Vaccin

Ils utilisent le prétexte de la COVID pour vous vacciner davantage

Cher(e) ami(e) de la Santé,

L’hystérie autour de la Covid s’aggrave.

Après le masque obligatoire sur la plage, ou seul dans votre voiture…

… ils veulent maintenant profiter du coronavirus pour multiplier les vaccinations cet hiver !

Contre la grippe d’abord : les appels se multiplient pour vacciner massivement la population[1].

Le problème est que cela risque fortement d’être contre-productif.

D’abord parce qu’il y a un petit risque qu’on vous vaccine contre la grippe au moment même où vous êtes en train d’avoir une infection Covid.

Or, comme l’a rappelé récemment le Pr Montagnier, il est dangereux de se faire injecter un vaccin quand votre système immunitaire est occupé à lutter contre une autre infection.

Ensuite, je rappelle qu’une étude publiée récemment dans la célèbre revue Vaccine a montré que la vaccination antigrippale augmente de 36 % le risque d’infections aux coronavirus qui circulent depuis des années[2].

On ne sait pas vraiment pourquoi, mais les dynamiques entre virus et immunité sont très complexes, et ce genre d’effet de bord est en réalité très courant.

La Covid n’est donc pas un bon argument en faveur de la vaccination antigrippe.

C’est du simple bon sens, et pas du tout une idéologie « anti-vaccin ».

Mais il y a encore plus absurde.

Au nom de l’épidémie, ils veulent maintenant vacciner nos bébés contre le rotavirus, le virus de la gastro !

Si vous vous dites qu’il n’y a aucun rapport entre la Covid et la gastro des bébés, c’est que vous êtes encore sain d’esprit au milieu de la folie ambiante.

Mais ceux qui ont intérêt à vous vendre ce vaccin, eux, ont trouvé un rapport.

Selon eux, le vaccin anti-rotavirus permettrait de réduire les hospitalisations de bébés souffrant de gastro.

Et donc, l’intérêt serait d’alléger la charge sur les hôpitaux cet hiver, au moment où il pourrait risquer d’y avoir une « deuxième vague ».

Et c’est ainsi que l’Académie de Médecine a publié cet été un communiqué intitulé :

« Covid-19 : une opportunité pour vacciner les nourrissons contre les infections à rotavirus »

Pour moi, c’est encore une preuve qu’on vit dans un monde de fous…

… et que la Covid-19 a est surtout une « opportunité » pour faire tout et n’importe quoi, du moment que cela arrange Big Pharma !

Je ne dis pas cela en l’air — accrochez-vous bien, car ce que je vais vous dire est assez sidérant :

Déjà, il n’y a aujourd’hui aucune preuve que les hôpitaux risquent de subir cet hiver le même niveau d’épidémie qu’en mars-avril dernier.

En ce moment même, alors qu’on vous alarme sur l’explosion du nombre d’infections, le nombre de malades hospitalisés pour Covid n’augmente pas sérieusement à l’échelle nationale.

Si vous ne me croyez pas, regardez le graphique ci-dessous :

Courbe du nombre de malades hospitalisés pour Covid du mois mars jusqu’au 7 septembre

Certes, il y a une légère augmentation des hospitalisations et réanimations en Provence-Alpes-Côte d’Azur, mais rien d’affolant pour l’instant, d’autant que le nombre de morts reste ridiculement faible.

Et de toute façon, il n’y a pas de lien direct entre l’hospitalisation des bébés et des adultes !

Les services de pédiatrie des hôpitaux et les urgences pédiatriques n’ont rien à voir avec les services qui accueillent les malades de la Covid !

Donc, même si la vaccination réduisait le nombre d’hospitalisations de bébés, cela ne soulagerait pas les équipes chargées d’accueillir les malades de la Covid !

Le raisonnement est donc plus que bancal.

Mais le plus inquiétant, c’est que ce vaccin anti-rotavirus est surtout inutile et dangereux.

Inutile parce que la véritable cause des hospitalisations des bébés souffrant de gastro, c’est la déshydratation !

Pour l’éviter, il suffirait de donner à toute maman qui sort de la maternité du « soluté de réhydratation orale », à donner à leur bébé en cas de gastro.

Hélas, on ne parle pas de cette solution simple, qui ne coûte que quelques euros.

Non, on préfère plutôt vous vendre le vaccin anti-rotavirus, qui coûte entre 130 et 150 euros pièce.

Ils n’hésitent pas à recommander un vaccin qui tue des bébés

Pourtant, je rappelle que c’est bien ce vaccin-là qui a conduit à ces grands titres de presse, il y a 5 ans :

Clairement, ce vaccin anti-rotavirus est dangereux !

C’est l’Agence Nationale du Médicament (ANSM) qui l’avait reconnu dans un rapport publié en février 2015[3].

Après avoir analysé tous les « accidents » survenus à la suite des vaccins Rotateq et Rotarix contre le rotavirus (qui cause la gastro), elle avait conclu :

  • Pour le Rotarix : 161 évènements « graves », dont 35 cas d’invaginations intestinales aiguës, trois d’entre elles étant particulièrement graves : « 2 hospitalisations en réanimation et 1 décès » ;
  • Pour le Rotateq : 40 évènements graves ont été rapportés, avec 12 cas d’invaginations intestinales aiguës, « dont un ayant évolué vers le décès ».

Logiquement, dès la sortie de ce rapport, le Haut Conseil de la Santé Publique a arrêté de recommander ce dangereux vaccin.

Mais voilà que certains veulent profiter de la crise de la Covid-19 pour faire revenir ce vaccin dangereux !

C’est d’autant plus absurde que ce vaccin pourrait aussi augmenter le risque d’infections respiratoires des nourrissons !

C’est ce que l’agence américaine du médicament, la FDA, avait découvert, grâce à une étude réalisée dans 6 pays européens :

« Les décès de nourrissons liés à une pneumonie étaient significativement plus élevés pour le groupe qui a reçu le Rotarix par rapport à celui qui a reçu le placebo » [4].

Bref, encore une raison de plus d’éviter à tout prix ce vaccin très douteux !

D’un côté, vous avez ZÉRO risque de mortalité pour votre bébé si vous l’hydratez correctement en cas de gastro.

Et de l’autre côté, vous avez un risque, infime, mais réel, que le vaccin tue votre bébé !

Le choix paraît évident.

Sauf pour les experts gangrénés par les conflits d’intérêts.

Vous pouvez penser que je suis « complotiste ».

Mais si c’est le cas, donnez-moi une seule bonne raison de recommander à tous les parents ce vaccin inutile et dangereux !

Pour moi, il n’y en a pas, à part la rentabilité pour les labos qui le produisent.

Et pourtant, la Société Française de Pédiatrie recommande chaudement ce vaccin[5].

C’est le drame de notre époque : la plupart des « sociétés savantes » sont gangrénées par les conflits d’intérêts.

C’est exactement la même chose pour la SPILF, la Société de pathologie infectieuse de langue française, qui a scandaleusement porté plainte contre le Pr Raoult.

En 3 ans, la SPILF a touché 610 000 € des laboratoires pharmaceutiques, dont 80 000 € de Gilead[6].

Et si vous regardez les liens d’intérêts des dirigeants de cette association, les conflits d’intérêts sont encore plus évidents :

Sommes touchées par les dirigeants de la SPILF entre 2012 et 2020en rouge par Gilead, en bleu par les autres labos pharmaceutiques

Et si vous aviez un doute, regardez ce que porte le président de la SPILF, autour du cou :

C’est un bandeau rouge, avec écrit GILEAD, qui sponsorise le Congrès de la SPILF[7] !

C’est un terrible symbole de la façon dont les grands labos tiennent en laisse beaucoup de nos grands pontes !

Ne cherchez pas plus loin les raisons de l’acharnement contre le Pr Raoult et son traitement peu coûteux !

L’influence de l’industrie pharmaceutique est LE problème majeur de notre époque, et j’invite toute personne qui croit que c’est du « complotisme » à ouvrir les yeux !

Bonne santé,

Xavier Bazin

Sources

Répondre à gras Annuler la réponse

50 commentaires

Perrotjacqueline3@gmail.com 9 septembre 2020 - 9 h 39 min

Big Pharma a trouve un autre filon pour s enrichir un peu plus
C est une honte et qui plus est c est que le Pr Raoult ne peut plus pratiquer ses soins
C est un scandale tout notre soutien au Pr raoult
Quant aux vaccinations multiples c est d enrichir les labo au détriment de la santé des humains

Répondre
Marin 9 septembre 2020 - 9 h 38 min

Merci pour votre courage nous en avons besoin ! Je partage totalement votre point de vue et diffuse au maximum depuis longtemps déjà ! Au plaisir de vous lire en m’associant au combat contre ces dérives dangereuses.

Répondre
VERONESE pauline 9 septembre 2020 - 9 h 28 min

Moi je suis contre ts les vaccins sauf pour le tétanos

Répondre
Francine Drieu 9 septembre 2020 - 9 h 27 min

Tout cela est tellement scandaleux que j’espere un gigantesque proces contre l’etat contre ces conflits d’interet

Répondre
Mme NOEL 9 septembre 2020 - 9 h 26 min

Le message est toujours le même « le profit des laboratoires » … mais jusqu’où iront-ils ????
Comment sauver nos petits-enfants ???

Répondre
Pierre 9 septembre 2020 - 9 h 20 min

Macron en tête, l’obscurantisme veut nous régenter ce n’est pas autre chose; à la population de réagir!

Répondre
ANDRE KLOPFENSTEIN 9 septembre 2020 - 9 h 05 min

Bonjour
Je suis surpris d’autant d’affirmation sans fondement. La vaccination contre la grippe reste une protection efficace.
Il faut tenir compte qu’une personne qui contracte une grippe voit ses défenses immunitaires affaiblies…..
Cordialement
André

Répondre
Edy F. 11 septembre 2020 - 0 h 07 min

Bonjour. Vous devriez essayer de vous renseigner un peu sur la réalité des maladies, cela ne fonctionne absolument pas comme vous le pensez. Ce qu’on appelle la grippe n’est que la phase pendant laquelle l’organisme se répare suite à un stress, en utilisant notamment le virus de la grippe pour se réparer. Un vaccin est totalement contre productif et peut s’avérer extrêmement dangereux.

Répondre
Marie-Dominique Drezet 9 septembre 2020 - 8 h 39 min

Merci pour la grande valeur de cette info. Il y a urgence à défendre notre santé et à lutter contre le pouvoir des labos et leur infiltration dans les institutions sencées soutenir l’intérêt des citoyens. Quelle action d’envergure nous pouvons mener ? Le constat des scandales et l’information sont une chose, impérative, la lutte pour sortir de tout cela et éviter les pires catastrophes, notamment chez nos petits pris en otage se fait comment ???? Avez-vous des idées et des projets à proposer ?

Répondre
Maflor 9 septembre 2020 - 11 h 37 min

Effectivement, le sujet est très bien présenté. Bravo à l’auteur et merci beaucoup!
L’action d’envergure doit atteindre la source du problème, à savoir le corps médical qui a la responsabilité d’injecter ces produits. Autrement dit, à revoir l’enseignement des étudiants en médecine pour qu’ils reçoivent une large culture médicale afin de soigner les malades plutôt que les diagnostics. De ce fait, ils réapprendraient l’anamnèse et l’observation du patient – ce qu’ils ont beaucoup perdu en s’appuyant sur les analyses et les radiographies – autrement dit de l’être humain dans son ensemble, ne se contentant pas focaliser leurs actions sur un microorganisme.
Il s’agit de donner une large place à la salutogenèse.

Répondre
ROBERT 9 septembre 2020 - 8 h 16 min

Nous n’avons pas une épidémie infectieuse mais une épidémie de politiciens corrompus !

Répondre
Quaran 9 septembre 2020 - 7 h 47 min

Bonjour, avez-vous remarqué que chacune des femmes du tableau que vous nous partagé a reçu beaucoup moins d’argent que les hommes ( en particulier la vice-présidente) ! Est-ce que ça se reproduit dans d’autres institutions ou comités. Si oui, pourquoi ?

Répondre
1 2 3 5