2020

Je reconnais une erreur…. qui en dit long sur l’origine de ce virus

Il est temps de faire mon autocritique.

Vous ai-je bien informé, en 2020, sur la crise du coronavirus ?

Sur les remèdes efficaces, je répondrais un grand OUI, sans hésiter.

Dès le début du mois de mars, je vous ai conseillé un protocole naturel à base de vitamine D, dont l’intérêt préventif et curatif a entre-temps été validé par plus de 40 études scientifiques.

Je crois aussi avoir été lucide, depuis le début, sur l’intérêt du protocole du Pr Raoult, qui a désormais fait l’objet de 200 études scientifiques, très majoritairement positives.

Et je suis heureux de vous avoir parlé récemment de l’ivermectine, un médicament banal aux effets impressionnants contre la Covid-19, et que des pays comme le Pérou ou la Macédoine viennent d’adopter (et ce n’est que le début).

Donc, sur la prévention et sur les traitements, je pense avoir fait du bon travail.

Heureusement, car c’est le plus important pour votre santé : en suivant mon protocole naturel, vous aviez de meilleures chances d’éviter d’être infecté – et, en cas d’infection, d’éviter une forme grave.

Mais je ne me suis pas contenté de vous parler de prévention et de traitements.

Je me suis aussi aventuré à essayer de prédire l’évolution de l’épidémie.

Or comme le disait l’humoriste Pierre Dac, les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir.

Avec une maladie nouvelle comme la Covid-19, on risque forcément de faire des erreurs.

En janvier 2020 : je n’étais pas inquiet du tout (mais j’avais mes raisons) !

Ma plus grosse erreur vient d’une lettre envoyée à la fin du mois de janvier 2020.

C’était au tout début de l’épidémie en Chine. A ce moment-là, je vous disais qu’il n’y avait pas de raison d’avoir peur de ce « nouveau coronavirus ».

« Rien n’indique que ce genre de virus est plus dangereux que nos infections hivernales classiques », écrivais-je.

Et la suite m’a donné tort, évidemment : ce coronavirus a causé nettement plus de dégâts que la grippe.

Je crois toutefois avoir vu juste, dès le début, sur les deux grandes raisons de ne pas paniquer :

 « 1) Ceux qui meurent du coronavirus sont des personnes vulnérables, qui décèdent parce qu’ils étaient déjà malades ou très fragilisés ;

2) Pour la plupart des gens infectés, le coronavirus ne cause que des symptômes sans danger vital, similaires à ceux de la grippe : maux de tête, fièvre, courbatures, etc. »

Je vous ai écrit ceci fin janvier, et 11 mois plus tard fin décembre, c’est toujours vrai.

Comme l’a montré le Pr Raoult à Marseille, 90 % des morts de la Covid-19 n’avaient qu’une seule année d’espérance de vie[1] – les victimes étaient donc très majoritairement des personnes très âgées et/ou très malades.

Voilà pourquoi je suis convaincu depuis le premier jour qu’il n’y a aucune raison de paniquer.

Au total, si l’on croit les chiffres officiels, le coronavirus a tué 1 personne sur 1 000 en France, en 2020.

Rien à voir avec la peste noire, qui a décimé la population européenne au 14ème siècle : au moins 1 personne sur 3 en est morte !

Ce n’est pas non plus la grippe espagnole, qui a tué 1 personne sur 100 en France – donc 10 fois plus que la Covid-19.

(Et encore, le drame de la grippe espagnole est d’avoir emporté beaucoup d’hommes dans la force de l’âge, alors que la Covid-19 a totalement épargné les moins de 60 ans, sauf cancer métastasé ou maladie génétique).

Bref, je ne regrette pas d’avoir été rassurant, tout au long de l’épidémie.

Surtout qu’avec une bonne prévention et de bons traitements, on n’a quasiment aucun risque d’en mourir, ou même de faire une forme grave.

Mais il n’empêche : en janvier 2020, je ne croyais pas à une pandémie mondiale, et je me suis trompé.

Pour ma défense, toutefois, j’avais une « bonne raison » :

Pourquoi, comme le Pr Raoult, je ne croyais pas à une pandémie mondiale

Au tout début, je pensais vraiment que les médias étaient en train de nous refaire le « coup » des fausses pandémies précédentes.

Voici ce que je vous écrivais fin janvier :

            « Ce sont les mêmes qui nous avaient annoncé une « terrible pandémie planétaire » avec :

  • le SRAS, en 2002 (bilan : 774 décès, essentiellement en Chine)
  • la grippe aviaire, en 2005 (bilan : 245 décès, dont 0 en Occident)
  • la grippe A H1N1 en 2010 (bilan : une mortalité inférieure à la grippe « classique »)
  • et Ebola, en 2014 (un triste bilan d’environ 11 000 morts dans certains pays d’Afrique, mais aucune contagion mondiale) »

A chaque fois, c’était une « fausse alerte » pour l’Occident.

Je pensais donc qu’il en serait de même avec ce coronavirus – exactement comme le Pr Raoult, qui en était convaincu lui aussi.

Dans une vidéo que j’avais citée dans ma lettre, le Pr Raoult avait expliqué pourquoi une pandémie mondiale lui paraissait très peu probable :

            « Les maladies infectieuses sont des maladies d’écosystème, des maladies écologiques.

C’est-à-dire que vous n’avez pas les mêmes maladies dans la zone intertropicale humide, vous n’avez pas les mêmes maladies si vous avez des moustiques ou non.

Si vous ne touchez pas le sang d’un mort d’Ebola, la probabilité que vous attrapiez la maladie est proche de zéro. Ebola, on nous le ressort tous les 4 à 5 ans, à chaque fois qu’on me demande si une épidémie d’Ebola est possible en France, je dis non. »[2]

Ce que disait le Pr Raoult, c’est que les maladies infectieuses voyagent très mal (heureusement !).

Elles sont généralement adaptées à une géographie et à une population locale – et pas au monde entier !

De ce point de vue, le Sars-CoV-2 a été une incroyable exception dans l’histoire des maladies !

De façon totalement inédite, il a parcouru la planète entière et s’est implanté dans un temps record sur la plupart des continents !

Mais justement : c’est tellement étrange que cela cache quelque chose.

En fait, la raison est probablement que ce virus n’a rien de « naturel ».

A ce jour, tout indique que ce virus est sorti du fameux laboratoire de recherche P4 de Wuhan, qui abrite l’Institut de virologie chinois, spécialisé dans l’étude des coronavirus de chauves-souris.

C’est l’hypothèse que j’ai soulevée dès le 3 février 2020 dans ma lettre « Choc : le Coronavirus s’est-il échappé d’un laboratoire chinois ? ».

Je vous invite à la relire, car elle n’a pas pris une ride, alors qu’on en sait dix fois plus aujourd’hui.

Puis, fin février, alors qu’aucun média n’avait encore osé en parler, j’enfonçais le clou :

« Il est probable que le virus s’est échappé d’un laboratoire – donc que les autorités chinoises sont en partie responsables de ces milliers de morts !

Ce n’est pas une « théorie du complot », c’est du simple bon sens.

Quelle est la probabilité, à votre avis, que sur des centaines de villes chinoises, l’épidémie mondiale d’un nouveau coronavirus, jamais vu auparavant, se déclenche…

…dans la seule ville chinoise où les meilleurs scientifiques du pays étudient les coronavirus, en particulier ceux des chauves-souris ? »

Deux mois plus tard, en avril, cette hypothèse a enfin été évoquée par les médias.

Sur Europe 1, Olivier Duhamel m’avait même rendu un hommage appuyé :

« On a repéré un article du journaliste scientifique Xavier Bazin, dès la fin janvier – dès la fin janvier ! – sur, justement, les doutes sur ce laboratoire. Cela met sérieusement en cause les autorités chinoises ! »[3]

Aujourd’hui, cette thèse d’un virus échappé du laboratoire de Wuhan apparaît logique à tous ceux qui ont les yeux ouverts :

10 mois après, le Monde et France TV reconnaissent que j’avais raison

Il y a quelques jours, le journal Le Monde a publié une excellente « Enquête sur les origines du SARS-CoV-2 »[4]

Le journaliste Stéphane Foucart reconnaît que la thèse de l’origine « naturelle » du virus a du plomb dans l’aile.

Car on sait désormais avec certitude que le virus n’est pas sorti du « marché aux poissons » de Wuhan.

Et on n’a toujours pas découvert le fameux « hôte intermédiaire » entre la chauve-souris et l’homme, qui aurait donné naissance naturellement à ce virus.

La thèse du pangolin n’est presque plus défendue par personne – elle a probablement été créée de toutes pièces par des scientifiques chinois pour détourner l’attention du laboratoire de Wuhan[5].

Même sur France Télévision, tout récemment, le journaliste Julien Pain a clairement évoqué l’hypothèse du laboratoire[6] :

« Il faut se poser la question – si on ne connaît pas l’origine du virus, on risque de se retrouver devant les mêmes problèmes plus tard, on n’arrivera pas à empêcher la prochaine pandémie.

Que ce soit quelqu’un qui s’est infecté en touchant les excréments d’une chauve-souris ou que ce soit une fuite d’un laboratoire, il est extrêmement important qu’on fasse la lumière sur l’origine du virus ».

La vérité finit par avancer : ce journaliste de France TV n’exclut même plus la possibilité d’une « manipulation génétique » du virus, une thèse jugée totalement « complotiste » au printemps dernier !

Et en effet, tout indique aujourd’hui que le coronavirus a bien été manipulé en laboratoire.

Aujourd’hui, tout indique que c’est un virus MANIPULÉ génétiquement

En février dernier, je pensais encore que ce virus était « naturel », même s’il s’était échappé du labo de Wuhan.

Je pensais qu’il avait été prélevé au fond d’une cave remplie de chauve-souris, ramené au laboratoire de Wuhan pour examen, et s’était échappé en infectant un laborantin.

C’est encore aujourd’hui la thèse de certains chercheurs, qui s’appuient sur l’affaire d’une mystérieuse pneumonie datant de 2012.

Cette année-là, une pneumonie ressemblant étrangement à la Covid-19 a frappé des ouvriers de la ville de Mojiang, qui travaillaient dans une mine remplie de chauve-souris. Des scientifiques ont alors prélevé des coronavirus sur les chauve-souris de cette mine et ramené ces échantillons à 2 000 kilomètres de là, au laboratoire de Wuhan.

Il est donc possible que l’un de ces coronavirus ramenés à Wuhan soit le fameux Sars-CoV-2, qui s’est ensuite échappé par accident.

Mais avec toutes les preuves qui se sont accumulées depuis, il est désormais beaucoup plus raisonnable de penser que le Sars-CoV-2 a été manipulé génétiquement pour le rendre plus infectieux, dans des buts de recherche scientifique.

Dès le mois d’avril, je vous ai parlé des travaux du Pr Montagnier, prix Nobel de Médecine pour avoir découvert le virus du Sida… et qui avait repéré des insertions du VIH dans le Sars-CoV-2[7].

Depuis, d’autres grands professeurs renommés ont abondé dans son sens.

Comme le très respecté Professeur russe Petre Chumakov, qui a confié ceci à un journal britannique :

« Les scientifiques du laboratoire de Wuhan sont engagés activement dans le développement de variants de plusieurs coronavirus depuis 10 ans.

Ils ont fait des choses insensées, comme modifier le génome de certains coronavirus pour leur permettre d’infecter des cellules humaines »[8].

Même son de cloche chez le généticien israélien Ronen Shemsch, qui a expliqué dans un média australien qu’il y a « de nombreuses raisons de croire que le COVID-19 générant le SARS-CoV-2 a été créé en laboratoire » [9].

Son argument clé – et celui qui emporte ma conviction que c’est un virus manipulé – est que ce virus possède un fragment incroyablement bien « adapté » pour infecter les humains – appelé site de clivage de la furine :

« Si j’essayais de créer une souche de virus ayant une plus grande affinité et un potentiel infectieux pour les humains, c’est exactement ce que je ferais : j’ajouterais un site de clivage de la furine directement au site de clivage original »

 « Ce qui rend la chose encore plus suspecte est le fait que cette insertion s’est non seulement produite au bon endroit et au bon moment, mais a également transformé le site sérine-protéase en site furine ».

De fait, il est très peu probable que cette « insertion » se soit produite naturellement, car on n’a jamais trouvé de site de clivage de la furine aussi parfait dans les autres coronavirus de la même famille.

Quant au Professeur italien Joseph Tritto, auteur du livre La chimère qui a changé le monde[10], il fait la synthèse entre la thèse du Pr Montagnier et ceux qui s’étonnent de l’étrange « perfection » du fameux site de clivage de la furine :

« L’insert VIH-1 (trouvée par le Pr Montagnier NDLR) permet au SARS-Cov-2 de s’ancrer à la cellule humaine et de pénétrer dans la cellule. Il est donc vraisemblablement responsable de la forte infectivité du virus.

La modification du site de clivage de la furine permet au virus de se multiplier dans la cellule et le rend hautement pathogène[11]. »

Bref, le Sars-CoV-2 était dès le départ exceptionnellement bien adapté pour infecter l’être humain, certainement grâce à des manipulations génétiques.

Et c’est pour cela que ce virus a pu se répandre dans le monde entier, à une vitesse étonnante !

Voilà pourquoi le Pr Raoult ne croyait pas à une pandémie, au départ, car ce n’est pas « normal ». Ce n’est pas naturel !

Et voilà pourquoi il s’est trompé au tout début de l’épidémie – et moi avec.

Reste à savoir si la vérité sur l’origine de ce virus sera un jour reconnue.

C’est peu probable, hélas, quand on sait que la Chine refuse toute enquête indépendante sur son territoire… et on comprend pourquoi !

Sources

Laissez un commentaire

57 commentaires

Edy 30 décembre 2020 - 11 h 03 min

Le virus est une arme biologique et les pseudo vaccins sont d’autres armes biologiques, tout cela fabriqué pour servir les desseins transhumanistes et eugénistes de toute l’horrible clique mafieuse qui dirige le monde, qui ne s’en cache absolument plus. Cela s’appelle agenda 2030 et great reset, et tout est sur Internet. Leurs buts : expérimentations diverses à visée transhumaniste sur les humains et réduction de la population, mise en place d’une gouvernance mondiale totalitaire sur des populations zombifiées et totalement asservies, devenues des objets connectés.

Répondre
Jean-Luc brunet 30 décembre 2020 - 10 h 55 min

Merci pour vos informations cette année particuliere
Soyez assuré de notre soutien. Bonnes fêtes
Continuez

Répondre
FRANCOISE BUKHARI 30 décembre 2020 - 10 h 44 min

Cher Monsieur,

Vous ne pouvez pas avancer de telles choses sur la Chine puisque des scientifiques italiens ont reconnu que ce Covid circulait déjà chez eux en septembre 2019. Vous ne pouvez pas dire qu’il soit parti de WUHAN. Et pourquoi ce virus n’aurait-il pas été apporté à WUHAN suite au rassemblement de 10000 sportifs militaires du monde entier en octobre 2019 ?
J’écrivais ceci au Printemps dernier en réponse à un commentaire :

Merci François pour votre message. Entre régimes totalitaires et démocraties « déguisées » à l’échelle de notre planète, c’est compliqué et en tant que voyagiste, nous restons vigilants … Petit rappel également, le régime communiste n’est plus ni moins qu’une xième dynastie … Nous saurons peut-être un jour d’où est parti ce virus, tant d’hypothèses pouvant être émises à ce jour. L’une d’entre elles peu évoquée : les 7ème Jeux Mondiaux « Militaires » d’été se sont tenus à WUHAN du 18 au 27 octobre 2019 et ils rassemblaient près de 10000 athlètes représentant 100 nations dont la France. Quand on apprend que des cas seraient apparus en France dès le 16 novembre 2019 et que le virus a touché une base militaire chez nous, personne n’a alerté non plus sur cette maladie étrange …

J’aimerais que vous évoquiez aussi ces sujets.
Cordialement,
Françoise Bukhari

Répondre
Jacques GELEBART 31 décembre 2020 - 21 h 26 min

J’ai aussi remarqué que des patients ayant des symptômes similaires ont été identifiés en Europe avant février. Dont un de mes amis. Mais aucun n’a eu d’asnomie, d’après ce que j’ai pu lire. Probablement un autre virus.

Répondre
Jacques GELEBART 31 décembre 2020 - 21 h 31 min

Ou peut-être le virus a-t-il été importé de Wuhan par les compétitions militaires.

Répondre
QUERIN 30 décembre 2020 - 10 h 21 min

Bonjour je ne suis pas professeur ni virologue ni même médecin et pourtant dès la fin du premier confinement j émettait déjà à l époque l hypothèse que la chine avait orchestrée cette pandémie. A votre avis à qui profite cette invasion virale qui bloque à peu près l ensemble du monde occidentale!! Je n irait pas plus loin dans ma théorie de crainte de passer pour un complotisme.En tout cas merci pour votre action contre la désinformation gouvernementale.

Répondre
Guy 30 décembre 2020 - 10 h 17 min

Bonjour
Merci pour cette analyse des faits, mais quand allez vous lancer in boycott de tous ce qui est originaire de la Chine responsable de milliers de morts et inattaquable en justice ? Pour moi la solution est le boycott de tous les produits chinois.

Répondre
Alice NGUYEN 30 décembre 2020 - 9 h 50 min

Etes-vous vraiment certain de vous être trompé ? Personnellement, je continue de penser que le covid n’est pas plus grave que les grippes, notamment celles qui ont provoqué des grosses épidémies. Tout ce qu’on raconte au public est-il vrai, nous n’avons aucune preuve. Je pense qu’on nous manipule.

Répondre
isabelle greaves 30 décembre 2020 - 9 h 39 min

Merci d’avoir retracé l’historique de cette pandémie et les hypothèses sur son origine.
J’ai admiré tout au long de l’année vos analyses fréquentes sur la question, suivi vos conseils sur les précautions à prendre et m’en trouve fort bien ainsi que les miens.
Continuez à nous informer, c’est passionnant!

Répondre
Petit 30 décembre 2020 - 9 h 31 min

Bonjour, je vous suis et lis avec beaucoup d’attention, je ne sais comment apporter ma pierre à l’édifice, mais j’ai des éléments de preuve appuyant la thèse du professeur Montagnier et voudrais lui faire parvenir, pouvez vous m’aider?
D’avance merci
MLP

Répondre
Jacques GELEBART 31 décembre 2020 - 21 h 21 min

Quels éléments?

Répondre
lombet Chantal 30 décembre 2020 - 9 h 26 min

Merci pour votre honnêteté et votre lucidité…qui ne font que renforcer a confiance que nous avons en vous!! Bonne continuation et merci encore de nous aider à résister!!

Répondre
Lampin 30 décembre 2020 - 8 h 34 min

Que pensez-vous de la thèse du Pr Fourtillan qui accuse l’institut Pasteur d’avoir créé ce virus et en apporte les preuves?

Répondre
Jacques GELEBART 31 décembre 2020 - 21 h 20 min

Les preuves basées sur un brevet déposé en 2015 ne tiennent pas la route.

Répondre
1 2 3 6