ai vu un médecin avec un pin’s fièrement épinglé sur son torse : « Vacciné contre la grippe, pour vous protéger ».

Et je ne parle pas des médias, qui multiplient les titres comme :

« Allô ? Avez-vous pensé à vous faire vacciner contre la grippe » [1]

« Le vaccin contre la grippe est un bon investissement » [2]

et même, dans le Figaro : « Faut-il rendre obligatoire le vaccin contre la grippe ? »

Et pourtant…

Quand vous regardez les études scientifiques, le message est totalement différent !

La conclusion de la science, elle, est claire, nette et précise :

NE VOUS FAITES PAS VACCINER CONTRE LA GRIPPE, SAUF EXCEPTION ! [3]

C’est particulièrement vrai cette année, puisqu’on sait déjà que le vaccin sera encore plus inefficace que d’habitude !

Je vais vous expliquer pourquoi dans une seconde.

Mais je voudrais d’abord répondre à une question qui m’est souvent posée :

« Même si le vaccin est très peu efficace, une protection minime vaut mieux que rien, non ? »

Gravement malade à cause d’un vaccin contre la grippe

Eh bien non.

Car une vaccination, comme n’importe quel acte médical, n’est jamais sans risque.

Il est exact que le vaccin contre la grippe est beaucoup moins dangereux que d’autres, notamment parce qu’il ne contient pas d’adjuvant comme l’aluminium.

Mais il y a toujours un risque d’accident grave.

C’est d’ailleurs écrit noir sur blanc sur la notice du vaccin :

Effets indésirables :

Névralgie, paresthésie, convulsion accompagnée de fièvre, troubles neurologiques comme encéphalomyélite, névrite et syndrome de Guillain-Barré.

C’est du sérieux : le syndrome de Guillain-Barré est une maladie grave qui paralyse certains de vos muscles et peut vous tuer en quelques heures, par suffocation.

Et le risque n’a rien de « théorique ».

Voyez plutôt le message que m’a envoyé un fidèle lecteur, André R :

« Mon épouse souffre d’un Guillain Barré depuis 6 ans et cela en réaction quasi immédiate à la vaccination contre la grippe (à bannir) heureusement qu’elle a été prise en main par un neurologue. c’est grâce à des injections mensuelles de gammaglobuline (Privigen) que la maladie ne fait pas de nouveaux dégâts, mais elle est toujours présente dans ses membres inférieurs ».

D’après les statistiques officielles, le risque « d’attraper » cette maladie est faible : environ 2 cas pour 1 million de personnes vaccinées. [4]

N’empêche : quand ça tombe sur vous, sur votre femme ou sur votre enfant, c’est une vraie tragédie !

Pour prendre un tel risque, il faut donc de sérieux arguments scientifiques en faveur de l’efficacité de la vaccination !

Le problème, c’est qu’il n’y en a pas.

Vaccin « peu ou pas efficace » selon la science

Je vous livre ici les conclusions de la Fondation Cochrane, reconnue mondialement pour la qualité de ses revues d’études scientifiques :

Sur le vaccin pour les adultes actifs :

« Les vaccins antigrippaux ont un effet très modeste sur la réduction des symptômes grippaux et le nombre de jours de travail perdus dans la population générale, y compris les femmes enceintes. » [5]

Sur le vaccin pour les enfants :

« Les preuves solides sur les vaccins contre la grippe sont minces mais il existe des preuves d’une manipulation répandue des conclusions, ainsi que de la réputation infondée des études.

Une précédente revue systématique de 274 études portant sur les vaccins contre la grippe publiées jusqu’en 2007 a trouvé que les études financées par l’industrie pharmaceutique étaient publiées dans des revues plus prestigieuses et citées plus souvent que d’autres études indépendamment de leur qualité méthodologique et de leur envergure.

Les études financées par des fonds publics étaient significativement moins susceptibles de rapporter des conclusions favorables aux vaccins. »

Traduction : même avec des études « manipulées » par l’industrie pharmaceutique, il n’y a quasiment aucune preuve scientifique de l’intérêt du vaccin contre la grippe pour les enfants !

Et enfin, sur le vaccin pour les seniors :

Les preuves disponibles sont de mauvaise qualité et ne donnent aucune indication quant à l’innocuité, l’efficacité potentielle et réelle des vaccins antigrippaux pour les personnes de 65 ans et plus. [6]

Aucune efficacité prouvée pour les seniors, donc.

Cela a d’ailleurs été confirmé de façon tragique l’année dernière.

Suite à une épidémie de grippe dans la maison de retraite Korian Berthelot, à Lyon, 13 personnes sont décédées, dont 6 étaient vaccinés contre la grippe ! [7]

Dans leur cas, le vaccin avait eu une efficacité égale à zéro !

Et le pire, c’est qu’on sait déjà que ce sera la même chose pour cet hiver 2017-2018 !

Cette année, le vaccin sera particulièrement inefficace !

C’est une étude de la prestigieuse Académie des sciences américaine qui vient de l’admettre publiquement[8].

Elle montre que le vaccin contre la grippe était inefficace contre le virus H3N2 prédominant lors de l’hiver 2016-2017…

…et on sait déjà que c’est le même virus H3N2 qui arrive cet hiver !

Comme l’explique le Professeur Bruno Lina, virologue au CHU de Lyon :

« Pour H3N2, du fait de la difficulté qu’on a à monter une réponse immunitaire vis-à-vis de ce virus en particulier, l’efficacité vaccinale est moins bonne. » [9]

Déjà que l’efficacité du vaccin n’a jamais été prouvée, alors si elle est « moins bonne », je vous laisse deviner ce que cela veut dire !

Cette année, encore plus que les autres, les campagnes de vaccinations généralisées ne serviront à rien.

Mais soyez certain d’une chose : les centaines de millions d’euros qui vont être dépensés inutilement ne seront pas perdus pour tout le monde !

Le laboratoire Sanofi se frotte les mains

Pour une fois, c’est un journal français, Le Monde, qui n’hésite pas à révéler le vrai fond de l’affaire[10].

Dans un article intitulé La grippe, un bon filon pour Sanofi, on comprend que tout cela est une affaire de gros sous :

 » Sanofi, qui produit 200 millions de doses de vaccins contre la grippe, est déjà l’un des grands bénéficiaires des campagnes d’immunisation lancées par les autorités de santé chaque année au début de l’automne.

Ses différents vaccins antigrippaux lui ont rapporté 1,5 milliard d’euros en 2016 – en progression de 15 % par rapport à 2015.

Le groupe tricolore produit 40 % des vaccins antigrippaux distribués dans le monde. «

Dois-je rappeler que le président de Sanofi, Serge Weinberg, est un des amis les plus proches du Président Emmanuel Macron ?

C’est lui, Serge Weinberg qui a permis à Emmanuel Macron d’entrer dans la prestigieuse banque Rothschild.

En 3 ans, Emmanuel Macron y a gagné 2,8 millions d’euros en salaires et bonus.

On comprend que notre président de la République soit éternellement reconnaissant au patron de Sanofi, non ?

Sources

72 commentaires

couillard edith 16 janvier 2019 - 23 h 08 min

je ne me fais pas vaccinee contre la grippe a partir de septembre prefere me fier a mon immunite et je prends de la vit c

Répondre
weber 14 octobre 2018 - 10 h 27 min

Bonjour, je partage tout à fait votre avis. Moi j’ai déclenché une maladie auto-immune,vascularite et collagénose,après une vaccination contre l’hépatite B il y a vingt ans ,qui me pourrit bien la vie!Le professeur qui me suit depuis toutes ces années m’a formellement interdit toute vaccination, ce que je suis à la lettre malgré la pression de mon généraliste!Quand arrêterons nous d’enrichir les labos avec des vaccins ,qui pour certains on t une utilité plus que douteuse!Il n’y a qu’a voir les onze vaccins obligatoires pour les nourrissons,quand on s’apercevra des erreurs il sera trop tard pour les personnes,même si parait-il elles ne sont pas nombreuses!! qui elles souffrent de ces dérives qui durent toute la vie

Répondre
1 6 7 8

Laissez un commentaire